Traitement gratuit de l'hépatite C

Share Tweet Pin it

En règle générale, s’agissant du traitement des maladies graves, le principal problème lié à l’acquisition de fonds concerne le volet financier. Le coût élevé des médicaments semble pour beaucoup de patients un facteur incontournable.

Cependant, il existe en Russie des programmes spéciaux permettant aux patients souffrant de certaines affections (physiques et sociales) de commencer un traitement gratuit pour l'hépatite C. Pour profiter de cette occasion, vous devez examiner avec soin les conditions d'obtention d'un laissez-passer et les autres méthodes possibles vous permettant de commencer le cours sans coût financier..

Traitement gratuit de l'hépatite C à Moscou

Pour commencer, il convient de noter que le VHC est traité à l'aide d'agents antiviraux spéciaux. L'utilisation de comprimés spéciaux (interféron et ribavirine) coûte jusqu'à 70 000 roubles. Si vous remplacez des médicaments étrangers par des médicaments nationaux, les coûts sont quelque peu réduits - à 20-30 000 roubles.

Si nous parlons de traitement avec une nouvelle génération de médicaments (sofosbuvir, dactalasvir, lédipasvir, velpatasvir), la quantité augmente. Les médicaments originaux coûtent environ 600 000 euros par cours. L'alternative est le générique de sofosbuvir d'Inde, qui est plusieurs fois moins cher et provient directement du fabricant. En 2016, le sofosbuvir est officiellement reconnu en Russie et, depuis lors, il a été activement introduit dans le traitement du VHC.

Pour ceux qui ne sont pas en mesure de dépenser de l'argent en traitement, un programme spécial est prévu. Il convient de noter immédiatement qu'il n'est pas disponible pour tout le monde. Par exemple, le traitement de l'hépatite C à Moscou est fourni gratuitement par un seul centre médical opérant dans le cadre de ce programme - Infectious Diseases Hospital №1. Pour les résidents de la région de Moscou et de la région, ces services sont disponibles dans le centre MONICA.

Un traitement gratuit pour l'hépatite C en 2018 - est-ce réel?

Si le patient reçoit un diagnostic d'hépatite C, peut-il être guéri avec des fonds publics? La réponse est oui. Cependant, toutes les difficultés sont cachées dans les détails.

La première étape pour ceux qui souhaitent obtenir un traitement gratuit pour l'hépatite C en 2018 consiste à faire appel à un spécialiste des maladies infectieuses de la communauté. Après avoir reçu les résultats du test, le spécialiste envoie une demande à un hépatologue. Avec ce document, le patient doit se rendre dans un centre spécialisé en hépatologie.

La prochaine étape est un examen supplémentaire. Dans le cadre de cette procédure, le personnel du centre vérifie si le cas en question est conforme à la législation. Qui a une chance réelle de réponse positive? Les patients souffrant à la fois du VHC et du VIH ont souvent un réel espoir de suivre le cours dans le cadre du programme. Les chances sont grandes chez les personnes dont le foie est affecté à un degré élevé de fibrose.

Dans ces conditions, la plupart des patients perdent immédiatement tout espoir de s'inscrire gratuitement dans le quota de personnes pouvant bénéficier d'un traitement contre l'hépatite C en Russie. D'un autre côté, c'est un bon signe, car il évoque des chances de récupération considérables: la principale menace pour le corps est absente, la maladie n'a pas encore atteint un stade avancé et il reste un délai supplémentaire pour choisir un autre traitement.

Programme de traitement gratuit de l'hépatite C - Autres options

Un autre moyen très intéressant d’obtenir de l’argent est de participer à des tests de laboratoire. Les médicaments contre l'hépatite C sont distribués gratuitement aux personnes inscrites dans le groupe de test. Il existe également certaines normes - âge, sexe, génotype spécifique, stade de développement, dépendance, grossesse (ou l'absence de celle-ci), etc.

Programme de traitement gratuit supplémentaire pour l'hépatite C - l'achat de médicaments pour l'hépatite C avec de l'argent reçu de fonds ou d'organisations s'occupant de ces problèmes. Dans notre pays, certaines structures prennent des produits de traitement et les transmettent à ceux qui ont besoin d'un cours de médecine complet.

Il existe des options plus rares, mais également efficaces. Par exemple, selon la décision des autorités locales de certaines régions, des mesures complètes de traitement de l’hépatite C peuvent être appliquées gratuitement. Certains reçoivent également de l'argent pour des médicaments en vertu de la police d'assurance.

Pour ceux qui ont décidé de procéder à un examen du cas et à l'inclusion dans le quota officiel de l'État, il existe des cas particuliers pour lesquels vous pouvez effectuer un nouvel examen ou influencer les spécialistes du centre. Faire appel à l’administration présidentielle, au bureau du procureur, à l’antenne de l’OMSYU ou à des organismes de contrôle responsables des soins de santé ne constitue que quelques-unes des actions possibles. Cependant, il convient de noter que ces solutions impliquent souvent des processus à long terme, coûteux et très fastidieux.

Souvent, de tels efforts ne sont pas justifiés même avec un résultat positif - le traitement ne peut pas récupérer le temps passé et les nerfs dépensés dans la lutte pour le droit à un traitement gratuit. Pour ceux qui veulent vaincre l'hépatite C, un traitement gratuit en Russie entraîne souvent de lourdes pertes.

Drogues actuelles contre l'hépatite C

La thérapie traditionnelle, y compris l'utilisation d'interféron, provoque souvent les effets secondaires les plus désagréables. Parmi les phénomènes les plus courants: maux de tête et nausées, perte de cheveux, dépression et dépression. Un inconvénient majeur de cette thérapie est la faible probabilité de guérison - environ la moitié du nombre total de patients utilisant ces médicaments n'a pas abouti à un résultat satisfaisant.

La découverte des dernières années - le sofosbuvir, qui donne une garantie de récupération de près de 95%. Cependant, il s’agit d’un médicament qui ne nécessite pas d’injections - le traitement peut être effectué librement à domicile. C’est grâce au sofosbuviru que l’hépatite C n’est plus considérée comme une maladie incurable.

Parmi les avantages de cette option:
• haute efficacité;
• aucun effet sur le corps (le sofosbuvir inhibe le virus lui-même);
• une durée de traitement relativement courte - 3 mois en moyenne;
• effets secondaires faibles, gravité faible;
• horaire de réception pratique.

Le sofosbuvir convient à tous les génotypes du VHC, mais il est toujours pris en association avec un autre agent antiviral - ribavirine, velpatasvir, ledipasvir, daclatasvir.

Jusqu'à récemment, le seul inconvénient de cette thérapie était le coût élevé du médicament. L'apparition de génériques indiens a rendu le traitement plus accessible. Ces médicaments sont fabriqués sous une licence légale fournie par les sociétés pharmaceutiques indiennes par les auteurs sofosbuvir (Gilead). Leur productivité correspond à l'originale et ils donnent donc tout espoir de rétablissement.

Tout le monde ne peut pas importer lui-même le sofosbuvir d'Inde, mais nous sommes toujours prêts à accepter une commande et à le faire pour nos clients.

Sur le coût du traitement, sur le traitement gratuit ou préférentiel de l'hépatite C chronique virale

La Constitution de la Fédération de Russie établit de manière stricte et claire le droit à la gratuité des soins médicaux.
En particulier, l'article 41 de la Constitution de la Fédération de Russie se lit comme suit:
"1. Toute personne a droit à des soins de santé et à des soins médicaux. Les soins de santé dispensés dans les établissements de santé publics et municipaux sont fournis gratuitement aux citoyens aux frais du budget, des primes d'assurance et des autres revenus correspondants.

"Votre santé n'est nécessaire à personne sauf à vous!"

Une estimation du coût éventuel du traitement antiviral et des informations sur les prix des médicaments nécessaires figurent à l'article "Sur le coût du traitement et les prix des médicaments". Nous allons parler ici de la possibilité de bénéficier d’un traitement gratuit, notamment des conseils des médecins traitants, du coût des médicaments et du coût de l’examen.

Variantes de traitement gratuit ou préférentiel de l'hépatite virale

À partir de l’expérience de l’existence d’une communauté virtuelle de personnes atteintes d’hépatite virale, nous pouvons parler de trois moyens principaux d’obtenir un traitement gratuit:

  • Traitement gratuit au détriment des fonds alloués directement aux budgets de différents niveaux pour le traitement de l'hépatite virale. La voie principale pour les citoyens mortels ordinaires.
  • Traitement gratuit de l'hépatite virale (obtention d'antiviraux gratuits) dans le cadre de "l'assistance sociale fournie par les citoyens sous la forme d'un ensemble de services sociaux" (chapitre 2 de la célèbre loi de la Fédération de Russie n ° 122 du 22.8.2004 sur la monétisation des prestations) pour certains groupes de la population.
  • Participation à des essais cliniques (IC) des derniers médicaments antiviraux menés par diverses sociétés pharmacologiques.

Ce sont les trois moyens principaux et les plus susceptibles d'obtenir un traitement réellement gratuit en Russie à l'heure actuelle. Il existe également d'autres possibilités, mais elles sont déjà de nature très privée et inaccessibles à la plupart des patients atteints d'hépatite.

Ceux-ci comprennent:

  • Traitement dans le cadre d'une assurance maladie complémentaire. Il existe des programmes d’assurance maladie supplémentaires (disponibles pour un cercle très restreint de personnes), qui prévoient la compensation des dépenses engagées pour le traitement de l’hépatite virale aux dépens des compagnies d’assurance.
  • Le traitement de certaines catégories de la population dans certaines régions est effectué à titre gratuit ou à des conditions favorables sur la base de la législation locale ou de certains arrêtés départementaux locaux. Quelque part, les médecins sont traités comme un groupe à risque, quelque part, il y a des avantages régionaux, quelque part sur la base de la loi «Sur les garanties des droits des minorités autochtones de la Fédération de Russie», etc.
  • Pour une raison quelconque, l'État a décidé de fournir un traitement gratuit à certaines catégories de nos citoyens et, oubliant ce qui est déjà écrit dans la Constitution, a promulgué un certain nombre d'actes juridiques différents qui redéclarent le traitement gratuit de l'hépatite virale.
    Par exemple, outre la Constitution, un traitement antiviral anti-VIH gratuit est «garanti» aux personnes vivant avec le VIH et à la loi «En matière de prévention de la propagation dans la Fédération de Russie d'une maladie causée par le virus de l'immunodéficience humaine (VIH)» datée du 30 mars 1995 N 38. lance le programme de santé largement annoncé, dans lequel, avec diverses ordonnances, il "garantit" de nouveau le traitement gratuit de l'hépatite virale chez les personnes infectées par le VIH.


Il convient de noter que bien que ces moyens privés d’obtenir un traitement gratuit existent, vous comprenez bien que personne n’a la moindre garantie de l’obtenir. Dans ce domaine (dans le domaine de la nomination et du traitement coûteux), la confusion est totale et, par conséquent, l'arbitraire et l'anarchie créées par divers responsables médicaux et bureaucrates.

Il est donc important de connaître nos droits, de savoir avec quels documents ils nous sont garantis et, pour tous les motifs juridiques, d'exiger des fonctionnaires que nos droits à un traitement gratuit soient respectés. De plus, le coût du traitement est plus que justifié par vos "coûts de main-d'œuvre" pour ces efforts.

Plus de détails sur les fonctionnalités principales.

Traitement gratuit de l'hépatite virale dans le cadre de l'assurance maladie obligatoire

Oui, exactement. La Constitution de la Fédération de Russie et la loi sur l'assurance maladie obligatoire offrent un traitement gratuit de l'hépatite virale aux citoyens russes. Pourquoi payons-nous pour cela? Toute la question se situe dans les subtilités juridiques des règlements adoptés par les bureaucrates médicaux. Le ministère de la Santé de Russie, les départements régionaux de la santé ne définissent pas de procédure claire pour prescrire un traitement aux personnes atteintes d'une maladie particulière. Et, en conséquence, ne portent aucune responsabilité pour la non-attribution du traitement aux patients qui en ont besoin.

Dans notre système de soins de santé, il n’existe aucun protocole de traitement des maladies qui régule les actes du médecin, même si ce n’est que dans les limites les plus larges.

Il s'avère donc que le médecin, après avoir identifié votre hépatite virale, peut vous prescrire un examen approfondi et l'un des traitements les plus modernes avec les médicaments les plus récents, et peut se mettre calmement sur l'épaule et tranquillement (et en toute impunité!). - Préparez-vous à l'enterrement, arrangez l'héritage. Et ceci en présence des méthodes modernes de traitement, permettant avec presque 100% de probabilité de se débarrasser de la maladie pour toujours.

Ces dernières années, en grande partie à cause de la position active des patients, un certain ordre de réception du traitement antiviral (PVT) de l'hépatite virale commence à se dessiner en nous. Une sorte d’informel, non fixé dans un ordre quelconque du Ministère de la santé, qui impose la désignation d’un traitement. Causé plus probablement pas par opportunité de mener à bien la thérapie, et l'impossibilité de différer le traitement plus tard.

Cet ordre présente des différences insignifiantes selon les régions du pays, mais il est généralement assez unifié. L'essentiel, c'est que, même si ce n'est pas publiquement, elle existe à certains endroits. À certains endroits, ils ne parlent même pas de lui. Les médecins de la clinique vous assureront que la maladie n’est pas traitée, qu’il n’ya pas de fonds pour son traitement, que le traitement vous coûtera cher, ne sachant apparemment pas que des fonds provenant de différents budgets sont alloués à son traitement. Cependant...

Dans chaque région, le ministère de la Santé a identifié un ou plusieurs centres hépatologiques de base. En règle générale, ils sont formés sur la base d'un hôpital ou d'un centre régional de traitement du sida et des maladies infectieuses. Ces centres d'hépatologie régionaux reçoivent les fonds et les médicaments nécessaires au HTP. Ces centres forment ou déterminent essentiellement le besoin, la priorité, la priorité, etc. dans la nomination de HTP pour les personnes atteintes d'hépatite virale. Ils déterminent les besoins, ils demandent les ressources nécessaires, planifient leurs dépenses.

Ils conduisent HTP, à savoir déterminer le schéma thérapeutique pour les patients (médicaments spécifiques, doses de médicaments, durée du traitement, etc.) et surveiller les patients pendant le traitement.

Dans la plupart des cas, pour la nomination d’un HTP, outre le fait de poser un diagnostic (qu’il serait en général raisonnable de présumer pour un état de santé suffisant), il est nécessaire d’être atteint d’une fibrose «avancée» du foie (stade 2 et plus élevé sur l’échelle METAVIR) ou d’une complication déjà existante causée par manifestation extrahépatique du virus. On peut discuter de l’humanité d’une telle approche, de l’expansion de la menace épidémiologique, etc., mais l’ordre existant est une donnée avec laquelle nous devons compter à l’heure actuelle.

Dans certaines régions, tout est bien pire. Free HTP est prescrit uniquement en cas de co-infection VIH + virus de l'hépatite (B ou C). En présence du seul virus de l'hépatite - refusez le traitement gratuit.

Il est clair qu'ils nous épargnent de toutes les manières, ils réduisent les demandes, ils cachent le nombre réel de patients, etc. Mais la possibilité existe et elle est bien réelle. Comment l'implémenter? Très simple En tout cas, essayer de le mettre en œuvre est assez simple.

Vous vous rendez à votre clinique de district chez votre médecin spécialiste des maladies infectieuses. Vous subissez un premier examen, vous recevez un diagnostic principal et vous devez être référé au centre hépatologique régional pour un examen approfondi et pour décider de l'opportunité d'un traitement antiviral. Votre spécialiste des maladies infectieuses est obligé de savoir qui (clinique, centre médical) de votre région traite de manière centrale le traitement de l'hépatite virale et est obligé de vous y envoyer. C'est une instruction écrite sur un formulaire spécial, pas une recommandation, pas une entrée dans le dossier médical. En cas de refus, vous pouvez demander cette référence par une déclaration écrite adressée au médecin chef de l'établissement médical.

Avec cette direction et les résultats de l'examen préliminaire, vous vous rendez dans ce centre régional (par exemple, à Moscou, il s'agit tout d'abord de l'hépatocentre situé au 1er hôpital de recherche sur les maladies infectieuses sur l'autoroute Volokolamskoye). Là, si nécessaire, vous passerez des examens médicaux supplémentaires (quelques analyses de sang, une biopsie ou une élastographie du foie, évalueront d'éventuelles manifestations extrahépatiques du virus de l'hépatite C, etc.).

Alresa et les numéros de téléphone des principaux centres régionaux d'hépatologie, cliniques et hôpitaux spécialisés dans les maladies infectieuses sont répertoriés dans la section "Cliniques" de notre site Web.

Après avoir clarifié votre problème d'hépatite et identifié le statut de possibles comorbidités, une consultation de médecins (généralement) vous donnera un "verdict" final sur la nécessité et l'urgence de votre PTH. Peut-être même avec le raffinement du régime de traitement. Et dans ce cas, nous parlons certainement de traitement dans le cadre du MLA. C'est à dire - sur le traitement gratuit.

C'est important! Chaque fois que vous attribuez un examen ou une analyse particulière, demandez à votre médecin si cette procédure est couverte par une assurance maladie obligatoire (MHI). Si non, pourquoi ne pas couvert et où vous pouvez clarifier cette question. Les médecins cachent souvent la possibilité de recevoir gratuitement divers services médicaux, citant des lourdeurs administratives, la nécessité de recueillir divers certificats, rédiger des déclarations, des difficultés de financement, des interdictions fermées, etc.

Mais votre argent est dépensé et il vous appartient de décider si vous avez peur des lourdeurs administratives et si vous êtes préoccupé par leurs interdictions internes. Pourquoi ne pas écrire quelques applications, si vous économisez quelques milliers de roubles, en vous faisant renvoyer à une analyse gratuite ou à une sorte d’examen approfondi?

En règle générale, tous les examens instrumentaux et instrumentaux nécessaires, analyses de sang, etc., effectués par le médecin pour clarifier le diagnostic et obtenir une image complète de la maladie - sont couverts par le fonds du SGD. Le médecin peut vous recommander un produit non standard ou SUPÉRIEUR - vous pouvez alors peser vous-même vos ressources financières, accepter un tel sondage ou le refuser.

Enfin, si nécessaire, vous pouvez toujours vérifier les propos du médecin par un simple appel à votre fonds régional OMS. Là, des départements entiers existent pour "protéger" nos intérêts avec vous.

Une petite note En plus des centres hépatologiques régionaux (cliniques), il existe également des centres médicaux fédéraux s'occupant du traitement de l'hépatite virale. Ils sont situés dans les plus grandes villes du pays (à Moscou, Saint-Pétersbourg...) et acceptent également des citoyens de tous les coins du pays pour examen et traitement. Cela ne vous garantit pas des médicaments gratuits pour le traitement. Mais une assistance médicale gratuite assurée par des spécialistes hautement qualifiés sera fournie. Et cela, dans des conditions d'analphabétisme presque complet (malheureusement, il en est ainsi!) La pratique des maladies infectieuses dans nos cliniques vaut beaucoup.

Antiviraux gratuits dans le cadre de l'assistance sociale à certains groupes de la population

A en juger par l'expérience de notre site, cette opportunité est réelle pour un groupe assez large d'hépatites. La loi sur la monétisation des prestations définit les catégories sociales de citoyens suivantes comme nécessitant l'aide de l'État:

  1. invalides de guerre;
  2. participants de la Grande guerre patriotique;
  3. anciens combattants parmi les personnes visées aux alinéas 1 à 4 du paragraphe 1 de l'article 3 de la loi fédérale sur les anciens combattants
  4. les militaires ayant servi dans des unités, des institutions et des établissements d'enseignement militaires n'appartenant pas à l'armée active du 22 juin 1941 au 3 septembre 1945 pendant au moins six mois, des militaires ayant reçu des ordres ou des médailles de l'URSS pour avoir servi dans l'armée. période spécifiée;
  5. les personnes ayant reçu le signe "Aux habitants de Léningrad assiégés";
  6. les personnes qui ont travaillé pendant la Grande Guerre patriotique sur les installations de défense aérienne, la défense aérienne locale, la construction de fortifications, de bases navales, d'aérodromes et d'autres installations militaires à l'intérieur des frontières arrière des fronts d'opération, des zones opérationnelles des flottes en exploitation, sur des tronçons de ligne de fer et de route les routes, ainsi que les membres des équipages des navires de la flotte de transport internés au début de la Seconde Guerre mondiale dans les ports d’autres États;
  7. membres de familles d'invalides de guerre décédés, participants à la Grande Guerre patriotique et anciens combattants, membres de familles de personnes tuées au cours de la Seconde Guerre mondiale parmi le personnel de groupes d'autodéfense et d'équipes de défense aérienne d'urgence, ainsi que membres de familles d'employés décédés d'hôpitaux et d'hôpitaux de la ville Leningrad;
  8. personnes handicapées;
  9. enfants handicapés.

La même loi leur fournit un ensemble de services sociaux:

  1. des soins médicaux gratuits supplémentaires, y compris la fourniture des médicaments nécessaires conformément aux prescriptions du médecin (paramédical), la fourniture, en cas de preuves médicales, de bons pour un traitement de type sanatorium effectué conformément à la législation sur l'assurance sociale obligatoire;
  2. déplacements gratuits en train de banlieue, ainsi qu'en transport longue distance jusqu'au lieu de traitement et retour.

La liste des médicaments, ainsi que la liste des établissements de sanatorium dans lesquels des bons sont accordés, est approuvée par l'organe exécutif fédéral chargé de l'élaboration de la politique de l'État et de la réglementation de la réglementation dans le domaine de la santé et du développement social.

Ainsi, les préparations nécessaires à la norme actuelle de HTP (interférons, peginterférons, ribavirine) sont incluses dans cette liste par cet organe même fédéral.
Il suffit d’entrer dans les catégories sociales de citoyens susmentionnées.

La catégorie la plus réaliste pour les patients atteints d'hépatite virale est l'invalidité.

C'est important de savoir. Les médicaments antiviraux seront disponibles quelles que soient les maladies, selon quels critères vous ont été assignés comme handicap. Et c’est vrai, le handicap suppose qu’une personne a des capacités limitées et a besoin d’une assistance de nature différente. Y compris en termes de coûts financiers liés au maintien de sa santé.

Comment obtenir le statut de handicapé est une conversation séparée. La principale chose à retenir est qu’une personne handicapée est un statut social qui vous permet de vivre et de bénéficier de tous les avantages d’une société civilisée sur un pied d’égalité avec des personnes en bonne santé. Ce n’est pas une atteinte à l’image ou directement à la personnalité d’une personne, c’est une correction de l’injustice, une égalisation des droits d’accès aux nombreux avantages de la civilisation, y compris le traitement de leurs maladies.

Ayant reçu le statut de personne handicapée et ayant publié tous les documents nécessaires au bureau et à la caisse de retraite, rendez-vous dans votre propre clinique et faites appel à un spécialiste des maladies infectieuses pour la nomination d'un HTP utilisant les médicaments antiviraux nécessaires dans le cadre du programme d'approvisionnement complémentaire en médicaments (DLO). Il est possible que le spécialiste des maladies infectieuses n'assume pas cette responsabilité et vous conduise loin dans un vaste cercle de coordination, jusqu'au hépatocentre régional déjà mentionné. Ce n'est pas effrayant. La question de la nomination d'un traitement gratuit - une question de temps et de votre diligence.

C'est important! Lorsque vous enregistrez votre handicap dans le fonds de pension ou dans la communauté, ne songez même pas à refuser un supplément d’assistance-médicaments, ce qui est parfois suggéré par certaines personnes handicapées pour un petit montant. Gagnez un centime et perdez l’opportunité de recevoir des antiviraux gratuits pour des centaines de milliers de roubles.

L'État représenté par le Fonds fédéral d'assurance maladie obligatoire, pour sa part, sélectionne les fournisseurs de médicaments "gratuits" sur une base concurrentielle et les indemnisera à la fin de l'année pour les coûts de ces fournitures.

Les citoyens qui ne souhaitent pas participer au programme, qui refusent de recevoir un ensemble de services sociaux, peuvent recevoir de l'argent en échange et acheter des médicaments eux-mêmes.

Le paiement mensuel en espèces aux personnes handicapées en 2014 sera le suivant:

  • Personnes handicapées du groupe I - 2 832,41 roubles;
  • Groupe de personnes handicapées II - 2 123,92 roubles;
  • Groupe III personnes handicapées - 1 700,23 roubles;
  • Enfants handicapés - 2 022,78 roubles;
  • Assuré handicapé - 3 834,65 roubles;
  • Centrale nucléaire de Tchernobyl handicapée - 2 022,78 roubles + VED pour un groupe de personnes handicapées;

La troisième façon d'obtenir un traitement gratuit est de participer à l'IC des médicaments les plus récents.

Ce chemin exige suffisamment de persévérance pour atteindre l'objectif - obtenir un traitement gratuit.

Comment trouver une clinique, où se tiennent des IC similaires et comment y aller? Il existe deux sources d'informations en ligne sur la recherche clinique planifiée et en cours dans le monde, y compris en Russie.

Le premier est le site Web en anglais: http://clinicaltrials.gov/

Sur ce site, il est possible de rechercher une recherche clinique spécifique qui vous intéresse selon différents critères. Par exemple, voici les résultats obtenus en demandant à tous les essais cliniques ouverts sur l'hépatite C menés en Russie:
http://clinicaltrials.gov/ct2/results?term=Russian+Federation+hepatitis+crecr=Open

En ce qui concerne la description d'une étude spécifique, vous pouvez trouver dans quels centres médicaux-cliniques elle est effectuée, s'il y a un recrutement de patients, les coordonnées des personnes responsables de la conduite de l'IC dans ce centre et d'autres informations utiles. De plus, tout dépend de votre initiative raisonnable et de votre obstination.
Écrivez, appelez, frappez aux portes et aux fenêtres... et elles s'ouvriront pour vous!

L'accès au sous-système s'effectue à partir de la section "Accueil" sous-section "Registre des essais cliniques autorisés [RCT]".

Cherchez une clinique où des IC d'un médicament particulier sont planifiés ou sont déjà en cours, trouvez qui recrute des volontaires pour participer aux CI et rejoindre les participants! Il n'y a pas de règles ou d'instructions ici - seules votre détermination et votre persévérance vous aideront.

Bien entendu, pour être inclus dans les participants de CI, il est nécessaire de répondre aux exigences des participants de certains IC d'antiviraux formulés dans les programmes de ces CI (disponibles sur les sites ci-dessus). En particulier, il peut exister des restrictions sur le génotype du virus, le génotype humain, les maladies associées, le sexe et l'âge, etc.

Hotline pour patients en recherche clinique

Depuis le 29 avril 2010, l'Association russe des organisations de recherche clinique (ACTO) gère une «ligne directe» pour les patients participant à des études cliniques sur leurs droits et leurs obligations. L'acceptation et la maintenance des appels sont effectuées par un opérateur possédant des connaissances particulières dans le domaine des droits et devoirs des participants aux études cliniques.

Le numéro de téléphone est le 8 (916) 990 03 85. Les heures de travail sont du lundi au vendredi de 9h00 à 18h00 (heure de Moscou).

Veuillez noter que l’Association ne donne aucun conseil concernant la participation de volontaires en bonne santé à des études cliniques.

L’association a élaboré des directives détaillées pour la recherche d’essais cliniques dans votre région.

Comment réaliser l'exercice de leurs droits?

Il existe probablement de nombreuses manières d’exercer votre droit à un traitement gratuit. Mais il est arrivé dans notre état que pour leur réalisation, il est nécessaire de déployer des efforts considérables. Et ce n’est pas du tout un fait que le résultat sera réussi.

La liste des options d’actions possibles est assez longue. Si vous n’avez pas été en mesure d’obtenir un traitement gratuit de manière standard (un spécialiste des maladies infectieuses à la clinique est un hépatocentre régional), collectez tous les résultats de votre examen, observez les lois, ordonnances et autres règlements et engagez une véritable lutte pour faire valoir vos droits: les ministères régionaux de la santé et les lignes directes pour la santé et les soins médicaux, la branche locale du fonds MHI, les autorités locales, régionales et fédérales eputatam, le ministère de la Santé de la Russie, les autorités de surveillance fédérales, le bureau du procureur, et ainsi de suite jusqu'à l'administration présidentielle (il n'a pas la garantie de notre Constitution, l'assurance de la conformité avec tous nos droits civils?).

Seuls ceux qui commencent réellement à se battre pour leurs droits peuvent compter sur leur mise en œuvre. Sur notre site Web, il y a beaucoup d'exemples de la façon dont les gens ont obtenu un traitement gratuit avec leur mode de vie actif.

Possibilités de compenser les coûts financiers du traitement

Si vous ne parvenez toujours pas à exercer votre droit à un traitement gratuit, essayez de compenser les coûts financiers encourus.

Dans une certaine mesure, cela permettra de récupérer une partie des taxes payées. La législation de la Fédération de Russie prévoit ce que l’on appelle la déduction de l’impôt social. L'une de ses variétés est notamment une déduction fiscale pour traitement, ce qui vous permet de récupérer jusqu'à 15 600 roubles d'impôts payés pour l'année par personne. Nous tenons compte du fait qu’une déduction fiscale au titre du traitement peut être établie dans un délai de deux à trois années civiles et qu’elle peut en outre être accordée non seulement à un patient qui a subi un traitement coûteux, mais également à ses proches.

Pour les personnes à faible revenu, il est toujours possible de recevoir une assistance matérielle tous les six mois par le biais d'un service de sécurité sociale basé sur la loi de la Fédération de Russie n ° 178 du 17 juillet 1999 sur l'assistance sociale de l'Etat. Le montant de la prime est généralement faible, entre 500 et 3 000 roubles. Dans certaines régions, cependant, des sommes importantes ont été versées, pour un montant de 20 000 à 30 000 roubles. Tout dépend des responsables du bureau et de votre capacité à les convaincre de la réalité de vos problèmes. Il est en principe possible d'obtenir cette aide tous les six mois.

Comment obtenir cette aide financière? Les candidatures des candidats sont acceptées lors de la réunion au lieu de résidence, il est nécessaire de clarifier la pauvreté de leur poste. Les critères de sélection des candidats ayant besoin d’une assistance matérielle dans chaque région sont les leurs. En règle générale, les demandes émanant de familles où le revenu moyen par habitant reste inférieur au minimum vital sont prises en compte. La décision de fournir un soutien est prise collectivement lors des réunions des commissions pendant plusieurs semaines. Si une décision positive en espèces n'est pas donnée: pour les obtenir, vous devez ouvrir un compte à la banque et attendre le virement.

Une autre option pour le remboursement partiel des frais est de recevoir une assistance financière ponctuelle sur le lieu de travail pour votre propre traitement ou celui des enfants. Pour ce faire, vous devez vous adresser à l'administration ou aux instances syndicales, le cas échéant. Les règles et réglementations uniformes ne sont pas ici. Tout dépend des membres de votre administration, des responsables de votre syndicat.

Un soutien financier ou une aide avec des médicaments gratuits (parfois avec des médicaments à prix réduits) peut être obtenu dans certains fonds sociaux. Ainsi, à un moment donné, presque chaque patient atteint d'hépatite C pouvait s'adresser au Fonds pour l'enfance et recevoir gratuitement, à titre de traitement, le médicament ribamidil (ribavirine de production nationale) pour un traitement complet du HTP.

En conclusion, je voudrais faire appel à toutes les personnes qui ont déjà traversé tout cela. Si vous avez des éclaircissements sur les points ci-dessus, avez-vous une expérience efficace de la gratuité du traitement ou de la compensation partielle au moins de vos coûts de traitement - partagez-le avec vos «collègues» dans la lutte contre l'hépatite virale!

Traitement gratuit de l'hépatite C

Bonjour Je voudrais préciser qui a droit au traitement gratuit de l'hépatite C à Moscou? Comment réaliser ce traitement? Quel document régit la fourniture d'un traitement gratuit? Merci d'avance.

Bonjour Elena! Les citoyens de la Fédération de Russie répondant aux critères suivants peuvent recevoir un traitement gratuit pour l'hépatite C:

  1. Détermination de l'ARN du VHC et de l'ADN du VHB dans le sérum;
  2. Fibrose hépatique au stade F2 et supérieur sur l'échelle Metavir selon les données morphologiques d'une biopsie du foie, réalisée 12 mois avant le début du traitement;
  3. La condition d'âge est de 18 à 65 ans;
  4. L'absence de contre-indications au traitement;
  5. Au début du traitement, il n’ya ni grossesse ni allaitement;
  6. L'absence de dépression et de tentatives de suicide dans l'histoire.

Sur le territoire de la Fédération de Russie, un projet national «Santé» est en cours dans 30 régions de la fédération, axé sur le traitement des hépatites virales B et C. Pour devenir participant, vous devez passer un examen médical spécialisé, obtenir une conclusion et une demande de traitement selon un quota. Pour ce faire, vous devez obtenir les conclusions d'un spécialiste des maladies infectieuses et, en son absence, d'un thérapeute de la clinique de district et vous diriger vers un centre d'hépatologie pour examen et diagnostic primaire. Après l’examen initial, le spécialiste des maladies infectieuses vous dirigera vers un centre spécialisé en hépatologie situé à Moscou, à savoir le centre de traitement de l’hôpital Infectious Clinical Hospital n ° 1 ou MONIKI, où vous devrez informer votre médecin de la nécessité de vous inclure dans le projet de santé national. Après les examens et les diagnostics, la commission du hepcenter spécialisé se prononcera sur votre état de santé et déterminera si votre candidat répond aux exigences du projet.

Cordialement, “Médecins de la grande ville”

Traitement gratuit de l'hépatite

Organisation publique interrégionale
promouvoir les patients atteints d'hépatite virale

  • Écrire

Obtenir un traitement gratuit en Russie est difficile, mais possible. Il n'y a pas de programme fédéral uniforme. Il y a régional. Les conditions de traitement et la liste des médicaments utilisés sont différentes, mais il existe certains points communs. Voici un algorithme approximatif.

Personne ne garantit que vous recevrez immédiatement un traitement par interféron gratuit pour l'hépatite B, mais si vous ne faites rien, il n'y a aucune chance.

Le traitement de l'hépatite évolue progressivement. De plus en plus de régions allouent de l'argent à l'achat de systèmes sans interféron. Mais si vous n'allez pas être vu au centre régional d'hépatologie, les médecins ne sauront tout simplement pas que vous avez besoin d'une thérapie. Par conséquent, vous devez passer du temps et prendre trois mesures simples.

Étape 1: Obtenez les directions pour le centre régional d'hépatologie

Pour ce faire, vous devez prendre rendez-vous avec un médecin spécialiste des maladies infectieuses dans votre clinique, vous faire examiner et recevoir un diagnostic primaire. Dans certaines cliniques, il n’existe pas de spécialiste des maladies infectieuses; la référence doit alors être immédiatement demandée au médecin du district. Les centres d'hépatologie sont souvent des centres de lutte contre le sida et des hôpitaux régionaux pour les maladies infectieuses.

La référence doit être donnée par écrit sur un formulaire spécial. En cas de refus, vous pouvez demander cette instruction par une demande écrite adressée au médecin chef de la polyclinique.

Étape 2: Passez en revue une enquête approfondie

Avec la direction obtenue dans la première étape et les résultats de l'examen initial, contactez le centre d'hépatologie. Si nécessaire, des études supplémentaires vous seront attribuées, notamment la biochimie sanguine, l'élastographie du foie, etc.

Malheureusement, toutes les analyses ne sont pas couvertes par le programme de garantie de l'État et certaines devront être payées. Chaque région dispose de sa propre liste de tests inclus dans le programme d’assurance maladie obligatoire. Consultez immédiatement votre médecin pour savoir ce que vous devez payer, tests que vous ne pouvez pas en principe faire ou qui conviendraient aux tests précédents.

Sur la base des résultats de l'examen, la commission médicale décidera de prescrire un traitement ou de le reporter. Malheureusement, même dans les régions les plus prospères, le traitement est généralement administré aux patients présentant une fibrose avancée (F3 / F4) et une activité virale élevée (taux hépatique élevé). En l'absence d'indications supplémentaires (co-infection, handicap, etc.), il est généralement demandé aux patients atteints de F0 / F2 d'attendre, car dans la plupart des cas, le développement de la fibrose est plutôt lent.

Mais la situation change progressivement. Et si un traitement immédiat vous est refusé, il est important de passer à la troisième étape.

Étape 3: Observez le médecin

Les informations sur tous les patients sont consignées dans un registre spécial utilisé pour planifier l'achat de médicaments. Si vous ne venez pas régulièrement chez le médecin, il ne saura tout simplement pas que vous avez encore besoin d’un traitement et que vous devez également commander des médicaments pour vous.

Quel est le traitement de l'hépatite dans les programmes régionaux en Russie?

Comme pour les analyses, l’ensemble des médicaments utilisés pour traiter l’hépatite B est différent dans chaque région.

En gros, partout, vous pouvez compter sur un traitement standard de 48 semaines avec interféron et ribavirine. Mais dans certaines régions, ils utilisent une thérapie à trois composants avec l'ajout d'un médicament antiviral à l'interféron et à la ribavirine, ainsi qu'une thérapie sans interféron. Parallèlement, les achats publics de médicaments à effet antiviral direct sont en augmentation et continueront de croître. De plus en plus de régions allouent des fonds aux programmes de traitement de l'hépatite. La chance d'obtenir un traitement gratuit contre l'hépatite est. Peut-être pas immédiatement, mais bientôt.

Il est important de venir régulièrement à la réception du centre régional d'hépatologie.

Combien coûte la guérison permanente de l'hépatite C et est-il traité?

L'hépatite C est considérée comme une infection virale relativement traitable qui affecte le tissu hépatique. Cette formulation est justifiée par le fait que, selon les indicateurs des statistiques médicales, seulement 15% de tous les patients sous traitement antiviral se rétablissent complètement. Dans cette catégorie de patients, dans les indicateurs de l'analyse de contrôle du sang veineux, les traces d'activité du virus sous forme d'anticorps, ainsi que les virions du microorganisme pathogène lui-même, ne sont pas détectés. Les 85% restants, même après avoir suivi un traitement complexe avec des médicaments puissants, développent une hépatite C chronique, qui ne présente plus une telle activité destructrice dans les cellules hépatiques, mais est toujours présente dans ses tissus et est à l'état latent.

L'hépatite C est-elle traitée ou non, et combien de personnes vivent avec, si elle n'est pas traitée?

Le virus de l'hépatite C peut se soumettre au traitement médical traditionnel, même s'il a été instauré rapidement et que le patient s'est immédiatement adressé à l'établissement de santé pour obtenir de l'aide dès qu'il a eu connaissance de son diagnostic. Étant donné qu’une infection virale a une grande capacité de survie dans les conditions agressives du corps humain, elle est en mesure de tromper le système immunitaire du patient en réécrivant régulièrement les informations de son ADN, le principal espoir de guérison du foie repose uniquement sur les médicaments prescrits au patient pour un usage prolongé.

Par conséquent, dans la plupart des cas, après avoir suivi un traitement antiviral, des anticorps produits par le système immunitaire contre les micro-organismes pathogènes se trouvent toujours dans le sang du patient. Après cela, on prescrit au patient une seconde dose de médicament pour se débarrasser complètement d'une infection virale. Malheureusement, mais dans une faible proportion des cas, le tissu hépatique et le sang sont définitivement débarrassés du virus de l'hépatite C. Selon les statistiques, le taux de guérison est très faible. Les patients restants ont une infection virale sous l’influence des composants chimiques des médicaments, suspendent temporairement leur activité pathogène et deviennent chroniques.

Ce comportement du virus est dû à une forte réduction de sa population, car les médicaments contribuent non seulement à bloquer la division des micro-organismes dans les tissus du foie, mais détruisent également la majeure partie de l'infection virale. Par conséquent, la forme chronique de l'hépatite C chez les patients qui ont suivi un traitement antiviral est une réponse typique de l'agent pathogène aux effets des médicaments. Après le passage du virus de l'hépatite C à la forme chronique de son évolution, celui-ci continue de nuire au fonctionnement du foie et de tout le système digestif dans son ensemble, mais pas avec la même intensité qu'avant le traitement.

Sur cette base, on peut dire que la maladie est traitée, mais c'est très difficile et le pourcentage de récupération complète est extrêmement élevé. Si l'affection devenait une forme latente et que les médecins ne pouvaient pas la diagnostiquer sur la base de tests sanguins de laboratoire et percevaient une rémission temporaire comme une guérison complète du patient, le patient était alors menacé d'une lente décomposition du foie, qui aboutirait tôt ou tard à une cirrhose ou à un cancer de l'appareil digestif..

Dans le cas où un patient a été diagnostiqué avec l'hépatite C et ne subit pas de traitement, mais a jeté la maladie au hasard, sur la base du fait qu'il ne ressent aucun symptôme pathologique, ou pour d'autres raisons, sa vie peut être très diverse. Tout dépend des caractéristiques individuelles du patient, du sous-type du virus de l'hépatite C et du mode de vie de la personne infectée par cette infection virale. Cette maladie comporte un grand nombre de génotypes internes et chacun d'entre eux se comporte différemment dans les tissus du foie. Parfois, l'hépatite C prend immédiatement une forme chronique sans entrer dans une phase aiguë de son développement. Cela permet au patient de vivre pendant des décennies sans se douter que les virions de l'un des virus les plus dangereux du monde se concentrent dans les tissus de son foie. Beaucoup vivent jusqu'à l'âge de 65-70 ans et meurent complètement d'autres maladies, dont l'apparition n'est aucunement liée à une infection virale pernicieuse.

En situation clinique, lorsqu'une infection virale a pénétré dans le sang humain, dont le génotype interne est caractérisé par un comportement excessivement agressif vis-à-vis des tissus du foie et d'autres organes du système digestif, le virus peut se développer rapidement, avec un état d'aggravation constant. Dans le même temps, la latence de la maladie sera faible et sans traitement médicamenteux adéquat, le patient éprouvera une manifestation constante de signes de la maladie. Dans ce cas, déjà après 5 à 8 ans, un patient atteint d'hépatite C aiguë développe les premières manifestations d'une cirrhose du foie ou d'une lésion de ses tissus présentant un cancer malin. Par conséquent, dans ce cas, le comportement du virus de l'hépatite C sans que le patient subisse un traitement médicamenteux est tout à fait individuel et ne peut être prédit qu'après l'information reçue sur les analyses de sang du patient.

Il est nécessaire de connaître à coup sûr les modes de transmission du virus d'une personne à l'autre.

Comment vivre avec l'hépatite C?

Lors du diagnostic de l'hépatite C, le patient reçoit un traitement médical approprié, basé sur la prise de substances chimiques puissantes, et un calendrier d'utilisation est sélectionné afin de supprimer autant que possible l'activité de l'infection virale sur une courte période. En outre, le patient doit indépendamment prendre des mesures pour se conformer à certaines règles afin de prévenir la détérioration de sa santé, accélérer le développement du virus dans le tissu hépatique et minimiser le risque d'infection pour les personnes proches qui l'entourent à la maison et au travail. Les règles pour une vie en sécurité avec l'hépatite C, indépendamment du fait qu'une personne subisse un traitement ou se voit refuser un traitement médicamenteux, sont les suivantes.

Ne pas manger de la nourriture lourde.

Les aliments gras, frits, fumés et marinés destinés aux personnes atteintes du virus de l'hépatite C sont strictement interdits.

La plupart d'entre eux ne représentent pas une valeur biologique pour l'organisme, contiennent des substances cancérogènes dans leur composition et ne font qu'aggraver le fonctionnement du foie. Dans de telles conditions, l'infection virale se développe encore plus rapidement du fait que l'immunité locale du système digestif s'affaiblit et que sa fonction de barrière de protection diminue.

Utilisation de produits d'hygiène personnelle

S'il y a un patient atteint d'hépatite C dans la famille, une serviette séparée, une brosse à dents, du savon, des couverts et des ciseaux à ongles doivent lui être attribués. Le respect de ces règles simples évitera l’infection accidentelle de personnes en bonne santé partageant un environnement de vie avec un patient.

Routine quotidienne

Pour que le système immunitaire soit capable de résister pleinement à une infection virale et de freiner son développement, empêchant ainsi le passage à une forme aiguë de flux sanguin, il convient de veiller à l'équilibre entre les heures de repos et l'activité physique. Vous devez dormir au moins 8 heures par jour, vous exposer à un effort physique modéré, ne pas permettre le surmenage, pour que la vitalité de votre corps soit toujours en forme. Si les conditions de travail sont associées à un travail nécessitant des coûts énergétiques élevés, il est recommandé de prendre une pause d'au moins 10 minutes après chaque heure de travail intensif.

Nutrition équilibrée

Dans l'alimentation humaine, des quantités suffisantes de fruits, de légumes, de légumes verts, de viande de poulet bouillie, de dinde ou de veau non gras devraient figurer dans la liste. Les poissons océaniques penchés (maquereau, corymbe, capelan, pèlerin) sont les bienvenus. Il est également recommandé au patient de prendre des complexes de vitamines et de minéraux tous les 6 mois pour soutenir le tissu hépatique et les cellules immunitaires à tous les niveaux de leur présence dans le corps du patient. Il est obligatoire d’exclure l’usage de boissons alcoolisées, de produits du tabac et de stupéfiants (ces dernières, prises sous forme d’injections, deviennent le plus souvent la cause de l’infection).

La mise en œuvre de ces recommandations non complexes prolongera la vie du patient, améliorera sa qualité, protégera les personnes dans son environnement et accélérera considérablement le processus de guérison. Surtout si nous parlons de suivre plusieurs traitements en utilisant des médicaments antiviraux de différents spectres d'action.

Est-il possible de guérir le dernier stade de l'hépatite C

Sous le dernier stade du développement du virus de l'hépatite C dans les tissus du foie du patient, implique la formation de tissu fibreux et l'apparition de foyers de cirrhose de l'organe digestif. À ce stade de la maladie, le traitement devient très difficile et nécessite l’utilisation non seulement de médicaments puissants, mais aussi d’une intervention chirurgicale. Si une partie importante du tissu hépatique est atteinte, le médecin traitant peut impliquer le chirurgien dans le processus de traitement. Les médecins dans une consultation conjointe décident de la résection partielle du foie.

Dans la salle d'opération, la chirurgie est pratiquée dans la cavité abdominale, à la suite de quoi le chirurgien retire une partie de l'organe présentant un ou plusieurs foyers de tissu fibreux. Le dernier matériel biologique indique l’apparition du développement d’un cancer causé par la présence dans les tissus hépatiques du virus de l’hépatite chronique. La même chose vaut pour la cirrhose. L'opération n'est possible que si un traitement antiviral complexe a déjà été réalisé et que le patient est en rémission et que des indicateurs positifs permettent de réaliser des tests sanguins et urinaires. Si plus de 70% du tissu hépatique est détruit et que le patient développe davantage la forme aiguë de l'hépatite C, l'ablation chirurgicale de cet organe du système digestif est considérée comme déconseillée car le foie affecté ne récupère tout simplement pas et reste fatal.

Le coût du traitement en 2018

Le traitement de l'hépatite C nécessite des coûts matériels importants. Tout d'abord, nous parlons d'un examen préliminaire et de tests de suivi du sang et de l'urine. À toutes les étapes du traitement, un prélèvement régulier de sang veineux est nécessaire pour surveiller l’augmentation de la concentration d’infections virales dans le sang du patient, ainsi que pour surveiller d’autres indicateurs de la santé globale du corps et de la gravité des effets nocifs du virus sur le corps. En outre, le coût du traitement comprend un examen médical utilisant un équipement médical spécial. Le principal poste de dépenses de thérapie concerne toujours l’acquisition de médicaments. Dans différents pays, le coût d'un traitement thérapeutique contre l'hépatite C coûtera au patient un montant final différent. Voyons plus en détail les prix du traitement de cette infection virale dans les états suivants:

En russie

Le coût du traitement de l'hépatite C en Russie dépend directement de l'endroit où le patient suivra le traitement. Chaque sujet de la Fédération de Russie a son propre programme médical local de traitement de l'hépatite C. En Russie, le coût d'un test sanguin biochimique coûte en moyenne au patient entre 3 000 et 5 000 roubles.

Il faudra dépenser 45 000 à 50 000 roubles supplémentaires par mois pour suivre un traitement à l’aide de médicaments antiviraux de base destinés à contenir l’activité pathogène du virus. Si les premiers changements fibrotiques indiquant la nucléation primaire des cellules cancéreuses sont détectés dans les tissus du foie ou s'il existe un risque de cirrhose du foie, des médicaments à base d'interféron supplémentaires peuvent être prescrits au patient. En termes de coûts matériels, il s’agit également d’une dépense mensuelle d’argent de 20 000 à 25 000 roubles par mois.

La durée du traitement est de 3 à 6 mois, voire plus dans certains cas.

En ukraine

En Ukraine, le traitement de l'hépatite C peut être traité gratuitement sur la base d'un programme national visant à traiter les maladies chroniques graves d'origine virale. À ces fins, le gouvernement ukrainien prévoit d'allouer au moins 34 millions de hryvnia en 2018, mais pour bénéficier de soins médicaux gratuits lors du traitement de cette affection, vous devez être citoyen de cet État. Si vous suivez un traitement complet pour votre propre argent, vous devrez dépenser environ 100 000 hryvnia (4 000 dollars). C'est si un patient est diagnostiqué avec une forme non compliquée de la maladie qui n'exige pas l'achat de médicaments supplémentaires. Sinon, les coûts de traitement peuvent augmenter de 30% par rapport au montant indiqué ci-dessus.

En Biélorussie

Le coût moyen du traitement de l'hépatite C en Biélorussie est d'environ 2 000 à 2 500 dollars US. Le prix inférieur du traitement antiviral dans ce pays est dû au fait que le gouvernement finance partiellement le programme médical national de lutte contre l'infection virale de ce type. Si les dispositions de ce programme médical ne s'appliquent pas à un patient en particulier, le traitement coûtera plus cher quelque part pour 1 000 $.

En Allemagne et dans d'autres pays

En Allemagne, le traitement de l'hépatite C est bien sûr très efficace et les médecins allemands parviennent à obtenir des taux élevés de guérison complète des patients atteints de formes chroniques et aiguës de cette infection virale. Le coût de la réussite d’un cours thérapeutique en Allemagne coûtera au patient entre 70 000 et 75 000 euros. Pour les citoyens de cet État qui vivent et travaillent dans leur pays d'origine, cette somme n'est pas de l'espace. De plus, la majorité des Allemands ont une assurance maladie. Il n'y a pas de réduction pour les ressortissants étrangers et, si une personne souhaite se soumettre à un traitement en Allemagne, les règles générales de la politique des prix lui seront alors applicables.

Dans la plupart des pays d’Europe occidentale, où l’euro est la monnaie nationale, le coût du traitement de l’hépatite C est environ identique à celui de l’Allemagne. Aujourd'hui, il est moins coûteux de se faire soigner pour cette maladie du foie en Égypte. Le patient ne devra pas dépenser plus de 2 000 dollars américains. Ce montant comprend l’examen du tissu hépatique, des analyses de sang biochimiques et des médicaments antiviraux destinés à éliminer les virions pathogènes. Un tel coût de traitement dans ce pays est dû au fait que le gouvernement égyptien a des contrats directs avec un certain nombre de produits pharmaceutiques qui fournissent des médicaments au pays à des prix de gros réduits.

L’évolution du traitement de l’hépatite C dans un pays hôte dépend en grande partie de la forme de la maladie virale, de la complexité du tableau clinique de la maladie, du génotype du virus et du temps nécessaire pour obtenir une rémission complète.

Médicaments populaires contre l'hépatite C et prix en pharmacie

La formation du coût d'un médicament particulier est influencée par le pays dans lequel il a été fabriqué et par le fait qu'il existe des médicaments similaires avec une formule chimique similaire ou que ce médicament anti-virus possède des propriétés pharmacologiques uniques. En général, les médicaments les plus populaires pour le traitement de l'hépatite C peuvent être identifiés, ainsi que leur coût:

  • Ribavirine - 2000 - 2500 roubles;
  • Ribamidil - 1200 - 1600 roubles;
  • Véro-Ribavirine - 3 000 roubles;
  • Ribapeg - de 2000 roubles.;
  • Rebetol - 9500 - 11 000 roubles;
  • Trivorin - 1000 - 13000 roubles;
  • Ribavirn FPO - 600 - 750 roubles;
  • Layferon - jusqu'à 3000 roubles;
  • Altevir - 2500 - 2700 roubles;
  • Realdiron - 5000 roubles;
  • Pegasys - de 10 700 à 12 000 roubles;
  • Heptral - de 1450 à 1800 roubles;
  • Neupogen stimulateur de la leucopoïèse - jusqu'à 5 200 roubles;
  • Ursofalk - 2.200-2.500 roubles;
  • Algeron - jusqu'à 10 000 roubles.

Il existe également des médicaments efficaces contre l'hépatite C, tels que Sovriad, Victrelos, Inviso, dont le prix commence à 120 000 roubles pour un paquet de gélules et se termine à 360 000 roubles. Malgré les indicateurs thérapeutiques positifs de l'utilisation de ces médicaments, ils ne sont pas très populaires en Russie et dans les pays de l'ex-Union soviétique en raison du fait que leur coût élevé ne permet pas au médicament d'être acheté par la population en général. En outre, pour le passage d'un traitement complet nécessite plusieurs emballages de ce médicament.

Avis sur les médicaments indiens

La plupart des analyses des médicaments indiens pour le traitement de l'hépatite C sont positives. Le fait est que les sociétés pharmaceutiques en Inde produisent des médicaments génériques. En fait, il s’agit de médicaments antiviraux ayant une formule chimique et des propriétés pharmacologiques similaires, ainsi que de médicaments qui ont été inventés et commercialisés à l’origine. Les médicaments indiens pour le traitement de l'hépatite C sont principalement des analogues des médicaments existants pour cette maladie. Ils constituent donc une réplique de grande qualité.

Les inconvénients et inconvénients des médicaments antiviraux pour le traitement de l’hépatite C produits en Inde peuvent être attribués à leur coût trop élevé, étant donné que l’équivalent du médicament est produit. En outre, certains médecins spécialistes en virologie ne recommandent pas d'antiviraux fabriqués en Inde à leurs patients en raison de la mauvaise qualité du médicament et du nombre élevé d'effets secondaires qui apparaissent après une utilisation prolongée du médicament. En général, les analyses de médicaments provenant d’une infection virale de ce type, publiées en Inde, peuvent être considérées comme satisfaisantes.

Quel médecin traite l'hépatite C?

Afin d'obtenir un traitement médicamenteux, un examen et un contrôle préventif de haute qualité après votre rétablissement, vous devez faire appel à un virologue ou à un spécialiste des maladies infectieuses. Dans les petites villes, il est presque impossible de rencontrer un spécialiste en virologie, mais le service des maladies infectieuses est toujours présent, même dans les petits centres régionaux. Dans ces services spécialisés de l'hôpital, il y a toujours un médecin spécialisé dans le traitement des maladies infectieuses. Cette catégorie comprend le virus de l'hépatite C.

Face à cette maladie, les médecins recommandent dans la plupart des cas à leurs patients de rechercher des soins médicaux supplémentaires dans des hôpitaux et des dispensaires infectieux régionaux, spécialisés dans un traitement étroit et exclusivement consacrés au traitement des maladies virales et infectieuses. Dans une telle institution, le patient pourra suivre un traitement complet avec la préparation d'un programme de traitement individuel et la sélection des médicaments nécessaires qui aideront le patient dans un cas clinique particulier de manifestation de la maladie.


Article Suivant

Catégorie

Articles Connexes Hépatite