Médicaments de nouvelle génération pour le traitement de l'hépatite C

Share Tweet Pin it

Imaginez que vous avez une bombe à l'intérieur. Sur son tableau d’affichage numérique, il y a un compte à rebours pendant que vous effectuez vos tâches ménagères habituelles: allez au travail, faites les courses, allez vous promener dans le parc. À tout moment, une explosion peut se produire et prendre la vie. L'hépatite C est une telle bombe à retardement, une maladie qui, chez de nombreuses personnes, provoque la panique et un état de malheur total. Est-ce tout mauvais? Essayons de le comprendre.

Les principales causes de la maladie

L'hépatite C est-elle traitée? Comme toute infection virale, elle peut être complètement éradiquée de votre corps. Mais d'abord, découvrons comment il s'y rend. Une maladie pénètre généralement dans le sang. Vous pouvez être infecté d’abord au cours de toute procédure médicale si les normes sanitaires élémentaires sont violées: par une seringue, par hémodialyse, par transfusion sanguine, chez le dentiste. La possibilité de contracter une infection sexuellement transmissible existe également: avec un acte non protégé, la probabilité est comprise entre 3 et 5%. La chance d'obtenir un "cadeau" sous forme d'hépatite est assez petite, mais il vaut mieux ne pas risquer.

Le risque d'infection est pour le bébé, qui porte une mère malade: en passant par le canal de naissance, il peut attraper l'infection. Vous pouvez être infecté en faisant un piercing ou un tatouage, si le capitaine est malade ou est porteur du virus. Et pire que tout, dans certains cas, l’hépatite C pénètre dans le corps par des articles d’hygiène personnelle tels que rasoir, brosse à dents, manucure. Dans ce cas, l'infection n'est pas transmise par des gouttelettes aéroportées, des câlins et des poignées de main.

Les symptômes

L'hépatite C a une période de latence: à partir du moment où le virus pénètre dans le sang jusqu'à sa manifestation, il prend de 2 semaines à 6 mois. Si la maladie débute de manière aiguë, la personne ressent alors une douleur dans les articulations, son tractus gastro-intestinal fonctionne mal et il en résulte une fatigue et une faiblesse accrues. La température augmente rarement, la jaunisse n'est pas observée.

Si, à ce moment, le diagnostic de la maladie est diagnostiqué, l'hépatite C est curable. Tout retard menace la transition de la maladie vers une forme chronique dont l'élimination est presque impossible. À propos, un tel résultat est généralement observé chez 70 à 80% des patients. Et tout cela parce que la forme tranchante est rarement trouvée, cela se produit généralement de manière aléatoire.

La transformation de la maladie en phase chronique se fait progressivement sur plusieurs années. Qu'est-ce qui est dangereux pour l'hépatite C en ce moment? Tout d'abord, les cellules du foie sont détruites, une fibrose se produit. Deuxièmement, le patient est menacé de cirrhose, dont les signes sont un élargissement de l'abdomen et l'apparition d'un motif en forme d'étoiles.

Que pouvez vous faire

Supposons que vous appreniez que vous avez été infecté par un virus dangereux. Pour le savoir, il suffit de passer un test sanguin d'infection. Si le résultat est positif, vous devez immédiatement contacter votre médecin traitant, qui vous dirigera vers les bons spécialistes. Lorsque le diagnostic est posé, la première chose qui vous est demandée est de suivre scrupuleusement toutes les prescriptions et les recommandations du médecin. Il faut aussi renoncer à l'alcool.

Oubliez la médecine traditionnelle - c'est inefficace ici. En mangeant des bouillons et des teintures, vous ne perdez qu'un temps précieux. Vous pouvez également envoyer à la corbeille divers suppléments qui, dans l’annonce, promettent une guérison miraculeuse.

Seul un médecin expérimenté choisira les médicaments appropriés (en fonction de la complexité et du degré de négligence de la maladie) pour le traitement de l'hépatite C. Il est préférable que vous soyez vu par un hématologue. C'est le spécialiste qui surveille tous les essais cliniques de nouveaux médicaments à partir du virus et y participe même. Il est donc le plus compétent et pourra vous recommander le traitement le plus efficace.

Thérapie moderne

Si vous demandez à votre médecin si le traitement de l'hépatite C est complet, il vous donnera probablement une réponse encourageante. De nouvelles méthodes, telles que la thérapie antivirale combinée, par exemple, sont très efficaces. Récemment, de nombreuses études cliniques ont été menées. En conséquence, les scientifiques ont conclu que l'utilisation simultanée de deux médicaments puissants: la ribavirine et l'interféron alpha donnait les meilleurs résultats. Individuellement, ils ne sont pas aussi puissants.

Dans certains cas, d'autres médicaments pour le traitement de l'hépatite C sont également prescrits, par exemple des analogues de nucléosides. Cela peut être Adefovir ou Lamivudin. Ils sont capables de réduire le taux de reproduction du virus et de bloquer la collecte de virions dans le foie. Habituellement, le choix d'un schéma thérapeutique particulier est attribué après un examen complet et des tests réussis. Le traitement dure de six mois à plusieurs années, au cours desquelles vous êtes également obligé de suivre un régime alimentaire particulier et de consulter en permanence votre médecin.

Autres traitements

Parfois, les médecins choisissent une voie différente et prescrivent des hépatoprotecteurs aux patients: Silimar, Essentiale, Phosphogliv et quelques autres. Ils ne possèdent pas d'effet antiviral, mais ils soutiennent la fonction du foie et améliorent son état général. L'hépatite C est curable si des immunomodulateurs sont ajoutés à tout cela, ce qui aidera le corps à combattre l'infection plus rapidement. Le plus populaire de ces médicaments "Zadaksin", qui est injecté dans le corps par le biais d'injections sous-cutanées.

L'hépatite C est-elle traitée si vous prenez méticuleusement les bons médicaments et suivez les instructions de votre médecin? Bien sûr que oui. L'essentiel est de ne pas s'engager en amateur. Outre les interférons, il n’existe pas encore de médicaments plus efficaces. Bien que la recherche de nouvelles méthodes et méthodes de traitement soit en cours. Rappelez-vous également que le moyen rapide et peu coûteux de se débarrasser de la maladie n'existe pas. Préparez-vous, vous devrez faire preuve d'une patience et d'une endurance maximales, ainsi que de stocks sur vos finances.

Le coût de la thérapie

L’aspect financier des patients n’intéresse pas moins que la question de savoir si l’hépatite C est traitée, le montant exact est difficile à appeler car il varie. Les coûts mensuels vont d’environ 500 à 2 500 000 dollars. Si la durée du traitement est d’au moins six mois, dans ce cas, 3 000 correspond au prix de départ que vous auriez dû préparer à l’avance. Le coût minimum du traitement annuel au même moment sera d’environ 6 000 dollars, le maximum - environ 30.

Plus efficace et plus récent, le développement de médicaments étrangers coûtera encore plus cher, vous devez donc débourser. Surtout si elles sont produites par des marques pharmaceutiques bien connues. La part du lion du coût revient à l'interféron. S'il s'agit d'une drogue pégylée de fabrication étrangère, son prix atteint parfois des sommets transcendantaux. Lorsque les finances chantent des histoires d'amour, il est préférable de se débrouiller avec les moyens d'un fabricant national: son produit n'est peut-être pas celui annoncé, mais il est tout aussi utile qu'un produit étranger. Il est même préférable de respecter les mesures préventives afin de ne pas savoir où trouver de l’argent pour un traitement coûteux.

Effet attendu

Les coûts financiers seront-ils justifiés? Cette question inquiète beaucoup. Bien sûr, ils le feront. Après tout, en mettant un montant décent dans votre poche, ne le jetez pas au vent, mais sauvez votre vie, restaurez la santé. Oui, et le médecin va vous rassurer. Si vous lui demandez si l'hépatite C chronique est traitée, il répondra par l'affirmative. Au moins, il y a plus de chances dans cette situation que pour la même hépatite B. Habituellement, à l'état de "sommeil", il accompagne le patient toute sa vie, devenant de plus en plus aigu de temps en temps. Ceux qui ont réussi à vaincre le virus sont très peu nombreux - 10-15%.

En ce qui concerne l'hépatite C, les choses vont beaucoup mieux. Il y a quelques années, le nombre de patients guéris ayant reçu le traitement combiné représentait 30 à 40% de la masse totale. Aujourd'hui, la médecine a fait plusieurs pas en avant, notamment dans le sens d'un traitement efficace de ce virus. Par conséquent, le pourcentage de ceux qui ont guéri a presque doublé (60 à 80%). Mais pour entrer dans leur nombre, il est nécessaire de faire le maximum d'efforts à la fois pour le médecin et le patient.

Régime alimentaire

Les dommages au foie, sa destruction et ses modifications irréversibles rendent l’hépatite C dangereuse et si vous êtes infecté par le virus, mangez bien pour alléger le fardeau d'un organe déjà malade. Il est recommandé d'utiliser des légumes et des fruits frais, des baies, des produits laitiers, du poisson maigre, de la viande bouillie, des légumineuses, des grains entiers, des céréales avec du lait, des noix et des graines. Buvez beaucoup de liquides pour éliminer les toxines du corps. Dans le même temps, évitez les plats fumés, salés et gras, refusez les produits semi-finis, les conserves, le café et l’alcool.

Un menu approximatif pour la journée pourrait ressembler à ceci:

  1. Petit déjeuner - gruau ou fromage cottage. Tisane
  2. Déjeuner - pommes, salade légère.
  3. Déjeuner - soupe de légumes, viande bouillie, compote.
  4. Dîner - pommes de terre, sarrasin ou riz avec du poisson cuit au four. Le thé
  5. Avant de se coucher - kéfir faible en gras, biscuits de régime.

En observant ces règles diététiques simples et en prenant le bon médicament, vous êtes convaincu que vous pouvez guérir l’hépatite C. Même si au début du voyage, cela vous semblait une tâche absolument impossible.

Cas où l'hépatite est intraitable

Cela se produit généralement dans des formes particulièrement avancées, lorsque des modifications irréversibles ont commencé dans le foie et qu'elles ne font que progresser. Une maladie est susceptible de traitement si elle est diagnostiquée chez les hommes, patients âgés de plus de 40 ans. Il est également difficile de se débarrasser de la maladie dans les cas suivants: lorsqu'une personne possède le génotype d'un virus, les transaminases fonctionnent normalement ou une activité virale élevée est observée. Les autres personnes ne devraient pas avoir de doutes sur le traitement de l'hépatite C. Bien entendu, il est possible de vaincre la maladie.

L'efficacité même du traitement dépend de nombreux facteurs. Avec une longue durée de la maladie, il n'est pas facile d'éradiquer l'infection. La tâche principale des médecins est de ralentir le processus de reproduction. Ceci est absolument réaliste dans la majorité des cas diagnostiqués avec l'aide des schémas thérapeutiques modernes de traitement rétroviral intégré. Lorsque l'infection cesse de se multiplier, les processus inflammatoires s'atténuent immédiatement et la fibrose disparaît.

Contre-indications

Nous avons déjà déterminé si l'hépatite C est complètement traitée. Examinons maintenant les cas où le traitement est absolument contre-indiqué. Premièrement, il ne peut pas être appliqué aux patients souffrant de malformations cardiaques graves, présentant une maladie ischémique prononcée ou une hypertension artérielle, traités pour un diabète ou des maladies chroniques du système respiratoire. Deuxièmement, il est impossible de prendre des médicaments pour le traitement de l'hépatite chez les personnes transplantées.

Le traitement est contre-indiqué pour les femmes enceintes, les enfants de moins de trois ans et les personnes présentant une intolérance prononcée à l'interféron ou à d'autres médicaments contre l'hépatite. Avant de prescrire un traitement, le médecin procédera à un examen approfondi et donnera des directives concernant tous les tests et procédures nécessaires pour éliminer les risques existants et obtenir le résultat optimal. Il y a aussi des cas où la thérapie n'est pas nécessaire. Pour des raisons inconnues, 15 à 25% des personnes infectées par le virus s'autodétruisent et ne deviennent pas chroniques.

Prévention de l'hépatite virale C

Afin de ne pas succomber à un traitement long et coûteux, il est plus facile d'éviter l'infection. Pour ce faire, suivez ces règles:

  1. À la clinique, si une injection vous a été administrée, apportez une seringue achetée en pharmacie. Ou vérifiez que l'infirmière utilise un instrument stérile.
  2. N'utilisez pas le rasoir ou les objets sur lesquels du sang pourrait rester.
  3. Visitez seulement un dentiste reconnu. Assurez-vous que tous vos instruments sont stérilisés sous vos yeux.
  4. Abandonnez le piercing et le tatouage. Si le désir de les fabriquer est très élevé, choisissez des salons professionnels.
  5. Lorsque vous avez des relations sexuelles avec différents partenaires, utilisez un préservatif.

Si l'infection persiste, alors après le traitement de l'hépatite C, soyez prudent, ne marchez pas sur le vieux râteau. Les méthodes préventives aideront à maintenir la santé et ne permettront pas à un virus dangereux de pénétrer dans votre corps.

L'hépatite virale C est-elle complètement traitée?

Lors du diagnostic du virus HVC dans le corps humain, presque tous les patients se demandent: l'hépatite C est-elle complètement guérie et quelle sera la durée et la difficulté du traitement? Pour faire face à cela, vous devez comprendre de quel type de maladie il s’agit, quel danger il présente pour le corps et comment se comporter quand il est détecté.

L'hépatite C est une maladie virale grave. La découverte du principal agent pathogène et son inclusion dans un certain nombre d'infections virales graves étaient parfaites dans les années 80 du 20ème siècle. Mais, malgré une si courte période de "rencontres amoureuses", les médecins peuvent aujourd'hui déterminer sans équivoque si le virus de l'hépatite C est en cours de traitement. La maladie est curable. La condition principale pour cela sera un appel opportun au médecin concerné et le respect de toutes ses exigences en matière de traitement.

L’émergence de l’hépatite contribue à la pénétration du virus VHC dans le corps humain, après quoi le processus d’infection se développe. La maladie survient généralement sous une forme chronique latente, sans aucun symptôme, ce qui entraîne des modifications graves, parfois irréversibles, du foie.

La raison de ce virus hépatotropique élevé - la capacité de se multiplier dans les cellules du foie. Une caractéristique spécifique de l'agent pathogène est sa capacité à muter: après son entrée dans l'organisme, il change constamment, ce qui peut entraîner plusieurs variations du même génotype.

Le danger de la maladie réside dans le secret de ses symptômes, raison pour laquelle la visite chez le médecin est retardée et la possibilité de recevoir un traitement rapide. Pendant ce temps, le virus continue à se multiplier dans le foie, détruisant progressivement ses cellules. Après plusieurs années, les fonctions hépatiques sont altérées, la cirrhose est diagnostiquée chez la plupart des personnes infectées. C’est l’un des facteurs graves qui influera sur la question de la suppression de l’hépatite: que la maladie soit traitée ou non dans ce cas, on peut dire qu’il existe des conditions préalables, et même les résultats positifs sont rares, mais notés.

Le développement de la cholécystite est un autre danger de la forme chronique de l'hépatite C: il se produit un blocage des voies biliaires, ce qui entraîne une sécrétion stagnante et une augmentation subséquente de la bilirubine dans le sang et des dommages toxiques pour le corps.

Raisons

L'hépatite fait référence à des maladies qui ne sont pas transmises par des gouttelettes en suspension dans l'air ou par un contact corporel (étreintes, serrant la main). Le virus est transmis par le sang. Les principaux moyens de pénétration dans le corps sont les suivants:

  • Procédures médicales qui violent les normes sanitaires (ne se prêtent pas au traitement nécessaire ni ne perturbent le processus de stérilisation des instruments médicaux, transfusent le sang d'une personne non testée infectée par l'hépatite, perturbent le processus d'hémodialyse, ne respectent pas les normes sanitaires en vigueur dans le cabinet dentaire).
  • Le risque d'infection est élevé lors de la réalisation de piercings, de tatouages ​​dans des conditions insalubres et dans des lieux où les outils ne subissent aucune désinfection.
  • Le risque d'infection est faible pour les nouveau-nés lors du passage dans le canal utérin. Seulement 5% de tous les cas de naissance de bébés de la mère du virus.
  • Un petit pourcentage d'infection (environ 5%) est possible lors de rapports sexuels non protégés.
  • Il y a une possibilité d'infection et de manière domestique: l'utilisation des brosses à dents de quelqu'un d'autre, des outils de rasage, des trousses de manucure et d'autres outils.

Période d'incubation

La durée de la période d'incubation dépend de nombreux facteurs, dont l'un est la réponse immunitaire de l'organisme. Peut durer jusqu'à 6 mois ou plus. Pendant cette période, la maladie peut être détectée par hasard, avec une commission planifiée, lorsque des tests généraux montrent des comptes anormaux d'hémoglobine, de leucocytes et de lymphocytes. L'incohérence de ces normes sera la raison d'un examen plus détaillé, qui aidera à identifier le virus.

Les premiers symptômes externes ne peuvent survenir qu'avec des dommages hépatiques importants, l'apparition d'une insuffisance hépatique, le développement d'une cirrhose.

En raison de l'absence de récepteurs de la douleur dans le foie, le développement d'une infection virale n'est pas accompagné de douleur. De telles manifestations peuvent se produire avec la défaite de la vésicule biliaire.

L'évolution aiguë de la maladie se caractérise par une période de latence plus courte, de deux à trois semaines seulement.

Lorsqu'il est infecté par le virus de l'hépatite C, il existe plusieurs voies de développement possibles:

  • La maladie n'a pas de manifestations, est détectée lors d'un examen de routine ou dans le développement de la cirrhose.
  • La phase aiguë devient chronique.
  • Après la phase aiguë différée, il se produit une récupération complète, sans utilisation de médicament (la période peut durer de plusieurs mois à un an).
  • Une personne peut éviter le développement de la maladie, mais devenir un vecteur du virus. Aucun signe du virus dans le corps n'apparaît, ni externe ni au cours d'études de laboratoire.
  • Un traitement complet pour l'hépatite, ne garantit pas la production d'immunité, une personne peut être infectée par un virus d'un génotype différent.

Symptômes et diagnostic

Comme l'évolution de la maladie est de deux natures: aiguë et chronique, les symptômes qui l'accompagnent sont différents.

Signes de cours aigu

La période pré-oculaire: apparition de douleurs aux articulations, sans raison apparente, faiblesse, fatigabilité rapide, troubles du sommeil, manque d'appétit, éruptions cutanées sur le corps et fièvre.

La période de traitement aigu dure environ une semaine, après quoi commence la période de jaunisse:

  • fatigue accrue;
  • l'urine devient plus sombre;
  • le jaunissement se manifeste: le premier à obtenir une nuance jaune de la sclérotique, après - la peau;
  • il peut y avoir des sensations douloureuses dans l'hypochondre droit;
  • la clarification des masses fécales est notée;
  • il y a des troubles des reins et des articulations.

La durée de cette période peut aller jusqu'à 5 semaines. Une fois que les symptômes ont commencé à s'estomper, si vous ne commencez pas un traitement, l'hépatite C devient chronique.

Une hépatite rare et aiguë peut survenir rapidement. En cas de changement brusque d'humeur, ce qui se passe autour de soi peut, après que la conscience soit perturbée, tomber dans un état de stupeur ou de coma. Cette condition peut être fatale.

Manifestations au stade de la forme chronique

Les signes d'une maladie chronique peuvent se manifester de différentes manières, mais ces manifestations ne sont pas toujours associées à l'hépatite, car les mêmes symptômes peuvent également être observés dans d'autres pathologies développées dans le corps. Par conséquent, lors de la détection des moindres défaillances, il est nécessaire de consulter un médecin et de procéder à un examen approfondi. Que chercher:

  • la fatigue augmente, la somnolence augmente, il est difficile pour une personne de se réveiller le matin, après le sommeil, une faiblesse, une sensation de fatigue peuvent être observées;
  • le cycle de sommeil peut être perturbé;
  • perte d'appétit;
  • apparaissent avec des lésions hépatiques importantes, des ballonnements, des nausées et des vomissements.

Diagnostics

Pour confirmer le diagnostic, si le patient soupçonne une hépatite, le patient subit une série d'études:

  • Un test sanguin pour les tests hépatiques, dont les résultats peuvent déjà être prescrits avec les premiers médicaments (dans l'hépatite chronique, les indicateurs peuvent se situer dans la plage normale).
  • Dosage immunologique pour la détermination des marqueurs: à partir de la 4ème semaine du stade aigu, les immunoglobulines M sont détectées, elles peuvent également apparaître lors de l'exacerbation de la forme chronique; dans 2,5 à 3 mois, les immunoglobulines G apparaîtront dans les résultats et dans environ six mois, leurs indices augmenteront. Avec le rétablissement complet, ces indicateurs diminuent. L’évolution chronique de l’hépatite C à vie est accompagnée par la présence d’IgG.
  • Les résultats du test ELISA sont confirmés par la méthode RIBA, elle est plus sensible.
  • L'analyse PCR détermine l'ARN du virus. Réalisé pour identifier et développer en dynamique. Sa disparition est l'un des signes du rétablissement.
  • Détermination du génotype pour un traitement efficace.
  • La PCR quantitative indiquera l'efficacité du traitement et le degré de contagiosité du patient.
  • Si nécessaire, une biopsie est réalisée. Il est nécessaire de clarifier le diagnostic et d’exclure d’autres pathologies possibles.

Pour surveiller l'état de l'échographie du foie, une étude est menée.

Est-ce que tout le monde doit être traité pour le virus?

Le traitement de l’hépatite C avec des médicaments n’est pas administré à tous les patients. En fonction de l'évolution de la maladie, de son stade, de son génotype et de ses recherches dynamiques, le médecin décide de la nécessité d'un traitement médical.

L'utilisation d'antiviraux a eu recours:

  • à risque élevé de développer une cirrhose ou au début du processus pathologique;
  • quand au cours du dernier semestre il y a eu une augmentation du niveau d'ALT;
  • lors de la détection de 2 et 3 génotypes du virus;
  • lorsqu’il est révélé dans le sang des cryoglobulines.

Pour la thérapie, les médicaments à base d’interféron et de ribavirine. Durée du cours - 1 an.

Dans la forme chronique de la maladie, un traitement individuel est prescrit. Les doses de médicaments sont déterminées par le médecin en fonction des indicateurs des tests de laboratoire, de la masse de la personne et du type de médicament utilisé.

Avec l'évolution de la maladie sous une forme bénigne, sans montrer de conséquences graves, le traitement peut ne pas être appliqué. Mais vous devez suivre la dynamique de la maladie pour ne pas manquer son activation. Pour ce faire, à certaines périodes, on vérifie les indicateurs du foie.

L'utilisation de médicaments peut sérieusement affecter l'état d'autres organes et systèmes. Par conséquent, lorsqu'un certain nombre de contre-indications sont détectées, le traitement avec des médicaments antiviraux est annulé et, si possible, remplacé par d'autres médicaments plus bénins.

Le traitement antiviral est contre-indiqué chez les patients présentant:

  • avec une hypertension sévère, des troubles du système circulatoire, des modifications malignes du corps, des troubles de la glande thyroïde, une ischémie, un diabète sucré;
  • dans les états dépressifs qui ne peuvent faire l’objet d’un traitement médical ou psychothérapeutique;
  • quand l'hépatite B n'est pas infectieuse;
  • avec l'alcool et la toxicomanie;
  • avec des antécédents de signes d'épilepsie et de troubles mentaux;
  • avec intolérance individuelle à l'interféron;
  • au dernier stade de la cirrhose.

En outre, aucun traitement avec des médicaments antiviraux pendant la grossesse et pendant sa planification n'est prescrit. Dans ce dernier cas, il sera probablement préférable de différer la conception du bébé jusqu'à la guérison complète.

Comment commencer le traitement et qui contacter

Lorsqu'une maladie est détectée au cours d'un examen aléatoire, de nombreux patients se posent une question: que faire et à qui s'adresser? Vous devez d’abord comprendre que vous devez agir immédiatement. Dès réception des résultats, il est nécessaire dans un proche avenir de consulter un médecin compétent, qui vous prescrira des tests supplémentaires pour lesquels le diagnostic final sera établi. Vous pouvez obtenir des conseils et des rendez-vous de traitement auprès des spécialistes suivants:

  • Thérapeute Le premier médecin à qui il est nécessaire de se tourner en cas de dysfonctionnement du corps. Il effectuera un diagnostic complet et, sur la base des données collectées, prescrira un traitement ou le dirigera vers un spécialiste.
  • Infectionniste. Il s’adresse aux patients souffrant d’hépatite aiguë. Le médecin prescrit un traitement pour la maladie sous-jacente et prescrit un traitement de rééducation après celle-ci. La dynamique du développement de la maladie est obligatoire.
  • Hépatologue. Dans sa compétence, les formes chroniques des maladies du foie, y compris la cirrhose d'étiologies diverses.

Ce sont les principaux spécialistes auxquels il convient de faire référence lors de la détection de l'hépatite C lors d'un diagnostic de routine. En cas de symptômes (douleur dans le tube digestif, nausée, anorexie), vous pouvez initialement faire appel à un gastro-entérologue. Ensuite, le schéma standard suivra: identifier les causes par des tests de laboratoire, prescrire un traitement ou rediriger vers un médecin spécialisé.

Si des problèmes au foie sont détectés, la première action du médecin traitant sera l'administration d'hépatoprotecteurs pour protéger le foie et le restaurer. La thérapie se poursuit après avoir reçu les réponses aux tests confirmant la présence de la maladie et déterminant le génotype du virus et l’intensité de son développement.

Est-ce que le rétablissement complet est possible?

Vous cherchez la réponse à la question: que l’hépatite C soit définitivement traitée, vous devez vous adapter à une résolution positive de la maladie. Une attitude positive aidera à faire face à de nombreuses difficultés et deviendra une étape de soutien tout en augmentant la résistance du corps.

Aujourd'hui, les médecins constatent de plus en plus une tendance positive dans le traitement des médicaments contre l'hépatite B. La principale condition de ce phénomène est la prise de conscience par les citoyens de la nécessité de procéder à des examens préventifs, qui permettront, à un stade précoce, d’identifier le virus dans le corps humain et d’agir à temps. Dans la forme chronique, l'hépatite C est également curable, mais cela prendra plus de temps et l'humeur du patient lui-même.

Pendant la thérapie, le patient ne doit pas compter uniquement sur des médicaments, il doit respecter toutes les prescriptions du médecin et suivre les mesures de base pour maintenir et renforcer sa santé:

  • abandonner la consommation de boissons contenant de l'alcool, même la quantité minimale devrait être exclue;
  • arrêter de fumer;
  • suivre un régime hypercalorique;
  • éviter les situations stressantes dans la mesure du possible;
  • dormir au moins 8 heures par jour, donner au corps l'occasion de se détendre;
  • plus souvent en plein air.

Il existe des cas de guérison de patients après une hépatite, sans intervention médicale. Mais cela n’est possible que dans le cas d’une forte immunité. En cas de défaillance de l’organisme, la principale tâche à accomplir est donc d’accroître sa résistance à divers types de lésions et sa capacité à les combattre.

Comment est le traitement?

Dans certaines circonstances, au stade initial de la maladie, le médecin peut vous recommander de ne pas vous hâter avec un traitement médical et de le reporter à plus tard. Le médecin assume cette responsabilité en cas de forte immunité du patient et avec une probabilité élevée que le corps produise lui-même des anticorps et détruise le virus. Le délai de traitement est possible dans les cas suivants:

  • le patient a moins de 35 ans;
  • les résultats des tests ne montrent pas d'anomalies significatives, seule une légère augmentation de la bilirubine est admissible;
  • des antécédents de maladies chroniques ne sont pas observés;
  • un partisan infecté d'un mode de vie sain et qui n'aime pas les aliments lourds;
  • les résultats des échographies ne montrent aucune anomalie du foie ou de la rate;
  • l'infection ne dure pas plus d'un an.

Dans d'autres cas, les patients sont traités selon un schéma choisi par le type d'hépatite approprié, visant à supprimer son activité, à détruire, à maintenir les fonctions hépatiques et à renforcer l'immunité.

Quelle pourrait être la réponse du corps aux drogues?

Lors de l'utilisation d'antiviraux tels que l'interféron et la ribavirine, des effets indésirables peuvent apparaître. Chez les patients jeunes, l'adaptation se fait plus doucement et avec des effets négatifs moins prononcés.

La ribavirine est un médicament plus léger; lorsqu’elle est utilisée, des modifications mineures de la formule sanguine peuvent apparaître, ainsi que des traces de destruction accrue des globules rouges. Dans certains cas, il y a des signes de dyspepsie, une augmentation de l'acide urique dans le sang, des maux de tête, rarement une réaction allergique au médicament.

L'interféron est plus dur:

  • les injections peuvent être accompagnées d'un syndrome pseudo-grippal (apparition des symptômes du rhume: frissons, malaise général);
  • après environ 2 heures, après l'introduction du médicament, il y a une fièvre, des courbatures. Cet effet peut durer plusieurs jours.
  • pendant le premier mois du cours, le corps s'adapte et les symptômes commencent à se dissiper;
  • au cours du deuxième ou du troisième mois, il peut y avoir une diminution du nombre de leucocytes et de plaquettes, ce qui a pour effet de réduire la posologie du médicament ou de l’annuler complètement;
  • dans de rares cas, il y a perte de cheveux, perte de poids, états dépressifs, perturbation de la glande thyroïde.

La durée et les principes de traitement dans chaque cas sont individuels. Tout dépend de la gravité de la maladie, du génotype identifié, de la réponse immunitaire du corps et de la présence d’autres maladies pouvant gêner l’administration de médicaments antiviraux. Mais au fond, le cours standard dure environ un an. Dans certains cas, le traitement peut être retardé pour rétablir les fonctions du foie et d'autres organes, ce qui peut durer plusieurs années.

Lorsqu'un virus est détecté, les médecins font généralement des prédictions favorables pour guérir la maladie. Les exceptions ne peuvent être que dans certains cas. Les patients chez qui l'hépatite est au dernier stade sont difficiles à récupérer. En même temps que des processus irréversibles se produisent dans le foie, un degré grave de cirrhose se développe. Les prédictions positives dans le diagnostic de la maladie chez les hommes de plus de 40 ans ne sont pas toujours positives. Traitement compliqué lors de la détection du génotype du virus - 1b et de sa forte activité.

Dans tous les cas, l’efficacité du traitement dépendra de certains facteurs. La durée de la maladie constitue déjà un obstacle sérieux à l’extermination de l’hépatite C; dans ce cas, la tâche principale des médecins est d’inhiber les processus de développement. On peut alors s'attendre à une diminution des processus inflammatoires, à la disparition des signes de fibrose.

Comment se protéger de l'infection

L'agent causal de l'hépatite C a une grande capacité à pénétrer dans le corps humain, une quantité minimale de sang infecté suffit à l'infection. Pour éviter cela, il n'y a qu'un seul moyen de vous protéger, vous et vos proches, contre le virus HVC: adhérer à des mesures préventives.

Prévention des maladies dans les établissements de soins médicaux:

  • L'utilisation obligatoire de gants jetables lors des manipulations protège à la fois le patient et le prestataire de soins de santé;
  • pour l'injection et la transfusion, seuls des seringues et systèmes à usage unique doivent être utilisés;
  • l'examen par un gynécologue est de préférence effectué à l'aide de trousses stériles à usage unique;
  • procédures dentaires effectuées par des professionnels reconnus pouvant fournir une licence.

Comment se protéger dans les conditions de vie:

  • chaque membre de la famille doit disposer de produits d'hygiène personnelle (brosses à dents, accessoires de rasage, nécessaires à manucure, tampons à récurer, serviettes, etc.);
  • Évitez les salons suspects pour le tatouage ou le perçage. Dans les salons de bonne réputation, des aiguilles jetables sont utilisées et les artisans travaillent avec des gants; une licence et une autorisation pour de tels services sont également requises;
  • en cas de perçage, n'utilisez que des accessoires personnels;
  • Les rapports sexuels occasionnels doivent être protégés par un préservatif. Lors de la création d'une famille, il est facile de subir un examen approfondi pour garantir la santé des deux partenaires et, si nécessaire, de se faire soigner.

Une attention particulière est requise pour la prévention lorsqu'un être cher tombe malade. Il est nécessaire de se souvenir de la capacité de survie du virus, sa viabilité pouvant durer jusqu'à 4 jours. Pour éviter toute infection au niveau du ménage, il est nécessaire que le patient utilise une literie, des serviettes et des plats séparés. Les vêtements doivent être faits de tissus naturels, lavables à 60 ° C. Après utilisation, les objets peuvent être lavés et traités à la chaleur avec un fer à repasser, la vaisselle est bouillie. Les endroits où du sang a coulé accidentellement sont traités avec des agents de désinsectisation. Pour exclure l'infection d'un parent malade, il est recommandé de faire un don de sang pour le test par PCR une fois par an.

Existe-t-il un vaccin contre l'hépatite C?

L'hépatite C est une maladie grave qui est difficile à traiter et contrairement à d'autres types d'hépatite A et B, un vaccin efficace a été créé pour la prévenir, ce qui peut prévenir l'infection.

Le principal problème du développement de la vaccination contre le virus HVC - son instabilité, sa capacité de modification. Les scientifiques recherchent actuellement une protéine virale stable, qui pourrait produire des anticorps neutralisant toutes les modifications du virus.

Mais une déclaration encourageante récemment faite par des chercheurs canadiens, pour créer un vaccin contre cette maladie. Des expériences ont montré son efficacité contre plusieurs génotypes du virus, mais il est trop tôt pour parler de son introduction pour une utilisation en masse.

La vaccination a été créée sur la base d'une modification artificielle du virus de la grippe utilisant le matériel génétique de l'hépatite C. Le sérum ainsi obtenu peut donc infecter le virus HVC de l'intérieur, entraînant sa destruction complète.

Malheureusement, aujourd'hui, la question «si l'hépatite C est traitée» intéresse un nombre croissant de patients. Il arrive souvent que des personnes classent des maladies telles que l'hépatite C parmi les maladies pouvant affecter certaines personnes ayant un mode de vie trépidant. Et quand ils diagnostiquent une infection virale, ils se replient sur eux-mêmes, tentent de la cacher à ceux qui les entourent ou ont même peur de voir un médecin. Ce n'est pas la peine de le faire: premièrement, cette maladie peut toucher n'importe qui, deuxièmement, le fait de retarder le traitement peut nuire à la qualité de la vie et à sa durée.

Hépatite C - symptômes et traitement, premiers signes

L'hépatite C est une maladie inflammatoire du foie, elle se développe sous l'influence du virus de l'hépatite C. Un vaccin efficace qui pourrait protéger contre ce virus n'existe pas encore dans la nature et n'apparaîtra pas de sitôt.

Il est de deux types - aiguë et chronique. Dans 20% des cas, les personnes souffrant d'hépatite aiguë ont de bonnes chances de guérison et dans 80% des cas, le corps du patient n'est pas en mesure de vaincre le virus lui-même et la maladie devient chronique.

La transmission du virus se fait par une infection par le sang. À l'heure actuelle, 150 millions de personnes sont porteuses de l'hépatite C chronique dans le monde. Chaque année, l'issue fatale de celle-ci entraîne l'hépatite chez 350 000 patients.

Fondamentalement, les premiers symptômes de l'hépatite C apparaissent 30 à 90 jours après le moment de l'infection. C’est pourquoi, si vous ne vous sentez pas bien, si vous êtes apathique, fatigué ou si vous présentez un autre phénomène inhabituel pour votre corps, vous feriez mieux de consulter un médecin. Cela est nécessaire pour que le médecin puisse poser un diagnostic précis et choisisse le traitement le plus efficace.

Comment l'hépatite C est-elle transmise?

Qu'est ce que c'est L'infection se produit principalement par contact avec le sang d'une personne infectée. L'hépatite C est également transmise lors d'interventions médicales: collecte et transfusion de sang, opérations chirurgicales et manipulations chez le dentiste.

La source d'infection peut être constituée d'outils de manucure, de tatouages, d'aiguilles, de ciseaux, de rasoirs, etc. Si la peau ou les muqueuses sont endommagées, l'infection peut survenir au contact du sang d'une personne infectée.

Dans de rares cas, l'hépatite C se transmet par contact sexuel. Les femmes enceintes infectées courent le risque que le bébé soit également infecté par le virus lors de l'accouchement.

Plus difficile à transporter le virus:

  • alcooliques.
  • les personnes souffrant d'autres maladies hépatiques chroniques, y compris d'autres hépatites virales.
  • Personnes infectées par le VIH.
  • les personnes âgées et les enfants.

La maladie de l'hépatite C ne se transmet pas aux contacts familiaux lors de câlins, de poignées de mains. Cette maladie vous permet d'utiliser la vaisselle et les serviettes habituelles, mais vous ne pouvez pas utiliser d'articles d'hygiène personnelle communs (rasoirs, ciseaux à ongles, brosses à dents). Le mécanisme de transmission de la maladie n’est que hématogène.

Symptômes de l'hépatite C

Dans la plupart des situations, l'hépatite virale C progresse lentement, sans symptômes prononcés, reste non diagnostiquée pendant des années et se manifeste même avec une destruction importante du tissu hépatique. L'hépatite C est souvent diagnostiquée pour la première fois chez le patient, alors que des signes de cirrhose ou de cancer du foie hépatocellulaire se manifestent déjà.

La période d'incubation de l'hépatite est de 1 à 3 mois. Même après la fin de cette période, le virus peut ne pas se manifester tant que les lésions hépatiques ne deviennent pas trop prononcées.

Après l’infection chez 10 à 15% des patients, il se produit une auto-guérison, mais dans 85 à 90% des cas, l’hépatite C chronique primaire se développe sans aucun symptôme spécifique (douleur, jaunisse, etc.). Et dans de rares cas, les patients développent une forme aiguë avec jaunisse et manifestations cliniques sévères qui, avec un traitement adéquat, conduisent au traitement complet du patient pour l'hépatite C.

Les premiers signes de l'hépatite C chez les femmes et les hommes

Pendant longtemps, les symptômes ne gênent pratiquement pas les patients. Au cours de la période aiguë, la maladie ne se manifeste que par une faiblesse, une fatigue, parfois sous l’apparence d’une infection virale respiratoire accompagnée de douleurs aux muscles et aux articulations. Ceux-ci peuvent être les premiers signes de l'hépatite C chez les femmes ou les hommes.

La jaunisse et toutes les manifestations cliniques de l'hépatite se développent dans un très faible pourcentage des personnes infectées (la forme dite ictérique de la maladie). Et c’est vraiment excellent: les patients se tournent immédiatement vers des spécialistes et parviennent à guérir la maladie.

Cependant, la majorité des personnes infectées sont atteintes de l'hépatite C aux jambes: avec une forme anicterique, elles ne remarquent rien du tout ou passent sous silence l'indisposition au rhume.

Hépatite chronique

La particularité de l'hépatite C chronique est un symptôme latent ou léger pendant de nombreuses années, généralement sans jaunisse. L'augmentation de l'activité de l'ALT et de l'ACT, la détection d'ARN anti-VHC et VHC dans le sérum pendant au moins 6 mois sont les principaux signes de l'hépatite C chronique. Le plus souvent, cette catégorie de patients est retrouvée par hasard, lors de l'examen avant la chirurgie, lors de l'examen médical, etc..

L’évolution de l’hépatite C chronique peut être accompagnée de manifestations extrahépatiques à médiation immunitaire telles que la cryoglobulinémie mixte, le lichen plan, la glomérulonéphrite mésangiocapillaire. porphyrie cutanée tardive, symptômes rhumatoïdes.

Sur la photo des dommages au foie dans le long cours de l'hépatite.

Les formulaires

Par la présence de jaunisse dans la phase aiguë de la maladie:

Pour la durée du flux.

  1. Aiguë (jusqu'à 3 mois).
  2. Prolongé (plus de 3 mois).
  3. Chronique (plus de 6 mois).
  1. Récupération.
  2. Hépatite chronique C.
  3. Cirrhose du foie.
  4. Carcinome hépatocellulaire.

La nature des manifestations cliniques de la phase aiguë de la maladie permet de distinguer les hépatites typique et atypique C. Les cas typiques sont tous les cas de la maladie, accompagnés d'un ictère cliniquement visible, ainsi que de formes atypiques, anicteriques et subcliniques.

Les étapes

La maladie est divisée en plusieurs étapes, en fonction du traitement prescrit.

  1. Aiguë - il est caractérisé par un écoulement asymptomatique. Une personne ignore souvent quel est le vecteur du virus et la source de l’infection.
  2. Chronique - dans la très grande majorité des cas (environ 85%), l'évolution chronique de la maladie commence après le stade aigu.
  3. Cirrhose du foie - se développe avec la progression de la pathologie. C’est une maladie très grave qui menace la vie du patient en soi et, avec sa présence, le risque de développer d’autres complications - en particulier le cancer du foie - augmente considérablement.

Une caractéristique distinctive du virus est sa capacité à effectuer des mutations génétiques, ce qui permet de détecter simultanément environ 40 sous-types de VHC (au sein d'un génotype) dans le corps humain.

Génotypes de virus

La gravité et l'évolution de la maladie dépendent du génotype de l'hépatite C, qui a infecté le corps. Six génotypes avec plusieurs sous-types sont actuellement connus. Le plus souvent dans le sang des patients sont détectés les virus 1, 2 et 3 génotypes. Ils provoquent les manifestations les plus prononcées de la maladie.

En Russie, le génotype le plus commun 1b. Moins souvent, 3, 2 et 1a. L'hépatite C, causée par le virus de génotype 1b, se caractérise par une évolution plus sévère.

Diagnostic de l'hépatite

La principale méthode de diagnostic de l'hépatite B est la présence d'anticorps dirigés contre le virus de l'hépatite C (anti-VHC) et l'ARN du VHC. Les résultats positifs des deux tests confirment la présence d'une infection. La présence d'anticorps de la classe des IgM (IgM anti-HCV) permet de distinguer l'hépatite active du portage (lorsqu'il n'y a pas d'anticorps IgM et que l'ALAT est normal).

La recherche par PCR sur l'hépatite C (réaction en chaîne de la polymérase) permet de déterminer la présence d'ARN de l'hépatite C dans le sang du patient. La PCR est requise pour tous les patients chez lesquels une hépatite virale est suspectée. Cette méthode est efficace dès les premiers jours d’infection et joue un rôle important dans le diagnostic précoce.

Quand l'hépatite C est-elle plus difficile à traiter?

Selon les statistiques, il est plus difficile de traiter l'hépatite C chez les hommes, les personnes de plus de 40 ans, chez les patients présentant une activité transaminase normale, une charge virale élevée et ceux présentant le génotype du virus 1 b. Bien entendu, la présence de cirrhose au début du traitement aggrave le pronostic.

L'efficacité du traitement antiviral dépend de nombreux facteurs. Avec une longue hépatite C, il n’est pas facile d’éradiquer complètement le virus. La tâche principale est de ralentir le processus de reproduction active des virus.

Ceci est possible dans la plupart des cas avec l'utilisation de schémas modernes de traitement antiviral. En l'absence de multiplication active des virus dans le foie, la gravité de l'inflammation diminue considérablement, la fibrose ne progresse pas.

Traitement de l'hépatite C

Dans le cas de l'hépatite C, le traitement standard est l'association d'un interféron alpha et de ribavirine. Le premier médicament est disponible sous la forme d'une solution pour injections sous-cutanées sous les marques commerciales Pegasis® (Pegasys®), PegIntron® (PegIntron®). Peginterféron pris une fois par semaine. La ribavirine est disponible sous différentes marques et se prend sous forme de comprimé deux fois par jour.

  1. L'interféron alpha est une protéine que l'organisme synthétise indépendamment en réponse à une infection virale, c'est-à-dire c'est en fait un élément de la protection antivirale naturelle. En outre, l'interféron alpha possède une activité antitumorale.
  2. La ribavirine en tant qu'auto-traitement a une faible efficacité, mais lorsqu'elle est associée à l'interféron, son efficacité augmente de manière significative.

La durée du traitement peut aller de 16 à 72 semaines, en fonction du génotype du virus de l'hépatite C, la réponse au traitement, qui est largement due aux caractéristiques individuelles du patient, qui sont déterminées par son génome.

Un traitement antiviral utilisant le «standard de référence» peut coûter au patient entre 5 000 et 30 000 dollars, selon le choix de médicament et le schéma thérapeutique. Les principaux coûts proviennent des préparations d'interféron. Les interférons pégylés de production étrangère sont plus coûteux que les interférons classiques de tout fabricant.

L'efficacité du traitement de l'hépatite C est évaluée par des paramètres biochimiques sanguins (diminution de l'activité des transaminases) et par la présence d'ARN-VHC en réduisant le niveau de charge virale.

Nouveau dans le traitement de l'hépatite

Les inhibiteurs de protéase (inhibiteurs de protéase) sont devenus une nouvelle classe de médicaments destinés au traitement de l’infection par le VHC: ils agissent directement sur le virus de l’hépatite, avec le soi-disant effet antiviral direct, qui supprime ou bloque les étapes de multiplication du virus intracellulaire.

Actuellement, aux États-Unis et dans l'Union européenne, l'utilisation de deux médicaments de ce type est approuvée: le télaprévir (INCIVEK) et le bocéprévir (ViCTRELIS).

Selon les résultats des essais cliniques de mai 2013, l'efficacité de ces médicaments est de 90 à 95%. En ce qui concerne le traitement standard, son efficacité ne dépasse pas 50 à 80%.

Effets secondaires de la thérapie antivirale

Si un traitement par interféron est indiqué, les effets indésirables ne peuvent être évités, mais ils sont prévisibles.

Après la première injection d'interféron, la plupart des gens souffrent du syndrome ARVI. Après 2-3 heures, la température augmente à 38-39 ° C, il peut y avoir des frissons, des douleurs musculaires et articulaires, une faiblesse notable. La durée de cette condition peut aller de quelques heures à 2-3 jours. En 30 jours, le corps est capable de s'habituer à l'introduction d'interféron, le syndrome pseudo-grippal disparaît alors. La faiblesse et la fatigue demeurent, mais nous devons l'accepter.

La ribavirine, quant à elle, est généralement bien tolérée. Mais assez souvent dans l'analyse générale du sang, on note les phénomènes de légère anémie hémolytique. Une légère dyspepsie peut survenir, rarement des maux de tête, une augmentation du taux d'acide urique dans le sang, une intolérance au médicament est très rarement observée.

Combien vivent avec l'hépatite C, s'ils ne sont pas traités

Il est très difficile de dire exactement combien de personnes vivent avec l'hépatite C, tout comme avec l'infection à VIH. Chez un nombre moyen de patients, la cirrhose peut se développer entre 20 et 30 ans environ.

En pourcentage, en fonction de l'âge de la personne, la cirrhose se développe:

  • chez 2% des patients infectés avant 20 ans;
  • 6% ont reçu un virus âgé de 21 à 30 ans;
  • 10% des personnes infectées ont entre 31 et 40 ans;
  • dans 37% des cas entre 41 et 50 ans;
  • 63% des personnes infectées ont plus de 50 ans.

En outre, la plupart des études ont montré que le développement de la fibrose dépend du sexe. Chez l'homme, cette pathologie se développe beaucoup plus rapidement et sous une forme plus sévère, même en traitement.


Articles Connexes Hépatite