Transaminases hépatiques et leurs niveaux d'activité

Share Tweet Pin it

Les transaminases (aminotransférases) sont des enzymes responsables du métabolisme intracellulaire et du lien entre le métabolisme des glucides et des composés azotés (NH2). Le niveau de transaminases est très sensible aux changements de l’environnement externe, ce qui explique son utilisation comme marqueur de diagnostic important. La violation du métabolisme intracellulaire indique toujours la pathologie des organes internes. Mais avec le déséquilibre des transaminases, les maladies du foie sont particulièrement bien dépistées, car c’est dans cet organe que la réaction de transamination la plus active est observée.

Propriétés des transaminases

La transamination est un processus au cours duquel le transit d'un composé azoté par des acides aminés et cétoniques se produit sans libération d'ammoniac. Ce mécanisme a d'abord été étudié par des scientifiques soviétiques, M.G. Kritsman et A.E. Braunstein en 1937. Le processus de synthèse de nouveaux acides aminés résultant de la transamination se produit par la mise en oeuvre simultanée de réactions directes et inverses. Pour cela, il faut le complexe enzyme-coenzyme dont le rôle est le rapport «vitamine B6 - phosphate de pyridoxal». Le nom des transaminases est déterminé par le type d'acide impliqué dans le transfert du groupe amino: s'il est aspartique, puis aspartate aminotransférase (AST ou AsAT), si glutamine, puis glutamate aminotransférase (GLT), et si alanine, alanine aminotransférase (ALT ou AlAT)

Dans le diagnostic des maladies du foie, l'indicateur le plus important est la diminution et l'augmentation du niveau des enzymes AsAT et AlAT, qui possèdent les propriétés suivantes:

  • hémodialyse fréquente;
  • la grossesse
  • insuffisance rénale;
  • carence en vitamine B

Chez les enfants, les processus métaboliques sont plus rapides et l'accumulation d'oligo-éléments s'accentue pendant la croissance. Le taux normal de transaminases est donc supérieur à celui observé chez l'adulte. Jusqu'à 8 ans, il est généralement de 140 unités / l et à 9 ans, il tombe à 55 unités / l.

Signes de déséquilibre

L'augmentation des taux d'enzymes AsAT / ALAT s'accompagne toujours des mêmes symptômes, quelles que soient les caractéristiques cliniques de la maladie du foie en développement. C'est:

  • faiblesse soudaine, qui se transforme en léthargie chronique prolongée;
  • perte d'appétit et nausée sans cause;
  • douleur épigastrique douloureuse soudaine;
  • ballonnements et flatulences;
  • prurit, souvent généralisé, qui est pire la nuit;
  • saignements de nez;
  • décoloration de l'urine (sombre) et des fèces (clair);
  • avec une maladie hépatique avancée, la jaunisse peut se développer.

AsAT / AlAT dans le diagnostic

Les aminotransférases sont présentes dans toutes les cellules du corps. Toutefois, des modifications quantitatives ne peuvent être détectées que dans les zones aux concentrations les plus élevées (foie et cœur). C’est pourquoi, selon ces marqueurs, il est plus facile de détecter une insuffisance cardiaque ou une insuffisance hépatique.

Le taux d'AsAT dans le sang est 10 000 fois inférieur à celui du myocarde. Fait intéressant, le niveau d'AST chez une tortue varie de 50 à 120 unités / l.

Le principe de diagnostic au niveau des transaminases repose sur le fait que la destruction d'un grand nombre de cellules, par exemple à la suite d'une cirrhose ou d'une crise cardiaque, conduit à une libération brutale de ces enzymes dans le sang. Dans la forme latente de nécrose massive des cellules n'est pas observée, par conséquent, le test sanguin ne révèle aucun changement. Bien qu’il y ait des exceptions, par exemple, même en cas de portage asymptomatique de l’hépatite B, le taux de transaminases est toujours élevé. Au début de l'inflammation, il se produit une libération de transaminases dont la concentration dans le sang est 3 à 5 fois supérieure à la normale, alors que les premiers symptômes de la maladie n'apparaissent qu'au bout de quelques semaines.

En médecine, il existe le concept de dissociation biochimique. Lorsqu'une insuffisance hépatique aiguë ou un ictère obstructif, le taux de transaminases est normal et la bilirubine élevée.

Des concentrations élevées d'AsAT et d'AlAT peuvent indiquer une cirrhose, une hépatite (virale, alcoolique, toxique), une hépatose, une hémochromatose, une nécrose auto-immune des hépatocytes, le syndrome de Reye (son encéphalopathie hépatique causée par l'aspirine), la maladie de Wilson-Konovalov (accumulation de cuivre et de son aspirine) foie). Ainsi, les aminotransférases, comme les leucocytes, ne parlent que de la présence d'une inflammation et ne renseignent pas sur la nature de la pathologie. Combiner les données permet de réduire la gamme de maladies pendant le diagnostic. Ainsi, tout en augmentant simultanément l'ALT et la bilirubine, il est possible de parler avec précision de l'inflammation de la vésicule biliaire.

Coefficient de De ritis

Cependant, le médecin italien Fernando de Rytis a poussé les médecins à jeter un regard neuf sur l'utilité des données sur le niveau d'aminotransférases, suggérant de quantifier non pas chaque enzyme séparément, mais l'évolution de l'AST et de l'AlAT l'une par rapport à l'autre. Le rapport des concentrations de ces transaminases a été appelé coefficient de Rytis, qui est devenu un puissant outil de diagnostic, mais seulement si, individuellement, les niveaux d'enzymes sont élevés.

Si le coefficient de Ritis varie entre 0 et 0,5, le patient est alors porteur d'une hépatite virale ou il présente une réaction indésirable des hépatocytes aux médicaments pris. Avec des valeurs comprises entre 0,55 et 0,83, on peut parler d'exacerbation de la maladie. Les valeurs comprises entre 0,9 et 1,7 sont considérées comme normales. Et si le coefficient est supérieur à 2, le patient a une nécrose du muscle cardiaque ou une hépatite alcoolique.

Si le coefficient de Ritis est inférieur à 0,8, il y a insuffisance hépatique et plus le score est bas, plus la maladie est grave. S'il est supérieur à 2, alors il y a une maladie cardiaque, qui est plus dure, plus le coefficient est élevé.

L'efficacité diagnostique du coefficient de Ritis repose sur le fait que les protéines AlAT et AsAT sont toutes deux des transaminases hépatiques, mais la première présente la concentration la plus élevée dans le foie et la seconde, presque à égalité dans le foie et le cœur. C'est-à-dire qu'une légère augmentation des coefficients parle spécifiquement de pathologies hépatiques. Mais plus la dégradation des cellules cardiaques est difficile, plus la libération d'AsAT est importante, alors que le niveau d'AlAT peut se situer dans la plage normale. Ainsi, plus le coefficient AST de Ritis et le coefficient de Ritis hors de la plage normale (1,7) sont élevés, plus le risque de maladie cardiaque est élevé. L'hépatite alcoolique, quant à elle, s'accompagne toujours d'une insuffisance cardiovasculaire.

Analyse

La raison de la délivrance de sang veineux pour la biochimie est la survenue d'une douleur caractéristique dans l'épigastre ou le cœur. Pour que les résultats soient précis, vous avez besoin de:

  • refuser de prendre ses médicaments pendant 10 jours;
  • refuser la graisse et la malbouffe pendant 2 jours;
  • faire un don de sang l'estomac vide, de préférence le matin.

Si un déséquilibre ASAT / ALAT était détecté au stade asymptomatique, une analyse supplémentaire devrait être effectuée pour détecter la présence de marqueurs de l'hépatite. Il est également utile de commencer à prévenir les exacerbations de l’insuffisance hépatique et cardiaque, qui consistent à adhérer à un régime alimentaire et à réaliser un effort physique réalisable.

Hyperfermentémie du foie

L'hyperfermentémie (avec une augmentation prédominante de l'activité de l'ALT de 30 à 50 fois) est enregistrée pendant toute la période de la jaunisse, puis son niveau diminue progressivement. La fonction du foie liée à la synthèse des protéines dans le VHB est altérée en cas de maladie grave, qui se manifeste par une diminution de l'indicateur de l'échantillon sublimé, de la teneur en albumine, de l'indice de prothrombine et de l'activité (3-lipoprotéines. L'indicateur de l'échantillon de thymol n'augmente généralement pas.

Il n'y a pas d'anomalie significative dans le sang périphérique. le nombre de globules blancs est normal ou faible.

La période de récupération peut durer jusqu'à six mois. Les changements cliniques et biochimiques disparaissent lentement. La teneur en sérum en bilirubine se normalise relativement rapidement (dans les 2 à 4 semaines) et l'activité enzymatique accrue dure de 1 à 3 mois. Un certain nombre de patients peuvent observer le caractère vague de l'hyperfermentémie pendant la période de récupération. Il faut garder à l'esprit que la rechute de la maladie avec exacerbation enzymatique et hyperbilirubinémie nécessite l'élimination de l'infection par le HDV.

Les variantes cliniques du VHB peuvent être très diverses: ictérique, anictérique, effacé, inapparent (subclinique). Il est difficile de juger de la fréquence de chacune d’entre elles, car seule la variante ictérique est diagnostiquée et enregistrée en conséquence. En attendant Selon les études épidémiologiques, la variante anicterique est 20 à 40 fois plus fréquente que la variante ictérique.

Une des caractéristiques de la variante ictérique du VHB - la sévérité dans certains cas de syndrome cholestatique. En même temps, l’intoxication est mineure, la principale plainte des patients est une démangeaison cutanée; La jaunisse est intense, avec une teinte de peau verdâtre ou gris-vert, persiste longtemps. Le foie est considérablement élargi, dense. Excréments acholiques, urine foncée pendant longtemps. Dans le sérum - bilirubinémie élevée. activité élevée du cholestérol et de la phosphatase alcaline. et le niveau d'hyeralaem est relativement bas (5-10 normes). La période ictérique peut être retardée de 2 à 4 mois, la normalisation complète des changements biochimiques se produisant même plus tard.

Le VHB peut survenir sous forme légère, modérée ou grave.

Le plus instructif pour évaluer la gravité de l'hépatite virale est le syndrome d'intoxication hépatique, qui se manifeste par une faiblesse, une faiblesse, une perte d'appétit, des troubles vasculaires et, dans certains cas, une altération de la conscience. C'est la sévérité de l'intoxication (combinée aux résultats des tests de laboratoire, principalement de l'activité de la nrotrombine) qui caractérise la sévérité de l'hépatite.

Les transaminases hépatiques dans le sang sont l'ALT et l'AST. Ils contribuent au mouvement des groupes amino, qui seront ensuite convertis en acides aminés. La plupart des actions les impliquant se produisent dans le foie. Les indicateurs quantitatifs des tests peuvent varier en fonction du sexe, du poids et de l'âge du patient.

01 La valeur des transaminases et les causes des fluctuations

Le sang d'une personne en bonne santé ne montre pas d'activité transaminase, une augmentation de leur nombre est attribuée aux sonneries d'alarme. En règle générale, les maladies du foie ne provoquent pas toujours un écart par rapport à la norme. L'AST est souvent utilisé comme marqueur indiquant les problèmes du muscle cardiaque en cas d'infarctus du myocarde. De plus, l'augmentation de la concentration est déclenchée par une angine sévère.

Il y a une augmentation des transaminases dans les brûlures, la sepsie, le choc, un processus inflammatoire important dans le pancréas ou la vésicule biliaire, des lésions du squelette.

L'indicateur de l'activité enzymatique dans ce cas ne diffère pas dans les spécificités des tests. Cependant, les fluctuations d'AST et d'ALT sont considérées comme des indicateurs fiables avec une sensibilité élevée. Ils déterminent les dommages au foie, sous réserve de la manifestation de symptômes cliniques. À quel moment l'activité des transaminases hépatiques augmente-t-elle dans les anomalies du foie? Cela se produit dans les cas suivants:

CONSEIL MÉDECIN! Comment sauver votre foie?!

Nikolay Zakharov, professeur agrégé, PhD, hépatologue, gastroentérologue

«Les cellules vivantes de la dihydroquercétine sont le plus puissant auxiliaire du foie. Il est extrait uniquement de la résine et de l'écorce de mélèze sauvage. Je ne connais qu'un seul médicament dans lequel la concentration maximale de dihydroquercétine. C'est... "

1. Changements dystrophiques. Une défaillance du métabolisme tissulaire est toujours accompagnée d'un processus inflammatoire. Une variation du processus est considérée comme un changement de zones nécrotiques. Le tissu conjonctif se développe en eux. L’une des raisons de l’augmentation du nombre de transaminases dans le sang est l’hépatose adipeuse, due à un besoin excessif d’alcool. Les défauts sont également dus à la présence de problèmes génétiques, maladie de Wilson-Konovalov. La principale différence de pathologie est considérée comme une accumulation excessive de cuivre. 2. cholestase. La bile stagnante à long terme, sujette à une sécrétion préservée par les hépatocytes, provoque une violation du métabolisme. Dans ce cas, les causes d'échec de l'écoulement de la bile peuvent être différentes. La nécrose se manifeste dans des conditions négligées. 3. Nouvelle croissance. Il peut s'agir de tumeurs hépatiques de nature bénigne ou maligne, qui détruisent les tissus et contribuent au développement de processus inflammatoires. La même chose peut se produire avec la croissance de foyers tumoraux secondaires - métastases. 4. Nécrose dans les cellules du foie. Avec un phénomène similaire, la cellule normale meurt, l'intégrité de la membrane est brisée. La mort en masse entraîne une augmentation des paramètres hépatiques dans le sang. 5. Invasions parasitaires. 6. Effet de la drogue. Des études ont montré que la forme de libération ne contribue pas à l’absence de réponse aux composants du médicament. La testostérone, les stéroïdes anabolisants, les antibiotiques, les barbituriques, les cytostatiques et les anti-inflammatoires peuvent affecter les transaminases hépatiques.

02 Comment les symptômes de déviations sont-ils exprimés?

Un très faible pourcentage de la population surveille constamment leur santé et subit régulièrement une série de procédures. AST et ALT examinent le matériel sanguin, ce qui signifie que la direction devra aller chez le médecin. Les patients ayant des antécédents de symptômes de maladie hépatique doivent être particulièrement prudents.

L’incroyable valeur de tels tests pour l’étude de l’activité enzymatique réside dans la prévision de l’augmentation des transaminases. C’est-à-dire qu’en présence d’une hépatite virale A, le patient voit encore un saut d’ALT et d’ASAT au stade préicterique. Le patient a encore quelques semaines avant l'apparition des symptômes de la maladie et le sang a déjà montré des changements.

Un patient ayant des antécédents d'hépatite B se distingue par une hyperfermentémie dès 3 semaines avant la manifestation visuelle de la maladie. Le diagnostic précoce d'une maladie grave implique l'absence de complications. Si vous ne tenez pas compte de l'abondance des causes, presque toutes les maladies du foie se caractérisent par des symptômes similaires:

1. Nausées et vomissements. Les envies sont notées sans interrelation avec les repas. 2. Aversion pour certains groupes d'aliments, refus de manger, presque pas d'appétit. 3. État de santé morose, faiblesse. Les sentiments peuvent passer ou être permanents. 4. L'abdomen est considérablement élargi, les veines saphènes sont visualisées sous forme de grille. 5. Les muqueuses saignent. Écoulement marqué du nez, de la bouche et des intestins. 6. Prurit prurit est débilitant et augmente la nuit. 7. Les sécrétions naturelles changent de couleur, les matières fécales sont décolorées et l'urine est trop sombre. 8. Sensations douloureuses du côté droit, dans la zone épigastrique. Il y a des fourmillements dans l'espace intercostal.

Déterminer que le taux de transaminases est dépassé est assez facile pour ces symptômes. Il est important de ne pas se soigner soi-même, mais de demander immédiatement de l'aide médicale.

03 Importance dans le diagnostic de diverses maladies

Les valeurs maximales de l'activité enzymatique en présence d'une hépatite virale aiguë sont observées au cours de la période de 3 semaines de la maladie. Un mois plus tard, les experts notent une diminution de l'ALT et de l'AST au niveau normal.

Si un patient a une multiplication par 1,5 de transaminases, on parle alors d'un degré modéré d'hyperfermentémie. En cas de fluctuation de 6 à 10 fois, on suppose un degré moyen. L'option la plus difficile, lorsque le degré devient élevé, est la fluctuation de valeurs plus de 10 fois supérieure à la norme.

Si la maladie évolue de manière chronique, il n’ya pas de forte fluctuation des enzymes dans le sang en dehors de la phase aiguë. Parfois, il y a un changement modéré dans une grande mesure. Un fait intéressant, mais la phase latente de la cirrhose se produit avec l'ALT et l'AST normaux.

Le plus souvent, les experts se penchent non seulement sur le niveau de transaminases hépatiques, mais également sur l'état des autres indicateurs. Les modifications de la bilirubine, de la phosphatase alcaline et d'un certain nombre d'autres valeurs biochimiques réduiront l'étendue de la pathologie.

L'insuffisance hépatique aiguë et la jaunisse obstructive suggèrent l'identification de taux élevés de bilirubine. Pendant cette période, les concentrations d'ALT et d'AST seront inférieures à la marque. Cette pathologie s'appelle la dissociation bilirubine-aminotransférase.

Les sauts des indicateurs chez les enfants sont dus à la présence du virus de l'hépatite ou à des lésions de l'organe dues à une exposition au médicament. Les médecins ont toujours peur du syndrome de Ray, une pathologie pouvant tuer la vie d'un patient. Cela se produit généralement lorsqu'un cours aigu d'encéphalopathie hépatique se développe après la prise d'aspirine.

Pour une analyse plus approfondie des analyses, les valeurs ALT et AST sont comparées, en déduisant le coefficient de Rethes. Il fluctue généralement autour de 1,33, mais avec une diminution du nombre, il convient de parler d'une éventuelle inflammation du foie ou de son infection. En cas de nécrose du muscle cardiaque ou d'hépatite possible due à l'alcool, le coefficient dépasse 2 unités. Mais l'hépatite virale aiguë est diagnostiquée avec un résultat de 0,55.

04 Quelle est l'importance des indicateurs des transaminases hépatiques?

Indépendamment de l'état du patient, un excès d'index des transaminases indique des processus destructeurs dans le foie. L'hyperfermentémie peut provoquer une rechute après stabilisation de l'état et des valeurs normales de l'ALAT et de l'AST dans le sang. Cela est souvent dû à l’apparition d’un nouveau processus pathologique ou à l’aggravation d’un défaut existant.

La réduction des transaminases ne peut être réalisée qu’en identifiant les causes réelles de leur croissance. Les indicateurs normaux sont renvoyés sous la condition d'un diagnostic de haute qualité et de la prise en charge d'un traitement adéquat. Habituellement, les spécialistes permettent aux patients de suivre un traitement à domicile ou dans un hôpital de jour. Toutefois, si vous identifiez des taux trop élevés, il faut prévoir une hospitalisation et un examen plus détaillé.

Pour un diagnostic approfondi nécessitera les résultats de l'électrocardiographie, une échographie ou une tomodensitométrie des organes abdominaux, un test sanguin biochimique détaillé. Parfois, des experts suggèrent la nomination d’un test ELISA pour rechercher des anticorps anti-virus de l’hépatite. Comme alternative, une PCR est effectuée, l’ADN et l’ARN du virus existant sont déjà en train d’être supprimés.

Il est à noter que le coût de ces analyses est assez élevé, elles ne sont donc effectuées que lorsque cela est nécessaire. La raison en est généralement des données fiables d’études antérieures. Étant donné que les tests sont sensibles aux divers changements hépatiques, il est alors possible de déterminer l’effet du traitement sur le corps du patient à l’aide d’analyses en laboratoire, en y ajoutant quelques techniques instrumentales supplémentaires.

05 Procédures de réduction des ALT et des AST

Tout d'abord, les médecins prescrivent un médicament du groupe des hépatoprotecteurs à un patient. Cette mesure contribue à la correction des processus dans le foie affecté. Les médicaments de cette région incluent tous les produits contenant de l’acide ursodésoxycholique. Les noms les plus populaires sont Ursodez, Ursosan ou Ursofalk.

Il existe plus de médicaments bénins contenant des phospholipides, Resalut ou Essentiale Forte. Parfois, ils sont remplacés par des kars, en particulier, il est prescrit aux personnes âgées. Heptral ou Heptor, le médicament contient de l’adémétionine. Lorsqu'il est utilisé chez des patients, une amélioration rapide a été notée. Les résultats des études de contrôle étaient toujours positifs.

La nomination des fonds se fait selon des méthodes individuelles, le spécialiste est repoussé par les indicateurs du patient. Certains peuvent avoir une allergie aux ingrédients ou un manque d'effet sur la thérapie. Dans ce cas, un ajustement du traitement suivi d'un examen est effectué. Le traitement répété implique la surveillance précoce des transaminases hépatiques.

Et un peu sur les secrets...

Un foie en bonne santé est la clé de votre longévité. Cet organe remplit un grand nombre de fonctions vitales. Si les premiers symptômes d’un tractus gastro-intestinal ou d’une maladie du foie ont été observés, à savoir: jaunissement de la sclérotique des yeux, nausée, selles rares ou fréquentes, vous devez simplement agir.

Nous vous recommandons de lire l'avis d'Elena Malysheva sur la manière de restaurer rapidement et facilement le travail du FOIE… Lire l'article >>

Un dysfonctionnement hépatique peut passer inaperçu pendant longtemps. Les symptômes de la maladie apparaissent souvent à un stade avancé, ce qui rend le traitement plus difficile et réduit délibérément son efficacité. La détermination de l'activité des transaminases hépatiques est l'un des tests de laboratoire les plus précis effectués pour évaluer l'état du foie.

Quelle est la transaminase

Les transaminases ou transferases sont des enzymes-catalyseurs pour les réactions chimiques du métabolisme de l'azote, dont la tâche principale est le transport des groupes amino pour la formation de nouveaux acides aminés. Les processus biochimiques nécessitant leur participation sont principalement réalisés dans le foie.

Le mouvement de transit des transaminases dans le sang n’affecte normalement pas le résultat du test; en termes quantitatifs, leur concentration est respectivement de 31 et 37 U / l pour les femmes et des hommes et de 31 et 47 U / l pour les femmes et les hommes pour les hommes et les hommes.

Transferases hépatiques déterminées lors des tests de laboratoire standard:

l'alanine aminotransférase ou l'alanine transaminase (ALT); l'aspartate aminotransférase, ou l'aspartique transaminase (AST).

Le niveau d'enzymes dans un foie en bonne santé est influencé par des caractéristiques telles que l'âge (valeur accrue chez le nouveau-né), le sexe (le taux de transaminases dans le sang des femmes est inférieur à celui des hommes), le surpoids (il y a une légère augmentation des transaminases).

Causes des fluctuations des indicateurs d'AST, ALT

Les transaminases dans le sang d'une personne en bonne santé ne montrent pas d'activité; une forte augmentation de leur niveau est un signal d'alarme. Il faut savoir que la croissance des indicateurs n'est pas toujours déclenchée par une maladie du foie. AST est utilisé comme marqueur des dommages au muscle cardiaque lors d'un infarctus du myocarde; la concentration augmente avec une attaque sévère d'angine.

Les transaminases sont élevées dans les lésions du squelette, les brûlures, la présence d’une inflammation aiguë du pancréas ou de la vésicule biliaire, la sepsie et les états de choc.

Par conséquent, la détermination de l'activité enzymatique des transaminases ne peut être attribuée à des tests spécifiques. Mais dans le même temps, AST et ALT sont des indicateurs fiables et sensibles des dommages au foie en présence de symptômes cliniques ou de l’anamnèse de la maladie.

Une augmentation de l'activité des transaminases hépatiques applicable à la pathologie hépatique est observée dans les cas suivants:

1. Nécrose des hépatocytes (cellules du foie).

La nécrose est un processus irréversible au cours duquel la cellule cesse d'exister en tant qu'unité structurelle et fonctionnelle de tissu. L'intégrité de la membrane cellulaire est violée et les composants cellulaires sortent, ce qui entraîne une augmentation de la concentration de substances intracellulaires biologiquement actives dans le sang.

La nécrose massive des hépatocytes provoque une augmentation rapide et répétée des transaminases hépatiques. Pour la même raison, une cirrhose significative du foie ne s'accompagne pas d'une hyperactivité enzymatique: il existe trop peu d'hépatocytes en activité pour que leur destruction conduise à une augmentation de l'AST et de l'ALT.

Les indicateurs de transaminases correspondent à la norme, bien que le processus en soit déjà au stade de la décompensation. L’ALT est considéré comme un indicateur plus sensible des maladies du foie. Par conséquent, avec les symptômes correspondants, faites tout d’abord attention à son niveau.

Des modifications nécrotiques du tissu hépatique sont observées dans les hépatites aiguës et chroniques d'étiologies diverses: virale, toxique (en particulier alcoolique et médicamenteuse), hypoxie aiguë résultant d'une forte chute de la pression artérielle lors d'un choc.

La libération d'enzymes dépend directement du nombre de cellules affectées; par conséquent, la sévérité du processus avant la réalisation d'études spécifiques est évaluée par le niveau quantitatif de transaminases AST et ALT et par une augmentation par rapport à la norme.

Cependant, pour déterminer d'autres tactiques, un examen supplémentaire est nécessaire, ainsi qu'une analyse biochimique du sang au fil du temps.

2. Cholestase (stagnation de la bile).

Bien que la sortie de la bile puisse être violée pour diverses raisons, sa stagnation à long terme dans des conditions de préservation de la sécrétion d'hépatocytes conduit à un étirement excessif, à un métabolisme perturbé et à la fin de la chaîne pathologique - à une nécrose.

3. Changements dystrophiques.

La dystrophie est une violation du métabolisme des tissus. Il accompagne en quelque sorte l'inflammation. en tant que variété, le remplacement du tissu conjonctif des zones nécrotiques peut être envisagé, ce qui constitue la base pathogénétique de la cirrhose du foie.

Parmi les raisons de l'augmentation des transaminases est indiquée la dégénérescence graisseuse du foie (hépatite grasse alcoolique).

Les maladies génétiques sont également importantes, par exemple la maladie de Wilson-Konovalov (dégénérescence hépatolenticulaire) caractérisée par une accumulation excessive de cuivre.

Les tumeurs du foie, tant bénignes que malignes, en cours de croissance détruisent les tissus environnants, ce qui provoque une inflammation. Cela se traduit par une augmentation persistante des transaminases hépatiques.

Les métastases ont le même effet: les cellules tumorales introduites par le sang ou le liquide lymphatique forment des foyers tumoraux secondaires dans le tissu hépatique.

5. Invasions parasitaires.

Les helminthes qui parasitent le système hépatobiliaire (Giardia, ascaris, opistorchis, échinocoque) provoquent une inflammation et une obstruction (chevauchement) des voies biliaires, ainsi qu'une infection secondaire, accompagnée d'une augmentation des transaminases.

6. effet médicinal.

Aujourd'hui, la science dispose de données provenant de nombreuses études qui ont prouvé que les médicaments entraînent une augmentation des transaminases. Ceux-ci comprennent:

agents antibactériens (tétracycline, érythromycine, gentamicine, ampicilline); stéroïdes anabolisants (décanabol, euboline); médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens (acide acétylsalicylique, indométhacine, paracétamol); inhibiteurs de la monoamine oxydase (sélégiline, imipramine); la testostérone, la progestérone, les contraceptifs oraux; les sulfamides (Biseptol, Berlotcide); barbituriques (sécobarbital, reposal); cytostatiques, immunosuppresseurs (azathioprine, cyclosporine); préparations contenant du cuivre, du fer.

L'élévation de la transaminase ne dépend pas de la forme du médicament; Les comprimés, ainsi que les perfusions intraveineuses, peuvent affecter négativement le foie ou provoquer une fausse activité de l'AST et de l'ALT, en raison de la spécificité de leur dosage dans le sérum sanguin.

Les symptômes

Malgré la diversité des causes, les maladies du foie présentent un certain nombre de symptômes similaires, accompagnés d’une augmentation des transaminases hépatiques:

faiblesse, léthargie, apparaissant soudainement ou persistant longtemps; nausées, vomissements, qu’il y ait ou non un lien avec la consommation de nourriture; perte d'appétit ou son absence complète, aversion pour certains types d'aliments; douleur abdominale, en particulier lorsqu'elle est localisée dans l'hypochondre droit, épigastrique; une augmentation de l'abdomen, l'émergence d'un vaste réseau de veines saphènes; coloration ictérique de la peau, sclérotique des yeux, muqueuses visibles de tout degré d'intensité; démangeaisons obsessionnelles douloureuses, pire la nuit; décoloration des sécrétions: urine foncée, fèces acholiques (blanchies); saignements des muqueuses, saignements nasal, gastro-intestinal.

La valeur de l'étude de l'activité enzymatique explique les symptômes cliniques proactifs de l'augmentation des transaminases AST et ALT dans l'hépatite virale A - déjà au cours de la période préicterique, 10 à 14 jours avant le début du syndrome de l'ictère.

Dans l'hépatite B, l'alanine transaminase prédominante est élevée, une hyperfermentémie survient plusieurs semaines avant que les signes de la maladie n'apparaissent.

La valeur dans le diagnostic

Déterminer les caractéristiques de la pathologie du foie en fonction du niveau d'hyperfermentémie à l'aide d'une échelle spéciale. Le degré d'élévation des transaminases hépatiques est divisé en:

Modéré (jusqu'à 1 à 1,5 fois ou 1 à 1,5 fois). Moyen (de 6 à 10 normes ou 6 à 10 fois). Élevé (plus de 10 à 20 normes ou plus de 10 fois).

Le pic d'activité de la transaminase dans l'hépatite virale aiguë est observé au cours de la deuxième ou troisième semaine de la maladie, après quoi il diminue jusqu'à la valeur normale de l'ALAT et de l'AST en 30 à 35 jours.

En cas d'évolution chronique sans exacerbation, l'hyperfermentémie ne se caractérise pas par de fortes fluctuations et reste dans une augmentation modérée ou légère. Dans la phase latente (asymptomatique) de la cirrhose, les transaminases se situent le plus souvent dans la plage normale.

Il est important de faire attention aux transaminases hépatiques accrues, seules ou en combinaison avec d’autres indicateurs du spectre biochimique: bilirubine, gamma-glutamyltranspeptidase, phosphatase alcaline, car la combinaison d’indicateurs de croissance indique une pathologie spécifique ou réduit l’éventail des causes probables.

Ainsi, des transaminases élevées sont détectées chez les porteurs de l'hépatite B malgré l'absence de symptômes.

Jaunisse hépatique (mécanique), une insuffisance hépatique aiguë peut être accompagnée d'une augmentation du taux de bilirubine avec des concentrations simultanées normales ou faibles d'AST et d'ALAT. Ce phénomène s'appelle la dissociation bilirubine-aminotransférase.

L’augmentation des transaminases chez les enfants est souvent causée par une infection par le virus de l’hépatite, une lésion du foie induite par un médicament. Une pathologie dangereuse qui survient dans l'enfance est le syndrome de Ray. En raison de l'utilisation de l'acide acétylsalicylique (aspirine), une encéphalopathie hépatique aiguë, une maladie constituant un danger de mort, se développe.

Pour le diagnostic approfondi, on utilise le coefficient de Rytis, qui est un rapport transaminases AST et ALT. Normalement égal à 1,33. Si le coefficient de Ritis est inférieur à 1, il est considéré comme un signe de lésion infectieuse-inflammatoire du foie.

L'hépatite virale aiguë, par exemple, est comprise entre 0,55 et 0,83. Atteindre un niveau égal ou supérieur à 2 suggère que l'hépatite alcoolique ou une nécrose du muscle cardiaque est suspectée.

Valeur en thérapie

L'augmentation des taux de transaminases dans le sang est dans la plupart des cas un signe défavorable, preuve de la destruction des cellules hépatiques.

L'hyperfermentémie peut être à nouveau détectée quelque temps après la normalisation des indicateurs. En règle générale, cela indique le début d'une nouvelle ou récurrence du processus pathologique existant et la nécrose renouvelée des hépatocytes.

Comment abaisser la transaminase? Le niveau d'AST et d'ALT n'est que le reflet de la présence de la maladie; par conséquent, un retour à la normale ne peut être obtenu qu'avec un diagnostic et un traitement adéquats de la pathologie détectée. Des taux d'enzymes élevés et extrêmement élevés nécessitent une hospitalisation et un examen supplémentaire immédiat.

Il comprend des tests sanguins cliniques généraux, un test sanguin biochimique complet avec détermination des électrolytes, du glucose, ainsi que des méthodes instrumentales - électrocardiographie, ultrasons et / ou tomodensitométrie des organes abdominaux.

Si nécessaire, effectuez un test ELISA (dosage immuno-enzymatique) pour rechercher les anticorps anti-virus de l'hépatite ou la PCR (réaction en chaîne de la polymérase) afin de déterminer l'ADN ou l'ARN des virus.

Compte tenu de leur coût élevé, il n’est pas économiquement possible de les réaliser sans une justification clinique appropriée ou des données historiques fiables.

Le test des transaminases étant sensible aux modifications hépatiques, il peut être utilisé pour évaluer l’efficacité du traitement en association avec d’autres méthodes de laboratoire et instrumentales.

Test sanguin pour la transaminase

La transaminase est le nom commun pour les enzymes présentes dans les cellules de différents organes. Lorsque les tissus sont détruits ou endommagés, que des lésions ou des pathologies se produisent, les enzymes quittent les cellules et leur taux sanguin augmente.

Le contenu de la transaminase dans le sang est important dans le diagnostic, car il s'agit d'un symptôme de certaines maladies. Dans la pratique du diagnostic, une attention particulière est accordée à deux types d’enzymes - AST et ALT. Leur contenu dans le sang sert de marqueur des dommages au foie, au coeur, au pancréas (les cas les plus fréquents sont l'hépatite, l'infarctus du myocarde, la pancréatite). Leurs valeurs absolues et le rapport entre les niveaux d'AST et d'ALT permettent de déterminer l'organe affecté, de suivre la dynamique du processus pathologique et d'établir l'étendue de la lésion.

La teneur en transaminases déterminée lors d'études biochimiques. Sang pour analyse prélevé dans une veine. À la veille de la procédure, il est déconseillé de manger des aliments gras, de prendre de l’alcool, de faire un travail physique pénible et de cesser de prendre certains médicaments une ou deux semaines avant de consulter un médecin.

Le nom complet de l'enzyme est l'alanine aminotransférase. D'après le nom, il est clair que cette protéine est impliquée dans le transfert de l'acide aminé alanine. Principalement trouvé dans le foie, ainsi que dans les cellules du cœur, du pancréas, des reins, des muscles.

Taux sanguin

Pour les femmes et les hommes, les valeurs admissibles sont différentes:

  • pour les femmes, le taux ne dépasse pas 32 unités / litre;
  • pour les hommes - moins de 40 unités / litre.

Pour les enfants d'âges différents, les normes diffèrent:

  • dans les cinq premiers jours de la vie - jusqu'à 49 unités / litre;
  • jusqu'à six mois - 56;
  • de six mois à un an - 54 ans;
  • de un à trois - 33;
  • de trois à six ans - 29 ans;
  • de six à douze - pas plus haut que 39.

Raisons pour élever

Un taux élevé d'ALAT est caractéristique de telles pathologies:

  • cirrhose du foie;
  • hépatite aiguë (virale, alcoolique);
  • pancréatite aiguë;
  • tumeur maligne du foie ou métastases;
  • jaunisse obstructive;
  • désintégration de la tumeur;
  • crise cardiaque étendue;
  • maladie cardiaque dans laquelle il y a destruction des cellules du muscle cardiaque (insuffisance cardiaque, myocardite);
  • des brûlures;
  • lésions musculaires traumatiques étendues.

Une légère augmentation est observée dans les cas suivants:

  • après une chirurgie cardiaque;
  • avec une crise cardiaque simple;
  • hépatite chronique;
  • hépatose graisseuse;
  • la mononucléose.

Outre les causes pathologiques de l'augmentation des taux d'ALAT, il existe des causes physiologiques. Ceux-ci comprennent:

  • grand effort physique;
  • prise de certains médicaments (antibiotiques, valériane, échinacée, anti-inflammatoires non stéroïdiens, contraceptifs);
  • prendre des compléments alimentaires qui affectent négativement les cellules du foie;
  • une légère augmentation peut être observée chez les femmes enceintes au cours du premier trimestre (cette condition est considérée comme normale);
  • mauvaise alimentation (présence dans le régime de fast-food, sodas, repas de produits semi-finis).

L'indicateur dans le diagnostic de la maladie du foie revêt une importance particulière. Des taux élevés d'ALAT sont un signe spécifique de pathologie hépatique. Déjà 1 à 4 semaines avant l'apparition des symptômes dans le sang, révélaient une teneur élevée en cette enzyme. En cas de maladie hépatique aiguë, il dépasse la norme de plus de cinq fois. Si un taux élevé persiste pendant une longue période ou que la maladie se développe dans les derniers stades de la maladie, cela indique une destruction massive du tissu hépatique.

L'analyse sur ALT est montrée:

  • dans le diagnostic des pathologies du foie, des voies biliaires, du pancréas;
  • contrôler le traitement de l'hépatite virale;
  • dans le diagnostic différentiel de la jaunisse hépatique et hémolytique;
  • dans l'insuffisance cardiaque et d'autres maladies cardiaques;
  • dans les pathologies des muscles squelettiques;
  • lors de l'examen d'un donneur de sang.

L'analyse est prescrite aux personnes présentant les symptômes suivants:

  • faiblesse constante;
  • fatigue rapide;
  • manque d'appétit;
  • urines foncées et selles claires;
  • jaunissement de la peau et du blanc des yeux;
  • des ballonnements;
  • nausée, vomissement;
  • douleur abdominale.

L'analyse pour ALT peut être attribuée aux personnes à risque:

  • eu un contact avec un patient atteint d'hépatite;
  • souffrant de diabète;
  • avoir un excès de poids;
  • souffrant de dépendance à l'alcool;
  • prendre des médicaments ayant des effets toxiques;
  • les personnes ayant une tendance héréditaire à la maladie du foie.

L'AST, ou aspartate aminotransférase, intervient dans le transfert de l'aspartate d'acide aminé. Contient principalement dans le coeur, le foie, les reins, les muscles.

Norma

Le contenu d'AST dans le sang devrait être:

  • pour les femmes - de 20 à 40 unités / litre;
  • pour les hommes, de 15 à 31 unités / litre;
  • pour les nouveau-nés (5 jours) - jusqu'à 140 unités / litre;
  • chez les enfants de moins de neuf ans - pas plus de 55 ans.

Raisons pour élever

On observe une augmentation de l'activité AST dans le sang dans les cas suivants:

  • avec hépatite d’origine différente;
  • infarctus du myocarde;
  • myocardite;
  • inflammation du muscle cardiaque lors du rhumatisme articulaire aigu;
  • cancer du foie et tumeurs secondaires dans le foie;
  • cirrhose et nécrose du foie;
  • l'alcoolisme;
  • maladies musculaires auto-immunes;
  • pancréatite (aiguë et chronique);
  • la maladie de calculs biliaires et d'autres pathologies dans lesquelles la sortie de la bile est altérée;
  • la cholestase;
  • la mononucléose;
  • l'hépatose;
  • des brûlures;
  • coup de chaleur;
  • intoxication par les champignons;
  • blessures.

En cas d'infarctus du myocarde, l'AST dans le sang augmente 5 fois et reste à un niveau élevé pendant cinq jours, tandis que l'ALT augmente légèrement. Si le déclin ne se produit pas au bout de cinq jours, on peut parler d'un mauvais pronostic, et si le niveau augmente, il est probable que la zone de nécrose du tissu myocardique se soit étendue.

La teneur en AST est également augmentée en cas de nécrose du tissu hépatique. Plus sa valeur est élevée, plus la défaite est difficile.

En quoi une maladie du foie diffère-t-elle d'une crise cardiaque?

Pour déterminer par l'analyse du sang dans lequel se produit la destruction d'un organe - myocarde ou foie - tissu, il est nécessaire de déterminer le rapport AST / ALT, dont la norme est de 1,3. Si la valeur dépasse 1,3, il s'agit d'une crise cardiaque, si elle est inférieure à la normale, il s'agit d'une pathologie hépatique.

Conclusion

La détermination du niveau de transaminase dans le sang revêt une grande importance pour le diagnostic de certaines maladies. Le maintien de l'ALAT est particulièrement important pour l'identification de pathologies hépatiques d'origine différente. Un changement à la hausse d'un indicateur tel que l'AST est un signe diagnostique important des dommages aux cellules du myocarde lors d'une crise cardiaque.

Tactiques de diagnostic pour l'augmentation de l'alanine transaminase (ALT)

L'alanine-aminotransférase (ALT) est une enzyme qui catalyse la transamination. Cette enzyme est présente dans de nombreux tissus du corps, en particulier dans le foie. Dans les hépatocytes, il est principalement localisé dans la fraction cytosolique.

La libération d'ALT dans le sang se produit lorsque la structure interne des hépatocytes est perturbée et que la perméabilité des membranes cellulaires augmente, ce qui est caractéristique à la fois de l'hépatite virale aiguë et de la rechute de l'hépatite chronique. À cet égard, l'ALAT est considérée comme une enzyme indicatrice et sa définition est constamment utilisée pour poser un diagnostic d'hépatite de toute nature.

Le contenu quantitatif d'ALT dans le sérum est généralement mesuré par l'activité de l'enzyme et non par sa concentration absolue. Dans le sérum d'un adulte, l'activité de l'ALT est normalement de 6 à 37 UI / l. Dictionnaire encyclopédique de l'hépatite virale (Deuxième édition)
M.S. Balayan, M.I. Mikhailov, Moscou, maison d'édition Amipress, 1999.

La détermination du sérum ALT - alanine transaminase (aminotransférase) dans le sérum est l’un des plus courants et peut être qualifié de test de routine en pratique clinique.

Tout praticien est au courant de la situation lorsqu'un patient a augmenté l'ALAT, mais il est difficile d'interpréter ce phénomène.

La raison de l'étude de l'ALT est souvent la suspicion d'une maladie hépatique aiguë ou chronique et, par conséquent, tout d'abord, il est nécessaire d'exclure l'augmentation fausse positive de cette enzyme.

La liste des médicaments pouvant entraîner une augmentation de la teneur en ALT dans le sérum

Nom du médicament / Synonyme
1. Amiodarone / Cordarone, Pacero, Amiocordin, Arythmie, Sedacoron
2. Atorvastatine / Atorvastatine, Lipitor
3. Carbamazépine / Carbapine, Carbasan, Stasépine, Tégrétol, Timonyl, Finlepsine, Finlepsol
4. Ciprofloxacine / Cipro, Afénoxine, Isifipro, Ciprobai, Médociprine, Cipronol, Cyfran, etc.
5. Dithiazem
6. Fluconazole / Diflazon, Diflucan, Medoflucon, Mycosyst, Thierlite, Flugal, Fungolone
7. Glipisid / Glucotrol
8. Isoniazide / Laniazid, nitrazide
9. Ketoconazole / Nizoral, Oronazole, Sostatin, Ebersept
10. Lovastatin / Mevacor, Aztatin, Levameg
11. Metformine / Glyukofag, dianormet, siofor
12. Méthotrexate / Folex
13. Nifedipine / Adalat, anifed, depin, zenusin, cordafen, cordipin, corinfar, nicardia, nifedikor, nifecard, nifedikal, nipelate, procardia, fenigidin
14. Nitrofurantoïne / Macrobid, Macrodantin, Uvamin-Retard, Uvamin, Furadantin, Furadonin
15. Phénytoïne / Dilatine
16. Pioglitazon / Aktos
17. pravastatine / pravol
18. prednisone
19. Rosiglitazon / Avandia
20. simvastatine / vazili, simgal, zokor
21. Tamoxifène / Nolavadex
22. Ursodiol / Aktigal, Ursosan, Ursofalk
23. Vitamine E / Acétate de tocophérol, Evitol

Le contenu en alanine (ALT) et en aminotransférase aspartique (AST) est le marqueur de lésion du parenchyme hépatique et de la nécrose hépatocellulaire le plus largement utilisé. Normalement, les sérums transférases sont présentes en quantités non significatives. Tous les cas d'augmentation soutenue du taux de transférase doivent être examinés.

Tout d'abord, il est nécessaire de mener une étude de laboratoire répétée. Des recherches répétées sur certains groupes de personnes, par exemple chez des donneurs, donnent des indicateurs normaux dans environ un tiers des cas.

Deuxièmement, il est nécessaire de recueillir soigneusement les antécédents familiaux et de procéder à un examen physique complet. L'anamnèse comprend des données sur la prise de médicaments, les médicaments non testés, les transfusions sanguines, la jaunisse ou l'hépatite, des cas familiaux de maladie du foie ou de cirrhose, des douleurs abdominales, une activité sexuelle, des maladies systémiques telles que le cancer, le diabète, l'obésité ou une perte de poids rapide.

La maladie hépatique familiale doit être prise en compte, en raison de la maladie alcoolique du foie, de la maladie de Wilson, du déficit 1-antitrypsine.

Si le niveau d'ALT et d'AST dépasse de moins de 2 fois la norme, une observation et un double examen immédiat sont nécessaires.
Une telle stratégie est optimale pour les patients.

L'observation clinique des patients montre que si le taux d'ALAT dépasse le niveau normal de seulement 50%, dans la plupart d'entre eux, après la biopsie du foie, le traitement n'est pas corrigé.

Ainsi, une biopsie hépatique diagnostique est plus souvent indiquée chez les patients pour lesquels l'ALAT est au moins 2 fois plus élevée que la normale.

La valeur diagnostique du degré d'enzyme
Pour les patients présentant une augmentation isolée de l'ALT ou de l'AST, le degré d'enzymémie a une valeur diagnostique significative.

La classification conventionnelle suivante du degré d'enzyme

Transaminases hépatiques et leur niveau d'activité

Un dysfonctionnement hépatique peut passer inaperçu pendant longtemps. Les symptômes de la maladie apparaissent souvent à un stade avancé, ce qui rend le traitement plus difficile et réduit délibérément son efficacité. La détermination de l'activité des transaminases hépatiques est l'un des tests de laboratoire les plus précis effectués pour évaluer l'état du foie.

Quelle est la transaminase

Les transaminases ou transferases sont des enzymes-catalyseurs pour les réactions chimiques du métabolisme de l'azote, dont la tâche principale est le transport des groupes amino pour la formation de nouveaux acides aminés. Les processus biochimiques nécessitant leur participation sont principalement réalisés dans le foie.

Le mouvement de transit des transaminases dans le sang n’affecte normalement pas le résultat du test; en termes quantitatifs, leur concentration est respectivement de 31 et 37 U / l pour les femmes et des hommes et de 31 et 47 U / l pour les femmes et les hommes pour les hommes et les hommes.

Transferases hépatiques déterminées lors des tests de laboratoire standard:

  • l'alanine aminotransférase ou l'alanine transaminase (ALT);
  • l'aspartate aminotransférase, ou l'aspartique transaminase (AST).

Le niveau d'enzymes dans un foie en bonne santé est influencé par des caractéristiques telles que l'âge (valeur accrue chez le nouveau-né), le sexe (le taux de transaminases dans le sang des femmes est inférieur à celui des hommes), le surpoids (il y a une légère augmentation des transaminases).

Causes des fluctuations des indicateurs d'AST, ALT

Les transaminases dans le sang d'une personne en bonne santé ne montrent pas d'activité; une forte augmentation de leur niveau est un signal d'alarme. Il faut savoir que la croissance des indicateurs n'est pas toujours déclenchée par une maladie du foie. AST est utilisé comme marqueur des dommages au muscle cardiaque lors d'un infarctus du myocarde; la concentration augmente avec une attaque sévère d'angine.

Les transaminases sont élevées dans les lésions du squelette, les brûlures, la présence d’une inflammation aiguë du pancréas ou de la vésicule biliaire, la sepsie et les états de choc.

Par conséquent, la détermination de l'activité enzymatique des transaminases ne peut être attribuée à des tests spécifiques. Mais dans le même temps, AST et ALT sont des indicateurs fiables et sensibles des dommages au foie en présence de symptômes cliniques ou de l’anamnèse de la maladie.

Une augmentation de l'activité des transaminases hépatiques applicable à la pathologie hépatique est observée dans les cas suivants:

La nécrose est un processus irréversible au cours duquel la cellule cesse d'exister en tant qu'unité structurelle et fonctionnelle de tissu. L'intégrité de la membrane cellulaire est violée et les composants cellulaires sortent, ce qui entraîne une augmentation de la concentration de substances intracellulaires biologiquement actives dans le sang.

La nécrose massive des hépatocytes provoque une augmentation rapide et répétée des transaminases hépatiques. Pour la même raison, une cirrhose significative du foie ne s'accompagne pas d'une hyperactivité enzymatique: il existe trop peu d'hépatocytes en activité pour que leur destruction conduise à une augmentation de l'AST et de l'ALT.

Les indicateurs de transaminases correspondent à la norme, bien que le processus en soit déjà au stade de la décompensation. L’ALT est considéré comme un indicateur plus sensible des maladies du foie. Par conséquent, avec les symptômes correspondants, faites tout d’abord attention à son niveau.

Des modifications nécrotiques du tissu hépatique sont observées dans les hépatites aiguës et chroniques d'étiologies diverses: virale, toxique (en particulier alcoolique et médicamenteuse), hypoxie aiguë résultant d'une forte chute de la pression artérielle lors d'un choc.

La libération d'enzymes dépend directement du nombre de cellules affectées; par conséquent, la sévérité du processus avant la réalisation d'études spécifiques est évaluée par le niveau quantitatif de transaminases AST et ALT et par une augmentation par rapport à la norme.

Cependant, pour déterminer d'autres tactiques, un examen supplémentaire est nécessaire, ainsi qu'une analyse biochimique du sang au fil du temps.

2. Cholestase (stagnation de la bile).

Bien que la sortie de la bile puisse être violée pour diverses raisons, sa stagnation à long terme dans des conditions de préservation de la sécrétion d'hépatocytes conduit à un étirement excessif, à un métabolisme perturbé et à la fin de la chaîne pathologique - à une nécrose.

3. Changements dystrophiques.

La dystrophie est une violation du métabolisme des tissus. Il accompagne en quelque sorte l'inflammation. en tant que variété, le remplacement du tissu conjonctif des zones nécrotiques peut être envisagé, ce qui constitue la base pathogénétique de la cirrhose du foie.

Parmi les raisons de l'augmentation des transaminases est indiquée la dégénérescence graisseuse du foie (hépatite grasse alcoolique).

Les maladies génétiques sont également importantes, par exemple la maladie de Wilson-Konovalov (dégénérescence hépatolenticulaire) caractérisée par une accumulation excessive de cuivre.

Les tumeurs du foie, tant bénignes que malignes, en cours de croissance détruisent les tissus environnants, ce qui provoque une inflammation. Cela se traduit par une augmentation persistante des transaminases hépatiques.

Les métastases ont le même effet: les cellules tumorales introduites par le sang ou le liquide lymphatique forment des foyers tumoraux secondaires dans le tissu hépatique.

5. Invasions parasitaires.

Les helminthes qui parasitent le système hépatobiliaire (Giardia, ascaris, opistorchis, échinocoque) provoquent une inflammation et une obstruction (chevauchement) des voies biliaires, ainsi qu'une infection secondaire, accompagnée d'une augmentation des transaminases.

6. effet médicinal.

Aujourd'hui, la science dispose de données provenant de nombreuses études qui ont prouvé que les médicaments entraînent une augmentation des transaminases. Ceux-ci comprennent:

  • agents antibactériens (tétracycline, érythromycine, gentamicine, ampicilline);
  • stéroïdes anabolisants (décanabol, euboline);
  • médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens (acide acétylsalicylique, indométhacine, paracétamol);
  • inhibiteurs de la monoamine oxydase (sélégiline, imipramine);
  • la testostérone, la progestérone, les contraceptifs oraux;
  • les sulfamides (Biseptol, Berlotcide);
  • barbituriques (sécobarbital, reposal);
  • cytostatiques, immunosuppresseurs (azathioprine, cyclosporine);
  • préparations contenant du cuivre, du fer.

L'élévation de la transaminase ne dépend pas de la forme du médicament; Les comprimés, ainsi que les perfusions intraveineuses, peuvent affecter négativement le foie ou provoquer une fausse activité de l'AST et de l'ALT, en raison de la spécificité de leur dosage dans le sérum sanguin.

Les symptômes

Malgré la diversité des causes, les maladies du foie présentent un certain nombre de symptômes similaires, accompagnés d’une augmentation des transaminases hépatiques:

  • faiblesse, léthargie, apparaissant soudainement ou persistant longtemps;
  • nausées, vomissements, qu’il y ait ou non un lien avec la consommation de nourriture;
  • perte d'appétit ou son absence complète, aversion pour certains types d'aliments;
  • douleur abdominale, en particulier lorsqu'elle est localisée dans l'hypochondre droit, épigastrique;
  • une augmentation de l'abdomen, l'émergence d'un vaste réseau de veines saphènes;
  • coloration ictérique de la peau, sclérotique des yeux, muqueuses visibles de tout degré d'intensité;
  • démangeaisons obsessionnelles douloureuses, pire la nuit;
  • décoloration des sécrétions: urine foncée, fèces acholiques (blanchies);
  • saignements des muqueuses, saignements nasal, gastro-intestinal.

La valeur de l'étude de l'activité enzymatique explique les symptômes cliniques proactifs de l'augmentation des transaminases AST et ALT dans l'hépatite virale A - déjà au cours de la période préicterique, 10 à 14 jours avant le début du syndrome de l'ictère.

Dans l'hépatite B, l'alanine transaminase prédominante est élevée, une hyperfermentémie survient plusieurs semaines avant que les signes de la maladie n'apparaissent.

La valeur dans le diagnostic

Déterminer les caractéristiques de la pathologie du foie en fonction du niveau d'hyperfermentémie à l'aide d'une échelle spéciale. Le degré d'élévation des transaminases hépatiques est divisé en:

  1. Modéré (jusqu'à 1 à 1,5 fois ou 1 à 1,5 fois).
  2. Moyen (de 6 à 10 normes ou 6 à 10 fois).
  3. Élevé (plus de 10 à 20 normes ou plus de 10 fois).

Le pic d'activité de la transaminase dans l'hépatite virale aiguë est observé au cours de la deuxième ou troisième semaine de la maladie, après quoi il diminue jusqu'à la valeur normale de l'ALAT et de l'AST en 30 à 35 jours.

En cas d'évolution chronique sans exacerbation, l'hyperfermentémie ne se caractérise pas par de fortes fluctuations et reste dans une augmentation modérée ou légère. Dans la phase latente (asymptomatique) de la cirrhose, les transaminases se situent le plus souvent dans la plage normale.

Il est important de faire attention aux transaminases hépatiques accrues, seules ou en combinaison avec d’autres indicateurs du spectre biochimique: bilirubine, gamma-glutamyltranspeptidase, phosphatase alcaline, car la combinaison d’indicateurs de croissance indique une pathologie spécifique ou réduit l’éventail des causes probables.

Ainsi, des transaminases élevées sont détectées chez les porteurs de l'hépatite B malgré l'absence de symptômes.

Jaunisse hépatique (mécanique), une insuffisance hépatique aiguë peut être accompagnée d'une augmentation du taux de bilirubine avec des concentrations simultanées normales ou faibles d'AST et d'ALAT. Ce phénomène s'appelle la dissociation bilirubine-aminotransférase.

L’augmentation des transaminases chez les enfants est souvent causée par une infection par le virus de l’hépatite, une lésion du foie induite par un médicament. Une pathologie dangereuse qui survient dans l'enfance est le syndrome de Ray. En raison de l'utilisation de l'acide acétylsalicylique (aspirine), une encéphalopathie hépatique aiguë, une maladie constituant un danger de mort, se développe.

Pour le diagnostic approfondi, on utilise le coefficient de Rytis, qui est un rapport transaminases AST et ALT. Normalement égal à 1,33. Si le coefficient de Ritis est inférieur à 1, il est considéré comme un signe de lésion infectieuse-inflammatoire du foie.

L'hépatite virale aiguë, par exemple, est comprise entre 0,55 et 0,83. Atteindre un niveau égal ou supérieur à 2 suggère que l'hépatite alcoolique ou une nécrose du muscle cardiaque est suspectée.

Valeur en thérapie

L'augmentation des taux de transaminases dans le sang est dans la plupart des cas un signe défavorable, preuve de la destruction des cellules hépatiques.

L'hyperfermentémie peut être à nouveau détectée quelque temps après la normalisation des indicateurs. En règle générale, cela indique le début d'une nouvelle ou récurrence du processus pathologique existant et la nécrose renouvelée des hépatocytes.

Comment abaisser la transaminase? Le niveau d'AST et d'ALT n'est que le reflet de la présence de la maladie; par conséquent, un retour à la normale ne peut être obtenu qu'avec un diagnostic et un traitement adéquats de la pathologie détectée. Des taux d'enzymes élevés et extrêmement élevés nécessitent une hospitalisation et un examen supplémentaire immédiat.

Il comprend des tests sanguins cliniques généraux, un test sanguin biochimique complet avec détermination des électrolytes, du glucose, ainsi que des méthodes instrumentales - électrocardiographie, ultrasons et / ou tomodensitométrie des organes abdominaux.

Si nécessaire, effectuez un test ELISA (dosage immuno-enzymatique) pour rechercher les anticorps anti-virus de l'hépatite ou la PCR (réaction en chaîne de la polymérase) afin de déterminer l'ADN ou l'ARN des virus.

Compte tenu de leur coût élevé, il n’est pas économiquement possible de les réaliser sans une justification clinique appropriée ou des données historiques fiables.

Le test des transaminases étant sensible aux modifications hépatiques, il peut être utilisé pour évaluer l’efficacité du traitement en association avec d’autres méthodes de laboratoire et instrumentales.


Articles Connexes Hépatite