Symptômes, traitement et complications possibles de la cholécystite

Share Tweet Pin it

La cholécystite n'est rien d'autre qu'une maladie inflammatoire affectant la vésicule biliaire (LB). La maladie a pour conséquence une modification de la composition de la bile et une perturbation du système digestif. Non seulement la vésicule biliaire elle-même, mais aussi ses canaux, à travers lesquels le secret pénètre dans l'intestin grêle, peuvent être sujets à l'inflammation. Cela peut entraîner des difficultés dans l'écoulement de la bile et des processus stagnants qui provoquent la cholélithiase. Pour répondre à la question «Qu'est-ce que la cholécystite?», Nous devrions parler des formes de la maladie.

1) forme aiguë. Dans 90% des cas, accompagnée d'une formation intensive de calculs biliaires, d'une inflammation de ses parois et de ses canaux. Il est difficile et se caractérise par une douleur intense. En règle générale, il est provoqué par une augmentation de la teneur en cholestérol des sels de cholestérol, de bilirubine et de calcium dans la bile, qui entrent dans la vésicule biliaire par le foie. Les excès de ces substances se déposent sur les parois internes du corps sous forme de flocons. Avec la stagnation prolongée de la bile, ils se forment en formations solides (calculs) qui ne se dissolvent pas ou ne sont pas excrétés dans l'intestin.

Le danger représente de gros calculs pouvant bloquer le canal biliaire. Rétablir le flux de bile dans de tels cas ne peut être que chirurgicalement. Dans la forme aiguë de la maladie, le processus inflammatoire peut toucher non seulement la vésicule biliaire elle-même, mais également les tissus et les organes adjacents. Les complications touchent principalement le foie et le pancréas (cholécystopancréatite, abcès du foie).

2) forme chronique. Il commence souvent dans l'enfance, après quoi il progresse pendant de nombreuses années. Rarement accompagné par la formation de calculs dans la fièvre (dans 10% des cas), mais peut se transformer en une forme aiguë à tout moment. Les patients avec ce diagnostic sont recommandés pour être sous la surveillance d'un médecin.

La forme chronique de la cholécystite est caractérisée par des modifications de la composition de la bile dues à une fonction hépatique anormale ou à la présence de micro-organismes parasites dans le vecteur. Le danger est l'imprévisibilité de la maladie. Il peut être asymptomatique, puis empirer en quelques semaines.

Raisons

Les causes les plus courantes de cholécystite incluent:

  • forme irrégulière de la vésicule biliaire (présence de constrictions, de courbures et de septa dus à des facteurs génétiques);
  • maladie de calculs biliaires;
  • troubles du système immunitaire;
  • allergique à certains types d'aliments;
  • troubles hormonaux (y compris ceux causés par des médicaments hormonaux);
  • troubles mentaux, stress, dépression;
  • prendre des médicaments individuels (par exemple: clofibrate, cyclosporine, octréotide);
  • manger de grandes quantités d'aliments frits et gras;
  • régime aléatoire;
  • une infection qui a pénétré dans le ver (virus, bactéries, parasites).

Les agents pathogènes peuvent pénétrer dans la vésicule biliaire non seulement par les voies biliaires, mais aussi par la lymphe et le sang. L'infection ne se fait pas sentir longtemps, mais peut ensuite perturber le fonctionnement moteur de l'organe jusqu'à son «arrêt».

Compte tenu de la forme aiguë de la cholécystite, il convient de noter qu'elle commence presque toujours par des lésions des parois des calculs biliaires causées par une stase biliaire. L'organe devient plus susceptible aux agents pathogènes qui deviennent E. coli, le staphylocoque, les entérocoques et les streptocoques. Provoquer le développement d'une cholécystite aiguë et provoquer l'aggravation de la situation peut: gastrite, dyskinésie, maladie biliaire.

Les symptômes

1) Les symptômes de la forme aiguë de la cholécystite apparaissent dans les premiers jours suivant le début du processus inflammatoire. Ceux-ci comprennent:

  • douleur dans l'hypochondre droit (sous forme d'attaques);
  • augmentation de la température corporelle (peut atteindre 39-40 degrés);
  • nausée, vomissement;
  • selles anormales (constipation, ballonnements);
  • augmentation du rythme cardiaque;
  • signes de jaunisse (jaunissement de la peau et du blanc des yeux).

Si immédiatement après l'apparition des premiers symptômes, consulter un médecin, les conséquences de la cholécystite seront minimes. Cette forme de la maladie a une faible probabilité de développer des complications et, dans la plupart des cas, se termine par la guérison. Le principal facteur de son traitement est l’assistance médicale ou chirurgicale et l’élimination des effets de l’intoxication.

2) La forme chronique de la cholécystite est caractérisée par des symptômes légèrement différents, mais ils sont similaires à ce qui précède. Cette forme de maladie est lente et peut être aggravée par la consommation d'aliments frits, gras et épicés, d'alcool, de soda, etc. De plus, le stress, l'hypothermie, les charges lourdes et les maladies infectieuses deviennent des facteurs provoquants. Dans de tels cas, la cholécystite se manifeste par de tels symptômes:

  • douleur sourde dans l'hypochondre droit (peut donner à l'épaule droite, l'omoplate, la clavicule);
  • nausée, vomissement, amertume dans la bouche;
  • sensation de plénitude dans le côté droit (aggravée par des tremblements);
  • selles anormales (constipation, ballonnements).

La jaunisse dans la cholécystite chronique est rare. Dans la plupart des cas, la température corporelle du patient ne dépasse pas la norme. Il arrive souvent que les patients ne souffrent pas de fièvre, même au cours d'une cholécystite purulente. La symptomatologie se manifeste par une douleur au foie et des troubles du fonctionnement du tractus gastro-intestinal. Cependant, si elle n'est pas traitée, la maladie peut être ressentie par de tels symptômes:

  • augmentation de la température corporelle à 38 degrés et plus;
  • prurit (réaction des récepteurs cutanés aux acides biliaires entrant dans le sang);
  • réaction allergique (urticaire, angioedème);
  • chez les femmes - syndrome de tension prémenstruelle (quelques jours avant la menstruation, gonflement du visage, des mains et des pieds, des maux de tête apparaissent.

Si le patient, en plus d'une cholécystite, souffre de dystonie végétative-vasculaire, il peut présenter une série de symptômes neurologiques. Parmi eux se trouvent: augmentation de la fréquence cardiaque, transpiration, vertiges, maux de tête, troubles du sommeil, sautes d'humeur, fatigue.

Diagnostics

Pour diagnostiquer la "cholécystite" et en déterminer la forme, on utilise généralement ces méthodes de diagnostic.

  1. Test sanguin général. Il est impossible d'établir la nature de la maladie avec son aide, mais ses résultats peuvent révéler la présence de processus inflammatoires.
  2. Analyse biochimique du sang. Vous permet de déterminer le niveau de bilirubine, de cholestérol, de transaminase et de phosphatase alcaline. Car la cholécystite est caractérisée par une teneur élevée en ces substances.
  3. Analyse d'urine. Il ne peut indiquer que indirectement les maladies du foie et du foie, mais il constitue l'un des tests les plus simples et peut donc être appliqué comme auxiliaire.
  4. L'étude des matières fécales pour la présence de parasites. Vous permet d'obtenir des informations sur la cause de la maladie dans les cas où la cholécystite est de nature infectieuse et parasitaire.
  5. L'étude de la bile. Lorsque l'inflammation de la vésicule biliaire est trouble, avec des impuretés de mucus et de flocons. L'analyse indique directement la source du processus inflammatoire, s'il s'agit de microorganismes parasites piégés dans l'estomac de l'extérieur.
  6. L'étude des matières fécales pour l'élastase. Il est utilisé dans les cas où le patient est suspecté de développer une pancréatite.
  7. Test sanguin pour la giardiase. Vous permet d'évaluer l'état du système immunitaire et sa capacité à réagir à l'inflammation.

Parmi les outils de diagnostic de la cholécystite, on trouve:

1) Examen échographique de la cavité abdominale. En cas d'inflammation progressive de la vésicule biliaire, les parois de l'organe s'épaississent généralement jusqu'à 4 millimètres ou plus. Ceci est enregistré par l'appareil à ultrasons avec d'autres déformations de la calamine et la présence de formations solides dans celle-ci - des pierres. Afin de diagnostiquer la dyskinésie chez un patient, une échographie est effectuée après la prise d'aliments cholérétiques.

Cela vous permet de surveiller le travail du disque et d'identifier les violations dans son travail. L'un des avantages de l'échographie est l'absence de contre-indications à son utilisation. Cette méthode ne peut nuire à la santé et s'applique même aux femmes enceintes et aux jeunes enfants.

2) Intubation duodénale (multifractionale). Il est utilisé dans les cas où le patient ne souffre pas de maladie des calculs biliaires. À l'aide de cette méthode, il est possible de déterminer le type de sécrétion gastro-intestinale: irrégulier, hypersécrétoire ou hyposécrétoire. En outre, la détection aide à identifier les violations de la fonction contractile de la vésicule biliaire et du sphincter des voies biliaires. Dans les cas de lésion infectieuse, l'IG indique l'activité de la flore d'organe bactérien.

3) examen aux rayons X. Avec elle, vous pouvez identifier les calculs biliaires, le cas échéant. Malheureusement, seules les pierres ayant des propriétés radio-opaques sont sujettes à analyse.

4) Méthode radio-isotopique pour l'étude du foie. Permet d'évaluer l'état du foie et sa capacité d'absorption-excrétion. La cause de l'inflammation du syndrome pancréatique réside souvent dans le dysfonctionnement hépatique et l'augmentation du taux de cholestérol dans la bile.

5) tomographie par ordinateur. C'est la méthode la plus chère, mais très informative, pour diagnostiquer la cholécystite. Il est utilisé dans les cas où le diagnostic n'est pas possible d'une autre manière.

De plus, lors de l'examen, la fibroesophagogastroduodenoscopy et l'électrocardiographie peuvent être utilisées. Ce dernier ne s'applique qu'aux patients qui, outre la cholécystite, ont des problèmes cardiaques et peuvent être sujets à des complications.

Traitement

La tâche de la thérapie visant à traiter la cholécystite consiste à éliminer le processus inflammatoire de la vésicule biliaire. Si le diagnostic a révélé la présence de bactéries pathogènes, des antibiotiques sont habituellement prescrits au patient. Leur choix reste chez le médecin après avoir évalué l’état du patient.

Afin de normaliser le fonctionnement des voies biliaires et d’éliminer la douleur, ces médicaments peuvent être prescrits:

  1. Riabal
  2. Papaverine.
  3. Pas de shpa.
  4. Mebeverin.
  5. Platifilline
  6. Baralgin.
  7. Analgin.

Les deux derniers médicaments sont des analgésiques et ne sont utilisés que comme moyen à court terme d’éliminer la douleur. Ils ne sont pas destinés à un traitement et à une utilisation à long terme. Si le patient présente des signes d'hypotension ZH, on lui prescrit des médicaments cholérétiques et Cholenim. Ceci n'est permis que dans les cas où il n'y a pas de calcul dans la vésicule biliaire. De plus, la phytothérapie est utilisée pour normaliser le flux de bile, ce qui sera discuté ci-dessous.

Si des microlithes ont été détectés dans la bile et que le tractus adipeux est lui-même sujet à l'hypotension et au syndrome cholestatique, des préparations contenant des acides biliaires peuvent être utilisées. La thérapie avec leur utilisation dure de un à trois mois sous la surveillance d'un médecin.

Les hépatoprotecteurs peuvent être prescrits à titre de prophylaxie et d'agents légers contre la cholécystite. Les plus communs sont:

  1. Hepabene (un médicament de combinaison sur un phytobasique, contenant des extraits de fruits de chardon-Marie et de Dymyanki à des fins médicinales).
  2. Hofitol (contient l'extrait de feuilles d'artichaut).

Phytothérapie

Le moyen le plus sûr de traiter la cholécystite et le foie peut être appelé traitement avec l'utilisation de plantes médicinales. En termes d'efficacité, il ne peut pas toujours être comparé à un traitement médicamenteux, mais au contraire, ses effets secondaires sont minimes. Comme moyen d'éliminer l'inflammation dans la vésicule biliaire, de telles perfusions ont fait leurs preuves:

  1. Hypericum et immortelle. Les fleurs et les plantes à gazon, respectivement, ont versé de l'eau bouillante, maintenue à feu doux et filtrée. Ensuite, la décoction est défendue et prise avant les repas pendant plusieurs mois.
  2. Les rylets de maïs, qui sont remplis d'eau, sont bouillis et, après tassement, sont consommés avant un repas pendant un mois.
  3. Fleurs de tanaisie, menthe et rose sauvage. Après la cuisson, le bouillon doit être filtré et perfusé pendant plusieurs heures. Comme d'autres moyens similaires, il est pris avant les repas pendant plusieurs mois.

Malgré la simplicité d'un tel traitement, il peut restaurer certaines des fonctions perdues de la LR. Les remèdes populaires augmentent l'intensité de la sécrétion de bile, réduisent sa viscosité et ont également un effet anti-inflammatoire. Ils sont prescrits pendant la rémission, car ils sont contre-indiqués dans la forme aiguë de la cholécystite.

Pouvoir

Le régime alimentaire du patient joue un rôle particulier dans le processus de prévention, de traitement et de réadaptation avant, après et pendant la cholécystite. Certains produits peuvent déclencher l'apparition d'une pathologie et ne sont pas recommandés pour les personnes souffrant de troubles du travail du foie et du foie. Ceux-ci comprennent principalement:

  1. Viandes fumées de toutes sortes.
  2. Viande frite (surtout porc, agneau, volaille).
  3. Saucisses (toutes sortes).
  4. Poisson gras (poisson frit en particulier).
  5. Bonbons contenant des crèmes (gâteaux, tartes, etc.).
  6. Mayonnaise et autres substances qui augmentent l'acidité de l'estomac.
  7. Certains types de légumes crus (ail, oignon, radis, radis).
  8. Cultures de haricots (pois, haricots).
  9. Soda (y compris la bière).
  10. Cacao, café, chocolat.
  11. L'alcool de toutes sortes.

Pendant les périodes d'exacerbation de la maladie, les produits énumérés doivent être explicitement exclus du régime alimentaire. Cependant, s’il ya des problèmes de vésicule biliaire, la plupart des patients eux-mêmes ne sont pas pressés de les prendre pour s’alimenter. Le fait est qu’après avoir mangé de tels aliments, la douleur augmente considérablement, en particulier avec l’inflammation des voies biliaires.

Complications possibles

En l'absence de traitement ou de méthodes de traitement mal choisies, la cholécystite peut entraîner un certain nombre de complications:

  • une pancréatite;
  • la péricholécystite;
  • cholangite;
  • la duodénite;
  • type réactif à l'hépatite.

En outre, le processus inflammatoire de la vésicule biliaire peut se propager aux organes et tissus voisins. Ceci est particulièrement vrai pour le foie, situé à proximité du FM, sur lequel il est fixé. Dans de tels cas, la douleur de l'hypochondre droit se déplace partiellement vers la gauche et couvre toute la ceinture abdominale. L’homme commence à éprouver des difficultés à se déplacer et toute rotation brusque du torse entraîne des douleurs.

De tels symptômes indiquent une inflammation massive des organes internes et il ne vaut pas la peine de retarder le voyage à l'hôpital quand ils se produisent. Si vous ne commencez pas un traitement contre la cholécystite à temps, une personne peut perdre sa capacité de travail et devra changer définitivement son mode de vie. Si la maladie est aiguë (ou chronique au moment de la rémission), le cas peut aboutir à une opération et parfois même à la mort.

Cholécystite hépatique

Laisser un commentaire

Les processus inflammatoires dans le foie, qui sont causés par un faible flux de bile, appelé cholécystite du foie. Il se développe simultanément avec la même maladie de la vésicule biliaire et se caractérise par un blocage de la lumière des voies biliaires. La maladie nécessite un traitement immédiat, qui est généralement effectué par des méthodes conservatrices.

L'échec de l'écoulement de la bile par le foie provoque une inflammation appelée cholécystite.

Qu'est ce que c'est

Le foie est la plus grande glande du corps humain. Il participe aux processus de formation du sang, produit des hormones et nettoie le corps des substances toxiques. Le foie est en relation étroite avec les organes du tractus gastro-intestinal, le système circulatoire, la vésicule biliaire. Lorsque cette dernière commence à mal fonctionner, une cholécystite peut se développer dans le foie. La maladie peut survenir sous une forme aiguë et chronique. La cholécystite se développe suite à une infection lorsque la bile (un biomatériau pur et stérile) est saturée d'organismes pathogènes qui pénètrent dans la bile de l'intestin en raison de la perturbation de son travail.

Formulaires et classification

Comme la plupart des maladies, l’inflammation du foie peut être aiguë et chronique. La cholécystite aiguë est une pathologie dangereuse caractérisée par la formation de calculs dans les voies urinaires et dans la vésicule biliaire. Les sels de calcium se déposent sur les parois du corps, rétrécissant sa lumière, ce qui au fil du temps aggrave le travail. Lorsque des calculs de la vésicule biliaire pénètrent dans les canaux biliaires, ils peuvent provoquer un blocage de la lumière, de sorte que la bile ne sort pas correctement. Cela peut provoquer une péritonite aiguë. Une forme aiguë de cholécystite nécessite un traitement immédiat.

La maladie chronique est moins commune. Elle ne se caractérise pas par la formation de pierres. La maladie est causée par des micro-organismes pathogènes ou des composants non caractéristiques de la bile.

La cholécystite provoque des lésions diffuses du foie et de la vésicule biliaire. Le type de maladie chronique peut être divisé en:

  • cholécystite latente;
  • récurrent;
  • purulent;
  • ulcératif.

Les exacerbations peuvent survenir dans:

La cholécystite chronique du foie peut avoir des manifestations purulentes, ulcéreuses, récurrentes et latentes.

  • forme légère (deux fois par an avec de rares coliques biliaires);
  • forme moyenne (exacerbation 4 fois en 12 mois avec 6 coliques simples);
  • forme sévère.

Selon le critère de formation de calculs ou d'autres phoques, la cholécystite est classée dans:

La maladie peut être catarrhale ou avec suppuration.

Raisons

Divers facteurs peuvent provoquer une maladie:

  • la présence de micro-organismes pathologiques (par exemple, streptocoques, Pseudomonas aeruginosa, champignons, etc.);
  • prédisposition génétique héritée des parents;
  • des inflammations;
  • déstabilisation de la microflore dans l'intestin ou les voies urinaires;
  • alimentation déséquilibrée ou malsaine (beaucoup de graisse, régime mono, etc.);
  • détérioration des mécanismes de défense du système immunitaire;
  • la présence dans l'alimentation d'un grand nombre d'aliments cancérogènes nocifs;
  • passe-temps peu actif;
  • perturbation endocrinienne;
  • grossesse (en raison de la sécrétion de grandes quantités de progestérone);
  • structure du foie.

La maladie est plus fréquente chez les femmes de plus de 40 ans, dont l’indice de masse corporelle dépasse les normes de santé autorisées. Le mode de vie peut être qualifié de inactif.

Les facteurs contribuant à la cholécystite comprennent:

  • la duodénite;
  • faible immunité;
  • épuisement des muqueuses dans la bile;
  • problèmes de fonction hépatique;
  • stase duodénale sous forme chronique, etc.
Retour à la table des matières

Les symptômes

La cholécystite peut être accompagnée des syndromes suivants:

L'inflammation des voies biliaires se fait sentir avec des douleurs dans l'hypochondre, la poitrine.

  • dyspeptique;
  • douloureux;
  • intoxication;
  • cholestatique;
  • asténo-végétatif.

Les sensations douloureuses sont paroxystiques ou prolongées. Au cours de l’exacerbation, des douleurs sévères apparaissent généralement dans l’hypochondre droit et peuvent traverser le dos, l’épaule droite et le lobe droit du thorax. Une augmentation des sensations douloureuses peut être accompagnée de stress, d'activité physique, d'un changement de régime alimentaire, etc. Parfois, des douleurs apparaissent sans raison.

L'évolution et les types de manifestations de la cholécystite chronique

L'inflammation dans la cholécystite se développe pendant une longue période. D'abord, apparaissent les sensations douloureuses d'un personnage terne et feutré. Douleur localisée dans l'hypochondre droit et aggravée après le repas. La cholécystite non calculeuse peut être caractérisée par:

  • éructations fréquentes;
  • sensation d'amertume dans la bouche;
  • perte d'appétit;
  • jaunisse;
  • des nausées et des vomissements;
  • sensation de lourdeur dans le plexus solaire.
La cholécystite hépatique réduit l'appétit, provoque des éructations, des vomissements et un goût amer dans la bouche.

Des symptômes de fonctionnement anormal des organes du tractus gastro-intestinal peuvent apparaître en raison d’effets réflexes ou d’infections:

  • ventre grondant;
  • flatulences;
  • brûlures d'estomac;
  • la diarrhée qui cède la place à la constipation.

Cela peut causer des problèmes d'absorption des graisses, entraînant le développement de maladies secondaires.

Il existe plusieurs types de cholécystite hépatique:

  • cardiaque (apparition de problèmes de rythme cardiaque);
  • arthritique (accompagnée d'inconfort aux articulations, pour lequel il n'y a pas de raison visible);
  • neurasthénique (la maladie se développe sur le fond de symptômes qui se caractérisent par une dystonie végétative-vasculaire ou des états neurasthéniques; le patient se plaint de problèmes de sommeil, de malaise, de sautes d'humeur, etc.);
  • subfébrile (les indicateurs de température sont maintenus entre 37 et 38 degrés, parfois accompagnés de frissons et de signes d'intoxication);
  • hypothalamique (signes de pression accrue, tremblements, tachycardie, faiblesse musculaire, etc.).
Une stase biliaire chronique peut survenir en raison de tensions nerveuses, d'allergies et d'un mode de vie sédentaire.

Le cours chronique de la cholécystite se compose de 3 étapes:

  • processus stagnants;
  • changer la composition de la bile;
  • développement du processus inflammatoire.

Contribuer à ces processus:

Changements diffus dans le foie

Les modifications diffuses de la cholécystite chronique sont courantes. Dans la bile et le foie sont des foyers de processus inflammatoires, qui sont périodiquement exacerbés. La maladie n'appartient pas à la primitive, car elle est la conséquence d'une dyskinésie des voies urinaires ou de problèmes héréditaires.
Les changements diffus ne sont pas une autre maladie. Il s’agit d’un terme utilisé par les médecins pour caractériser les modifications uniformes de la structure ultrasonore du foie. La gravité des changements diffus est généralement élevée, ils sont faciles à suivre sur le moniteur avec des ultrasons.

Des complications

La cholécystite peut être aggravée par de telles complications:

  • perforation de la vésicule biliaire (lorsque se développe une nécrose de la paroi de l'organe);
  • empyème (processus inflammatoire purulent);
  • papillosphinctéromie endoscopique (développement d'empyème en présence de calculs);
  • abcès (suppuration de l'organe et des tissus adjacents);
  • péritonite diffuse purulente (rupture d'abcès et infusion de masses purulentes dans la cavité abdominale);
  • pancréatite (inflammation du pancréas due à la propagation de l'infection par le sang);
  • gangrène (mort des tissus organiques);
  • jaunisse (jaunissement de la peau dû à des canaux biliaires fermés, qui se développe lorsque la bile ne peut pas sortir du corps);
  • les fistules
  • cholangite (inflammation des canaux intrahépatiques et extrahépatiques);
  • colique hépatique;
  • l'hépatite;
  • cirrhose biliaire, etc.
Retour à la table des matières

Diagnostics

Tout d'abord, afin de déterminer un diagnostic plus approfondi, le médecin collecte l'anamnèse, examine le patient et effectue la palpation de la cavité abdominale. La palpation aide à déterminer l'intensité et les caractéristiques des sensations douloureuses. Ensuite, le spécialiste prescrit des tests de laboratoire:

  • numération globulaire complète (nombre élevé de leucocytes et ESR);
  • biochimie sanguine (modification de l'activité des enzymes hépatiques);
  • tests sanguins pour les niveaux de sucre;
  • analyse de l'urine et des matières fécales;
  • test de la bile;
  • analyse de la présence de parasites.

En outre, il est nécessaire d'effectuer des diagnostics instrumentaux:

  • examen échographique des organes abdominaux (déterminer la présence de calculs, leurs caractéristiques, la localisation de l'inflammation, le changement diffus d'organes);
  • radiographie utilisant un agent de contraste;
  • intubation duodénale (pour l'analyse de la motilité de la vésicule biliaire) et cultures biliaires (pour bactéries, infections);
  • tomographie par ordinateur;
  • EGD;
  • étude électrocardiographique.

Les procédures de diagnostic ont pour but de poser un diagnostic, d'identifier ses causes et d'étudier la principale maladie à l'origine de la cholécystite (stagnation de la bile, faible mobilité des organes, anomalie de la structure des organes, infection parasitaire, alcoolisme, etc.).

Traitement de la cholécystite du foie

La cholécystite nécessite l'utilisation d'un ensemble de procédures thérapeutiques visant à soulager les sensations douloureuses, à éliminer les symptômes, à instaurer une nutrition, etc. Pour faire face à la maladie, utilisez les méthodes de traitement suivantes:

L'inflammation des voies biliaires est traitée par un régime alimentaire, des pilules, une chirurgie et une physiothérapie.

  • thérapie pharmaceutique;
  • régime alimentaire;
  • l'établissement de points de régime;
  • physiothérapie;
  • traitement de spa;
  • intervention chirurgicale (dans les cas extrêmes).

Généralement, le traitement est effectué en ambulatoire, mais dans les moments d'exacerbation, un traitement hospitalier est nécessaire.

Mode et régime

Après une crise d'aggravation chez le patient pendant quelques jours, vous ne pouvez boire que des boissons chaudes (thé, décoction de cynorrhodon, etc.). Après cela, il est permis d'introduire des aliments de rechange (bouillie en purée, légumes bouillis en purée, soupes gluantes), en purée à la purée de pommes de terre. De plus, le régime alimentaire n'est limité que par la liste des aliments autorisés et interdits.

Aider à faire face aux modifications diffuses du foie et de la vésicule biliaire pour établir un régime et un régime. La nourriture pour la cholécystite est strictement limitée. Vous ne pouvez pas manger de graisses saturées, il faut donc exclure les aliments ou plats nocifs préparés selon le procédé de friture. Vous ne pouvez manger que des aliments frais cuits à l'eau ou à la vapeur.

Vous devez manger en petites portions 6 fois par jour. Cela aidera à surcharger les organes digestifs et la vésicule biliaire, ce qui aide à normaliser l'écoulement de la bile.

Il est utile d’introduire dans l’alimentation du pain avec du son, des blancs d’œufs, de la farine d’avoine, du poisson maigre et de la viande, des légumes, des fruits (non acides). Le régime alimentaire interdit de manger de la viande grasse, du poisson, des légumineuses, des saucisses, des conserves et des marinades. Il devrait s'abstenir de boissons alcoolisées et de sucreries contenant de la caféine.

Les médecins recommandent fortement de suivre le régime pendant 3 ans après l'attaque.

Traitement médicamenteux

Le foie diffus, dont les modifications sont dues à la cholécystite, nécessite un traitement médicamenteux:

L'inflammation du foie est traitée avec des hépatoprotecteurs, des immunomodulateurs, des médicaments d'arrêt, des diurétiques.

  • les médicaments qui arrêtent la douleur (antispasmodiques, par exemple, Duspatin);
  • médicaments pour la désintoxication (administration intraveineuse de médicaments);
  • des moyens pour la normalisation du système nerveux autonome;
  • des moyens d’aider à faire face à l’infection (antibiotiques à large spectre, par exemple, Metronizadol, Biseptol);
  • médicaments diurétiques;
  • des moyens pour normaliser l'immunité dans les déficits immunitaires ("Timogen");
  • immunomodulateurs;
  • adaptogènes ("créon");
  • hépatoprotecteurs;
  • les antiacides ("Maalox", "Phosphalugel").

Ces médicaments aideront à arrêter une attaque du foie et à éliminer l'inflammation chronique du foie et de la vésicule biliaire.

Traitement chirurgical

Le traitement chirurgical de la cholécystite est une mesure extrême et n’est utilisé que dans les cas suivants:

  • une péritonite se développe et le traitement des symptômes n’aide pas en 2-3 heures (chirurgie d’urgence);
  • le traitement ne donne aucun résultat (chirurgie élective);
  • pendant la journée, il n'était pas possible d'arrêter les symptômes (laparoscopie avec microcholécistomie).

Après la chirurgie, il existe un risque de syndrome post-cholécystectomie.

Physiothérapie et cure thermale

Le traitement en sanatorium et en station est une récupération par des facteurs artificiels et naturels. Le patient est montré en mode épargne, long sommeil. On lui a montré un schéma posologique bénin pour la première semaine, puis un schéma tonique et avant la sortie - thérapie du stagiaire.

Si rien n'empêche l'écoulement de la bile, des procédures de balnéothérapie et de physiothérapie sont prescrites au patient. Les inflammations chroniques sont traitées avec des bains de différentes compositions chimiques (minéraux, rhodon, conifères, oxygène, azote).
Traitement de boue et ozokéritothérapie usagés.

Traitement des remèdes populaires

On pense que dans la thérapie populaire, toute maladie sera traitée, les lésions diffuses du foie et la cholécystite biliaire ne font pas exception. Ne vous soignez pas, toutes les méthodes doivent être discutées avec votre médecin. Dans le traitement sont utilisés:

  • soie de maïs (20 g d'herbe cuite à la vapeur 200 g d'eau bouillante et boit 5 fois par jour, 20 g avant un repas);
  • origan (20 g de vapeur jusqu'à 0,5 litre d'eau bouillante et boire 20 g 4 fois par jour);
  • plantain (10 g pour cuire à la vapeur 200 g d'eau bouillante et boire sous forme de chaleur l'estomac vide le matin);
  • racines de pissenlit (10 g bouillir 200 g d’eau bouillante et laisser bouillir pendant un tiers d’heure, puis boire 100 g avant les repas 3 fois par jour), etc.

Prévention et pronostic

Les mesures préventives contre la cholécystite consistent principalement en une nutrition adéquate:

  • il y a 6 fois par jour;
  • refuser les produits interdits;
  • ne mange pas la nuit;
  • mode alimentaire;
  • boire jusqu'à 2000 ml d'eau par jour.

La prévention peut être:

  • prendre des hépatoprotecteurs;
  • mode de vie actif;
  • exercices du matin;
  • traitement rapide d'autres maladies, etc.

Le pronostic dépend de la forme et de la négligence de la maladie. Avec une cholécystite aiguë non compliquée, les prévisions sont bonnes, le foie n'est pas très susceptible aux modifications diffuses et la probabilité de décès est faible. La cholécystite compliquée est plus grave (la mortalité est supérieure à 2, 6%).

Cholécystite du foie

La cholécystite hépatique peut à juste titre être qualifiée de maladie du XXIe siècle. L’échelle de sa distribution est large, en particulier chez les femmes de plus de 40 ans.

Du début de l’atteinte du processus inflammatoire à l’évolution chronique et aiguë, une courte période peut s’écouler. Dans la plupart des cas, une affection aiguë nécessite une intervention chirurgicale immédiate. Pour prévenir et arrêter les syndromes, il est nécessaire de connaître non seulement les symptômes et les dangers attendus par le patient, mais également les méthodes de traitement et la prévention de la maladie.

Quelle est la cholécystite?

Le foie est la plus grande glande du corps humain. Ses fonctions principales: nettoyage, normalisation des processus endocriniens et hématopoïétiques. Il est associé aux organes responsables de la digestion. Quelle est la cholécystite? Ceci est une violation de la vésicule biliaire, ce qui conduit à un processus inflammatoire. Distinguer la cholécystite, qui dépend du processus inflammatoire sous l'influence de la microflore pathogène, ainsi que de sa forme calculeuse, compliquée par la formation de calculs.

Caractéristiques générales de la maladie

La cholécystite est aiguë, soudaine ou chronique. La maladie elle-même est associée à un écoulement biliaire altéré de la vésicule biliaire. Il y a la stagnation et ensuite - l'inflammation. La cholécystite non calcaire est associée à une microflore altérée de la bile, qui est normalement stérile. Le fond de l'inflammation peut être aggravé par la formation de calculs biliaires, ce qui complique l'évolution de la maladie.

Causes de la maladie

Les causes suivantes conduisent à la maladie:

  • facteurs génétiques transmis génétiquement de génération en génération;
  • tout processus inflammatoire dans le corps associé à une diminution du statut immunitaire;
  • microflore pathogène (staphylocoque, streptocoque, etc.) et violation de la microflore intestinale, des voies biliaires;
  • troubles de l'alimentation, excès d'aliments gras, carences nutritionnelles (également un régime strict), qui violent les fonctions du tube digestif;
  • L’histoire de l’évolution de la maladie est relativement récente et tient principalement au fait que de nombreuses substances nocives sont apparues dans les produits consommés par les humains (agents de conservation, exhausteurs de goût, arômes synthétiques);
  • manque d'habitude de mener une vie active, hypodynamie;
  • maladies endocriniennes;
  • l'effet de la progestérone sur le corps d'une femme pendant la grossesse, qui est responsable du tissu musculaire lisse, sa réduction.

Formes du processus inflammatoire

La forme de vie la plus dangereuse est la cholécystite aiguë, qui s'accompagne de la formation de calculs dans les canaux et dans le corps de la vésicule biliaire. En conséquence, une grande quantité de sels de calcium, de bilirubine et de cholestérol se forme, ce qui contribue à la formation de dépôts de calcium sur les parois de l'organe. Au fur et à mesure que la maladie progresse, leur taille augmente, ce qui affecte considérablement le travail de l'organisme. De tels calculs peuvent pénétrer dans les canaux biliaires, bloquant le flux normal de la bile. Tôt ou tard, en particulier si elle n’est pas traitée, elle peut entraîner de graves processus inflammatoires et une péritonite. Ensuite, le traitement conservateur est inutile, le patient est obligé de subir une opération pour enlever la vésicule biliaire.
Forme chronique moins commune de cholécystite. Le danger est que cela peut rapidement aller dans un état aigu. Elle se caractérise par le fait que les calculs ne se forment pas et que l'inflammation est associée à la microflore pathogène, une composition atypique de la bile. Les médecins appellent ce formulaire «cholécystite non calculeuse».

Symptômes de la maladie

La cholécystite sans calculs se manifeste clairement après l'exposition à l'organisme de facteurs provocateurs, notamment les aliments gras, les aliments frits. Souvent, les premiers signes et la douleur dans le foie surviennent après leur consommation.
La définition médicale de "cholécystite non calculeuse" est caractérisée par les changements suivants:

  • il y a un poids à droite, plus près du côté;
  • sensation d'amertume dans la bouche, éructations fréquentes après avoir mangé;
  • le syndrome douloureux se manifeste dans l'omoplate droite, dans le bras, dans la colonne vertébrale thoracique;
  • pas d'appétit en raison de la nausée, des vomissements peuvent survenir;
  • la peau acquiert une teinte ictérique due à un excès de bilirubine dans le sang.

La cholécystite sans calculs peut survenir sous forme aiguë ou se produire périodiquement. En règle générale, le malade essaie d'ignorer les problèmes digestifs, en attribuant le tout à des aliments de mauvaise qualité. Plus ces symptômes se manifestent souvent, plus les symptômes de cholécystite chronique risquent de se manifester avec des exacerbations.

Nos lecteurs recommandent

Notre lecteur régulier a recommandé une méthode efficace! Nouvelle découverte! Les scientifiques de Novosibirsk ont ​​révélé le meilleur remède contre la cholécystite. 5 ans de recherche. Auto-traitement à la maison! Après l'avoir lu attentivement, nous avons décidé de l'offrir à votre attention.

Forme aiguë de la maladie: symptômes et causes

L'image symptomatique du cours aigu est la suivante:

  • coliques hépatiques - douleurs aiguës dans la région droite du foie;
  • faiblesse, frissons, sueur, fièvre;
  • amertume dans la bouche et éructations, nausées, vomissements, diarrhée, pouvant survenir simultanément;
  • Jaune de la peau et blanc des yeux.

Traitement chirurgical du processus inflammatoire

L'inflammation aiguë de la vésicule biliaire doit être traitée dans un hôpital du service de chirurgie. En fonction de l'état du patient, nommez d'autres tactiques de traitement.
Les opérations sont soumises aux catégories de patients suivantes si:

  1. La patiente a été admise au service des symptômes aigus 2 à 3 heures après le traitement symptomatique en cas de péritonite. Une telle opération est urgente.
  2. La thérapie symptomatique n’aide pas. Après une journée, une laparoscopie est réalisée avec une microcholécistomie.
  3. Le traitement conservateur, y compris l'utilisation d'acide ursodésoxycholique, n'a eu aucun effet. Le patient est examiné, préparé pour la chirurgie de manière planifiée, trois semaines après l'attaque.

Il convient de rappeler que le danger de la maladie réside dans ses rechutes ultérieures (syndrome post-cholécystectomie), qui nécessitent également un traitement supplémentaire. Cela se produit en raison de la restructuration du corps après la chirurgie. L'action de la motilité du duodénum, ​​le sphincter d'Oddi, responsable du travail musculaire, est altérée. La fonction du régulateur de la voie biliaire peut être réduite ou trop active.
Le syndrome postocholécystectomie peut être provoqué par des complications au cours de l'opération ou par ses conséquences, par exemple sténose des voies biliaires, cytose, calculs à gauche. Les changements de cicatrice dans les tissus et le rétrécissement des canaux biliaires ont également une incidence. Des facteurs de complication supplémentaires peuvent être des maladies concomitantes du foie, par exemple l’hépatose. Dans la pratique moderne, les préparations à base d'acide ursodésoxycholique sont recommandées, ce qui réduit le risque de formation de calculs ou de rechute.

Caractéristiques du traitement non chirurgical

La cholécystite sans fondement, les formes calculeuses et les symptômes d'inflammation au stade initial ne diffèrent pas. Le premier jour, les patients ont été soumis à un repos au lit strict. Ensuite, vous devez commencer à bouger, ce qui évitera des processus inutiles et stagnants. La première chose à faire est de supprimer la douleur. Antispasmodiques recommandés:

Dans la région de l'hypochondre à droite, des compresses chaudes et chauffantes sont appliquées, mais en l'absence d'inflammation aiguë.
Les antibiotiques sont prescrits pour soulager les symptômes de l'inflammation, la température. L'acceptation de ces médicaments s'accompagne d'un traitement vitaminique intensif. Aussi prescrit des capsules "Baktisubtil" et hépatoprotecteurs. Si la microflore pathogène est présente dans la bile, le traitement vise à réduire son action. Les médicaments sont sélectionnés en fonction de l'agent pathogène. Des préparations d'acide ursodésoxycholique sont prescrites.
Les agents de cholagogue qui combattent la stagnation de la bile ont un effet important. Ils ont des propriétés anti-inflammatoires mineures, par exemple, poudre de sulfate de magnésium, sirop Holosas.

Le rôle de l'alimentation


La cholécystite désossée et la forme associée à la formation de nodules biliaires nécessitent un traitement prophylactique constant. Le syndrome postcholécystectomie, l'exacerbation des formes chroniques peuvent être évités en appliquant une nutrition diététique thérapeutique. Le régime est strict, mais est l'un des principaux types de traitement.

Qui a dit qu'il était impossible de guérir la cholécystite du foie?

  • De nombreuses manières ont essayé, mais rien n'y fait.
  • Et maintenant, vous êtes prêt à profiter de toute occasion qui vous procurera un sentiment de bien-être tant attendu!

Un remède efficace pour le traitement du foie existe. Suivez le lien et découvrez ce que les médecins recommandent!

Comment traiter la cholécystite hépatique: caractéristiques

Parmi les maladies du foie, on distingue la cholécystite du foie caractérisée par des processus inflammatoires se produisant dans la vésicule biliaire. Cette pathologie conduit à un trouble du tractus gastro-intestinal et affecte l'état général de la personne. Il survient le plus souvent chez les femmes après 30 ans, beaucoup moins souvent chez les hommes.

Informations de base sur la cholécystite

Une mauvaise alimentation, des aliments gras, des troubles endocriniens et la prise de divers médicaments sans contrôle médical entraînent le colmatage des canaux biliaires par des déchets, la vessie cesse progressivement de fonctionner de manière physiologiquement correcte.

La pathologie passe par 3 stades de développement - les troubles de type fonctionnel, inflammatoire et métabolique. Les statistiques médicales modernes confirment le fait que, avec la propension aux mauvaises habitudes, la majorité de la population masculine des pays développés est 4 fois moins souvent atteinte de la maladie de la vésicule biliaire que les femmes. Ce phénomène est associé à l'utilisation de médicaments hormonaux par les femmes, les grossesses, l'accouchement.

S'il est actuellement diagnostiqué que de 15 à 21% de la population de la planète, quel que soit son âge, est sujette à des perturbations de la vésicule biliaire, ce chiffre présente une tendance de croissance significative. Pour ce faire, vous devez connaître les principaux facteurs de risque et les principales causes de développement de cette maladie grave, selon les médecins.

Causes de la maladie

Dans la plupart des cas, les causes de la cholécystite sont courantes. Il s’agit d’une infection qui pénètre dans le corps par l’extérieur, puis dans les organes de la cavité abdominale par la circulation sanguine, les canaux lymphatiques et les voies ascendantes à partir de l’intestin.

Les principales sources d’infection sont les maladies inflammatoires suivantes:

  1. Évolution aiguë et chronique des pathologies du tube digestif.
  2. Maladies des voies respiratoires supérieures et de la cavité buccale.
  3. Lésion bactérienne du système urinaire.
  4. Pathologie du système reproducteur et des organes pelviens.
  5. Dommages au foie de nature virale et invasions parasitaires de l'invasion des voies biliaires.

Les dyskinésies, les troubles héréditaires congénitaux de la structure des organes, les symptômes du reflux pancréatique, les troubles circulatoires de la région de la vésicule biliaire et la composition pathologique de la bile ont une influence assez forte sur le développement de la cholécystite. Si vous soupçonnez l’apparition d’une inflammation, faites particulièrement attention aux troubles allergiques et endocriniens, et assurez-vous également de déterminer la présence d’une hérédité accablée. Si ce complexe de facteurs n’est pas déterminant, il crée un environnement propice à la pénétration de la microflore pathologique et au développement d’une inflammation.

Symptômes de cholécystite

Les inflammations pathologiques des organes digestifs sont similaires à bien des égards, mais les symptômes de la cholécystite sont assez bien définis, même avant de prendre un spécialiste. L'inflammation de la vésicule biliaire est un type aigu et chronique.

En phase aiguë, des douleurs paroxystiques intenses apparaissent dans le côté droit, envie de nausées, vomissements, augmentation de la température corporelle à 38-39 ° C, accompagnées de frissons, jaunisse de la sclère, retard de la peau et des selles. En l'absence de soulagement, la douleur peut devenir diffuse, compliquée par des phénomènes tels que l'abcès du foie, la péritonite, la cholangite, la pancréatite. Nécessité urgente d'un traitement chirurgical.

La cholécystite chronique ne se manifeste que par un processus pathologique significativement négligé. La maladie peut survenir au cours de l'enfance ou de l'adolescence avec une violation constante du régime alimentaire, un régime quotidien, une surcharge psycho-émotionnelle et des troubles nerveux.

Manifestation: lourdeur et douleurs douloureuses du côté gauche, sous les côtes. Certains patients se plaignent de lourdeur ou de brûlures dans cette zone. Avec un déroulement suffisamment long du processus pathologique, la douleur concomitante devient fréquente:

  1. Caractère intense, à court terme, paroxystique. Tir fréquent dans la fosse supraclaviculaire, le bas du dos, sous l'omoplate, dans le cœur.
  2. Perturbation du plexus solaire, caractérisée par une sensation de brûlure, une douleur intense dans le bas de l'abdomen, irradiant dans le dos.
  3. Signes réflexes d'intoxication du corps - nausée, envie de vomir, goût amer de la bouche, légères lésions subfébriles. La jaunisse cutanée est accompagnée de démangeaisons constantes.
  4. Le comportement du patient est caractérisé par l'irritabilité, les troubles du sommeil, la faiblesse, la transpiration, les palpitations, les maux de tête, la labilité émotionnelle.

Diagnostic et traitement

La détermination du diagnostic lors de la première visite chez un thérapeute ou un gastro-entérologue intervient après une série de tests et de consultations avec des spécialistes restreints. Le diagnostic consiste en des méthodes de laboratoire - analyses générales, biochimiques et sanguines du sucre. Des études cliniques sur l'urine, les matières fécales, des échantillons de bile, des tests sanguins enzymatiques pour la détermination de la dérive parasitaire sont réalisées.

Parmi les types de diagnostic modernes, citons:

  • Échographie abdominale;
  • méthode d'intubation duodénale avec examen microscopique et culture de la bile;
  • fluoroscopie de contraste du tube digestif;
  • EGD;
  • Électrocardiographie;
  • études de tomographie et d’informatique à résonance.

Après cela, le médecin prescrit un traitement complet, où le principal est un traitement antibactérien. Les remèdes symptomatiques sont divisés en plusieurs groupes:

  1. Anticholinergiques.
  2. Myotropes
  3. Cholinolytiques, analgésiques.
  4. Groupe de cholagogue.

Un régime bien choisi est particulièrement important. Sur le fond des toniques et des sédatifs, un excellent effet est obtenu par l'utilisation d'infusions d'herbes qui augmentent considérablement la sécrétion de bile, réduisant sa viscosité, et se distinguent par leur effet anti-inflammatoire rapide. Rose musquée, menthe, immortelle et camomille, l'eau minérale constituent un groupe de médicaments abordables et peu coûteux.

Le respect du régime quotidien, des principes de nutrition adéquate et du rejet des mauvaises habitudes constitue le fondement de la prévention de toute maladie.

La spécificité des mesures préventives contre la cholécystite consiste dans les méthodes de lutte contre la stagnation de la bile, le renforcement du système nerveux, la nutrition rationnelle, l’arrêt du tabac et la prise de boissons alcoolisées.

Important traitement opportun en temps voulu de la thérapie anti-rechute, enregistrement auprès du dispensaire, utilisation des possibilités de traitement en sanatorium.

Traitement de la cholécystite à la maison

Amertume dans la bouche, nausée et lourdeur dans l'hypochondre droit - contrairement à la croyance populaire, ce sont des signes de la maladie, non du foie, mais de la vésicule biliaire. Ce qui est cholécystite et comment le traiter à la maison, nous dirons dans cet article.

La cholécystite chronique est un grand prétendant. Ce n’est pas un hasard si une échographie de la cavité abdominale est recommandée pour une variété de maladies, parfois sans lien au premier abord, avec des problèmes du tractus gastro-intestinal. Voici les "masques" les plus courants de la cholécystite:

  • douleurs cardiaques dans la poitrine, interruptions du travail du cœur;
  • thyréotoxique - sous-fébrile, palpitations, labilité émotionnelle;
  • rhumatisme articulaire - douleurs articulaires, douleurs cardiaques, changements métaboliques et perturbations transitoires à faible degré de conduction sur un électrocardiogramme;
  • neurocérébral - vertiges, migraines, transpiration, troubles du sommeil, irritabilité, dépression et hypocondrie;
  • gastro-intestinal - nausée, vomissement, brûlures d'estomac, éructations, distension abdominale et selles altérées;
  • allergique - urticaire récurrente et œdème de Quincke, pollinose, rarement asphyxie, augmentation du taux d'éosinophiles dans le sang.

Pourquoi une cholécystite survient-elle?

La cholécystite est une maladie inflammatoire. L'infection pénètre dans la vésicule biliaire le plus souvent de l'intestin par les voies biliaires, mais elle peut également provenir d'autres foyers (amygdalite, maladie parodontale) présentant un flux sanguin et lymphatique. Et divers facteurs prédisposants:

  • l'obésité
  • réduire l'acidité du suc gastrique,
  • dyskinésie biliaire,
  • dysbiose intestinale,
  • constipation

contribuer au développement et à la chronicité de la maladie.

Comment se manifeste la cholécystite?

  1. Le symptôme principal de la cholécystite est généralement la douleur:
    intensif à court terme, apparaissant avec des erreurs de régime et du stress, si le spasme des voies biliaires prévaut;
    stupide, douleur constante, aggravée par l'effort physique, si l'hypotension prévaut.
  2. Les patients sont souvent perturbés par la dyspepsie: goût amer dans la bouche, éructations amères, nausées et vomissements, souvent avec un mélange de bile, avec des erreurs de régime.
  3. Plaintes fréquentes de nature neuro-végétative et asthéno-névrotique: transpiration, fatigue, troubles du sommeil, irritabilité et méfiance ("nature bilieuse").
  4. Fièvre, modifications des analyses de sang (augmentation du nombre de globules blancs, ESR) - signe d'une exacerbation de la maladie.

Quels tests sont prescrits pour la suspicion de cholécystite?

  1. Échographie de la cavité abdominale: déformations de la vésicule biliaire, épaississement de la paroi, calcul, le cas échéant, ainsi que l'évaluation de l'état du foie et du pancréas, souvent atteints de cholécystite, mais pouvant également provoquer des symptômes similaires.
  2. Cholécystocholangiographie: méthode par rayons X permettant d’évaluer la perméabilité des canaux et la motilité de la vésicule biliaire (spasme ou hypotension).
  3. Analyse de la bile avec semis - vous permettra d'identifier l'agent responsable de l'infection et d'évaluer sa sensibilité aux antibiotiques.

Comment traiter la cholécystite?

La cause de la cholécystite étant une infection, accompagnée de signes d’aggravation (douleur, fièvre, modifications des analyses de sang), des antibiotiques sont prescrits, mais il est préférable de confier au médecin, dans l’idéal, les résultats de la culture de la bile.
Mais à la maison, vous pouvez et devez être traité avec de tels moyens:

  1. Suivez un régime. Pendant une exacerbation, vous pouvez mourir de faim pendant un jour ou deux tout en buvant du thé, des jus de fruits ou des boissons aux fruits dilués dans de l'eau 1: 1 ou de l'eau minérale non gazeuse. Ensuite, associez soupes, purée de pommes de terre et bouillie, puis du fromage cottage faible en gras, de la viande bouillie et du poisson cuit à la vapeur. Vous pourrez alors opter pour un régime alimentaire copieux mais tout à fait physiologique, à l'exclusion des aliments frits, des aliments gras comme l'oie ou les gâteaux à la crème, fumés et épicés. assaisonnements (comme le raifort ou la moutarde). Il y a souvent mieux, toutes les 3 heures, mais petit à petit.
  2. Pour la douleur, prenez des antispasmodiques. Il s'agit d'un no-shpa traditionnel (2 comprimés trois fois par jour, mais pas plus, lisez les effets secondaires en résumé et assurez-vous qu'il s'agit d'un médicament sérieux et que le surdosage est inacceptable), de la papavérine (peut être dans des bougies - beaucoup disent que l'effet est encore meilleur que comprimés), Duspatalin 1 comprimé 2 fois, 20 minutes avant les repas.
  3. Le choix des médicaments cholérétiques dépend de la motilité des voies biliaires.

Si la stagnation prévaut (hypotension), il faut alors

  • Cholécinétique: Flamen, berbérine, sorbitol, xylitol et sulfate de magnésium (magnésie).
  • Excellente aide dans ce cas et tuba. Les guérisseurs populaires recommandent souvent cette méthode particulière, l'appelant "nettoyer le foie". Le matin, l'estomac vide, vous devez boire un verre d'eau minérale chaude et sans gaz, dans lequel vous pouvez dissoudre une cuillère à soupe de sorbitol, de xylitol ou de magnésie. Ensuite, vous devez vous allonger sur le côté droit, sur un coussin chauffant et rester dans cette position pendant une heure et demie à deux heures. Le tubage peut être fait tous les 3 jours. Le cours dure généralement 10 procédures. Mais, si la cholélithiase n'est pas exclue, cette procédure est tout à fait capable de provoquer une obstruction par la pierre du canal biliaire, ce qui est une indication pour une intervention chirurgicale immédiate. Les pierres d'un diamètre d'environ un centimètre sont particulièrement dangereuses - les plus petites peuvent en sortir, les plus grosses ne passeront pas dans les canaux.
  • Les eaux minérales sont préférées avec une forte minéralisation (comme "Arzni" ou "Essentuki 17") - elles sont bues une demi-heure avant le repas, à la température ambiante.
  • Les herbes cholérétiques - immortelles, stigmates du maïs, le millepertuis peuvent être brassées et bues longtemps, périodiquement (pendant la période automne-hiver) en y connectant des adaptogènes - rhodiola, lemongrass, eleutherococcus, ginseng, qui sont également en mesure d'augmenter le ton de la vésicule biliaire (vitalité). entier). Les herbes sont assez amères, mais une cuillère de miel rendra la boisson plus savoureuse et plus saine.

Si la dyskinésie spastique prévaut, il vaut mieux utiliser

  • cholérétique: contenant de la bile (allohol, liobil), d'origine végétale (cholagol, oliméthine), synthétique (nikodine, oxafénamide).
  • Les eaux minérales (telles que «Slavyanovskaya», «Smirnovskaya», «Narzan») sont appelées «hydrocholagistes». Il est préférable de boire de l'eau tiède 5 à 6 fois par jour avant les repas.
  • Des herbes telles que la menthe, la camomille, l’agripaume et la valériane aident à soulager les spasmes et à normaliser le flux de la bile.
  • Vous pouvez organiser des bains de pins - chauds et pas plus de 15 minutes, cours de 10 jours.

En général, on peut dire que le traitement de la cholécystite à la maison est une chose agréable à faire - si vous pensez à une tisane, à une eau minérale savoureuse ou à des bains relaxants.

Quel médecin contacter

Le traitement de la cholécystite est effectué par un gastro-entérologue. Dans la forme chronique de la maladie, il sera utile de consulter un nutritionniste. Une aide supplémentaire peut être fournie par un physiothérapeute.


Articles Connexes Hépatite