Méthodes classiques et nouvelles de traitement de l'hépatite C

Share Tweet Pin it

L'hépatite C a été découverte il n'y a pas si longtemps - la maladie est connue du public depuis 1989. L'hépatite étant de nature virale, le principal danger réside dans les dommages au foie et les conséquences de l'infection, de la cirrhose et de l'oncologie de cet organe. Avec un traitement opportun et compétent, la plupart des victimes se rétablissent, ce que garantissent les médicaments antiviraux pour le traitement de l'hépatite.

Compte tenu du danger de la maladie causée par l'hépatite C, il existe toujours une place pour un nouveau traitement: l'industrie pharmaceutique continue à développer et à produire des médicaments qui combattent efficacement la pathologie. De plus, il existe de nouvelles méthodes de traitement visant à éliminer le virus et les conséquences de son impact.

Dangers de la maladie: pourquoi il est nécessaire de traiter la pathologie

Si l'on considère l'ensemble de la population de la planète, alors selon l'OMS, ce virus serait présent chez 150 à 185 millions de personnes touchées. Chaque année, environ 350 000 personnes meurent des complications provoquées par la maladie. Dans le même temps, les statistiques officielles ne sont pas établies en Russie, mais on peut présumer que 2,5% des Russes sont imputables aux porteurs du virus, qui compte entre 5 et 7 millions de personnes dans le pays.

L'hépatite C entraîne le remplacement des cellules hépatiques saines par du tissu conjonctif, ce qui perturbe le fonctionnement de l'organe et provoque sa mort graduelle. Si la maladie est traitée rapidement, à l'aide de techniques modernes éprouvées et de techniques modernes avancées, les chances de guérison totale varient entre 50 et 90% et évitent à la victime le risque de cirrhose.

Le but de la thérapie pathologique est:

  • Élimination du processus inflammatoire ou sa réduction dans le corps.
  • Prévenir le développement de la maladie au stade de la cirrhose ou du cancer.
  • Éliminer ou réduire la quantité de virus.

Dans certains cas, en présence d'une forte réponse immunitaire, il est possible que l'organisme puisse se soigner du virus. Après cela, dans le sang, des anticorps spécifiques sont observés, la réactivation de l'hépatite ne se produit pas, le niveau d'immunité importe peu. Mais il est impossible de s’appuyer sur un tel succès. Il est beaucoup plus sûr de consulter un spécialiste expérimenté en maladies infectieuses, d’effectuer des diagnostics, notamment des tests et des échographies, puis d’appliquer des méthodes de traitement modernes qui permettront de résoudre efficacement le problème.

Il convient de rappeler que de nombreux transporteurs ne savent pas qu’ils sont infectés et contagieux, car les signes de la maladie ne sont pas toujours évidents.

Méthodes thérapeutiques classiques

Avant d'évaluer les médicaments modernes et leurs effets sur l'organisme, envisagez l'option standard - l'utilisation de l'interféron avec la ribavirine. Ces médicaments pour l'hépatite ont un effet positif dans 25 à 40% des cas, alors qu'ils devraient être utilisés dans un complexe. Les dérivés les plus récents, basés sur l'interféron et la ribavirine, portent divers noms, puisque la production est réalisée par différentes sociétés.

  • Préparations de la forme d'interféron alpha, qui comprennent Roferon, Laferon, Inteal, Intron-A.
  • Produits d'interféron gamma, notamment Pegaltevir, Ingaron, Algeron.
  • Médicaments à base de ribavérine - Ribamidil, Rebetol, Ribapeg.

Dans certains cas, le traitement avec les deux médicaments est contre-indiqué, une monothérapie peut alors être prescrite, ce qui réduit immédiatement l'efficacité du traitement à 12%. Malgré le fait que la thérapie médicamenteuse à base de ribavirine et d'interféron ait été testée avec le temps, son utilisation a provoqué de nombreuses réactions et de nombreuses contre-indications. Ces traitements de l'hépatite B nécessitent une ordonnance supplémentaire d'hépatoprotecteurs, dont le rôle est de soutenir le foie. Habituellement, ils doivent être pris pendant au moins un an et, en l’absence de l’effet positif escompté, la durée de la période peut être prolongée.

Si vous traitez l'hépatite avec de nouveaux médicaments, les chances de vous en débarrasser sont beaucoup plus grandes et les médicaments eux-mêmes sont beaucoup mieux tolérés par les patients.

Outre les difficultés de traitement, il existe certaines contre-indications à l’utilisation de la méthode combinée - La ribavirine et l’interféron ne sont pas prescrits aux enfants de moins de trois ans, aux femmes qui portent un enfant et aux greffes d’organes. Ces médicaments sont contre-indiqués pour les personnes présentant une intolérance individuelle, une maladie de la thyroïde, une insuffisance cardiaque, une ischémie, un diabète ou une pathologie pulmonaire. Vous devez également considérer la possibilité d'effets secondaires, la liste comprend:

  • l'anémie;
  • altération de la fonction thyroïdienne;
  • perte de cheveux;
  • des perturbations dans la fonctionnalité du système nerveux;
  • dépression, irritabilité et insomnie;
  • signes d'ARVI;
  • la fièvre, les frissons, la faiblesse et les maux de tête sont possibles, mais de tels symptômes apparaissent souvent au début du traitement.

Le premier à remplacer la méthode envisagée est une thérapie utilisant l’interféron pégylé. Leur effet était plus prononcé, car ils restaient dans le sang pendant environ une semaine. En conséquence, le médicament a été pris une fois en sept jours. Cependant, le médicament devait encore compléter la ribavirine, bien que le pourcentage de patients retrouvés avoisine les 70 et que la durée du traitement soit d'au moins un an.

Médecine moderne

Bien que les médicaments russes et étrangers continuent de développer les médicaments les plus efficaces, la ribavirine et l’interféron restent les médicaments les plus populaires. Par conséquent, le médicament récemment publié, Profetal, a été créé sur la base d'interféron avec l'alpha-foetoprotéine. Cependant, la durée du traitement médicamenteux est d'au moins un an. Envisagez d’autres nouvelles fonctionnalités proposées pour éliminer le virus:

  • Dans les cas où la combinaison de médicaments interféron et ribavirine ne donne pas l'effet escompté, utilisez du sofosbuvir et du daclatasvir. Le premier médicament après les tests a confirmé l'efficacité à 99%, alors qu'il était utilisé pour 1,2,4,5,6 génotypes de l'hépatite C. Comme le montre la pratique, le médicament permet d’éliminer la maladie, même dans les cas où la maladie a atteint le dernier stade. Le nouveau traitement est bon car, comparé à la technique utilisée précédemment, il n’ya pas beaucoup d’effets secondaires. Lors du test de nouvelles manifestations négatives de l'acier, fatigue, nausée et vertiges.
  • Le lédipasvir est un autre nouveau médicament recommandé pour le daclatasphir et le sofosbuvir. Son procès s'est achevé fin 2013. Avec l'utilisation cumulative de médicaments atteint un effet direct, permettant d'éliminer le virus dans 98%.
  • Il convient de prêter attention au siméprévir, qui fait partie d'une nouvelle génération de moyens antiviraux d'exposition directe. Le traitement complet implique son utilisation avec la ribavirine, l'interféron, dans le cas de la formation d'une maladie de génotype 1B. Ce remède diffère des médicaments similaires en termes d’efficacité et de sécurité. Une posologie pratique et la possibilité de développer des schémas thérapeutiques individuels peuvent également être attribuées à des qualités positives. En Russie, l'utilisation du médicament a été approuvée au début de 2014.
  • En présence de 1 génotype, le médicament telaprévir (Incivo) est utilisé conjointement avec le bocéprévir. Dans le même temps, une thérapie efficace suppose la présence dans le schéma du troisième médicament, la ribavirine ou le peginterféron. Le taux de réussite du rétablissement varie de 70 à 80% - chez les patients primitifs, une réponse virologique persistante est d’environ 79%, une réponse zéro à 41%, une réponse partielle à environ 61% et pour les victimes en rechute jusqu’à 86%. Le «triple» traitement de l'hépatite avec l'utilisation de ces médicaments dans certains cas a permis de réduire la durée d'exposition de 48 à 24 semaines. Parallèlement, ce schéma a également entraîné une augmentation des effets secondaires - apparition d'éruptions cutanées et d'anémie, ce qui a obligé de nombreuses victimes à interrompre le traitement ou à augmenter considérablement les coûts, en raison de l'achat de médicaments supplémentaires pour soulager les symptômes.

En 2013-2014, les pharmaciens américains ont développé des médicaments innovants, Sovaldi et Harvoni. Ils ont un principe de fonctionnement similaire, mais ils ne doivent pas être considérés comme des analogues, d’autant plus que certains schémas d’utilisation et d’indications sont déterminés pour chacun. Harvoni peut être utilisé comme méthode monothérapeutique et son efficacité n'a été prouvée que dans le cas du génotype 1 de l'hépatite C. Sovaldi est considéré comme l'un des meilleurs médicaments d'origine étrangère. Selon les créateurs, l'outil peut guérir la maladie en 12 semaines. Le médicament est basé sur une combinaison de médicaments Ledipasvir, Sofosbuvir. Le problème, c'est le coût du médicament - à son prix, les comprimés ne sont pas disponibles pour tous les patients. De plus, n'oubliez pas les contre-indications:

  • Hypersensibilité au médicament ou à ses composants individuels.
  • Porter bébé et allaiter.
  • Les enfants de moins de 18 ans, étant donné que les réactions de l'organisme au médicament n'ont pas été étudiées dans ce groupe d'âge.

Il existe un certain nombre d'effets secondaires, notamment l'insomnie, l'apparition de migraines et de maux de tête, des états dépressifs, l'irritabilité. Des crises d'épilepsie, des haut-le-cœur, des problèmes de selles et une sécheresse de la bouche peuvent survenir pendant l'admission. En même temps, il n’existe pas d’antidote au médicament, l’élimination des phénomènes négatifs est donc exclusivement symptomatique.

En Russie et dans les pays de la CEI, les médicaments pour le traitement de l'hépatite virale sont principalement représentés par le sofosbuvir, le daclatasphir et le lédipasvir. Parallèlement, de nombreux produits de contrefaçon sont apparus sur le marché pharmaceutique. Les médecins recommandent d'acheter des médicaments directement à des sociétés prêtes à fournir une licence et la documentation correspondante.

Médicaments 2016

Pensez à quelques autres outils qui représentent le dernier traitement de l'hépatite virale. L'un d'eux est le médicament Zepatir, créé à base d'Elbasvir et de Grazoprevir. Son utilisation a été approuvée le 28 janvier 2016, alors que le médicament peut être utilisé aussi bien en monothérapie qu'en association avec la ribavirine. Appliquez le médicament aux génotypes de 1 et 4 pathologies, en le prescrivant exclusivement aux patients adultes.

L'innocuité, de même que l'efficacité du médicament, a été confirmée par des études cliniques auxquelles ont participé 1373 victimes. Les participants à l'étude ont pris Zepatir 1 comprimé par jour pendant 12 ou 16 semaines. La réponse virologique soutenue globale variait de 94 à 97% chez les victimes avec 1 génotype. Chez les patients avec 4 génotypes, la RVS était de 97 à 100%. Mais ce remède contre l’hépatite C n’est pas sans effets secondaires, il comprend des nausées, des maux de tête et une fatigue accrue. Si nous parlons de l'association Zepatyr + Ribavirin, la principale manifestation négative est l'anémie et les migraines.

Un avertissement spécial est indiqué dans les instructions officielles: chez 1% des patients, au cours de l’étude de la 8e semaine de traitement, le niveau naturel des enzymes hépatiques a été dépassé. Par conséquent, avant de commencer le traitement, un test sanguin est nécessaire pour déterminer les indices hépatiques. Des mesures de contrôle seront nécessaires au cours du traitement. Le médicament en question est interdit aux victimes présentant des lésions organiques graves ou graves.

Hepcinat LP, qui est apparu sur le marché au cours des premiers mois de 2016, est un autre nouveau traitement contre l'hépatite C. Selon les médecins, le médicament détruit rapidement le virus. Chaque comprimé contient 90 mg de Ledipasvir en association avec 400 mg de Sofosbuvir. L'outil doit être utilisé dans le traitement de l'hépatite C chronique avec 1 génotype. Considérons maintenant la durée du traitement:

  • Pour les patients primitifs avec ou sans cirrhose, le cours est de 12 semaines.
  • Pour les victimes ayant déjà traité une pathologie sans la présence d'une cirrhose, le cours dure 12 semaines.
  • Si la cirrhose est présente chez les victimes avec un traitement antérieur, la durée du traitement avec le médicament est de 24 semaines.

Certaines préoccupations peuvent être causées par les instructions de la clause concernant les contre-indications - selon cette dernière, de telles études n’ont pas été menées. En ce qui concerne les effets secondaires, avec l'utilisation de médicaments, des maux de tête peuvent apparaître, il y a une fatigue générale. Cependant, cet effet est observé chez les patients qui ont pris le médicament pendant 8-24 semaines.

Un autre avantage est que le médicament peut être attribué à des fonds budgétaires. En 2016, un traitement de 90 jours a coûté environ 1 500 USD. Ce montant semble important, mais si on le compare à d’autres analogues, l’avantage peut être donné à Heptsinat LP.

Caractéristiques de la thérapie avec des médicaments modernes

Si nous considérons le traitement moderne de l'hépatite C en utilisant les derniers développements, il convient de prendre en compte le coût très élevé du traitement. Selon les estimations les plus prudentes, un cours de trois mois coûterait au moins 50 000 euros, ce qui représente un coût très élevé pour de nombreuses victimes. Parallèlement, les nouveaux médicaments ne sont généralement pas accompagnés de privilèges d’achat.

Cependant, un autre facteur doit être pris en compte: les médicaments pour l'hépatite C sont constamment améliorés, de plus en plus de nouveaux produits apparaissent sur le marché pharmaceutique, le choix se diversifie. En conséquence, les coûts diminuent, même en ce qui concerne le développement de 2016. Dans la sélection des médicaments est d'une grande importance et le génotype du virus.

Avec l'hépatite C, il n'y a pas de traitement unique - la sélection des médicaments est individuelle, de même que leur posologie. Le traitement combiné par la majorité des patients est à peine toléré, car le niveau des effets secondaires liés à la perte de cheveux et à la dépression ainsi qu'aux problèmes de respiration, de thyroïde et de la vue est élevé.

Il est important de se rappeler que le traitement de l'hépatite C doit être effectué sous la supervision de professionnels qualifiés. L'établissement d'un diagnostic correct nécessite un examen approfondi et la réalisation de nombreux tests. Dans ce cas, les symptômes brillants dans le cas de l'hépatite C peuvent être absents, souvent le problème est diagnostiqué par hasard.

Traitement de l'hépatite C: méthodes modernes de lutte contre la maladie

L'hépatite C n'est pas une condamnation à mort. Le pronostic de la maladie est très favorable avec un traitement opportun et adéquat et, dans la plupart des cas, le traitement de l'hépatite C est un succès, sans l'apparition ni le développement de complications.

Le nombre de personnes complètement guéries de la maladie représente de 50 à 90% de toutes les infections. Pour que le pronostic soit aussi favorable, il faut que le traitement soit complet - associant pharmacothérapie, remèdes traditionnels, examens réguliers, nutrition adéquate et mode de vie sain.

L'hépatite C ne nécessite pas de traitement dans tous les cas.

Méthode de traitement

Le traitement de l’hépatite C doit être effectué à temps afin de prévenir les modifications irréversibles du foie.

Pour commencer, vous devriez consulter un médecin (hépatologue), qui planifiera un examen des paramètres les plus importants du foie. Après avoir compilé les antécédents de la maladie, obtenu des données instrumentales et de laboratoire, le risque de développer une cirrhose est déterminé par un médecin. C'est ce facteur de risque potentiel qui est décisif pour la compilation d'une méthode de traitement.

Les méthodes de traitement de l'hépatite C visent à:

  1. Réduction ou élimination complète des processus inflammatoires du foie;
  2. Réduction (élimination) du virus;
  3. Prévenir la transformation de la maladie en cancer ou en cirrhose.

Il existe un certain pourcentage de personnes qui peuvent se débarrasser elles-mêmes du virus grâce à un système immunitaire fort, qui supprime lui-même la maladie. Dans de tels cas (5% des cas), le traitement de l'hépatite n'est pas requis du tout. Cependant, chez ces patients, les anticorps du virus restent dans le sang et seul un médecin peut déterminer l’état du virus dans le corps humain.

C'est important! L'hépatite C ne nécessite pas dans tous les cas un traitement.

Le schéma thérapeutique de l'hépatite C est déterminé individuellement et dépend de nombreux facteurs:

  • Génotype du virus;
  • L'âge;
  • Durée de la maladie;
  • Le degré d'endommagement des cellules du foie;
  • Prédisposition génétique au fibroblaste.

Par exemple, si le virus de l'hépatite C est présent chez un patient pendant plus de 10 ans, le pourcentage de cirrhose est élevé. Dans ce cas, un traitement conservateur est prescrit.

Pour soigner l'hépatite C pour toujours, il est nécessaire d'éliminer le virus qui cause la maladie. Par conséquent, le patient doit être examiné régulièrement pour détecter la présence du virus au cours du traitement, puis pendant cinq ans après le traitement.

Avant de traiter l'hépatite C, plusieurs tests sont assignés pour évaluer le foie et son état, en soulignant l'importance de l'ALAT, de l'ALAT et de l'AST dans l'hépatite. Ce sont des enzymes hépatiques dans lesquelles des anomalies indiquent la présence d'une maladie du foie. Avec l'hépatite C, les valeurs d'ALT et d'AST augmentent en moyenne de 6 à 10 fois.

Si, après avoir pris des mesures thérapeutiques, la personne ne guérit pas l'hépatite et ne parvient pas à se débarrasser du virus, un deuxième traitement est prescrit au patient, tandis que le programme de traitement change quelque peu: les médicaments sont remplacés par d'autres moyens plus efficaces.

Parallèlement au traitement, il est conseillé au patient de suivre des mesures préventives: cesser de boire, suivre un régime et mener une vie saine.

C'est important! L'hépatite C est traitée avec assez de succès, mais le traitement de cette maladie est assez long.

La durée et le schéma thérapeutique sont déterminés en fonction de l'évolution de la maladie et du rythme de progression. En moyenne, l'hépatite C peut être guérie tout au long de l'année.

Il existe actuellement plusieurs schémas thérapeutiques contre l'hépatite C, mais ils reposent tous sur une combinaison de médicaments visant directement à détruire le virus.

Thérapie standard

Il existe actuellement plusieurs schémas thérapeutiques contre l'hépatite C, mais ils reposent tous sur une combinaison de médicaments visant directement à détruire le virus.

La combinaison de préparations de ribavirine et d'interféron montre la plus grande efficacité. En cas d'utilisation séparée, la ribavirine ne produit pas d'effet positif pendant le traitement, tandis que l'association avec l'interféron augmente l'effet du médicament à plusieurs reprises. Le traitement effectué selon ce schéma donne le résultat de la récupération dans 50-80% des cas.

Faites attention! Séparément, la prise de préparations d'interféron et de ribavirine n'est indiquée que dans les cas d'intolérance individuelle aux composants de l'une de ces préparations. Le résultat avec une telle thérapie est généralement beaucoup plus faible qu'avec une approche intégrée.

La posologie et la durée du traitement sont prescrites individuellement sur la base du diagnostic. En moyenne, le traitement dure environ six mois, mais en l’absence de résultats positifs, le traitement est prolongé de six mois. Dans ce cas, un troisième agent antiviral est ajouté au traitement standard à deux médicaments.

Médicaments antiviraux

Il existe un grand nombre de préparations d'interféron et de ribavirine, entre lesquelles il n'y a pas de différence particulière autre que le nom.

Préparations d'interféron: Interal, Raferon, Altevir, Viferon, etc.

Préparations de ribavérine: rimantadine, rebetol, lamivudine, ribavine.

Seuls les médicaments qui ont dans leur composition un interféron pégylé spécial (de plus longue durée) ont des différences entre eux: Pegasys, Pegintron, Algeron.

L'efficacité du traitement aux antiviraux est confirmée par la réduction de l'activité de l'alanine transaminase, associée à une diminution du taux d'ARN-VHC détecté après une analyse biochimique du sang.

Les préparations d'interféron ont un certain nombre d'effets secondaires:

  • Aspect froid;
  • État dépressif;
  • Augmentation de la température (jusqu'à 39 degrés);
  • Douleurs musculaires et articulaires;
  • D'autres manifestations sont similaires aux symptômes de la grippe.

De telles manifestations peuvent être observées pendant les trois premiers jours après le début de l'administration d'interféron. Après (généralement dans un délai d'un mois), le corps s'adapte et les symptômes cliniques ne sont plus observés.

La ribavirine peut entraîner des effets secondaires tels que maux de tête, troubles dyspeptiques légers.

Hépatoprotecteurs et immunostimulants

Le traitement de l'hépatite n'est pas seulement envoyé pour se débarrasser du virus, mais aussi pour restaurer le travail du foie. Pour cela, les hépatoprotecteurs sont prescrits en association avec un traitement antiviral: Phosphogliv, Silimar, Essentiale, Karsil, Ursosan, etc.

Des immunomodulateurs sont prescrits (Timogen, Zadaksin) et des médicaments réduisant les effets secondaires des médicaments (Neupogen, Derinat) afin d'améliorer les défenses immunitaires.

Vitamines

Une condition préalable au traitement de l'hépatite C est l'apport de vitamines qui renforcent les défenses de l'organisme et restaurent les fonctions du foie: Vitrum, Centrum, Viusid.

Certaines vitamines sont recommandées à prendre séparément:

  • L'acide folique contribue à la récupération rapide du foie;
  • La vitamine C renforce le système immunitaire;
  • B12 fournit la fonctionnalité du foie;
  • La vitamine E restaure les défenses de l'organisme.

Le traitement standard repose sur l'utilisation systématique de médicaments prescrits en combinaison avec un régime alimentaire, le rejet des mauvaises habitudes et une surveillance constante du déroulement du traitement.

Faites attention! Le schéma thérapeutique standard est assez coûteux, en particulier si des médicaments importés sont utilisés pendant le traitement.

Si un patient présente des réactions vives à l’utilisation d’un médicament en particulier, les médecins utilisent des méthodes de «traitement doux» visant à maintenir les fonctions du foie, une détoxification constante, affaiblissant l’effet du virus.

Plus récemment, de nouveaux médicaments anti-hépatite C ont été mis au point - des inhibiteurs

Drogues nouvelle génération

En raison de la croissance progressive de la maladie, les méthodes de traitement ne cessent d’être améliorées, des spécialistes élaborent des schémas de traitement permettant de guérir l’hépatite sans utiliser d’interférons, car Ces médicaments ont un nombre important de contre-indications et d’effets secondaires.

Plus récemment, de nouveaux médicaments anti-hépatite C ont été mis au point - des inhibiteurs. Ce sont des médicaments à action directe qui bloquent l’activité du virus et ne stimulent pas le système immunitaire à combattre le virus (comme les interférons). Ils ne présentent pas d'effets indésirables graves, alors que leur efficacité atteint 80% et que la durée du traitement est considérablement réduite.

C'est important! Les inconvénients des inhibiteurs incluent le coût élevé des médicaments.

Cure de l'hépatite aide les derniers moyens:

L'utilisation de nouvelles méthodes n'exclut pas l'utilisation en thérapie des hépatoprotecteurs, des médicaments immunostimulants et des vitamines.

La transition vers un mode de vie sain et une nutrition appropriée augmentera considérablement l'efficacité du traitement, minimisera le risque de développer une cirrhose et réduira le fardeau sur le foie.

Puissance et régime quotidien

Passer à un mode de vie sain et à une nutrition adéquate ne guérira pas la maladie, mais augmentera considérablement l'efficacité du traitement, minimisera le risque de développer une cirrhose et réduira le fardeau sur le foie.

Pour le traitement de l'hépatite C n'est pas développé un régime alimentaire spécial - il suffit de suivre le régime numéro 5, utilisé dans toutes les pathologies du système biliaire.

Que faire avec l'hépatite C:

  • Buvez suffisamment de liquide (6 à 8 verres par jour);
  • Éviter le jeûne;
  • Mange souvent des légumes et des fruits frais;
  • Exclure l'alcool;
  • Consommer suffisamment de fibres;
  • Mangez 5-6 par jour (en petites portions);
  • Exclure les gras trans (restauration rapide, aliments en conserve, sucreries);
  • Limite douce;
  • Assurez-vous d'inclure dans le régime alimentaire des graisses végétales.

Il est conseillé d'éviter un mode de vie sédentaire et d'effectuer un exercice modéré quotidien. Commencez par des promenades quotidiennes au grand air, puis effectuez des exercices simples. Avant de réaliser les exercices, vous devriez consulter votre médecin (ou votre entraîneur) pour choisir la charge appropriée et déterminer la complexité des exercices appropriés.

Le traitement de l’hépatite C est un exercice très coûteux et très long. Par conséquent, il est préférable de prévenir la maladie et de prendre les mesures appropriées. La prévention de l'hépatite C comprend l'utilisation exclusive de seringues jetables, des visites dans des salles de dentisterie, de médecine et de beauté éprouvées, ainsi que des précautions à prendre lors d'un contact avec le sang d'une autre personne.

Comment traite-t-on l'hépatite C?

L'hépatite virale C est une maladie chronique transmise par le sang, par contact sexuel ou par une femme enceinte au fœtus. Sa cause est un virus de la famille des Flaviviridae, qui se multiplie dans les cellules du foie - les hépatocytes - et provoque leur mort. Les hépatocytes mourants sont remplacés par des zones de tissu conjonctif, une fibrose se produit. Progressivement, la fibrose progresse, le foie cesse de fonctionner et la cirrhose commence. Habituellement, sans greffe du foie, les patients atteints de cirrhose décèdent d'une insuffisance hépatique en quelques années.

Pour éviter cela, vous devez identifier la maladie à temps et rechercher le traitement nécessaire. Le traitement de l'hépatite C doit être effectué par un spécialiste des maladies infectieuses et un hépatologue. Avant le traitement, le patient est testé, une échographie et une fibroscopie du foie sont effectuées et, si nécessaire, une biopsie est effectuée. Sur la base des résultats de la recherche, les médecins déterminent les doses de médicaments nécessaires et la durée du traitement.

Le traitement de l'hépatite C comprend nécessairement des agents antiviraux spécifiques puissants et un traitement symptomatique visant à éliminer les effets secondaires et à soulager l'état du patient. Une surveillance constante des analyses est nécessaire: les résultats du diagnostic PCR, qui sont effectués la première, la deuxième, la quatrième, la douzième et (si le parcours est plus long), la vingt-quatrième semaine et une échographie du foie.

Le traitement de l'hépatite C est une procédure complexe et à long terme qui nécessite beaucoup d'argent. Jusqu'à deux mille quatorzième année, le traitement était gratuit. Maintenant que ce programme a été annulé, seuls les patients infectés simultanément par l'hépatite C et le VIH sont traités gratuitement.

L'ancien "Gold Standard" pour le traitement de l'hépatite C - ribavirine et interféron

Le «standard de référence» s'appelait thérapie avec une association de deux médicaments antiviraux, la ribavirine et les interférons. Il permet de soigner de soixante-dix à quatre-vingts pour cent des deuxième et troisième génotypes infectés par un virus et de quarante-cinq à soixante-dix pour cent infectés par les premier et quatrième génotypes. Ces fonds sont pris chaque jour pendant une période de six à douze mois. Il est possible d'utiliser des formes d'interférons prolongées, qui conservent leur effet de trois jours à une semaine.

La "ribavirine" est un médicament de la classe des analogues de nucléosides synthétiques. Il pénètre dans les cellules infectées et perturbe l'action des enzymes en inhibant la synthèse du matériel génétique viral et des protéines. Ainsi, le médicament ne permet pas au virus de se multiplier et réduit la charge virale.

Le médicament est contre-indiqué chez les enfants, les femmes enceintes, les mères allaitantes, les patients souffrant d'insuffisance cardiaque, de cirrhose décompensée et de stades avancés d'insuffisance rénale chronique. Il a un grand nombre d'effets secondaires, notamment:

  • baisse de performance, faiblesse;
  • irritabilité, détérioration de l'humeur jusqu'à la dépression et apparition de tendances suicidaires;
  • insomnie, troubles de la sensibilité, hallucinations, perte de conscience;
  • augmentation de la pression artérielle, l'apparition d'arythmies;
  • destruction des globules rouges, apparition d'anémie;
  • altération de la maturation des globules blancs, leucocytopénie;
  • toux, essoufflement, apparition de sinusite et d'otite;
  • sécheresse de la bouche, perte d'appétit, nausées, vomissements, diarrhée et flatulences;
  • douleur persistante dans les muscles, même après l'effort physique habituel, douleur dans les articulations;
  • diminution de l'acuité visuelle et auditive;
  • troubles hormonaux: troubles menstruels, diminution du désir sexuel, perte de cheveux, peau sèche.

En cas d'intolérance à la ribavirine, des réactions allergiques peuvent survenir: de l'urticaire à l'œdème de Quincke en passant par une éruption cutanée.

Actuellement, le coût de la "ribavirine" varie de 150 à 250 roubles pour 30 comprimés à raison de deux cent milligrammes.

L'interféron alpha est une substance produite par les cellules malades en réponse à la pénétration du virus. Il agit sur les cellules voisines, modifie les propriétés des membranes cellulaires et empêche la pénétration du virus. De plus, les interférons perturbent la synthèse de l'ARN viral et des protéines et stimulent l'activité des lymphocytes impliqués dans la réponse antivirale.

En plus du traitement de l'hépatite virale, l'interféron alpha est inclus dans le traitement des tumeurs malignes. Il est obtenu à l'aide de colonies de bactéries spéciales, dont l'ADN a été génétiquement modifié pour insérer le gène de l'interféron humain.

Les interférons ne sont pas prescrits dans l’enfance, en présence d’hypersensibilité, de graves maladies du cœur, des vaisseaux sanguins et des reins.

"Interferon-Alpha" produit sous forme de solution injectable. Le coût de cinq ampoules avec une dose de trois millions d'unités internationales varie de huit à deux mille roubles.

L'utilisation d'interférons pégylés (action prolongée) s'est avérée plus efficace.

Méthodes modernes de traitement de l'hépatite C - trithérapie et médicaments les plus récents

En l'an deux mille treize, de nouveaux médicaments ont été mis en service - «Botseprevir» et «Télaprévir», qui complètent le schéma standard. Cela a permis d'accroître l'efficacité du traitement des patients infectés par le premier génotype, jusqu'à soixante-dix-huit pour cent. Le nouveau schéma comprend de la ribavirine, des injections d’interféron et l’un des nouveaux médicaments.

Le «bocéprévir» et le «télaprévir» appartiennent à la classe des inhibiteurs de la protéase - une enzyme qui décompose les protéines. Ces outils perturbent la protéase, sans laquelle le virus est incapable de se multiplier.

La thérapie combinée n'est pas prescrite aux patients présentant une hypersensibilité à ses composants, à l'âge de dix-huit ans.

Les effets secondaires incluent:

  • anémie et leucocytopénie;
  • perte d'appétit, soif constante, nausée, vomissements, diarrhée fréquente;
  • l'insomnie, l'irritabilité, les sautes d'humeur, y compris la dépression et l'apathie;
  • dysfonction érectile, troubles menstruels, infertilité;
  • bronchite, toux, essoufflement.

Un traitement mensuel "Boseprevir" coûte environ quatre mille dollars. Le prix du cours mensuel "Télaprevir" commence à six mille dollars.

Nouvelle étape dans le traitement des inhibiteurs de l'hépatite C

Les remèdes modernes utilisés pour le traitement dans les pays occidentaux sont appelés médicaments à action directe. Ce sont des inhibiteurs de trois enzymes protéiques virales du virus: protéase, polymérase et protéine résistante à l'interféron.

Le "sofosbuvir" est un médicament du groupe des analogues de nucléotides. Il arrête l'action de l'ARN polymérase - une enzyme impliquée dans la reproduction du matériel génétique du virus. Dans le même temps, le sofosbuvir n'inhibe pas la production d'enzymes impliquées dans la division normale des cellules humaines.

Le daclatasvir est un agent spécifique qui inhibe la production d'une protéine résistante à l'interféron, viole la reproduction de l'ARN viral et l'assemblage de nouvelles particules à partir de matériel génétique et de protéines structurelles.

L'association du sofsobuvir et du daclatasvir est de loin le traitement le plus populaire dans le traitement de tous les génotypes du virus de l'hépatite C et est en fait devenue l'étalon-or moderne. En l'absence de cirrhose, le traitement standard est de 12 semaines.

Pour le traitement du premier génotype, le plus commun est le sofosbuvir + lédipasvir, généralement disponible en un comprimé, ce qui atténue les difficultés associées à la prise du médicament.

Récemment, les formes combinées associant le sofosbuvir et le velpatasvir sont également souvent utilisées. De telles combinaisons sont connues sous les noms "Epclusa", "Sofosvel", "Velpanat", "Velasof". Ils sont approuvés pour le traitement de l'hépatite en Europe depuis deux seize ans et conviennent aux patients qui n'ont pas été en mesure de récupérer grâce au sofosbuvir et au daclatasvir. après un traitement de douze semaines, de 95% à cent pour cent des patients guérissent. Dans ce cas, les effets secondaires ne se développent pas chez plus de trois pour cent des patients.

Les nouveaux médicaments à action directe présentent de nombreux avantages par rapport aux schémas thérapeutiques standard:

  • moins d'effets secondaires;
  • cycle court - de trois à six mois (en présence de cirrhose);
  • haute efficacité - de quatre vingt à cent pour cent.

Cependant, ces médicaments ne sont toujours pas vendus librement dans la Fédération de Russie et leur coût est très élevé - environ 70 000 dollars pour un cours de trois mois.

Les patients russes savent depuis longtemps comment agir et commander des médicaments pour le traitement de l'hépatite C d'Egypte, ainsi que d'Inde et du Bangladesh. Un traitement avec des génériques coûtera entre 500 et 800 dollars.

Traitement symptomatique de l'hépatite C

En plus du traitement antiviral, le médecin doit faire des recommandations sur le régime alimentaire, le mode de vie et prescrire des médicaments qui réduisent les effets secondaires et améliorent le bien-être du patient.

  1. Au cours de l’exacerbation, qui est déterminée par une forte augmentation de l’activité des enzymes hépatiques et de la teneur en bilirubine dans le test sanguin biochimique, le repos au lit est prescrit.

  • Attribuez le numéro de régime thérapeutique 5. Interdit les aliments salés, gras, épicés, fumés et frits, les boissons gazeuses, les fast food, le lait entier - tout ce qui améliore la production de jus digestifs.. Recommandez de manger plus d'aliments riches en fibres: pain complet, chou, des pommes

  • L'alcool est totalement interdit, ce qui, en raison de ses propriétés toxiques, aggrave considérablement l'évolution des maladies du foie.

  • Pour renforcer la résistance du corps au virus, des immunomodulateurs sont prescrits: «Timogen» et «Zadaksin».

  • Les hépatoprotecteurs sont prescrits, ce qui améliore la résistance des cellules du foie à l'action des toxines et des virus, ainsi que la régénération des hépatocytes. Habituellement utilisé "Essentiale-Forte", "Heptral" ou "Kars".

  • Avec des taux élevés de bilirubine et de toxines, afin de soulager l’état du corps, on prescrit au patient des compte-gouttes contenant des solutions de glucose, de chlorure de sodium. Parfois, utilisez des laxatifs à base de lactulose - Duphalac.

  • Le foie a également une fonction digestive, qui souffre également de maladies. Pour améliorer la digestion, prescrire des enzymes: "Mezim" ou "pancréatine".

  • Si les lésions hépatiques sont aggravées par la stase biliaire, un cholérétique est prescrit - «Ursosan».

  • En raison de la quantité accrue de bilirubine, le patient a souvent des démangeaisons cutanées. Pour le soulager, peut prescrire des médicaments antiallergiques - Suprastin, Diazolin.

  • Une hémocorrection extracorporelle est réalisée chez les patients très graves présentant une intoxication grave et une maladie rénale concomitante. Le plasma sanguin est nettoyé dans des filtres spéciaux par hémodialyse ou hémosorption. Cela vous permet de réduire l'intoxication et d'améliorer le bien-être du patient, encore plus efficacement que le traitement par perfusion.
  • Traitement chirurgical - greffe du foie

    Les médecins qualifient l'hépatite C de «tueur en douceur» car elle ne se manifeste pas longtemps, imitant d'autres maladies. Par conséquent, malheureusement, le diagnostic «hépatite C» est souvent posé dès les dernières étapes, au début de la cirrhose. Dans de tels cas, ne pas se passer de greffe de foie.

    Cependant, la greffe elle-même ne sauve pas le patient du virus, le foie greffé est infecté dans cent pour cent des cas et la cirrhose de la greffe se développe encore plus rapidement - en l'espace de trois à cinq ans. Par conséquent, il est nécessaire de suivre un traitement antiviral standard avant la transplantation, pour lequel il est nécessaire de différer l'opération. La ribavirine et les interférons ne doivent pas être pris simultanément avec des immunosuppresseurs, sans lesquels le foie greffé sera rejeté par le système immunitaire du patient.

    Les médicaments les plus récents - Sofosbuvir, Daclatasvir, Ledipasvir et Velpatasvir - sont compatibles avec les immunosuppresseurs utilisés après une greffe du foie. Cela vous permet de détruire le virus après l'opération, si vous ne pouvez pas le reporter.

    Méthodes traditionnelles de traitement de l'hépatite C

    Il est impossible de se débarrasser de l'hépatite C sans avoir recours à des antiviraux puissants. Toute personne qui promet de soigner le patient avec des décoctions, des infusions ou des substances biologiquement actives s’engage dans la charlatanerie afin de tirer profit des malheureux. Si vous prenez des suppléments autres que ceux prescrits par votre médecin, assurez-vous de le lui dire. De tels médicaments peuvent être toxiques pour le foie, aggraver l'évolution de la maladie et réduire les effets du traitement traditionnel.

    La seule méthode populaire qui peut contribuer à la récupération est un mode de vie sain. Une bonne nutrition et des exercices dosés améliorent l'humeur et renforcent le corps dans la lutte contre le virus.

    Nouveaux traitements contre l'hépatite C

    L'hépatite C est une maladie virale presque asymptomatique, mais elle se transforme à 70-80% en une forme chronique sous laquelle elle ne se manifeste pratiquement pas non plus. Cependant, ce sont les CHC (hépatite C chronique) qui provoquent le plus souvent des complications graves telles que la cirrhose du foie et le HCR (carcinome hépatocellulaire).

    Le fait est que le virus de l'hépatite C (VHC) provoque une fibrose tissulaire, c'est-à-dire que les cellules hépatiques saines commencent à être remplacées par du tissu conjonctif. Même si vous n’appliquez pas de nouveaux traitements contre l’hépatite C, le foie assume encore certaines fonctions et est capable de renouveler les tissus en dégénérescence. Mais au fur et à mesure que la zone de lésion organique augmente, sa capacité de régénération commence à diminuer fortement. En fin de compte, le foie, perdant complètement la capacité d'accomplir ses fonctions, meurt.

    Tour d'histoire

    Pour la première fois, les médecins ont commencé à parler de cette maladie insidieuse dès 1970, mais cette maladie a été considérée comme incurable pendant plusieurs décennies. Son aide visait uniquement à atténuer les souffrances des patients décédés des suites de complications graves. L'agent causal du VHC n'a été isolé que dans les années 90 du siècle dernier. Dans le même temps, les premiers programmes de traitement efficaces des CHC ont été développés. Mais aujourd'hui, selon les scientifiques et les hépatologues, ils savent absolument tout sur le virus du VHC, ce qui a permis de développer de nouveaux moyens efficaces pour lutter contre cette maladie grave. Les méthodes modernes de traitement permettent non seulement de guérir complètement le CHC, mais également, à certains stades de la maladie, de récupérer complètement le tissu hépatique endommagé.

    De nouvelles méthodes de traitement de l'hépatite C permettent d'éliminer le virus de 55 à 98%. Un "fork" assez significatif: 55% et 98% sont dus aux caractéristiques individuelles de chaque organisme et au fait que des méthodes différentes sont encore utilisées dans différents pays du monde.

    Symptômes de l'hépatite virale C

    Même sous forme aiguë, la maladie ne présente pas de symptômes évidents, et ceux qui sont infectés pensent souvent qu'ils ont «attrapé» l'ARVI. De plus, la période d'incubation de la maladie peut aller de 2 à 12 semaines. Dans la phase aiguë de la maladie se manifeste:

    • perte d'appétit;
    • maux de gorge et maux de gorge;
    • toux et nez qui coule;
    • des nausées et des vomissements.

    Très rarement chez les patients à ce stade est marqué le jaunissement de la peau. Ce symptôme apparaît beaucoup plus tard, une fois la maladie devenue chronique, si vous n'utilisez pas de nouveaux médicaments efficaces pour traiter l'hépatite C. Parce que si vous parvenez à identifier la maladie à son stade aigu, le traitement est rapide et sans problème. Dans 5% des cas, il existe des cas où le corps gère seul le VHC. Sans l'aide de drogues. Cependant, si les mesures nécessaires ne sont pas prises et si le corps n’a pas la force de lutter de manière indépendante contre le VHC, la maladie devient chronique.

    A ce stade, l'identification de la maladie est encore plus difficile. Les patients sont concernés uniquement par:

    • fatigue
    • irrégularités périodiques dans l'estomac, accompagnées de nausées et de ballonnements;
    • perturbation du sommeil la nuit et somnolence pendant le jour.

    Une personne atteinte du VHC chronique peut vivre pendant de nombreuses années, ressentir un malaise général sans en connaître les causes. En soi, le CHC ne mène pas à la mort. Les complications sont mortelles. Bien que les nouveaux médicaments pour le traitement de l'hépatite C permettent d'éviter une fin triste.

    À propos des schémas thérapeutiques des CHC

    Jusqu'en 2000, les interférons standards étaient utilisés pour lutter contre le virus du VHC. On a prescrit au patient des injections intraveineuses et intramusculaires. Dans le même temps, la durée du traitement était de 12 mois et la probabilité de guérison complète était extrêmement faible.

    L’émergence de la ribavirine a permis d’augmenter l’efficacité du traitement. À cette époque, de nouvelles méthodes de traitement de l’hépatite C avec son utilisation, ainsi que des médicaments à base d’interféron et de ribavirine, permettaient de sauver la vie de dizaines et de centaines de milliers de patients. En conséquence, ils ont cessé de parler de CSC en tant que phrase et 50 à 70% des patients pouvaient compter sur une guérison complète. Après cette victoire, les scientifiques étaient encore plus enthousiastes à l'idée de trouver de nouvelles thérapies plus efficaces.

    Drogues nouvelle génération

    Toute une série de découvertes récentes dans le domaine de la biologie moléculaire a permis d’en savoir plus sur les spécificités de la structure de l’ARN du virus VHC, qui ont fourni les conditions nécessaires à la création de toute une série de préparations fondamentalement nouvelles d’action antivirale directe (AAD).

    Les nouveaux médicaments pour le traitement de l'hépatite C sont capables de lutter avec un agent pathogène dangereux avec une grande efficacité. Ainsi, parallèlement aux méthodes conservatrices utilisant des injections d'interféron et de ribavirine, des médicaments fondamentalement nouveaux tels que le sofosbuvir et le daclatasvir ont commencé à être utilisés, ce qui a permis de lutter contre le virus 1, 2, 3, 4, 5, 6 du génotype avec une efficacité de 99% même à un stade avancé maladies compliquées par la cirrhose.

    De plus, de nombreuses études ont montré que, à de rares exceptions près, le sofosbuvir et le daclatasvir (associés ou non à la ribavirine) peuvent être utilisés sans traitement simultané par interféron, ce qui entraîne souvent des complications assez graves. Le développement d'un médicament tel que le siméprévir est une autre étape importante dans la lutte contre l'infection.

    Vikeyra Pak

    Vikeyra Pak a été l'un des premiers médicaments DAA officiellement enregistrés dans notre pays. Ce remède efficace, qui n'a pratiquement aucun effet secondaire et fournit plus de 95% de succès dans la lutte contre le VHC, donne d'excellents résultats même chez les patients atteints de cirrhose. Si une hépatite virale chronique est détectée, le traitement par Vikeyra Pak peut résoudre le problème en seulement 12 semaines. Le médicament est utilisé activement par les médecins des États-Unis et de l’UE. Le médicament est fabriqué en Irlande, le titulaire du droit d'auteur du brevet original est la célèbre marque AbbVie.

    Le médicament est disponible sous la forme d'un ensemble de comprimés marron clair et roses dans un emballage de 28 ampoules (4 comprimés chacune). Trois médicaments inhibiteurs modernes dont les profils de résistance ne se croisent pas sont utilisés en tant que principes actifs:

    • qui est un inhibiteur ns5a du virus du VHC - ombitasvir;
    • ns3 / 4a, qui est un inhibiteur des protéases virales, le paritaprévir;
    • Le dasabuvir est un puissant inhibiteur non nucléosidique de la polymérase virale ns5b.

    Et l'activateur pharmacocinétique d'action PPP - ritonavir.

    Vikeira Pak est un outil innovant offrant un taux de récupération élevé pour les patients atteints du VHC, dont l'agent causal est les sous-types 1a et 1b du VHC. Aux États-Unis et dans l'UE Vikeyra Pak médicament pour le traitement de l'hépatite C
    officiellement appliqué depuis 2014. En 2015, il était enregistré en Russie.

    Le sofosbuvir

    Le sofosbuvir - l'un des AAD les plus utilisés, est un puissant inhibiteur de l'ARN polymérase virale. Il est utilisé pour le traitement combiné de la forme chronique du VHC causée par le VHC de divers génotypes.

    En tant que substance active, le médicament est inclus dans un certain nombre de médicaments modernes de lutte contre les CHC. Vous permet d'abandonner complètement les médicaments interféronovyh au cours de la lutte contre les CHC et de réduire considérablement la durée du cours. Il a été enregistré sur le territoire de la Fédération de Russie en tant que moyen efficace de traitement d'association contre l'hépatite C chronique causée par les génotypes du virus 1-4.

    Disponible sous le nom commercial Sovaldi. Il peut être utilisé en parallèle avec des préparations d'interféron et de ribavirine. Par exemple, pour le traitement de patients atteints de CHC infectés par le VIH.

    En association, sofosbuvir + ribavirine peut être recommandé chez les patients atteints d'hépatite C chronique et se préparant pour une greffe du foie.

    Daclatasvir

    Le Daklatasvir est un inhibiteur pangenotypique des complexes de réplication du VHC des sous-types 1a, 1b, 2a, 3a, 4a, 5a, 6a.

    Disponible en tablettes. Le principe actif est le dichlorhydrate de daclatasvira. Il est utilisé dans les cours de traitement de l'hépatite C chronique chez les patients souffrant de maladies du foie indemnisées. Remède efficace contre les CHC causés par les sous-types 1b et 1a du VHC.


    Le médicament est prescrit - une fois par jour sans être lié à la prise de nourriture.

    Ledipasvir

    Le lédipasvir est un puissant inhibiteur de la phosphoprotéine virale NS5A. Il est activement utilisé dans le traitement du VHC causé par le VHC du premier génotype, ainsi que dans les 4,5 et 6 génotypes, en présence d'une charge virale importante et dans les cas de traitement des patients atteints d'hépatite C chronique infectée par le VIH.

    Il peut être utilisé pour améliorer l'efficacité du traitement par interféron. C'est un élément important lorsque le traitement de l'hépatite C avec le médicament Harmony est prescrit.

    Harvoni

    Harvoni est un outil innovant utilisé dans les formes chroniques du VHC du premier génotype. Des médecins des États-Unis, d'Israël et de l'UE ont déjà une expérience très positive avec Harmony. Dans notre pays, le médicament le plus couramment utilisé provient d’Allemagne.

    Harvoni est disponible en comprimés orange en forme de losange, à prendre 1 fois par 24 heures avec les repas. Ingrédient actif sont:

    • le lédipasvir, qui inhibe la réplication virale en inhibant la phosphoprotéine NS5A;
    • Le sofosbuvir est un inhibiteur de l'ARN polymérase.

    Le traitement de l'hépatite avec Harvoni est utilisé par les spécialistes des principaux centres médicaux de renommée mondiale et permet à 99% des cas de vaincre complètement l'infection. Le seul inconvénient de ce médicament est peut-être son prix plus que significatif, qui s'élève à 25 000 dollars par mois.

    Génériques

    Heureusement, aujourd’hui, pratiquement chacun des nouveaux produits énumérés contient ce qu’on appelle des «jumeaux» - des génériques, dans la production desquels le même principe actif est utilisé et dans les mêmes proportions. La seule différence est que les analogues de médicaments sont produits dans les pays du tiers monde et que leur coût est plusieurs fois inférieur à celui des moyens d'origine. Il convient de noter que la production de génériques est réalisée sous la supervision de l'OMS. L'Inde est devenue l'un des plus grands fabricants de génériques aujourd'hui.

    C’est sur son territoire que s’est établie la production d’analogues bien connus de la cher Harvoni, tels que: «Lezovir-C» et «Twinvir», qui produisent le même effet thérapeutique que le traitement de l’hépatite C à Harvoni, les critiques du réseau sont confirmées de manière frappante.

    En Russie, qui fait partie des pays à forte et moyenne richesse, la vente et la production de génériques d'AAD de cette catégorie ne sont pas effectuées à la demande des sociétés détentrices du brevet pour la production de médicaments originaux. Ainsi, l'achat de génériques n'est possible que dans le cadre privé lorsque vous effectuez personnellement vos achats dans l'un des pays où ils sont fabriqués ou commandés sur des sites spécifiques où ces produits sont livrés directement de l'Inde.

    Le schéma thérapeutique le plus efficace pour tous les génotypes 1 à 6: SOFOSBUVIR + VELPATASVIR

    Nouveau traitement de l'hépatite C

    Dans le monde de la médecine, on recherche constamment des moyens efficaces de traiter des maladies dangereuses. Le traitement moderne de l'hépatite C à l'aide des médicaments les plus récents vous permet de porter le nombre de cas de guérison à 99%. Les médicaments à effet antiviral direct constituent la base des nouveaux schémas thérapeutiques de l’hépatite C chronique, et l’utilisation de génériques permet de réduire considérablement le coût du traitement.

    Les médicaments modernes pour le traitement de l'hépatite C

    Les principaux hépatologues du monde envisagent l'avenir avec espoir: de nouveaux schémas thérapeutiques contre l'hépatite C offrent aux patients une chance de se débarrasser rapidement de la maladie. Selon les données de l'OMS pour 2016, l'association de sofosbuvir et de daclatasvir était l'un des schémas les plus efficaces. Un autre schéma thérapeutique recommandé a été l'association du sofosbuvir avec le lédipasvir ou la ribavirine.

    Le traitement de l'hépatite C avec des médicaments modernes vise directement à bloquer la reproduction du virus du VHC, de sorte que le nombre d'effets secondaires est insignifiant. Les statistiques recueillies à ce jour indiquent des cas extrêmement rares d’identification d’effets secondaires (sensation de fatigue et maux de tête). L'utilisation d'interférons pégylés, qui ont un effet positif sur la restauration ultérieure du tissu hépatique, constitue une autre voie prometteuse.

    Derniers développements médicaux

    Le développement de médicaments pour les hépatites virales B et C a commencé il y a longtemps. Cependant, les premiers moyens efficaces ne sont apparus qu'en 2004. Au cours des deux dernières années (2014-2016), 40 nouveaux produits ont été mis au point par des laboratoires pharmaceutiques de premier plan, dont certains sont déjà utilisés pour traiter l'hépatite C et d'autres sont en cours de test d'efficacité et de sécurité.

    Les efforts des médecins et des pharmacologues ont déjà permis de créer des vaccins et des médicaments efficaces contre l'hépatite A et B. La vaccination réduira considérablement le nombre de personnes infectées et, au fil du temps, éliminera complètement le risque de maladie.

    Une nouvelle génération de médicaments pour lutter contre l'hépatite C

    Initialement, lors de la détection du virus du VHC, les médecins ne pouvaient compter que sur l'interféron. Le traitement à l'interféron était incroyablement long (jusqu'à un an et même davantage dans les cas graves). En outre, les patients ont dû subir un grand nombre d'effets secondaires, notamment une dépression sévère, des syndromes pseudo-grippaux et asthéniques, des problèmes cardiaques.

    Les nouveaux médicaments contre l'hépatite C ont un effet antiviral direct. Le mécanisme d'action des nouveaux médicaments diffère quelque peu de celui de l'interféron alpha ou du peg-interféron. Les ingrédients actifs bloquent la capacité du virus du VHC à se multiplier. Cela entraîne une diminution rapide de la charge virale et, en quelques semaines (de 12 à 24 ans) - une guérison complète du patient.

    En 2016, les médecins russes ont commencé à utiliser des médicaments à action antivirale directe - le sofosbuvir et le daclatasvir. L'étape suivante consiste à ajouter ces médicaments à la liste de VED, ainsi qu'à la diffusion des analogues russes. L’émergence de nouveaux médicaments à usage domestique réduira de plus de 50% les coûts de traitement d’une maladie dangereuse. Les patients pour qui ce créneau n'est pas disponible ne désespèrent pas: les pharmaciens indiens produisent des génériques de qualité comme Sofosbuvir, Daclatasvir et Ledipasvir. Leur coût est assez abordable et des milliers de patients de différents pays du monde ont réussi à évaluer leur efficacité.

    Pouvez-vous battre le virus du VHC pour toujours?

    Jusqu'à récemment, la réponse à cette question était dans la plupart des cas négative. Avant de commencer la thérapie, les médecins ont averti la patiente qu'ils ne pourraient garantir la guérison complète ou l'absence de récidive. Par conséquent, l'hépatite C était considérée comme une maladie pouvant être arrêtée, mais non guérie.

    Récemment, la situation a changé: des médecins de cliniques situées aux États-Unis, en Israël, en Allemagne et en France ont guéri avec succès les lésions hépatiques virales chez la grande majorité des patients (avec certains génotypes, ce chiffre atteint 100%). Le virus disparaît complètement de l'organisme et le médecin ne peut se procurer que des médicaments qui aideront le foie à retrouver pleinement sa fonction.

    Pourquoi les médecins ne s'empressent-ils pas de dire qu'il est possible de guérir l'hépatite C avec une chance sur 100%? Le fait est qu’à présent ce diagnostic est sur les cartes des patients en attente d’une greffe du foie, ainsi que des personnes chez qui le virus du VHC a provoqué une cirrhose ou un cancer du foie. Dans les cas graves, la destruction du virus - seulement la moitié du problème, car les cellules du foie remplacées par le tissu conjonctif ne sont pas en mesure de remplir leurs fonctions. Cela conduit à une détérioration de l'état général du corps.

    Néanmoins, l’espoir de guérison est maintenu même en cas de lésion hépatique grave (l’OMS recommande des schémas thérapeutiques pour les patients atteints de cirrhose). La durée du traitement dépend de la charge virale, du génotype du virus et d'autres indicateurs. Cela peut être 12, 16 ou 24 semaines. Le résultat est un traitement complet de l'hépatite C. Il ne reste donc qu'à identifier rapidement la maladie et à suivre les recommandations d'un spécialiste.


    Article Précédent

    Hépatite C génotype 1

    Articles Connexes Hépatite