Hépatite toxique

Share Tweet Pin it

Le foie est nécessaire à une personne pour éliminer et détruire les restes de médicaments et de produits chimiques provenant du sang. En raison du traitement et de la destruction des toxines, des sous-produits apparaissent qui affectent négativement les hépatocytes (cellules du foie). Malgré le fait que la glande est capable de se rétablir seule, avec l’empoisonnement constant du corps par des toxines, la probabilité de maladies dangereuses augmente.

L'hépatite toxique (TG) survient plusieurs heures ou plusieurs jours après l'entrée d'un produit chimique dans le corps. Parfois, les symptômes de la maladie apparaissent après quelques mois.

Les manifestations de TG disparaissent souvent lorsque la toxine cesse d'agir sur le corps. Cependant, ce n'est pas une raison pour perdre la vigilance. La maladie continue souvent à endommager la structure du foie, provoquant une cirrhose ou un dysfonctionnement du foie. Par conséquent, après l'apparition des symptômes de la TG, un diagnostic approfondi et une thérapie compétente doivent être effectués.

Informations de base

La pathologie du foie, qui se développe après l'ingestion de composés nocifs, d'origine chimique ou autre (médicaments, boissons alcoolisées, champignons, etc.) est appelée hépatite toxique. Les toxines provoquent une inflammation des hépatocytes, ainsi que leur mort. En même temps, le patient développe une hépatomégalie (élargissement de la glande), une gêne à droite sous les côtes et un ictère à développement rapide.

Selon la nature du flux de TG est divisé en 2 types: aiguë et chronique. L'hépatite toxique aiguë se produit après un seul empoisonnement avec une grande quantité de poison ou une petite dose d'une substance concentrée. La symptomatologie est observée dans les 2 à 5 jours.

L'hépatite toxique chronique survient après la prise répétée de petites doses de poison. Ensuite, la maladie se développe lentement, montrant des signes d'intoxication graduellement (après plusieurs mois ou années).

TG avec un cours aigu provoque des symptômes prononcés, donc le patient a besoin de soins médicaux urgents. La forme chronique de la maladie menace le développement de la cirrhose ou du dysfonctionnement du foie en l'absence de traitement opportun.

Faites ce test et découvrez si vous avez des problèmes de foie.

Beaucoup de patients s'intéressent à la question de savoir si l'hépatite toxique est contagieuse. Selon les médecins, la TG n'est pas transmise de personne à personne. Bien que, dans certains cas, l'hépatite alcoolique soit associée à une hépatite virale, les voies de transmission sont les mêmes que pour l'origine virale de l'hépatite.

Selon le type de composés nocifs, TG est divisé en 4 groupes:

  • Hépatite de drogue toxique.
  • Hépatite alcoolique.
  • Pathologie provoquée par des poisons industriels.
  • Maladie causée par des poisons de plantes.

Il existe une hépatite toxique alimentaire, transmise lors de relations sexuelles bucco-génitales. En d’autres termes, une personne en bonne santé est infectée après avoir été en contact avec des fragments de ses excréments.

Les types de TG suivants sont déterminés par la pénétration de composés nocifs dans le corps: hépatite toxique intentionnelle, accidentelle ou professionnelle.

Les médecins distinguent 3 stades de TG:

  • Période de latence. Cette phase dure de la réception des toxines à l’apparition des premières manifestations de la TG.
  • La phase aiguë s'accompagne de symptômes caractéristiques (jaunisse, fièvre, perte de poids, dyspepsie, etc.) et de lésions aux organes internes.
  • La phase de libération correspond au délai entre le début des manifestations cliniques et le rétablissement ou le décès.

Il est important de détecter les signes de TG à temps et de mener une thérapie compétente.

Facteurs de risque de développement

La probabilité de dommages toxiques à la glande augmente dans les cas suivants:

  • Violation des règles de prise de médicaments (par exemple, analgésiques). Le groupe à risque comprend les patients qui prennent plusieurs médicaments à la fois ou dépassent indépendamment la dose.
  • Maladies concomitantes de la glande. Une hépatite toxique du foie peut se développer sur fond de cirrhose ou d’hépatose. Les hépatocytes deviennent alors vulnérables aux effets de composés nocifs.
  • Hépatite déjà disponible. Si une personne a reçu un diagnostic d'hépatite B ou C, le risque d'endommagement de la glande par des substances nocives et le développement d'HT augmentent.
  • Modifications du corps liées à l'âge. Avec l'âge, le foie a de plus en plus de mal à éliminer les toxines, qui restent donc plus longtemps dans l'organisme.
  • L'abus d'alcool. On sait que l’alcool est une substance toxique qui renforce les effets nocifs des drogues et qui endommage indépendamment les hépatocytes.

Selon les statistiques médicales, les femmes sont plus susceptibles que les hommes de souffrir de TG. Cela est dû au fait que leurs processus métaboliques sont plus lents.

En outre, certaines maladies héréditaires affectent le développement d'une hépatite toxique. En raison d'un défaut génétique, la production d'enzymes responsables de la dégradation des composés toxiques est altérée, de sorte que le risque de développer une TG augmente.

Souvent, la TG est diagnostiquée chez des patients travaillant dans des installations industrielles et en contact quotidien avec des toxines.

Causes de la pathologie

Comme mentionné précédemment, il existe 3 façons par lesquelles le foie empoisonne entrer dans le corps:

  • A travers le tube digestif: bouche - estomac - sang - foie.
  • Par les voies respiratoires: nez - poumons - sang, glande.
  • À travers les téguments: peau - sang - foie.

Les toxines hépatropiques violent immédiatement la fonctionnalité des cellules hépatiques, le reste provoquant des troubles de la circulation sanguine dans les vaisseaux hépatiques, une hypoxie (manque d'oxygène) et une nécrose (la mort) des hépatocytes.

Les médecins distinguent ces causes d'hépatite toxique.

Fournitures médicales

Après une surdose des médicaments suivants, une TG aiguë se produit:

  • Sulfonamides (Biseptol).
  • Médicaments antiviraux (p. Ex. Interféron).
  • Antituberculeux (Phtivazide).
  • Médicaments qui abaissent la température corporelle (paracétamol, aspirine).
  • Médicaments antiépileptiques (phénobarbital), etc.

Poisons de production

Ils pénètrent dans le corps par les organes respiratoires ou la peau de personnes travaillant dans des entreprises. En règle générale, le patient reçoit une petite dose de poison par jour, ce qui explique l'apparition d'une TG chronique surchauffée. Les poisons industriels comprennent:

  • L'arsenic est utilisé en métallurgie.
  • Le métal est traité au phosphore et fait également partie des engrais.
  • Les pesticides sont utilisés pour éliminer les mauvaises herbes et les insecticides - contre les insectes nuisibles.
  • Le tétrachlorure de carbone dissout les résines, les graisses et le caoutchouc.
  • Les aldéhydes sont utilisés lors de la production d'acide acétique.
  • Les phénols sont des composants des désinfectants.

Alcool

La consommation excessive ou régulière de boissons enivrantes augmente le risque d'intoxication de la glande. Après avoir bu de l'alcool, l'alcool éthylique avec du sang pénètre dans la glande où il est activement transformé. Après interaction de l'éthanol avec les enzymes hépatiques, de l'acétaldéhyde est formé. En conséquence, cette toxine perturbe le métabolisme des graisses, les acides gras s’accumulent dans le corps et le tissu hépatique est remplacé par les tissus adipeux.

Plantes vénéneuses (gorchak, gris pâle)

Les poisons végétaux affectent les hépatocytes, perturbant leur fonctionnalité et les remplaçant par des tissus adipeux.

L'hépatite toxique chez les enfants se développe pour les mêmes raisons que chez les patients adultes. Cependant, chez un enfant, la maladie est plus grave et le risque de complications graves augmente en raison de l’imperfection de la fonction de détoxification, ainsi que des caractéristiques anatomiques de la glande.

Après la chimiothérapie, l'hépatite toxique devient chronique. Le traitement est effectué selon un certain calendrier, en conséquence de grandes doses de médicaments hépatotoxiques pénètrent dans le corps.

Les symptômes

Quelle que soit la cause de la maladie, les médecins distinguent les symptômes spécifiques suivants de l'hépatite toxique:

  • Couleur jaune de la peau, muqueuses, assombrissement de l'urine, décoloration des matières fécales. Ces symptômes sont dus à une violation de la dégradation de la bilirubine (pigment biliaire), qui se propage dans le corps avec du sang.
  • Hépatomégalie, étirement de l'enveloppe externe de la glande, douleur à droite sous les côtes.
  • Violation de la fonctionnalité du tractus gastro-intestinal, qui se traduit par des éructations, des nausées, une éruption de vomi, une perte d'appétit.
  • Prurit, dû au fait que la production de bile est perturbée et que les produits de son traitement s'accumulent dans les cellules épithéliales.
  • Grands hématomes apparaissant en raison d'une production altérée de certaines protéines, responsables de la coagulation sanguine normale.

La TG aiguë se manifeste pendant 2 à 4 jours après la pénétration de substances nocives. Cependant, après avoir consommé des champignons toxiques, des symptômes d'un trouble fonctionnel de la glande sont observés après 8 à 12 heures.

Manifestations cliniques de l'hépatite toxique aiguë:

  • fièvre, frissons;
  • faiblesse générale du corps, nausée, perte d'appétit, vertiges (étourdissements);
  • inconfort, lourdeur, douleur à droite sous les côtes;
  • coloration de la peau, ainsi que des muqueuses visibles de couleur jaune;
  • des démangeaisons sur la peau, des hématomes, parfois des saignements nasaux.

La plupart des composés toxiques affectent le système nerveux central. Ainsi, au cours de la TG, le risque de délire, d'hallucinations, d'excitation nerveuse et de troubles du sommeil augmente.

La forme chronique de la TG progresse longtemps et ne manifeste souvent pas de symptômes prononcés. La maladie évolue de manière onduleuse. Les symptômes apparaissent, puis disparaissent d'eux-mêmes:

  • fièvre, à laquelle la température monte de 37 à 37,5 °;
  • hépatomégalie ou splénomégalie (augmentation de la taille de la rate);
  • sensation de lourdeur ou de douleur légère à droite sous les côtes, qui augmente après un repas ou une activité physique;
  • goût amer dans la bouche, troubles digestifs, selles (diarrhée alternant avec constipation);
  • des démangeaisons cutanées, des ecchymoses apparaissent dessus;
  • fatigue accrue;
  • perte de poids progressive mais significative.

De plus, dans la forme chronique de TG, le blanc des yeux peut légèrement s'assombrir.

Mesures de diagnostic

Selon les médecins, il est assez difficile de distinguer TG des autres maladies inflammatoires du foie. Par conséquent, si vous pensez que la pathologie devrait être un diagnostic complet.

La biochimie sanguine est une méthode de diagnostic universelle permettant de détecter les hépatites toxiques. Au cours de l'étude, le médecin détermine la concentration en AST (aspartate aminotransférase), en ALT (alanine aminotransférase), en bilirubine liée et non liée, en GGT (gamma-glutamyltransférase).

En outre, mener des études cliniques (urine, sang) et un coagulogramme (analyse de la coagulabilité dans le sang). Pour exclure d’autres types de maladie, effectuez un test ELISA (immuno-absorption enzymatique) pour détecter la présence d’anticorps dirigés contre l’hépatite virale ou auto-immune.

Pour identifier les causes de la TG, examinez l'urine, la salive, le sang et les matières fécales du patient. Ensuite, dans le matériel biologique du patient se trouvent les produits de l'échange de médicaments, de substances toxiques industrielles ou de médicaments.

Si vous suspectez une TG, vous ne pouvez pas vous passer de la collecte de l'anamnèse (antécédents médicaux). Il est nécessaire d'identifier les facteurs qui ont provoqué la perturbation du foie.

Méthodes de traitement

S'il y a évidence de TG, le contact avec les substances toxiques doit cesser immédiatement.

La question de savoir si l’hépatite toxique peut être guérie est tout à fait pertinente. Oui, il est possible, plus important encore, de consulter un médecin et de mener une thérapie compétente à temps.

Schéma thérapeutique TG:

  • Le patient doit se conformer au repos au lit.
  • Il est nécessaire de rincer l'estomac pour le débarrasser des résidus de toxines. Pour ce faire, la victime est jetée sur une chaise, incline la tête et est injectée dans la sonde gastrique. Il est lavé avec de l'eau bouillie tiède dans une quantité de 8 à 10 litres pour un patient adulte.
  • Pour nettoyer le corps des substances toxiques, appliquez du charbon actif, des compte-gouttes avec des solutions électrolytiques, une hémosorption (nettoyage extrarénal du sang), une plasmaphérèse (nettoyage du sang des toxines). Les sorbants lient les toxines qui restent dans l'estomac et les éliminent.
  • Les patients ont prescrit des vitamines B et C.
  • Avec l'aide des hépatoprotecteurs, rétablissez la structure et la fonctionnalité du foie. Pour ce faire, utilisez Liv 52, Heptral, Essentiale.
  • Les médicaments cholérétiques accélèrent le flux de sécrétions hépatiques (bile), qui éliminent les toxines. Les patients ont prescrit Kholosas, Kholenzim.
  • Antidotes (avec intoxication à l'aide de champignons Atropine). Ces médicaments arrêtent ou atténuent l’effet des poisons sur le corps.

Le traitement de l'hépatite toxique est effectué à l'aide de Liv 52. Ce médicament à base de chicorée, d'achillée millefeuille, de morelle, de tamariks et d'autres composants végétaux a les propriétés suivantes:

  • Active les enzymes qui neutralisent l'action des toxines.
  • Affaiblit l'effet négatif de l'alcool éthylique sur le fer, accélère sa production.
  • Il a un effet antioxydant, c’est-à-dire qu’il réduit les effets nocifs des radicaux libres.
  • Il a un effet cholérétique. Avec les sécrétions hépatiques, les excès de graisses et de toxines sont éliminés du corps.

Le traitement médicamenteux vous permet de restaurer la structure de la glande, de protéger ses cellules contre les effets néfastes, d'accélérer le nettoyage du corps des poisons du foie. Sur la façon de prendre des médicaments, informez le médecin traitant.

Essentiale contient des phospholipides essentiels, dérivés des graines de soja. Il est recommandé de traiter TG avec ce médicament pour les raisons suivantes:

  • Le médicament renforce et restaure les hépatocytes.
  • Réduit la concentration de graisse dans le sang, accélère leur production avec un courant de bile.
  • Arrête le processus de cicatrisation du tissu hépatique.
  • Empêche le développement de la cirrhose.
  • Il est utilisé en cas de maladie alcoolique du foie, d'intoxication par des produits chimiques, de poisons de plantes, ainsi que de certains médicaments (médicaments antiépileptiques).

Ademetionine Heptral Il a les effets suivants:

  • Accélère la formation de phospholipides, qui restaurent et protègent les hépatocytes.
  • Augmente la formation de la sécrétion hépatique, accélère son écoulement, les toxines sont éliminées du corps avec.
  • Stimule la synthèse d'acides aminés spécifiques, grâce à laquelle la capacité de détoxification de la glande est améliorée.
  • Augmente la production de dopamine, la sérotonine, ce qui augmente l'humeur, en conséquence, le médicament présente un effet antidépresseur prononcé.

En règle générale, les hépatoprotecteurs prennent environ 8 mois. Pour soigner l'hépatite toxique chronique, vous devez suivre plusieurs cours de thérapie de réadaptation.

Règles de puissance

Pendant le traitement, le patient doit bien manger. Selon le régime alimentaire, le patient doit éliminer les aliments suivants:

  • Viande, poisson (variétés grasses).
  • Saucisse, fumés, produits en conserve.
  • Champignons
  • Des oeufs
  • Fromage, fromage cottage avec un pourcentage élevé de matière grasse.
  • Cuisson fraîche.
  • Magasinez les sauces, les marinades et les épices.
  • Confiserie
  • Cacahuètes, Amandes.
  • Café, thé noir, boissons gazeuses, alcoolisées, etc.

Il est recommandé de faire attention à la méthode de cuisson, les médecins conseillent de faire bouillir les aliments, de les cuire à la vapeur ou de les cuire au four (sans utiliser d'huile). Le patient devrait manger 4 à 7 fois par jour, mais en petites portions. De plus, il est recommandé de boire au moins 1,5 litre d'eau sans gaz. En observant ces règles de nutrition, le patient normalise la fonctionnalité des organes digestifs et réduit la charge sur le foie.

Il est recommandé au patient d'inclure les produits suivants dans le menu:

  • Légumes, fruits après traitement thermique.
  • Viande diététique (lapin, dinde).
  • Céréales, macaronis, produits de boulangerie à base de farine de blé entier.
  • Pain rassis ou séché.
  • Produits à base de lait acide à faible teneur en matières grasses.
  • Thé vert, boissons aux fruits, compotes de fruits secs, etc.

Il est recommandé de n'utiliser que des légumes et des fruits une fois par semaine pour soulager les organes digestifs. Et les personnes qui travaillent dans des entreprises dangereuses doivent consommer quotidiennement du lait et ses produits. De l'alcool et des cigarettes au moment du traitement de TG devrait être abandonné.

Plus d'informations sur les règles de nutrition conseillent à votre médecin.

Complications et pronostic

Les conséquences de l'hépatite toxique peuvent se manifester en l'absence de thérapie compétente:

  • L'insuffisance hépatique est caractérisée par une violation d'une ou plusieurs fonctions de la glande. Ce trouble apparaît sur le fond des dommages à la structure du foie. Les symptômes de l'insuffisance hépatique sont une perte de poids importante, un œdème, une hémorragie, une jaunissement de la peau et des muqueuses, une encéphalopathie (troubles neuropsychiatriques dus à une insuffisance hépatique).
  • La cirrhose est une pathologie dans laquelle les cellules du foie meurent et sont remplacées par du tissu conjonctif.
  • Le coma hépatique est une inhibition profonde des fonctions de la glande, qui s'accompagne d'une perte de conscience, de troubles de la respiration et de la circulation sanguine.

Avec une TG avec un degré d'activité minime, le pronostic est bon. Cette maladie progresse lentement et est facilement traitable. L'essentiel est d'établir un diagnostic à temps et de mener une thérapie globale. S'il n'y a pas de complications ni de comorbidités, la glande est rapidement restaurée.

Si une grande quantité de poison est entrée dans le corps et que la victime n'a pas été traitée, la probabilité de décès par suite de complications dangereuses augmente. Dans ce cas, seule une greffe du foie peut sauver une personne.

Même après la disparition des symptômes de la TG, il est recommandé de suivre les règles de la nutrition, de prendre des hépatoprotecteurs pour maintenir les fonctions du foie.

Mesures préventives

La prévention de l'hépatite toxique est conforme aux règles suivantes:

  • Ne prenez des médicaments que pour des raisons médicales. Dans ce cas, il est nécessaire de respecter la posologie, le taux de fréquence ainsi que la durée de la prise de médicament, même si vous ne ressentez pas l'effet thérapeutique.
  • Consultez un médecin avant d'utiliser des herbes et des suppléments nutritionnels.
  • Ne combinez pas les boissons alcoolisées avec des médicaments. Cette restriction s'applique même aux médicaments sans ordonnance.
  • Suivez les règles de comportement avec les produits chimiques, surtout si vous êtes en contact avec eux tous les jours (au travail). Utiliser des équipements de protection (masques spéciaux, vêtements de protection, etc.).
  • Si vous travaillez dans une production dangereuse, consommez des produits laitiers quotidiens.
  • Ne mangez pas de plantes et de champignons inconnus.
  • Pour soutenir les hépatocytes, suivez un traitement multivitaminé.
  • Ne pas abuser des boissons alcoolisées.
  • Limitez l'accès des enfants aux médicaments, aux produits chimiques et à l'alcool.

En suivant ces règles, vous pouvez prévenir les TG et protéger le foie des effets négatifs des composés toxiques.

Ainsi, l'hépatite toxique est une maladie dangereuse qui menace de complications graves, voire mortelles. Il est important de se rappeler que seule l'hépatite toxique alimentaire peut être transmise, les autres types de pathologie n'étant pas contagieux. Si des symptômes suspects apparaissent, un diagnostic complet doit être établi. Si le médecin confirme le diagnostic, il déterminera le schéma thérapeutique que le patient devrait suivre. Vous ne pourrez vaincre la maladie qu’avec un traitement rapide.

Hépatite toxique

Hépatite toxique - dommages au foie causés par des produits chimiques industriels, agricoles et domestiques, poisons hépatotropes, entraînant une réaction inflammatoire et la nécrose des hépatocytes, modifications de la réactivité du foie. Elle se manifeste cliniquement par une hépatomégalie et des douleurs dans l'hypochondre droit, la jaunisse, des symptômes dyspeptiques, une encéphalopathie, une ascite, une anorexie. Les diagnostics comprennent des analyses de sang cliniques et biochimiques, une échographie, un scanner ou une IRM du foie et la pression artérielle Doppler de ses vaisseaux, une biopsie et un examen par radio-isotopes. Le traitement vise à interrompre le contact avec une substance toxique, à l'éliminer du corps, à effectuer un traitement symptomatique et à une greffe du foie.

Hépatite toxique

L'hépatite toxique est une atteinte hépatique aiguë, subaiguë ou chronique résultant de l'ingestion de substances toxiques ayant un effet néfaste sur les cellules du foie, provoquant leur nécrose. Les lésions hépatiques toxiques ne sont pas si courantes - pas plus de 1-2 cas par 100 000 habitants par an. Parmi tous les départements de gastro-entérologie hospitalisés de la Fédération de Russie, des hépatoses toxiques causées par l'administration de poisons hépatotropes sont détectés chez environ 3% des patients. Parmi les causes de la formation d'insuffisance hépatique, cette pathologie occupe la deuxième place après l'hépatite alcoolique. Les principaux hépatologues, gastro-entérologues et toxicologues du monde entier étudient l'hépatotoxicité de divers produits chimiques.

Causes de l'hépatite toxique

Selon la structure, tous les produits chimiques hépatotoxiques sont divisés en plusieurs groupes. Le premier groupe comprend les hydrocarbures chlorés - chloroforme, dichloroéthane, tétrachlorure de carbone, chlorure de méthyle, chlorure d'éthyle et autres. Ces substances sont utilisées dans la fabrication d'automobiles, d'avions, d'extincteurs, de génie mécanique, de cordonnerie, de teinturerie, de désinfection, de désinsectisation et de vermifugation, en tant que solvant pour la graisse. Ils pénètrent dans le corps par la peau, par la respiration et par l'ingestion. Se démarquer par les poumons, les reins, les intestins. Les hydrocarbures de tétrachlorure affectent le réticulum endoplasmique en détruisant les systèmes enzymatiques de l'hépatocyte; augmenter la suroxydation des acides gras insaturés dans les membranes cellulaires.

Le deuxième groupe de substances comprend les diphényles et les naphtalènes chlorés - ils sont utilisés dans les gaines des fils électriques, dans les condensateurs électriques et peuvent être utilisés comme analogues de la cire, de la résine et du caoutchouc. Le troisième groupe comprend le benzène et ses dérivés: l'aniline, le toluène, le trinitrotoluène, etc. Ces composés ont été activement utilisés dans l'industrie pour la production d'explosifs et de peintures organiques ces dernières années. Dans le flux sanguin après le contact avec la peau, les muqueuses, lorsqu’il est pris par voie orale.

Le quatrième groupe comprend les métalloïdes et les métaux - or, phosphore, arsenic, étain, mercure, plomb. Actuellement, ces éléments chimiques sont rarement utilisés dans l'industrie, les fabricants tentent de les remplacer de manière plus sûre. Les métaux lourds se lient aux groupes sulfhydryle, bloquant l'activité des enzymes hépatiques. Les poisons hépatotropes naturels (champignons vénéneux, graines d’héliotrope), les insecticides agricoles et ménagers sont pris séparément.

Tous les produits chimiques entrant dans le corps sont détruits ou liés. Le foie joue le rôle principal dans ces processus. Certaines substances et leurs dérivés résultant de la biotransformation peuvent avoir un effet toxique sur les hépatocytes. En même temps, l'hépatotoxicité peut être vraie (se produit chez toutes les personnes lorsqu'une certaine dose d'une substance est injectée dans le corps) ou une idiosyncrasie manifeste (hypersensibilité individuelle du corps à ce composé). Le mécanisme d'action du poison hépatotrope dépend de sa structure chimique et de sa dose, mais il en résultera dans tous les cas la destruction des cellules du foie et la défaillance de ses processus métaboliques.

L'effet destructeur de ces substances toxiques est considérablement accru si, par le passé, les hépatocytes étaient exposés à de fortes doses d'alcool, de médicaments hépatotoxiques, de virus et de bactéries. En outre, l'hépatite toxique se développe plus rapidement chez les personnes souffrant d'épuisement et de carence en protéines dans l'organisme.

Symptômes de l'hépatite toxique

Toute hépatite toxique est caractérisée par la présence de deux groupes de symptômes: des signes d'atteinte directe du foie (jaunisse, hépatomégalie, douleur dans l'hypochondre droit) et des signes d'effets toxiques sur les autres organes (en fonction de la structure chimique de la substance toxique).

Une lésion aiguë avec des hydrocarbures tétrachlorés manifeste des symptômes de lésions cérébrales: dépression de la conscience jusqu’à un coma en un à deux jours, maux de tête, faiblesse grave. Rejoignez ensuite la jaunisse, les nausées, les vomissements, la diarrhée, les fièvres à subfébriles, les difficultés respiratoires, la couleur cyanose de la peau, les saignements gastro-intestinaux. La mort par insuffisance hépatique aiguë peut survenir de quelques jours à deux semaines (selon la dose de toxine). L'empoisonnement chronique avec ces produits chimiques se manifeste par des maux de tête, des douleurs au foie, des symptômes dyspeptiques, une faiblesse. Un contact constant avec le tétrachlorure d'hydrocarbures peut entraîner une cirrhose du foie pendant plusieurs mois.

L'hépatite toxique est caractéristique de l'empoisonnement par les dérivés du benzène, qui s'accompagne d'anémie aplastique, de lésions cérébrales et de cataractes. Un contact constant avec le benzène entraîne l'apparition d'une hépatite toxique chronique, accompagnée d'un syndrome hémorragique, d'une ascite et d'une cirrhose du foie.

L’empoisonnement à l’arsenic se manifeste cliniquement par la jaunisse, une hypertrophie du foie, une insuffisance rénale et des nerfs périphériques. En plus des symptômes d'hépatite toxique, le phosphore se caractérise par une augmentation des saignements et une hypoglycémie. L’hépatite toxique lorsqu’elle est exposée au cuivre ne se développe qu’en cas d’ingestion de plus d’un gramme de cet élément chimique, la mort - lorsqu’une dose dépassant 10 grammes est dépassée. Symptômes de l'intoxication au cuivre - douleurs aigues à l'estomac, nausées, vomissements, diarrhée profuse, saignements, diminution du volume des urines. La mort survient par insuffisance rénale et hépatique fulminante. Les dommages toxiques causés au foie par le fer ressemblent à une intoxication au cuivre.

Lorsque des champignons toxiques sont consommés, le tableau clinique de l'hépatite toxique se développe au cours des vingt prochaines heures. Affecte également les reins, le système nerveux central. Les patients se plaignent de jaunissement de la peau, de nausées, de vomissements, de douleurs abdominales intenses, de diarrhée. Une déshydratation sévère et une diélectrolytémie entraînent des dysfonctionnements du système cardiovasculaire (troubles du rythme jusqu'à l'arrêt cardiaque) et du cerveau (syndrome convulsif, dépression de la conscience). La nécrose aiguë du foie entraîne l’interruption de sa fonction de synthèse des protéines, qui se manifeste par un syndrome hémorragique massif. Un patient sur deux meurt d’encéphalopathie hépatique, d’urémie, de troubles cardiovasculaires; d'autres ont une cirrhose du foie.

L'utilisation de céréales infectées par des graines d'héliotrope entraîne le plus souvent une intoxication chronique, se traduisant par des symptômes d'atteinte hépatique toxique et par une maladie veino-occlusive (jaunisse, hépatomégalie, douleur dans l'hypochondre droit, ascite, obésité).

Lors d'une intoxication par un insecticide, ces composés chimiques s'accumulent dans les cellules adipeuses du foie et d'autres organes, ce qui entraîne la formation de défaillances organiques multiples: hépatite toxique, myocardite, néphrite, lésion du système nerveux central, développement d'agranulocytose. Dans les lésions insecticides chroniques, en plus du tableau clinique d'atteinte hépatique toxique, le patient constate l'apparition d'une polyradiculopathie, de douleurs cardiaques et d'un dysfonctionnement rénal; dans les analyses révèlent une anémie et une leucopénie. Après la cessation de l'impact de l'insecticide sur le corps, ces changements pathologiques régressent rapidement.

Diagnostic d'hépatite toxique

Pour le diagnostic d'hépatite toxique, les indications des antécédents de contact avec des poisons hépatotropes, associées à un tableau clinique caractéristique, revêtent une importance primordiale. Les études de laboratoire et instrumentales ont pour but d’évaluer la gravité des lésions hépatiques liées à l’hépatite toxique, l’identification des maladies associées et les lésions d’autres organes internes.

Le diagnostic de laboratoire de l'hépatite toxique ne permet pas d'identifier les signes spécifiques de cette pathologie. Il convient de rappeler que chez 3% des personnes en bonne santé, les tests de la fonction hépatique peuvent être modifiés et qu'environ 5% d'entre eux n'ont rien à voir avec des lésions hépatiques. Inversement, dans environ 10% des cas d’hépatite toxique, les paramètres de laboratoire se situeront dans les limites de la normale. L’évaluation de la gravité des lésions hépatiques est réalisée sur la base d’une étude des taux de bilirubine totale et de ses fractions, transaminases, enzymes (ALP, GGTP, LDH), albumine et prothrombine. Pour identifier certaines substances hépatotoxiques, des tests de laboratoire spéciaux sont possibles. Assurez-vous de mener des recherches sur l'hépatite virale, le VIH.

Parmi les méthodes instrumentales utilisées pour le diagnostic de l'hépatite toxique, on utilise l'échographie, la tomodensitométrie et l'IRM du foie, la dopplerométrie des vaisseaux hépatiques, l'élastographie, l'étude par radio-isotopes du système hépatobiliaire. Ces techniques ne permettent pas de déterminer l'étiologie de l'hépatite mais confirment les dommages au foie. Le moyen le plus précis d’évaluer les modifications morphologiques de l’hépatite toxique consiste à effectuer une biopsie du foie, suivie d’un examen histologique des spécimens de biopsie.

L'hépatite toxique doit être différenciée des dommages au foie causés par l'alcool, les drogues, les bactéries, les virus et les parasites. avec maladie des calculs biliaires, cancer du foie et autres tumeurs de cette localisation, hépatite auto-immune, malformations du développement et de développement du foie, maladies métaboliques, pancréatite aiguë, hépatite réactive.

Traitement et prévention de l'hépatite toxique

La principale direction de traitement de l'hépatite toxique de toute étiologie est la cessation du contact avec un agent chimique, la neutralisation et son élimination rapide du corps. Lorsque les antidotes contre l’empoisonnement par les métaux lourds sont le unitiol, le thiosulfate de sodium (pour le mercure, l’arsenic, le plomb); la déféroxamine (pour le fer); benzylamine, glucocorticoïdes (pour le cuivre). Tous les patients doivent se voir prescrire des vitamines du groupe B, des acides folique, nicotinique et ascorbique. Si, dans le contexte d’une hépatite toxique, une insuffisance hépatique et / ou rénale grave se développe, une hémodialyse est réalisée. Une transplantation hépatique peut être nécessaire pour la formation d’une insuffisance hépatique fulminante.

Dans la plupart des cas, les manifestations de l'hépatite toxique régressent après la cessation du contact avec une substance toxique, un rétablissement complet se produit. Après une grave atteinte toxique du foie accompagnée d'une nécrose hépatocytaire massive, une cirrhose du foie se développe, dans de rares cas - un cancer du foie.

La prévention de l'hépatite toxique est strictement liée à la sécurité en cas de contact avec des substances toxiques, en procédant à des examens médicaux réguliers de tout le contingent de travailleurs en contact avec des toxines (pour identifier en temps utile les personnes présentant une pathologie hépatique et les empêcher de travailler avec des composés chimiques toxiques), en instaurant un régime alimentaire sain et suffisant protéine, anti-alcoolisme.

Dommages hépatiques toxiques et le développement de l'hépatite

L'hépatite toxique est une forme d'anomalie hépatique grave. Il s’agit d’une atteinte hépatique non virale qui se produit lorsque des substances nocives pénètrent dans le corps. Les données précises sur la fréquence de sa détection en Russie ne sont pas disponibles. Mais le danger de cette maladie nécessite un examen minutieux, en identifiant ses causes et ses caractéristiques, ainsi que les méthodes de prévention.

Informations générales sur la pathologie

Le développement d'une hépatite toxique commence par l'entrée de produits chimiques dans le corps. Leurs effets nocifs interfèrent avec le fonctionnement normal des organes et des systèmes et entraînent de nombreux troubles.

Le foie subit des lésions particulièrement graves car il participe au nettoyage de l'organisme et à l'élimination des substances pathologiques. S'il y en a trop, l'organe ne peut pas les gérer et ses cellules commencent progressivement à se décomposer.

À l'avenir, la taille du foie augmente, le patient ressent une douleur intense et d'autres changements négatifs. En l'absence de traitement, cela conduit à la destruction de l'organe et à la mort du patient. Mais même les mesures prises à temps ne garantissent pas une issue favorable.

Faites attention! La pénétration de substances nocives dans le corps peut être accidentelle ou intentionnelle. Il existe également certains types d'emploi dans lesquels une personne est forcée d'entrer en contact avec des poisons.

Ces substances peuvent être présentes dans le corps par les voies respiratoires, la peau ou le tractus gastro-intestinal. De là, ils pénètrent dans le sang et atteignent ensuite le foie.

Hépatite toxique du foie

L'hépatite toxique ne se produit pas à chaque attaque chimique sur le corps. Très souvent, le foie et d'autres organes impliqués dans le nettoyage, ainsi que la force de l'immunité, font face à des effets pathologiques. Mais sous la forte influence de la résistance peut être inutile.

La même chose se produit avec des effets dangereux prolongés sur le corps. Progressivement, le système immunitaire s'affaiblit, les organes s'usent et il en résulte une hépatite.

Cette maladie peut se manifester sous une forme aiguë ou chronique:

  1. La forme aiguë se produit lorsqu'une grande quantité de substances toxiques de n'importe quelle origine est introduite dans le corps en même temps. Il en résulte une hépatite avec une intensité de symptômes sévère, qui se développe en quelques jours (2-5).
  2. Le développement du type chronique de cette maladie est dû à un effet mineur systématique sur le corps. Dans ce cas, la pathologie se forme progressivement, sans même se manifester comme un symptôme. Cela peut prendre des mois voire des années.

Il existe plusieurs types d'hépatite toxique selon le type de substance qui a été affecté. Ceux-ci comprennent:

  • Alcoolique.
    Le foie est pathologiquement affecté par l’abus d’alcool, à la suite duquel des processus pathologiques commencent à se développer.
  • Médicaments.
    Elle est causée par la consommation de drogues inutilement et en grande quantité. Au fil du temps, le corps peut être empoisonné par ses ingrédients actifs.
  • Nourriture
    Dans ce cas, les substances toxiques entrent dans le corps avec de la nourriture. Le plus souvent, cela est dû aux champignons toxiques, consommés.

En fonction des substances pouvant provoquer cette maladie, il est possible d'identifier les principaux groupes à risque. C'est:

  • les personnes engagées dans une production dangereuse;
  • les personnes sujettes à l'abus d'alcool;
  • les patients qui préfèrent ne pas attendre les médicaments prescrits par un médecin, mais qui commencent leur traitement sans suivre les instructions.

Forme de dosage

L'émergence d'hépatite médicamenteuse due à la consommation de médicaments en grande quantité. Cela peut se produire de deux manières, en raison desquelles il existe deux types de cette hépatite: chronique et aiguë.

Pour l'apparition d'une variété aiguë de la maladie, une forte exposition simultanée à un médicament toxique est nécessaire, à la suite de quoi les symptômes de la pathologie se manifestent de manière très intense.

Le type d'hépatite chronique se développe suite à une exposition prolongée au foie avec des médicaments.

La symptomatologie dans ce cas est moins prononcée.

Raisons

Le développement de l'hépatite se produit si le patient a largement dépassé la dose du médicament prescrit ou pendant une longue période a utilisé des médicaments sans nécessité.

Cela provoque soit une intoxication aiguë avec des substances actives, soit leur accumulation progressive dans l'organisme, ce qui entraîne également une intoxication. Il en résulte des dommages au foie et la destruction progressive de ses cellules.

Parmi les médicaments pouvant avoir un effet néfaste sur le foie, on appelle:

  • antiviral;
  • les sulfonamides;
  • les anticonvulsivants;
  • la tuberculose;
  • antipyrétique.

Les manifestations

En ce qui concerne les fonds de ces groupes, il faut être prudent. Le développement de l'hépatite aiguë médicamenteuse se manifeste immédiatement et est assez difficile. Lors de l'utilisation de médicaments dangereux, les symptômes suivants doivent être pris en compte:

  • douleur aiguë et soudaine dans l'hypochondre droit;
  • l'hyperthermie;
  • diminution de l'appétit;
  • courbatures;
  • des nausées;
  • la faiblesse;
  • développement de la jaunisse;
  • saignements de nez;
  • hémorragies cutanées;
  • irritabilité excessive;
  • léthargie et apathie inhabituelles.

Dans le type chronique de la maladie, les symptômes sont différents. Le patient a:

  • une légère augmentation de la température sur une longue période de temps;
  • performance réduite;
  • douleur dans l'hypochondre droit, apparaissant de temps en temps et caractérisée par une faible intensité;
  • troubles gastro-intestinaux;
  • des démangeaisons;
  • une augmentation de la taille de la rate.

Ces signes n'indiquent pas toujours le développement de l'hépatite. Elles peuvent être causées par de nombreuses autres pathologies. Pour un diagnostic précis, vous devez contacter un spécialiste. Ceci est particulièrement important pour les patients qui prennent des médicaments puissants depuis longtemps, car ils appartiennent au groupe de risque principal.

Diagnostic et traitement

Avant de commencer le traitement, il est nécessaire de vérifier la présence de cette pathologie. En ce qui concerne les symptômes, ce n'est pas facile à faire, il est donc nécessaire de procéder à un examen à l'aide de méthodes de laboratoire et d'instruments. Parmi eux se trouvent:

  • test sanguin (biochimique);
  • échographie du foie et des organes abdominaux;
  • radiographie, etc.

Selon les résultats de l'étude prescrit un traitement. Tout d'abord, il est nécessaire d'exclure l'utilisation de médicaments ayant provoqué l'apparition d'une hépatite médicamenteuse.

Les mesures restantes sont les suivantes:

  • lavage gastrique;
  • neutralisation de l'action des toxines pour lesquelles des solutions de charbon actif ou d'électrolytes sous forme de compte-gouttes sont utilisées;
  • vitamines (en particulier apport en vitamines B et C);
  • traitement par hépatoprotecteurs (Essentiale, Heptral et autres);
  • recevoir des médicaments cholérétiques qui aident à nettoyer le foie (Holosas, Holensim).

Avec son aide, vous pouvez soulager le foie et le tube digestif d'une charge excessive. Ses principes fondamentaux sont:

  • diviser les repas;
  • élimination des produits gras et fumés;
  • la cessation de l'utilisation de sel et d'épices dans les aliments;
  • traitement thermique souhaitable - ébullition ou trempe;
  • sélection d'aliments riches en fibres;
  • ne manger que des viandes diététiques.

Les méthodes traditionnelles de traitement dans ce cas sont inefficaces. Leur utilisation n'est autorisée qu'après discussion avec le médecin et de préférence au stade de la récupération.

La seule chose autorisée est d'utiliser du lait ou de la décoction de graines de lin afin de réduire l'effet toxique d'une substance toxique sur l'estomac avant que le médecin n'arrive en cas de crise aiguë.

Faites attention! Les mesures préventives doivent éviter les médicaments fréquents. Pour utiliser un médicament, il faut une ordonnance du médecin, car l'intoxication médicamenteuse est très souvent due à l'auto-traitement.

Si le médicament est justifié, suivez les instructions du spécialiste en ce qui concerne les posologies et le calendrier.

Le pronostic de l'hépatite d'origine médicamenteuse dépend de nombreuses circonstances. Avec la détection rapide de la maladie et un traitement approprié, le patient a toutes les chances de se débarrasser du problème. Si elle n'est pas traitée, la maladie progresse et devient plus compliquée.

Parmi les plus fréquentes de ses complications, citons:

  • insuffisance hépatique;
  • coma hépatique;
  • cirrhose du foie.

Au stade avancé, lorsque le tissu hépatique est significativement affecté et que les complications commencent à se développer, il est beaucoup plus difficile de vaincre la maladie.

Intoxication alcoolique

Ce type d'hépatite se développe avec l'usage fréquent de grandes quantités d'alcool. L’alcool, lorsqu’il pénètre dans le corps, interagit avec les enzymes hépatiques, donnant lieu à une substance toxique.

Aussi dans le foie s'accumule la bile.

L'hépatite alcoolique peut être aiguë et chronique. L'apparition de la forme aiguë de la maladie est associée à la consommation de grandes quantités d'alcool sur plusieurs jours. Il en résulte une intoxication grave, le foie s'enflamme et des processus destructeurs commencent.

L'hépatite aiguë survient généralement en présence d'une cirrhose du foie. Les facteurs suivants contribuent également à son émergence:

  • fumer;
  • hépatite virale;
  • toxicomanie;
  • nutrition inappropriée ou inadéquate.

Les manifestations de ce type d'hépatite comprennent:

  • des nausées;
  • sensation d'amertume dans la bouche;
  • douleur sous les côtes du côté droit;
  • troubles gastro-intestinaux;
  • la faiblesse;
  • peau jaunâtre.
  1. Ictérique
    La principale caractéristique est l'accompagnement de la jaunisse.
  2. Latent.
    Dans ce cas, les symptômes peuvent être absents ou avoir une faiblesse différente.
  3. Cholestatique.
    Il est considéré comme le plus dangereux car la plupart des patients atteints de cette forme d'hépatite décèdent.
  4. Fulminant.
    Elle se caractérise par un développement et une progression rapides.

Le développement de l'hépatite alcoolique chronique se produit lentement et avec des manifestations légères. Inhérent à lui:

  • l'insomnie;
  • des nausées;
  • manque d'appétit;
  • inconfort dans la région de l'hypochondre droit;
  • légère augmentation de la température.

Les médecins utilisent de telles méthodes:

  1. Analyse biochimique du sang.
  2. Coagulogramme.
  3. Protéinogramme.
  4. Échographie du foie.
  5. FAGGS.
  6. Biopsie.

De ce fait, il est possible de rétablir le fonctionnement du foie, de surmonter les symptômes pathologiques, de nettoyer le corps et de combler les oligo-éléments manquants. La restauration est la règle habituelle. Ceci est l'exception de la consommation active de fruits et de légumes frits, gras, épicés et fumés.

Parmi les médicaments utilisés au cours du traitement, on peut citer:

  • sorbants (Enterosgel);
  • hépatoprotecteurs (glutargin);
  • antibiotiques (Kanamycine);
  • préparations contenant du lactulose (Duphalac), etc.

Si nécessaire, une intervention chirurgicale est effectuée pour soulager l’état du patient. La probabilité de guérison dépend de la rigueur avec laquelle le patient suivra les recommandations du spécialiste, ainsi que du degré de négligence de l'évolution de l'hépatite.

Type de pathologie alimentaire

Le développement de l'hépatite d'origine alimentaire est dû à la pénétration de produits dangereux dans le corps humain. Ceux-ci incluent certaines plantes et espèces de champignons. Ils peuvent contenir de grandes quantités de substances toxiques, à cause desquelles le foie ne peut pas les éliminer et est exposé à des effets pathologiques.

Faites attention! Les manifestations symptomatiques de cette hépatite sont similaires aux signes d'intoxication alimentaire grave et d'hépatite virale en même temps.

Ceux-ci comprennent:

  • augmentation de la température;
  • des nausées;
  • douleur dans l'hypochondre droit;
  • la faiblesse;
  • vomir de la bile, etc.

Les symptômes seuls ne suffisent pas pour poser un diagnostic, le médecin doit donc établir un diagnostic différentiel.

Vous devez également utiliser des méthodes de recherche instrumentales et de laboratoire. C'est:

  1. TDM du foie.
  2. Échographie des organes abdominaux.
  3. Analyse biochimique du sang, etc.

Au cours du traitement, il est très important d'éliminer la cause de la pathologie. Pour ce faire, le médecin prescrit des antidotes spécifiques (l’atropine est utilisée pour l’intoxication par les champignons). L'absence d'antidote nécessite l'utilisation de médicaments qui favorisent l'élimination des substances pathologiques de l'organisme (par exemple, le charbon activé).

Le spécialiste peut également recommander les groupes de médicaments suivants:

  1. Hépatoprotecteurs (Hepabene).
  2. Sorbants (Atoxyl).
  3. Antibiotiques.

Caractéristiques des médicaments de base

Le traitement de l'hépatite toxique a deux domaines principaux:

  1. Élimination des substances hépatiques traumatiques dans le corps.
  2. Restauration du corps et élimination des toxines par des médicaments.

Pour restaurer et normaliser le foie, il est nécessaire de prendre des médicaments destinés à la réhabilitation des hépatocytes endommagés et à l'élimination des toxines du corps. À cette fin, ces groupes de médicaments sont utilisés:

Hépatoprotecteurs. Médicaments universels prescrits pour tout dommage au tissu hépatique. Ils visent à restaurer les hépatocytes et à les protéger contre de nouveaux dommages. Les médicaments les plus couramment utilisés:

  • Les préparations Essentiale Forte et Phosphogliv - phospholipides sont élaborées à base de fèves de soja. Les médicaments peuvent restaurer les membranes cellulaires des hépatocytes, les protéger de tout dommage supplémentaire. Requiert une utilisation prolongée - jusqu'à six mois ou plus. Analog: Essliver;
  • Ursofalk et Ursosan sont des préparations à base d'acide ursodésoxycholique. En plus de l'effet hépatoprotecteur, ils ont un puissant effet cholérétique. Leur utilisation vous permet d'éviter la stagnation de la bile dans le corps et d'éliminer les toxines du corps ainsi que la sécrétion de bile. Analogues: Greenterol, Ursodex, Ursolac;
  • Kars est un hépatoprotecteur végétal à base de silymarine contenue dans le chardon-Marie. Il a des propriétés de stabilisation de la membrane et supprime les effets nocifs des toxines, rétablit le métabolisme de la cellule. Analogues: Hepalex, Heparsil, Darcyl, Legalon;
  • Heptral - un médicament efficace, basé sur la substance ademetionin. Il possède des propriétés antidépressives et régénérantes, empêche la formation de tissu fibreux, élimine efficacement les toxines du corps. Analogues: Adetsikol, Hepametion, Gepadif.

Antidotes Les médicaments visant à neutraliser certaines substances toxiques dans le corps:

  • mercure, plomb, acide cyanhydrique, sels d'iode et de brome - par injection (p / v et v / m), unithiol, thiosulfate de sodium;
  • fer et aluminium - Desferal, administré a / m dans un hôpital;
  • poisons contenus dans les champignons - Acide lipoïque, acétylcystéine.
  • holino-stimulants et composés organophosphorés - Atropine.
  • Le charbon actif est le médicament le plus abordable, un adsorbant naturel qui permet de nettoyer efficacement le corps des toxines, en interrompant leur absorption dans le tube digestif;
  • Les adsorbants synthétiques peuvent être considérés comme des analogues du charbon: Enterosgel, Atoxyl, Smekta.
  • Corticostéroïdes. Dans les cas graves de la maladie, les médicaments hormonaux peuvent réduire l'activité du système immunitaire, réduire l'inflammation et améliorer l'état général du patient. Appliquer en particulier Prednisolone, Dexamethasone, Methylprednisolone.
  • Cytostatiques. Les immunosuppresseurs non hormonaux, principalement indiqués pour les processus malins, mais peuvent également être utilisés pour l'hépatite, en particulier, auto-immune pour stabiliser l'état du patient et réduire l'intensité de la réponse immunitaire du corps. Donc, nommé Azathioprine, Cyclosporine A.
  • Vitamines. Le foie est un organe dans lequel interviennent le métabolisme, la synthèse et la production de nombreuses vitamines vitales: E, A, B, C, etc. En cas d'hépatite, ce processus est perturbé. Par conséquent, une préparation supplémentaire de vitamines provenant de l'extérieur est nécessaire. À cette fin, des préparations simples (tocophérol, acide folique, acide orotique, pyridoxine, rétinol, acide ascorbique) et des complexes vitaminiques spéciaux (Aevit, Neyrorubin, Vitrum, Nutrilite du foie, Hépatrine, Heparos Forte, Hepaton-2) peuvent être utilisés.

    Antibiotiques. En cas de maladies du foie, les antibiotiques sont contre-indiqués car ils ont un effet extrêmement négatif sur l’organe touché. Tout d’abord, il s’agit des tétracyclines et des antibiotiques antituberculeux. Cependant, dans certains cas, leur utilisation ne peut être évitée, par exemple avec le développement d'autres pathologies aiguës à caractère bactérien ou avec le développement de complications de l'hépatite (ascite, péritonite, sepsis, encéphalopathie hépatique). Dans ces cas peuvent être appliqués:

    • les fluoroquinolones (norfloxacine, ofloxacine, lévofloxacine);
    • les céphalosporines (céfangine, ceftriaxone);
    • pénicillines (Amoxillus, Augmentin).
  • Le régime dans chaque cas est sélectionné individuellement. Les méthodes traditionnelles de traitement de cette maladie sont rarement utilisées - en raison de leur faible efficacité. Les procédures de nettoyage et de renforcement utilisant des plantes médicinales sont autorisées, mais uniquement après avoir consulté un médecin.

    Principes de nutrition thérapeutique

    Pour recouvrer la santé et normaliser la fonction hépatique, une diète importante et, dans de nombreux cas, un régime est crucial. Il vous permet de réduire les effets négatifs sur le corps et de combler le manque de nutriments dans le corps.

    Dans les cas d'hépatite, un régime élaboré par Pevzner est généralement utilisé. Il y a deux options pour ce régime:

    Les principes de base de la table de traitement sont les suivants:

    • Suivant les principes de la nutrition fractionnée: la nourriture est prise en petites portions jusqu'à six fois par jour.
    • Changer le mode de cuisson: frire, fumer, mariner, saler sont totalement exclus. Les méthodes de cuisson acceptables sont l'ébullition, la cuisson à la vapeur et la cuisson.
      Menu de régime numéro 5a

    Introduction au régime de la quantité maximale de fruits et légumes. Dans les formes d'hépatite non sévères et dans leur évolution chronique, leur utilisation est autorisée, à la fois bouillie, en compote et crue. Dans des conditions aiguës, ces produits, selon le régime numéro 5a, doivent obligatoirement subir un traitement thermique. Il convient également de rappeler que les baies et les fruits acides sont interdits.

  • Exclusion de tout aliment épicé (ail, poivre), ainsi que des assaisonnements et des épices.
  • Consommation régulière de différentes céréales.
  • Remplacement des viandes grasses (porc, bœuf) par des variétés hypocaloriques, notamment la viande de dinde, la viande blanche de poulet.
  • Poisson gras d'exception. Peut-être l’utilisation de daurade, merlu, goberge, perche, merlan, limande.
  • Manger des produits de boulangerie est possible, mais pas une cuisson fraîche. Il vaut mieux que le pain soit séché.
  • L'exclusion des glucides simples sous forme de sucre, de confiserie.
  • Restriction dans les cas graves et élimination complète du sel.
  • L'exclusion des produits laitiers gras. Vous pouvez utiliser du fromage cottage, du kéfir, du lait avec un pourcentage minimum de graisse.
  • Exception des plats froids (thé glacé, glace, gelée).
  • Changement de schéma de consommation: une personne devrait recevoir au moins un litre et demi d'eau fraîche par jour. Vous pouvez également boire des compotes, des boissons aux fruits, vous devez exclure le café et le thé fort.
  • L'hépatite toxique est une pathologie dangereuse qui, si elle n'est pas traitée, peut entraîner des complications graves, voire la mort du patient. Même un traitement initié en temps voulu ne garantit pas une issue favorable. Par conséquent, en cas de suspicion de son développement, vous devriez immédiatement consulter un spécialiste.


    Article Suivant

    Stéatose

    Articles Connexes Hépatite