Quelle est la pire hépatite?

Share Tweet Pin it

Laisser un commentaire

L'hépatite est une maladie du foie causée par une infection virale. Il existe 7 types de maladies - A, B, C, D, E, F et G. Quelle hépatite est la plus dangereuse? Chacun d’entre eux est une menace sérieuse pour la santé et a ses propres caractéristiques. En étudiant la pathogenèse de tous les types de cette maladie, nous pouvons conclure que le plus terrible d'entre eux est l'hépatite C. L'un de ses noms est "un tueur douloureux".

Informations générales

Les symptômes de l'hépatite, la gravité - très différent. Une chose les unit: les dommages au foie et l'inflammation. Dans la plupart des cas, l'hépatite est une maladie distincte, mais parfois, elle accompagne d'autres maux. L'hépatite peut être un symptôme de la présence d'autres maladies chez l'homme (sous la forme réactive non spécifique). Le plus commun est le type viral de la maladie.

La plupart des hépatites ont un large éventail de modes d’infection. Pour l'hépatite C, D, C, G, B est en premier lieu un contact avec du sang. Ce groupe comprend les transfusions sanguines, le travail avec, l’injection avec une seringue non stérile, la toxicomanie. D, C, G sont également transmis sexuellement et de mère en enfant. Pour les maladies de type A et E, la méthode d’infection fécale-orale est caractéristique: le virus contenant les matières fécales pénètre dans la nourriture et l’eau, puis dans l’intestin humain.

La symptomatologie de chaque espèce présente certaines différences liées à sa nature, son stade et son degré de dommage corporel. Mais pour toute hépatite se caractérise par de tels signes:

  • faiblesse, maux de tête et douleurs musculaires;
  • dysfonctionnement des intestins;
  • douleur dans l'hypochondre droit;
  • hypertrophie du foie et de la rate;
  • peeling et démangeaisons de la peau.
Retour à la table des matières

Types et formes

Il existe de nombreux types d'hépatite. Il est généralement admis classification de la maladie en fonction de la base étiologique:

  • Viral - A, B, C, D, E, F et G. Les 2 derniers sont toujours en cours d’instruction et ne sont pas définis avec précision.
  • Maladie auto-immune - du foie de nature nécrotique inflammatoire. Conduit à une cirrhose du foie et à une insuffisance rénale. C'est rare - dans 10 à 20% des cas de jaunisse chronique.
  • Toxique - destruction des cellules du foie résultant de l'action de produits chimiques qui pénètrent dans l'organisme par le tractus gastro-intestinal, la peau et les voies respiratoires.
  • L'alcool - résulte de l'abus d'alcool. L'hépatite survient après 5 ans de ce mode de vie chez 20% des alcooliques.
  • Métabolique. Les causes en sont des maladies héréditaires associées à une défaillance du processus métabolique, par exemple la maladie de Wilson et l’hémochromatose.
  • Cryptogène - une maladie d'origine inconnue, qui dure plus de 6 mois. Environ 15% des hépatites chroniques sont cryptogéniques.
  • Réactif non spécifique (secondaire) - se développe dans le contexte d'une autre pathologie: maladies du tractus gastro-intestinal ou d'autres systèmes du corps.
L'hépatite chronique déclenche une hypertrophie du foie.

L'hépatite peut survenir sous 2 formes: aiguë et chronique. La première forme d'hépatite est caractérisée par une intoxication, une faiblesse et une forte fièvre. Parfois, il y a une jaunisse sur la peau et le blanc des yeux. L'évolution asymptomatique est caractéristique de la forme chronique. Au fil du temps, il y a une augmentation du foie, des douleurs dans le côté droit et dans l'estomac.

Quel est le danger de chaque espèce?

Hépatite virale

Le type A s'appelle la maladie de Botkin. Il survient en cas de non-respect des règles d'hygiène et est considéré comme une infection alimentaire touchant le foie. L'hépatite A ne survient que sous une forme aiguë et est bien traitée. Dans le cas d'une maladie, une personne développe une immunité et ne fait plus face à ce type de maladie. La mortalité dans la maladie de Botkin est de 0,5%. Le danger est que ce soit le plus commun.

L'hépatite B se caractérise par de graves dommages au foie et à la rate. Apparaissent des vomissements, de la fièvre. Son danger est qu'une fois dans le corps, il y reste pour toujours et peut évoluer en une forme chronique. Heureusement, ce type de maladie ne conduit pas à une cirrhose du foie et peut être soigné correctement. Avec un diagnostic opportun de l'issue fatale est minime.

L'agent pathogène suivant, un virus de type D, pénètre dans l'organisme et ne peut s'y multiplier qu'en présence de l'hépatite B. Sa principale différence est que le type D aggrave l'évolution de la maladie et complique le traitement. Elle se caractérise par une pathogenèse plus grave, devient souvent chronique et peut entraîner une cirrhose et un cancer du foie. L'hépatite D est un type de maladie très rare, mais peut causer la mort.

Le type E ressemble à la maladie de Botkin par ses symptômes, son mode d'infection et ses méthodes de traitement. Il est également bien traité et, dans certains cas, le corps le gagne. Souvent, le foie affecte les reins. Le principal danger d'une telle maladie est que, dans le cas d'une maladie d'une femme enceinte en fin de grossesse, elle entraîne la mort du fœtus et, dans 9 à 40% des cas, celle de la mère.

Autres espèces

Une attention particulière devrait être portée au danger des hépatites alcooliques et toxiques. Sous l'influence de substances agressives, les cellules hépatiques renaissent dans le tissu adipeux. En conséquence, le corps ne peut pas exercer ses fonctions normalement, une cirrhose du foie se produit. L'espèce auto-immune est dangereuse car, pour des raisons inconnues, les anticorps commencent à détruire les cellules de l'organe. Ainsi, le foie est détruit par le corps lui-même. Le type de maladie métabolique se distingue par le fait qu'il se développe en raison de pathologies héréditaires. L'hépatite secondaire est difficile à traiter. En plus de cette maladie aux prises avec la pathologie qui l’a provoquée.

Quelle hépatite est considérée comme la plus dangereuse?

L'hépatite C est plus lourde, plus dangereuse et la plus terrible. Le «tueur affectueux» est pratiquement incurable aujourd'hui. La médecine ne peut que ralentir son développement. La maladie est terrible principalement parce qu'elle peut entraîner une cirrhose et un cancer du foie. Pire encore, l'hépatite la plus dangereuse peut ne pas être ressentie avant longtemps. Ce fait rend le traitement rapide impossible. Si la maladie est détectée à un stade avancé, le traitement ne peut plus l'arrêter.

La période d'incubation de l'hépatite C dure quelques semaines, un mois, voire un an. La sympathie du «tueur doux» est mal identifiée. Elle se caractérise par une faiblesse, des nausées, une jaunisse, une perte d'appétit, des douleurs dans l'hypochondre droit et les articulations. Ces manifestations sont propres à de nombreuses maladies et ne peuvent être déterminées sans analyses de laboratoire spéciales. Après une phase aiguë, la maladie de 20% des patients se retrouve dans le vecteur du virus et, dans la majorité des cas, devient chronique.

La phase chronique passe lentement - jusqu'à une douzaine d'années. Les statistiques indiquent que dans 10 ans de maladie, la moitié des patients meurent. Cela est dû au fait que le foie remplit toujours ses fonctions et qu'entre-temps, le virus détruit les cellules de la glande. Ainsi, une personne peut ne pas être au courant de la présence de la maladie. En cas de cirrhose du foie, des symptômes apparaissent: jaunisse, foie hypertrophié, douleur au côté droit, ascite (accumulation de liquide dans l'abdomen).

La maladie survient chez 2% des habitants de la Terre. En relation avec la propagation de la toxicomanie, le nombre de patients augmente. Après le diagnostic, il est nécessaire de commencer le traitement à temps pour que la terrible maladie n’ait pas le temps de tomber dans la cirrhose. L'essentiel - ne paniquez pas, suivez le traitement, suivez un régime, ne buvez pas d'alcool, renforcez le système immunitaire. En médecine, cas de guérison de la maladie après 25 ans.

Quoi de pire que l'hépatite B ou C, quels sont les symptômes de ces maladies? Comment est-il traité?

Un peu mal posé la question. L’hépatite B est aiguë, elle est transmise par voie parentérale (par le sang) et sexuellement. Sexuellement, il est possible de transférer jusqu'à 30-40% des cas. La transmission du virus de la mère à l'enfant pendant l'accouchement est possible. Manière domestique, l'hépatite B, ne peut pas être infecté. Il est important de noter que, pour l’hépatite B, il existe des vaccins qui garantissent à presque cent pour cent qu’une personne évitera une infection par l’hépatite B. L’hépatite C se manifeste principalement par le portier du virus dans le sang. La manifestation de la maladie est rare, principalement chez les personnes immunodéprimées, porteuses d'infections opportunistes, du VIH. Les personnes qui ne consomment pas d'alcool, mènent un style de vie correct, prennent soin de leur santé, suivent un traitement de soutien et un traitement prophylactique, tombent rarement malades et peuvent rester jusqu'à la fin de leurs jours, juste des porteurs. L'hépatite C se transmet principalement par voie parentérale, par le sang, par des instruments chirurgicaux mal traités, par des accessoires de manucure. Les infections sexuellement transmissibles ne sont possibles que dans 5% des cas, en présence de plaies, de crevasses et de plaies sur les parties génitales. De la mère au fœtus, l'hépatite C peut être transmise, afin d'éviter cela, les porteurs du virus, le plus souvent César. Pour l'allaitement, il ne semble pas y avoir de contre-indication, à travers le lait, le virus n'est pas transmis, mais d'un autre côté, que se passe-t-il si la microfissure sur le mamelon? Par conséquent, les mères, porteuses du virus, n'allaitent cependant pas souvent les enfants. En général, la situation en ce qui concerne l’hépatite C est très intéressante. De très nombreux couples dont l'un des conjoints est porteur du virus, vivent sans protection, ont des enfants et le deuxième conjoint n'est pas infecté. L'hépatite C, malheureusement, il n'y a pas de vaccin. Se débarrasser du virus est difficile, mais possible. Le traitement est long et coûteux, principalement en association avec des interférons spéciaux et la ribavérine, un médicament. Même s'il n'est pas possible de se débarrasser complètement de l'état de porteur, il est possible de réduire considérablement le titre en anticorps, d'affaiblir le virus contenu dans le sang et de réduire son activité.

Pire encore, C, car il s’agit du dernier stade de l’hépatite, qui conduit finalement à une maladie telle que la cirrhose du foie.

Hépatite B. La maladie commence par de la fièvre, des maux de tête, un malaise général, des courbatures. Les symptômes de la maladie apparaissent progressivement et, au premier stade, ressemblent aux manifestations d'infections respiratoires aiguës. Après quelques jours, l'appétit diminue, la jaunisse apparaît, des douleurs dans l'hypochondre droit, des nausées, des vomissements, l'urine s'assombrit, les matières fécales deviennent décolorées. En règle générale, après l'apparition de la jaunisse, l'état des patients s'améliore. Au fil des semaines, les symptômes se développent progressivement. Symptômes généraux de l'hépatite C

En général, l'hépatite C est une maladie asymptomatique, souvent diagnostiquée par hasard, lorsque les gens sont examinés pour rechercher d'autres maladies. Par conséquent, les analyses sont importantes pour un diagnostic opportun.

La plupart des autres symptômes sont l'asthénie marquée, la faiblesse, la fatigue. Mais ces symptômes ne sont pas très spécifiques (leur simple présence ne nous permet pas de parler de l'hépatite C).

Une cirrhose du foie peut provoquer une jaunisse, le volume de l'abdomen (ascite), l'apparition de varicosités et la faiblesse.

Le traitement de l'hépatite B nécessite une approche intégrée et dépend du stade et de la gravité de la maladie.

Le traitement de toute forme d'hépatite comprend un régime spécial limitant les aliments gras, salés, épicés, frits et en conserve. Il est nécessaire d'éliminer complètement l'alcool.

En cas d'hépatite B aiguë, seul un traitement de soutien et de désintoxication est prescrit pour éliminer les toxines et restaurer le tissu hépatique. Le traitement antiviral n'est pas effectué.

Pour le traitement de l'hépatite B chronique, des médicaments antiviraux du groupe des interférons alpha et des analogues de nucléosides (lamivudine, adéfovir) sont utilisés. Ces médicaments réduisent considérablement le taux de reproduction des virus, empêchent leur assemblage dans les cellules du foie. Le traitement dure de 6 mois à plusieurs années. En outre, les hépatoprotecteurs (médicaments protégeant les cellules du foie) et les agents agissant sur le système immunitaire (par exemple, la zadaksine) peuvent être utilisés pour le traitement de l'hépatite B.

Cependant, la guérison complète (nettoyage du corps du virus) de l'hépatite B chronique à l'aide de méthodes modernes ne peut représenter plus de 10-15% des cas. La tâche du médecin est de faire tout ce qui est possible pour que le patient soit parmi eux. Si la maladie n’est pas déclenchée, c’est-à-dire qu’il n’ya pas de cirrhose, un traitement antiviral aide à restaurer les fonctions des cellules du foie.

Vous devez vous méfier des traitements peu fiables et douteux qui promettent une guérison rapide et complète. Malheureusement, il n'existe pas de moyen facile, rapide et peu coûteux de traiter l'hépatite B chronique. Les médicaments qui affectent de manière significative la sévérité de la fibrose (cirrhose) dans le foie (en plus des interférons) n’ont pas encore été établis.

Actuellement, la seule méthode (reconnue dans le monde civilisé) de traitement de l'hépatite C est la thérapie antivirale (antivirale) combinée avec des préparations d'interféron et de ribavirine. Selon diverses estimations, l’efficacité du traitement est comprise entre 40 et 85% (en fonction de divers facteurs - génotype du virus, sexe, âge du patient, médicaments spécifiques utilisés, etc.).

Qu'est-ce que l'hépatite n'est pas traitée?

La question logique de savoir quel type d'hépatite n'est pas traité inquiète tous les patients avec un diagnostic établi. Pour beaucoup, l'identification de la maladie devient un choc. En fait, dans de nombreux cas, elle se déroule sans signes clairement exprimés, masquant d'autres maladies.

La sensibilité élevée des virus de l'hépatite est associée au mode de vie d'une personne moderne: écologie médiocre, nourriture de mauvaise qualité, propagation de la toxicomanie, qualité médiocre des services médicaux et cosmétiques fournis.

Chaque année, les médecins constatent une augmentation du nombre de maladies et l’apparition de nouvelles formes difficiles à traiter. Les informations sur le type d'agent infectieux, les comorbidités et la négligence liée à la maladie sont importantes pour la prévision de l'hépatite.

Types de virus et leurs différences

Pour la première fois, le processus inflammatoire dans le foie a été décrit par le célèbre clinicien russe S. Botkin. Pendant longtemps, les médecins ont utilisé un seul diagnostic pour déterminer l'hépatite - la jaunisse ou la maladie de Botkin. Après la découverte de virus en 1937, la pathologie a commencé à être considérée comme infectieuse.

Au début des années 60, le futur lauréat du prix Nobel, B. Bloomberg, a d'abord identifié l'hépatite B comme l'agent causal d'une maladie particulière. Depuis lors, tous les cinq ans, de nouveaux virus ont été découverts, provoquant une inflammation du foie.

Cela nous a permis de diagnostiquer et de traiter l'hépatite, jusque-là non reconnaissable. Ils ont tranquillement tué de nombreuses personnes qui n'avaient pas reçu de traitement approprié en raison de l'impossibilité de déterminer la véritable nature de la maladie. Il existe maintenant sept types d'agents infectieux responsables de pathologies.

Des informations sur le type de virus le plus dangereux, s'il existe un type quelconque d'inflammation du foie pouvant être guérie, aideront à:

  • patient à supporter la maladie;
  • personne en bonne santé à prendre des mesures pour prévenir l’infection.

L'inflammation hépatique diagnostiquée n'est pas une phrase - l'hépatite C, auparavant la plus dangereuse, est maintenant traitée avec succès.

Les types de virus suivants sont distingués:

  1. A - petit organisme simple à base d'ARN résistant à l'environnement extérieur. Capable de persister plusieurs mois à une température voisine de 0 degré Celsius, pendant des années - 20 ans, jusqu'à 2 mois à la température ambiante. Ne tolère pas l'ébullition et les rayons ultraviolets. Il maintient la présence de chlore concentré pendant une demi-heure, ce qui explique sa capacité à survivre dans l'eau chlorée de l'aqueduc. La période d'incubation peut aller jusqu'à un mois, dans de rares cas, jusqu'à deux.
  2. Dans - a la forme d'une sphère, parfois ils sont appelés des particules de Danois. Jusqu'à six mois peuvent vivre dans un appartement, jusqu'à un an - au réfrigérateur, reste actif jusqu'à 20 ans en période de congélation. Tue le virus en ébullition pendant 10 minutes. Extrêmement résistant aux désinfectants conventionnels, résistant aux ultraviolets, aux acides. Une fois stérilisé à l'autoclave, il disparaît en 20 minutes. Période d'incubation de 3 mois à 6 ans.
  3. C - petit, insuffisamment résistant dans l'environnement, meurt pendant le traitement thermique jusqu'à 60 degrés, en une demi-heure. Différent dans l'extrême mutagénicité - dans le sang d'un patient, on peut savoir combien ses variantes sont. En raison de ces propriétés, l’agent pathogène est difficile à diagnostiquer et se développe dans le corps pendant 2 mois.
  4. D - est basé sur l'ARN, est détecté avec le virus B, est son satellite. Il est très petit, cause l'infection après infection, si une personne infectée ne souffre pas d'hépatite B (l'agent pathogène D est lié à une cellule déjà infectée) - 2 types d'hépatite B et D se développent simultanément La surinfection se développe chez un patient ou un porteur d'inflammation de type B, dont les cellules du foie sont infectées plus de 2, le nombre de virus. La période d'incubation peut aller jusqu'à 50 jours avec auto-ingestion et jusqu'à une semaine en cas de co-infection.
  5. E par le type d'action est similaire à A, mais est un type séparé, la période d'incubation est de 40 jours.
  6. L'agent causal F - ne fonctionne pas indépendamment, accompagne les principaux types de virus A - C.
  7. G agit comme C, les Britanniques l'appellent le «frère cadet de l'hépatite C», n'est pas bien compris.

Les infections les plus courantes avec des agents pathogènes tels que A, B, C, D. Il convient de noter que les dommages au foie peuvent causer non seulement des infections. Il existe des types d'hépatite viraux et non viraux.

Virale

Les agents responsables de l'hépatite de différents types pénètrent dans le corps de deux manières principales:

  • avec de la nourriture et de l'eau contaminées (A, E);
  • avec le sang et les fluides corporels (sang, sperme, composants sanguins, sécrétions vaginales) sont transférés C, B, D, G /

Le virus, pénétrant dans le sang, pénètre inévitablement dans le foie. Il existe à la surface du corps des protubérances protéiques spéciales qui le fixent à la paroi cellulaire. Une fois à l'intérieur, il incorpore son matériel génétique dans l'ADN, ce qui permet à l'hépatocyte de reproduire ses éléments, les virions. Le cycle de reproduction est répété plusieurs fois, des centaines de nouvelles particules d'agents infectieux, libérant, bombardant des cellules hépatiques non infectées.

Une cellule qui a oublié son but est épuisée au bout de peu de temps, la mort massive de tissus infectés réduit la capacité fonctionnelle de l'organe.

Les agents responsables de l'hépatite, qui pénètrent dans le corps avec de l'eau et de la nourriture contaminées, provoquent des formes aiguës de la maladie et n'entrent jamais dans la phase chronique.

La transmission de la maladie par les liquides biologiques et le sang se produit lorsque:

  • procédures médicales (transfusions sanguines et composants, injections, traitements dentaires), transplantations;
  • procédures esthétiques (manucure, pédicure, perçage, tatouage);
  • utiliser une seringue par des toxicomanes;
  • sexe ouvert de différents types avec un partenaire inconnu;
  • violation des normes d'hygiène (partage de rasoirs, brosses à dents).

La probabilité de développer une maladie dépend de l'état du système immunitaire humain et des caractéristiques du virus. L’agent pathogène responsable de l’hépatite B présente la plus forte virulence (contagion), pire que la pénétration du virus C. Il suffit de peu de traces de sang infecté pour que le virus soit infecté, alors que C nécessite un grand nombre de particules pour provoquer la maladie.

Les hépatites B, C, D et G ont tendance à devenir chroniques, leur détection et leur traitement constituent un problème médical grave.

La maladie sous forme aiguë se manifeste:

  • fièvre et maux de tête;
  • faiblesse et anémie;
  • diarrhée et manque d'appétit;
  • décoloration des matières fécales;
  • jaunissement de la peau.

Les symptômes de l'hépatite, sujettes à une forme chronique de l'évolution, peuvent passer inaperçus. Leur diagnostic est souvent accidentel, lorsque le patient est traité avec des plaintes de mauvaise santé et des symptômes d'autres maladies.

Non virale

L'inflammation du foie peut être causée par une surtension excessive si elle est attaquée par des toxines (alcool, substances toxiques, drogues), par des radiations ou par ses propres cellules au cours du processus auto-immunitaire. Sous l'action des toxines perturbe le processus de régénération des cellules d'un organe.

Pour provoquer cette forme de pathologie peut:

  • alcoolisme chronique;
  • intoxication alcoolique puissante;
  • surdose de drogue;
  • intoxication par les plantes ou les champignons;
  • inhalation de vapeurs de substances toxiques dans les installations industrielles;
  • excès de doses de rayonnement admissibles, à la fois à la suite d'une exposition puissante unique et de la somme de petites doses;
  • maladies auto-immunes - colite non spécifique, thyroïdite.

Les symptômes de l'hépatite non virale se développent au bout de 48 heures, ce qui peut entraîner une insuffisance hépatique aiguë et la mort. La maladie se manifeste par une augmentation rapide des symptômes:

  • jaunissement de la peau;
  • des frissons;
  • faiblesse et apathie;
  • décoloration des excréments;
  • en cas d'empoisonnement, maux de tête et hyperthermie.

Le type alcoolique est le plus facilement diagnostiqué à partir de lésions toxiques - ses symptômes se manifestent très clairement. Le pronostic de la maladie avec un diagnostic et un traitement rapides est favorable.

Laquelle des hépatites les plus dangereuses

Chacun des nombreux types d'inflammation du foie a ses propres caractéristiques. Les hépatites A et E ont un cours aigu, toute personne peut obtenir le formulaire A, les enfants tombent trois fois plus malades que les adultes. Le chemin d'infection est l'eau, la période d'incubation est un mois, le pic d'infections se produit en automne. Le type A est le plus infectieux - l'inflammation provoque même un seul virus avalé, le mauvais état des systèmes de plomberie et la résistance de l'infection à la chloration peuvent provoquer des épidémies massives.

Il n’ya pas de réponse unique à la question de savoir quelle hépatite est la plus dangereuse pour une personne. Toutes les formes de cette maladie, où le virus est transmis par le sang, deviennent chroniques. La médecine fait des progrès significatifs dans le traitement des formes de la maladie B, C, D, le plus souvent guérit C.

On pense que l'hépatite de type C est la plus terrible et la plus meurtrière, car asymptomatique, elle est diagnostiquée déjà dans les stades avancés. Son flux incontrôlé dans 45% des cas entraîne l'apparition d'une cirrhose et d'un cancer, mais pire encore, l'hépatite C, même après guérison, provoque ces affections. Une évolution similaire se caractérise par une inflammation causée par un virus de type G.

La question de savoir quelle hépatite ne répond pas au traitement peut être résolue sans équivoque - B. On peut la prévenir ou la supprimer - il existe un vaccin, mais il est impossible de guérir une personne déjà infectée. Le développement de la pathologie conduit à la fibrose et à la cirrhose du foie.

Le plus dangereux pour l’hépatite humaine D, dans laquelle les hépatocytes sont attaqués simultanément par deux virus, le développement d’une forme extrêmement grave de la maladie - le fulminant est possible, entraînant une insuffisance hépatique aiguë.

Facteurs d'accélération

La médecine moderne a fait des progrès significatifs dans le traitement des inflammations causées par le virus C, les types d'hépatite restants sont toujours mortels. Un régime strict, le renoncement au tabac et l’alcool jouent un rôle important dans le maintien de l’état stable du patient. Le résultat de plusieurs mois de traitement persistant peut être compensé avec un seul verre de vodka ou un sandwich au bacon.

Vidéo

L'hépatite n'est pas la fin du monde! 5 étoiles qui vivent avec un diagnostic terrible.

Le type d'hépatite le plus dangereux et le plus infectieux pour l'homme

Il existe 7 types de formes virales de la maladie, chacune pouvant causer de graves dommages à l'organisme. Laquelle des hépatites est la pire? Des études sur cette pathologie suggèrent que l'hépatite C, appelée «tueur affectueux», est la plus destructrice d'entre elles en raison de l'absence de symptômes évidents. Ce type de maladie est pratiquement impossible à traiter.

Types de maladie

L'hépatite est une pathologie fréquente du foie, qui peut également être non infectieuse. La maladie peut se développer en arrière-plan:

  • intoxication alimentaire ou médicamenteuse;
  • l'alcoolisme;
  • maladies auto-immunes.

Même les voies digestives perturbées peuvent contribuer au développement de pathologies. Mais les plus grands dommages aux tissus du foie portent exactement la forme virale de la maladie.

Un virus de ce type ne se multiplie que dans les cellules du foie, où il entre avec le sang. Grâce au système immunitaire, le processus de destruction des cellules infectées commence rapidement, mais le foie perd partiellement sa fonction.

Différents types de la maladie présentent d'excellents symptômes, mais vous pouvez mettre en évidence certains des signes inhérents à tous les types de pathologies. C'est:

  • faiblesse générale;
  • perturbation des intestins;
  • hypertrophie du foie et de la rate;
  • peau squameuse;
  • douleur au côté droit des côtes.
  1. L’hépatite A, ou autrement dit la maladie de Botkin, est causée par une violation des règles d’hygiène. La maladie répond bien au traitement, ne se transformant jamais en une forme chronique. Ce type est le plus commun.
  2. L'hépatite B provoque des lésions hépatiques graves. Ce type de maladie se transmet par le sang ou sexuellement, ainsi que de la mère à l'enfant à la naissance. Il présente des symptômes graves, tels que des vomissements et de la fièvre, mais il est bien traitable.
  3. L’hépatite D est un virus qui ne peut attaquer le corps que si celui-ci en possède déjà un. Une détérioration importante de l’état du patient, le risque de cirrhose ou de cancer apparaissent et la pathologie peut devenir chronique. Le type D est une maladie rare, mais terrible.
  4. L'hépatite E ressemble à bien des égards à la maladie de Botkin. Cependant, ce type est dangereux pour les femmes enceintes, car il peut entraîner la mort non seulement de l'enfant, mais également de la mère. La maladie souvent avec le foie affecte également les reins. Dans la plupart des cas, traité avec succès.

L'hépatite la plus dangereuse est le type C, qui conduit souvent à des maladies graves et incurables.

Le type de maladie le plus difficile

L'hépatite C est souvent diagnostiquée à un stade avancé, quand il est presque impossible de faire face à la maladie. Très rarement, la pathologie peut être détectée à un stade précoce de développement. Le plus dangereux est la forme chronique du VHC. L'infection est possible en cas de contact avec du sang infecté, ainsi que par contact sexuel, mais ce dernier est rare.

Moyens d’infection possibles: fournitures médicales non stériles, rasoir, outils de manucure. Moins communément, le virus est transmis lors de l'accouchement, mais le risque d'une telle infection augmente avec la forme active de la maladie chez la mère, ainsi que dans le cas de la mère souffrant d'une hépatite aiguë au cours des derniers mois avant la naissance.

La maladie au stade de développement ne présente pas de symptômes prononcés: une personne peut ressentir une faiblesse, des troubles du travail de l’estomac, des douleurs articulaires. Par conséquent, ces symptômes sont souvent confondus avec un rhume ou d’autres maladies, ignorant l’infection par une maladie dangereuse. Souvent, la maladie devient progressivement chronique ou la personne infectée devient porteuse du virus.

Pendant longtemps, le foie continue à remplir ses fonctions, malgré la défaite du virus. Les premiers signes lumineux de la maladie, tels que des veines d'araignée sur la peau, l'élargissement de l'abdomen, la jaunisse, indiquent une cirrhose progressive du foie.

La maladie s'aggrave encore davantage pour le corps et se développe plus rapidement quand une personne présente simultanément un type différent de pathologie, une maladie du foie, le VIH, le SIDA, si le patient est dans son enfance ou son grand âge.

Les statistiques indiquent une issue fatale pour 50% des personnes infectées par le virus C au cours des 10 premières années de la maladie. Et pour les personnes souffrant de ce type de maladie, son évolution peut passer inaperçue. La maladie affecte environ 2% des habitants de la planète, mais ce chiffre augmente progressivement en raison de la croissance de la toxicomanie.

En parlant de l’hépatite la plus dangereuse, il est prudent de considérer l’hépatite C. En tant que tel, le vaccin contre cette maladie est encore inconnu de la médecine. Les examens prophylactiques au cours desquels il est possible d'identifier et de prévenir le développement ultérieur du VHC constituent le seul moyen de se protéger contre un virus dangereux.

Comment traiter l'hépatite B

L'hépatite B est une inflammation virale du foie, dont l'agent responsable est le virus de l'hépatite B. Dans la plupart des cas, le pronostic de la maladie est favorable. Avec une réponse adéquate du système immunitaire du corps du patient, la pathologie évolue sous une forme aiguë, caractérisée par une symptomatologie éclatante. En un mois, les symptômes du processus disparaissent et la guérison est totale.

Dans 10% des cas, la maladie devient chronique, caractérisée initialement par un tableau clinique effacé. C’est cette affection qui est la plus dangereuse pour une personne: elle nécessite un diagnostic précoce et la sélection d’un schéma thérapeutique complexe. L'article traite de la manière de traiter l'hépatite B et de ce que les nouveaux hépatologues peuvent offrir pour le rétablissement total du corps du patient.

Que faire après une infection?

L'agent causal de l'hépatite B est contenu dans les fluides biologiques du porteur du virus ou d'un malade. La plus grande quantité se trouve dans le sang, la sécrétion des glandes salivaires et du liquide séminal. Si vous entrez soudainement en contact avec une personne infectée, vous devez contacter immédiatement un centre médical pour prévenir l'infection.

Rappelons que le virus se transmet de la manière suivante:

  • Parenteral - lors de la transfusion de sang infecté ou de ses composants individuels, lors de la manipulation d'instruments non stériles, lors de l'utilisation d'une seringue par des toxicomanes.
  • Vertical - de la mère au bébé pendant le dernier trimestre de la grossesse, lors du passage de l'enfant dans le canal utérin.
  • Sexuel - en présence de macération et de microfissures dans la région génitale, mais dans des conditions d’agressivité élevée du virus.

Si une personne réalise soudainement qu’elle a eu un contact avec une personne malade, vous devez contacter l’institution médicale pendant les 12 heures qui suivent l’injection ou les rapports sexuels. Dans les conditions de l'hôpital, une immunoglobuline spécifique sera introduite, ce qui renforcera la réaction de protection de l'organisme, puis une vaccination contre l'hépatite B sera réalisée.

Vous devez absolument surveiller votre état et contrôler l'apparition des symptômes de l'hépatite au cours des quatre premiers mois suivant un événement similaire. Habituellement, cette période est suffisante pour que l’inflammation du foie se fasse sentir. Dans le cas où la personne était toujours infectée. Il aura des faiblesses, des maux de tête, des douleurs dans les muscles et les articulations, de l'hyperthermie. Plus tard, le jaunissement de la peau et de la sclérotique, une éruption cutanée, des démangeaisons, des douleurs et une lourdeur dans l'hypochondre droit apparaîtront.

Recommandations générales de traitement

Le traitement de l'hépatite B dépend des facteurs suivants:

Faites ce test et découvrez si vous avez des problèmes de foie.

  • quelle est l'agressivité du virus dans le corps du patient;
  • combien d'agents pathogènes ont pénétré;
  • stade de la maladie;
  • le degré d'atteinte au foie et à d'autres organes;
  • évolution de la maladie.

L'hépatite B, forme légère et modérée, est traitée à la maison. Au cours de la première semaine de traitement, les médecins recommandent d’observer le repos au lit. Les restrictions supplémentaires sur le mode moteur dépendent de l'état général du patient. Il est recommandé aux patients de l’âge de l’enfant d’observer un repos au demi-lit même après la disparition des signes d’intoxication.

Toute activité physique pendant le traitement de l'inflammation du foie est interdite. Les enfants sont dispensés d'assister aux cours d'éducation physique pendant six mois et de faire du sport professionnel pendant un an. L'augmentation du niveau d'activité physique doit être dosée et individuelle. Il est important de prendre en compte l'âge du patient, ses performances de laboratoire, le taux de récupération du corps.

Régime alimentaire

Le traitement de l'hépatite B est basé sur la correction du menu de chaque patient. Il est important de réduire la charge sur le système hépatobiliaire et le tractus gastro-intestinal. Cependant, la nutrition doit être complète, riche en calories et en vitamines afin de maintenir l'état des défenses de l'organisme à un niveau élevé. Le rapport protéines, lipides et glucides est caractérisé par un rapport de 1: 1: 4.

Les aliments protéinés doivent être présentés:

  • viandes faibles en gras - poulet, bœuf, veau, lapin;
  • poisson - brochet, morue, sandre;
  • produits laitiers fermentés à teneur moyenne en matières grasses;
  • omelette cuit à la vapeur.

Les lipides peuvent être ingérés dans la composition de divers types d'huiles végétales (maïs, olive, tournesol), ainsi que dans du beurre de bonne qualité. Les glucides sont représentés par les céréales (riz, sarrasin, flocons d'avoine, blé), le pain et la chapelure d'hier. Il est important que le régime alimentaire du patient contienne une quantité suffisante de fruits et de légumes. Ils peuvent être non seulement crus, mais aussi en ragoût, bouillis, cuits au four.

Afin de guérir complètement l'hépatite B, il est nécessaire de limiter les aliments suivants:

  • bacon
  • la margarine et les produits à base de celle-ci;
  • les épices;
  • viande fumée;
  • nourriture en conserve;
  • alcool et soda;
  • crème glacée et gelée;
  • viandes et poissons gras;
  • l'ail;
  • noix, etc.

Comment choisir des médicaments?

Pour soigner les dommages viraux au foie, il est nécessaire de déterminer le stade de la maladie du patient. Le fait est qu’il est nécessaire d’agir sur un virus au moment de sa reproduction. Dans de telles conditions, il sera possible de se débarrasser de la maladie pour toujours. Pour clarifier le stade de la maladie, effectuez une série d'études de laboratoire et d'instruments.

Des analyses de sang biochimiques, la détermination de la présence de marqueurs de l'hépatite B, une analyse PCR pour déterminer la présence de l'ADN de l'agent pathogène dans le corps du patient, ainsi que l'évaluation de la charge virale sont obligatoires. En même temps, l'état du foie est examiné par ultrasons avec Doppler, le degré de modification fibrotique est spécifié par élastométrie. Si nécessaire, le diagnostic des mutations du virus et la détermination de sa résistance à un certain nombre de médicaments sont prescrits.

La plupart des patients sont intéressés par le coût d’un examen complet, qui est recommandé par le médecin traitant pour choisir le bon schéma thérapeutique. En règle générale, le coût est compris entre 20 et 25 000 roubles, si les analyses et les diagnostics instrumentaux sont effectués dans des laboratoires privés.

Traitement chronique

Sur la question de savoir si l'hépatite B est traitée ou non, une réponse sans équivoque a été reçue. Oui, l'hépatite est curable et avec beaucoup de succès. Si nous comparons les prévisions pour les patients présentant des lésions hépatiques par le virus de type B, elles sont beaucoup plus réconfortantes que pour les patients ayant rencontré le type C de l’agent pathogène ou une infection combinée.

Les médecins ont identifié un certain nombre de critères permettant d'évaluer l'efficacité de la thérapie:

  • normalisation des taux de transaminases dans le sang;
  • l'absence d'ADN de cellules virales, confirmée par PCR en temps réel;
  • la disparition de HBeAg;
  • arrêter la progression de la détérioration de l'image histologique du foie.

Réduire le nombre de transaminases à des niveaux normaux est une réponse biochimique au traitement. La réduction de la quantité d'ADN pathogène et la disparition de HBeAg suggèrent une réponse virologique. La normalisation des indicateurs de l'état du foie au niveau des hépatocytes - une réponse histologique. La combinaison de toutes les réponses s'appelle la réponse complète au traitement.

À ce stade, aux fins de la thérapie antivirale, deux médicaments sont le plus souvent utilisés: l'interféron et la lamivudine.

Interféron

Le groupe d'interférons est caractérisé non seulement par une action antivirale. Ces médicaments sont capables de combattre les cellules tumorales et de renforcer le système immunitaire du corps. Les scientifiques ont découvert que l'interféron alpha inhibe la reproduction du virus de l'hépatite B, ce qui contribue au développement de la rémission de la maladie. Cependant, le médicament n'est pas prescrit à tous les patients, car il existe certaines restrictions sur les critères de sélection du traitement.

Une bonne réponse virologique à l'utilisation d'interféron est observée chez les personnes traitées présentant un taux d'ALAT sérique constamment ou périodiquement élevé et la présence d'HBeAg. Si le taux d'ALT est normal, la réponse au traitement sera enregistrée chez moins de 10% des patients.

L'efficacité du traitement chez les patients pédiatriques est similaire à celle chez les adultes. Les données cliniques ont montré que l’utilisation de l’interféron alpha dans le contexte de la forme chronique de la maladie, en l’absence d’AgHBe, était accompagnée d’une réponse positive au traitement, mais comportait de nombreuses rechutes pendant cinq ans après la fin du traitement. Le traitement résistant n’est atteint que chez un quart des patients.

L'interféron n'est pas recommandé chez les patients atteints de cirrhose du foie, car le taux d'ALAT dans le sérum sanguin augmente fortement avec la prise de tels médicaments, ce qui confirme l'apparition d'une crise cytolytique. Le résultat peut être le développement d'une insuffisance hépatique.

Effets indésirables du traitement par interféron:

  • la faiblesse;
  • diminution de l'appétit;
  • douleur dans les articulations et les muscles;
  • état dépressif;
  • diminution du taux de leucocytes dans le sang;
  • anxiété;
  • perte de cheveux.

Lamivudin

Ce médicament arrête le processus de reproduction du virus de l'hépatite en incorporant le principe actif dans les chaînes d'ADN en croissance. Il est recommandé pour l'administration chez les patients ayant une hépatite HBeAg positive. Une réponse virologique et histologique résistante est observée chez la moitié des patients. En règle générale, Lamivudin n'est pas prescrit aux enfants.

Le médicament est recommandé pour les patients qui n'ont pas HBeAg. Dans ce cas, l'efficacité du traitement pendant 5 mois est de 63%. La lamivudine est excellente chez les patients résistants à l'interféron alpha. En outre, un certain nombre d’études ont montré que le médicament pouvait être utilisé dans le contexte d’une cirrhose du foie. Parmi les effets indésirables de la prise du médicament, on peut noter une légère augmentation du taux de transaminases dans le sang, mais cela est loin d’être critique. Le reste du médicament est assez bien toléré.

Autres drogues

Famciclovir - des études cliniques ont montré que ce médicament avait un effet antiviral, mais qu'il était inférieur à la lamivudine en termes d'activité. De plus, le médicament doit être pris trois fois par jour, il est donc peu probable que ce soit le médicament de choix.

Adefovir dipivoxil - le médicament ne peut pas être utilisé à fortes doses, car il devient toxique pour le système rénal. Capable de réduire la quantité d'ADN du virus dans le corps du patient. Thymosine - le médicament est bien toléré, stimule l'activité de l'immunité des cellules T. Dans certains cas, en combinaison avec d'autres médicaments.

En cas d'intoxication grave, les experts prescrivent un traitement de désintoxication. Il comprend l’introduction dans la veine de plusieurs solutions (chlorure de sodium, rhéosorbilact, hemodez, reopolyglukine, glucose). En parallèle, des agents hormonaux sont administrés. Commencez avec des doses élevées, en les réduisant progressivement.

Vemlidy est un nouveau médicament dont l'utilisation est recommandée dans le traitement de l'hépatite B. Il s'agit d'un produit de fabrication européenne qui est prescrit aux patients âgés de plus de 12 ans et pesant plus de 35 kg. Dans notre pays, les médicaments ne sont pas encore disponibles.

Traitement de forme maligne

L'hépatite maligne peut-elle être guérie? La forme maligne de la maladie, qui est plus fréquente chez les bébés, nécessite une correction immédiate de l'état du corps. De plus, les drogues commencent à entrer même au moment de la menace de son développement.

  • glucocorticoïdes dans la veine;
  • administration de plasma, albumine, reopoliglukina;
  • diurétiques dans le but de forcer la diurèse (Mannitol, Lasix);
  • l'héparine dans le cas du développement du DIC;
  • entérosorbants à l'intérieur pour accélérer l'élimination des substances toxiques;
  • médicaments antibactériens.

Inscription au dispensaire

En cas de traitement en milieu hospitalier, le patient reçoit son congé 30 à 35 jours après le début du traitement. A ce moment, les fonctions du corps sont restaurées, les paramètres de la transaminase sont légèrement réduits. Le médecin traitant donne un mémo. Il décrit comment bien manger, quel est le mode recommandé.

Le premier examen après la sortie du patient est effectué après 30 jours, puis après 3, 4, 5 mois. Supprimé du dispensaire dans le cas où, deux fois de suite, des indicateurs d'essais cliniques généraux et de biochimie dans les limites de la normale, et que HBsAg est absent.

Les patients souhaitent savoir si l'hépatite est traitée avec des remèdes populaires. Sur les sites dédiés au traitement des lésions hépatiques virales, vous pouvez trouver des critiques selon lesquelles une personne a été traitée / traitée à l'aide de recettes de médecine traditionnelle. Cependant, il convient de rappeler que le remplacement d'un traitement médicamenteux à part entière par de tels moyens ne fonctionnera pas. Ils ne peuvent être utilisés que comme complément pour soutenir le travail des cellules du foie et accélérer leur régénération.

L'hépatite virale C est-elle complètement traitée?

Lors du diagnostic du virus HVC dans le corps humain, presque tous les patients se demandent: l'hépatite C est-elle complètement guérie et quelle sera la durée et la difficulté du traitement? Pour faire face à cela, vous devez comprendre de quel type de maladie il s’agit, quel danger il présente pour le corps et comment se comporter quand il est détecté.

L'hépatite C est une maladie virale grave. La découverte du principal agent pathogène et son inclusion dans un certain nombre d'infections virales graves étaient parfaites dans les années 80 du 20ème siècle. Mais, malgré une si courte période de "rencontres amoureuses", les médecins peuvent aujourd'hui déterminer sans équivoque si le virus de l'hépatite C est en cours de traitement. La maladie est curable. La condition principale pour cela sera un appel opportun au médecin concerné et le respect de toutes ses exigences en matière de traitement.

L’émergence de l’hépatite contribue à la pénétration du virus VHC dans le corps humain, après quoi le processus d’infection se développe. La maladie survient généralement sous une forme chronique latente, sans aucun symptôme, ce qui entraîne des modifications graves, parfois irréversibles, du foie.

La raison de ce virus hépatotropique élevé - la capacité de se multiplier dans les cellules du foie. Une caractéristique spécifique de l'agent pathogène est sa capacité à muter: après son entrée dans l'organisme, il change constamment, ce qui peut entraîner plusieurs variations du même génotype.

Le danger de la maladie réside dans le secret de ses symptômes, raison pour laquelle la visite chez le médecin est retardée et la possibilité de recevoir un traitement rapide. Pendant ce temps, le virus continue à se multiplier dans le foie, détruisant progressivement ses cellules. Après plusieurs années, les fonctions hépatiques sont altérées, la cirrhose est diagnostiquée chez la plupart des personnes infectées. C’est l’un des facteurs graves qui influera sur la question de la suppression de l’hépatite: que la maladie soit traitée ou non dans ce cas, on peut dire qu’il existe des conditions préalables, et même les résultats positifs sont rares, mais notés.

Le développement de la cholécystite est un autre danger de la forme chronique de l'hépatite C: il se produit un blocage des voies biliaires, ce qui entraîne une sécrétion stagnante et une augmentation subséquente de la bilirubine dans le sang et des dommages toxiques pour le corps.

Raisons

L'hépatite fait référence à des maladies qui ne sont pas transmises par des gouttelettes en suspension dans l'air ou par un contact corporel (étreintes, serrant la main). Le virus est transmis par le sang. Les principaux moyens de pénétration dans le corps sont les suivants:

  • Procédures médicales qui violent les normes sanitaires (ne se prêtent pas au traitement nécessaire ni ne perturbent le processus de stérilisation des instruments médicaux, transfusent le sang d'une personne non testée infectée par l'hépatite, perturbent le processus d'hémodialyse, ne respectent pas les normes sanitaires en vigueur dans le cabinet dentaire).
  • Le risque d'infection est élevé lors de la réalisation de piercings, de tatouages ​​dans des conditions insalubres et dans des lieux où les outils ne subissent aucune désinfection.
  • Le risque d'infection est faible pour les nouveau-nés lors du passage dans le canal utérin. Seulement 5% de tous les cas de naissance de bébés de la mère du virus.
  • Un petit pourcentage d'infection (environ 5%) est possible lors de rapports sexuels non protégés.
  • Il y a une possibilité d'infection et de manière domestique: l'utilisation des brosses à dents de quelqu'un d'autre, des outils de rasage, des trousses de manucure et d'autres outils.

Période d'incubation

La durée de la période d'incubation dépend de nombreux facteurs, dont l'un est la réponse immunitaire de l'organisme. Peut durer jusqu'à 6 mois ou plus. Pendant cette période, la maladie peut être détectée par hasard, avec une commission planifiée, lorsque des tests généraux montrent des comptes anormaux d'hémoglobine, de leucocytes et de lymphocytes. L'incohérence de ces normes sera la raison d'un examen plus détaillé, qui aidera à identifier le virus.

Les premiers symptômes externes ne peuvent survenir qu'avec des dommages hépatiques importants, l'apparition d'une insuffisance hépatique, le développement d'une cirrhose.

En raison de l'absence de récepteurs de la douleur dans le foie, le développement d'une infection virale n'est pas accompagné de douleur. De telles manifestations peuvent se produire avec la défaite de la vésicule biliaire.

L'évolution aiguë de la maladie se caractérise par une période de latence plus courte, de deux à trois semaines seulement.

Lorsqu'il est infecté par le virus de l'hépatite C, il existe plusieurs voies de développement possibles:

  • La maladie n'a pas de manifestations, est détectée lors d'un examen de routine ou dans le développement de la cirrhose.
  • La phase aiguë devient chronique.
  • Après la phase aiguë différée, il se produit une récupération complète, sans utilisation de médicament (la période peut durer de plusieurs mois à un an).
  • Une personne peut éviter le développement de la maladie, mais devenir un vecteur du virus. Aucun signe du virus dans le corps n'apparaît, ni externe ni au cours d'études de laboratoire.
  • Un traitement complet pour l'hépatite, ne garantit pas la production d'immunité, une personne peut être infectée par un virus d'un génotype différent.

Symptômes et diagnostic

Comme l'évolution de la maladie est de deux natures: aiguë et chronique, les symptômes qui l'accompagnent sont différents.

Signes de cours aigu

La période pré-oculaire: apparition de douleurs aux articulations, sans raison apparente, faiblesse, fatigabilité rapide, troubles du sommeil, manque d'appétit, éruptions cutanées sur le corps et fièvre.

La période de traitement aigu dure environ une semaine, après quoi commence la période de jaunisse:

  • fatigue accrue;
  • l'urine devient plus sombre;
  • le jaunissement se manifeste: le premier à obtenir une nuance jaune de la sclérotique, après - la peau;
  • il peut y avoir des sensations douloureuses dans l'hypochondre droit;
  • la clarification des masses fécales est notée;
  • il y a des troubles des reins et des articulations.

La durée de cette période peut aller jusqu'à 5 semaines. Une fois que les symptômes ont commencé à s'estomper, si vous ne commencez pas un traitement, l'hépatite C devient chronique.

Une hépatite rare et aiguë peut survenir rapidement. En cas de changement brusque d'humeur, ce qui se passe autour de soi peut, après que la conscience soit perturbée, tomber dans un état de stupeur ou de coma. Cette condition peut être fatale.

Manifestations au stade de la forme chronique

Les signes d'une maladie chronique peuvent se manifester de différentes manières, mais ces manifestations ne sont pas toujours associées à l'hépatite, car les mêmes symptômes peuvent également être observés dans d'autres pathologies développées dans le corps. Par conséquent, lors de la détection des moindres défaillances, il est nécessaire de consulter un médecin et de procéder à un examen approfondi. Que chercher:

  • la fatigue augmente, la somnolence augmente, il est difficile pour une personne de se réveiller le matin, après le sommeil, une faiblesse, une sensation de fatigue peuvent être observées;
  • le cycle de sommeil peut être perturbé;
  • perte d'appétit;
  • apparaissent avec des lésions hépatiques importantes, des ballonnements, des nausées et des vomissements.

Diagnostics

Pour confirmer le diagnostic, si le patient soupçonne une hépatite, le patient subit une série d'études:

  • Un test sanguin pour les tests hépatiques, dont les résultats peuvent déjà être prescrits avec les premiers médicaments (dans l'hépatite chronique, les indicateurs peuvent se situer dans la plage normale).
  • Dosage immunologique pour la détermination des marqueurs: à partir de la 4ème semaine du stade aigu, les immunoglobulines M sont détectées, elles peuvent également apparaître lors de l'exacerbation de la forme chronique; dans 2,5 à 3 mois, les immunoglobulines G apparaîtront dans les résultats et dans environ six mois, leurs indices augmenteront. Avec le rétablissement complet, ces indicateurs diminuent. L’évolution chronique de l’hépatite C à vie est accompagnée par la présence d’IgG.
  • Les résultats du test ELISA sont confirmés par la méthode RIBA, elle est plus sensible.
  • L'analyse PCR détermine l'ARN du virus. Réalisé pour identifier et développer en dynamique. Sa disparition est l'un des signes du rétablissement.
  • Détermination du génotype pour un traitement efficace.
  • La PCR quantitative indiquera l'efficacité du traitement et le degré de contagiosité du patient.
  • Si nécessaire, une biopsie est réalisée. Il est nécessaire de clarifier le diagnostic et d’exclure d’autres pathologies possibles.

Pour surveiller l'état de l'échographie du foie, une étude est menée.

Est-ce que tout le monde doit être traité pour le virus?

Le traitement de l’hépatite C avec des médicaments n’est pas administré à tous les patients. En fonction de l'évolution de la maladie, de son stade, de son génotype et de ses recherches dynamiques, le médecin décide de la nécessité d'un traitement médical.

L'utilisation d'antiviraux a eu recours:

  • à risque élevé de développer une cirrhose ou au début du processus pathologique;
  • quand au cours du dernier semestre il y a eu une augmentation du niveau d'ALT;
  • lors de la détection de 2 et 3 génotypes du virus;
  • lorsqu’il est révélé dans le sang des cryoglobulines.

Pour la thérapie, les médicaments à base d’interféron et de ribavirine. Durée du cours - 1 an.

Dans la forme chronique de la maladie, un traitement individuel est prescrit. Les doses de médicaments sont déterminées par le médecin en fonction des indicateurs des tests de laboratoire, de la masse de la personne et du type de médicament utilisé.

Avec l'évolution de la maladie sous une forme bénigne, sans montrer de conséquences graves, le traitement peut ne pas être appliqué. Mais vous devez suivre la dynamique de la maladie pour ne pas manquer son activation. Pour ce faire, à certaines périodes, on vérifie les indicateurs du foie.

L'utilisation de médicaments peut sérieusement affecter l'état d'autres organes et systèmes. Par conséquent, lorsqu'un certain nombre de contre-indications sont détectées, le traitement avec des médicaments antiviraux est annulé et, si possible, remplacé par d'autres médicaments plus bénins.

Le traitement antiviral est contre-indiqué chez les patients présentant:

  • avec une hypertension sévère, des troubles du système circulatoire, des modifications malignes du corps, des troubles de la glande thyroïde, une ischémie, un diabète sucré;
  • dans les états dépressifs qui ne peuvent faire l’objet d’un traitement médical ou psychothérapeutique;
  • quand l'hépatite B n'est pas infectieuse;
  • avec l'alcool et la toxicomanie;
  • avec des antécédents de signes d'épilepsie et de troubles mentaux;
  • avec intolérance individuelle à l'interféron;
  • au dernier stade de la cirrhose.

En outre, aucun traitement avec des médicaments antiviraux pendant la grossesse et pendant sa planification n'est prescrit. Dans ce dernier cas, il sera probablement préférable de différer la conception du bébé jusqu'à la guérison complète.

Comment commencer le traitement et qui contacter

Lorsqu'une maladie est détectée au cours d'un examen aléatoire, de nombreux patients se posent une question: que faire et à qui s'adresser? Vous devez d’abord comprendre que vous devez agir immédiatement. Dès réception des résultats, il est nécessaire dans un proche avenir de consulter un médecin compétent, qui vous prescrira des tests supplémentaires pour lesquels le diagnostic final sera établi. Vous pouvez obtenir des conseils et des rendez-vous de traitement auprès des spécialistes suivants:

  • Thérapeute Le premier médecin à qui il est nécessaire de se tourner en cas de dysfonctionnement du corps. Il effectuera un diagnostic complet et, sur la base des données collectées, prescrira un traitement ou le dirigera vers un spécialiste.
  • Infectionniste. Il s’adresse aux patients souffrant d’hépatite aiguë. Le médecin prescrit un traitement pour la maladie sous-jacente et prescrit un traitement de rééducation après celle-ci. La dynamique du développement de la maladie est obligatoire.
  • Hépatologue. Dans sa compétence, les formes chroniques des maladies du foie, y compris la cirrhose d'étiologies diverses.

Ce sont les principaux spécialistes auxquels il convient de faire référence lors de la détection de l'hépatite C lors d'un diagnostic de routine. En cas de symptômes (douleur dans le tube digestif, nausée, anorexie), vous pouvez initialement faire appel à un gastro-entérologue. Ensuite, le schéma standard suivra: identifier les causes par des tests de laboratoire, prescrire un traitement ou rediriger vers un médecin spécialisé.

Si des problèmes au foie sont détectés, la première action du médecin traitant sera l'administration d'hépatoprotecteurs pour protéger le foie et le restaurer. La thérapie se poursuit après avoir reçu les réponses aux tests confirmant la présence de la maladie et déterminant le génotype du virus et l’intensité de son développement.

Est-ce que le rétablissement complet est possible?

Vous cherchez la réponse à la question: que l’hépatite C soit définitivement traitée, vous devez vous adapter à une résolution positive de la maladie. Une attitude positive aidera à faire face à de nombreuses difficultés et deviendra une étape de soutien tout en augmentant la résistance du corps.

Aujourd'hui, les médecins constatent de plus en plus une tendance positive dans le traitement des médicaments contre l'hépatite B. La principale condition de ce phénomène est la prise de conscience par les citoyens de la nécessité de procéder à des examens préventifs, qui permettront, à un stade précoce, d’identifier le virus dans le corps humain et d’agir à temps. Dans la forme chronique, l'hépatite C est également curable, mais cela prendra plus de temps et l'humeur du patient lui-même.

Pendant la thérapie, le patient ne doit pas compter uniquement sur des médicaments, il doit respecter toutes les prescriptions du médecin et suivre les mesures de base pour maintenir et renforcer sa santé:

  • abandonner la consommation de boissons contenant de l'alcool, même la quantité minimale devrait être exclue;
  • arrêter de fumer;
  • suivre un régime hypercalorique;
  • éviter les situations stressantes dans la mesure du possible;
  • dormir au moins 8 heures par jour, donner au corps l'occasion de se détendre;
  • plus souvent en plein air.

Il existe des cas de guérison de patients après une hépatite, sans intervention médicale. Mais cela n’est possible que dans le cas d’une forte immunité. En cas de défaillance de l’organisme, la principale tâche à accomplir est donc d’accroître sa résistance à divers types de lésions et sa capacité à les combattre.

Comment est le traitement?

Dans certaines circonstances, au stade initial de la maladie, le médecin peut vous recommander de ne pas vous hâter avec un traitement médical et de le reporter à plus tard. Le médecin assume cette responsabilité en cas de forte immunité du patient et avec une probabilité élevée que le corps produise lui-même des anticorps et détruise le virus. Le délai de traitement est possible dans les cas suivants:

  • le patient a moins de 35 ans;
  • les résultats des tests ne montrent pas d'anomalies significatives, seule une légère augmentation de la bilirubine est admissible;
  • des antécédents de maladies chroniques ne sont pas observés;
  • un partisan infecté d'un mode de vie sain et qui n'aime pas les aliments lourds;
  • les résultats des échographies ne montrent aucune anomalie du foie ou de la rate;
  • l'infection ne dure pas plus d'un an.

Dans d'autres cas, les patients sont traités selon un schéma choisi par le type d'hépatite approprié, visant à supprimer son activité, à détruire, à maintenir les fonctions hépatiques et à renforcer l'immunité.

Quelle pourrait être la réponse du corps aux drogues?

Lors de l'utilisation d'antiviraux tels que l'interféron et la ribavirine, des effets indésirables peuvent apparaître. Chez les patients jeunes, l'adaptation se fait plus doucement et avec des effets négatifs moins prononcés.

La ribavirine est un médicament plus léger; lorsqu’elle est utilisée, des modifications mineures de la formule sanguine peuvent apparaître, ainsi que des traces de destruction accrue des globules rouges. Dans certains cas, il y a des signes de dyspepsie, une augmentation de l'acide urique dans le sang, des maux de tête, rarement une réaction allergique au médicament.

L'interféron est plus dur:

  • les injections peuvent être accompagnées d'un syndrome pseudo-grippal (apparition des symptômes du rhume: frissons, malaise général);
  • après environ 2 heures, après l'introduction du médicament, il y a une fièvre, des courbatures. Cet effet peut durer plusieurs jours.
  • pendant le premier mois du cours, le corps s'adapte et les symptômes commencent à se dissiper;
  • au cours du deuxième ou du troisième mois, il peut y avoir une diminution du nombre de leucocytes et de plaquettes, ce qui a pour effet de réduire la posologie du médicament ou de l’annuler complètement;
  • dans de rares cas, il y a perte de cheveux, perte de poids, états dépressifs, perturbation de la glande thyroïde.

La durée et les principes de traitement dans chaque cas sont individuels. Tout dépend de la gravité de la maladie, du génotype identifié, de la réponse immunitaire du corps et de la présence d’autres maladies pouvant gêner l’administration de médicaments antiviraux. Mais au fond, le cours standard dure environ un an. Dans certains cas, le traitement peut être retardé pour rétablir les fonctions du foie et d'autres organes, ce qui peut durer plusieurs années.

Lorsqu'un virus est détecté, les médecins font généralement des prédictions favorables pour guérir la maladie. Les exceptions ne peuvent être que dans certains cas. Les patients chez qui l'hépatite est au dernier stade sont difficiles à récupérer. En même temps que des processus irréversibles se produisent dans le foie, un degré grave de cirrhose se développe. Les prédictions positives dans le diagnostic de la maladie chez les hommes de plus de 40 ans ne sont pas toujours positives. Traitement compliqué lors de la détection du génotype du virus - 1b et de sa forte activité.

Dans tous les cas, l’efficacité du traitement dépendra de certains facteurs. La durée de la maladie constitue déjà un obstacle sérieux à l’extermination de l’hépatite C; dans ce cas, la tâche principale des médecins est d’inhiber les processus de développement. On peut alors s'attendre à une diminution des processus inflammatoires, à la disparition des signes de fibrose.

Comment se protéger de l'infection

L'agent causal de l'hépatite C a une grande capacité à pénétrer dans le corps humain, une quantité minimale de sang infecté suffit à l'infection. Pour éviter cela, il n'y a qu'un seul moyen de vous protéger, vous et vos proches, contre le virus HVC: adhérer à des mesures préventives.

Prévention des maladies dans les établissements de soins médicaux:

  • L'utilisation obligatoire de gants jetables lors des manipulations protège à la fois le patient et le prestataire de soins de santé;
  • pour l'injection et la transfusion, seuls des seringues et systèmes à usage unique doivent être utilisés;
  • l'examen par un gynécologue est de préférence effectué à l'aide de trousses stériles à usage unique;
  • procédures dentaires effectuées par des professionnels reconnus pouvant fournir une licence.

Comment se protéger dans les conditions de vie:

  • chaque membre de la famille doit disposer de produits d'hygiène personnelle (brosses à dents, accessoires de rasage, nécessaires à manucure, tampons à récurer, serviettes, etc.);
  • Évitez les salons suspects pour le tatouage ou le perçage. Dans les salons de bonne réputation, des aiguilles jetables sont utilisées et les artisans travaillent avec des gants; une licence et une autorisation pour de tels services sont également requises;
  • en cas de perçage, n'utilisez que des accessoires personnels;
  • Les rapports sexuels occasionnels doivent être protégés par un préservatif. Lors de la création d'une famille, il est facile de subir un examen approfondi pour garantir la santé des deux partenaires et, si nécessaire, de se faire soigner.

Une attention particulière est requise pour la prévention lorsqu'un être cher tombe malade. Il est nécessaire de se souvenir de la capacité de survie du virus, sa viabilité pouvant durer jusqu'à 4 jours. Pour éviter toute infection au niveau du ménage, il est nécessaire que le patient utilise une literie, des serviettes et des plats séparés. Les vêtements doivent être faits de tissus naturels, lavables à 60 ° C. Après utilisation, les objets peuvent être lavés et traités à la chaleur avec un fer à repasser, la vaisselle est bouillie. Les endroits où du sang a coulé accidentellement sont traités avec des agents de désinsectisation. Pour exclure l'infection d'un parent malade, il est recommandé de faire un don de sang pour le test par PCR une fois par an.

Existe-t-il un vaccin contre l'hépatite C?

L'hépatite C est une maladie grave qui est difficile à traiter et contrairement à d'autres types d'hépatite A et B, un vaccin efficace a été créé pour la prévenir, ce qui peut prévenir l'infection.

Le principal problème du développement de la vaccination contre le virus HVC - son instabilité, sa capacité de modification. Les scientifiques recherchent actuellement une protéine virale stable, qui pourrait produire des anticorps neutralisant toutes les modifications du virus.

Mais une déclaration encourageante récemment faite par des chercheurs canadiens, pour créer un vaccin contre cette maladie. Des expériences ont montré son efficacité contre plusieurs génotypes du virus, mais il est trop tôt pour parler de son introduction pour une utilisation en masse.

La vaccination a été créée sur la base d'une modification artificielle du virus de la grippe utilisant le matériel génétique de l'hépatite C. Le sérum ainsi obtenu peut donc infecter le virus HVC de l'intérieur, entraînant sa destruction complète.

Malheureusement, aujourd'hui, la question «si l'hépatite C est traitée» intéresse un nombre croissant de patients. Il arrive souvent que des personnes classent des maladies telles que l'hépatite C parmi les maladies pouvant affecter certaines personnes ayant un mode de vie trépidant. Et quand ils diagnostiquent une infection virale, ils se replient sur eux-mêmes, tentent de la cacher à ceux qui les entourent ou ont même peur de voir un médecin. Ce n'est pas la peine de le faire: premièrement, cette maladie peut toucher n'importe qui, deuxièmement, le fait de retarder le traitement peut nuire à la qualité de la vie et à sa durée.


Article Précédent

?

Articles Connexes Hépatite