Alcool et hépatite

Share Tweet Pin it

Laisser un commentaire

Puis-je boire de l'alcool avec l'hépatite C? Cette question préoccupe de nombreux patients atteints de maladies du foie, notamment l’une des formes les plus graves - l’hépatite C. L’efficacité du traitement dépend de nombreux facteurs, mais un lieu propice à la vie, qui n’a pas de place pour les boissons alcoolisées, occupe une place particulière. Il n'est pas recommandé d'utiliser des boissons contenant de l'alcool et après le traitement. Il convient de rappeler que l’éthanol et l’hépatite sont incompatibles et qu’une telle combinaison peut entraîner la mort, même des jeunes.

Les effets néfastes de l'éthanol sur le foie

Pourquoi ne pas boire de l'alcool lors d'une maladie du foie? Les médecins ont unanimement expliqué cette interdiction par le fait que l'alcool éthylique, même en petite quantité, affecte les organes internes, en particulier le foie. Il dégénère progressivement en structures de liaison inutiles pour le corps, qui ne peuvent agir sur les substances toxiques et en libérer le corps humain. En outre, l'hépatite C provoque une déplétion du foie et la consommation d'alcool n'exposera l'organe qu'à un double coup. On pense que le foie est rétabli dans les 6 mois, mais s'il est affecté par l'éthanol, au lieu de régénérer le parenchyme, sa destruction rapide se produira.

Les boissons alcoolisées sont-elles autorisées?

Après avoir découvert la raison de l'interdiction de l'alcool éthylique, la réponse à la question «Puis-je boire de l'alcool avec l'hépatite?» Devient évidente - absolument pas! Les boissons chaudes lorsqu'elles pénètrent dans le corps humain ont un effet néfaste sur les cellules du foie, provoquant une intoxication. Pour contrôler le développement de l'hépatite, le patient doit refuser d'accepter de la bière, du vin, de la vodka et d'autres boissons fortes. Sinon, si vous buvez de l'alcool avec cette maladie du foie, le patient devra faire face à un certain nombre de complications graves et de décès. Vous devez cesser de consommer de l'alcool immédiatement, comme cela a été diagnostiqué, et procéder immédiatement au traitement. Ce n’est que dans le cas où le patient refuse de consommer de l’alcool, des aliments lourds et son mode de vie sain, où le sport occupe une place particulière, une maladie du foie aussi grave que l’hépatite C sera surmontée.

Et si tu bois en petite quantité?

Tous les patients, lorsqu'ils apprennent leur diagnostic, peuvent facilement refuser de boire. Ils sont intéressés par ce qui se passera s'ils boivent des boissons fortes. Les médecins disent que même 30 g d'éthanol par jour peuvent nuire à l'évolution de la maladie et nuire au traitement. Toutefois, des médecins étrangers estiment que 10 à 14 grammes d'éthanol pur, exactement tel qu'il est contenu dans un verre de vin naturel, ne feront pas de mal au patient, son action ne pouvant être maximale que deux heures plus tard et la concentration sanguine maximale ne dépassant pas 0,2 g par litre.. Mais ces données ne trouvent aucun appui dans la société scientifique de la médecine. Vous ne devez pas risquer et boire même un minimum d'alcool, malgré le fait qu'il s'agisse d'un risque important, mais l'alcool éthylique entraîne également une dépendance et il sera encore plus difficile pour un patient souffrant d'hépatite de renoncer à l'alcool.

Comment l'alcool affecte-t-il le succès du traitement?

Outre le fait que l'alcool éthylique a un effet néfaste sur le foie, il interfère également avec le traitement prescrit par le médecin pour l'hépatite. Pour le traitement de cette maladie, on prescrit aux patients des interférons, à la fois en tant qu'agent distinct et dans le cadre d'un traitement complet, ainsi que d'autres médicaments antiviraux. L'alcool et les interférons interagissent-ils? En règle générale, les drogues de ce groupe sont dans le corps humain pendant une courte période et, lorsqu'elles sont consommées avec des boissons fortes, ce temps est encore plus réduit. Les symptômes néfastes des médicaments du groupe des interférons augmentent considérablement lorsqu'ils sont associés à de l'alcool, ce qui a un effet toxique sur le foie.

Il est catégoriquement contre-indiqué d'associer l'alcool à des médicaments antiviraux. Avant de commencer un traitement avec de tels médicaments, le patient est censé être examiné pour détecter la présence de traces d'éthanol dans le corps. Si cela n'est pas fait, le risque d'accroître les effets hépatotoxiques de ces médicaments augmente considérablement. Les effets négatifs sur le foie et les antipyrétiques, donc si vous les buvez avec des boissons contenant de l'alcool éthylique, l'effet toxique sur le corps augmentera plusieurs fois.

Complications dangereuses de la consommation d'alcool pendant l'hépatite

Qu'est-ce qui menace la consommation de boissons alcoolisées si l'hépatite C a été identifiée? Les médecins de profil prétendent que l'hépatite alcoolique toxique peut se développer avec l'abus d'alcool. Augmente en particulier le risque d'apparition de cette maladie dans de tels cas:

  • s'il y a surabondance ou manque de poids corporel;
  • en prenant des drogues qui n'interagissent pas avec l'alcool;
  • si vous buvez plus de 40 grammes par jour.

L'abus d'alcool affecte principalement la structure du foie, à savoir: le remplacement du parenchyme hépatique normal par du tissu cicatriciel se produit. Par la suite, l'hépatite évolue en cirrhose et, cette maladie ne pouvant être traitée, on ne peut que réduire le risque de son développement. Ces symptômes peuvent indiquer une cirrhose:

  • ballonnement douloureux accru;
  • augmentation de la taille de l'organe hépatique;
  • perte d'appétit;
  • réduction de poids;
  • abdomen élargi et veines dilatées;
  • faiblesse générale;
  • goût amer dans la bouche;
  • rougeur des paumes;
  • augmentation mammaire.

Sur la base de ce qui précède, il ne devrait y avoir aucun doute sur l'alcool en cas d'hépatite. Il est définitivement contre-indiqué de le prendre pendant le traitement et même après. Seul un mode de vie sain, une nutrition adéquate et le respect de toutes les recommandations du médecin en matière de traitement de l'hépatite fournissent un résultat positif et vous évitent des complications graves non désirées.

Puis-je boire de l'alcool pour l'hépatite C?

L'alcool dans l'hépatite C est l'ennemi de la longue vie. L'abus d'alcool dans le contexte de l'inflammation du foie nuit à la santé d'une personne. L’intoxication chronique du corps, la stase sanguine, l’altération du tonus vasculaire entraînent des modifications du travail d’un organe important et la déshydratation de tous les tissus après la consommation d’alcool interrompt le processus d’élimination des toxines.

L’abus d’alcool provoque un déséquilibre hormonal et des substances dangereuses ayant des effets toxiques apparaissent dans le sang du patient:

  • l'urée;
  • l'ammoniac;
  • composés chimiques complexes - sel.

L'organe malade n'est pas capable de les enlever du corps.

Le mal d'une petite dose d'alcool

L'hépatite C et l'alcool sont des concepts incompatibles. Le danger est que 20% des personnes infectées ne remarquent pas l'apparition des premiers symptômes de la maladie et que l'utilisation constante de petites doses d'alcool contribue au développement de l'évolution chronique de l'hépatite C.

Les effets de l'alcool se manifestent par un jaunissement des muqueuses, un assombrissement de l'urine, des démangeaisons de la peau, des varicosités, une augmentation de l'organe malade. Le coup le plus dévastateur pour le foie est causé par de petites doses de boissons alcoolisées prises en quelques heures.

Le patient ne doit pas boire de vodka, de brandy, de whisky ni de vin rouge. Les conséquences désagréables se produisent après le mélange de boissons gazeuses et d'alcool. Sous l'action des enzymes, l'alcool se transforme en une substance toxique, l'acétaldéhyde.

Le patient présente les symptômes suivants: nausée, mal de tête. Le foie malade n’est pas capable d’absorber l’alcool éthylique, contenu même dans 15 mg de vin sec. L'acide formique et le formaldéhyde toxique - les produits de décomposition finaux du méthanol - provoquent l'apparition d'une gueule de bois sévère.

Les patients se demandent souvent s'il est possible de boire des cocktails contenant une petite dose d'alcool, tels que du vin chaud. Le patient doit abandonner la boisson constituée de brandy et de liqueur de noix, de vin rouge semi-sucré, car le foie malade ne résistera pas à un choc toxique.

Dommages du foie à l'alcool - une menace pour la santé

Une guérison complète de l'hépatite C est observée chez les personnes qui refusent de boire de l'alcool et se conforment à toutes les recommandations du médecin. La maladie se développe rapidement si le patient continue à boire du vin ou de la vodka. Les esprits stimulent la croissance de l'agent pathogène et réduisent l'effet thérapeutique des médicaments antiviraux utilisés pour traiter l'inflammation.

L'hépatite alcoolique se développe dans le contexte d'une maladie hépatique chronique chez les personnes qui boivent beaucoup d'alcool. Dans ce cas, le patient présente les symptômes suivants:

  • amertume dans la bouche;
  • des nausées;
  • vomissements;
  • manque d'appétit.

Chez certains patients, la température augmente, la faiblesse augmente dans tout le corps, le foie augmente, il y a une douleur dans l'hypochondre droit.

L'abus d'alcool a des conséquences très rapidement si une personne ne se conforme pas aux conseils d'un médecin. Une complication dangereuse est l'obstruction du conduit hépatique. Dans ce cas, la personne a besoin de soins médicaux d'urgence. L'hépatite C entraîne l'apparition d'insuffisance hépatique si le patient n'arrête pas de boire de l'alcool à temps. Des effets dangereux se produisent même après avoir pris de petites doses de gin tonic ou de rhum.

Les effets toxiques des spiritueux

L'éthanol a un effet négatif sur les membranes des cellules hépatiques touchées par le virus de l'hépatite C. Un patient qui boit plus de 50 grammes d'alcool par jour augmente le taux de cholestérol dans le sang et réduit l'activité des enzymes. Chez un patient qui continue de prendre de l'alcool à fortes doses, l'acide urique est retenu dans le corps. Il est dangereux de boire de l'alcool ou ses substituts suivants:

  • moonshine;
  • teintures de baies et de fruits à l'alcool, fabriquées à la maison;
  • liquides techniques;
  • eau de cologne;
  • produits cosmétiques.

La dose létale d'alcool prise par le patient est de 400 ml d'alcool éthylique. Chez un patient qui boit régulièrement, la composition électrolytique du sang est perturbée. Souvent, le patient développe une fibrose alcoolique. Il a des varicosités sur le visage et le corps, ses glandes mammaires sont dilatées chez l'homme et son désir sexuel diminue. Le pronostic est défavorable.

Conséquences de la maladie chez les femmes

Les patients qui continuent à boire de l'alcool avec l'hépatite C se plaignent souvent de l'apparition d'une lourdeur dans l'hypochondre droit, de douleurs abdominales, d'une faiblesse et d'un manque d'appétit. L'utilisation excessive d'éthanol provoque des ballonnements et des grondements dans les intestins, une diminution de l'activité sexuelle, l'insomnie, de la fièvre.

Les conséquences possibles de l’alcoolisme dans le cas d’un foie malade sont très graves et conduisent souvent à une perte d’aptitude au travail et à une invalidité. Avec une augmentation de la couleur jaune des muqueuses, un coma peut survenir. Une forme grave de la maladie est accompagnée par le développement d'une hernie de l'œsophage, l'accumulation de liquide dans la cavité abdominale (ascite).

L’alcoolisme d’une mère atteinte d’hépatite C entraîne la naissance d’enfants malades atteints de troubles graves du système nerveux. Les groupes à haut risque sont les femmes qui n'arrêtent pas de boire de l'alcool pendant le traitement de l'hépatite C. Une femme enceinte qui a un buveur a une insuffisance hépatique et des crises se produisent souvent. Vient ensuite le coma, il existe des troubles marqués de la respiration et de la circulation sanguine, une chute de la pression artérielle et de la température.

Boire de la bière

Dans les maladies hépatiques virales, certains patients boivent des boissons alcoolisées. Un foie attaqué par des virus perd sa capacité à éliminer l'excès de sel. Après avoir bu quelques litres de bière, une grande quantité d'eau est retenue dans le corps. Le patient développe une ascite, accumule souvent des liquides dans la poitrine.

Le patient se plaint de difficultés respiratoires, d'apparition d'œdème des jambes et des pieds. La bière non alcoolisée en cas de pathologie virale du foie n'est également pas recommandée, car elle aggrave l'état de santé, provoque l'apparition d'un œdème, augmente le besoin d'alcool.

La consommation d'urine des patients devient foncée, des démangeaisons apparaissent même après 1 à 2 verres de bière. La perturbation de l'alimentation et un faux sentiment de soulagement après la consommation d'alcool ne font qu'aggraver l'évolution de l'hépatite. L'abus de bière et le stress compliquent souvent le processus infectieux.

Afin d'éliminer complètement l'agent pathogène, les porteurs du virus de l'hépatite devraient exclure l'utilisation de toutes les boissons alcoolisées.

Si un patient dont le sang contient beaucoup de virus a bu plusieurs verres de bière, il risque de se retrouver dans un lit d'hôpital, car l'alcool stimule la reproduction d'un agent pathogène dangereux. La bière avec hépatite est strictement contre-indiquée chez tous les patients jusqu'au rétablissement complet.

Dans le traitement des maladies du foie, il faut accorder une grande attention à un mode de vie sain. Avec une progression longue et constante de la maladie, le refus de l’utilisation de boissons alcoolisées vous permet d’éviter une insuffisance hépatique et la mort.

Hépatite B et alcool

On a diagnostiqué chez mon mari une hépatite B (chronique), le médecin a déclaré qu'il n'avait pas encore besoin de traitement, il lui suffisait de suivre un régime et de ne pas boire d'alcool du tout. Et si le foie se détériore, il faut alors suivre un traitement antiviral. Mais la détérioration peut ne pas arriver, il s'avère ne pas boire toute ma vie?! Ne vaut-il pas mieux être traité immédiatement pendant 1 à 2 ans (son efficacité est de 5050%, on peut guérir...), continuer à boire et à mener une vie normale? Peut-être en posant une telle question, je ressemble à un alcoolique)) mais je dois avouer honnêtement, parfois je veux m'asseoir sur le canapé une fois par mois, regarder un film, boire un verre de bière avec des noix... Mais il s'avère que je ne bois pas toute ma vie, je ne bois pas, et il est assis à côté de lécher? (Je n'ai pas d'hépatite, il existe un vaccin) Peut-être que les boissons peu alcoolisées peuvent contenir, disons, 500 ml de bière une fois par mois ?? Merci d'avance!

Les gens sont habitués au fait qu'une maladie grave du foie, telle que l'hépatite, est contagieuse. Dans le cas où il est causé par des virus, par exemple «B» et «C», cet ictère peut être transmis par voie parentérale et une personne peut en mourir. Mais il existe une maladie comme l'hépatite alcoolique. Beaucoup pensent que vous pouvez "boire autant que vous le souhaitez". Et dans le cas où une personne ne jaunit pas, l'alcool et l'hépatite d'un organisme ne se «rencontrent» pas au cours de la vie.

En fait, c'est une idée fausse énorme. Après tout, ceux qui pensent pouvoir boire de l'alcool autant qu'ils le souhaitent et les jeter à la «première» cloche, lors de la première attaque de jaunisse, après avoir remplacé la vodka par «une quantité modérée de bière», ne comprennent pas que le foie est pratiquement détruit. Le traitement de l'hépatite alcoolique est-il réel ou est-il trop tard?

Après tout, en règle générale, la première attaque de jaunisse s'avère être la dernière. Il s'avère que le foie et ses cellules ont commencé à mourir bien avant l'apparition des symptômes cliniques. Et, hélas, il est possible de rencontrer de telles personnes qui, ayant seulement jauni, ont décidé de «s'engager fermement» dans l'alcool. L'homme a tenu sa parole. Il a arrêté de boire. Mais il s’est avéré qu’il ne buvait pas seulement «un an avant sa mort». Qu'est-ce que l'hépatite alcoolique aiguë (SV)? Comment se manifeste cette maladie du foie et comment vous en débarrasser?

La définition

L'hépatite alcoolique est une atteinte hépatique inflammatoire ou dégénérative diffuse qui peut être aiguë ou chronique. Elle résulte de l'abus d'alcool fort et d'alcool de bas grade. Elle est presque toujours capable de se transformer en cirrhose du foie.

Quelle est la nocivité des boissons peu alcoolisées? L'hépatite est aiguë, alcoolique et se développe à partir d'eux.

Il faut dire que les personnes qui consommaient activement de la bière en Russie, en particulier à la fin de la première décennie, ressentaient tout le charme du développement de l'hépatite alcoolique, mais aussi de la cirrhose du foie, car l'écrasante quantité de sortes de bières «économiques» est artificielle, obtenue à partir de concentré avec l'ajout d'alcool.

En partie à cause de l'alcoolisme de la bière et en partie à cause de la grande quantité d'hépatite sérique, une maladie telle que "l'hépatite alcoolique" est apparue dans la CIM-10. Maintenant, un alcoolique qui a une hépatite et a empoisonné son propre foie peut considérer qu’il est «une personne avec un diagnostic de K 70». Comment la "maladie" alcoolique du foie, quels symptômes en résulte-t-elle chez une personne et, surtout, que doit en faire la société environnante? Quelle est la chance de récupération si vous arrêtez de boire? Nous allons essayer de répondre à ces questions.

A propos de la classification

Tout d’abord, vous devez comprendre que la maladie alcoolique du foie peut se manifester:

sous forme de dystrophie adipeuse, d'hépatite alcoolique active ou d'hépatite alcoolique chronique (CAG, HALG), de fibrose hépatique.

Il s’agit d’un processus dans lequel les cellules hépatiques vitales sont remplacées par du tissu fibreux, qui est un «squelette rigide» du foie et n’est pas capable de fonctionner. Parallèlement, la fonction hépatique diminue. Il existe des symptômes d'insuffisance hépatique chronique, puis aiguë. Mais la manifestation la plus fréquente de «foie alcoolisé» sont les symptômes de l'hépatite alcoolique, qui est aiguë.

Symptômes d'hépatite alcoolique aiguë ou d'ictère alcoolique

Comme pour toute défaite des hépatocytes, l'hépatite alcoolique se manifeste par plusieurs groupes de symptômes qui se combinent en syndromes. Alors, surgissez:

syndrome d'hyperbilirubinémie ou jaunisse. Presque toujours, la SV survient après une longue consommation excessive. Avec lui, il y a une jaunisse. Il peut être modérément exprimé et indique une cytolyse, c'est-à-dire une désintégration massive des cellules du foie.

La clinique est dominée par le syndrome d’intoxication, les nausées, les vomissements, la diarrhée, les douleurs au foie, la faiblesse, le refus de manger.

Dans le cas où l'OAG est une décompensation clinique de la cirrhose, une échographie peut alors déterminer un foie nodulaire et solide. Dans ce cas, si le foie est hypertrophié de manière significative mais qu'il est lisse, la cirrhose n'existe apparemment pas encore, mais son apparence n'est «pas très éloignée». L'hépatite alcoolique aiguë "fait" son travail.

Dans le même cas, si une cirrhose est présente, elle se manifeste par des varicosités, des ascites, c'est-à-dire une accumulation libre de liquide dans la cavité abdominale, un grossissement de la rate, une rougeur des paumes, des tremblements et des signes d'encéphalopathie, qui complètent la description d'apparition des alcooliques.

Syndrome de cholestase manifesté stagnation prononcée de la bile. Elle se manifeste chez environ 10% des patients et entraîne insupportable, grattage sanglant, démangeaisons cutanées, décoloration grave des selles, assombrissement de l'urine.

Habituellement avec cholestase survient:

Il érode et détruit le foie, peut-être plus secrètement que d'autres formes de ce désastre. En conséquence, la nécrose des hépatocytes commence à prédominer par rapport à la cytolyse.

Une cirrhose subclinique se produit et, avec elle, la fonction de synthèse des protéines du foie diminue. La synthèse des cellules immunitaires étant réduite, les médecins ne comprennent souvent pas pourquoi, chez les jeunes patients sans troubles particuliers, leur immunité est très faible.

Variante fulminante. Il est «rapide comme l'éclair», car il se transforme rapidement en insuffisance hépatique aiguë.

Le traitement de l'hépatite alcoolique aiguë survenant sous cette forme se termine souvent par la mort.

Comment traiter, par exemple, un jeune homme qui, au cours des deux dernières années, a bu 0,7 litre de vodka par jour?

Cela est entré dans la «normalité», mais quelques jours plus tard, il a été bouleversé: dans l'unité de soins intensifs, il représentait simplement une créature déchirante, hurlante et gonflée, de couleur jaune citron, complètement recouverte de larges contusions. Il avait une forte odeur de foie. La seule consolation était la perte de raison, ce qui ne lui permettait pas de souffrir de saignements internes importants et mineurs. Puis la conscience s'est évanouie. Il est tombé dans le coma pour ne pas en sortir et son cœur s'est vite arrêté, empoisonné par des années d'utilisation de l'éthanol.

Il est clair que dans la forme fulminante de OAG, l’alcool consommé au fil des années à partir de la «quantité» se transforme en «qualité». Parallèlement à l'hépatite alcoolique, le foie perd la capacité de synthétiser les protéines du système de coagulation sanguine. Une maladie alcoolique perturbe la synthèse de l'urée dans le foie en raison de l '«effondrement» du cycle de l'ornithine. L'azote ne commence pas à être éliminé avec l'urée mais s'accumule dans le sang. En conséquence, l’alcool meurt du foie et de tout le corps.

Diagnostics

Il convient de rappeler que le diagnostic préliminaire de «troubles alcooliques» du foie peut être déterminé simplement en sachant combien de personnes boivent. Ainsi, avec un poids de 70 kg, une consommation quotidienne de 150 à 180 ml de vodka pendant au moins un an donnera déjà des changements hépatiques marqués. Avec une «expérience d'alcool» pendant 3 ans ou plus, on peut parler en toute confiance d'une insuffisance hépatique chronique.

Le diagnostic de l'hépatite alcoolique est simple. Pour ce faire, il suffit d’un examen externe, d’un questionnement, d’une clarification de l’histoire. L'hépatite alcoolique aiguë avec une image manifeste du cours a révélé des signes, à la fois de laboratoire et instrumentaux, il s'agit d'un processus qui se manifeste dans le contexte de l'alcoolisme:

augmentation des enzymes d'ALT, AST, GGTP, phosphatase alcaline, augmentation significative du taux de pigments biliaires dans le sang ou hyperbilirubinémie, diminution de l'indice PTI (indice de prothrombine) en tant que facteur défavorable. L'hépatite alcoolique est aiguë et se produit avec un TPI faible, suspecté du développement rapide d'une insuffisance hépatique, d'une échographie du foie et des organes abdominaux. Donne une image de la croissance du tissu conjonctif dans le foie et indique le développement de la cirrhose, une biopsie du foie. Elle est réalisée afin de diagnostiquer rapidement et en toute confiance la forme latente de la maladie, ainsi que l'évolution de la variante chronique et asymptomatique de la maladie;

En outre, il ne faut pas sous-estimer les signes cliniques tels que les manifestations de polyneuropathie alcoolique et les désordres hallucinatoires-délirants alcooliques dans l’histoire (délire), la présence de télangiectasies (varicosités), la présence d’ascites, de "baguettes de tambour", la féminisation générale. L'hépatite alcoolique, qui peut être diagnostiquée à un moment donné, en fonction de «signes cliniques», est très probablement accompagnée d'une cirrhose.

A propos de l'hépatite alcoolique chronique

Une hépatite chronique se développe si les symptômes de la SV persistent pendant plus de 6 mois. L'hépatite alcoolique chronique est le plus souvent "pour le moment" un complexe de symptômes de laboratoire dans lequel la nécrose (AST) prévaut sur la cytolyse.

Avec le CAG, il est parfois difficile de poser un diagnostic correct: après tout, il est possible que la forme effacée de la SV, qui dure plusieurs mois, mais en raison d’une encéphalopathie grave et de «libations» fréquentes, le patient confond simplement toutes les dates. Comment traiter l'hépatite alcoolique?

Traitement des lésions

Le traitement de cette maladie, à la fois aiguë et chronique, est beaucoup plus difficile que le traitement d'autres formes d'hépatite, voire de la cirrhose, qui ne s'accompagnent pas d'une toxicomanie grave. Dans ce cas, il est probablement plus difficile de guérir un «foie traité à l'alcool» que de traiter la thérapie d'une maladie congénitale telle que la dystrophie hépatocérébrale ou la maladie de Wilson-Konovalov toute sa vie. Malgré le fait que cela mène à la cirrhose, si le patient est conscient et engagé dans le traitement, il peut le prendre tout au long de sa vie et rester "assis" sur un régime, et la cirrhose ne viendra pas.

Quel est le traitement de l'hépatite alcoolique? Il s’agit avant tout d’un rejet conscient et complet de l’alcool, quelles que soient la dose et le type. Est-il possible de soigner l'hépatite en buvant de la bière "un verre le week-end"? Non Cela revient à essayer de prévenir les incendies de forêt en laissant des boîtes contenant non pas 100 allumettes à la vente, mais avec 20 unités. Un incendie se produira quand même, un alcoolique tombera en panne et le médecin traitant éprouvera des sentiments compréhensibles.

Pour soigner l'hépatite, en plus de renoncer à l'alcool et de commencer un nouveau style de vie, vous devez: bien manger et «vous asseoir» sur le régime hépatique n ° 5 en refusant les aliments gras, épicés, fumés et frits.

La viande et le poisson doivent être maigres, cuits à la vapeur. Il est nécessaire d’abandonner les colorants, les agents de conservation, le "Coca-Cola" et les boissons gazeuses. Les aliments doivent contenir au moins 1 g de protéines par kilo de poids corporel. Le régime alimentaire doit contenir au moins 3 à 3 calories., 5 kcal par jour.

Le traitement symptomatique comprend l'utilisation de sorbants, l'élimination des symptômes d'intoxication, la lutte contre la jaunisse et le prurit, qui a tendance à se produire la nuit.

Nommé vitamines, acide folique, traitement par perfusion. Patients ayant reçu une injection d’albumine, plasma. Le rendez-vous de l'adméthionine (Heptral) est indiqué.
Le traitement de cette maladie avec l'utilisation d'hépatoprotecteurs est encore discutable, car l'efficacité statistique de ces médicaments n'a pas été prouvée en ce qui concerne les critères de jugement - l'espérance de vie et le degré de fibrose.

Hépatite virale et consommation d'alcool, ainsi que pronostic

Les patients infectés par une hépatite virale ne doivent pas boire d'alcool. Ignorer les symptômes et le traitement de la maladie et attendre que l'on prenne «l'alcool après le traitement de l'hépatite» est un signe certain d'un résultat insatisfaisant.

Tout le monde sait que l'hépatite C est un «tueur sucré». L'hépatite C et l'alcool sont un double tueur. Bien sûr, un diagnostic tel que «l'hépatite alcoolique C» ne se produit pas, mais l'alcool avec l'hépatite C est une chance sûre de devenir le «propriétaire heureux» de la cirrhose du foie dans le contexte de son cancer, ou carcinome hépatocellulaire. Hélas, ce sont les conséquences.

Et, s’il est infecté par la forme parentérale de l’hépatite virale, la première tâche consiste alors, autant que possible, à respecter toutes les instructions du médecin.

N'oubliez pas que de nombreux patients qui apprennent à vivre sans alcool ni drogue retrouvent une vie normale. Mais combien vivent ceux d'entre eux qui ne peuvent pas abandonner la passion pernicieuse? L'alcoolisme ne lâche pas ses victimes. L'hépatite alcoolique aussi.

Pour certains, il s'agit de cirrhose et de mort. Pour d'autres, il s'agit d'une démence acquise et d'un déclin de la personnalité. Les tiers jouissent de la joie de vivre et se réjouissent de la victoire remportée sur leur faiblesse et le "serpent vert".

Risque de boire de l'alcool avec l'hépatite C

Après la découverte du virus de l'hépatite C, les médecins, outre le danger de la maladie elle-même, ont constaté un niveau de menace pour la santé incomparablement plus élevé, porté par les complications de cette maladie. Les résultats de nombreuses études de médecins confirment l'accélération de la progression de l'hépatite C chronique sous l'influence de l'alcool. Déterminez si la combinaison «hépatite C et alcool» est dangereuse.

Conseils d'hépatologues

En 2012, le traitement de l'hépatite C a connu une avancée décisive. De nouveaux médicaments antiviraux à action directe ont été mis au point. Avec une probabilité de 97%, ils vous débarrassent complètement de la maladie. L'hépatite C est désormais officiellement considérée comme une maladie entièrement traitable dans la communauté médicale. Dans la Fédération de Russie et les pays de la CEI, les médicaments sont représentés par le sofosbuvir, le daclatasvir et le ledipasvir. À l'heure actuelle, il y a beaucoup de contrefaçons sur le marché. Les médicaments de bonne qualité ne peuvent être achetés qu’à des sociétés agréées et à la documentation pertinente.
Aller sur le site du fournisseur officiel >>

Devrais-je prendre de l'alcool avec la maladie?

Les personnes atteintes d'hépatite C chronique sont fortement contre-indiquées à la consommation d'alcool. Des doses élevées d'éthanol peuvent augmenter considérablement le risque de décès. Cela correspond à la quantité d'alcool équivalente à 40 grammes ou plus d'éthanol pur pour les hommes et de 20 grammes pour les femmes.

Dans le même temps, des données provenant d'études suédoises et britanniques montrent que la consommation de 10 à 20 grammes d'éthanol par jour n'a pas d'incidence sur la progression de la maladie dans environ 80% des cas. Cependant, une consommation d'alcool plus intense provoque le développement d'une fibrose du foie chez ces patients et contribue également à l'affaiblissement de l'effet antiviral des médicaments prescrits.

Prenez note! 25 grammes de vodka contient 10 grammes d'éthanol. Ainsi, pour les femmes, la quantité maximale d'alcool autorisée est équivalente à 50 grammes de vodka. Les hommes peuvent doubler ce montant.

Cela fait référence à une personne en bonne santé! Un patient qui opte pour un rejet conscient de l'alcool augmente ses chances de guérison et son état hépatique normal à l'avenir.

Tout cela suggère que les patients atteints d'hépatite C virale chronique devraient s'abstenir de consommer de l'alcool.

Qu'est-ce que vous devez savoir sur les petites quantités d'alcool?

Un verre de vin naturel sec ne contient pas plus de 10-14 grammes d'éthanol pur. L'ingestion de cette quantité signifie que son action ne atteint son maximum qu'après deux heures et que la concentration maximale dans le sang ne dépasse pas 0,2 gramme par litre.

Cela suggère qu'une concentration d'alcool aussi faible n'affecte pas négativement le corps humain. Ces données se trouvent dans les études de nombreux médecins étrangers. Cependant, ils ne trouvent toujours pas un soutien total dans la société médicale scientifique.

Le risque d'endommager le foie par l'alcool augmente considérablement en cas d'utilisation de trente grammes d'éthanol par jour. Bien entendu, l’abstinence complète (échec) a l’effet le plus positif sur l’état du foie et conduit à une rémission stable.

Les patients ne peuvent pas risquer et utiliser même de petites quantités d'alcool éthylique, en se référant au fait que la majorité des patients ne sont pas capables de causer des dommages. Il existe des composantes morales et éthiques ainsi que sociales du problème. Après tout, l’éthanol est une substance qui entraîne une dépendance, qui se développe de différentes manières. L'interdiction de l'alcool doit être claire et compréhensible pour le patient.

Quelles pourraient être les conséquences de la consommation d'alcool lorsque vous tombez malade?

Si une personne atteinte d'hépatite C boit de l'alcool de manière incontrôlable, une hépatite alcoolique toxique peut survenir avec un degré de probabilité élevé.

Les personnes à risque comprennent les catégories de patients suivantes:

Récemment, j'ai lu un article qui parle de l'utilisation du complexe de médicaments "SOFOSBUVIR DAKLATASVIR "pour le traitement de l’hépatite C. Avec l’aide de ce complexe, vous pouvez TOUJOURS vous débarrasser de HEPATITE C.

Je n'étais pas habitué à faire confiance à aucune information, mais j'ai décidé de vérifier et de commander. Les médicaments ne sont pas bon marché, mais la vie est plus chère! Je n’ai ressenti aucun effet secondaire à la réception, je pensais déjà que tout était en vain, mais un mois plus tard, j’ai passé les tests et le PCR n’a pas été détecté, ni détecté après un mois de traitement. Humeur considérablement améliorée, il y avait encore une envie de vivre et de profiter de la vie! J'ai pris des médicaments pendant 3 mois et le virus a donc été FAIT. Essayez et vous, et si quelqu'un est intéressé, alors le lien vers l'article ci-dessous.

  • ceux qui prennent des médicaments pouvant avoir un effet hépatotoxique sous l’influence de l’alcool;
  • les personnes ayant un virus actif;
  • ceux qui font de l'embonpoint ou ont une insuffisance pondérale;
  • ceux qui utilisent les soi-disant quantités dangereuses d'alcool (plus de 40 grammes par jour).

L'utilisation d'éthanol en quantité supérieure à 125 grammes par jour entraîne inévitablement une cirrhose du foie.

Dans cette maladie, la structure du foie se modifie: ses cellules normales sont remplacées par du tissu cicatriciel. Les principaux signes de la cirrhose sont:

  • douleur et lourdeur dans l'hypochondre droit, ainsi que dans la partie supérieure de l'abdomen;
  • une augmentation de la taille du foie et de la rate;
  • perte d'appétit et de poids;
  • faiblesse croissante;
  • flatulences;
  • une sensation d'amertume vive et désagréable dans la bouche;
  • dilatation des veines de l'abdomen, ce qui entraîne l'apparition dans le nombril d'un motif bleu caractéristique ressemblant à la tête d'une méduse;
  • l'apparition de taches rougeâtres sur la poitrine et le dos;
  • une augmentation de la taille de l'abdomen due à l'accumulation de liquide dans celui-ci (ascite);
  • il y a des rougeurs des paumes;
  • augmentation mammaire et diminution de la libido chez l'homme et troubles menstruels chez la femme.

La cirrhose du foie ne peut être guérie. Vous ne pouvez que ralentir son développement. L'abandon complet de l'alcool avec une prédisposition à la cirrhose peut réduire le risque de développer une complication dangereuse.

Devrais-je complètement renoncer à l'alcool en cas de maladie?

L'hépatite virale C est maintenant traitée avec succès par l'interféron. Ils peuvent être utilisés seuls ou en association avec d'autres médicaments antiviraux. Naturellement, la question se pose de la possibilité de boire de l'alcool lors de la consommation de telles drogues.

Les interférons conventionnels peuvent être présents dans le corps humain pendant une courte période. Lorsque vous buvez de l'alcool, ce temps est encore plus réduit. Des médicaments séparés peuvent provoquer des modifications irréversibles du tissu hépatique, à condition que l’alcool soit consommé simultanément.

Le médecin doit informer le patient des effets indésirables de ces médicaments. Dans une telle situation, la décision la plus judicieuse est l’abstinence totale. Après tout, même un effet toxique léger et bref sur un foie affaibli par un virus peut avoir des conséquences graves.

Les médicaments antiviraux ne peuvent pas être prescrits si une personne a consommé de l'alcool. Avant de commencer un traitement antiviral, il doit subir un examen spécial pour détecter les traces d’alcool dans le corps.

Sans cet examen, les effets hépatotoxiques de tels médicaments pourraient augmenter. Il est nécessaire de discuter des médicaments anti-inflammatoires et antipyrétiques avec votre médecin. En effet, parmi leurs effets secondaires - juste un effet négatif sur le foie.

Dans tous les cas, lors de la prise d'alcool pendant un traitement antiviral, la probabilité d'une issue heureuse diminue de manière significative.

Refuser de l’alcool est une recommandation clé pour tous les patients atteints d’hépatite virale C. Pour l’instant, il n’ya pas de réponse définitive à la question de savoir si l’alcool est rarement disponible à petites doses ou s’il est préférable d’abandonner complètement l’alcool. Après tout, une chose est sûre: il est impossible de guérir le foie alcoolisé et il n’est possible que de nuire.

Cependant, certaines catégories de patients ont encore du mal à arrêter de boire. Les problèmes d'alcool représentent environ 7 à 8% des patients.

Les problèmes liés aux boissons alcoolisées peuvent concerner toute personne qui donnera au moins une réponse positive à ces questions:

  1. Vous pensiez avoir besoin de réduire la quantité d'alcool consommée?
  2. Cela vous dérange-t-il lorsque quelqu'un vous critique pour avoir bu?
  3. Vous sentez-vous coupable de la consommation excessive d'alcool?
  4. Avez-vous déjà été sobre?

S'il y a des raisons de croire que vous ne vous débrouillez pas bien avec l'alcool, il est préférable de contacter un spécialiste. Une personne ayant un tel problème a besoin d'une aide qualifiée. Après tout, l'alcoolisme est une maladie. Il y a plusieurs façons d'aider à résoudre le problème.

Donc, l'alcool avec l'hépatite C est contre-indiqué. Le risque n'en vaut pas la peine et il est préférable d'arrêter complètement de boire. Cela ne profitera qu'à la santé.

Alcool et hépatite C: dans les maladies chroniques, après HTT, les conséquences de la consommation

L’effet néfaste de l’alcool sur les cellules du foie est bien connu. En raison du fait que ce corps a une excellente capacité d'auto-régénération et de renouvellement, des processus destructeurs prononcés sont présents loin de tous les consommateurs d'abus d'alcool.

De plus, très souvent après l’ouverture d’un alcoolique décédé, de nombreuses pathologies d’organes internes apparaissent en lui, mais le foie est retrouvé dans un état normal. Cependant, un complexe tel que l’alcool et l’hépatite C garantit une destruction progressive du foie et réduit considérablement l’espérance de vie d’une personne.

L'hépatite C et ses effets sur le foie

Rappelez-vous que toute hépatite est causée par un virus. Contrairement aux bactéries, les virus ne sont pas des cellules et ne peuvent donc pas franchir seuls les étapes du développement. Pour leur propre réplication, ils ont besoin de cellules vivantes. De plus, pas n'importe lequel, mais des cellules d'un certain type. Par exemple, les virus respiratoires infectent les cellules des muqueuses des voies respiratoires. Le virus de l'herpès s'installe dans le système nerveux. Virus de l'hépatite C - dans le foie.

Les particules virales (virions) envahissent les hépatocytes (cellules du foie), pénètrent dans leurs noyaux, dans lesquels elles sont incluses dans le processus de réplication des protéines.

En conséquence, la cellule commence à produire des protéines virales qui acquièrent ensuite la membrane et deviennent des virions à part entière, quittent l'hépatocyte, infectent le voisin, etc.

Conséquences de la défaite des virus des hépatocytes:

  • la synthèse des protéines du foie et des enzymes, qui jouent un rôle crucial dans le travail coordonné de tout l'organisme, est réduite;
  • la fonction de désintoxication du corps se détériore;
  • efficacité réduite des processus métaboliques (transformation des glucides, des graisses);
  • réduit considérablement la capacité du corps à se régénérer lui-même;
  • au fil du temps, les hépatocytes sont remplacés par du tissu conjonctif.

L'effet de l'alcool sur le foie

L'effet de l'alcool n'est pas aussi inconditionnel que le processus décrit ci-dessus, qui se produit dans l'hépatite C. Cela est principalement dû à la capacité colossale du foie à se rétablir. Néanmoins, dans le contexte d’autres facteurs (utilisation à long terme de drogues, drogues, maladie chronique du foie, causes héréditaires), les effets néfastes de l’alcool peuvent être très graves.

Implication du foie dans le métabolisme de l'éthanol

L'alcool de toute boisson est décomposé dans le foie. Ce processus biochimique comprend deux étapes:

  1. Déshydrogénation de l'éthanol en acétaldéhyde.
  2. Oxydation de l'acétaldéhyde en acide acétique.

La substance intermédiaire - l'acétaldéhyde - est un poison pour le corps. Avec son accumulation d'une personne se sent mal. En particulier, le syndrome de la gueule de bois est précisément dû au fait que le foie n'a pas le temps d'oxyder tout l'acétaldéhyde formé.

Le métabolisme de l'éthanol n'est possible que grâce à des enzymes hépatiques spéciales.

Ceci explique pourquoi l'alcool et l'hépatite C, lorsqu'ils sont combinés, multiplient les effets toxiques des premiers, non seulement sur le foie, mais également sur tout le corps.

Maladie alcoolique du foie

Les modifications des fonctions et de la structure du foie sous l'influence de l'alcool sont appelées maladie hépatique alcoolique.

Le développement du processus pathologique est associé aux effets toxiques de l'éthanol et de l'acétaldéhyde sur les hépatocytes:

  • le nombre d'enzymes produites est réduit, incl. ceux impliqués dans le métabolisme des lipides;
  • les graisses à traiter se déposent dans le foie, à l'intérieur des hépatocytes et entre eux, nuisant davantage au fonctionnement de l'organe;
  • le tissu hépatique normal est déformé, le foie est hypertrophié.

Ce stade est appelé "foie gras" ("hépatose alcoolique grasse" ou "stéatose").

Chez certains patients, le stade de l'hépatite alcoolique devient l'hépatite alcoolique avec risque de fibrose. Chez 10 à 20% des patients, le processus se termine par une cirrhose du foie.

Le développement et le taux de progression de la maladie alcoolique du foie sont individuels et sont déterminés par plusieurs facteurs, notamment:

  • caractéristiques héréditaires du métabolisme de l'éthanol (par exemple, déshydrogénation trop rapide en acétaldéhyde et oxydation lente en acide acétique);
  • la quantité et la fréquence de consommation d'alcool;
  • facteurs dommageables supplémentaires (médicaments à long terme, maladie du foie).

Parmi ces derniers, l'hépatite C et l'alcool sont des facteurs qui renforcent et accélèrent les processus dystrophiques dans le foie.

Hépatite alcoolique

Comme il a été montré ci-dessus, l'éthanol provoque parfois une hépatite non infectieuse. Cela peut être à la fois une dégénérescence chronique à long terme du tissu hépatique, presque asymptomatique, et une hépatite alcoolique aiguë avec des symptômes:

  • le patient devient jaune;
  • change la couleur des matières fécales et de l'urine;
  • la température corporelle augmente;
  • d'autres symptômes d'intoxication sont observés.

L'exacerbation de l'hépatite alcoolique sur fond de dommage viral au foie se produit plus souvent, avec des symptômes plus prononcés.

Comment la consommation d'alcool lors de l'hépatite C affecte l'évolution de la maladie

Dans de nombreuses études menées sur l'effet de l'alcool dans l'hépatite C sur l'état du foie et l'évolution de la maladie, les thèses suivantes ont été prouvées de manière convaincante:

  • l'effet immunosuppresseur de l'alcool réduit la phagocytose des macrophages - altère l'immunité cellulaire;
  • l'alcool améliore la réplication du virus de l'hépatite C;
  • boire plus de 10 g d'éthanol par jour augmente le niveau de charge virale;
  • la quantité de virus dans le sang augmente avec la consommation d'alcool et inversement;
  • l’absence de boisson réduit la libération de virions par les hépatocytes;
  • les patients buveurs ont un taux plus élevé de fer dans le tissu hépatique, ce qui peut également contribuer à la destruction des hépatocytes;
  • chez les patients buvant de manière intensive, l'efficacité du traitement par interféron diminue.

L'effet de l'alcool sur le foie après l'hépatite C du PVT

Sur la base des thèses ci-dessus, en particulier sur l'effet de l'alcool sur le foie et son effet immunosuppresseur, il est clair qu'après un traitement antiviral (PVT) de l'hépatite C, l'alcool doit être jeté:

  • avec fibrose;
  • avec cirrhose;
  • dans le carcinome hépatocellulaire.

Dans la plupart des cas, l'état du foie dans ces groupes de patients ne permet pas de porter de l'alcool.

Puisque ces maladies sont progressives, la tolérance à l'alcool se détériore avec le temps.

En l'absence de fibrose et de réponse virologique prolongée (RVS), les médecins recommandent également l'abandon de l'alcool. Ceci est dû à plusieurs facteurs:

  • le virus peut rester dans le corps, alors que les méthodes de test ne sont pas en mesure de le suivre, car ils ont tous un seuil de sensibilité et peuvent se tromper;
  • même si le virus a été éliminé avec succès, le foie nécessite une période de récupération et mieux il dure.

En l'absence de réponse virologique après une TPC de l'hépatite C, les risques standard de consommation d'alcool énumérés dans les paragraphes précédents demeurent.

Conséquences de la consommation d'alcool pour l'hépatite C

Si une personne continue à boire de l'alcool avec l'hépatite C, elle risque les conséquences suivantes:

  • progression de la maladie vers la cirrhose;
  • transformation de la cirrhose en carcinome hépatocellulaire.

Ces conséquences se développent chez les personnes qui ne boivent pas d'alcool. Cependant, chez les patients atteints d'hépatite C chronique, la maladie se transforme en stade de cirrhose et de cancer plus souvent et plus rapidement que chez les patients qui ne boivent pas du tout.

Puis-je boire de l'alcool avec l'hépatite C?

Étant donné que même de petites doses d'alcool peuvent aggraver l'évolution de l'hépatite C, il est conseillé aux personnes infectées par le VHC de refuser complètement de prendre des boissons alcoolisées.

Vidéo utile

Sur l'effet de l'alcool sur le foie - informations supplémentaires dans la vidéo suivante:

Pourquoi l'alcool n'est pas autorisé pour l'hépatite C

L'alcool et l'hépatite C sont deux facteurs néfastes pour le foie. Ils sont semblables dans leur action destructrice et ensemble, ils peuvent complètement détruire un organe vital. L’alcool dans l’hépatite ne peut être utilisé du tout, car l’éthanol contenu dans les boissons alcoolisées endommage les cellules du foie, qui sont remplacées par du tissu conjonctif. Cela conduit à une cirrhose du foie, puis au dernier stade de la mort d'un organe - le carcinome. Les cellules de cet organe du système digestif touchées par le virus de l'hépatite C s'enflamment lentement et s'épuisent, souffrant d'intoxication par le virus.

L'hépatite provoque une augmentation du nombre de cellules mortes du foie plusieurs fois lors de la consommation d'alcool.

L'hépatite C et l'alcool sont deux concepts qui ne devraient en aucun cas être présents. Quand on boit de la bière, du vin, de la vodka, qui survient lors du développement de l'hépatite C, le cancer se développe rapidement. Les hépatologues ne recommandent pas de boire de l'alcool pour l'hépatite C, car on ne sait pas quelle dose minimale d'alcool peut être sans danger pour ce patient en particulier. On sait que même de petites doses, dans 10 g d'alcool, peuvent avoir des effets irréversibles et accélérer le développement de l'oncologie hépatique. L'hépatite C et l'alcool contribuent au développement d'un patient infecté aux stades suivants: fibrose, cirrhose et carcinome hépatocellulaire, appelé cancer du foie. Sans consommation de boissons alcoolisées, ce processus est long, lent et prend environ 40 ans. Dans le contexte de l'utilisation même de petites doses de bière, des conséquences graves commencent à se manifester, qui se traduisent par une accélération du développement de la fibrose et de tous les autres stades de l'hépatite.

Comment fonctionne l'hépatite C?

L'hépatite C aiguë est latente et non diagnostiquée. Elle n'est donc souvent pas traitée. Pour cette raison, il devient chronique et son traitement exige que la personne infectée soit attentive au foie affecté. L'alcool et l'hépatite C ne doivent pas être combinés. Un système immunitaire fort d’une personne en bonne santé qui ne consomme pas de boissons alcoolisées est capable d’expulser le virus de l’hépatite C en un an.

Le système immunitaire humain est affaibli ou boit de l'alcool, il ne peut pas expulser indépendamment le virus du corps. Nécessite un traitement à long terme, qui visera à rétablir la santé.

Les personnes qui consomment de l'alcool et souffrent d'hépatite C pendant 6 ans après le début de l'infection développent une cirrhose du foie. Les personnes âgées et les adolescents souffrent le plus. Le cours de la maladie est souvent aggravé par le fait qu’il s’agit d’un traitement antiviral contre-indiqué.

Le développement de la fibrose dans l'hépatite C et l'alcool

La fibrose est la transformation pathologique des cellules du foie en tissu conjonctif. Cela est dû au fait que les substances toxiques de la décomposition des virus de l’éthanol ou de l’hépatite infectent en permanence les cellules du foie et empêchent leur régénération. D'autre part, un autre processus est en cours, produisant diverses substances nécessaires au foie et à ses cellules. La production constante de collagène entraîne la croissance de tissus durs qui, avec le temps, peuvent entraîner la perte de tout le foie.

Le développement de la fibrose hépatique est associé à l'abus d'alcool, à une intoxication par des substances toxiques et à des médicaments, même en l'absence de dommages viraux. Ceci est une conséquence naturelle de l'intoxication du foie par le virus de l'hépatite C et l'alcool. Ces deux facteurs violent le délicat équilibre de la formation du tissu conjonctif et des cellules du foie.

Mais si vous excluez la vodka, le vin et la bière, l'hépatite C ne contribuera pas autant au développement de la fibrose, car le système immunitaire la déprimera constamment aussi longtemps que cela est possible. La médecine moderne a recueilli un certain nombre de preuves qui confirment que la fibrose hépatique peut être guérie dans des conditions favorables. Lorsque vous renoncez à l'alcool en raison de l'hépatite C, la création de telles conditions est possible pour toute personne.

Les dommages alcooliques au foie, si vous buvez de la bière, du vin et de la vodka, même à petites doses, après quelques années d'abus, entraînent des lésions des cellules de l'organe et le développement de la cirrhose, même sans étymologie virale. Avec l'hépatite alcoolique, une fibrose va nécessairement se développer, ce qui, avec une hérédité défavorable, conduit à l'apparition d'un cancer du foie. Si, en même temps, l'hépatite C est ajoutée, tous les processus passent rapidement.

Abandon d'alcool: soulager les symptômes de l'hépatite C

La bière, le vin et la vodka contiennent de l’éthanol, à partir duquel, lorsqu’il est décomposé, l’acétaldéhyde se forme dans le corps. Il détruit les cellules du foie et conduit à une intoxication du corps. Ce processus se produit chaque fois que l'alcool entre dans l'estomac. La manifestation du syndrome d’abstinence sur fond d’alcoolisme et de lésions des cellules hépatiques par le virus de l’hépatite C indique que la maladie alcoolique s’est développée et que seule une interdiction totale de l’utilisation de boissons alcoolisées est interdite.

Pour faire face à l'effet destructeur de l'hépatite C, il est nécessaire de vous interdire de boire de la bière, du vin et de la vodka, même en quantité minime. L'alcool et l'hépatite C ne peuvent pas être combinés en raison du pouvoir destructeur qui tue le foie et conduit à une mort précoce. Avec le développement de l'hépatite virale C, il est très important de savoir à quel stade se trouve la maladie au moment de sa découverte. Il s’agit de la présence ou de l’absence de fibrose et de l’état général du foie. Arrêtez de boire devrait immédiatement après le diagnostic et commencer le traitement. Le respect de toutes les prescriptions d'un médecin, un mode de vie sain, le rejet des mauvaises habitudes aideront le système immunitaire à établir une harmonie perturbée et à expulser la maladie.

Hépatite C Diet

Le numéro de régime 5 est généralement prescrit par un médecin pour tout dommage au foie. S'il est observé, il devrait y avoir un régime fractionnaire - au moins 5 fois par jour. Le petit-déjeuner, le déjeuner, le dîner, le thé de l'après-midi et le dîner simultanés facilitent la digestion, nourrissent le corps en nutriments essentiels et contribuent au départ rapide de la bile. Pour un deuxième petit-déjeuner et une collation dans l'après-midi, un sandwich au fromage, une viande bouillie, une pomme sont appropriés. Pour le petit-déjeuner, vous aurez une bonne céréale muqueuse, facilement digestible, telle que la farine d'avoine, qui peut affecter avantageusement les cellules hépatiques touchées. Pour le déjeuner, ils mangent des soupes transparentes faibles en gras, de la viande maigre, des accompagnements de céréales et des galettes de viande à la vapeur à base de poulet ou de veau. La nourriture bouillie et cuite au four affecte favorablement le foie malade et commence à revivre. L'eau minérale sans gaz, le jus de pomme, les compotes de fruits secs, les infusions aux herbes, la boisson d'églantier et les pommes cuites au four pour le dessert soutiennent très bien le foie et contribuent à la circulation de la bile.

Les patients atteints d'hépatite bénéficieront de plats végétariens et de fromages cottage. Si le corps tolère les œufs, vous pouvez en manger 2 fois par semaine, bouillis ou sous forme d'omelette. Lait et fromage à pâte molle utiles.

Légumes, fruits, salades et vinaigrettes et fruits, diverses salades, en particulier de betteraves, contribuent à l'écoulement de la bile et éliminent les toxines créées par le virus de l'hépatite C.

Le régime alimentaire contre l'hépatite ne permet pas la consommation de viande de porc, de bouillons gras saturés et de beurre. Le foie après avoir mangé ces produits commence à s'enflammer, une éructation amère apparaît dans la bouche et la maladie de calculs biliaires peut s'aggraver.

Les excès alimentaires, les aliments gras abondants, les aliments en conserve, les saucisses et les produits fumés ont des effets néfastes sur le foie. La prise d'alcool avec l'hépatite C provoque une intoxication du corps et une inflammation du foie. Lorsque des violations du régime apparaissent des symptômes tels que:

  • douleur au côté droit;
  • amertume dans la bouche;
  • des nausées;
  • vomissements sévères.

Mode de vie sain - aide dans la lutte contre la maladie

La nutrition médicale et les exercices légers contribuent à la normalisation de tous les processus biochimiques dans le foie, ce qui conduit à la reprise de la production de cellules du foie. L'exercice, le yoga et la méditation aident à résister à la charge nerveuse et à soulager l'état de stress dans lequel se trouve une personne infectée.

L'alcool et l'hépatite C peuvent causer la mort d'une personne en âge de travailler. Le refus des drogues, de la nicotine et de l'alcool éliminera l'intoxication hépatique supplémentaire, ce qui facilitera plusieurs fois l'évolution de la maladie associée à l'hépatite.

La vaccination contre les hépatites A et B aidera à éviter les infections par d'autres types de virus de l'hépatite, ce qui augmentera les effets nocifs sur le foie.

Si vous n'arrêtez pas de boire tout seul, vous devez contacter un spécialiste du traitement de la toxicomanie qui vous aidera et mettra fin à votre dépendance à l'alcool pour toujours. Cela donnera une chance d'atténuer l'évolution chronique de l'hépatite C et, éventuellement, de se débarrasser de la maladie. Si cela échoue, ralentissez le développement de la maladie pendant un long moment - c'est une tâche réalisable pour tous ceux qui mènent un style de vie sobre.


Articles Connexes Hépatite