À quel point l'hépatite C est-elle dangereuse pour les autres?

Share Tweet Pin it

Ce qui est dangereux pour l'hépatite C, tous les habitants modernes ne peuvent pas répondre. En attendant, la maladie de nature infectieuse est extrêmement dangereuse à la fois pour le patient et pour son environnement. Dans la plupart des cas, la pathologie évolue presque imperceptiblement, ce qui explique pourquoi, dans le cercle des médecins, la maladie est appelée «tueur sensible».

Maladie cachée dangereuse

Les conséquences de l'hépatite C sous forme de cancer ou de cirrhose du foie indiquent clairement qu'il est important que chaque personne sache à quel point c'est terrible pour les autres. Le danger de la maladie réside principalement dans l'évolution asymptomatique. En règle générale, la maladie la plus grave est détectée par hasard au cours de l'examen.

Comment pouvez-vous contracter l'hépatite C?

Les voies de transmission de l'hépatite C sont les suivantes:

  1. Le virus est transmis par voie parentérale (par le sang en cas d'utilisation d'instruments médicaux non stériles, de seringues, etc.). Parmi les toxicomanes, le nombre de patients atteints d'hépatite C est extrêmement élevé. En outre, le virus peut passer par le perçage ménager - couper des objets ménagers (accessoires de manucure, rasoirs, etc.)
  2. L'hépatite C se déplace d'un partenaire sexuel à un autre (la transmission sexuelle est également courante; de ​​même que pour les maladies vénériennes, l'infection à VIH est le plus souvent infectée par des personnes ayant un mode de vie immoral).
  3. Transmission intra-utérine du virus de l'hépatite C (la maladie ne passe d'une femme enceinte au fœtus que si la maladie au moment de porter l'enfant avait une forme aiguë).

La dernière variante de l'infection est considérée comme la plus rare. Dans 5 à 10% des cas, le bébé contracte une maladie dans l'utérus. En outre, il convient de noter que le risque de transmission d'une infection virale dans un établissement médical est faible. En règle générale, les médecins utilisent des seringues jetables et le reste des instruments subit toujours un traitement stérile de haute qualité comportant plusieurs étapes (solution de savon et de soude, désinfectants et désinfectants, stérilisateurs, etc.).

Les conséquences de la maladie et les chances d'une vie saine

Afin d’évaluer correctement le danger potentiel d’être infecté par l’hépatite C, il est nécessaire de comprendre à quoi il est confronté s’il pénètre dans le corps humain. Comme déjà mentionné, la plupart des porteurs de la maladie virale est une infection chronique.

Vous pouvez établir un pronostic fiable et répondre à la question de savoir combien de temps une personne atteinte d'hépatite C peut vivre en évaluant le taux de progression de la pathologie.

Le rythme de développement de la maladie est largement déterminé par le mode de vie du patient.

  • En plus d’observer une nutrition adéquate, le porteur du virus doit éliminer complètement les mauvaises habitudes. Les sources de lésions hépatiques toxiques, telles que les narcotiques, l’alcool sous quelque forme que ce soit, la cigarette, etc., contribuent à l’accélération des progrès de la pathologie.
  • La composante psycho-émotionnelle du mode de vie du patient est également considérée comme importante. Le stress, l'anxiété et les sentiments ne devraient pas être dans sa vie quotidienne. Tout choc nerveux est un levier pour déclencher un mécanisme d’action irréversible.
  • De plus, une visite systématique chez un spécialiste en infectiologie et le passage aux examens de routine des patients atteints d'hépatite C ne peuvent en aucun cas être exclus.

Grâce à l'examen clinique, les médecins auront une réelle compréhension de l'état du foie, du corps en général. Si seuls les signes d'exacerbation en développement sont identifiés, le patient a la possibilité de maîtriser la progression de la maladie en raison du respect inconditionnel des prescriptions médicales et des recommandations des nutritionnistes en matière de nutrition et de mode de vie.

L'hépatite menace-t-elle par contact tactile?

  • L'hépatite C n'est absolument pas terrible pour les autres, s'ils saluent la main avec un porteur du virus.
  • À travers l'étreinte ou le baiser, la maladie n'est également pas transmise. Cependant, si elle est infectée par l'hépatite C, les conséquences pour la personne atteinte peuvent être imprévisibles.

Le secret et l'absence de symptômes caractéristiques de l'hépatite C sont devenus la raison principale de l'étude assez tardive du virus et de ses caractéristiques.

Le diagnostiquer pour une analyse sanguine clinique ordinaire est problématique et l'élaboration d'un schéma pour son traitement est également difficile.

Propagation du virus

En Russie, le problème de l'hépatite C a été lancé par des médecins il y a un peu plus de 20 ans. Malgré le fait que pendant ce temps beaucoup a été fait pour lutter contre le «tueur douloureux», il n’est toujours pas possible de guérir complètement les patients souffrant d’hépatite chronique.

La rémission est considérée comme une rémission même à long terme, qui peut être observée dans la plupart des cas d'hépatite C chronique.

En transférant le virus de la phase active à la phase inactive, les médecins parviennent à minimiser le risque de complications de la maladie.

Beaucoup de gens pensent à tort qu'ils ne sont pas en danger. Les statistiques montrent le contraire: il est possible de confirmer le diagnostic chez la moitié des patients infectés. Pourtant, beaucoup d’entre eux n’ignorent pas qu’ils constituent un danger pour le public.

Nous ne devrions pas oublier que:

  1. L'infection est répandue.
  2. L'absence de symptômes facilite la vigilance des personnes.
  3. L'hépatite C ne peut être détectée que par un test sanguin.

Dans les premiers stades, la maladie détectée peut être complètement guérie. Dans les pathologies sévères et avancées, la greffe du foie est souvent le seul salut pour le patient.

Conséquences de l'hépatite C

Selon les statistiques officielles, l'hépatite C a frappé un grand nombre de personnes - environ 150 millions. Bien entendu, ce chiffre est loin de la réalité, car il ne prend pas en compte les porteurs de virus qui ne connaissent pas leur maladie et ne consultent pas leur médecin. Le nombre de cas chaque jour augmente rapidement. Chaque année, les complications de l'hépatite C provoquent la mort de 500 000 personnes.

Malgré le développement de médicaments et de méthodes de génie génétique, il n’a pas encore été possible de développer un vaccin contre l’infection. Cela est dû à la capacité du virus à muter et à modifier sa structure. Pour cette raison, l'immunité ne peut pas constituer une puissante défense contre l'agent pathogène.

La maladie a six génotypes d'agents pathogènes et plus de 30 de leurs sous-espèces. Tant que le système immunitaire produit des anticorps spécifiques contre l’infection, il parvient à changer de structure et à échapper à la frappe protectrice. Ainsi, le virus soutient le cours lent de la pathologie et le système immunitaire est impuissant face à celle-ci. La cirrhose, qui est à la base de la formation d’une lésion maligne du foie, est une complication grave de la maladie.

Dans cet article, nous examinerons en détail l'évolution de la maladie et déterminerons si l'hépatite C est dangereuse.

Moyens de propager l'infection

La teneur maximale en agents pathogènes est enregistrée dans le sang. Considérablement moins de concentration dans le sperme et les sécrétions vaginales. En ce qui concerne la salive, la sueur et les selles, le nombre de virus qu’ils contiennent est si faible qu’il ne suffit pas d’infecter les autres.

Il est important de se rappeler que la charge virale augmente considérablement pendant la phase aiguë de la maladie. Donc, les voies de transmission des agents pathogènes:

  • avec intimité. Cela est particulièrement vrai des partisans de rapports sexuels non protégés, des changements fréquents de partenaires, ainsi que des amateurs de rapports sexuels agressifs, lorsque la muqueuse génitale est blessée. En comparaison avec l'hépatite B, le risque d'infection par le sperme et les pertes vaginales avec "C" est beaucoup plus faible;
  • lors de transfusions sanguines ou d'hémodialyse;
  • lors de l'utilisation d'aiguilles infectées. Cela est vrai pour les toxicomanes par injection.
  • L'hépatite est dangereuse pour le nouveau-né si, au cours du travail, sa membrane muqueuse ou sa peau est blessée (par exemple, lors de l'utilisation d'une pince). Il en résulte un contact avec le sang de la mère et la transmission d’agents pathogènes au nourrisson;
  • lors de l'application d'un tatouage, de perçage ou de manucure avec des instruments pollués par le sang;
  • si des personnes proches utilisent des articles d’hygiène partagés avec un porteur de virus. Cela comprend les ciseaux, les débarbouillettes, les serviettes, les brosses à dents et les rasoirs;
  • dans les établissements médicaux où la stérilisation des instruments chirurgicaux, gynécologiques et dentaires est insuffisante.

L'infection du fœtus pendant la grossesse ne se produit pas, car l'agent pathogène ne peut pas surmonter la barrière placentaire. Le risque d'infection augmente avec l'augmentation de la charge virale.

Que se passe-t-il dans le corps après une infection?

Après l'entrée du VHC dans l'organisme, la période asymptomatique peut durer jusqu'à six mois, au cours desquels le porteur du virus ne remarque pas les symptômes cliniques et continue à mener une vie normale. Cette forme de maladie est extrêmement dangereuse, car une personne infectée n’est pas informée de l’hépatite et peut infecter des personnes en bonne santé. Chaque personne qui l'entoure risque d'être en contact étroit avec le patient ou d'utiliser ses produits d'hygiène.

L'agent pathogène, pénétrant dans le corps, est transféré avec le flux sanguin vers les hépatocytes (cellules du foie). Il a un effet cytotoxique direct, qui s'accompagne de leur destruction et de la libération d'enzymes à l'extérieur. En laboratoire, il se manifeste par une augmentation des transaminases (ALT, AST).

La reproduction intensive de pathogènes conduit à la progression de la maladie et à l'augmentation du nombre de cellules mortes. Ainsi, le processus infectieux lent prédispose à une augmentation de l'insuffisance hépatique.

Les conséquences de l'hépatite C dépendent de l'efficacité du traitement médicamenteux, de la présence de comorbidités et du stade auquel la maladie a été diagnostiquée. Plus le traitement commence tôt, plus les chances de surmonter l'infection et l'hépatite sont grandes.

Les principales manifestations de la maladie

La durée de la période d'incubation est de un à six mois. A ce moment, les symptômes sont absents et l'état général de la personne reste presque inchangé. Malaise, dyspepsie et troubles du sommeil ne sont présents que dans 20% des cas.

La phase aiguë se manifeste par la jaunisse, des affections subfébriles, des douleurs aux articulations et aux muscles, ainsi qu'une faiblesse croissante. En outre, l'état psycho-émotionnel du patient change. Il devient déprimé, irritable et réticent au contact des autres.

En cas de chronicité de foyer infectieux-inflammatoire, une évolution pathologique ondulée est observée dans le foie. En période de rémission, les symptômes cliniques sont absents. Pour les exacerbations, tableau caractéristique de la forme aiguë de la maladie.

Les complications de l'hépatite C résultent de la progression de l'insuffisance hépatique et de l'augmentation de l'activité des virus.

Qu'est-ce qui est dangereux pour l'hépatite C pour les autres?

Pour comprendre si l'hépatite C est dangereuse pour les autres, nous devons nous rappeler les modes de propagation de l'infection. Ainsi, une personne en bonne santé peut être infectée dans les cas suivants:

  1. avec intimité, surtout en présence d'érosions sur les parties génitales;
  2. en embrassant, si l'intégrité de la muqueuse buccale est compromise;
  3. une femme peut infecter un partenaire lors de rapports sexuels sur fond de menstruation;
  4. dans la vie quotidienne lors de l'utilisation d'objets personnels du porteur du virus.

De plus, dans les établissements médicaux où les règles de traitement des instruments médicaux ne sont pas suivies, il existe un risque d'infection pour les personnes en bonne santé après avoir servi le porteur du virus.

Grâce à un examen approfondi de ceux qui souhaitent devenir donneurs, le risque d'infection par transfusion sanguine n'est pas si élevé aujourd'hui. Le patient ne sera pas en mesure de donner du sang car, lors du diagnostic, il sera détecté comme marqueur de l'hépatite.

Des complications

Les effets de l'hépatite C peuvent être conditionnellement divisés en hépatiques, ainsi qu'en complications associées au dysfonctionnement d'autres organes internes. Le premier groupe comprend:

  1. dégénérescence hépatique cirrhotique. Après destruction, chaque hépatocyte est remplacé par du tissu conjonctif, aggravant ainsi la défaillance d'un organe. À mesure que la maladie progresse, le nombre de cellules non-fonctionnelles augmente, ce qui stimule le développement de la cirrhose;
  2. tumeur maligne des tissus. Le fait est que la cirrhose fait référence à des maladies qui prédisposent à la transformation maligne des cellules. La pathologie est exprimée sous forme de carcinome hépatocellulaire, ce qui donne un pronostic défavorable à vie;
  3. Une autre conséquence de l'hépatite paresseuse est l'hypertension portale. Ses manifestations incluent ascite, pleurésie (accumulation de liquide dans les cavités abdominales et pleurales), lésions variqueuses des veines œsophagiennes et varicosités;
  4. saignement accru. Dans le contexte de la carence en protéines, le travail du système de coagulation est perturbé, ce qui se manifeste par des saignements fréquents des gencives et des défauts ulcératifs du tractus gastro-intestinal. Les effets de l'hépatite C chez les femmes sont représentés par une menstruation prolongée qui réduit l'hémoglobine et des signes d'anémie.

Les complications extrahépatiques comprennent:

  • dommages à la partie périphérique du système nerveux;
  • Le syndrome de Sjogren;
  • dysfonctionnement rénal sur le fond de la glomérulonéphrite;
  • pathologie endocrinienne, qui se traduit par un diabète sucré et un dysfonctionnement de la thyroïde. Les fluctuations du niveau des hormones sexuelles sont accompagnées d'une diminution de la libido et de menstruations irrégulières.

Méthodes de diagnostic

Sur la base du tableau clinique, il est impossible de diagnostiquer avec précision l’hépatite C, car elle est souvent observée asymptomatique. Pour détecter un agent pathogène dans le sang, un test de laboratoire est requis, au cours duquel une recherche de marqueurs spécifiques est effectuée.

Les anticorps produits contre l'infection peuvent être détectés au plus tôt la sixième semaine après l'infection d'une personne. Ils ne constituent pas un indicateur fiable de la maladie, car ils peuvent être présents après le rétablissement, ce qui indique un contact antérieur avec le virus.

Pour un diagnostic plus approfondi, une analyse est nécessaire pour déterminer le matériel génétique de l'agent pathogène dans le sang. À cette fin, le médecin prescrit une réaction en chaîne de la polymérase au cours de laquelle un ARN du VHC est détecté.

En plus du diagnostic de laboratoire nécessite une échographie. Il permet d'évaluer la taille, la structure, la forme du foie, ainsi que de visualiser des foyers supplémentaires (le cas échéant). En outre, le débit sanguin et l'état des vaisseaux sanguins doivent être analysés.

Pour établir le stade des modifications cirrhotiques, une élastographie ou une biopsie du foie est nécessaire. La dernière technique se réfère à invasive, nécessite donc une anesthésie locale. Le processus de diagnostic consiste en un échantillonnage du matériau, qui est soumis à une analyse histologique.

La fibroscopie est aujourd'hui considérée comme une alternative à la biopsie, car elle n’est absolument pas inférieure en informativité et ne nécessite en même temps pas d’anesthésie.

Traitement de la maladie

La prévalence de l'hépatite C oblige les experts à se lancer dans la recherche sur le VHC. Il existe divers médicaments antiviraux qui aident à bloquer la reproduction des agents pathogènes et à réduire le taux de progression de la maladie. Le schéma thérapeutique standard est la ribavirine et l’interféron alpha.

Les conséquences du traitement de l'hépatite C avec ces médicaments peuvent être exprimées à différents degrés de gravité du dysfonctionnement d'un organe. Ils concernent les lésions des systèmes cardiovasculaire, nerveux, urinaire et digestif. La durée du traitement antiviral est de 24 à 48 semaines, ce qui dépend du génotype de l'agent pathogène.

Il faut dire à propos du nouveau médicament, qui est utilisé pour l’hépatite C, à savoir à propos de Sovaldi. C'est un médicament original et est produite aux États-Unis. Son mécanisme d'action consiste à bloquer l'enzyme responsable de la synthèse de l'ARN viral. L'efficacité du traitement d'association avec le daclatasvir est de 100%. La seule limite à l'utilisation généralisée du médicament est son coût élevé. Le prix d’une pilule est d’environ 1 000 dollars, et le traitement complet peut atteindre des centaines de milliers de dollars.

Compte tenu de cela, de nombreux pays, par exemple, l’Inde ont commencé à produire des génériques, c’est-à-dire des médicaments analogues à l’original. Ces fabricants sont autorisés à fabriquer des médicaments antiviraux émis par une société américaine. Le prix de ces médicaments est plus abordable, ce qui permet à de nombreux porteurs de virus de suivre un traitement complet sans coûts matériels élevés.

Tous les pays n'ont pas reçu l'autorisation de fabriquer des génériques, mais ils sont toujours engagés dans leur libération. À cet égard, ils ne sont pas responsables de la qualité des produits et le processus ne répond pas toujours aux exigences de l'OMS.

Prévention des complications

Pour ralentir la progression de la maladie et retarder l'apparition de complications, vous devez respecter les règles suivantes:

  1. observez strictement la dose d'antiviraux et n'interrompez pas le traitement seul;
  2. s'en tenir à la nourriture de régime. Cela implique le rejet des variétés grasses de produits à base de viande et de poisson, ainsi que les marinades, les sucreries, les pâtisseries fraîches, les plats cuisinés et les assaisonnements épicés;
  3. renoncer complètement à l'alcool;
  4. arrêtez de prendre des médicaments hépatotoxiques. Si cela entraîne une exacerbation de maladies concomitantes, le médecin doit procéder à un ajustement de la posologie ou remplacer le médicament par un foie moins agressif.
  5. refuser les stupéfiants;
  6. éviter le stress, car une violation de l'état psycho-émotionnel se heurte à la progression de la pathologie;
  7. contrôler la gravité de l'activité physique;
  8. subir régulièrement un examen, nécessaire pour évaluer la charge virale et déterminer le risque de complications.

Il est important de se rappeler que tout effort excessif peut provoquer une exacerbation de l'hépatite. À cet égard, le porteur du virus devrait changer radicalement son mode de vie et se conformer aux recommandations préventives à vie.

Pensez-vous qu'il est impossible de guérir l'hépatite C?

Aujourd'hui, les médicaments modernes de nouvelle génération, le sofosbuvir et le daclatasvir, vont probablement guérir l'hépatite C entre 97 et 100% des cas. Vous pouvez obtenir les derniers médicaments en Russie auprès du représentant officiel du géant pharmaceutique indien Zydus Heptiza. Les médicaments commandés seront livrés par courrier dans les 4 jours, le paiement à la réception. Obtenez une consultation gratuite sur l'utilisation de médicaments modernes, ainsi que des informations sur les moyens d'acquérir, vous pouvez sur le site officiel du fournisseur Zydus en Russie.

Quelle est l'hépatite C terrible? Est-ce dangereux pour les autres?

L'hépatite C est l'une des pathologies les plus dangereuses parmi les maladies virales. Cette infection virale infecte le foie et le détruit progressivement. Qu'est-ce qui est dangereux pour l'hépatite C? L'évolution latente de la maladie entraîne le développement d'un processus inflammatoire chronique dans les tissus du foie. Cela complique le diagnostic en temps opportun et complique le traitement.

Mais le plus grand danger de l'hépatite C est une forte probabilité de développer une cirrhose et un cancer du foie.

Caractéristique de la maladie

Selon l'Organisation mondiale de la santé, publiée en 2016, le virus de l'hépatite C (VHC ou infection systémique par le VHC) est considéré comme une pandémie. Le virus a infecté environ 150 millions de personnes dans le monde et le taux de mortalité annuel est d'environ 670 000 personnes.

Le développement et les caractéristiques du virus

Une fois dans le corps, le VHC se propage dans le sang et envahit les cellules du foie qui mutent. Le système immunitaire identifie ses propres hépatocytes comme nuisibles et les détruit.

L'hépatite C a une période d'incubation qui peut durer de 2 semaines à plusieurs mois. Vient ensuite la phase aiguë au cours de laquelle le système immunitaire tente de lutter contre le virus. Mais le corps lui-même fait rarement face. Après la phase aiguë survient le cours chronique de la maladie.

La maladie est dangereuse car il est presque impossible de la reconnaître à un stade précoce. Ses signes apparaissent au stade de l'inflammation chronique.

Les patients infectés par le VHC présentent les caractéristiques suivantes:

  • fatigue chronique;
  • jaunisse;
  • troubles dyspeptiques;
  • douleur dans l'hypochondre droit;
  • décoloration de l'urine et des selles.

La particularité de la VSG est que le virus, en capturant de nouvelles cellules du foie, subit une mutation constante. Le système immunitaire n'a pas le temps de réagir rapidement aux changements en produisant suffisamment d'anticorps. En conséquence, les cellules infectées se multiplient plus rapidement que les lymphocytes T et des lésions hépatiques à grande échelle se produisent.

L'hépatite C est appelée le «tueur sucré» en raison de l'évolution latente de la pathologie.

L'hépatite C est l'hépatite la plus dangereuse, car elle est difficile à guérir et, dans certains cas, le traitement est impossible. En outre, le danger de cette pathologie infectieuse est qu’il n’existe pas de vaccin. Une personne qui a guéri du VHC et qui est complètement guérie n'acquiert pas d'immunité et est susceptible de réinfection.

Voies d'infection et danger pour les autres

Le virus de l'hépatite C peut être infecté de plusieurs façons. Il se transmet, par contact direct avec du sang infecté, par:

  • des transfusions;
  • utiliser un instrument non stérile pour des interventions médicales ou esthétiques;
  • consommation de drogues injectables.

L'infection peut également être transmise par contact sexuel lors de contacts sexuels non protégés. Les enfants susceptibles d'être infectés pendant la période fœtale en présence du virus chez la mère sont également à risque.

Les porteurs de virus peuvent constituer une menace potentielle pour les autres si la maladie n'est pas diagnostiquée.

L'hépatite C est-elle contagieuse au quotidien? L'infection par le VHC peut constituer une menace si vous enfreignez les règles d'utilisation des effets personnels. L’hépatite C peut constituer une source de danger dans l’environnement immédiat ou dans la famille même si l’hygiène personnelle n’est pas respectée.

L'infection est possible si vous utilisez des objets personnels d'un malade portant des traces de son sang (brosse à dents, rasoir).

Avec le contact tactile, comme les câlins, les baisers, les poignées de main, le contact avec la peau, l'hépatite C n'est pas transmise.

Risque d'hépatite C pour le patient

L'hépatite virale est une maladie complexe avec de multiples complications et un traitement difficile. Dans la plupart des cas, le VHC est diagnostiqué lorsque la maladie est déjà chronique. Au stade de la chronicité du processus inflammatoire provoqué par l'hépatite C, le foie est sujet à de nombreux changements pathologiques.

L'hépatite C comprend plusieurs génotypes, dont les génotypes 1b et 3a sont plus dangereux que d'autres.

L'hépatose

L’atteinte hépatique primaire liée à l’infection par le VHC est une variété d’hépatoses (stéatose, fibrose). En raison de l'inflammation du parenchyme et de la mort massive d'hépatocytes, le tissu hépatique est partiellement remplacé par du tissu conjonctif gras. La fonctionnalité du foie est réduite, ce qui affecte négativement tous les systèmes dépendants du corps. Les hépatoses sont des précurseurs de la cirrhose du foie.

La cirrhose

Le stade final de la fibrose provoquée par la forme virale de l’hépatite est la cirrhose du foie, qui est une maladie incurable.

L'évolution de la cirrhose est compliquée par des manifestations cliniques telles que:

  1. Modifications de la structure de la plus grande partie du foie. Les tissus sains du parenchyme sont remplacés par de la graisse.
  2. Varices hépatiques et gastriques. Les tissus altérés répriment les veines, empêchant un flux sanguin normal. Le tissu des parois des veines et des vaisseaux sanguins est également modifié.
  3. Ascite Des modifications des vaisseaux sanguins du foie entraînent une thrombose de la veine porte, ce qui entraîne une insuffisance du flux sanguin et provoque une accumulation de liquide dans la cavité abdominale.

Toutes les manifestations cirrhotiques menacent le pronostic vital, car elles peuvent provoquer des saignements internes, une intoxication toxique de tout le corps, une insuffisance hépatique et une encéphalopathie hépatique. Toutes ces conséquences sont lourdes de mort.

Cancer du foie

Une telle conséquence de l'hépatite C, comme le carcinome hépatocellulaire, est particulièrement dangereuse. Il s'agit d'un type de cancer du foie qui se développe chez 3% des patients atteints de cette forme d'hépatite. Le carcinome est caractérisé par une croissance rapide avec une métastase étendue aux organes adjacents. Le plus souvent, les métastases pénètrent dans le diaphragme et les poumons.

Le traitement du cancer du foie n’est possible qu’à un stade précoce. Pour ce faire, appliquez une résection partielle, une chimiothérapie, une exposition à un rayonnement ou une greffe de foie.

En plus des pathologies hépatiques, l’infection à VHC est accompagnée de manifestations extrahépatiques. L'hépatite C affecte les nerfs périphériques, peut provoquer une vascularite cryoglobulinémique (destruction des vaisseaux sanguins) et une glomérulonéphrite (lésion des tubules rénaux). L'infection est également dangereuse pour les systèmes digestif, endocrinien et reproducteur.

Une des conséquences possibles de l'hépatite C peut être un lymphome à cellules B malin.

Traitement et prévention

L'hépatite C ne peut être guérie qu'à ses débuts. Dans son traitement, une thérapie combinée avec des médicaments antiviraux (ribavirine) et des interférons est utilisée. Mais, plus modernes et efficaces, les AAD ou les antiviraux directs utilisant des médicaments à action directe (daclatasvir, narlaprevir), sans addition d’interférons.

Au stade de la décompensation, en cas d'évolution chronique de la maladie, un traitement complexe est nécessaire. Le traitement vise à la fois à arrêter l'agent responsable de la maladie et à traiter les maladies secondaires provoquées par le virus.

Les mesures préventives qui empêchent l'apparition d'une pathologie ou en minimisent les conséquences sont les suivantes:

  • Les procédures invasives ne doivent être effectuées qu'avec un instrument stérile;
  • respect des exigences d'hygiène;
  • prévention des rapports sexuels non protégés.

Qu'est-ce qui menace le VHC en l'absence de traitement rapide? Dans ce cas, les effets de l'hépatite se développent très rapidement et entraînent la mort du patient.

Prévisions

Le pronostic favorable pour la vie des patients atteints du virus de l'hépatite C ne peut être que si le traitement est effectué en temps voulu en conformité avec toutes les exigences du médecin traitant. Au stade de l'évolution chronique de la maladie, un traitement de soutien prophylactique, un régime alimentaire, le refus de mauvaises habitudes permettent aux patients de mener une vie complète.

Le coût élevé du traitement est un obstacle à la guérison pour un grand nombre de cas. L’absence de soins médicaux et le non-respect des prescriptions du médecin ne laissent aucun doute sur l’évolution défavorable de la maladie.

Problème actuel: le danger du virus de l'hépatite C

Aujourd'hui, les questions sont d'actualité: ce qui est dangereux pour l'hépatite C, comment le vaincre. Ce problème inquiète de nombreuses personnes dans le monde. Il est extrêmement important pour ceux qui reçoivent un diagnostic d'hépatite. L'hépatite C est un danger mortel. Plus le traitement commence tôt, plus les chances de succès sont probables, plus les chances de vaincre la maladie sont bonnes.

L'hépatite C est une maladie virale provoquée par un virus de la famille des Flaviviridae (VHC) contenant de l'ARN (acide ribonucléique). Dans le même temps, une infection du foie avec une infection se produit, touchant principalement les jeunes. Le virus de l'hépatite C est dangereux dans le développement de la fibrose, la cirrhose du foie et la mort. Dans la plupart des pays du monde, la maladie est un énorme problème médical, social et économique.

Caractéristiques d'une maladie dangereuse

Pour comprendre ce qui est dangereux pour l'hépatite C, il est nécessaire de lui donner une définition. L'hépatite C est définie comme une inflammation de la glande causée par un virus. Il existe 7 virus de l'hépatite différents: les virus les plus courants sont les virus A, B, C, D, E, F, G. Les virus viraux du VHC se composent de 6 types (génotypes), qui comprennent 30 sous-types.

La particularité de la maladie L'hépatite C est la capacité de changer de manière permanente, ce qui rend impossible la mise au point d'un vaccin efficace contre la maladie. Lorsqu'une infection entre dans la circulation sanguine, les virus sont distribués dans toutes les parties du corps. Les conditions idéales pour la multiplication de l'infection sont les cellules hépatiques, avec pour résultat qu'elles commencent à se décomposer.

Une infection inflammatoire est une tentative de l'organisme de combattre la maladie. La maladie à VHC sans traitement devient chronique. Lorsque les rides de la glande se produisent avec la perte de ses fonctions, elle caractérise le développement de la cirrhose comme conséquence du virus de l'hépatite C, le carcinome hépatocellulaire, processus irréversible résultant de la transformation maligne des hépatocytes (cellules du parenchyme du foie). Le seul moyen de sauver des vies est une greffe de glande, d’un donneur à un receveur.

Si vous effectuez un traitement de haute qualité avec des médicaments très efficaces, le traitement ralentira la progression du processus préjudiciable, conduisant à une bonne rémission. L'infection par le virus de l'hépatite C se produit par contact direct avec le sang ou les tissus contenant l'infection. Les voies d'infection les plus courantes sont:

  • injection intraveineuse de drogues;
  • transfusion sanguine;
  • contact avec du sang contaminé;
  • les voies de transmission à travers le sang séché, par exemple, sur les lames de rasage, les matériaux de pansement;
  • contact sexuel avec une personne infectée.

La capacité d'infecter d'autres personnes est acquise au moment de l'infection et dure aussi longtemps que le virus de l'hépatite C est présent dans le sang. Après avoir été introduit dans le corps, le virus se multiplie rapidement, le tissu hépatique dégénère en un tissu conjonctif et les fonctions des glandes sont limitées.

Cours naturel de l'hépatite C

De l’infection jusqu’à l’apparition des premiers symptômes, il peut s'écouler 1 à 6 mois d’incubation. Après cela, une hépatite aiguë se développe. La probabilité d'un diagnostic précis à ce moment est faible car la maladie est asymptomatique.

L'hépatite C est aiguë et chronique. Aiguë devient souvent chronique, est rarement diagnostiqué, car la maladie ne se manifeste pas sous cette forme, les plaintes des patients au cours de cette période ne sont pas caractéristiques. La plupart des patients sont asymptomatiques, 15 à 20% des patients se plaignent de fatigue, de diminution des performances, d'anorexie et de jaunisse. Lorsque les symptômes d’une infection aiguë se manifestent, il est guéri, mais cela se produit très rarement.

En pratique médicale, il existe des manifestations extrahépatiques de l'hépatite. Ceux-ci incluent: lésions des nerfs périphériques, glomérulonéphrite membranoproliférative, syndrome de Sjogren. Les symptômes probables sont le diabète sucré, le lichen plan, la thyréopathie immunitaire. Au cours de la maladie, l'humeur de la personne infectée diminue et l'état physique général s'aggrave. L'immunité des personnes malades ne peut pas lutter indépendamment contre le virus sans un soutien efficace de l'extérieur.

Détection d'une infection virale du foie

Peu de personnes infectées savent qu'elles sont porteuses du virus. Ils ont observé:

  • fatigue
  • se sentir mal;
  • perte d'appétit;
  • perte de performance;
  • douleurs articulaires.

Selon ces symptômes, il est impossible de diagnostiquer avec précision l'hépatite C, ils ne sont pas spécifiques. Pour déterminer la présence d'un virus dans le corps, ils sont testés pour les marqueurs d'infection par le virus de l'hépatite C. Les marqueurs sont des anticorps totaux dirigés contre les antigènes de l'hépatite C.

Les anticorps sont appelés substances protéiques produites au moment de la pénétration et de l'exposition au corps de substances étrangères, par exemple le virus de l'hépatite B. Pour chaque substance étrangère, le corps humain produit des anticorps spécifiques.

Les anticorps anti-virus de l'hépatite C ne peuvent être détectés que 5 à 6 semaines après l'infection. Lorsque des anticorps sont détectés, il est difficile de décrire la nature de la maladie (aiguë, chronique, guérie).

Pour la détection, un test PCR est effectué, qui est la méthode la plus sensible pour détecter le virus à ARN. Le test est capable de détecter la charge virale, reflétant le nombre de virus dans le sang. Pour traiter une infection, il est très important de déterminer la charge virale.

Une caractérisation complète du virus de l'hépatite C est impossible sans déterminer son génotype. La réalisation d'un génotypage permet d'établir la durée du traitement. Un portrait complet des lésions hépatiques du patient causées par le virus VHC est impossible sans échographie et échographie de la partie supérieure de l'abdomen. L’analyse permet d’évaluer la taille, la structure, la forme de la glande, de détecter les signes de cirrhose, d’examiner le flux sanguin dans la veine porte et de détecter les signes d’hypertension portale et d’autres symptômes d’une maladie évolutive et dangereuse.

Pour une évaluation plus détaillée de l'état, une biopsie de la glande est réalisée. Pour le mener, le patient prend une position ventrale, un site de ponction de fixation échographique, une injection d'anesthésie locale. Une longue aiguille transperce le foie, prélève un échantillon de tissu hépatique. L'analyse est envoyée pour complément de recherche, par exemple à l'Institut de pathologie. Les résultats sont envoyés au médecin traitant. La procédure de fibroscopie non invasive est une alternative à la biopsie, qui donne une idée de la densité du tissu hépatique et du développement de la fibrose. La détection par fibroscanning des stades précoces de la fibrose n'est pas possible.

Thérapie par virus moderne

Plus tôt cette maladie est diagnostiquée, plus les patients auront de chances de guérir complètement. Si la recherche confirme la suspicion de VHC, le médecin décide de commencer le traitement. Cela peut être fait en ambulatoire, en fonction de la nature des dommages au foie. Les indications thérapeutiques sont la fibrose en pont et la cirrhose du foie compensée. La thérapie antivirale vise à prévenir les effets indésirables de l'hépatite virale chronique C, du carcinome hépatocellulaire et de la cirrhose du foie. Aujourd'hui, l'hépatite C peut être traitée avec une combinaison d'interféron et de ribavirine.

Les principaux facteurs de succès du traitement comprennent le dosage optimal et la durée du traitement. Les doses de certains médicaments dépendent du poids corporel du patient, sont calculées par le médecin pour chaque patient individuellement ou sont fixes. La durée du traitement est due au génotype du virus. En cas d'infection par le génotype 1, le traitement dure 48 semaines, soit entre 2 et 3 à 24 semaines, 4 et 6 génotypes, la durée du traitement est de 48 semaines et 5 recommandations sont insuffisantes pour le génotype 5. En Fédération de Russie, le traitement d'association par l'interféron standard par voie sous-cutanée ou intramusculaire, associé à la ribavirine, également inhibiteur de la protéase de l'hépatite C, est courant.

La prise régulière de médicaments selon les recommandations du médecin, les mouvements, une alimentation saine en vitamines et une consommation suffisante de liquides sont la clé du succès du traitement de l'hépatite virale C.

Hépatite C: combien vivent avec, conséquences

Contenu de l'article

  • Hépatite C: combien vivent avec, conséquences
  • Comment fonctionne le virus de l'hépatite
  • Comment émettre une application à l'application

Qu'est-ce que l'hépatite C?

L’Organisation mondiale de la santé tient des statistiques en permanence. Et ses données sont décevantes. Aujourd'hui, environ 30% des personnes dans le monde souffrent d'une maladie du foie. En Fédération de Russie, environ 400 000 personnes meurent chaque année de maladies qui détruisent le foie. L'hépatite est la plus fréquente de toutes les maladies. Il existe plusieurs types de cette maladie:

  1. L'hépatite A est le type d'hépatite le moins dangereux. Dans le même temps, il est considéré comme le plus commun.
  2. L'hépatite B est transmise sexuellement par le sang. Cette espèce est considérée comme très dangereuse et nécessite un traitement rapide à l'hôpital par le biais de médicaments complexes.
  3. L'hépatite C est la forme la plus dangereuse de la maladie. Dans le monde entier, le nombre de cas augmente chaque année. Il n'y a toujours pas de vaccin pour ce type de maladie. Il est impossible de protéger une personne en bonne santé de l'hépatite C en lui administrant des injections.
  4. L'hépatite D est un type d'hépatite relativement nouveau. Cela n'a été déterminé qu'en 1977. L'hépatite delta est un mélange d'hépatite B et d'un mélange d'agents delta.
  5. Hépatite E - ce type d’hépatite est très similaire à la souche de l’hépatite A. La seule différence est qu’avec l’hépatite E, ce n’est pas seulement le foie qui est touché, mais aussi le rein humain. En règle générale, le traitement est rapide et le résultat favorable. Le patient est complètement guéri de l'hépatite E.

Comme on peut le voir sur la liste, l’hépatite C est l’une des souches les plus dangereuses. Cette espèce a encore une caractéristique: elle est très facile et très souvent associée à d’autres types d’hépatite virale.

Les premiers signes de l'hépatite C

Dans la plupart des cas, le patient découvre son diagnostic assez accidentellement au cours de l'examen et du test. Cela est dû au fait que la maladie est très lente. Aucun symptôme prononcé indiquant la présence de la maladie au stade initial, non. L'hépatite C peut être diagnostiquée par le sang ou lors d'une échographie de la cavité abdominale. Un médecin peut identifier des changements importants dans la structure du foie. Très souvent, avant d'établir un diagnostic d'hépatite, on diagnostique chez le patient un cancer du foie hépatocellulaire ou une cirrhose.

La période d'incubation de l'hépatite C est de 1 à 3 mois. Même après cette période, il ne peut y avoir de symptômes évidents pour le malade. Remarquer les symptômes de la maladie ne se produit le plus souvent qu'au stade où la destruction du foie est déjà assez forte.

En raison d'une infection par le virus du VHC, environ 15% peuvent être guéris indépendamment sans aucun médicament. Les 85% restants de l'hépatite C deviennent chroniques.

Dans de très rares cas, le patient a une évolution active de la maladie avec des manifestations prononcées de la jaunisse. En règle générale, ces patients bénéficiant d'un traitement opportun dans l'autorité de santé sont traités avec succès.

Dans la période aiguë, la maladie peut se manifester avec les symptômes suivants:

  1. Fatigue générale.
  2. Diminution des capacités mentales.
  3. Fatigue
  4. Douleur et muscles endoloris.
  5. Augmentation de la température générale du corps.

La plupart des patients présentant les premiers symptômes de l'hépatite C sont portés debout et sont imputables au rhume ou aux ARVI.

Lorsque l'hépatite C entre dans la phase chronique, le patient ne peut être informé de la maladie qu'à la suite de tests de recherche de la présence d'anticorps dirigés contre le virus VHC. Il y a aussi une augmentation active d'ALT et d'AST. Ils indiquent la détérioration du foie du patient.

En raison du développement de la forme chronique de l'hépatite, le patient peut présenter les états comorbides suivants:

  1. Plan du lichen rouge.
  2. Porphyrie cutanée tardive.
  3. Cryoglobulinémie mixte.
  4. Glomérulonéphrite mésangiocapillaire.
  5. Symptômes rhumatoïdes.

Comment se passe l'infection à l'hépatite C?

Le VHC peut être transmis par le sang et ses composants. La transmission du virus par microtrauma sur les muqueuses et la peau est possible. Dans ce cas, l'objet infecté par le virus doit être en contact direct avec du sang humain. En conséquence, le virus de l'hépatite C par les vaisseaux sanguins pénètre dans le foie et s'installe dans les cellules, commençant leur destruction.

La particularité du virus est qu'il est capable de rester en vie assez longtemps. Même si un instrument cosmétologique ou médical contient du sang séché infecté, le virus est activé au contact d'un sang sain et s'attaque au corps. Le danger du virus de l'hépatite C réside dans le fait qu'il ne meurt pas à la suite d'un traitement thermique.

En conséquence, nous pouvons conclure que l’hépatite C peut être infectée dans les endroits suivants:

  1. Salons de beauté.
  2. Salons de piercing.
  3. Cliniques dentaires.
  4. Les hôpitaux.
  5. Salons de tatouage.

En plus de ce qui précède, vous pouvez être infecté par des moyens domestiques. Par exemple, raser un rasoir avec une personne infectée par le VHC ou se brosser les dents.

Très souvent, l'hépatite C est enregistrée chez les toxicomanes. Ceci est le résultat de l’utilisation d’une seringue par plusieurs personnes.

Les infections sexuellement transmissibles liées à l'hépatite C sont plutôt faibles. Selon les statistiques, la proportion d'infection à l'hépatite C par contact sexuel chez tous les patients est de 3 à 5%. Mais si une femme ou un homme pratique des relations sexuelles avec promiscuité, le risque d'infection par le VHC augmente considérablement.

L’infection à l’hépatite C est possible pendant l’accouchement. Dans ce cas, la femme elle-même peut être infectée si du matériel non stérile était utilisé pendant l'accouchement et l'enfant si la femme en couches est atteinte d'hépatite. De plus, le bébé peut être infecté par la mère malade si elle le nourrit avec du lait maternel et si l'intégrité du mamelon ou de l'aréole est brisée.

Mais les causes d'infection chez 20% des personnes ne peuvent être établies.

Il est important de noter que l'hépatite C n'est pas transmise par les gouttelettes en suspension dans l'air. Étreindre, parler, éternuer, manger dans le même plat ou manger un seul repas ne conduit pas à une infection par le virus VHC.

Traitement de l'hépatite C

Avant de commencer un traitement adéquat, vous devez consulter votre médecin et réussir tous les examens nécessaires. En conséquence, il sera diagnostiqué combien de temps le virus est dans le corps du patient.

Ce type d'hépatite est infectieux et nécessite un traitement complexe avec les médicaments suivants:

  1. Médicaments antiviraux pouvant tuer le virus de l'hépatite C lui-même.
  2. Soutien immunomodulateur immunitaire.
  3. Les médicaments visant à restaurer le foie.
  4. Régime spécial.
  5. Repos complet du corps.

Pour détruire le virus dans le corps humain, on utilisait le plus souvent des médicaments tels que "l'interféron alpha" et la "ribavirine". Le meilleur de tous, ces médicaments travaillent ensemble. Si une réaction allergique ou une sorte de contre-indication à l'utilisation d'un des médicaments est diagnostiquée chez le patient, seul celui qui n'est pas contre-indiqué est autorisé. En règle générale, la toxicomanie dure environ 12 mois. Le dosage est prescrit par le médecin traitant strictement individuellement.

Depuis 2002 également, la production de médicaments à impact direct sur le virus de l'hépatite - Sofosbuvir / Daclatasvir, Sofosbuvir / Ledipasvir et Sofosbuvir / Velpatasvir a commencé. Le sofosbuvir et le daclatasvir sont les composants principaux du médicament. Le médicament est pris par voie orale et ne nécessite pas de séjour à l'hôpital. De plus, il a réussi à faire ses preuves. Si, dans le traitement de l'hépatite avec des produits à base d'interféron, le rétablissement complet n'est diagnostiqué que dans 45 à 50% des cas, le nouveau médicament peut alors complètement guérir l'hépatite C dans 96% des cas. Il est également important de noter que la prise de sofosbuvir est légèrement inférieure et ne dépasse pas 24 semaines. Dans certains cas, le médicament est capable de supprimer le virus de l'hépatite pendant 12 semaines.

Combien vivent avec l'hépatite C?

Chez les patients atteints d'hépatite C, la maladie peut avoir quatre conséquences:

  1. Récupération complète.
  2. Passage de la maladie à la forme chronique de l'hépatite C.
  3. Cirrhose du foie.
  4. Carcinome hépatocellulaire.

Il est impossible de dire exactement combien de temps vivra un patient atteint d'hépatite C. En moyenne, l'hépatite peut entraîner une cirrhose chez le patient dans 20 à 30 ans. Plus le patient est âgé, plus la cirrhose se forme rapidement. Selon les statistiques:

  1. Si un patient a contracté une hépatite avant l'âge de 20 ans, le risque de développer une cirrhose est de 2%.
  2. Si l'âge au moment où l'infection s'est produite était de 21 à 30 ans, le risque s'élève à 6%.
  3. Le risque de cirrhose augmente jusqu'à 10% chez les patients infectés entre 31 et 40 ans.
  4. Si l’infection s’est produite entre 41 et 50 ans, le risque de cirrhose passe à 37%.
  5. Le risque de cirrhose chez les patients infectés à partir de 51 ans est de 63%.

Lors de nombreuses études, il a été conclu que le taux de survenue de la cirrhose était plus élevé chez les hommes.

Pour une espérance de vie plus longue, un contact opportun avec les autorités sanitaires est nécessaire pour un traitement approprié de la maladie. Afin de ne pas déclencher la maladie, il est nécessaire de faire une analyse sanguine périodique pour détecter la présence ou l'absence d'anticorps anti-VHC.

Hépatite C - symptômes et traitement, premiers signes

L'hépatite C est une maladie inflammatoire du foie, elle se développe sous l'influence du virus de l'hépatite C. Un vaccin efficace qui pourrait protéger contre ce virus n'existe pas encore dans la nature et n'apparaîtra pas de sitôt.

Il est de deux types - aiguë et chronique. Dans 20% des cas, les personnes souffrant d'hépatite aiguë ont de bonnes chances de guérison et dans 80% des cas, le corps du patient n'est pas en mesure de vaincre le virus lui-même et la maladie devient chronique.

La transmission du virus se fait par une infection par le sang. À l'heure actuelle, 150 millions de personnes sont porteuses de l'hépatite C chronique dans le monde. Chaque année, l'issue fatale de celle-ci entraîne l'hépatite chez 350 000 patients.

Fondamentalement, les premiers symptômes de l'hépatite C apparaissent 30 à 90 jours après le moment de l'infection. C’est pourquoi, si vous ne vous sentez pas bien, si vous êtes apathique, fatigué ou si vous présentez un autre phénomène inhabituel pour votre corps, vous feriez mieux de consulter un médecin. Cela est nécessaire pour que le médecin puisse poser un diagnostic précis et choisisse le traitement le plus efficace.

Comment l'hépatite C est-elle transmise?

Qu'est ce que c'est L'infection se produit principalement par contact avec le sang d'une personne infectée. L'hépatite C est également transmise lors d'interventions médicales: collecte et transfusion de sang, opérations chirurgicales et manipulations chez le dentiste.

La source d'infection peut être constituée d'outils de manucure, de tatouages, d'aiguilles, de ciseaux, de rasoirs, etc. Si la peau ou les muqueuses sont endommagées, l'infection peut survenir au contact du sang d'une personne infectée.

Dans de rares cas, l'hépatite C se transmet par contact sexuel. Les femmes enceintes infectées courent le risque que le bébé soit également infecté par le virus lors de l'accouchement.

Plus difficile à transporter le virus:

  • alcooliques.
  • les personnes souffrant d'autres maladies hépatiques chroniques, y compris d'autres hépatites virales.
  • Personnes infectées par le VIH.
  • les personnes âgées et les enfants.

La maladie de l'hépatite C ne se transmet pas aux contacts familiaux lors de câlins, de poignées de mains. Cette maladie vous permet d'utiliser la vaisselle et les serviettes habituelles, mais vous ne pouvez pas utiliser d'articles d'hygiène personnelle communs (rasoirs, ciseaux à ongles, brosses à dents). Le mécanisme de transmission de la maladie n’est que hématogène.

Symptômes de l'hépatite C

Dans la plupart des situations, l'hépatite virale C progresse lentement, sans symptômes prononcés, reste non diagnostiquée pendant des années et se manifeste même avec une destruction importante du tissu hépatique. L'hépatite C est souvent diagnostiquée pour la première fois chez le patient, alors que des signes de cirrhose ou de cancer du foie hépatocellulaire se manifestent déjà.

La période d'incubation de l'hépatite est de 1 à 3 mois. Même après la fin de cette période, le virus peut ne pas se manifester tant que les lésions hépatiques ne deviennent pas trop prononcées.

Après l’infection chez 10 à 15% des patients, il se produit une auto-guérison, mais dans 85 à 90% des cas, l’hépatite C chronique primaire se développe sans aucun symptôme spécifique (douleur, jaunisse, etc.). Et dans de rares cas, les patients développent une forme aiguë avec jaunisse et manifestations cliniques sévères qui, avec un traitement adéquat, conduisent au traitement complet du patient pour l'hépatite C.

Les premiers signes de l'hépatite C chez les femmes et les hommes

Pendant longtemps, les symptômes ne gênent pratiquement pas les patients. Au cours de la période aiguë, la maladie ne se manifeste que par une faiblesse, une fatigue, parfois sous l’apparence d’une infection virale respiratoire accompagnée de douleurs aux muscles et aux articulations. Ceux-ci peuvent être les premiers signes de l'hépatite C chez les femmes ou les hommes.

La jaunisse et toutes les manifestations cliniques de l'hépatite se développent dans un très faible pourcentage des personnes infectées (la forme dite ictérique de la maladie). Et c’est vraiment excellent: les patients se tournent immédiatement vers des spécialistes et parviennent à guérir la maladie.

Cependant, la majorité des personnes infectées sont atteintes de l'hépatite C aux jambes: avec une forme anicterique, elles ne remarquent rien du tout ou passent sous silence l'indisposition au rhume.

Hépatite chronique

La particularité de l'hépatite C chronique est un symptôme latent ou léger pendant de nombreuses années, généralement sans jaunisse. L'augmentation de l'activité de l'ALT et de l'ACT, la détection d'ARN anti-VHC et VHC dans le sérum pendant au moins 6 mois sont les principaux signes de l'hépatite C chronique. Le plus souvent, cette catégorie de patients est retrouvée par hasard, lors de l'examen avant la chirurgie, lors de l'examen médical, etc..

L’évolution de l’hépatite C chronique peut être accompagnée de manifestations extrahépatiques à médiation immunitaire telles que la cryoglobulinémie mixte, le lichen plan, la glomérulonéphrite mésangiocapillaire. porphyrie cutanée tardive, symptômes rhumatoïdes.

Sur la photo des dommages au foie dans le long cours de l'hépatite.

Les formulaires

Par la présence de jaunisse dans la phase aiguë de la maladie:

Pour la durée du flux.

  1. Aiguë (jusqu'à 3 mois).
  2. Prolongé (plus de 3 mois).
  3. Chronique (plus de 6 mois).
  1. Récupération.
  2. Hépatite chronique C.
  3. Cirrhose du foie.
  4. Carcinome hépatocellulaire.

La nature des manifestations cliniques de la phase aiguë de la maladie permet de distinguer les hépatites typique et atypique C. Les cas typiques sont tous les cas de la maladie, accompagnés d'un ictère cliniquement visible, ainsi que de formes atypiques, anicteriques et subcliniques.

Les étapes

La maladie est divisée en plusieurs étapes, en fonction du traitement prescrit.

  1. Aiguë - il est caractérisé par un écoulement asymptomatique. Une personne ignore souvent quel est le vecteur du virus et la source de l’infection.
  2. Chronique - dans la très grande majorité des cas (environ 85%), l'évolution chronique de la maladie commence après le stade aigu.
  3. Cirrhose du foie - se développe avec la progression de la pathologie. C’est une maladie très grave qui menace la vie du patient en soi et, avec sa présence, le risque de développer d’autres complications - en particulier le cancer du foie - augmente considérablement.

Une caractéristique distinctive du virus est sa capacité à effectuer des mutations génétiques, ce qui permet de détecter simultanément environ 40 sous-types de VHC (au sein d'un génotype) dans le corps humain.

Génotypes de virus

La gravité et l'évolution de la maladie dépendent du génotype de l'hépatite C, qui a infecté le corps. Six génotypes avec plusieurs sous-types sont actuellement connus. Le plus souvent dans le sang des patients sont détectés les virus 1, 2 et 3 génotypes. Ils provoquent les manifestations les plus prononcées de la maladie.

En Russie, le génotype le plus commun 1b. Moins souvent, 3, 2 et 1a. L'hépatite C, causée par le virus de génotype 1b, se caractérise par une évolution plus sévère.

Diagnostic de l'hépatite

La principale méthode de diagnostic de l'hépatite B est la présence d'anticorps dirigés contre le virus de l'hépatite C (anti-VHC) et l'ARN du VHC. Les résultats positifs des deux tests confirment la présence d'une infection. La présence d'anticorps de la classe des IgM (IgM anti-HCV) permet de distinguer l'hépatite active du portage (lorsqu'il n'y a pas d'anticorps IgM et que l'ALAT est normal).

La recherche par PCR sur l'hépatite C (réaction en chaîne de la polymérase) permet de déterminer la présence d'ARN de l'hépatite C dans le sang du patient. La PCR est requise pour tous les patients chez lesquels une hépatite virale est suspectée. Cette méthode est efficace dès les premiers jours d’infection et joue un rôle important dans le diagnostic précoce.

Quand l'hépatite C est-elle plus difficile à traiter?

Selon les statistiques, il est plus difficile de traiter l'hépatite C chez les hommes, les personnes de plus de 40 ans, chez les patients présentant une activité transaminase normale, une charge virale élevée et ceux présentant le génotype du virus 1 b. Bien entendu, la présence de cirrhose au début du traitement aggrave le pronostic.

L'efficacité du traitement antiviral dépend de nombreux facteurs. Avec une longue hépatite C, il n’est pas facile d’éradiquer complètement le virus. La tâche principale est de ralentir le processus de reproduction active des virus.

Ceci est possible dans la plupart des cas avec l'utilisation de schémas modernes de traitement antiviral. En l'absence de multiplication active des virus dans le foie, la gravité de l'inflammation diminue considérablement, la fibrose ne progresse pas.

Traitement de l'hépatite C

Dans le cas de l'hépatite C, le traitement standard est l'association d'un interféron alpha et de ribavirine. Le premier médicament est disponible sous la forme d'une solution pour injections sous-cutanées sous les marques commerciales Pegasis® (Pegasys®), PegIntron® (PegIntron®). Peginterféron pris une fois par semaine. La ribavirine est disponible sous différentes marques et se prend sous forme de comprimé deux fois par jour.

  1. L'interféron alpha est une protéine que l'organisme synthétise indépendamment en réponse à une infection virale, c'est-à-dire c'est en fait un élément de la protection antivirale naturelle. En outre, l'interféron alpha possède une activité antitumorale.
  2. La ribavirine en tant qu'auto-traitement a une faible efficacité, mais lorsqu'elle est associée à l'interféron, son efficacité augmente de manière significative.

La durée du traitement peut aller de 16 à 72 semaines, en fonction du génotype du virus de l'hépatite C, la réponse au traitement, qui est largement due aux caractéristiques individuelles du patient, qui sont déterminées par son génome.

Un traitement antiviral utilisant le «standard de référence» peut coûter au patient entre 5 000 et 30 000 dollars, selon le choix de médicament et le schéma thérapeutique. Les principaux coûts proviennent des préparations d'interféron. Les interférons pégylés de production étrangère sont plus coûteux que les interférons classiques de tout fabricant.

L'efficacité du traitement de l'hépatite C est évaluée par des paramètres biochimiques sanguins (diminution de l'activité des transaminases) et par la présence d'ARN-VHC en réduisant le niveau de charge virale.

Nouveau dans le traitement de l'hépatite

Les inhibiteurs de protéase (inhibiteurs de protéase) sont devenus une nouvelle classe de médicaments destinés au traitement de l’infection par le VHC: ils agissent directement sur le virus de l’hépatite, avec le soi-disant effet antiviral direct, qui supprime ou bloque les étapes de multiplication du virus intracellulaire.

Actuellement, aux États-Unis et dans l'Union européenne, l'utilisation de deux médicaments de ce type est approuvée: le télaprévir (INCIVEK) et le bocéprévir (ViCTRELIS).

Selon les résultats des essais cliniques de mai 2013, l'efficacité de ces médicaments est de 90 à 95%. En ce qui concerne le traitement standard, son efficacité ne dépasse pas 50 à 80%.

Effets secondaires de la thérapie antivirale

Si un traitement par interféron est indiqué, les effets indésirables ne peuvent être évités, mais ils sont prévisibles.

Après la première injection d'interféron, la plupart des gens souffrent du syndrome ARVI. Après 2-3 heures, la température augmente à 38-39 ° C, il peut y avoir des frissons, des douleurs musculaires et articulaires, une faiblesse notable. La durée de cette condition peut aller de quelques heures à 2-3 jours. En 30 jours, le corps est capable de s'habituer à l'introduction d'interféron, le syndrome pseudo-grippal disparaît alors. La faiblesse et la fatigue demeurent, mais nous devons l'accepter.

La ribavirine, quant à elle, est généralement bien tolérée. Mais assez souvent dans l'analyse générale du sang, on note les phénomènes de légère anémie hémolytique. Une légère dyspepsie peut survenir, rarement des maux de tête, une augmentation du taux d'acide urique dans le sang, une intolérance au médicament est très rarement observée.

Combien vivent avec l'hépatite C, s'ils ne sont pas traités

Il est très difficile de dire exactement combien de personnes vivent avec l'hépatite C, tout comme avec l'infection à VIH. Chez un nombre moyen de patients, la cirrhose peut se développer entre 20 et 30 ans environ.

En pourcentage, en fonction de l'âge de la personne, la cirrhose se développe:

  • chez 2% des patients infectés avant 20 ans;
  • 6% ont reçu un virus âgé de 21 à 30 ans;
  • 10% des personnes infectées ont entre 31 et 40 ans;
  • dans 37% des cas entre 41 et 50 ans;
  • 63% des personnes infectées ont plus de 50 ans.

En outre, la plupart des études ont montré que le développement de la fibrose dépend du sexe. Chez l'homme, cette pathologie se développe beaucoup plus rapidement et sous une forme plus sévère, même en traitement.


Articles Connexes Hépatite