Tests d'hépatite

Share Tweet Pin it

L'hépatite est un groupe de processus inflammatoires du foie qui peuvent être déclenchés par l'action d'un certain nombre de virus ou de toxines. Un état pathologique implique une transition vers des maladies plus dangereuses sous forme de cirrhose, d'insuffisance hépatique ou même de processus oncologiques.

La détermination rapide de la présence de la maladie est la tâche principale des hépatologues et des gastro-entérologues. Le résultat est un traitement précoce (aux premiers stades de l'inflammation) et la restauration de l'activité des hépatocytes. Le dépistage de l'hépatite est la première étape d'un examen approfondi.

Peu d'antigènes et d'anticorps

La cause du développement de la maladie est un virus dans le corps humain qui peut modifier les caractéristiques anatomiques et physiologiques des cellules du foie. Le virus a un manteau de protéine qui protège son matériel génétique. Il existe des cas où la coquille est constituée de plusieurs couches renforcées par une boule de cellules adipeuses.

La coquille comprend un certain nombre d'éléments que le système immunitaire humain perçoit comme étrangers. Ce sont des antigènes. En règle générale, ce sont des substances protéiques, mais il existe des cas où les protéines sont combinées dans des complexes avec des lipides ou des glucides complexes.

Les défenses du corps humain en réponse à l'apparition d'antigènes sont responsables de la synthèse de certaines substances, appelées anticorps. Ces derniers sont représentés par des immunoglobulines circulant librement dans le sang ou en association avec des lymphocytes B.

C'est important! Les anticorps sont nécessaires non seulement pour la reconnaissance des substances étrangères pénétrant dans l'organisme, mais également pour leur liaison et leur inactivation.

Chaque antigène correspond à un anticorps spécifique. C'est pourquoi la clarification en laboratoire de la présence d'anticorps peut confirmer la pénétration de certains antigènes, et leurs indicateurs quantitatifs indiquent l'état général du corps et le degré d'activité du processus infectieux.

Faites ce test et découvrez si vous avez des problèmes de foie.

Diagnostic de l'hépatite

Le diagnostic de l'hépatite est important dans les premiers stades de la maladie. La pathologie peut pendant longtemps être asymptomatique et, par conséquent, une détection précoce empêchera la progression de l'inflammation et le développement de complications.

Comment tester l'hépatite:

  • faire un don de sang pour la biochimie - ce type de diagnostic indiquera le niveau de transaminases, de phosphatase alcaline, de GGT, de GLDG, d'albumine et vous permettra de faire un test au thymol;
  • test sanguin de coagulation - spécifie le niveau de prothrombine, de fibrinogène, le temps de coagulation;
  • un test sanguin pour les marqueurs d'inflammation du foie;
  • Analyse PCR (réaction en chaîne de la polymérase) - vous permet de détecter la présence d'informations génétiques sur les cellules virales dans le corps du patient.

Les deux premières méthodes de recherche sont considérées comme des moyens supplémentaires de confirmer le diagnostic de l'hépatite, les deux dernières - la base du diagnostic différentiel. Le fait est que les changements observés dans l'analyse biochimique du sang ne sont pas spécifiques, c'est-à-dire qu'ils peuvent être accompagnés d'autres conditions pathologiques, ainsi que d'indicateurs de la coagulation. De plus, les plaintes et les manifestations du tableau clinique du patient peuvent également être similaires à un certain nombre d'autres maladies du foie ou d'autres organes et systèmes du corps.

Qu'est-ce qu'un test rapide?

Tous les tests sanguins d'hépatite décrits ci-dessus ne sont effectués que dans des laboratoires cliniques, mais les fabricants modernes de produits médicaux proposent des tests rapides pour les tests à domicile éventuels. Le test rapide de l'hépatite est un appareil spécial représenté par des bandelettes réactives ou des cassettes imprégnées de réactifs spécifiques.

Le réactif en contact avec le sang humain réagit à la présence d'anticorps dirigés contre un antigène particulier. Avec une réaction positive, il y a des changements visuels par lesquels vous pouvez confirmer la présence d'une pathologie. Le test express peut être acheté dans n'importe quelle pharmacie, ce n'est pas un formulaire de prescription. Le kit comprend:

  • bandelette ou cassette de diagnostic, dans un emballage hermétique;
  • pipette ou tampon spécial pour la collecte de biomatériau;
  • substance chimique sous forme de solvant ou de solution tampon;
  • lancette ou scarificateur, qui est nécessaire pour percer le doigt afin de prendre du sang pour le diagnostic.

À l’heure actuelle, il existe deux méthodes pour tester à la maison l’inflammation du foie: l’étude de la salive humaine et de son sang capillaire. La première option est considérée comme indolore, mais non informative. La préparation de l'analyse est la suivante:

  • il est nécessaire de refuser de recevoir des aliments et des boissons dans le corps 30 minutes avant le diagnostic;
  • se brosser les dents une demi-heure avant le test.

La deuxième façon de faire un test sanguin pour le dépistage de l'hépatite est l'étude du sang capillaire provenant d'un doigt. C'est un moyen plus inconfortable, car lorsque la peau est perforée pour recueillir le biomatériau, des sensations douloureuses apparaissent.

Règles de test à domicile:

  1. Retirez la bandelette de test de l'emballage.
  2. Utilisez un tampon spécial inclus dans le kit pour la collecte de salive ou un scarificateur et une pipette pour la collecte de sang capillaire.
  3. Placez le biomatériau sur la zone marquée sur la bande ou la cassette. Si les instructions indiquent qu’il est nécessaire d’ajouter une solution tampon ou un solvant, procédez à la manipulation.
  4. L'évaluation du résultat se fait sur la durée spécifiée dans les instructions.

Les bandelettes réactives ont généralement plusieurs zones. Le premier est le contrôle, et le second est le test. Si la présence d'anticorps anti-virus de l'hépatite est déterminée dans le corps du sujet, des lignes apparaîtront dans les deux zones. Si la ligne est présente uniquement dans la région de contrôle, alors la maladie est absente. En l'absence totale de lignes (dans les deux zones) après le test, le test est considéré comme inapproprié. Dans ce dernier cas, il est recommandé d’acheter un nouveau jeu.

L'hépatite B

La maladie résulte de l’introduction du virus de l’hépatite B dans le corps humain. La gaine d'une cellule virale contient des anticorps spécifiques, en réponse à l'activité de laquelle le système immunitaire humain répond par la production d'antigènes. Les anticorps et les antigènes sont des marqueurs de l'hépatite. L'hépatite B chronique comporte les marqueurs suivants:

  • HBsAg (antigène australien) est une substance située à la surface d'une cellule virale. Ses anticorps sont anti-HBsAg;
  • HBcAg est un antigène central du virus; ses anticorps sont IgG Anti-HBcAg et IgM Anti-HBcAg (l'apparition d'un type ou d'un autre dépend du degré de blancheur du processus d'infection);
  • HBeAg et HBV-DNA sont la substance protéique du noyau viral et son information génétique, Anti-HBe est l'anticorps de cette substance protéique.

L'analyse biochimique du sang dans l'hépatite B permet d'obtenir des données sur l'état des hépatocytes, le degré d'atteinte des tissus du foie. Il y a une augmentation du niveau de transaminases (ALT, AST), une augmentation de GGT, GLDG, ce qui confirme la destruction des cellules d'organes. L'image des paramètres biochimiques sanguins montre une augmentation du nombre de fractions directes et indirectes de la bilirubine, le cholestérol. La quantité d'albumine et l'indice de prothrombine diminuent, mais on peut l'observer dans le contexte d'un certain nombre d'autres pathologies du corps. Le test au thymol est positif.

L'hépatite C

Le danger de l'agent causal de la maladie réside dans le fait que ses informations génétiques sont contenues dans l'ARN et non dans l'ADN, comme dans la majorité de ses «frères». Cela permet à la cellule virale de muter et de s'adapter aux conditions défavorables.

Cette fonctionnalité explique pourquoi les scientifiques ne peuvent pas créer un vaccin qui pourrait pleinement protéger une personne de l'agent pathogène de la pathologie. Quels indicateurs indiquent la présence de la maladie, considérez plus en détail.

IgM anti-VHC

Le diagnostic des marqueurs d'hépatite virale permet de déterminer la présence d'anticorps IgM anti-HCV dans le sang. Ils apparaissent dans la circulation sanguine dans les 30 à 40 jours suivant l'infection. De telles substances indiquent que le patient est dans la phase de maladie aiguë ou d'exacerbation de la forme chronique de la pathologie.

Si le sang de l'hépatite a montré la présence d'IgM anti-VHC:

  • vous devez choisir le traitement lors du traitement initial du patient;
  • corriger le traitement lorsque le patient est ré-appliqué;
  • évaluer la présence de complications.

IgG anti-VHC

Si les tests de laboratoire confirment la présence d’anticorps de ce type, le médecin pense que le virus est entré dans le corps du patient, mais il n’a pas provoqué le développement de la maladie. Il est possible de conserver les IgG anti-VHC dans le sang pendant toute la vie d'une personne (sous la forme d'un porteur) ou en tant qu'indicateur d'un processus inflammatoire lent et chronique. Les IgG anti-HCV peuvent être détectés 60 à 90 jours après l’infection.

L'hépatite D

En règle générale, cette forme du processus inflammatoire existe en parallèle avec le type B. Son information génétique est également contenue dans l'ARN, ce qui explique le danger et la ruse de l'agent pathogène. Le dépistage de l'hépatite D est nécessaire pour déterminer la présence des marqueurs suivants:

  • IgM anti-HDV - indique la présence d'un processus pathologique très actif survenant au cours des deux premiers mois suivant l'entrée de l'agent pathogène dans le corps humain;
  • Anti-HDV IgG (IgG anti-HDV) - évoquez un processus ou un portage lent et chronique, moins dangereux que la première version des anticorps.

Le diagnostic de l'hépatite virale détermine toujours la présence de marqueurs de l'hépatite B si le patient présente une forme D, puisque cette dernière variante pathologique ne peut exister en l'absence du virus B.

Forme toxique de l'inflammation du foie

Apparaît sous l'action de médicaments, de substances toxiques, de poisons industriels, de plusieurs plantes et champignons, de pesticides, etc. Le diagnostic de laboratoire de l'hépatite dans ce cas est un processus long, car il est assez difficile de différencier la maladie. Les tests cliniques généraux, la PCR, la détermination de marqueurs de formes virales, la biochimie et d’autres méthodes de recherche viennent à la rescousse. Il est important de diagnostiquer l'état du système de coagulation du sang, d'évaluer la présence de substances toxiques dans le sang et l'urine.

Comment passer l'analyse sur les marqueurs?

Vous pouvez subir un test de dépistage de l'hépatite dans n'importe quel laboratoire clinique de type public ou privé. Pour obtenir des données correctes, il est important de suivre les règles de préparation. Cela réduira la probabilité d'un résultat faux positif ou faux négatif. La préparation au diagnostic est nécessaire comme suit: la dernière prise de nourriture doit être au plus tard à 22 heures le soir précédant l’étude.

Le matin du jour de l'analyse, il est interdit de boire des boissons sauf de l'eau plate. Pendant 48 heures, il est important d'exclure les aliments frits et gras, les plats avec des épices et les boissons alcoolisées. 30-40 minutes avant la prise de sang, arrêtez de fumer.

L'analyse ne se fait pas le même jour avec d'autres méthodes de recherche (rayons X, ultrasons, méthodes de diagnostic instrumental). Ces derniers jours, il est important d'abandonner le stress physique et émotionnel, les médicaments (en accord avec votre médecin). Si le patient se voit complètement refuser un médicament, la liste des médicaments à prendre doit figurer au verso du formulaire de référence.

Réponses aux questions fréquentes des patients:

  1. Combien coûte le dépistage de l'hépatite? - Le nombre de jours d'analyse dépend du laboratoire lui-même. En règle générale, après une journée, le patient peut obtenir la réponse. Mais il arrive que les laboratoires soient situés dans des villages, des agglomérations de type urbain qui ne disposent pas du matériel nécessaire pour effectuer des diagnostics. Dans ce cas, le biomatériau est transporté dans les laboratoires des centres régionaux, ce qui signifie que le résultat devra attendre entre 3 et 5 jours.
  2. Où trouvez-vous du sang pour la recherche? - Le matériau provient d'une veine.
  3. Sur un estomac vide besoin de prendre ou non? - L'analyse est réalisée exclusivement sur un estomac vide. Sinon, le résultat du diagnostic peut être faux.
  4. Que signifie une réponse négative? - Le résultat confirme l'absence de virus dans le corps du patient.
  5. Une formule sanguine complète pour l'hépatite peut-elle remplacer d'autres méthodes de recherche? - UAC n'est qu'un ajout aux méthodes principales. Il est considéré comme une preuve indirecte de la présence du processus inflammatoire, mais pas directe.

PCR dans le diagnostic de l'inflammation du foie

En règle générale, la réaction en chaîne de la polymérase est effectuée après la détection d'anticorps dans le corps du sujet. Cette option de diagnostic est de deux types: PCR qualitative et quantitative. La première option indique la présence de l'agent pathogène dans le corps. Sa réponse est: "détecté" ou "non détecté".

Dans le second cas, les tests vous permettent de déterminer la quantité de virus dans le sang, ce qui permet de clarifier le degré d'infection. Il est indiqué par la quantité de matériel génétique de l'agent pathogène pouvant être détectée dans un millilitre de sang (1 cm3). Plus le résultat est élevé, plus le processus pathologique chez un patient particulier est contagieux (infectieux).

Probabilité de faux résultats

Un faux test positif pour l'hépatite est le résultat confirmant la présence de la maladie, selon le diagnostic, en l'absence de celui-ci. Les raisons peuvent être les suivantes:

  • période de port d'un enfant;
  • processus auto-immunes dans le corps;
  • les néoplasmes;
  • processus infectieux;
  • utilisation à long terme de stimulants médicinaux des défenses de l'organisme;
  • hépatite auto-immune;
  • vaccination dans un passé récent.

Si nous parlons de facteurs qui ne sont pas liés à l'état du corps du patient, les raisons incluent les erreurs du personnel médical lors du prélèvement du matériel, le manque de préparation de qualité pour le diagnostic, les échantillons mélangés au hasard, l'effet des températures élevées sur les éprouvettes lors de leur stockage et de leur transport. Pour confirmer ou infirmer le diagnostic, un diagnostic complet est réalisé. Une fois les résultats obtenus, une autre tactique est choisie.

Les marqueurs des hépatites virales C et B - pourquoi ils sont déterminés

L'hépatite virale est une pathologie hépatique plutôt dangereuse pouvant être provoquée par de nombreux facteurs - virus et infections diverses, préparations pharmaceutiques toxiques pour l'organe, présence de parasites et dysfonctionnements du système immunitaire. Le danger de la maladie est que souvent les symptômes indiquant le problème sont soit totalement absents, soit exprimés de manière si implicite que la victime n’a aucune idée qu’elle est infectée. Pendant ce temps, la pathologie continue à se développer, affectant le foie.

Groupes de maladies

Avant de réfléchir à la manière d’identifier l’hépatite et de passer aux marqueurs de l’hépatite, parlons plus en détail des groupes de maladies. Auparavant, toute hépatite portait le nom général de la maladie de Botkin, quel que soit l'agent pathogène qui cause spécifiquement un problème au foie. La médecine moderne identifie les pathologies suivantes:

  • Le groupe de l'hépatite B provoque le plus souvent une maladie du foie. Cette hépatite virale à l'échelle mondiale est observée chez 350 millions de porteurs. Environ 250 000 d'entre eux meurent au cours de l'année, mais le principal danger de ce groupe réside dans ses conséquences: c'est l'hépatite B qui provoque le plus souvent le développement d'une cirrhose du foie et d'un carcinome hépatocellulaire de cet organe. Le manque de traitement en temps opportun conduit au développement de l'hépatite chronique. La maladie peut évoluer sans manifestation de signes évidents et est souvent détectée par un examen aléatoire. Le virus se transmet par des transfusions sanguines et des injections, par l'allaitement et par des rapports sexuels non protégés. De la possibilité d'infection ne peut assurer la vaccination, si la maladie s'est produite, le corps produit une forte immunité dans le sang alors qu'il existe des marqueurs de l'hépatite B.
  • L'hépatite virale C se développe après la pénétration de l'agent infectieux non cellulaire VHC dans le corps. Ce virus peut être infecté par des microtraumatismes à la surface de la peau, des muqueuses, la transmission se faisant par le sang et ses composants. Les personnes les plus fréquemment touchées se renseigneront sur le problème une fois les tests sanguins effectués, les examens passés ou en tant que donneurs de sang.
  • Le groupe de l'hépatite E se développe suite à une infection du foie par le virus HEV. La maladie est dangereuse car avec une évolution très sévère de la pathologie, l'infection peut toucher les reins. La méthode d'infection est fécale-orale. Chez les femmes enceintes au troisième trimestre, l’infection par une maladie peut entraîner la mort du fœtus et de la mère. Dans d'autres cas, la maladie est bénigne et la victime est souvent capable de guérir spontanément - elle survient généralement deux semaines ou plus après l'infection.
  • Hépatite Un groupe lié à d'autres pathologies est le plus bénin. Cette maladie ne provoque pas de lésion chronique des organes, le taux de mortalité associé à cette maladie ne dépasse pas 0,4%. Si l'évolution de la pathologie n'est pas compliquée, les symptômes disparaissent après 14 jours, la fonctionnalité du foie redevient normale au bout de 1,5 mois. Comme pour le groupe E, cette pathologie est transmise par voie fécale-orale.

Malgré tous les dangers de la pathologie, aucun des groupes considérés n'est transmis par des gouttelettes en suspension dans l'air!

Signes de la présence de la maladie

Si la victime a un système immunitaire suffisamment fort, la forme aiguë de la maladie prend fin avec le rétablissement final de la victime. Cependant, lorsque l'hépatite virale est asymptomatique, la forme aiguë s'infiltre dans la forme chronique. Cette évolution est accompagnée des symptômes suivants:

  • Une augmentation du foie est observée.
  • Le syndrome douloureux se développe.
  • La peau et la sclérotique des yeux deviennent jaunes.
  • Des démangeaisons de la peau peuvent survenir.
  • La faiblesse apparaît, des nausées sont ressenties, un rot peut commencer.

La forme aiguë est principalement caractéristique des groupes de pathologies A et B, mais si nous considérons l'hépatite virale du groupe C, elle se caractérise par une transition vers la chronique. Après infection, les symptômes caractéristiques de l'hépatite C se manifestent sur une période de 2 à 14 semaines. On observe une aggravation de l'appétit, une fatigue chronique et une insomnie, des problèmes d'estomac et une éruption cutanée. Ce ne sont que les symptômes initiaux qui se manifestent au cours des sept premiers jours, au terme desquels la période de jaunisse se développe, lorsque les selles s'éclaircissent et que des douleurs articulaires apparaissent. La période dure de 3 à 5 semaines.

Les complications de l'hépatite virale C ainsi que de la cirrhose et du cancer sont l'apparition d'une fibrose hépatique, sa dégénérescence graisseuse, son hypertension portale et ses varices affectant principalement les organes internes. Une ascite peut apparaître, dans laquelle l'abdomen augmente en volume, une encéphalopathie hépatique et des saignements internes, le développement d'une infection secondaire est possible, il s'agit généralement de la formation du virus de l'hépatite B.

La cirrhose et les maladies malignes du foie sont vraiment évitées, cela nécessite un diagnostic rapide, ce qui permettra d'identifier le problème, et l'utilisation de schémas thérapeutiques compétents. La meilleure option consiste à effectuer des tests d'identification des marqueurs des maladies virales des groupes B et C, qu'il est recommandé de réussir tous les ans.

Les marqueurs: à quoi servent-ils?

Dans les cas de suspicion de formation de la maladie, les immunologistes suggèrent de réaliser des tests spéciaux permettant d'identifier les marqueurs de la maladie. Nous définissons ce que sont les marqueurs, pourquoi ils sont nécessaires. Ce sont des éléments de virus qui se trouvent non seulement dans le sang, mais aussi dans d'autres bioliquides du corps. Ils sont aidés à trouver diverses techniques de diagnostic. La détection des marqueurs est possible aussi bien aux stades initiaux que tardifs du développement de la pathologie:

  • Les dosages immunologiques aident à examiner le sang.
  • La méthode utilisée pour déterminer la réponse du système immunitaire aux agents viraux - PCR.
  • Un test immunologique est effectué - ELISA.
  • examen de dépistage est appliqué.

Pour effectuer la détermination des marqueurs d'hépatite virale, les analyses de sang nécessaires sont divisées en spécifiques ou non spécifiques. Lors de l'exécution de la première option, il est possible de déterminer le type de virus qui a provoqué la maladie. Les éléments spécifiques comprennent les antigènes de la maladie. La deuxième option vous permet de déterminer la pathologie du corps au cours du processus de progression de la maladie. Les éléments non spécifiques sont des anticorps contre les antigènes.

Les études sur les biomatériaux pour l'hépatite B, menées à temps, facilitent le traitement de la maladie avant son évolution. Avec leur aide, il est possible de déterminer non seulement l'agent pathogène viral, mais également le moment de l'infection, le stade de développement de la pathologie et son évolution. Sur la base des données obtenues, ils constituent le schéma thérapeutique le plus efficace. En ce qui concerne l'hépatite C, l'identification des marqueurs au stade initial aidera à éviter l'exacerbation et la cirrhose. Dans certains cas, le virus peut être complètement éliminé si le traitement est effectué au stade où la maladie n’a pas eu le temps de déborder dans la chronique.

Tests et mesures de diagnostic associées

Lorsque des antigènes pénètrent dans le corps humain - le noyau et l'enveloppe, ainsi que les composants des hépatites des groupes A, B ou C - la production d'immunoglobuline est lancée. Au stade initial de développement, la production d'anticorps non spécifiques commence, après quoi, en fonction du composant du virus, certaines immunoglobulines sont produites. Pour effectuer une analyse qualitative des marqueurs de l'hépatite, les spécialistes déterminent la répartition des immunoglobulines en classes, en les référant aux groupes M et G. Dans le cas où l'IgM est détectée dans le sang, il est conclu que des processus chroniques se produisent dans l'organisme. Si des IgG sont disponibles, on peut en conclure que la maladie a déjà été reportée. Les signes qui indiquent une forme aiguë de la maladie, les experts incluent:

  • détection de l'antigène de surface HbsAg;
  • la présence de la protéine HBeAg;
  • la présence d'immunoglobuline anti-HBc.

L'antigène HbsAg est le premier marqueur d'une maladie virale aiguë. Il est présent dans le biomatériau quatre ou six semaines après l’infection, lorsque le processus est au stade aigu ou pré-oculaire. Ces marqueurs peuvent être détectés même dans les cas où aucun signe n'indique le portage du pathogène viral.

L'antigène HbeAg se forme au début de la pathologie et de la période préicterique. Avec ce marqueur, nous pouvons parler de la propagation de particules virales dans le processus actif. En cette période, le sang de la victime est le plus contagieux. Si l'antigène HbeAg est détecté pendant 4 semaines ou plus, on peut supposer que la pathologie est transférée à la chronique.

HbcAg est un antigène nucléaire présent exclusivement dans les cellules du foie lors d'une biopsie. Il n'est pas détecté dans le plasma sanguin, son sérum sous forme libre. Cet élément est un puissant immunogène qui active la production d’anticorps spécifiques.

Dans l'étude des spécialistes du sang, considérez le rapport des antigènes et des anticorps, la quantité de chaque élément. Le dépistage des marqueurs de l'hépatite est recommandé dans les cas suivants:

  • Il y a un changement constant de partenaires sexuels.
  • Il y avait des blessures de la peau avec des objets douteux.
  • La nuance de la peau a changé - elle a jauni, il en va de même pour la sclérotique, des démangeaisons sont apparues.
  • Il y a une gêne sous le bord du côté droit.
  • Il y a souvent des nausées, les aliments gras provoquent le dégoût et l'intolérance.
  • Les troubles dyspeptiques entraînent une perte de poids.
  • L'urine devient sombre, les matières fécales acquièrent une teinte claire.
  • Prévoir de concevoir un enfant.

En ce qui concerne l'analyse elle-même, le sang pour la PCR est prélevé de 8h00 à 11h00, la procédure doit être effectuée à jeun. Le dernier repas à la même heure devrait avoir lieu au plus tard il y a dix heures. Les plats frits et gras, les produits aux épices et aux agrumes, les boissons alcoolisées et les pâtisseries peuvent être consommés au plus tard 48 heures avant le début de la recherche. Si nous parlons de fumer, il est recommandé de prendre la dernière bouffée deux heures avant de donner du sang. Le matériel est pris dans une veine, parfois une nouvelle livraison est nécessaire si un spécialiste doute de la fiabilité des résultats de l'examen initial. En règle générale, les résultats arrivent après 48 heures, mais lorsque l'urgence de l'enquête, indiquée par cito, est vérifiée en quelques heures.

À des fins de clarification, des examens supplémentaires peuvent être prescrits - PCR quantitative, ALT, biopsie, permettant de déterminer le niveau d'enzymes hépatiques.

Interprétation des résultats

Pour identifier la forme d'hépatite B, il faut décoder les marqueurs infectieux suivants:

  • La présence d'anti-Hbs indique une pathologie à la fin d'un stade aigu de développement. Ces marqueurs peuvent être détectés pendant dix ans ou plus, leur présence indique la formation d'une immunité.
  • Anti-Hbe indique la dynamique de l'infection. Le rapport anti-Hbe: HbeAg permet de contrôler l'évolution de la maladie et de prédire son évolution.
  • Des anticorps IgM anti-Hbc dirigés contre le marqueur HbcAg peuvent être présents dans le sang de 3 à 5 mois. Leur détection indique la présence de la forme aiguë de l'hépatite B.
  • Les anticorps anti-HbcIgG dirigés contre le marqueur HbcAg indiquent la présence d'une pathologie ou le fait que la maladie a été transférée plus tôt.

Cependant, dans les analyses peuvent être présents non seulement les marqueurs de l'hépatite virale, discutés ci-dessus. Si nous parlons du groupe C, l'ARN-VHC est lié aux résultats - l'acide ribonucléique est un signe pathologique, se trouve dans les tissus du foie ou dans le sang, et la PCR est détectée. Le résultat ressemble à "détecté" ou "non détecté". Dans le premier cas, nous parlons de la reproduction du virus et de l’infection de nouvelles cellules du foie.

Considérons maintenant les anticorps anti-hépatite C:

  • Le total anti-VHC est présent dans le cas d’une forme pathologique aiguë ou chronique, il est détecté six semaines après l’infection. Même dans le cas d'une auto-guérison réussie du corps, que l'on retrouve dans 5% des cas, celle-ci est détectée dans les 5 à 8 ans.
  • Des IgG anti-VHC de base sont détectées à la 11e semaine après l’infection. Au stade chronique, ces anticorps sont constamment détectés, leur nombre diminue après la récupération et est difficilement déterminé par des tests de laboratoire.
  • L'anticorps anti-NS3 est présent dans le sang au stade initial de la formation de la maladie, leur nombre accru indique le stade aigu de l'hépatite C.
  • Les marqueurs d'hépatite C virale anti-NS4 et anti-NS5 ne sont détectés que dans les phases finales du développement d'une pathologie, lorsque des lésions hépatiques se produisent. Leur niveau après récupération diminue et après l'utilisation d'interféron en tant que traitement, dans certains cas, il peut complètement disparaître.

Les anticorps anti-IgM anti-hépatite A sont détectés immédiatement après l'apparition de l'ictère, ce qui constitue un marqueur diagnostique du groupe de l'hépatite A dans la période aiguë de la maladie. Ces anticorps sont présents dans le sang pendant 8 à 12 semaines et peuvent être détectés chez 4% des victimes jusqu'à 12 mois. Assez tôt, après la formation d'IgM, des anticorps IgG commencent à se former dans le sang. Après leur apparition, ils persistent toute la vie et garantissent la présence d'une immunité stable.

Des analyses pour identifier les marqueurs de la maladie peuvent être effectuées dans un établissement médical de la communauté, ainsi que dans des cliniques et des laboratoires privés. Cette procédure prend peu de temps, tout en fournissant des informations fiables sur le virus - sa présence ou son absence.

Si des anticorps anti-VHA-IgG sont détectés dans le sang et qu’il n’ya pas d’IgM anti-VHA, on peut parler de l’immunité existante contre l’hépatite A dans le contexte d’une infection antérieure ou bien une vaccination contre le virus. Anti-VHA - IgG se forme dans le sérum environ 14 jours après la vaccination et après l'introduction d'immunoglobulines. Dans le même temps, la quantité d'anticorps est plus importante après que le patient a eu une infection, plutôt qu'après une transmission passive. Les anticorps de ce type sont transmis du parent à l'embryon par la méthode transplacentaire et se retrouvent souvent chez les bébés âgés de plus d'un an.

Le nombre total d’anticorps par rapport au VHA est déterminé et utilisé uniquement à des fins épidémiologiques ou pour identifier le statut avant la vaccination. Les anticorps IgM prédominent en cas d'infection aiguë et se manifestent généralement au début du développement. Ensuite, ils sont généralement détectés tout au long de la vie et chez 45% des adultes, la présence d’anticorps dans le sérum est détectée.

Un test sanguin pour les marqueurs de l'hépatite de type B et C

Les marqueurs de l'hépatite B et C sont des antigènes et des anticorps spécifiques, dont la détection dans le sérum sanguin confirme le diagnostic. Les antigènes sont des particules de la membrane cytoplasmique de l'agent pathogène (antigène de surface) ou des particules de la coque de la nucléocapside (antigène interne). L'hépatite virale, quel que soit son type, infecte les hépatocytes. Le système immunitaire d'une personne en bonne santé perçoit les cellules touchées comme génétiquement étrangères et les détruit donc par la production d'anticorps. La mort cellulaire provoque le développement du processus inflammatoire.

Test sanguin pour les marqueurs

Pour confirmer le diagnostic, un certain nombre de tests sont nécessaires, dont le but est d'identifier des antigènes - des particules de virions ou d'anticorps, des immunoglobulines plasmatiques. Vous permet de détecter les marqueurs des analyses d'hépatite virale B et C par PCR et ELISA.

Grâce à un dosage immunoenzymatique, des antigènes ou des anticorps sont détectés et la quantité de virus, son activité et son génotype sont déterminés par PCR.

Un test sanguin pour les marqueurs de l'hépatite virale ne peut être pris que 8 heures après le dernier repas. Les patients sont souvent préoccupés par la question de savoir combien de temps attendre les résultats des tests. Lors de l'exécution de l'IFA, il faut de 1 à 10 jours. La PCR peut être effectuée en quelques heures.

Le test de dépistage des hépatites B et C est motivé par:

  1. Préparation à la vaccination ou évaluation de l'efficacité du vaccin.
  2. Augmentation des niveaux de AlAt (alanine aminotransférase), AsAt (aspartate-aminotransférase). Ces enzymes sont également des marqueurs de l'hépatite virale, mais d'un point de vue fonctionnel. Ils sont synthétisés par les cellules du foie, mais leur nombre dans le plasma sanguin n'augmente qu'après la mort massive des cellules du profil.
  3. La présence de symptômes cliniques de la maladie.
  4. Le patient a une inflammation chronique du foie ou des maladies des voies biliaires.
  5. Contact sexuel avec un transporteur.
  6. Manipulation parentérale dans des conditions douteuses.
  7. Planification ou dépistage pendant la grossesse.
  8. Préparation à l'hospitalisation.
  9. Enquête auprès des donneurs.
  10. Inspection des personnes en danger.

Marqueurs VHB

Les cellules du virus sont constituées de la membrane externe, du cytoplasme et de la nucléocapside - le noyau, enfermé dans sa propre membrane. Le noyau contient l'ADN du pathogène porteur de son information génétique et l'enzyme ADN polymérase, nécessaire à la réplication des virions.

La cellule pathogène contient les marqueurs suivants d'hépatite virale de ce type:

  1. AgHBs (antigène de surface de l'hépatite B). Ce complexe de protéines de la membrane cellulaire de l'agent pathogène est le facteur déterminant pour le diagnostic. La détection de l'antigène HBs dans le sérum est une confirmation absolue de la présence d'un virus chez un patient. La découverte de cette substance 6 mois après l'infection indique une forme chronique de la maladie.
  2. HBcorAg (antigène central du VHB). Ce sont des protéines de l'enveloppe nucléaire du virion, que l'on ne trouve que dans les hépatocytes. Mais le plasma du patient ne peut contenir que des anticorps anti-HBcorAg.
  3. AgHBe (antigène précoce / d'enveloppe de l'hépatite). Il s'agit d'un antigène viral précoce détecté au stade de la réplication active de l'agent pathogène.
  4. HBxAg est un antigène dont la signification pour la vie du virus n’a pas été déterminée et n’est donc pas encore prise en compte pour le diagnostic.

Le test de dépistage de l'hépatite B vise à confirmer la présence de l'agent pathogène sur la base de la détection de marqueurs, de la détermination du stade de la maladie et de l'activité de l'agent infectieux.

Que disent les marqueurs

HBsAg est nécessaire pour que le virus forme sa propre coquille. Au stade initial de la maladie, il est synthétisé en excès, sa quantité dépasse même les besoins de l'agent pathogène. Cet antigène viral a été découvert en premier, il conduit au diagnostic. Cette substance peut être détectée 1 à 10 semaines après l'infection, 2 à 6 semaines avant l'apparition des premiers signes cliniques d'inflammation du foie. Ce marqueur viral vous permet de déterminer la forme de la maladie: si l’antigène HBs reste dans le sang 6 mois après l’infection, cela indique une forme chronique. Dans le cas de l'élimination de l'agent pathogène et de la récupération clinique du patient, des anticorps anti-HBs ou HBsAb anti-HBs sont détectés après la disparition de l'antigène lui-même.

Parfois, lors du dépistage des marqueurs de l'hépatite, l'antigène HBs n'est pas détecté. Cela peut indiquer que le système immunitaire détruit les cellules affectées plus rapidement que HBsAg n'a le temps d'entrer dans le sang. Dans ce cas, le diagnostic repose sur la détection de HBcorAb IgM. L'absence d'antigène HBs sur fond de progression aiguë de la maladie confirmant le diagnostic par la présence d'IgM dans le sang est généralement observée chez 20% des patients et conduit souvent à une issue fatale.

Puisque l'antigène viral HBcor ne peut pas être détecté dans le sang, les anticorps anti-HBcor, les immunoglobulines de classe M et G, sont des marqueurs de sa présence.

L'IgM est un signe du stade aigu de la maladie, qui ne dure pas plus de 6 mois. Cette immunoglobuline peut être détectée dès les premières semaines après l’infection, puis disparaît progressivement. Dans 20% des IgM infectés, il est détecté pendant 2 ans. Dans la forme chronique de l'inflammation du foie, la concentration de cet anticorps est négligeable.

L'IgG est un signe de contact avec un agent infectieux, il est présent dans le sérum tout au long de la vie d'une personne, quelle que soit la forme de la maladie.

AgHBe est un signe de réplication du virion et un degré élevé de contagiosité des porteurs. Si, dans le résultat suivant de l'analyse de l'hépatite B, on détecte la disparition de cet antigène, on enregistre l'apparition d'anticorps dirigés contre lui, il s'agit d'un signe de rémission.

La présence dans l'analyse de l'ADN du virus de l'hépatite B indique une forme aiguë de la maladie. À un stade précoce, la présence de ce marqueur est un symptôme majeur de la réplication du VHB. Il est détecté par PCR (réaction en chaîne de la polymérase), dont l’essence consiste à doubler plusieurs fois l’ADN de l’agent pathogène à l’aide d’enzymes spéciales afin d’obtenir une quantité suffisante de matériel de détection.

La copie ne se produit que sur une partie spécifique du génome. Une telle précision permet de détecter même une seule molécule d'ADN dans le matériel et d'établir la présence du virus dans la période préclinique. La précision de la réaction est de 98%. La méthode est applicable pour identifier le matériel génétique de virus contenant de l'ARN.

Décryptage

Décrypter l'analyse, c'est interpréter les résultats. Le résultat est considéré négatif si aucun marqueur n'est trouvé dans le sang. La détection de HBsAg indique la présence d'un virus chez un patient et la présence d'anticorps anti-HBs et d'IgG est un signe de maladie ou de vaccination.

Marqueurs de l'hépatite virale AgHBe, de l'ADN polymérase, de l'ADN viral et de l'IgM - un indicateur de la reproduction active des cellules pathogènes. En outre, les anticorps anti-HBe indiquent une concentration élevée de l'agent pathogène, la contagiosité du porteur de l'infection, ainsi que la possibilité d'une infection périnatale. La présence d'anticorps anti-HBe est un signe de réplication complète du virion.

Il est généralement recommandé de donner du sang pour trois indicateurs simultanément: HBsAg, Anti-HBs, Anti-Hbcor. Ces substances sont détectées par ELISA. La PCR confirme la présence de l'ADN du virus, la quantité de l'agent pathogène, son génotype.

Marqueurs du VHC

Les marqueurs de l'hépatite virale C sont des anticorps dirigés contre le virus et son ARN. Tout d'abord, pour confirmer la présence de l'agent pathogène dans l'organisme, il est nécessaire de passer une analyse anti-VHC - anticorps totaux dirigés contre le virus de l'hépatite C. Les études immunologiques révèlent des marqueurs d'agent pathogène, qui sont des anticorps des classes M et G. Ils sont produits en réponse à la présence de facteurs structurels. et des particules de protéines non structurelles de virions. Les IgM et G peuvent être détectés pendant les 14 premiers jours de la maladie et après le rétablissement clinique.

La détection d'immunoglobulines totales peut être un signe d'évolution aiguë et chronique de la maladie. De plus, pour déterminer des termes d'infection plus précis, la forme de la maladie doit faire l'objet d'un don de sang pour chacun des anticorps séparément. Il arrive que des tests immunologiques détectent les immunoglobulines quelques mois seulement après la manifestation du tableau clinique de l’inflammation du foie.

Décrypter le résultat de l'analyse immunologique:

  1. L'absence d'anticorps peut indiquer que l'hépatite C n'est pas détectée chez le patient, que la période d'incubation de la maladie n'est pas encore terminée ou qu'il s'agit d'une variante séronégative de l'agent pathogène.
  2. La détection des IgM est un signe de réplication virale active et du fait que l'hépatite C progresse et est en phase aiguë.
  3. La présence d'IgG est un indicateur de la présence de l'agent pathogène ou d'un contact avec celui-ci dans le passé.

Les immunoglobulines sont présentes dans le sang des convalescents jusqu'à 10 ans, alors que leur concentration diminue progressivement.

Comme les tests immunologiques peuvent donner un résultat faux négatif ou faux positif, des marqueurs supplémentaires de l'hépatite virale C, tels que des IgG spécifiques des antigènes du virus central, NS1 NS2, NS3, NS4, NS5, sont également détectés. Le résultat de l'analyse est considéré comme positif si des anticorps dirigés contre 2 antigènes ou plus de ce groupe sont trouvés.

La réaction en chaîne de la polymérase est utilisée pour déterminer le génotype de l'agent pathogène et sa quantité. Cette étude vous permet d'identifier l'ARN dans les premiers stades de la maladie et même pendant la période d'incubation, lorsque les marqueurs sérologiques ne sont toujours pas détectables. Pour la réplication en utilisant une partie stable du génome viral. De plus, la méthode PCR permet de déterminer le nombre de copies d'ARN viral par unité de volume de sang (copies / ml ou copies / cm3). Cet indicateur est utilisé pour évaluer l'efficacité du traitement antiviral. De plus, la PCR permet de déterminer le sérovariant de l'agent pathogène. L'OMS recommande d'effectuer une réaction PCR à trois reprises pour détecter l'ARN de HVC afin de confirmer le diagnostic.

L'hypersensibilité de la réaction PCR peut entraîner un résultat faussement positif. Par conséquent, pour établir un diagnostic final, une analyse complète des paramètres sanguins, tant sérologiques que biochimiques, est nécessaire. Elle permet de suivre l'évolution de ces indicateurs au fil du temps, ainsi que l'évaluation morphologique de l'organe affecté.

Test sanguin pour les marqueurs d'hépatite virale

Ce test de laboratoire est effectué pour déterminer la présence d'anticorps anti-virus de l'hépatite.

L'hépatite A

Le test de l’hépatite A (anti-VHA - IgM, anticorps IgM anti-virus de l’hépatite A) est un test de laboratoire permettant de déterminer la présence d’anticorps anti-virus de l’hépatite A.

Pourquoi testent-ils l'hépatite A?

Afin de diagnostiquer une infection aiguë ou récente à l'hépatite virale A.

Quand détecte-t-on des anticorps anti-hépatite virale?

Les anticorps de la classe IgM dirigés contre le virus de l'hépatite A sont détectés au tout début de la manifestation des symptômes cliniques de la maladie, leur concentration augmente en l'espace d'un mois, puis diminue à la norme en un an.

Quelles sont les indications pour prescrire l'hépatite A?

  1. Signes cliniques d'hépatite virale;
  2. Cholestase (libération retardée de la bile);
  3. Augmenter le niveau d'AlAT et d'AsAT;
  4. Contact avec un patient atteint d'hépatite virale A;
  5. Examen du contact et identification des patients atteints d'hépatite A dans les foyers d'infection (équipe d'enfants).

Comment se préparer à l'étude?

Il est conseillé de faire un test sanguin à jeun (au moins 8 heures entre le dernier repas et la prise de sang).

Quel est le timing de l'analyse?

Comment les résultats des tests d'hépatite A sont-ils évalués?

  • Résultat positif: hépatite A aiguë ou récemment transférée (si une IgM anti-VHA est détectée).
  • Résultat négatif: l'immunité au virus de l'hépatite A n'a pas été identifiée.

L'hépatite B

Analyse de l'hépatite B, anti-HBs (anticorps anti-antigène HBs du virus de l'hépatite B) - étude de laboratoire visant à déterminer la présence d'anticorps anti-virus de l'hépatite B.

Pourquoi testent-ils l'hépatite B?

Les anticorps anti-HBs du virus de l'hépatite B sont un indicateur d'immunité protectrice. Leur apparition dans le sang permet de diagnostiquer une infection aiguë ou chronique par le virus de l'hépatite, d'évaluer l'efficacité du traitement de l'hépatite B aiguë et de la vaccination contre l'hépatite B.

Quelles sont les indications pour la prescription de l'hépatite B?

  1. Préparation à la vaccination;
  2. Confirmation de l'efficacité de la vaccination;
  3. Détection de l'antigène HBs;
  4. Le tableau clinique de l'hépatite virale, en l'absence de marqueurs d'autres hépatites virales et de l'antigène HBs.

Comment se préparer à l'étude?

Il est conseillé de faire un test sanguin à jeun (au moins 8 heures entre le dernier repas et la prise de sang).

Quel est le timing de l'analyse?

Comment les résultats du test de l'hépatite B sont-ils évalués?

  • Résultat positif: hépatite B aiguë ou chronique
  • Résultat négatif: aucune immunité au virus de l'hépatite B n'a été identifiée.

L'hépatite C

L'analyse de l'hépatite C, anti-VHC total (anticorps anti-antigènes du virus de l'hépatite C) - est une étude de laboratoire visant à déterminer la présence d'anticorps dirigés contre le virus de l'hépatite C.

Pourquoi testent-ils l'hépatite C?

Pour diagnostiquer une infection aiguë ou récente (à partir de 4-5 semaines après l'infection) par l'hépatite virale C.

Quelles sont les indications pour prescrire une analyse ** de l'hépatite C? **

  1. Augmenter le niveau d'AlAT et d'AsAT;
  2. Se préparer à la chirurgie;
  3. Manipulation parentérale;
  4. Se préparer à la grossesse;
  5. Signes cliniques d'hépatite virale;
  6. Sexe non protégé, changement fréquent de partenaire sexuel;
  7. Dépendance intraveineuse
  8. Cholestase.

Comment se préparer à l'étude?

Il est conseillé de faire un test sanguin à jeun (au moins 8 heures entre le dernier repas et la prise de sang). Il est recommandé de donner du sang pour l'hépatite C au plus tôt 6 semaines après le début de l'infection présumée.

Quel est le timing de l'analyse?

Comment les résultats des tests d'hépatite C sont-ils évalués?

Résultat positif: hépatite C ou période de récupération après l'hépatite C.

Résultat négatif: l'hépatite C n'est pas détectée; les 4-6 premières semaines de la période d'incubation de l'hépatite C; L'hépatite C est une option séronégative.

Quels marqueurs d'hépatite virale B et C sont utilisés pour le diagnostic de laboratoire?

Les marqueurs de l'hépatite sont l'émergence de différentes structures de la maladie. La maladie virale en question est difficile à traiter. L'hépatite affecte les organes digestifs.

Diagnostic de laboratoire

Les médecins distinguent 2 formes de la maladie:

  • aiguë - hépatite B et A;
  • chronique - hépatite C.

Le traitement est effectué après l'examen du patient. Le principal moyen de diagnostiquer les hépatites C, B et A consiste à passer des tests sanguins pour détecter les marqueurs de l'hépatite virale. La production d'immunoglobuline se produit lorsque les antigènes pénètrent dans le corps humain (noyau, composants, hépatite B, C ou A de l'enveloppe). Au stade initial de la maladie, des anticorps non spécifiques sont produits. Ensuite, certaines immunoglobulines sont produites pour le composant correspondant du virus. Pour diagnostiquer la maladie, les médecins les utilisent en classes G et M. Si une IgM est détectée dans le sang, un processus aigu se produit dans le corps du patient. Les immunoglobulines de classe G indiquent une maladie. Ces anticorps sont les principaux critères de sélection des hépatites E et A. Grâce à leur aide, le médecin peut établir un diagnostic précis. Les principaux signes de la forme aiguë des médecins comprennent:

  • la présence de l'antigène de surface HbsAg;
  • Protéine HBeAg;
  • immunoglobuline anti-HBc.

Pour détecter l'hépatite C, la présence des antigènes suivants est prise en compte:

Pour faire un diagnostic précis, les médecins effectuent un diagnostic complet. Pour détecter les hépatites virales B et C, des anticorps, des marqueurs et des antigènes sont en cours de déchiffrement. Pour diagnostiquer la forme aiguë, effectuez les tests de laboratoire suivants:

Symptômes de l'hépatite

Avec une forte immunité, la forme aiguë de la maladie se termine par le rétablissement complet du patient. Si la maladie évolue sans symptômes, alors la forme aiguë peut se transformer en phase chronique. Dans ce cas, le patient présente les symptômes suivants:

  • le foie augmente;
  • syndrome de douleur;
  • jaunisse;
  • démangeaisons de la peau;
  • la faiblesse;
  • des nausées;
  • éructations.

Le degré chronique de la maladie entraîne la mort progressive du foie. Les experts en complications comprennent la cirrhose. Les symptômes de l'hépatite C sont exprimés 2 à 14 semaines après l'infection:

  • manque d'appétit;
  • la faiblesse;
  • sommeil perturbé;
  • lourdeur dans l'estomac;
  • éruption cutanée.

Ces symptômes apparaissent pendant 1 semaine. Vient ensuite la période ictérique. Cal obtient une ombre légère. Il y a une douleur dans les articulations. Cette période dure 3-5 semaines. Le décodage du résultat peut indiquer la présence d'un virus inactif ou d'une forme chronique de la maladie. Pour un diagnostic précis, un examen supplémentaire est effectué:

À l'aide du décodage du dernier examen, le médecin détermine le niveau des enzymes hépatiques, évalue le stade du processus inflammatoire. ALT et AST sont des enzymes hépatocytaires. Si les cellules sont endommagées, elles sortent. À l'aide d'une transcription du test sanguin, le niveau d'activité de l'hépatite, le stade de la maladie et le degré d'atteinte hépatique sont évalués. Si nécessaire, utilisez des méthodes non invasives pour évaluer son état.

Dans la biopsie du foie, un spécialiste prélève un tissu avec une aiguille (poids du matériau 0,5 g). Pour un tel examen, une anesthésie locale est utilisée. Le matériau est étudié au microscope. Avec cette analyse, le médecin reçoit des informations précises sur le degré d'activité de l'hépatite B.

Evaluation des résultats

Le tableau des marqueurs d'hépatite virale permet de révéler des déviations des données obtenues par rapport à la norme.

Les HB positifs indiquent la présence des hépatites B et C. Si le résultat du test est négatif, il n'y a pas de VHB dans le sang. Les anticorps contre l'antigène de surface se présentent sous la forme de structures protectrices. Ils sont produits lorsqu’ils sont injectés dans le corps du 2e anticorps. Un test positif indique que la personne est protégée du virus pour les raisons suivantes:

  • la vaccination;
  • contrôle de l'auto-infection.

L'anticorps anti-HBc est produit en réponse à la présence d'un antigène central dans le corps. Le résultat de ce test dépend du décodage des anticorps anti-HBs et HBsAg. Lorsqu'un résultat positif est obtenu, un traitement est prescrit (si le patient n'a pas été infecté dans le passé). Pour détecter une infection aiguë, un test IgM anti-HBc est effectué. Un résultat positif indique une infection dans le corps du patient au cours des 6 derniers mois ou une exacerbation de l'hépatite C.

Avec la forme active de la maladie est recommandé de passer l'analyse de HBeAg. Si le test a donné un résultat positif, le patient est porteur de la maladie. En même temps, il y a une grande infectivité du sang. L'anti-HBe est une protéine formée dans le corps humain en réponse à E, un antigène de la forme aiguë de la maladie.

Un résultat positif indique le développement d'une hépatite C peu active due à de faibles taux de VHB dans le sang. Sinon, le processus de convalescence commence dans le corps du patient.

Un test ADN VHB positif indique une multiplication active du virus de l'hépatite B. Le patient est potentiellement dangereux pour les autres. Si le patient souffre d'hépatite C, le résultat positif d'une telle étude indique une atteinte hépatique.

Quels sont les marqueurs d'hépatite virale?

L’origine virale de l’hépatite est l’un des principaux problèmes du domaine infectieux de la médecine. Sa pertinence est due au grand nombre de cas et de porteurs de l'agent pathogène. Chaque jour qui passe, ce chiffre augmente, ce qui ne peut que faire pleurer. Selon les statistiques, il y a dans le monde plus d’un demi milliard de malades. En raison du diagnostic tardif et du coût élevé des médicaments antiviraux, il existe souvent un manque de dynamique positive dans le traitement, ainsi qu'une progression rapide de la pathologie. Souvent, au stade initial, l’hépatite est cachée, ce qui rend difficile la détection précoce de la maladie.

Pour examiner complètement le foie, les méthodes de diagnostic suivantes sont nécessaires:

  • analyse d'urine pour déterminer le niveau d'urobilinogène du produit du métabolisme de la bilirubine;
  • étude clinique générale n'est pas spécifique, cependant, permet d'évaluer la gravité de la maladie;
  • La biochimie permet d'établir le contenu quantitatif en bilirubine, phosphatase alcaline, transaminases protéiques et hépatiques. Ces derniers indiquent la gravité de la pathologie, car ce sont des enzymes intracellulaires qui, lorsque les hépatocytes sont détruits, sont libérées dans le sang;
  • Un coagulogramme est nécessaire pour évaluer l'état de l'hémostase. Dans le contexte de la carence en protéines, le risque de saignement dû à une pénurie de facteurs de coagulation augmente;
  • Les marqueurs d'hépatite virale sont des analyses spécifiques et les plus informatives, grâce auxquelles il est possible de confirmer ou d'exclure une maladie infectieuse du foie.

Types de marqueurs d'hépatite virale

Pour détecter un virus ou des anticorps dirigés contre lui, un dosage immunologique est utilisé, ainsi qu'une réaction en chaîne par polymérase. Ce sont ces tests qui permettent d'identifier les marqueurs de l'hépatite et de poser le bon diagnostic.

L'interprétation des paramètres sanguins est effectuée par un médecin en comparaison avec les normes. Pour obtenir une image complète de la maladie, les résultats de l’étude sont analysés en même temps que les symptômes et les données de l’examen instrumental.

L'hépatite A

Le point de diagnostic obligatoire est de déterminer la charge virale et l'agressivité de l'agent pathogène. Cela nécessite des tests sanguins qualitatifs et quantitatifs.

Pour confirmer que l'hépatite de type A est utilisée:

  • ELISA, qui inclut la définition d’anti-HAVIgM. Le marqueur peut être trouvé dans le sang dès les premiers jours de l'infection. Les anticorps sont produits indépendamment de la gravité de la maladie et de la gravité des symptômes. En ce qui concerne les anti-HAVIgM, ils indiquent une maladie antérieure, ainsi qu'une vaccination réussie;
  • La PCR permet d'identifier des particules du matériel génétique de l'agent pathogène jusqu'à l'apparition d'anticorps et de signes cliniques de pathologie. Cette technique est considérée comme la plus fiable et permet de confirmer le diagnostic dans 98% des cas.

Malgré la présence des méthodes de diagnostic ci-dessus, en raison du coût élevé des tests, elles ne sont pas toujours prescrites pour l'hépatite A. Cela est dû à la rapidité et à l'évolution modérée de la maladie.

L'hépatite B

Les approches modernes dans le diagnostic de l'hépatite permettent non seulement de confirmer la pathologie, mais également d'établir son stade et son activité.

Vous trouverez ci-dessous un tableau avec les marqueurs de l'hépatite fréquemment étudiés:

L'hépatite C

La confirmation de la maladie est effectuée à l'aide de tests permettant de déterminer la présence d'anti-IgM / G, ainsi que l'identification du matériel génétique de l'agent pathogène. Le diagnostic en laboratoire comprend:

  • dosage immunoenzymatique, au cours duquel la recherche d’anticorps. Ils sont synthétisés par le système immunitaire en réponse à une infection. Lors de l'enregistrement des immunoglobulines M, il est utile de parler de l'évolution aiguë de la maladie. Si des représentants de la classe G sont trouvés, la maladie est considérée comme chronique. De plus, ce type d'anticorps indique une pathologie transférée. Notez que l'identification des immunoglobulines n'est pas une analyse de confirmation et nécessite donc un examen plus approfondi du patient. En utilisant ELISA, il est possible de contrôler la dynamique du traitement et la force de la réponse immunitaire aux agents pathogènes;
  • La réaction en chaîne de la polymérase fait référence à des études génétiques dans lesquelles l’ARN du pathogène est détecté. Cette méthode vous permet de diagnostiquer avec précision et de discuter du rétablissement du patient. La PCR permet de détecter l'agent avant l'apparition d'anticorps et les signes cliniques de la maladie.

L'hépatite D

Deux méthodes principales de diagnostic permettent de confirmer ou d’exclure une maladie au moyen d’un test sanguin. Pour ce faire, utilisez:

  1. test de détection anti-HDVIgM. L'objectif principal est de détecter les anticorps produits contre un agent pathogène. Cette classe d'immunoglobulines, à savoir les IgM, peut confirmer un processus infectieux aigu;
  2. l'anticorps anti-HDVIgG permet de diagnostiquer une pathologie au stade chronique ou d'affirmer que la maladie est passée dans le passé;

L'hépatite D est souvent diagnostiquée dans le contexte d'une infection du foie par un virus de type B.

  1. En utilisant la PCR, le médecin peut confirmer la maladie avec précision, car le matériel génétique de l’agent pathogène (ARN) se trouve dans le sang du patient. L'analyse donne une idée de l'intensité de la réplication et de la gravité de la pathologie.

L'hépatite G

Les tests de laboratoire incluent des méthodes sérologiques et immunoenzymatiques, dont les résultats confirment une lésion hépatique infectieuse du virus de type G. Parmi les tests informatifs, il convient de mentionner:

  • PCR. L'étude est basée sur la détection de l'agent pathogène de l'ARN, ce qui confirme le processus de sa reproduction et la phase aiguë de la maladie;

Dans la plupart des cas, l'infection mixte est diagnostiquée lorsque le foie est affecté par les virus de types G et C.

  • la détermination du niveau d'anticorps dirigés contre l'agent pathogène vous permet d'établir le stade de la maladie (aigu, lent), ainsi que de confirmer le fait d'une hépatite passée.

L'hépatite E

Le diagnostic est établi sur la base des réponses du laboratoire:

  1. dosage immunoenzymatique, au cours duquel des anticorps sont détectés contre l’agent pathogène. Ils apparaissent un mois après l'infection;
  2. détermination du niveau d'immunoglobulines G (prouver le fait d'une pathologie antérieure ou de la chronicité du processus);
  3. détection de particules virales dans les matières fécales par microscopie électronique. Cette méthode est informative au cours des deux premières semaines suivant l’apparition des symptômes cliniques;
  4. réaction en chaîne de la polymérase, au cours de laquelle le matériel génétique de l'agent pathogène (ARN HNA) est détecté dans le sang du patient.

Lorsqu'un antigène de virus est détecté, il est utile de parler de réplication intensive (sa multiplication) et de pathologie aiguë. Parfois, le diagnostic de l'hépatite E se fait en excluant l'infection du foie par d'autres virus (types A, B, C).

Interprétation des résultats (tableau)

Le décodage des marqueurs de l'hépatite virale est effectué par un spécialiste. Après avoir reçu les réponses des recherches en laboratoire, le patient devrait consulter un médecin pour déterminer d'autres tactiques.

Ci-dessous un tableau avec les résultats du diagnostic.


Articles Connexes Hépatite