Hépatose du foie - symptômes et traitement, y compris l'hépatose graisseuse du foie

Share Tweet Pin it

L'hépatose graisseuse est un syndrome pathologique secondaire ou indépendant caractérisé par une accumulation de graisse dans le tissu hépatique. La cause de cette condition est la consommation d'alcool; maladies associées à des troubles métaboliques (diabète sucré, anomalies de la thyroïde, malabsorption, etc.), ainsi qu'à la prise de certains médicaments. L'hépatose graisseuse n'a pas de tableau clinique spécifique et est asymptomatique pendant longtemps. Le diagnostic est une biopsie du foie, ainsi que des études d'imagerie (IRM du foie, scintigraphie, échographie). Le traitement est conservateur, le pronostic est favorable.

Hépatite grasse

L'hépatite graisseuse est un processus pathologique consistant en la régénération du tissu hépatique avec dégénérescence graisseuse des hépatocytes. Les changements morphologiques sont caractérisés par une accumulation intracellulaire et / ou intercellulaire de gouttelettes de graisse. Cette pathologie survient chez un tiers des patients atteints de stéatose hépatique non alcoolique et chez la majorité des patients souffrant de dégât alcoolique. L'hépatose graisseuse est le stade initial de la maladie alcoolique du foie et peut entraîner des modifications cirrhotiques irréversibles et la mort. À l'heure actuelle, l'hépatose graisseuse est considérée comme un problème mondial non seulement pour la gastro-entérologie, mais également pour la médecine intégrale, cette maladie étant associée à un risque accru de développer une cirrhose du foie, une pathologie cardiovasculaire, des troubles endocriniens et métaboliques, des maladies allergiques, des varices et d'autres modifications graves.

Causes de l'hépatose graisseuse

Les dommages causés par les hépatocytes à l'alcool sont le facteur le plus important dans l'apparition de la stéatose hépatique. La gravité des changements morphologiques et le risque de transition vers la cirrhose dépendent directement de la quantité et de la durée de la consommation d'alcool. Dans la formation des hépatites graisseuses, un rôle important est attribué au diabète. L'hyperglycémie associée à l'insulinorésistance entraîne une augmentation de la concentration d'acides gras libres dans le sang, ce qui entraîne une synthèse accrue des triglycérides dans le foie. Si le taux de leur formation dépasse les réactions d'échange avec la formation de complexes de VLDL-TG, il se produit un dépôt de graisse dans le foie.

La corrélation entre l'hépatite graisseuse et l'obésité a été prouvée et le rôle principal n'est pas joué par le pourcentage de tissu adipeux dans le corps mais par la résistance à l'insuline résultant du syndrome métabolique. Dans les études menées, la quantité de graisse dans le foie, déterminée par spectroscopie à protons, était directement dépendante du niveau d'insuline à jeun.

L’hépatite graisseuse peut être causée par d’autres maladies accompagnées de troubles métaboliques: myxoedème, syndrome d’Itsenko-Cushing, thyrotoxicose, maladies chroniques du tractus gastro-intestinal avec altération de l’absorption (y compris pancréatite chronique), maladie de Wilson-Konovalov, pathologie du système cardiovasculaire ( hypertension artérielle, cardiopathie ischémique), d’autres maladies chroniques entraînant l’épuisement du patient (oncopathologie, insuffisance pulmonaire et cardiaque).

Le régime dit «occidental» perturbe également le métabolisme des graisses, des glucides et la dégénérescence graisseuse des hépatocytes - des aliments riches en graisses hydrogénées, des glucides simples, ainsi qu’un mode de vie peu actif. Un groupe distinct de facteurs contribuant à l'accumulation de graisse dans le foie est un déficit héréditaire en enzymes impliqués dans le métabolisme des lipides.

Ainsi, quelle que soit la cause principale de la maladie, l’insulinorésistance se manifeste par une résistance à l’hépatite graisseuse (en particulier par une étiologie non alcoolique); les modifications dégénératives du foie sont l’un des liens pathogéniques du syndrome métabolique. L’accumulation de graisse dans les hépatocytes et entre eux est due à une consommation excessive de graisse due à une hyperlipidémie ou à des dégâts causés par l’alcool, à une altération de l’utilisation dans le processus de peroxydation, ainsi qu’à une élimination réduite des molécules de graisse des cellules due à une synthèse altérée de l’apoprotéine, qui forme des formes de transport du gras (ce qui explique le foie gras alipotrope).

Il est souvent impossible d'identifier le facteur étiologique chez un patient donné, car il n'y a pas de lésion nette du foie de l'une ou l'autre genèse. Les troubles de l’alimentation, la consommation d’alcool, l’usage de drogues sont des facteurs qui affectent pratiquement tous les patients.

Classification des hépatites grasses

Selon la classification étiologique, il existe deux formes d'hépatose graisseuse, qui sont des unités nosologiques indépendantes: la dystrophie alcoolique du foie gras et la stéatohépatite non alcoolique. Parmi tous les patients qui subissent une biopsie du foie, la stéatose sans alcool est enregistrée dans 7 à 8% des cas. Les dommages causés par l'alcool sont plus fréquents - se produisent 10 fois plus souvent.

L'hépatose graisseuse est classée en primaire, causée par des troubles métaboliques endogènes (obésité, diabète, hyperlipidémie), et secondaire - elle est provoquée par des influences externes, dans le contexte desquelles se développent des troubles métaboliques. L’hépatose graisseuse secondaire comprend des dommages au foie lors de la prise de certains médicaments (corticostéroïdes, œstrogènes de synthèse, médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens, méthotrexate, tétracycline); syndrome de malabsorption lors d'interventions chirurgicales sur les organes du tube digestif (anastomose iléo-jéjunale, gastroplastie comme méthode de traitement de l'obésité, résection de la section intestinale); avec nutrition parentérale prolongée, jeûne, maladie de Wilson-Konovalov, etc.

Selon le type de dépôt de graisse dans le lobule du foie, on distingue les formes morphologiques d'hépatite graisseuse suivantes: disséminée focalisée (souvent sans manifestations cliniques), prononcée disséminée, zonale (la graisse s'accumule dans différentes parties du lobule hépatique) et diffuse (stéatose microvésiculaire).

Symptômes d'hépatose graisseuse

La complexité de cette pathologie réside dans le fait que, malgré des changements morphologiques importants, la plupart des patients ne présentent pas de signes cliniques spécifiques d'hépatose graisseuse. 65 à 70% des patients sont des femmes, dont la plupart font de l'embonpoint. De nombreux patients ont un diabète sucré insulino-dépendant.

La grande majorité des patients ne présente aucun symptôme caractéristique d'une atteinte hépatique. Peut-être une sensation de malaise indéfinie dans la cavité abdominale, une douleur légère et douloureuse dans l'hypochondre droit, l'asthénie. Le foie est hypertrophié, la palpation peut être légèrement douloureuse. Parfois, la maladie est accompagnée d'un syndrome dyspeptique: nausée, vomissement, altération des selles. Une certaine couleur jaune de la peau est possible.

Des lésions hépatiques diffuses peuvent provoquer des hémorragies, une hypotension et des évanouissements, ce qui s'explique par la libération du facteur de nécrose tumorale à la suite du processus inflammatoire.

Diagnostic des hépatites graisseuses

Les symptômes cliniques de cette maladie ne sont pas spécifiques, la consultation d'un gastroentérologue suggère une hépatose graisseuse et détermine une tactique de diagnostic. Les tests biochimiques du foie ne révèlent pas non plus de changements significatifs, les transaminases sériques peuvent être augmentées de 2 à 3 fois, alors que leurs indicateurs normaux n'excluent pas la présence d'hépatoses graisseuses. Les principales méthodes de diagnostic visent à exclure les autres maladies du foie.

Veillez à effectuer un test sanguin pour la présence d'anticorps spécifiques dirigés contre les agents responsables de l'hépatite virale, du cytomégalovirus, du virus d'Epstein-Barr et de la rubéole; identification de marqueurs de lésions auto-immunes du foie. Le niveau d'hormones thyroïdiennes dans le sang est en cours d'étude, l'hypothyroïdie pouvant être à l'origine de l'hépatose adipeuse.

L'échographie des organes abdominaux permet de détecter les signes de stéatose graisseuse si la lésion recouvre plus du tiers du tissu hépatique. La biopsie du foie joue un rôle important dans l’étude morphologique de la biopsie. Les signes histologiques d'une hépatite graisseuse incluent les phénomènes de dégénérescence graisseuse, d'inflammation intralobulaire, de fibrose et de stéatonécrose. Le plus souvent révélé la présence d'une dystrophie à grande échelle.

Une méthode de diagnostic très informative pour détecter les modifications du parenchyme - IRM du foie. Appliquer le balayage radionucléide du foie à l'identification de la stéatose focale. Le programme de diagnostic doit inclure des méthodes d'évaluation des maladies associées affectant l'évolution des lésions hépatiques et le pronostic du patient. Afin d'évaluer la fonction de détoxication du foie, un test respiratoire à la méthacétine en C13 est effectué. Les résultats de cette étude permettent de juger du nombre d'hépatocytes en activité.

Traitement des hépatites grasses

Le traitement des patients présentant une hépatite graisseuse est effectué en ambulatoire ou dans le service de gastroentérologie. Le statut alimentaire est nécessairement évalué et une thérapie par le régime est prescrite. Dans certains cas, c’est le régime alimentaire qui est la principale et unique méthode de traitement de l’hépatose graisseuse. La nutrition médicale prévoit la limitation des graisses animales, un apport en protéines de 100-110 g par jour, un apport suffisant en vitamines et en oligo-éléments.

Le traitement est conservateur, effectué dans plusieurs directions. Des médicaments lipotropes qui éliminent l'infiltration graisseuse du foie sont utilisés: acide folique, vitamine B6, B12, acide lipoïque, phospholipides essentiels. Afin de réduire l'effet du facteur pathogénique principal (résistance à l'insuline), la correction du surpoids est obligatoire. La perte même de 5 à 10% du poids corporel entraîne une amélioration significative du métabolisme des glucides et des lipides.

Cependant, le taux de perte de poids devrait être de 400 à 700 g par semaine, une perte de poids plus rapide pouvant conduire à une progression de l'hépatose graisseuse et au développement d'une insuffisance hépatique, ainsi qu'à la formation de calculs dans la vésicule biliaire (des préparations à base d'acide urodésoxycholique sont prescrites). Pour augmenter l'activité de la phosphorylation oxydative dans les muscles et, par conséquent, l'utilisation des acides gras, l'activité physique est indiquée, ce qui améliore également la sensibilité des récepteurs de l'insuline. La pharmacothérapie de la résistance à l'insuline est réalisée à l'aide de thiazolidinediones et de biguanides.

Le traitement suivant est le traitement hypolipidémiant. Cependant, il n’a pas été définitivement établi si l’utilisation de statines était sans danger pour les hépatoses graisseuses, car ces médicaments eux-mêmes sont capables d’endommager les hépatocytes. Pour normaliser les fonctions du foie, des hépatoprotecteurs sont prescrits. Appliquez de la vitamine E, de l'acide ursodéoxycholique, de la bétaïne, de la taurine. Des études sont en cours sur l'efficacité des bloqueurs des récepteurs de la pentoxifylline et de l'angiotensine dans cette pathologie.

Ainsi, les points clés dans le traitement de l’hépatose graisseuse sont l’élimination du facteur étiologique (y compris l’alcool), la normalisation du poids et la nutrition. Le traitement médicamenteux est d'importance secondaire. Pour les patients souffrant d'alcoolisme, le traitement par un narcologue est une priorité.

Pronostic et prévention des hépatites graisseuses

L'hépatose graisseuse a un pronostic relativement favorable. Dans la plupart des cas, l'élimination de la cause de la maladie suffit à restaurer le foie. La capacité de travail des patients sauvés. Assurez-vous de suivre les recommandations du gastro-entérologue sur le régime alimentaire, l'activité physique, exclure l'alcool. Dans le cas d'une action continue des facteurs hépatotropes, des modifications inflammatoires et dystrophiques du foie progressent et la maladie peut se transformer en cirrhose.

La prévention de l’hépatose graisseuse consiste à exclure l’action de facteurs nocifs, dont l’acétaldéhyde, le dépistage rapide de maladies endocriniennes et autres et leur traitement efficace, en maintenant un poids normal et un niveau d’activité suffisant.

Hépatite grasse du foie
(Traitement de la stéatose hépatique non alcoolique)

Qu'est-ce que l'hépatose grasse? Hépatose graisseuse ou stéatose hépatique - La NAFLD (stéatose du foie, infiltration graisseuse, dégénérescence graisseuse du foie) est une affection caractérisée pour plus de 5% de la masse du foie par de la graisse, principalement des triglycérides. Si la teneur en graisse dépasse 10% du poids corporel, plus de 50% des cellules du foie contiennent des accumulations de graisse et de graisses réparties dans le tissu hépatique.

Causes de l'hépatose graisseuse

L’hépatite graisseuse est due au syndrome métabolique - troubles métaboliques et modifications hormonales. Dans le même temps, un diabète et une augmentation du taux de lipides dans le sang avec le risque de formation de complications cardiovasculaires se développent.

L'hépatose graisseuse peut entraîner:

  • abus d'alcool
  • l'obésité
  • certaines infections virales (virus de l'hépatite B et C),
  • troubles de l'alimentation
  • troubles métaboliques du diabète,
  • augmentation des enzymes hépatiques (ALT, AST, GGT),
  • défauts héréditaires du cycle de l'urée et oxydation des acides gras,
  • facteurs génétiques
  • certains médicaments, tels que les anti-inflammatoires non stéroïdiens.

La résistance à l'insuline (résistance à l'insuline cellulaire) et les troubles métaboliques, principalement les lipides et les glucides, sont au cœur de la NAFLD. La dégénérescence graisseuse du foie est due à un apport accru d'acides gras dans le foie, soit avec des aliments, soit avec une lipolyse accrue (dégradation des graisses dans le tissu adipeux).

Qui est à risque de développer NAFLD?

La NAFLD est une maladie multifactorielle résultant de l'exposition à divers facteurs de risque:

  • obésité abdominale (tour de taille de plus de 94 cm chez l’homme et de 80 cm chez la femme);
  • augmentation des taux de triglycérides dans le sang supérieurs à 1,7 mmol / l, du cholestérol et diminution des lipoprotéines de haute densité;
  • augmentation de la pression artérielle supérieure à 130/85 mm Hg;
  • diminution de la tolérance au glucose, hyperglycémie prolongée (diabète de type 2);
  • résistance à l'insuline.

Qu'est-ce qu'une hépatose graisseuse dangereuse?

La stéatose hépatique non alcoolique (NAFLD) progresse progressivement et est dangereuse en raison du risque de développer une cirrhose. La maladie du foie gras dans les 20 à 30 prochaines années sera la cause la plus courante de cirrhose nécessitant une greffe. La NAFLD comprend les stades de maladie suivants: stéatose du foie, stéatohépatite non alcoolique et fibrose, pouvant entraîner une cirrhose avec un risque accru de développer un carcinome hépatocellulaire.

Pendant de nombreuses années, la stéatose a été considérée comme une maladie non dangereuse, mais l'expérience a montré que le risque de complications cardiovasculaires et de diabète sucré augmente avec cette maladie.
La prévalence de la NAFLD est de 20-25% et chez les patients obèses de 90%.
Les maladies grasses se développent, généralement entre 40 et 60 ans, les femmes tombent plus souvent malades.

Comment NAFLD se manifeste, symptômes d'hépatose graisseuse

Cliniquement, l’hépatose graisseuse du foie au stade initial est caractérisée par une évolution asymptomatique et une fibrose prononcée se manifeste par des signes caractéristiques de cirrhose du foie. Les symptômes possibles sont la présence d'une gêne dans l'hypochondre droit et l'hépatomégalie (foie hypertrophié).

Diagnostic des hépatites graisseuses (NAFLD)

La méthode de diagnostic principale est l’échographie du foie, ainsi que l’élastométrie indirecte, qui permet d’évaluer rapidement et sans intervention invasive la gravité de la fibrose. Le degré d'hépatose graisseuse peut également être déterminé par des paramètres biochimiques à l'aide des méthodes STEATOSKRIN et FIBROMAX. Les modifications biochimiques ne sont pas spécifiques et peuvent survenir dans d'autres maladies du foie (par exemple, l'hépatite virale).

Le degré de fibrose hépatique détermine la gravité de la maladie. Il y a 4 degrés de dommages au foie dans lesquels «0» signifie un foie en bonne santé, «4» signifie une cirrhose (sur l'échelle МETAVIR).

Les facteurs de risque de cirrhose sont le sexe féminin, l’âge supérieur à 50 ans, l’hypertension artérielle, une augmentation de la phosphatase alcaline et de la GGT, une faible numération plaquettaire. Il y a souvent une violation du spectre lipidique.

Un facteur de risque important pour le développement et la progression de la NAFLD et de l'hépatose graisseuse est un facteur génétique - le polymorphisme du gène PNPLA 3/148 M.

Traitement de NAFLD, hépatite graisseuse

À l'heure actuelle, il n'existe pas de traitement standard pour la NAFLD. L'objectif principal est donc d'améliorer les paramètres biochimiques caractérisant la cytolyse (destruction des cellules du foie) et l'inflammation, en ralentissant et en bloquant la fibrose.

Dans tous les cas, le traitement commence par un changement de mode de vie, c'est-à-dire un changement de régime alimentaire et une augmentation de l'activité physique.

L'exercice augmente la sensibilité à l'insuline, aide à réduire le tissu adipeux des organes internes, réduit le niveau de stéatose du foie.

Pour atteindre ces objectifs, 3 à 4 exercices d'aérobic par semaine sont jugés suffisants. Il a été prouvé qu'une diminution du poids corporel de 8 à 10% est accompagnée d'une amélioration du schéma histologique de la NAFLD. Le plus physiologique est considéré comme une diminution du poids corporel de 500 à 1000 g par semaine, qui s'accompagne d'une dynamique positive des paramètres cliniques et de laboratoire, d'une diminution de la résistance à l'insuline et d'un degré de stéatose du foie. Une perte de poids trop rapide entraîne une aggravation de l'évolution de la maladie.

Les méthodes de traitement médicamenteux comprennent les sensibilisateurs à l'insuline (médicaments sensibles à l'insuline), les hépatoprotecteurs et les antioxydants en standard. Il est important pour la correction des troubles métaboliques de surmonter la résistance à l'insuline en utilisant des sensibilisants à l'insuline (metformine). En outre, l'utilisation de l'ursosan pour la normalisation des troubles métaboliques et en tant qu'hépatoprotecteur pour l'amélioration de la représentation histologique du foie est présentée.

Tactiques de traitement des patients atteints de NAFB et syndrome métabolique dans l'hépatite C

Lors de la détection de lésions hépatiques concomitantes chez les patients atteints du VHC en raison du syndrome métabolique (stéatose hépatique non alcoolique), il est nécessaire de procéder à un examen supplémentaire des indicateurs de troubles métaboliques et hormonaux caractéristiques de cette maladie.

Il est recommandé d’évaluer le degré de lésion hépatique à l’aide d’un test sanguin - Fibromax, qui permet d’évaluer séparément l’ampleur des lésions hépatiques du virus et du syndrome métabolique.

La tactique du traitement dépend du degré d'atteinte hépatique en général et de chaque facteur dommageable séparément. Un traitement avec des médicaments antiviraux peut être prescrit immédiatement et un traitement supplémentaire du syndrome métabolique après avoir reçu une RVS.

Si le degré d'atteinte hépatique du virus est nettement inférieur à celui du syndrome métabolique, il est possible de commencer un traitement antiviral après le traitement du syndrome métabolique.

En cas de maladies du foie concomitantes, il est nécessaire de définir l'objectif du traitement non seulement pour obtenir une RVS, mais également pour préserver et restaurer le foie affecté par d'autres facteurs pathologiques.

Une bonne nutrition est l’élément le plus important du succès du traitement de la NAFLD et de l’hépatose graisseuse.

Conseils nutritionnels

Un régime alimentaire, convenant à tout le monde sans exception, n'existe pas. Les patients atteints d'hépatose graisseuse doivent en premier lieu réduire le contenu calorique de leur alimentation quotidienne. L’une des recommandations pourrait être de conseiller de limiter la consommation d’aliments riches en acides gras saturés et de les remplacer par des aliments contenant des acides gras monoinsaturés ou polyinsaturés (lait, huile d’olive, huile de poisson).

Les protéines, les lipides, les glucides, l’eau, les minéraux et les vitamines constituent les éléments principaux de l’alimentation. Le rapport entre les protéines, les lipides et les glucides devrait être de 1: 1: 4.

Les protéines d'origine animale devraient représenter environ 60% de la protéine totale. De la quantité totale de graisse, 20 à 25% devraient être des huiles végétales en tant que source d’acides gras polyinsaturés.

L'équilibre des glucides est exprimé dans le rapport entre l'amidon, le sucre, les fibres et les pectines. Le sucre devrait être représenté par les fruits, les baies, les produits laitiers et le miel. Il est extrêmement important de maintenir un équilibre entre les vitamines et les minéraux qui doivent être ingérés quotidiennement en fonction des besoins quotidiens.

C'est le nombre de repas et l'intervalle entre eux et pendant la journée. Pour les personnes en bonne santé, 3-4 fois par jour avec des intervalles de 4-5 heures. Avec certaines maladies concomitantes, telles que l'obésité, il est nécessaire de manger 5 à 6 fois par jour.

Nutrition pour les maladies du foie

Le régime alimentaire pour les hépatites graisseuses doit être doux et créer une paix maximale du foie. Il est nécessaire de réduire la quantité de graisse et d'enrichir le régime alimentaire avec des aliments sources de vitamines riches en protéines, de réduire le taux de sucre et d'augmenter la quantité de liquide. Les repas doivent être fréquents et en petites portions.
Il est nécessaire d'exclure les viandes grasses, les viandes fumées, les épices, les épices, la pâte à tarte. Absolument pas d'alcool.

Afin de choisir un régime alimentaire adapté à vos besoins, consultez un médecin.

Quels médecins traitent les hépatoses graisseuses

Le résultat du traitement de l'hépatose nabbp et graisseuse peut être une guérison complète.

Deux médecins traitent le traitement de ces maladies: un hépatologue et un endocrinologue.

Le médecin endocrinologue traite la cause de la maladie (troubles hormonaux et métaboliques), et l'hépatologue - une conséquence (atteinte hépatique).

Les spécialistes de notre centre ont une vaste expérience dans l'identification des signes spécifiques d'hépatose et le traitement efficace de la stéatose hépatique.

Hépatose grasse du foie - symptômes et traitement: médicaments et remèdes populaires

L'hépatose grasse du foie est considérée comme l'une des conséquences les plus dangereuses d'un excès de graisse corporelle. Les symptômes et le traitement de la maladie sont étroitement liés, car la gravité des manifestations de la maladie détermine non seulement le niveau d'intensité du traitement, mais également l'issue possible du processus pathologique.

Il est possible d'arrêter la dégénérescence graisseuse du foie, s'il est possible de détecter la maladie rapidement, de garantir son traitement adéquat et d'éliminer les facteurs qui entravent le fonctionnement normal de l'organe.

Causes de l'hépatose du foie gras

L'hépatose graisseuse est un type de maladie provoquée par des troubles métaboliques des cellules du foie. Le développement de l'hépatose s'accompagne de l'accumulation de graisse dans les tissus de l'organe et du remplacement progressif de ses cellules (hépatocytes) par des cellules adipeuses, ce qui conduit à la dégénérescence des tissus.

Parmi les principales causes de la maladie:

  • les maladies caractérisées par des troubles métaboliques - diabète, dysfonctionnement endocrinien, obésité;
  • les effets des toxines dues à la consommation d'alcool (stéatose alcoolique), de produits toxiques ou de drogues;
  • régime alimentaire déséquilibré - manque de protéines, manque de nourriture (y compris un régime) ou trop manger;
  • dysfonctionnement du cortex surrénalien;
  • hyperlipidémie - un excès de lipides et de lipoprotéines dans le sang;
  • formes chroniques de pathologies du tractus gastro-intestinal;
  • infections virales (hépatite);
  • un excès d'enzymes hépatiques;
  • prédisposition génétique.

L'obésité des hépatocytes est généralement due à la présence d'une quantité excessive de graisse dans le sang. Mais il y a des cas où l'hépatose se développe, à la suite d'un dysfonctionnement, responsable du retrait de la graisse des tissus de l'organe. Cela se produit si le corps manque de substances biologiquement actives qui favorisent le traitement des graisses, par exemple des protéines.

Types étiologiques d'hépatose

Dans la plupart des cas, l'accumulation de graisse est la réponse du foie aux effets toxiques associés à l'état pathologique du corps. L'alcool est la cause la plus fréquente d'infiltration graisseuse toxique du foie. Si la maladie n’est pas associée à l’utilisation de produits et de substances toxiques, elle est classée comme stéatose primaire non alcoolique.

L'appartenance au sexe féminin et à l'âge après 45 ans, associée à une obésité abdominale et à une tendance à l'augmentation de la pression, sont considérées comme des facteurs contribuant au développement de formes graves d'hépatose.

Symptômes et signes de la maladie

Une mauvaise santé du foie est rarement accompagnée de symptômes graves. Souvent, les patients ne connaissent pas leur maladie pendant une longue période.

En règle générale, une hépatite graisseuse est détectée dans deux cas: lorsque la maladie progresse et que le processus s'accompagne de douleur dans l'hypochondre droit, ou au hasard, lors d'un examen par échographie ou scanner.

Le fait est que les manifestations de la stéatose peuvent être difficiles à corréler avec les violations du foie. L'excès de graisse dans le foie entraîne une violation de ses fonctionnalités, ce qui affecte inévitablement le travail des autres organes et systèmes. Par conséquent, dans la plupart des cas, les principaux signes d'hépatose graisseuse du foie sont associés à des processus pathologiques dans d'autres organes.

Le développement du foie gras peut indiquer:

  • ballonnements, lourdeur dans l'estomac;
  • sécheresse excessive de la peau;
  • graisse excessive de la peau, une tendance à l'acné;
  • cheveux tombants ou grisonnants;
  • troubles de la coagulation;
  • infections virales fréquentes;
  • perturbations du cycle menstruel, infertilité;
  • l'apparition de réactions allergiques.

L'inconfort et la douleur du côté droit sont les principaux signes de dysfonctionnement du foie et de la vésicule biliaire; on les observe généralement aux derniers stades du développement de la pathologie. Ces symptômes résultent d'une augmentation significative de la taille du foie et sont associés à un étirement excessif de la capsule ou à une congestion des voies biliaires.

Mesures de diagnostic

Présumer la présence d'hépatite graisseuse chez un patient, le médecin peut déjà être au stade de l'analyse des antécédents. Cependant, il n’est pas possible de confirmer le diagnostic préliminaire en utilisant des tests de laboratoire traditionnels, même avec une nette diminution de la fonction hépatique.

L'absence de symptômes cliniques spécifiques et le faible contenu en informations des études biochimiques ne permettent pas de tirer des conclusions diagnostiques correctes sur la maladie du foie.

Pour obtenir des informations détaillées sur les spécificités de la maladie, appliquez les méthodes de diagnostic instrumental.

Les études diagnostiques les plus informatives sont:

  • échographie. Vous permet de détecter une augmentation de la taille du foie et de déterminer le rapport entre les zones saines et touchées, en comparant le niveau de leur échogénicité;
  • La tomodensitométrie permet d’obtenir plus d’informations sur l’état du foie - la présence de zones à faible coefficient d’absorption est considérée comme un signe d’infiltration graisseuse;
  • Les analyses de sang permettent de déterminer le niveau d'hormones produites par la glande thyroïde, l'augmentation du nombre d'enzymes hépatiques et la présence d'anticorps anti-hépatite, ainsi que la détermination de marqueurs des lésions auto-immunes. Ces indicateurs sont considérés comme des signes indirects d'hépatose, car ils indiquent la présence de processus pathologiques dans les tissus de l'organe;
  • biopsie du foie - méthode caractérisée par une précision maximale des résultats. Des études histologiques sur des échantillons de biopsie permettent de tirer des conclusions sur la présence et le volume de graisse corporelle.

La scintigraphie statique du foie, une méthode d'analyse par radionucléide d'un organe utilisé pour détecter des foyers de lésions graisseuses, apporte également un niveau élevé d'informations.

Parmi les autres facteurs qui confirment le diagnostic de stéatose, il faut tenir compte des raisons suivantes: augmentation de la taille du foie, élévation du taux de cholestérol, taux métabolique et glycémique, présence de triglycéridémie, ainsi que des données provenant d'études sérologiques et de tests génétiques.

L'hépatose graisseuse est diagnostiquée en présence de cinq pour cent ou plus de graisse dans la masse totale du foie.

Hépatose grasse du foie: traitement

Le développement d'une hépatite graisseuse a de nombreuses raisons. Il est donc difficile pour les médecins de justifier et de systématiser correctement un traitement.

La principale méthode d'infiltration graisseuse est considérée comme une thérapie nutritionnelle associée à des effets médicaux.

Les principaux objectifs thérapeutiques dans le traitement de l’hépatose graisseuse sont les suivants:

  • élimination complète des causes d'infiltration graisseuse;
  • normalisation du potentiel fonctionnel des hépatocytes.

N'excluez pas la possibilité d'utiliser les méthodes de traitement traditionnelles, en tant que moyen supplémentaire, fournissant des effets régénérants et immunomodulateurs.

Traitement médicamenteux

La principale méthode de traitement conservateur est considérée comme le traitement médicamenteux de l’hépatose du foie, qui consiste à prendre:

  • médicaments lipotropes qui éliminent l'infiltration graisseuse - vitamines du groupe B, acide folique, phospholipides essentiels;
  • les hépatoprotecteurs qui protègent les cellules de l'organe et aident à restaurer ou à stabiliser leurs membranes;
  • médicaments du groupe des statines, normalisant le métabolisme des graisses au niveau cellulaire.

Les autres remèdes sont la vitamine E, la bétaïne, l’acide ursodésoxycholique et la taurine. En présence d'alcoolisme, un traitement par un narcologue est requis.

Même avec l'élimination complète du facteur étiologique, le patient doit rester sous surveillance médicale pendant un an.

Remèdes populaires

Les méthodes de la médecine traditionnelle incluent l’utilisation de remèdes naturels à base de plantes avec les propriétés de nettoyage et de régénération des cellules du foie.

Le traitement efficace des remèdes populaires est assuré par l'utilisation de:

  • fruit de chardon déchiqueté. Le mode d'utilisation de la plante est choisi à volonté: une cuillerée à thé de fruit est brassée avec du thé du matin ou consommée sous sa forme naturelle. Le chardon-Marie aide le foie à restaurer les cellules absorbées par le tissu adipeux et aide à normaliser la production de bile;
  • citrouille. Le miel est ajouté à la cavité d'une petite citrouille mûre sans pépins et infusé pendant deux semaines dans un endroit sombre et chaud. L'infusion de miel qui en résulte est prise trois fois par jour dans une cuillère à soupe;
  • églantier. Les cynorhodons brassées avec de l'eau bouillante et conservées toute la journée. Pour un demi-litre d'eau, prenez deux cuillères à soupe de fruits. Prenez deux fois par jour pour une tasse de boisson.

Parmi les méthodes non traditionnelles populaires de traitement de l'hépatose est la résorption d'une cuillère à soupe d'huile végétale pendant une demi-heure avant de manger. On pense que cette méthode débarrasse le sang des toxines.

De nombreux guérisseurs traditionnels recommandent de boire du thé vert plutôt que du thé noir - les propriétés de la boisson éliminent intensément les toxines et les scories du corps. Pour des résultats optimaux, on ajoute de la menthe ou du citron au thé vert.

Régime alimentaire pour hépatosis gras

Nutrition diététique - la base du traitement du foie gras. Sans respect des normes de la ration alimentaire, une récupération complète est impossible.

Tout d'abord, il est nécessaire d'exclure l'alcool et les spiritueux des aliments de tous les jours. Le régime correctionnel avec hépatite grasse consiste à manger des aliments contenant une quantité accrue de protéines, une petite quantité de graisse animale, ainsi que des aliments riches en vitamines, en micro-éléments et en substances lipotropes.

Produits interdits qui provoquent un gonflement de l'intestin, irritent la muqueuse gastro-intestinale ou stimulent les processus de digestion.

Il est recommandé de privilégier les plats, cuits à la vapeur ou bouillis - viande maigre et poisson, légumes ou céréales au lait. En conséquence, tout ce qui est frit, épicé, fumé et salé est interdit.

Il est important que l'intervalle entre chaque repas ne dépasse pas trois heures et que le volume des portions diffère selon la modération.

Complications possibles

Le travail du foie détermine en grande partie la fonctionnalité de tous les systèmes vitaux du corps.

Même des dysfonctionnements mineurs des hépatocytes peuvent causer:

  • violation du tube digestif, puis - la stagnation de la bile, la cholécystite, la pancréatite, la dysbiose, la cirrhose;
  • potentiel réduit du système cardiovasculaire. Le manque d'acide ascorbique, de lécithine, de quercétine et de bioflavonoïdes est particulièrement aigu. En conséquence, une hypertension, des varices, une perte de vision et un tonus de la peau se développent;
  • un déséquilibre hormonal qui, associé à un excès de graisse corporelle, est l'une des causes probables du développement de l'oncologie chez les femmes âgées de 40 ans. L'intervention chirurgicale est incapable d'éliminer la cause du processus pathologique;
  • la chute du système immunitaire, qui, conjuguée à la stagnation de la bile et de la coagulation du sang, offre des conditions idéales pour le développement d'organismes parasitaires.

En éliminant les causes de l'accumulation de graisse dans le foie, les processus pathologiques s'arrêtent complètement.

Prévention

L'hépatose graisseuse est assez facile à traiter et, si l'on exclut l'influence de facteurs indésirables, le pronostic de la maladie est relativement favorable. Au cours de la maladie, la plupart des patients conservent la capacité de travailler et la possibilité de faire de l'activité physique, ce qui est non seulement non contre-indiqué, mais recommandé.

Il est possible d'empêcher le développement d'infiltrations graisseuses du foie si vous renoncez à l'alcool et aux produits contenant des toxines, tout en maintenant un poids normal, en garantissant un régime alimentaire sain et équilibré et en vous soumettant régulièrement à un examen médical approfondi.


Article Précédent

Normes AST et ALT

Article Suivant

Élastographie du foie

Articles Connexes Hépatite