Le contact périnatal comme méthode de transmission de l'hépatite C

Share Tweet Pin it

Le «tueur affectueux» ou l'hépatite C est considéré comme une maladie dangereuse du monde moderne, principalement en raison de la longue absence de symptômes pathologiques. Un virus peut infecter une personne à tout âge dans une grande variété de circonstances. Les médecins spécialistes sont certains que cela ne peut être entièrement assuré. Souvent, les femmes apprennent l'existence de la maladie lorsqu'elles passent des tests pendant la grossesse, ce qui provoque chez elles et chez l'enfant à naître une peur.

L'hépatite C et ses caractéristiques

L'hépatite de cette forme (HVC-virus) n'est souvent pas accompagnée de symptômes éclatants, ce qui complique grandement le diagnostic opportun de la maladie. Conformément à la CIM 10, l'hépatite virale chronique C est considérée comme la plus dangereuse (code B18.2).

Dans le même temps, les médecins notent le fait que la manifestation du symptôme ictérique est une chance pour une personne infectée, car elle vous permettra de commencer le traitement nécessaire.

  • sentiment accru de faiblesse, de fatigue;
  • maladies respiratoires fréquentes accompagnées de douleurs dans les muscles et les articulations.

Ces symptômes sont souvent attribués au surmenage habituel, au stress quotidien et à une mauvaise écologie. Cependant, il est vivement conseillé aux experts de ne pas les laisser sans surveillance et de contacter un spécialiste pour une inspection de routine.

Le virus de l'hépatite C a plusieurs modes principaux de transmission d'une personne à l'autre:

  1. Par le sang, la virulence est assez élevée. Le contact avec du sang infecté peut survenir lors d'interventions médicales, dentaires ou cosmétologiques, si les instruments n'ont pas subi le traitement nécessaire. Il convient de porter une attention particulière aux conditions dans lesquelles certaines procédures sont effectuées.
  2. Contact avec les effets personnels d’une personne malade, notamment une brosse à dents, un rasoir, des outils de manucure.
  3. Contact sexuel avec un partenaire infecté. Ce type de transmission est considéré comme peu fréquent, mais possible, principalement en présence de microfissures sur la membrane muqueuse.
  4. Contact périnatal, ce qui signifie que l’enfant contracte une infection de la part de la mère lors de la naissance, de la grossesse ou des premières étapes de la garde de l’enfant.

Le virus HVC aéroporté n’est pas transmis, la transmission d’une méthode domestique est également rare. Par conséquent, il est inutile d'isoler une personne infectée des autres.

Diagnostic et développement de la maladie chez la femme enceinte

Au premier soupçon d'un système immunitaire affaibli et de processus pathologiques dans le corps, il est nécessaire de consulter un médecin et de subir les examens nécessaires. Pendant la grossesse, les tests de détection d'infections dangereuses sont considérés comme obligatoires pour toutes les femmes, ce qui garantira la naissance d'un bébé en bonne santé.

Le diagnostic opportun de l'hépatite C joue un rôle important dans le choix d'un traitement ultérieur. Les chances de succès du traitement et de prévention du développement de pathologies dangereuses (cirrhose, cancer, lésions hépatiques chroniques) dépendent d'une attitude vigilante à l'égard de sa propre santé.

Les principales méthodes de diagnostic:

  • un test sanguin qui détermine la présence d'anticorps dirigés contre le virus;
  • déterminer la quantité d'enzymes hépatiques dans le sang et la bilirubine;
  • mener des études de PCR pour détecter le virus à ARN;
  • échographie du foie;
  • biopsie des tissus du foie.

Effectuer de telles actions vous permet d'identifier à la fois la présence même du virus dans le corps et le degré de négligence de la maladie, le stade de dégradation des cellules du foie. Certaines méthodes de diagnostic périnatal pendant la grossesse ne sont pas utilisées afin d'éliminer le risque d'infection intra-utérine du fœtus.

Il est important qu'aucun médecin ne puisse garantir à 100% que le futur enfant ne sera pas infecté pendant la période périnatale, même si une césarienne est présentée. En cas de risque de contact périnatal, le stade de la maladie de la mère et sa propre immunité joueront un grand rôle. À la naissance, l'enfant doit subir l'examen nécessaire, qui doit être répété régulièrement au cours des deux premières années de la vie.

La période de lactation ne doit pas effrayer les femmes ayant reçu un diagnostic d'hépatite C. L'allaitement au sein est autorisé, le virus n'est pas transmis par le lait.

Si l'infection est toujours confirmée, le bébé devrait alors être sous la surveillance constante de spécialistes (maladies infectieuses et pédiatres).

Méthodes de traitement et d'accouchement chez les femmes infectées

Les experts médicaux conviennent que le traitement de l'hépatite C pendant la grossesse ne vaut pas la peine. Les médicaments conçus pour atténuer et détruire le virus peuvent avoir un effet néfaste sur le développement du fœtus.

Le traitement de l'hépatite B est toujours complexe, médicaments antiviraux, immunomodulateurs, médicaments supplémentaires qui aident le foie à remplir ses fonctions de base sont impliqués dans le traitement. Pendant la grossesse, l'utilisation de médicaments n'est prescrite qu'en cas de développement de complications pathologiques graves (cholestase, cirrhose, etc.).

Pour que l'accouchement réussisse et que le risque d'infecter le nourrisson soit réduit au minimum, il est nécessaire que tout le personnel médical soit conscient de la situation difficile. Les statistiques médicales ne peuvent pas donner de préférence une préférence à l’accouchement naturel ou à la césarienne. Comme le montre la pratique, le risque d'infection est le même dans les deux cas.

L'hépatite C n'affecte pas la façon dont une femme va accoucher. Les indications d'une césarienne peuvent être des complications du foie ou d'autres caractéristiques individuelles du corps.

Une intervention chirurgicale au cours de l'accouchement est prescrite dans les cas où la performance des échantillons de foie est clairement insatisfaisante. Une telle évolution de la maladie est rare, de sorte que l'accouchement est généralement naturel.

Le bébé peut être infecté par la mère au moment du passage dans le canal utérin. Cependant, avec un personnel médical compétent, tout sera mis en œuvre pour éviter les contacts périnatals avec le sang de la mère chez l’enfant.

Une femme chez qui on a diagnostiqué l'hépatite C accouche dans une maternité infectieuse sous la surveillance attentive du personnel médical.

Comment déterminer si un enfant est infecté

Tout d'abord, il est important de faire attention aux symptômes suivants:

  • changement déraisonnable de la température chez le nourrisson;
  • manque d'appétit, ce qui ne permet pas à l'enfant de prendre le poids nécessaire;
  • trouble dans le système digestif;
  • éruption cutanée sur la peau de l'enfant, dont la cause est inconnue;
  • changements dans la couleur naturelle des matières fécales (assombrissement de l'urine et décoloration des matières fécales);
  • hypertrophie non naturelle du foie en taille.

Pour un nouveau-né, la meilleure protection contre l’hépatite C sera un test régulier, de sorte qu’après un certain temps, il n’est plus nécessaire de déterminer si une infection périnatale s’est produite ou non. Dans certains cas, le corps de l'enfant fait face de manière indépendante à la forme aiguë de la maladie, de sorte qu'il est rarement prescrit à son bébé de prendre des médicaments puissants.

En l'absence d'infection périnatale pouvant être déterminée avec précision à l'âge de 2 ans, le risque d'infection au quotidien dépend directement de la prudence de la mère.

À la naissance, le corps verra les anticorps de la mère pénétrer dans le sang, mais s'ils sont examinés avec soin par un médecin, ils disparaîtront dans un délai d'un an. Si le système immunitaire du bébé est gravement affaibli, le virus HVC risque alors de se développer et d’infecter le corps d’une personne de petite taille.

Il a déjà été mentionné ci-dessus que l'allaitement est autorisé même en présence du virus de l'hépatite C dans le corps de la mère. Une femme doit faire attention, s'assurer que l'intégrité des mamelons n'est pas brisée, il n'y a pas de fissures. L'allaitement n'est autorisé qu'en l'absence de microfissures dans les mamelons et les tissus environnants.

Prévention de l'hépatite C

La recherche médicale moderne visant à développer un vaccin contre l'hépatite C n'a pas donné les résultats escomptés. Contrairement à un certain nombre d'autres types de virus, la vaccination contre le virus HVC n'est pas fournie. Cela suggère la nature complexe de la maladie, qui nécessite une attention particulière.

Afin de réduire les risques d’infection, vous devez suivre quelques règles simples:

  1. Soyez attentif à toute procédure médicale ou esthétique. Surveiller les conditions de la manipulation, la qualité des outils. Choisissez soigneusement les installations médicales et les salons de beauté.
  2. Évitez tout contact avec le sang d'une personne infectée, s'il y a de bonnes raisons de croire que cela est en principe possible.
  3. N'utilisez pas de produits de soin personnel, en particulier des accessoires de manucure et de rasage, ni des brosses à dents.
  4. S'il n'y a pas de confiance dans le partenaire sexuel, il est préférable d'utiliser des méthodes de barrière de contraception (préservatifs).
  5. Si possible, vaccinez contre d'autres types de virus de l'hépatite.
  6. Surveillez attentivement l'état de votre système immunitaire et renforcez-le.

Ces méthodes ne donneront pas une certitude absolue, mais aideront à minimiser le risque d'infection. Le plus dangereux est le contact avec le sang d'une personne infectée; dans ce cas, il est impossible de retarder la demande d'assistance médicale.

Groupes à risque

En tenant compte de toute maladie, la médecine identifie des groupes de personnes présentant un risque accru d’infection. L'hépatite C n'est pas une exception.

Il est accepté de prendre en compte les groupes de risque suivants:

  • personnel médical en contact permanent avec le sang humain, ce qui n’empêche pas l’interaction avec des échantillons infectés;
  • donneurs de sang en cas de non-respect des conditions nécessaires à la procédure;
  • toxicomanes qui utilisent la méthode d'injection consistant à administrer des drogues (en utilisant une aiguille);
  • les personnes atteintes d'autres maladies infectieuses graves;
  • promiscuité sans mesures de contraception appropriées;
  • les enfants dont les parents ont un diagnostic positif d'hépatite C.

Les personnes âgées et les jeunes enfants appartiennent à des groupes à risque particulier. Dans le contexte de l'instabilité générale de l'immunité, il existe également un certain nombre de limitations dans le traitement médicamenteux possible.

Ces groupes de personnes devraient surveiller leur état de santé, se soumettre régulièrement à un examen médical et passer les tests appropriés. De telles précautions permettront de détecter rapidement la présence d’un virus dans le sang d’une personne et de procéder au traitement approprié. Plus tôt vous commencez le traitement, plus grandes sont les chances de vous débarrasser de la maladie.

Pour une femme infectée par l'hépatite C et sur le point de devenir mère, la meilleure recommandation est de maintenir son calme émotionnel. La médecine moderne vous permet de donner naissance à un enfant en bonne santé. Avec une surveillance adéquate et compétente des médecins, le risque de contact périnatal est minimisé.

Hépatite C chez les nouveau-nés

Lorsque l'hépatite C est détectée chez les enfants, le traitement comprend toute une gamme d'activités visant à supprimer le virus. Cela affecte non seulement le stimulus, mais également tout le corps, et par conséquent, la thérapie devient souvent un défi majeur pour les parents et les tout-petits. Mais que faire si l'hépatite est diagnostiquée chez un nouveau-né? Pour répondre à cette question, tous les facteurs doivent être pris en compte - causes, modes de transition de la maladie, risques, schéma thérapeutique, ainsi que les conséquences possibles.

Hépatite C et grossesse

Est-il prudent de porter des enfants, sachant que le VHC est présent dans le corps? La réponse est souvent positive: dans la plupart des cas, les femmes enceintes ne transmettent pas la maladie au bébé et donnent la vie à des bébés en parfaite santé. Cependant, il existe un certain nombre d'exceptions lorsque l'hépatite C est transférée de la mère à l'enfant pendant la période de développement intra-utérin ou pendant l'accouchement.

Les cas les plus courants sont:

  • infection par le virus pendant la grossesse;
  • la formation de blessures lors de l'accouchement (à la fois chez la mère et chez le bébé);
  • infection pendant l'allaitement.

Si l'infiltration du VHC s'est produite pendant la période de gestation du nourrisson, la phase aiguë de la maladie survient au moment où la mère et l'enfant sont inextricablement liés au niveau physique. À ce stade, il est possible de transférer des échantillons de virus et de développer davantage la forme de vie nocive dans le corps du fœtus. Il existe un risque élevé de transmission de l'hépatite et une concentration élevée de corps viraux dans le sang.

En règle générale, l'accouchement est accompagné d'un saignement modéré. Dans ce cas, le cordon ombilical est coupé et diverses blessures latérales sont possibles - des ruptures accidentelles aux microfissures de la peau d'un enfant. Dans ce cas, l'infection se produit de manière verticale, directement à travers les plaies.

Si l'hépatite C est relativement sans danger pendant la grossesse, le risque est accru lorsqu'il est nourri. Cela est particulièrement vrai dans les cas où le VHC pénètre dans le corps de la mère ou de l’infirmière, qui continue à allaiter.

Hépatite C chez les nouveau-nés: symptômes, pronostic et traitement

L'hépatite C chez les nouveau-nés est l'un des problèmes urgents de la pratique pédiatrique. C'est une maladie d'étiologie infectieuse dans laquelle l'effet néfaste concerne principalement le foie.

Causes de l'hépatite C chez le nouveau-né

La cause de cette maladie est le virus.

L'hépatite C chez les nouveau-nés se manifeste de plusieurs manières. L'un d'eux est la transmission transplacentaire du virus à partir de l'organisme maternel. Cependant, selon les études statistiques, ce chemin de pénétration de l'agent pathogène n'est réalisé que dans 3% des cas. C'est à dire la plupart des mères atteintes de cette maladie pourraient bien avoir un bébé en bonne santé.

Cependant, ce fait ne diminue pas le risque d'infection post-partum du bébé. L'hépatite C chez le nouveau-né peut résulter du contact avec une mère infectée pendant l'allaitement. Dans ce cas, un rôle important est attribué à la présence de fissures hémorragiques dans les mamelons.

Manifestations de l'hépatite C chez les nouveau-nés

La période d'incubation du virus dans la maladie décrite est généralement de 8 semaines, bien qu'elle puisse durer jusqu'à 26 semaines.

En étudiant les caractéristiques de l'évolution de l'inflammation du foie de type C chez les enfants, les scientifiques ont conclu que la période aiguë de cette maladie pouvait avoir un caractère effacé ou ne pas se manifester du tout. Selon les statisticiens, la forme aiguë de la maladie est observée chez 10 à 20% des personnes infectées. Dans tous les autres cas, la pathologie considérée commence à se manifester après la chronicité.

Le développement lent est caractéristique des manifestations de l'hépatite C chez les nouveau-nés. La clinique commence par des symptômes dyspeptiques avec l’ajout de signes de troubles asténo-végétatifs. En particulier, le bébé peut remarquer une baisse d'intérêt pour la nourriture. L'enfant régurgite plus que d'habitude. Une perturbation de l'appétit peut entraîner un rejet complet du sein.

Le bébé devient lent, pleurant et inactif, tout en maintenant la routine habituelle de la journée avec une charge constante, une fatigue accrue est notée.

La réponse de l’organisme à la température et à la présence d’un virus de cette maladie est réduite à un état subfébrile constant, c’est-à-dire en moyenne, jusqu'à 37,5 ° C Dans ce cas, le point important sera l'absence de tout symptôme d'infection respiratoire.

Les signes d’hépatite C chez le nouveau-né peuvent inclure l’apparition de douleurs abdominales, ainsi que l’apparition de peau jaune et de muqueuses susceptibles d’être examinées, mais ce n’est pas un élément obligatoire des symptômes de la pathologie décrite.

Les vomissements se produisent souvent et des troubles intestinaux sont notés. Au fil du temps, les matières fécales se sont complètement décolorées et l'urine a pris une couleur foncée. Le foie et la rate sont dilatés. Sur le corps de la miette peut apparaître une éruption cutanée.

L'hépatite C chez le nouveau-né, dont les symptômes sont déjà assez rares, se présente souvent sous une forme atypique. La manifestation de petits symptômes de maladie au stade initial d'un processus chronique est souvent confondue avec une autre, par exemple, une pathologie intestinale ayant une clinique similaire. Ce fait est la raison principale de l’installation tardive d’un diagnostic précis de la maladie décrite.

Parmi les manifestations de l'hépatite C chez les nourrissons, on peut citer l'anémie, qui sert d'indication non spécifique d'un dysfonctionnement du foie et nécessitant une attention particulière lors de la recherche diagnostique.

Conséquences de l'hépatite C pour un nouveau-né

Les conséquences de l'hépatite C chez les nouveau-nés pourraient ne pas tarder. L'état de protection naturelle du corps chez les nourrissons souffrant de cette pathologie est très faible. Ces enfants sont facilement atteints de divers autres maux et accusent un retard important dans leur développement.

La variété chronique du processus infectieux à développement lent qui se développe lentement conduit également à la formation de changements pathologiques aussi redoutables que le cancer du foie, ainsi que sa cirrhose. Une hépatite peut entraîner toutes sortes de maladies des reins et de la thyroïde.

Traitement de l'hépatite C chez le nouveau-né: médicaments et régime

Comme toute autre maladie, l'hépatite C chez les nouveau-nés nécessite un traitement. Pour obtenir un bon effet thérapeutique dans ce cas, il est habituel d’utiliser des médicaments antiviraux et des hépatoprotecteurs.

Ces derniers constituent un arsenal de médicaments, comprenant les acides de Kars, lipoïque et ursodésoxycholique, ainsi que le médicament bien connu appelé Essentiale.

Parmi les médicaments qui luttent directement avec le virus, l'utilisation de Viferon en bas âge est autorisée, ce qui est suffisant pour empêcher la chronisation de l'exposition virale. Applique le médicament spécifié sous forme de bougies insérées dans le rectum du bébé.

Un nouveau-né atteint d'hépatite C devrait suivre un régime alimentaire approprié. Il joue un rôle tout aussi important dans le traitement de cette maladie.

Lorsqu’elle trouve des bébés qui allaitent, la mère devrait se conformer aux principes de base d’une nutrition adéquate. Elle devrait choisir avec soin les produits, en prêtant attention à leur composition. Il est nécessaire d'exclure l'alcool, la consommation d'aliments gras, les aliments frits, ainsi que d'éviter les produits contenant des colorants artificiels et des exhausteurs de goût.

Comme on le sait, le virus qui devient le responsable du développement de l’infection en question présente une caractéristique telle qu’il rend la vaccination inutile. Par conséquent, à ce jour, le nouveau-né n'est pas vacciné contre l'hépatite C.

Cette caractéristique réside dans la variabilité génétique et la capacité aux mutations qui se produisent si rapidement que l’homme, et en particulier les enfants, n’a tout simplement pas le temps de développer les anticorps nécessaires pour vaincre le virus.

Alors que la protection contre certaines variantes de l'agent pathogène est formée, leurs descendants avec des propriétés complètement différentes apparaissent dans le sang.

Pronostic pour le diagnostic de l'hépatite C chez un nouveau-né

Avec un diagnostic établi d'hépatite C chez un nouveau-né, le pronostic est assez variable. S'il existe une variante aiguë de la maladie, au moins un an sera consacré à la guérison. Si la maladie est entrée dans une forme de développement chronique, le processus peut s'échelonner sur plusieurs années, voire plusieurs décennies.

La condition pathologique décrite chez le nourrisson est particulièrement défavorable dans la mesure où, dans ce cas, il n’est pas possible d’exécuter toute la gamme des mesures thérapeutiques.

Chez les nouveau-nés atteints d'hépatite C, le pronostic peut être considéré comme favorable si le diagnostic de la maladie a été établi relativement tôt et si des mesures thérapeutiques ont été instaurées immédiatement. Laisser une maladie aussi terrible suivre son cours ne peut en aucun cas. La même chose s'applique à l'auto-guérison. L'aide qualifiée des médecins augmente considérablement les chances d'obtenir un résultat favorable et vous permet en outre de prévenir l'infection d'autres membres de la famille.

Hépatite A, C, B

Comme vous le savez, le foie est un organe important qui remplit de nombreuses fonctions dans le corps humain. Sa tâche principale est de détoxifier et de métaboliser les composés toxiques. Dans diverses maladies, accompagnées d'une violation du foie, s'accumulent des substances nocives qui affectent négativement le système nerveux central et d'autres organes. L'hépatite est l'une de ces maladies.

L'hépatite est un processus pathologique inflammatoire grave de nature polyétiologique qui affecte toutes les fonctions du foie.

Aujourd'hui, il existe de nombreux types de cette maladie, mais l'hépatite virale joue un rôle particulier chez les enfants.

Le foie remplit un certain nombre de fonctions vitales nécessaires au fonctionnement normal du corps. Le foie synthétise des protéines qui sont une sorte de matériau de construction pour le corps humain. De plus, les protéines sont constituées de protéines, d’enzymes et de récepteurs situés à la surface des cellules.

Causes et variétés d'hépatite virale

L'hépatite chez les nouveau-nés est dans la plupart des cas le résultat de la transmission du pathogène viral par le placenta de la mère à l'enfant. L'infection du nourrisson peut survenir in utero ou au moment de l'accouchement. Le diagnostic précoce chez la mère joue un rôle particulier à cet égard. Si une hépatite virale a été diagnostiquée à une femme enceinte à un moment donné, vous pouvez toujours corriger l'état de l'enfant au stade de la grossesse, ce qui le sauvera des conséquences inutiles de la maladie.

À ce jour, 8 types d'hépatite virale ont été découverts chez l'homme, mais cinq seulement présentent un intérêt particulier.

  • Hépatite virale de type A ou maladie de Botkin. Il se transmet par voie fécale-orale par des mains non lavées, de l'eau contaminée et des aliments. La maladie est très contagieuse et tous les travailleurs de la restauration subissent un examen physique annuel visant à éliminer cette pathologie. En règle générale, les nouveau-nés ne se produisent pas.
  • L'hépatite virale de type B. Par rapport à la maladie précédente, elle se caractérise par une évolution plus dangereuse. Chez un dixième des patients, le processus pathologique aigu devient chronique et nécessite un traitement long et coûteux. Si les interventions thérapeutiques n'étaient pas réalisables ou n'étaient pas effectuées en quantité suffisante, le risque de cirrhose est élevé. Un vaccin contre cette maladie a été mis au point, ce qui réduit encore le risque d’infection. Le mode principal de transmission est parentéral. Les adultes sont infectés par des transfusions sanguines, la manipulation d'objets infectés (ciseaux à ongles, aiguilles de tatouage) ou des injections intraveineuses. A également lieu la transmission sexuelle. L'hépatite B chez le nouveau-né se transmet par le placenta ou pendant le travail. Au milieu du XXe siècle, il a été décidé de contrôler la présence du virus de l'hépatite B dans l'ensemble du sang du donneur, ce qui a permis de réduire de manière significative l'incidence des transfusions sanguines. Même si la vaccination a été effectuée, après l'infection, la probabilité d'une progression ultérieure de la maladie est réduite.
  • Hépatite virale C. Le mode de transmission est similaire au type précédent, mais l'évolution de la maladie ne sera pas aussi rapide. L'hépatite virale C est aussi appelée le «tueur en douceur». Les manifestations de l'hépatite C chez le nouveau-né sont associées à une longue absence de signes cliniques, accompagnée d'un processus de destruction lent dans le parenchyme hépatique. Des méthodes spécifiques de prévention n’ont pas encore été développées. Cependant, il existe des tests spéciaux extrêmement sensibles, grâce auxquels il est possible d'effectuer un test sanguin pour détecter la présence de virus.
  • Les hépatites virales de types E et D ne jouent pas un rôle particulier dans l’incidence des nouveau-nés.

Les symptômes

Chez le nouveau-né, l'hépatite virale survient à partir de la première ou de la deuxième semaine de vie. Dans de rares cas, les premiers symptômes surviennent plus tard, vers le deuxième ou le troisième mois après la naissance. Le premier signe qui se fait sentir est la jaunisse. Il se produit dans les 7 premiers jours de la vie, voire dans les 24 premières heures.

La gravité de ce symptôme est variable, elle dépend des caractéristiques individuelles du macroorganisme et de l'agressivité de l'agent pathogène lui-même. Symptômes observés dans l'hépatite virale:

  • La décoloration des masses fécales, qui est permanente ou épisodique, est propre aux enfants. La fixation de la décoloration diurne des selles est une partie importante de l'analyse de l'activité de la maladie. En raison d'une violation du métabolisme de la bilirubine, il se produit un changement de couleur de l'urine. Dans les premiers jours, l'urine peut encore avoir une couleur normale, mais à l'avenir, sa couleur ressemble à une bière brune. Pour les nouveau-nés également caractérisés par l'absence de symptômes de prurit.
  • Le foie est constamment dilaté, de manière inégale, principalement dans la région du lobe gauche. Sa densité n'est pas modifiée ou augmentée. Il est nécessaire d'enregistrer régulièrement les résultats de la mesure du foie. Cela vous permettra d'avoir une idée de la gravité et de la progression de la maladie.
  • Les signes d'une rate hypertrophiée sont rarement retrouvés. Cela est dû au fait que l'hépatosplénomégalie est une conséquence d'autres complications de la maladie rarement rencontrées.
  • Puisque le foie est une partie importante du système digestif, il affecte le travail du tractus gastro-intestinal. Pour les nouveau-nés, il y a souvent des vomissements incontrôlés, pouvant entraîner une perte importante de liquide. En conséquence, il existe des symptômes concomitants du type de léthargie et une fatigue accrue. Dans certains cas, des problèmes digestifs et une hypertrophie du foie précèdent le développement de la jaunisse.
  • Le changement dans le bien-être général du nouveau-né se développe dans un cas sur cinq. Dans le même temps, la détérioration de l'état peut se produire avec la vitesse de l'éclair avec l'apparition d'un œdème, d'une circulation périphérique altérée et d'un développement retardé de l'enfant. Quel que soit le cas, on enregistre des cas cliniques dans lesquels il y a un gain de poids normal et une augmentation de la croissance du nouveau-né.
  • Des troubles neurologiques mineurs sont souvent observés et doivent être corrigés, ce qui revêt une grande importance pour le diagnostic différentiel de la maladie. Chez les enfants infectés, le tonus musculaire des membres est réduit et les réflexes de base sont déprimés. Dans les cas graves, il peut y avoir des convulsions généralisées et des signes d'inflammation de la muqueuse du cerveau.

Méthodes de diagnostic

À l'heure actuelle, il n'existe aucune méthode spécifique pour établir l'hépatite virale du nouveau-né. Au cours des travaux pratiques, le médecin doit surveiller l'activité des marqueurs biochimiques du foie. L'activité accrue de la cytolyse doit être comparée aux données obtenues lors de l'analyse histologique, ainsi qu'aux résultats des tests sanguins biochimiques.

Pour le diagnostic différentiel, la numération globulaire complète et le nombre de réticulocytes jouent un rôle particulier. Il n’est pas rare que, lors du conflit Rh ou AB0 entre mère et enfant, ce dernier développe une anémie hémolytique congénitale, accompagnée d’un ictère sus-hépatique. Les méthodes de recherche ci-dessus permettent de distinguer l'hépatite virale du conflit rhésus. Il faut dire que 25% des cas d’hépatite sont accompagnés d’une lésion hémolytique de globules rouges. L’hépatite virale dans le sang montre une diminution du nombre de plaquettes.

Un fait intéressant. À 2-3 mois de développement intra-utérin du foie, la moitié de la masse totale du fœtus est atteinte.

Les estimations des fluctuations du niveau de bilirubine ne sont pas spécifiques. Cependant, elles permettent d’avoir une idée indirecte de la possibilité que la maladie passe au stade de la cholestase. À la suite d’études cliniques, il a été constaté qu’au début de la maladie, une augmentation de la teneur en bilirubine indirecte dans le sang se retrouvait ensuite en mélange, puis en hyperbilirubinémie directe.

L'augmentation de la concentration des enzymes hépatiques et du cholestérol n'a pas d'effet particulier sur le pronostic de la maladie. Lorsque le processus pathologique atteint le stade de la cholestase, on observe une augmentation marquée du cholestérol.

D'importance particulière dans le diagnostic prend un examen virologique. Il devrait inclure l'analyse de l'urine, du liquide céphalo-rachidien, des pertes sanguines et nasopharyngées. Toutes ces procédures visent à détecter l'agent étiologique de la maladie. Grâce à des réactions sérologiques spécifiques, il est possible de confirmer ou d'infirmer de manière fiable la présence d'un agent pathogène viral dans le corps.

Avec une voie de transmission verticale, un examen de la mère est requis. Les anticorps présents dans son sang et les antigènes de l'hépatite virale suggèrent que l'enfant est atteint de cette maladie. À l'aide de méthodes de recherche radiologiques, il est possible d'obtenir des données indirectes indiquant la présence de dommages viraux au foie.

Afin de détecter l'hépatite au cours de la période néonatale, une méthode histologique peut être nécessaire. Il est dans la collection du matériel biologique de l'enfant, suivi d'une étude. La procédure est effectuée à travers une ponction sur la paroi abdominale à l'aide d'une aiguille de ponction. Avant de pratiquer une biopsie, assurez-vous qu'il n'y a pas de trouble de la coagulation. En cas d'atteinte du foie, il est également possible de réduire le nombre de plaquettes, ce qui se manifeste par une augmentation des saignements. Si cette condition n'est pas corrigée, alors, lors d'une biopsie, le risque de saignement aigu est élevé.

Le respect de toutes les règles de sécurité vous permet d'éviter les complications non désirées qui aggravent le pronostic pour la vie de l'enfant. Après avoir recueilli le matériel biologique, l’histologue examine l’échantillon obtenu à l’aide de diverses techniques microscopiques. Une biopsie par ponction de haute qualité élimine le besoin de procéder à un prélèvement chirurgical de matériel biologique.

Évolution de la maladie

La durée de l'hépatite chez les nouveau-nés peut varier de 2 semaines à 1,5 mois. Dans des cas exceptionnels, le débit est retardé jusqu'à 3-4 mois. La normalisation de la couleur de la peau, la restauration de la fonction normale du tractus gastro-intestinal et une diminution de la taille du foie indiquent une évolution favorable de la maladie.

Gain de poids physiologique progressivement rétabli. Le niveau de développement de l'enfant correspond à l'âge. La normalisation des paramètres de laboratoire ne se produit pas immédiatement, notamment en ce qui concerne le taux de cholestérol libre et d'acides gras. L'hépatite C chez les nouveau-nés peut ne pas se manifester avant que les signes de fibrose hépatique ne soient enregistrés.

Des complications

Les complications de l'hépatite virale peuvent considérablement aggraver le pronostic de la vie d'un enfant:

  • Longue cholestase. Plus de 30% de toutes les infections sont accompagnées de ce syndrome. Le diagnostic différentiel avec d'autres maladies à l'origine d'un tel syndrome est facilité lorsque l'enfant présente des signes d'hyperbilirubinémie (jaunissement, urine foncée, décoloration des selles). Il est nécessaire d'ajouter que pour enregistrer ce symptôme, l'enfant doit être hospitalisé pendant toute la durée de la maladie.
  • La fibrose subaiguë est une complication rare. Son parcours est plus prononcé et peut être dangereux pour l'enfant. La fibrose est fixée au milieu du quatrième mois de la vie et se manifeste par une diminution du gain de poids, de la croissance, ainsi que par une augmentation de la rate, une rétention de liquide dans la cavité abdominale et une augmentation de la densité du foie. Avec des tests de laboratoire, vous pouvez fixer le taux de croissance, indiquant ainsi les réactions inflammatoires.
  • Les conséquences à long terme de l'évolution de l'hépatite virale sont en violation de la formation de dents, du rachitisme et de l'ostéoporose. La cirrhose du foie est assez rare. Au cours de son développement, la pression dans le système de la veine porte augmente, ce qui entraîne une ascite, une augmentation de la rate et une rétention hydrique globale dans tout le corps.

Traitement

Les formes typiques d'hépatite virale chez le nouveau-né sont traitées symptomatiquement. À cette fin, lutter contre les manifestations de la déshydratation, de la digestion avec facultés affaiblies et de la coagulation du sang. Initialement, l'enfant doit choisir un régime qui réponde à ses besoins physiologiques.

La restauration du niveau approprié de la coagulation du sang est assurée par des injections régulières de vitamine K. Pour prévenir le développement de complications du système musculo-squelettique, il est nécessaire d'utiliser des complexes médicinaux contenant de la vitamine D et du calcium. L'utilisation de médicaments améliorant la circulation de la bile n'est pas indiquée chez les nouveau-nés.

La nomination des glucocorticoïdes n’est réalisée qu’avec le développement de la fibrose subaiguë.

Si les manifestations cholestatiques persistent, il est recommandé d’effectuer une intervention chirurgicale permettant d’évaluer la perméabilité des voies biliaires. La restauration de l'écoulement normal de la bile est obtenue par l'implantation de tubes de drainage lors d'une cholécystomie ou à la suite d'une cholangiographie préopératoire.

Hépatite C chez les nouveau-nés

L'hépatite C est une lésion du foie résultant d'un agent pathogène humain présent dans le sang. La maladie est considérée comme l’option la plus difficile et la plus dangereuse de tous les types d’hépatite virale. Ces caractéristiques sont associées aux caractéristiques de la manifestation de l'hépatite C et de la propagation du virus.

Raisons

De nombreux parents sont confrontés au problème des symptômes de l'hépatite C dans les premiers jours et premières semaines de vie du bébé. Ils peuvent survenir pour diverses raisons. Dans la plupart des cas, l'agent pathogène pénètre dans le corps du bébé par la mère. Les principaux facteurs pouvant provoquer une hépatite virale chez un enfant sont les suivants:

  • infection de la mère pendant le développement fœtal,
  • infection lors de l'accouchement due à l'apparition de blessures dans le corps et sur le corps de la mère et de l'enfant,
  • infection après l'accouchement pendant la période d'allaitement.

Les médecins disent que l'infection du bébé par l'hépatite C de la mère pendant la grossesse est peu probable. Le risque est seulement 3-5%. Dans la plupart des cas, les filles donnent naissance à des enfants en bonne santé. Toutefois, la probabilité d’infection n’est pas exclue si le sang de la mère contient un grand nombre de virus de l’hépatite C.

Le risque d'ingestion d'un agent pathogène chez le bébé augmente pendant le travail et la césarienne. Dans le corps de la mère, il y a diverses blessures et saignements. Lorsqu'un enfant est blessé, le virus peut pénétrer dans son corps par le sang.

L'allaitement peut également provoquer une infection du foie chez un nouveau-né. Cela se produit lorsque la mère développe un microtraumatisme au sein. Les virus pénètrent dans le corps du bébé avec du sang dans le lait pendant la tétée.

Il n'est également pas nécessaire d'exclure la probabilité qu'un agent pathogène entre sous l'influence de facteurs externes. Si un bébé a besoin d'une transfusion sanguine après la naissance, il existe également un risque de contracter l'hépatite C.

Ce sont les principales causes de l’infection du corps d’un enfant par une hépatite virale.

Les symptômes

La manifestation de l'hépatite C chez un nouveau-né est accompagnée de certains symptômes caractéristiques. Les premiers signes peuvent apparaître plusieurs jours après l’infection. Les symptômes typiques incluent:

  • manque d'appétit
  • faiblesse générale
  • perte d'activité
  • décoloration des selles,
  • urine sombre
  • température modérément élevée
  • éruption cutanée.

Dans la plupart des cas, les signes de l'hépatite C chez les nourrissons ressemblent aux symptômes de la maladie chez l'adulte. La maladie se manifeste également par étapes. Cependant, certains enfants peuvent ne pas ressentir de jaunissement de la peau.

Diagnostic de l'hépatite C chez le nouveau-né

L'hépatite C est une maladie complexe et grave. Un virus peut avoir un effet néfaste sur le corps d’un enfant. Dès que les parents parviennent à reconnaître les premiers symptômes alarmants de l'hépatite, il est nécessaire de consulter un spécialiste. Le médecin pourra déterminer les manifestations caractéristiques et planifier un examen pour clarifier le diagnostic.

Afin de diagnostiquer l'hépatite C chez un nouveau-né, le bébé peut être soumis à certains tests:

  • analyse biochimique du sang et de l'urine,
  • analyse générale du sang et de l'urine
  • recherche la présence d’anticorps anti-virus de l’hépatite C dans le sang.

Dans certains cas, également effectué un examen par ultrasons de la cavité abdominale. Ainsi, un spécialiste sera en mesure de déterminer l'état du foie, le degré de ses dommages. Sur la base de la recherche, un diagnostic précis est établi, après quoi le traitement commence.

Des complications

Chez les nouveau-nés aux premiers stades de la maladie, une forme aiguë d'hépatite C est diagnostiquée et, avec des soins médicaux et un traitement opportuns, la probabilité de vaincre le virus sans conséquences est suffisamment élevée.

Cependant, il existe un risque de complications dangereuses. La variante la plus commune des conséquences de l'hépatite C dangereuse chez un nourrisson est le passage de la maladie à la forme chronique. Ainsi, la maladie peut rester longtemps dans le corps de l’enfant, détruisant progressivement le foie. En conséquence, cela peut conduire au développement de maladies dangereuses telles que:

  • la cirrhose du foie,
  • l'apparition de tumeurs malignes
  • insuffisance hépatique.

La condition et le bien-être du bébé, ainsi que son prompt rétablissement, dépendent en grande partie du comportement et de la réaction des parents. Il est très important de prêter attention à la santé de l'enfant afin de garantir un déroulement sans heurt et sans danger de la maladie.

Traitement

Pour soigner l'hépatite C chez un nouveau-né avec des conséquences et des complications minimes, il est nécessaire de consulter un spécialiste à temps et de suivre toutes ses instructions. Le traitement consiste à prendre des médicaments pour éliminer les virus et éliminer les symptômes.

Que pouvez vous faire

La principale chose à faire pendant la période de maladie est de surveiller de près l’état de l’enfant. Il est très important de créer les conditions appropriées pour cela:

  • fournir un repos au lit
  • entourer avec soin et attention,
  • ajuster le mode d'alimentation.

Que fait le docteur

Il est nécessaire de traiter l'hépatite C chez un nourrisson à l'aide d'antiviraux spéciaux. Étant donné que le nourrisson et son corps sont sensibles à de telles interventions, la thérapie nécessite une approche individuelle.

Prévention

Dans la plupart des cas, le nourrisson souffre d'hépatite C en raison de l'infection de la mère, qui est le vecteur de l'agent pathogène. Dans de telles circonstances, la mise en œuvre de mesures préventives visant à prévenir l’infection peut être inefficace. Vous devez surveiller attentivement votre santé et réagir rapidement à tout changement de santé.

Si le bébé est né en bonne santé, les parents peuvent créer toutes les conditions nécessaires pour protéger son corps de la maladie et éviter des conséquences dangereuses. Pour ce faire, vous devez respecter les règles d'hygiène, vous laver les mains avant tout contact avec le bébé, manipuler avec précaution ses aliments.

D'autres manifestations de l'hépatite virale peuvent être arrêtées par la vaccination. Malheureusement, aucun vaccin efficace contre l'hépatite C n'a encore été mis au point. Les principales difficultés liées à la mise en œuvre de mesures préventives de protection contre une maladie dangereuse sont liées à cela.

12 semaines avant votre cure pour l'hépatite C

Contacter l'hépatite C chez les nouveau-nés

Contacter l'hépatite C chez les nouveau-nés

L'hépatite est une maladie inflammatoire aiguë et chronique du foie, non focale, mais répandue. Dans différentes hépatites, les méthodes d'infection sont différentes, elles diffèrent également par le taux de progression de la maladie, les manifestations cliniques, les méthodes et les pronostics de traitement. Même les symptômes de différents types d'hépatite sont différents. De plus, certains symptômes apparaissent plus forts que d'autres, qui sont déterminés par le type d'hépatite.

Symptômes principaux

  1. Jaune Le symptôme est fréquent et dû au fait que la bilirubine pénètre dans le sang du patient en cas de lésion du foie. Le sang, qui circule dans le corps, le répand à travers les organes et les tissus, les peignant en jaune.
  2. L'apparition d'une douleur dans l'hypochondre droit. Cela se produit en raison de l'augmentation de la taille du foie, entraînant l'apparition de douleurs, qui sont sourdes et prolongées ou de nature paroxystique.
  3. La détérioration de la santé, accompagnée de fièvre, maux de tête, vertiges, indigestion, somnolence et léthargie. Tout cela est une conséquence de l'action sur le corps de la bilirubine.

Hépatite aiguë et chronique

Les patients atteints d'hépatite ont des formes aiguës et chroniques. Dans la forme aiguë, ils se manifestent en cas d'atteinte virale du foie et également en cas d'intoxication par différents types de poisons. Dans les formes aiguës de la maladie, l'état des patients se détériore rapidement, ce qui contribue au développement accéléré des symptômes.

Avec cette forme de la maladie est tout à fait possible des projections favorables. À l'exception de son devenir chronique. Dans la forme aiguë, la maladie est facilement diagnostiquée et plus facile à traiter. L'hépatite aiguë non traitée se développe facilement en une forme chronique. Parfois, avec une intoxication grave (par exemple, l'alcool), la forme chronique se produit de manière indépendante. Dans la forme chronique de l'hépatite, le processus de remplacement des cellules du foie par le tissu conjonctif se produit. Elle est faiblement exprimée, lente et par conséquent, elle reste parfois non diagnostiquée jusqu'au début de la cirrhose du foie. L'hépatite chronique est traitée moins bien et le pronostic de sa guérison est moins favorable. Dans le cours aigu de la maladie, le bien-être est considérablement aggravé, une jaunisse se développe, une intoxication apparaît, la fonction fonctionnelle du foie diminue et la teneur en bilirubine dans le sang augmente. Grâce au dépistage rapide et au traitement efficace de l'hépatite aiguë, le patient se rétablit le plus souvent. Avec une maladie de plus de six mois, l'hépatite devient chronique. La forme chronique de la maladie entraîne de graves désordres dans le corps: hypertrophie de la rate et du foie, perturbation du métabolisme, apparition de complications telles qu'une cirrhose du foie et des formations oncologiques. Si un patient a une immunité réduite, si le schéma thérapeutique est incorrect ou s'il y a une dépendance à l'alcool, le passage à une forme chronique d'hépatite menace la vie du patient.

Variétés d'hépatite

L'hépatite a plusieurs types: A, B, C, D, E, F, G, on les appelle également hépatite virale, car leur cause est le virus.

L'hépatite A

Ce type d'hépatite est aussi appelé maladie de Botkin. Sa période d'incubation dure de 7 jours à 2 mois. Son agent pathogène, le virus à ARN, peut être transmis d'une personne malade à une personne en bonne santé par le biais de produits de qualité médiocre et d'eau, par contact avec des articles ménagers utilisés par le patient. L'hépatite A est possible sous trois formes, elles sont divisées en fonction de l'intensité de la manifestation de la maladie:

  • dans la forme aiguë avec jaunisse, le foie est gravement endommagé;
  • avec subaiguë sans jaunisse, on peut parler d’une version plus légère de la maladie;
  • dans la forme infraclinique, on peut même ne pas remarquer les symptômes, bien que la personne infectée soit la source du virus et puisse en infecter d'autres.

L'hépatite B

Cette maladie s'appelle également l'hépatite sérique. Accompagné d'une augmentation du foie et de la rate, l'apparition de douleurs dans les articulations, des vomissements, de la température, des dommages au foie. Il survient sous forme aiguë ou chronique, qui est déterminée par l’état de l’immunité du patient. Modes d'infection: lors d'injections avec violation des règles sanitaires, de rapports sexuels, lors de transfusions sanguines, d'utilisation d'instruments médicaux mal désinfectés. La durée de la période d'incubation est de 50 ÷ 180 jours. L’incidence de l’hépatite B est réduite par la vaccination.

L'hépatite C

Ce type de maladie est l’une des maladies les plus graves car elle est souvent accompagnée d’une cirrhose ou d’un cancer du foie, entraînant par la suite la mort. La maladie se prête mal au traitement et, de plus, ayant déjà eu l'hépatite C une fois, une personne peut être réinfectée avec le même mal. Il n’est pas facile de guérir le VHC: après l’hépatite C aiguë, 20% des patients guérissent, et chez 70% des patients, le corps n’est pas capable de se soigner du virus et la maladie devient chronique. Établir la raison pour laquelle certains sont guéris eux-mêmes, alors que d'autres ne le sont pas, n'a pas encore réussi. La forme chronique de l'hépatite C elle-même ne disparaîtra pas et doit donc être traitée. Le diagnostic et le traitement de la forme aiguë du VHC sont effectués par un spécialiste des maladies infectieuses. La forme chronique de la maladie est un hépatologue ou un gastro-entérologue. Il est possible de contracter l’infection lors de transfusions de plasma ou de sang provenant d’un donneur infecté, lorsqu’il utilise des outils médicaux de mauvaise qualité, sexuellement, et que la mère malade transmet l’infection à l’enfant. Le virus de l'hépatite C (VHC) se répand rapidement dans le monde entier, le nombre de patients dépasse depuis longtemps cent cinquante millions de personnes. Auparavant, le VHC ne répondait pas bien au traitement, mais la maladie peut maintenant être guérie à l'aide d'antiviraux modernes à action directe. Seule cette thérapie est assez chère, et donc tout le monde ne peut se le permettre.

L'hépatite D

Ce type d'hépatite D n'est possible que s'il est co-infecté avec le virus de l'hépatite B (la co-infection est un cas d'infection d'une cellule unique par des virus de types différents). Il est accompagné d'une lésion hépatique massive et d'une évolution aiguë de la maladie. Voies d'infection - transmission du virus de la maladie dans le sang d'une personne en bonne santé par un porteur du virus ou une personne malade. La période d'incubation dure 20 ÷ 50 jours. Extérieurement, l'évolution de la maladie ressemble à celle de l'hépatite B, mais sa forme est plus grave. Peut devenir chronique en allant plus tard à la cirrhose. Il est possible de procéder à une vaccination similaire à celle utilisée pour l'hépatite B.

L'hépatite E

Légèrement rappeler l'hépatite A par le cours et le mécanisme de transmission, car il est également transmis par le sang de la même manière. Sa caractéristique est l'apparition de formes ultrarapides, causant la mort en une période ne dépassant pas 10 jours. Dans d'autres cas, il peut être guéri efficacement et le pronostic de guérison est souvent favorable. Une exception peut être la grossesse, le risque de perdre un enfant étant proche de 100%.

L'hépatite F

Ce type d'hépatite n'a pas été suffisamment étudié. On sait seulement que la maladie est causée par deux virus différents: l'un isolé du sang de donneurs, l'autre localisé dans les matières fécales d'un patient qui a été victime d'une hépatite après une transfusion sanguine. Signes: apparition d'ictère, de fièvre, d'ascite (accumulation de liquide dans la cavité abdominale), augmentation de la taille du foie et de la rate, augmentation du taux de bilirubine et d'enzymes hépatiques, apparition de modifications de l'urine et des fèces, ainsi qu'une intoxication générale du corps. Des méthodes efficaces de traitement de l'hépatite F n'ont pas encore été développées.

L'hépatite G

Ce type d'hépatite est semblable à l'hépatite C, mais il n'est pas aussi dangereux car il ne contribue pas au développement de la cirrhose et du cancer du foie. La cirrhose ne peut survenir qu'en cas de co-infection de l'hépatite G et C.

Diagnostics

Dans leurs symptômes, l'hépatite virale est semblable, tout comme certaines autres infections virales. Pour cette raison, il est difficile d'établir le diagnostic exact du patient. En conséquence, afin de clarifier le type d'hépatite et de prescrire correctement le traitement, des analyses de sang en laboratoire sont nécessaires pour identifier les marqueurs - des indicateurs individuels pour chaque type de virus. Après avoir identifié la présence de ces marqueurs et leur rapport, il est possible de déterminer le stade de la maladie, son activité et son issue possible. Afin de suivre la dynamique du processus, l'examen est répété après un certain temps.

Comment traiter l'hépatite C

Les schémas thérapeutiques actuels pour les formes chroniques du VHC sont réduits à une association d'antiviraux, comprenant des antiviraux à action directe tels que le sofosbuvir, le velpatasvir, le daclatasvir et le lédipasvir, en diverses combinaisons. Parfois, la ribavirine et les interférons sont ajoutés pour améliorer leur efficacité. Cette combinaison de substances actives arrête la réplication des virus, préservant ainsi le foie de ses effets destructeurs. Cette thérapie a plusieurs inconvénients:

  1. Le coût des médicaments pour lutter contre le virus de l'hépatite B est élevé, tout le monde ne peut en avoir.
  2. L'acceptation de médicaments individuels s'accompagne d'effets secondaires désagréables, tels que fièvre, nausée et diarrhée.

La durée du traitement des formes chroniques d'hépatite dure de plusieurs mois à un an, en fonction du génotype du virus, du degré de dégradation du corps et des médicaments utilisés. Étant donné que l'hépatite C affecte principalement le foie, les patients doivent suivre un régime alimentaire strict.

Caractéristiques des génotypes du VHC

L'hépatite C fait partie des hépatites virales les plus dangereuses. La maladie est causée par un virus contenant de l'ARN, appelé Flaviviridae. Le virus de l'hépatite C est aussi appelé "tueur affectueux". Il a reçu une telle épithète peu flatteuse car, au début, la maladie ne s'accompagnait d'aucun symptôme. Il n'y a aucun signe de jaunisse classique ni de douleur dans la région de l'hypochondre droit. Détecter la présence du virus ne peut pas plus tôt que quelques mois après l’infection. Et avant cela, la réaction du système immunitaire est complètement absente et il est impossible de détecter des marqueurs dans le sang. Il est donc impossible de procéder à un génotypage. Une caractéristique particulière du VHC est également le fait qu’après sa pénétration dans le sang lors du processus de reproduction, le virus commence à muter rapidement. De telles mutations interfèrent avec le système immunitaire des personnes infectées pour s'adapter et lutter contre la maladie. En conséquence, la maladie peut durer plusieurs années sans aucun symptôme, après quoi une cirrhose ou une tumeur maligne apparaît presque sans tranche. Et dans 85% des cas, la maladie de la forme aiguë devient chronique. Le virus de l'hépatite C a une caractéristique importante - une variété de structures génétiques. En fait, l'hépatite C est une collection de virus, classés selon les variantes de leur structure et subdivisés en génotypes et sous-types. Un génotype est la somme des gènes codant pour les traits hérités. Jusqu'à présent, 11 génotypes du virus de l'hépatite C, qui ont leurs propres sous-types, sont connus en médecine. Le génotype est désigné par les chiffres de 1 à 11 (bien que dans les études cliniques, les génotypes soient principalement utilisés 1 à 6) et les sous-types, en utilisant les lettres de l'alphabet latin:

  • 1a, 1b et 1c;
  • 2a, 2b, 2c et 2d;
  • 3a, 3b, 3c, 3d, 3e et 3f;
  • 4a, 4b, 4c, 4d, 4e, 4f, 4h, 4i et 4j;
  • 5a;
  • 6a.

Dans différents pays, les génotypes du VHC se propagent de différentes manières. Par exemple, en Russie, on en trouve le plus souvent du premier au troisième. La gravité de la maladie dépend du type de génotype, ils déterminent le schéma thérapeutique, sa durée et le résultat du traitement.

Comment les souches du VHC se répandent sur la planète

Les génotypes de l’hépatite C sont répartis de manière hétérogène sur le territoire du globe. Le génotype 1, 2, 3 se présente le plus souvent. Il présente les caractéristiques suivantes:

  • En Europe occidentale et dans ses régions orientales, les génotypes 1 et 2 sont les plus répandus.
  • aux États-Unis, sous-types 1a et 1b;
  • En Afrique du Nord, le génotype 4 est le plus répandu.

Les personnes présentant des troubles sanguins (tumeurs du système hématopoïétique, hémophilie, etc.) ainsi que les patients sous traitement dans les unités de dialyse sont à risque. Le génotype 1 est considéré comme le plus répandu dans le monde.

50% du nombre total de cas. Le deuxième plus commun est le génotype 3 avec un peu plus de 30%. La propagation du VHC en Russie présente des différences significatives par rapport aux versions mondiales ou européennes:

  • le génotype 1b représente

50% des cas;

  • sur le génotype 3a

    20%

  • l'hépatite 1a infectée

    10% des patients;

  • hépatite de génotype 2 trouvée dans

    Mais la difficulté du traitement du VHC dépend non seulement du génotype. Les facteurs suivants influencent également l'efficacité du traitement:

    • l'âge des patients. Les chances de guérison chez les jeunes sont beaucoup plus grandes;
    • les femmes sont plus faciles à récupérer que les hommes;
    • le degré de dommages au foie est important - le résultat favorable est plus élevé avec moins de dommages;
    • l'ampleur de la charge virale - plus le virus dans l'organisme est petit au moment du traitement, plus le traitement est efficace;
    • poids du patient: plus il est élevé, plus le traitement est compliqué.

    Par conséquent, le schéma thérapeutique est choisi par le médecin traitant en fonction des facteurs énumérés ci-dessus, du génotypage et des recommandations de EASL (Association européenne pour les maladies du foie). EASL maintient constamment ses recommandations à jour et, au fur et à mesure de l'apparition de nouveaux médicaments efficaces pour le traitement de l'hépatite C, corrige les schémas thérapeutiques recommandés.

    Qui est à risque d'infection par le VHC?

    Comme on le sait, le virus de l'hépatite C est transmis par la circulation sanguine et est donc susceptible de s'infecter:

    • patients transfusés;
    • les patients et les clients des cabinets dentaires et des établissements médicaux où les outils médicaux sont mal stérilisés;
    • en raison d'instruments non stériles, il peut être dangereux de se rendre dans des salons de manucure et de beauté;
    • Les amateurs de piercing et de tatouage peuvent également souffrir d'instruments mal traités,
    • les personnes qui consomment des drogues présentent un risque élevé d’infection en raison de l’utilisation répétée d’aiguilles non stériles;
    • le fœtus peut être infecté par une mère infectée par l'hépatite C;
    • au cours des rapports sexuels, l'infection peut également pénétrer dans le corps d'une personne en bonne santé.

    Quel est le traitement de l'hépatite C?

    Le virus de l'hépatite C a été considéré comme un virus tueur «tendre» pour une raison. Il est capable de ne pas se montrer pendant des années, après quoi il apparaît soudainement sous la forme de complications accompagnées d'une cirrhose ou d'un cancer du foie. Après tout, plus de 177 millions de personnes dans le monde ont reçu un diagnostic de VHC. Le traitement, utilisé jusqu'en 2013, combinait des injections d'inétférféron et de ribavirine, ce qui donnait aux patients une chance de guérir ne dépassant pas 40-50%. Et en plus, cela s'accompagnait d'effets secondaires graves et douloureux. La situation a changé à l'été 2013 après que la société pharmaceutique américaine Gilead Sciences a breveté la substance sofosbuvir, qui était produite sous la marque Sovaldi et contenait 400 mg de drogue. Il est devenu le premier médicament antiviral à action directe (AAD) à lutter contre le VHC. Les résultats des essais cliniques sur le sofosbuvir ont plu aux médecins avec des performances atteignant 85 95% selon le génotype, tandis que la durée du traitement par rapport au traitement par interférons et ribavirine était plus que doublée. Et bien que la société pharmaceutique Gilead ait breveté le sofosbuvir, il a été synthétisé en 2007 par Michael Sofia, un employé de Pharmasett, qui a ensuite été acquis par Gilead Sciences. Du nom de Michael, la substance synthétisée par lui s'appelait sofosbuvir. Michael Sophia et un groupe de scientifiques ayant effectué un certain nombre de découvertes révélant la nature du VHC, lui permettant de créer un médicament efficace pour son traitement, ont reçu le prix Lasker-DeBakey pour la recherche en médecine clinique. Eh bien, la quasi-totalité des bénéfices tirés de la vente d’un nouveau produit efficace a été reversée à Gilead, qui a imposé à Sovaldi des prix extrêmement élevés. En outre, la société a défendu son développement avec un brevet spécial, selon lequel Gilead et certaines de ses sociétés partenaires sont devenues propriétaires du droit exclusif de fabriquer les DAA originaux. En conséquence, les bénéfices de Gilead au cours des deux premières années de la vente du médicament ont permis de couvrir à plusieurs reprises tous les coûts supportés par la société pour acquérir Pharmasett, obtenir un brevet et faire l'objet d'essais cliniques ultérieurs.

    Qu'est-ce que le sofosbuvir?

    L’efficacité de ce médicament dans la lutte contre le VHC était si élevée qu’à présent, presque aucun régime de traitement ne peut se passer de son utilisation. Le sofosbuvir n'est pas recommandé pour une utilisation en monothérapie, mais lorsqu'il est utilisé en combinaison, il donne des résultats exceptionnellement bons. Initialement, le médicament était utilisé en association avec la ribavirine et l’interféron, ce qui a permis, dans les cas simples, de guérir en seulement 12 semaines. Et ceci en dépit du fait que seul le traitement par interféron et ribavirine était deux fois moins efficace et que sa durée dépassait parfois 40 semaines. Après 2013, chaque année suivante, on apprenait que de plus en plus de nouveaux médicaments combattaient avec succès le virus de l'hépatite C:

    • le daclatasvir est apparu en 2014;
    • 2015 était l'année de naissance du lédipasvir;
    • 2016 a ravi la création du velpatasvir.

    Bristol-Myers Squibb a libéré du daclatasvir sous forme de Daklinza, un médicament contenant 60 mg de principe actif. Les deux substances suivantes ont été créées par les scientifiques de Gilead et, aucune d’entre elles ne pouvant être utilisée en monothérapie, ils n’utilisaient des médicaments qu’en association avec le sofosbuvir. Pour faciliter le traitement, les médicaments prudemment recréés ont été libérés immédiatement en association avec le sofosbuvir. Donc, il y avait des drogues:

    • Harvoni, associant 400 mg de sofosbuvir et 90 mg de lédipasvir;
    • Epclusa, qui comprenait 400 mg de sofosbuvir et 100 mg de velpatasvir.

    Dans le traitement avec le daclatasvir, deux médicaments différents, Sovaldi et Daclins, ont été pris. Chacune des combinaisons couplées d'ingrédients actifs a été utilisée pour traiter certains génotypes du VHC selon les schémas thérapeutiques recommandés par EASL. Et seule l'association du sofosbuvir au velpatasvir s'est avérée être un moyen pangénotypique (universel). Epclus a guéri tous les génotypes de l'hépatite C avec pratiquement la même efficacité élevée d'environ 97 100%.

    L'émergence des génériques

    Les essais cliniques ont confirmé l'efficacité du traitement, mais tous ces médicaments très efficaces présentaient un inconvénient majeur: des prix trop élevés, qui ne leur permettaient pas de contracter l'essentiel de la maladie. Les prix élevés monopolistiques des produits installés par Gilead ont provoqué scandale et scandale, obligeant les titulaires de brevets à faire certaines concessions, accordant à certaines sociétés indiennes, égyptiennes et pakistanaises des licences leur permettant de fabriquer des analogues (génériques) de médicaments aussi efficaces et recherchés. De plus, la lutte contre les titulaires de brevets, qui proposent des médicaments à des prix exorbitants, a conduit l’Inde, où des millions de patients atteints d’hépatite C vivent sous une forme chronique. À la suite de cette lutte, Gilead a octroyé des licences et des brevets en développement à 11 sociétés indiennes pour la libération indépendante du sofosbuvir, puis de leurs autres nouveaux produits. Après avoir obtenu des licences, les fabricants indiens ont rapidement commencé à fabriquer des génériques en attribuant leur propre marque aux médicaments fabriqués. C'est ainsi que le générique Sovaldi est apparu, puis que Daklinza, Harvoni, Epclusa et l'Inde sont devenus le leader mondial de leur production. Selon le contrat de licence, les fabricants indiens versent 7% de leurs revenus en faveur des détenteurs de brevets. Mais même avec ces paiements, le coût des génériques produits en Inde était dix fois moins élevé que celui des originaux.

    Mécanismes d'action

    Comme indiqué précédemment, les schémas thérapeutiques émergents contre le VHC sont liés aux AAD et agissent directement sur le virus. Alors qu'il était utilisé auparavant pour le traitement de l'interféron avec la ribavirine, il renforce le système immunitaire humain et aide le corps à résister à la maladie. Chacune des substances agit sur le virus à sa manière:

    1. Le sofosbuvir bloque l'ARN polymérase, inhibant ainsi la réplication virale.
    1. Le daclatasvir, le lédipasvir et le velpatasvir sont des inhibiteurs de la NS5A qui empêchent la propagation des virus et leur pénétration dans des cellules saines.

    Un tel effet directionnel permet de lutter efficacement contre le VHC en utilisant le sofosbuvir en association avec le daklatasvir, le lédipasvir, le velpatasvir comme traitement. Parfois, pour renforcer l'effet sur le virus, un troisième composant est ajouté au couple, le plus souvent la ribavirine.

    Fabricants génériques de l'Inde

    Les sociétés pharmaceutiques du pays ont profité des licences qui leur ont été accordées et l’Inde publie à présent les génériques suivants:

    • Hepcvir est un fabricant de Cipla Ltd.
    • Hepcinat - Natco Pharma Ltd.;
    • Cimivir - Biocon Ltd. Hetero Drugs Ltd.;
    • MyHep est un fabricant de Mylan Pharmaceuticals Private Ltd.;
    • SoviHep - Zydus Heptiza Ltd;
    • Sofovir est un fabricant de Hetero Drugs Ltd.
    • Resof - produit par le Dr Reddy’s Laboratories;
    • Virso - libère Strides Arcolab.

    Des analogues de Daklin sont également fabriqués en Inde:

    • Natdac de Natco Pharma;
    • Dacihep de Zydus Heptiza;
    • Daclahep from Hetero Drugs;
    • Dactovin de Strides Arcolab;
    • Daclawin de Biocon Ltd. Hetero Drugs Ltd.;
    • Mydacla de Mylan Pharmaceuticals.

    Après Gilead, les fabricants de médicaments indiens ont également maîtrisé la production de Harvoni, ce qui a abouti aux génériques suivants:

    • Ledifos - libère l'hétéro;
    • Hepcinat LP - Natco;
    • Myhep LVIR - Mylan;
    • Hepcvir L - Cipla Ltd.
    • Cimivir L - Biocon Ltd. Hetero Drugs Ltd.;
    • LediHep - Zydus.

    Et en 2017, la production des génériques indiens suivants, Epclusi, a été maîtrisée:

    • Velpanat a publié Natco Pharma;
    • Velasof maîtrisait les drogues hétéro;
    • SoviHep V a commencé à produire la société Zydus Heptiza.

    Comme vous pouvez le constater, les sociétés pharmaceutiques indiennes ne sont pas à la traîne des fabricants américains, maîtrisant assez rapidement les médicaments nouvellement développés, tout en respectant toutes les caractéristiques qualitatives, quantitatives et thérapeutiques. Résistant, y compris la bioéquivalence pharmacocinétique par rapport aux originaux.

    Exigences génériques

    Un médicament générique est un médicament capable de remplacer le traitement par des médicaments originaux coûteux par un brevet en termes de propriétés pharmacologiques de base. Ils peuvent être libérés à la fois lorsqu'ils sont disponibles et lorsqu'il n'y a pas de licence, seule sa présence rend l'analogue délivré sous licence. Dans le cas de la délivrance de licences à des sociétés pharmaceutiques indiennes, Gilead leur a également fourni une technologie de production, donnant ainsi aux preneurs de licence le droit de disposer de politiques de prix indépendantes. Pour qu'un analogue d'une drogue soit considéré comme un générique, il doit respecter un certain nombre de paramètres:

    1. Vous devez respecter le ratio des composants pharmaceutiques les plus importants lors de la préparation d’étalons qualitatifs et quantitatifs.
    1. Suivez les normes internationales pertinentes.
    1. Le respect obligatoire des conditions de production appropriées est requis.
    1. Dans les préparations, un équivalent approprié des paramètres d'absorption devrait être maintenu.

    Il convient de noter que l'OMS veille à garantir la disponibilité des médicaments, qui visent à remplacer les médicaments de marque onéreux à l'aide de génériques abordables.

    Soferbuvir Générique égyptien

    Contrairement à l’Inde, les sociétés pharmaceutiques égyptiennes ne sont pas devenues les leaders mondiaux de la production de médicaments génériques pour l’hépatite C, bien qu’elles maîtrisent également la production d’analogues, le sofosbuvir. Cependant, dans la majeure partie de leurs analogues sont non autorisés:

    • MPI Viropack, produit Marcyrl Pharmaceutical Industries - l’un des tout premiers génériques égyptiens;
    • Heterosofir, publié par Pharmed Healthcare. C'est le seul générique sous licence en Egypte. Sur l'emballage, sous l'hologramme, un code est masqué, ce qui permet de vérifier l'originalité de la préparation sur le site Web du fabricant, excluant ainsi le faux;
    • Grateziano, fabriqué par Pharco Pharmaceuticals;
    • Sofolanork fabriqué par Vimeo;
    • Sofocivir, produit par ZetaPhar.

    Des génériques pour combattre l'hépatite au Bangladesh

    Le Bangladesh est un autre pays qui produit des génériques contre le VHC en grande quantité. En outre, ce pays n’exige même pas de licence pour la production d’analogues de médicaments de marque car, d’ici 2030, ses sociétés pharmaceutiques sont autorisées à délivrer ces préparations médicales sans la présence de documents de licence appropriés. Le plus célèbre et équipé des dernières technologies est la société pharmaceutique Beacon Pharmaceuticals Ltd. Le projet de sa capacité de production a été créé par des experts européens et est conforme aux normes internationales. Beacon publie les médicaments génériques suivants pour traiter le virus de l'hépatite C:

    • Soforal - Sofosbuvir générique, contient la substance active 400 mg. Contrairement aux emballages traditionnels dans des bouteilles de 28 pièces, Sophoral est produit sous la forme de plaquettes thermoformées de 8 comprimés dans une seule assiette;
    • Le daclavir est un générique du daclatasvir. Un comprimé du médicament contient 60 mg de principe actif. Il est également produit sous forme de blisters, mais chaque assiette contient 10 comprimés;
    • Sofosvel est un générique Epclusa contenant 400 mg de sofosbuvir et 100 mg de velpatasvir. Médicament pangenotypique (universel), efficace dans le traitement des génotypes du VHC 1 à 6. Et dans ce cas, il n’ya pas d’emballage habituel dans des flacons, les comprimés sont conditionnés dans des plaquettes thermoformées de 6 pièces par plaque.
    • Darvoni est un médicament complexe qui associe 400 mg de sofosbuvir à 60 mg de daclatasvir. Si nécessaire, associez le sofosbuvir au daklatasvir, en utilisant des médicaments d'autres fabricants, vous devez prendre un comprimé de chaque type. Et Beacon les a mis ensemble dans une pilule. Darvoni est emballé dans des blisters de 6 comprimés dans une seule assiette, envoyés uniquement à l'exportation.

    Lors de l’achat de préparations auprès de Beacon en fonction du cours du traitement, il convient de prendre en compte l’originalité de leur emballage pour pouvoir acheter la quantité nécessaire au traitement. Les plus grandes sociétés pharmaceutiques indiennes Comme mentionné ci-dessus, après que les sociétés pharmaceutiques du pays eurent obtenu des licences pour la libération de génériques pour le traitement du VHC, l’Inde devint le leader mondial de leur production. Mais parmi la multitude de toutes les entreprises, il convient de noter quelques-unes, dont les produits en Russie sont les plus célèbres.

    Natco Pharma Ltd.

    La société pharmaceutique la plus populaire est Natco Pharma Ltd., dont les médicaments ont permis de sauver la vie de plusieurs dizaines de milliers de personnes atteintes d'hépatite C chronique. Elle a maîtrisé la production de presque toute la gamme de médicaments antiviraux à action directe, y compris le sofosbuvir avec daclatasvir et le lédipasvir avec velpatasvir. Natco Pharma est apparu en 1981 à Hyderabad avec un capital initial de 3,3 millions de roupies, puis le nombre d'employés était de 20 personnes. Aujourd'hui, en Inde, 3 500 personnes travaillent dans cinq entreprises Natco et il existe également des succursales dans d'autres pays. Outre ses unités de production, la société dispose de laboratoires bien équipés lui permettant de développer des préparations médicales modernes. Parmi ses propres développements, il convient de noter les médicaments pour lutter contre le cancer. L'un des médicaments les plus connus dans ce domaine est le Veenat, fabriqué depuis 2003 et utilisé pour la leucémie. Oui, et la libération de génériques pour le traitement du virus de l'hépatite C est une priorité pour Natco.

    Hetero Drugs Ltd.

    Cette société s'est fixé pour objectif la production de médicaments génériques, en subordonnant cette aspiration à son propre réseau industriel, y compris les usines avec des succursales et les bureaux avec des laboratoires. Le réseau de production de Hetero est affiné pour la production de médicaments sous licences obtenues par la société L’une de ses activités consiste en des préparations médicales lui permettant de lutter contre des maladies virales graves, dont le traitement est devenu impossible pour de nombreux patients en raison du coût élevé des médicaments originaux. La licence acquise permet à Hetero de procéder rapidement à la mise en circulation des génériques, qui sont ensuite vendus à un prix abordable pour les patients. La création de Hetero Drugs remonte à 1993. Au cours des 24 dernières années, une douzaine d'usines et plusieurs dizaines d'unités de production sont apparues en Inde. La présence de ses propres laboratoires permet à l'entreprise de mener des travaux expérimentaux sur la synthèse de substances, qui ont contribué à l'expansion de la base de production et à l'exportation active de médicaments vers des pays étrangers.

    Zydus heptiza

    Zydus est une entreprise indienne qui s'est fixé pour objectif de bâtir une société en bonne santé qui, selon ses propriétaires, sera suivie d'un changement positif pour la qualité de la vie des personnes. L’objectif est noble et, pour ce faire, l’entreprise mène des activités éducatives actives touchant les couches les plus pauvres de la population. Y compris par la vaccination gratuite de la population contre l'hépatite B. Zidus en termes de volumes de production sur le marché pharmaceutique indien est à la quatrième place. En outre, 16 de ses médicaments figuraient sur la liste des 300 médicaments les plus importants de l'industrie pharmaceutique indienne. Les produits Zydus sont en demande non seulement sur le marché intérieur, mais aussi dans les pharmacies de 43 pays de notre planète. Et la gamme de médicaments produits dans 7 entreprises dépasse 850 médicaments. L’une de ses industries les plus puissantes est située dans l’État du Gujarat et est l’une des plus importantes non seulement en Inde, mais également en Asie.

    Thérapie anti-VHC 2017

    Les schémas de traitement de l'hépatite C pour chaque patient sont choisis individuellement par le médecin. Pour une sélection correcte, efficace et sûre du schéma, le médecin doit connaître:

    • génotype du virus;
    • durée de la maladie;
    • le degré de dommages au foie;
    • présence / absence de cirrhose, infection concomitante (par exemple, VIH ou autre hépatite), expérience négative du traitement précédent.

    Après avoir reçu ces données après le cycle d'analyse, le médecin sélectionne l'option de traitement optimale en fonction des recommandations de l'EASL. Les recommandations de l'EASL sont ajustées d'année en année, ajoutent les nouveaux médicaments émergents. Avant de recommander de nouvelles options de traitement, elles sont présentées au Congrès ou à une réunion extraordinaire. En 2017, la réunion extraordinaire de l'EASL a examiné les mises à jour des systèmes recommandés à Paris. Il a été décidé d'interrompre complètement le traitement par interféron en Europe pour le traitement du VHC. En outre, il n’existait pas de schéma thérapeutique recommandé utilisant un seul médicament à action directe. Voici quelques options de traitement recommandées. Tous ne sont donnés qu'à des fins de familiarisation et ne peuvent devenir un guide d'action, car seul un médecin peut donner une ordonnance de traitement, sous la surveillance de laquelle elle le subira ultérieurement.

    1. Schémas thérapeutiques possibles proposés par EASL en cas de mono-infection par l'hépatite C ou de co-infection par le VIH + le VHC chez les patients sans cirrhose et non traités antérieurement:
    • pour le traitement des génotypes 1a et 1b, vous pouvez utiliser:

    - sofosbuvir + ledipasvir, sans ribavirine, d'une durée de 12 semaines; - sofosbuvir + daclatasvir, également sans ribavirine, la durée du traitement est de 12 semaines; - ou sofosbuvir + velpatasvir sans ribavirine, durée du cours 12 semaines.

    • dans le traitement du génotype 2 est utilisé sans ribavirine pendant 12 semaines:

    - sofosbuvir + dklatasvir; - ou sofosbuvir + velpatasvir.

    • dans le traitement du génotype 3 sans l'utilisation de ribavirine pendant une période thérapeutique de 12 semaines, utilisez:

    - sofosbuvir + daclatasvir; - ou sofosbuvir + velpatasvir.

    • pendant le traitement du génotype 4, il est possible d'appliquer pendant 5 semaines sans ribavirine:

    - sofosbuvir + ledipasvir; - sofosbuvir + daclatasvir; - ou sofosbuvir + velpatasvir.

    1. Schémas thérapeutiques EASL recommandés contre la monoinfection par l'hépatite C ou l'infection concomitante par le VIH et le VHC chez les patients atteints de cirrhose compensée et n'ayant pas encore été traités:
    • pour le traitement des génotypes 1a et 1b, vous pouvez utiliser:

    - sofosbuvir + ledipasvir avec ribavirine, durée 12 semaines; - ou 24 semaines sans ribavirine; - et une autre option - 24 semaines avec la ribavirine avec un pronostic défavorable de la réponse; - sofosbuvir + daclatasvir, sans ribavirine, alors 24 semaines et avec la ribavirine, la période de traitement est de 12 semaines; - ou sofosbuvir + velpatasvir sans ribavirine, 12 semaines.

    • dans le traitement du génotype 2 est utilisé:

    - le sofosbuvir + dklatasvir sans ribavirine dure 12 semaines et avec la ribavirine pour un pronostic défavorable - 24 semaines; - ou sofosbuvir + velpatasvir sans association avec la ribavirine pendant 12 semaines.

    • dans le traitement de l’utilisation du génotype 3:

    - sofosbuvir + daclatasvir pendant 24 semaines avec la ribavirine; - ou encore sofosbuvir + velpatasvir avec la ribavirine, la durée du traitement est de 12 semaines; - en option, sofosbuvir + velpatasvir est possible pendant 24 semaines, mais sans ribavirine.

    • Dans le traitement du génotype 4, les mêmes schémas thérapeutiques sont utilisés comme dans les génotypes 1a et 1b.

    Comme vous pouvez le constater, en plus de l’état du patient et des caractéristiques de son corps, l’association de médicaments sur ordonnance choisie par le médecin a une incidence sur les résultats du traitement. De plus, la durée du traitement dépend de la combinaison choisie par le médecin.

    Traitement avec les médicaments modernes contre le VHC

    Prendre des pilules de médicaments action antivirale directe prescrite par un médecin par voie orale une fois par jour. Ils ne sont pas divisés en parties, ne mâchent pas, mais arrosés avec de l'eau claire. Il est préférable de le faire en même temps, car une concentration constante de substances actives dans le corps est maintenue. Il n’est pas nécessaire de s’attacher à la nourriture, l’essentiel est de ne pas le faire l'estomac vide. Lorsque vous commencez à prendre des médicaments, faites attention à votre bien-être, car pendant cette période, il est plus facile de remarquer les effets secondaires possibles. Les PPPP eux-mêmes n'en ont pas beaucoup, alors que les médicaments prescrits dans le complexe sont beaucoup plus petits. Le plus souvent, les effets secondaires apparaissent sous la forme:

    • maux de tête;
    • vomissements et vertiges;
    • faiblesse générale;
    • perte d'appétit;
    • douleurs articulaires;
    • modifications des paramètres biochimiques sanguins, exprimées en taux d'hémoglobine bas, diminution du nombre de plaquettes et de lymphocytes.

    Des effets secondaires sont possibles chez un petit nombre de patients. Mais tous les maux remarqués doivent être notifiés au médecin traitant pour qu'il prenne les mesures nécessaires. Afin d'éviter des effets secondaires accrus, l'alcool et la nicotine doivent être exclus de l'utilisation, car ils ont des effets néfastes sur le foie.

    Contre-indications

    Dans certains cas, la réception des DAA est exclue, elle concerne:

    • hypersensibilité individuelle des patients à certains ingrédients des médicaments;
    • patients de moins de 18 ans, en l'absence de données précises sur leurs effets sur le corps;
    • les femmes qui portent le fœtus et les bébés allaités;
    • les femmes doivent utiliser des méthodes de contraception fiables pour éviter la conception pendant la période de traitement. De plus, cette exigence s'applique également aux femmes dont les partenaires reçoivent également un traitement par DAA.

    Stockage

    Stockez les médicaments antiviraux d'action directe dans des endroits inaccessibles pour les enfants et l'action de la lumière directe du soleil. La température de stockage doit être comprise entre 15 et 30 ° C. À partir de la prise de médicaments, vérifiez leurs dates de fabrication et de conservation indiquées sur l'emballage. Les médicaments en retard sont interdits. Comment obtenir des DAA pour les citoyens de Russie Malheureusement, les génériques indiens sont introuvables dans les pharmacies russes. La société pharmaceutique Gilead, fournissant des licences pour la libération de médicaments, a prudemment interdit leurs exportations dans de nombreux pays. Y compris dans tous les états européens. Ceux qui veulent acheter des génériques indiens à faible coût pour lutter contre l'hépatite C peuvent profiter de plusieurs manières:

    • commandez-les dans les pharmacies en ligne russes et récupérez la marchandise dans quelques heures (ou jours) en fonction du lieu de livraison. Et dans la plupart des cas, même le prépaiement n’est pas requis;
    • commandez-les dans des magasins en ligne indiens avec livraison à domicile. Ici, vous aurez besoin d’un prépaiement en devise étrangère et le délai d’attente durera de trois semaines à un mois. De plus, il est nécessaire de communiquer avec le vendeur en anglais;
    • allez en Inde et apportez la drogue vous-même. Cela prendra également du temps, plus une barrière linguistique, plus la difficulté de vérifier l'originalité des produits achetés à la pharmacie. À tout cela s'ajoutera le problème de l'auto-exportation nécessitant un conteneur isotherme, la disponibilité d'un avis médical et d'une ordonnance en anglais, ainsi qu'une copie du chèque.

    Intéressés par l'achat de médicaments, les gens décident eux-mêmes des options de livraison possibles. N'oubliez pas que, dans le cas du VHC, un résultat favorable du traitement dépend de la rapidité avec laquelle il se déclare. Ici, au sens littéral, le délai de la mort est semblable, et vous ne devez donc pas retarder le début de la procédure.


  • Articles Connexes Hépatite