Qu'est-ce qui est dangereux pour l'hépatite B?

Share Tweet Pin it

La maladie, qui est considérée comme infectieuse, se caractérise par l’effet néfaste des cellules virales sur le foie et d’autres organes humains - il s’agit de l’hépatite B. Pourquoi est-il dangereux? Cette maladie peut survenir sans symptômes graves et devenir chronique. Qu'il est caractéristique pour la transformation des cellules du foie en cancers. Le diagnostic de cirrhose est souvent posé aux patients qui n'ont pas suivi de traitement qualifié en temps voulu pour l'hépatite B. La maladie entraîne souvent une insuffisance hépatique ou rénale, pouvant être fatale.

Comment le virus pénètre-t-il dans le corps humain?

L'hépatite B est une maladie grave. Pour se prémunir contre les conséquences graves qu'un virus peut provoquer dans le corps humain, il est important de comprendre où et quand il risque de contracter cette maladie.

Cela peut arriver dans ces circonstances:

  • rapports sexuels non protégés (le virus contenu dans le secret sécrété d'un homme et d'une femme est assez élevé, l'infection est donc inévitable);
  • par la salive avec un baiser profond (vous ne pouvez être infecté que s'il y a des ulcères, des plaies ou des fissures dans la bouche);
  • Le sang est le mode d'infection le plus courant avec l'hépatite B: injections, manipulations médicales (transfusion sanguine, traitement chez le dentiste) ou certaines interventions esthétiques (manucure, pédicure), ainsi que piercings et tatouages ​​- tout cela menace de s'infecter;
  • pendant l'accouchement de mère en enfant au moment du passage du canal de naissance (pour prévenir l'infection, né d'une mère avec un tel diagnostic, le bébé est vacciné).

Une personne atteinte d'hépatite B n'est pas dangereuse pour son entourage, à moins qu'il ne s'agisse d'un contact étroit avec elle. Le virus est assez résistant aux manifestations de l'environnement extérieur. Il peut rester contagieux dans des environnements biologiques desséchés; par conséquent, un traitement spécial nécessite des outils en contact direct avec le sang humain. Si vous respectez les règles de base en matière de sécurité et d'hygiène, les risques d'infection sont considérablement réduits.

Il existe également des groupes de personnes qui, en raison de leur profession, sont susceptibles d’être infectées. Il est donc recommandé de les vacciner pour développer une forte immunité.

Selon de nombreuses études sur cette maladie et ses effets sur le corps humain, il a été conclu que la maladie dépend directement de la méthode d’infection. Ainsi, un lien direct a été noté entre la transition rapide de l'hépatite B vers la forme chronique avec une voie naturelle d'infection, par exemple sexuelle.

Cela est également dû au fait que la promiscuité est le fléau de la jeunesse moderne et qu’elle n’est pas toujours sérieuse face à l’apparition de symptômes alarmants. En conséquence, le processus infectieux n'est pas traité et devient chronique.

La maladie est-elle traitable?

L'hépatite B s'accompagne inévitablement de lésions hépatiques toxiques. Dans le même temps, les hépatocytes (cellules du foie) commencent à mourir. Le système immunitaire fonctionne avec une double charge.

Mais plus tard, si les mesures ne sont pas prises et que le traitement n'est pas commencé, le type de réaction auto-immune se développe. Des changements désastreux se produisent dans tout le corps.

L'hépatite B est une maladie plus compliquée que l'infection sous la lettre "A". En cas de passage au stade chronique, il a des conséquences plus graves pour l'organisme. Il nécessite par conséquent une détection rapide et une assistance médicale qualifiée.

Les premiers signes de cette maladie ressemblent à l'hépatite A:

  • douleur du foie;
  • des nausées;
  • flatulences;
  • pulsion émétique;
  • démangeaisons et jaunissement de la sclérotique et de la peau.

Mais, contrairement à lui, l'hépatite B se caractérise par l'allègement des matières fécales et l'obscurcissement de la couleur de l'urine chez un patient. Ce sont les principaux symptômes de la maladie, qui ne doivent pas être ignorés. Si cette affection virale est constatée au stade aigu, on prescrit au patient un traitement visant à renforcer le système immunitaire. En conséquence, le corps reçoit assez de puissance pour lutter indépendamment contre le virus.

Si nous parlons d'une maladie chronique, un traitement antiviral est ajouté aux médicaments immunomodulateurs, sans lequel l'organisme ne peut pas faire face au virus.

La conséquence d'un traitement inadéquat ou de l'absence d'un tel traitement peut être un état pathologique du foie. Il est presque impossible de répondre à la question de savoir si l'hépatite B est complètement curable ou non. Ceci est déterminé dans un cas particulier et dépend du stade de développement de la maladie au cours duquel il a été observé. Il est à noter que la forme chronique nécessite un traitement d'entretien pendant une longue période.

Quel est le danger de la maladie?

Considérez le principal danger posé par le virus de l'hépatite B.

  1. La période aiguë de la maladie survient chez 1% des patients atteints de cette maladie. Avec une si brillante évolution des symptômes de l'hépatite, l'insuffisance hépatique se développe assez rapidement. La taille du foie diminue. Manifestations de jaunisse, cholécystite. Si la maladie se développe simultanément avec d'autres hépatites virales (A, C), le risque de développement fulminant d'insuffisance hépatique augmente plusieurs fois.
  2. L'hépatite B en l'absence de traitement est lourde de conséquences. Le foie cesse de se laver et très rapidement, il se produit une intoxication du corps, une cirrhose de l’organe et, dans certains cas, un cancer.
  3. L'encéphalopathie hépatique est un autre effet négatif du virus de l'hépatite B sur le corps humain. Le patient se plaint d'un sentiment constant d'anxiété, de peur et d'apparition d'hallucinations. Avec la progression de la maladie, le patient tombe dans le coma.

L'hépatite B affecte également le muscle cardiaque, provoquant une myocardite et des reins - gluméronéphrite. Une hépatite B grave peut entraîner un gonflement du cerveau.

Si une personne a une infection à l'hépatite B, il est nécessaire de suivre un traitement qui doit être déterminé par le médecin. Ceci est particulièrement important en cas de détection d'une hépatite aiguë, ce qui permet d'éviter le passage à une maladie chronique.

L'hépatite B est aujourd'hui considérée comme une infection virale contrôlée. Il peut être facilement évité, car il existe un moyen efficace de prévenir une maladie: la vaccination.

L'hépatite est dangereuse pour les autres

La maladie, qui est considérée comme infectieuse, se caractérise par l’effet néfaste des cellules virales sur le foie et d’autres organes humains - il s’agit de l’hépatite B. Pourquoi est-il dangereux? Cette maladie peut survenir sans symptômes graves et devenir chronique. Qu'il est caractéristique pour la transformation des cellules du foie en cancers. Le diagnostic de cirrhose est souvent posé aux patients qui n'ont pas suivi de traitement qualifié en temps voulu pour l'hépatite B. La maladie entraîne souvent une insuffisance hépatique ou rénale, pouvant être fatale.

L'hépatite B est une maladie grave. Pour se prémunir contre les conséquences graves qu'un virus peut provoquer dans le corps humain, il est important de comprendre où et quand il risque de contracter cette maladie.

Il est prouvé que le contact direct d'une personne en bonne santé avec le matériel biologique infecté d'un patient atteint d'hépatite B constituera le principal moyen d'introduire le virus dans le corps humain.

Cela peut arriver dans ces circonstances:

rapports sexuels non protégés (le virus contenu dans le secret sécrété d'un homme et d'une femme est assez élevé, l'infection est donc inévitable);

par la salive avec un baiser profond (vous ne pouvez être infecté que s'il y a des ulcères, des plaies ou des fissures dans la bouche); Le sang est le mode d'infection le plus courant avec l'hépatite B: injections, manipulations médicales (transfusion sanguine, traitement chez le dentiste) ou certaines interventions esthétiques (manucure, pédicure), ainsi que piercings et tatouages ​​- tout cela menace de s'infecter; pendant l'accouchement de mère en enfant au moment du passage du canal de naissance (pour prévenir l'infection, né d'une mère avec un tel diagnostic, le bébé est vacciné).

Une personne atteinte d'hépatite B n'est pas dangereuse pour son entourage, à moins qu'il ne s'agisse d'un contact étroit avec elle. Le virus est assez résistant aux manifestations de l'environnement extérieur. Il peut rester contagieux dans des environnements biologiques desséchés; par conséquent, un traitement spécial nécessite des outils en contact direct avec le sang humain. Si vous respectez les règles de base en matière de sécurité et d'hygiène, les risques d'infection sont considérablement réduits.

Le facteur qui conduit au développement rapide de la maladie après une infection est notre immunité. Si elle est affaiblie, la maladie progresse rapidement et présente des symptômes vifs.

Il existe également des groupes de personnes qui, en raison de leur profession, sont susceptibles d’être infectées. Il est donc recommandé de les vacciner pour développer une forte immunité.

Selon de nombreuses études sur cette maladie et ses effets sur le corps humain, il a été conclu que la maladie dépend directement de la méthode d’infection. Ainsi, un lien direct a été noté entre la transition rapide de l'hépatite B vers la forme chronique avec une voie naturelle d'infection, par exemple sexuelle.

Cela est également dû au fait que la promiscuité est le fléau de la jeunesse moderne et qu’elle n’est pas toujours sérieuse face à l’apparition de symptômes alarmants. En conséquence, le processus infectieux n'est pas traité et devient chronique.

L'hépatite B s'accompagne inévitablement de lésions hépatiques toxiques. Dans le même temps, les hépatocytes (cellules du foie) commencent à mourir. Le système immunitaire fonctionne avec une double charge.

Mais plus tard, si les mesures ne sont pas prises et que le traitement n'est pas commencé, le type de réaction auto-immune se développe. Des changements désastreux se produisent dans tout le corps.

L'hépatite B est une maladie plus compliquée que l'infection sous la lettre "A". En cas de passage au stade chronique, il a des conséquences plus graves pour l'organisme. Il nécessite par conséquent une détection rapide et une assistance médicale qualifiée.

Les premiers signes de cette maladie ressemblent à l'hépatite A:

douleur du foie; des nausées; flatulences; pulsion émétique; démangeaisons et jaunissement de la sclérotique et de la peau.

Mais, contrairement à lui, l'hépatite B se caractérise par l'allègement des matières fécales et l'obscurcissement de la couleur de l'urine chez un patient. Ce sont les principaux symptômes de la maladie, qui ne doivent pas être ignorés. Si cette affection virale est constatée au stade aigu, on prescrit au patient un traitement visant à renforcer le système immunitaire. En conséquence, le corps reçoit assez de puissance pour lutter indépendamment contre le virus.

Si nous parlons d'une maladie chronique, un traitement antiviral est ajouté aux médicaments immunomodulateurs, sans lequel l'organisme ne peut pas faire face au virus.

La conséquence d'un traitement inadéquat ou de l'absence d'un tel traitement peut être un état pathologique du foie. Il est presque impossible de répondre à la question de savoir si l'hépatite B est complètement curable ou non. Ceci est déterminé dans un cas particulier et dépend du stade de développement de la maladie au cours duquel il a été observé. Il est à noter que la forme chronique nécessite un traitement d'entretien pendant une longue période.

Le facteur qui conduit au développement rapide de la maladie après une infection est notre immunité. Si elle est affaiblie, la maladie progresse rapidement et présente des symptômes vifs.

Considérez le principal danger posé par le virus de l'hépatite B.

La période aiguë de la maladie survient chez 1% des patients atteints de cette maladie. Avec une si brillante évolution des symptômes de l'hépatite, l'insuffisance hépatique se développe assez rapidement. La taille du foie diminue. Manifestations de jaunisse, cholécystite. Si la maladie se développe simultanément avec d'autres hépatites virales (A, C), le risque de développement fulminant d'insuffisance hépatique augmente plusieurs fois. L'hépatite B en l'absence de traitement est lourde de conséquences. Le foie cesse de se laver et très rapidement, il se produit une intoxication du corps, une cirrhose de l’organe et, dans certains cas, un cancer. L'encéphalopathie hépatique est un autre effet négatif du virus de l'hépatite B sur le corps humain. Le patient se plaint d'un sentiment constant d'anxiété, de peur et d'apparition d'hallucinations. Avec la progression de la maladie, le patient tombe dans le coma.

L'hépatite B n'est pas seulement dangereuse pour le foie. Sa présence dans le corps affecte également d'autres organes. Tellement malade avec

hépatite B chronique

se plaignent de douleurs persistantes dans les articulations, la formation d'une artérite nodulaire.

L'hépatite B affecte également le muscle cardiaque, provoquant une myocardite et des reins - gluméronéphrite. Une hépatite B grave peut entraîner un gonflement du cerveau.

Si une personne a une infection à l'hépatite B, il est nécessaire de suivre un traitement qui doit être déterminé par le médecin. Ceci est particulièrement important en cas de détection d'une hépatite aiguë, ce qui permet d'éviter le passage à une maladie chronique.

L'hépatite B est aujourd'hui considérée comme une infection virale contrôlée. Il peut être facilement évité, car il existe un moyen efficace de prévenir une maladie: la vaccination.

L'hépatite B est l'une des maladies infectieuses les plus dangereuses pour le foie. Le développement de la maladie provoque un cancer ou une cirrhose du foie, qui est dans la plupart des cas fatal. Savoir ce qui est dangereux pour l'hépatite de type B est important non seulement pour le patient, mais également pour les personnes qui l'entourent.

La méthode de transmission du virus de l'hépatite B est parentérale (une libération directe dans le sang est nécessaire au développement de la maladie). La particule virale est tellement microscopique qu'elle pénètre même les lésions cutanées ou muqueuses non visibles à l'œil nu. Le virus de l'hépatite a une taille plus petite que le virus de l'immunodéficience humaine et est très résistant à l'environnement:

maintient le gel à une température de -20 degrés, après décongélation conserve la même activité; à une température de 32 degrés, la chaleur est active pendant six mois, ce qui est dangereux pour l'hépatite lorsqu'on utilise des rasoirs ordinaires, des accessoires de manucure; maintient l'ébullition pendant une demi-heure; le porteur humain reste contagieux pendant la période aiguë et même pendant l'évolution chronique de la maladie.

Le principal pic d'infectiosité se produit au cours des 3 dernières semaines de la période d'incubation et dans les 20 premiers jours de la forme aiguë. Les particules virales sont souvent concentrées dans le sang, en plus petites quantités dans le liquide séminal chez l'homme, dans les selles, les larmes, les sécrétions vaginales, l'urine. Pendant l'allaitement, le virus d'une mère infectée passe dans le lait maternel, mais dans ce cas, il ne menace pas le bébé.

La principale raison de développer l'hépatite B est un virus. Après son entrée dans le corps, une dysbactériose se développe dans 100% des cas, l'urine s'assombrit, les fèces prennent une teinte sombre et un tiers de tous les patients se voient diagnostiquer des manifestations extrahépatiques, par exemple des lésions des glandes salivaires selon le syndrome de Sjogren.

C'est avec ce type de virus que se produit instantanément la nécrose des tissus et des cellules du foie, les hépatocytes. La réponse immunitaire est faible, il n'y a pas d'accumulation d'anticorps antiviraux. Il y a une défaite générale de l'organe avec des toxines, des hépatocytes meurent, le système immunitaire est affecté, une réponse auto-immune se produit (attaque de l'immunité de ses propres cellules). En règle générale, la phase aiguë de la maladie se développe immédiatement après l'entrée du virus dans l'organisme et se manifeste par des symptômes vifs. Moins souvent, une forme plus dangereuse pour la vie du patient se présente avec une progression instantanée, appelée en médecine hépatite fulminante.

Dans 5 à 10% des cas, la maladie prend une forme chronique et atteint 90% chez le nouveau-né. L'hépatite chronique devient généralement une conséquence de la période aiguë de la maladie, mais peut également survenir sans la phase aiguë. La symptomatologie est généralement variée - une variante chronique de l'hépatite peut se développer de manière asymptomatique presque toute la vie d'une personne ou, pendant une courte période, entrainer une cirrhose du foie.

L'hépatite virale aiguë se manifeste par les symptômes suivants:

Les symptômes primaires sont caractéristiques des maladies respiratoires aiguës. Ceux-ci incluent: douleurs, maux de tête, fièvre à indicateurs subfébriles, douleurs articulaires, perte d'appétit et faiblesse générale. A ce stade, un diagnostic adéquat est difficile, ce qui est dangereux pour l'hépatite B, car sans traitement en temps opportun, il se transforme en forme chronique. Les symptômes secondaires apparaissent plus tard: lourdeur dans l'estomac, dysbiose, foie hypertrophié, douleur, nausée, selles anormales, peau et yeux jaunes (jaunisse), vomissements, prurit.

Le stade chronique de l'hépatite B a plusieurs raisons, selon lesquelles on distingue les types:

alcoolique; auto-immune; viral; médicaments.

L'hépatite chronique se développe comme une vague: à la suite d'un début aigu, la phase porteuse commence et, plus tard, la phase de réactivation, c'est-à-dire la rechute de la maladie. Le virus peut rester inactif pendant assez longtemps, voire plusieurs années. Mais sous l'influence de facteurs indésirables (alcoolisme, VIH, infections chroniques, autre dépression du système immunitaire), le processus de multiplication cellulaire peut être activé, ce qui entraîne une exacerbation de l'hépatite B.

L'hépatite B est le plus souvent diagnostiquée chez les personnes âgées de 20 à 50 ans. La vaccination systématique des jeunes enfants et des adolescents dans les pays développés a permis de ramener le nombre de maladies dans ce groupe d’âge à presque zéro.

L'infection par le virus ne se produit que par le sang. De plus, le virus est assez résistant à l'environnement extérieur, par exemple, il peut être actif dans l'air pendant 4 jours. À l'état congelé, reste actif jusqu'à 15 ans.

Dans le corps humain, le virus ne vit que dans le sang ou dans d'autres liquides biologiques, par exemple dans la salive ou les sécrétions. En conséquence, vous pouvez être infecté comme suit:

lors du partage de dispositifs de manucure, rasoirs, seringues avec l'introduction de drogues ou de drogues; lors d'une séance de tatouage ou de perçage lorsque vous utilisez des outils non traités; de la mère porteuse du virus au bébé pendant l'accouchement; lors de rapports sexuels non protégés (la probabilité d'être infecté par un partenaire est d'environ 30%); au cours de diverses procédures médicales (transfusion de sang ou de ses composants contenant le virus, injections intramusculaires et intraveineuses).

L'entrée indirecte d'un liquide biologique d'une personne infectée à une personne en bonne santé ne présente pratiquement aucun risque d'infection. Ainsi, si le sang, l'urine, la salive du porteur pénètrent sur les pommiers externes endommagés, par exemple sur une plaie ouverte ou une muqueuse buccale endommagée, l'infection ne se produira pas. Par conséquent, pour son entourage, le type d'hépatite B est sans danger, car il ne se transmet pas par contact.

Du moment de l’infection à l’apparition des symptômes caractéristiques, la période d’incubation est en moyenne de 2 à 3 mois, de 15 jours à 6 mois. Contrairement à, par exemple, l'hépatite A de type B se présente sous une forme plus aiguë, caractérisée par de fréquentes rechutes, parfois un coma hépatique se développe, souvent accompagné d'une jaunisse et de troubles digestifs.

Les conséquences les plus dangereuses sont la cirrhose et le cancer du foie et l’insuffisance hépatique. Les effets extrahépatiques de l'hépatite B comprennent:

arthralgie; gonflement du cerveau; myocardite (inflammation du muscle cardiaque) glomérulonéphrite chronique; maladies vasculaires.

L'infection virale la plus grave se produit chez les nouveau-nés qui contractent l'infection en surmontant le canal de naissance de la mère. Immédiatement après la naissance, ces enfants reçoivent une immunoglobuline spéciale qui assure une protection de 85 à 95% contre le développement de l'hépatite B (la revaccination ultérieure est obligatoire). Une telle immunoglobuline est parfois administrée à des adultes présentant un risque d'infection, par exemple aux agents de santé lors de contacts avec des patients porteurs.

À l’heure actuelle, au niveau des États, une liste des personnes à vacciner obligatoirement avec le vaccin anti-hépatite B a été approuvée, notamment:

patients sous hémodialyse régulièrement: enfants des jardins d'enfants, des écoles, des universités; les agents de santé qui peuvent contacter directement le matériel biologique des patients infectés ou les patients eux-mêmes; Personnes nécessitant régulièrement une injection intraveineuse; prisonniers et toxicomanes; les personnes qui entrent régulièrement en contact avec des patients atteints d'une forme chronique de la maladie (par exemple, des membres de leur famille); les touristes qui prévoient se rendre dans des endroits où une épidémie d’hépatite B a été enregistrée.

La plupart des patients sont des personnes en âge de travailler qui ont des rapports sexuels fréquents. Une vie intime sans discernement ou un contact avec une personne ayant plusieurs partenaires sexuels augmente considérablement les risques d'infection. La maladie est également fréquente chez les consommateurs de drogues injectables. Dans de rares cas, l'infection est possible dans les salons de beauté, les tatouages, les établissements médicaux lors de manipulations ou lors d'une transfusion sanguine.

Le virus de l'hépatite B est extrêmement actif. S'il pénètre dans le sang ou d'autres liquides biologiques, la probabilité d'être infecté est de 100%. Seules les personnes qui ont déjà été vaccinées ou qui ont déjà souffert de ce type d'hépatite sont protégées. La personne - transporteur ne court pas le risque pour ses collègues, amis et parents, car le mode de transmission du virus par contact quotidien est exclu. En conséquence, le patient ne doit pas être isolé, mais doit être conscient de la possibilité d’infecter sexuellement une personne ou lorsqu’il partage des objets tranchants, des seringues, etc.

L'hépatite C est l'une des pathologies les plus dangereuses parmi les maladies virales. Cette infection virale infecte le foie et le détruit progressivement. Qu'est-ce qui est dangereux pour l'hépatite C? L'évolution latente de la maladie entraîne le développement d'un processus inflammatoire chronique dans les tissus du foie. Cela complique le diagnostic en temps opportun et complique le traitement.

Mais le plus grand danger de l'hépatite C est une forte probabilité de développer une cirrhose et un cancer du foie.

Selon l'Organisation mondiale de la santé, publiée en 2016, le virus de l'hépatite C (VHC ou infection systémique par le VHC) est considéré comme une pandémie. Le virus a infecté environ 150 millions de personnes dans le monde et le taux de mortalité annuel est d'environ 670 000 personnes.

Une fois dans le corps, le VHC se propage dans le sang et envahit les cellules du foie qui mutent. Le système immunitaire identifie ses propres hépatocytes comme nuisibles et les détruit.

L'hépatite C a une période d'incubation qui peut durer de 2 semaines à plusieurs mois. Vient ensuite la phase aiguë au cours de laquelle le système immunitaire tente de lutter contre le virus. Mais le corps lui-même fait rarement face. Après la phase aiguë survient le cours chronique de la maladie.

La maladie est dangereuse car il est presque impossible de la reconnaître à un stade précoce. Ses signes apparaissent au stade de l'inflammation chronique. Les patients infectés par le VHC présentent les caractéristiques suivantes:

fatigue chronique, jaunisse, dyspepsie, douleur dans l'hypochondre droit, décoloration de l'urine et des selles.

La particularité de la VSG est que le virus, en capturant de nouvelles cellules du foie, subit une mutation constante. Le système immunitaire n'a pas le temps de réagir rapidement aux changements en produisant suffisamment d'anticorps. En conséquence, les cellules infectées se multiplient plus rapidement que les lymphocytes T et des lésions hépatiques à grande échelle se produisent.

L'hépatite C est appelée le «tueur sucré» en raison de l'évolution latente de la pathologie.

L'hépatite C est l'hépatite la plus dangereuse, car elle est difficile à guérir et, dans certains cas, le traitement est impossible. En outre, le danger de cette pathologie infectieuse est qu’il n’existe pas de vaccin. Une personne qui a guéri du VHC et qui est complètement guérie n'acquiert pas d'immunité et est susceptible de réinfection.

Le virus de l'hépatite C peut être infecté de plusieurs façons. Il se transmet, par contact direct avec du sang infecté, par:

transfusion, utilisation d’outils non stériles pour des interventions médicales ou esthétiques, utilisation de drogues injectables.

L'infection peut également être transmise par contact sexuel lors de contacts sexuels non protégés. Les enfants susceptibles d'être infectés pendant la période fœtale en présence du virus chez la mère sont également à risque.

Les porteurs de virus peuvent constituer une menace potentielle pour les autres si la maladie n'est pas diagnostiquée.

L'hépatite C est-elle contagieuse au quotidien? L'infection par le VHC peut constituer une menace si vous enfreignez les règles d'utilisation des effets personnels. L’hépatite C peut constituer une source de danger dans l’environnement immédiat ou dans la famille même si l’hygiène personnelle n’est pas respectée.

L'infection est possible si vous utilisez des objets personnels d'un malade portant des traces de son sang (brosse à dents, rasoir).

Avec le contact tactile, comme les câlins, les baisers, les poignées de main, le contact avec la peau, l'hépatite C n'est pas transmise.

L'hépatite virale est une maladie complexe avec de multiples complications et un traitement difficile. Dans la plupart des cas, le VHC est diagnostiqué lorsque la maladie est déjà chronique. Au stade de la chronicité du processus inflammatoire provoqué par l'hépatite C, le foie est sujet à de nombreux changements pathologiques.

L'hépatite C comprend plusieurs génotypes, dont les génotypes 1b et 3a sont plus dangereux que d'autres.

L’atteinte hépatique primaire liée à l’infection par le VHC est une variété d’hépatoses (stéatose, fibrose). En raison de l'inflammation du parenchyme et de la mort massive d'hépatocytes, le tissu hépatique est partiellement remplacé par du tissu conjonctif gras. La fonctionnalité du foie est réduite, ce qui affecte négativement tous les systèmes dépendants du corps. Les hépatoses sont des précurseurs de la cirrhose du foie.

Le stade final de la fibrose provoquée par la forme virale de l’hépatite est la cirrhose du foie, qui est une maladie incurable. L'évolution de la cirrhose est compliquée par des manifestations cliniques telles que:

Modifications de la structure de la plus grande partie du foie. Les tissus sains du parenchyme sont remplacés par de la graisse, des varices des veines hépatiques et gastriques. Les tissus altérés répriment les veines, empêchant un flux sanguin normal. Le tissu des parois des veines et des vaisseaux sanguins est également modifié. Des modifications des vaisseaux sanguins du foie entraînent une thrombose de la veine porte, ce qui entraîne une insuffisance du flux sanguin et provoque une accumulation de liquide dans la cavité abdominale.

Toutes les manifestations cirrhotiques menacent le pronostic vital, car elles peuvent provoquer des saignements internes, une intoxication toxique de tout le corps, une insuffisance hépatique et une encéphalopathie hépatique. Toutes ces conséquences sont lourdes de mort.

Une telle conséquence de l'hépatite C, comme le carcinome hépatocellulaire, est particulièrement dangereuse. Il s'agit d'un type de cancer du foie qui se développe chez 3% des patients atteints de cette forme d'hépatite. Le carcinome est caractérisé par une croissance rapide avec une métastase étendue aux organes adjacents. Le plus souvent, les métastases pénètrent dans le diaphragme et les poumons.

Le traitement du cancer du foie n’est possible qu’à un stade précoce. Pour ce faire, appliquez une résection partielle, une chimiothérapie, une exposition à un rayonnement ou une greffe de foie.

En plus des pathologies hépatiques, l’infection à VHC est accompagnée de manifestations extrahépatiques. L'hépatite C affecte les nerfs périphériques, peut provoquer une vascularite cryoglobulinémique (destruction des vaisseaux sanguins) et une glomérulonéphrite (lésion des tubules rénaux). L'infection est également dangereuse pour les systèmes digestif, endocrinien et reproducteur.

Une des conséquences possibles de l'hépatite C peut être un lymphome à cellules B malin.

L'hépatite C ne peut être guérie qu'à ses débuts. Dans son traitement, une thérapie combinée avec des médicaments antiviraux (ribavirine) et des interférons est utilisée. Mais, plus modernes et efficaces, les AAD ou les antiviraux directs utilisant des médicaments à action directe (daclatasvir, narlaprevir), sans addition d’interférons.

Au stade de la décompensation, en cas d'évolution chronique de la maladie, un traitement complexe est nécessaire. Le traitement vise à la fois à arrêter l'agent responsable de la maladie et à traiter les maladies secondaires provoquées par le virus.

Les mesures préventives qui empêchent l'apparition d'une pathologie ou en minimisent les conséquences sont les suivantes:

Les procédures invasives doivent être effectuées uniquement avec l'utilisation d'un instrument stérile, le respect des exigences sanitaires et hygiéniques et la prévention des rapports sexuels non protégés.

Qu'est-ce qui menace le VHC en l'absence de traitement rapide? Dans ce cas, les effets de l'hépatite se développent très rapidement et entraînent la mort du patient.

L'hépatite B est-elle dangereuse pour les autres?

Malheureusement, de nombreux mythes et préjugés se sont développés autour de différentes formes d'hépatite. Il est donc temps de vous débarrasser des informations mensongères et d'acquérir des connaissances précises sur cette maladie.

Bien sûr, il est impossible d’enquêter du jour au lendemain sur tous les types d’hépatite. Par conséquent, les documents d’aujourd’hui sont consacrés à la question la plus fréquemment posée par les lecteurs: qu'est-ce qui est dangereux pour l'hépatite B (B) pour les autres, y compris.

Cette question se pose le plus souvent parce que les patients infectés par le virus de l'hépatite B ont peur de l'exclusion sociale, pensant pouvoir infecter d'autres personnes avec leurs ménages. Un tel mécanisme d'infection par l'hépatite B est-il possible?

Qu'est-ce que l'hépatite B?

L'hépatite B est un type de lésion hépatique infectieuse due au virus VHB, semblable à l'extérieur à la maladie de Botkin (hépatite A), mais caractérisée par une évolution plus complexe. Le virus est transmis par le sang, pénètre dans les cellules du foie et provoque leur destruction auto-immune. En plus des symptômes habituels de l'hépatite, un jaunissement de la peau, une sclérotique oculaire et une détérioration du bien-être général, des troubles digestifs, une dépression du système immunitaire, des douleurs articulaires, puis une insuffisance hépatique sévère pouvant parfois entraîner un coma hépatique, peuvent être observés.

Ces symptômes sont caractéristiques d'une forme aiguë et à développement rapide de l'hépatite B. Les tests sanguins de l'hépatite B sont décrits plus en détail dans cet article.

Dans 50% des cas, la maladie est presque asymptomatique. Dans 10% des cas, il acquiert une forme chronique menaçant le développement de la fibrose, puis une cirrhose du foie, ainsi que des formations hépatocellulaires malignes.

L'hépatite B est-elle dangereuse?

La réponse à la question - si l'hépatite B est dangereuse - ne peut être sans équivoque, ni vis-à-vis du patient lui-même, ni dans le sens où il menace les autres. Dans certaines conditions, même les patients infectés par le VIH, provoquant l'horreur chez certains citoyens, peuvent normalement coexister avec des personnes en bonne santé.

Que peut-il arriver si une personne est infectée par le virus de l'hépatite B?

  1. Si nous parlons de formes légères ou modérées de gravité, il est très probable que le virus quitte l'organisme par lui-même. Mais - et cela est extrêmement important - une évaluation de l’état du patient, même si la maladie est asymptomatique, ne peut être effectuée que par un médecin. Et seul un médecin pourra recommander à une personne infectée d’observer certaines conditions qui réduisent le risque de transformer une forme bénigne de la maladie en maladie grave et chronique. Celles-ci peuvent être des recommandations concernant le régime alimentaire et le régime du patient, ainsi que certaines restrictions du mode de vie habituel.
  2. En cas de maladie grave, un traitement médical moderne sera requis. Sinon, le risque de complications graves - insuffisance hépatique aiguë, saignements, coma hépatique - avoisine les 100%.
  3. Tout en maintenant la fonction hépatique dans l'évolution chronique de la maladie (si les indicateurs ALT ne dépassent pas la norme par au moins 2 fois), il est possible de se passer de la thérapie antivirale. Mais l'observation chez le médecin et une surveillance régulière en laboratoire de l'état de la maladie dans ce cas sont obligatoires.

Qu'est-ce qui est dangereux pour l'hépatite B?

Et pourtant, quel est le danger de l'hépatite B? Le danger de cette maladie infectieuse (le virus VHB est très contagieux) est au moins confirmé par le fait que le cancer du foie provoqué par l'hépatite B chronique occupe l'une des principales places en matière de mortalité par cancer en Asie, en Amérique du Sud et sur le continent africain. mourir dans l'enfance. Vous pouvez bien sûr souligner la détresse économique de ces pays et l'absence de culte de l'hygiène personnelle.

Pour l'infection, il suffit de pénétrer une faible dose de sang infecté dans le sang d'une personne en bonne santé, ce qui rend l'hépatite encore plus dangereuse. Selon l'OMS, les trois quarts de la population de notre planète vivent dans des pays à taux d'incidence élevé (plus de 10%).

Groupes à risque

Étant donné le principal mode de transmission du virus VHB (hématogène, c’est-à-dire par le sang), on peut distinguer les groupes de risque suivants:

  • les patients sous hémodialyse (à l'aide d'un appareil à «rein artificiel») ou ayant besoin de transfusions sanguines fréquentes;
  • travailleurs médicaux (malheureusement, dans les établissements médicaux, le risque d'infection par l'hépatite B n'est pas exclu);
  • les bébés nés d'une mère malade;
  • ménages vivant en permanence avec une personne infectée;
  • toxicomanes qui s'injectent des drogues;
  • travailleurs du sexe;
  • partenaires sexuels des porteurs de l'infection.

Qu'est-ce qui est dangereux pour l'hépatite B pour les autres?

Après avoir traité les facteurs de risque les plus importants, nous considérons maintenant le danger de l'hépatite B pour ceux qui nous entourent.

  1. Considérant que les ménages ou les cohabitants des personnes infectées par le virus du VHB sont les plus exposés au risque, la médecine ne signifie pas une isolation parfaite des malades. Oui, des traces du virus peuvent être trouvées dans les départs naturels, la salive et les larmes du patient, et la libération accidentelle de ces substances dans la plaie ou les muqueuses d'une personne en bonne santé représente un risque mineur. Ces méthodes de transmission du virus sont extrêmement rares et une peau intacte est considérée comme une barrière fiable contre le virus. Par conséquent, dans l'environnement domestique, le risque d'infection par l'hépatite B est faible et nécessite simplement le respect des mesures de sécurité élémentaires.
  2. La même chose s'applique aux partenaires sexuels. Si vous devez poursuivre le contact avec une personne infectée (par exemple, dans la vie de famille), vous devez utiliser des contraceptifs mécaniques (préservatifs) et éviter les jeux d'amour potentiellement dangereux pour empêcher le transfert de matériel infecté à un partenaire en bonne santé. Connaissant le danger de l'hépatite B, le patient doit utiliser une vaisselle séparée et des articles d'hygiène personnelle, mais vous ne devez pas avoir peur d'infecter les autres par une poignée de main ou lors d'une conversation.

Vidéo utile

Et quelques informations supplémentaires sur l'hépatite B sont dans la vidéo suivante:

Qu'est-ce qui est dangereux pour l'hépatite virale B et qui est à risque?

L'hépatite B est l'une des maladies infectieuses les plus dangereuses pour le foie. Le développement de la maladie provoque un cancer ou une cirrhose du foie, qui est dans la plupart des cas fatal. Savoir ce qui est dangereux pour l'hépatite de type B est important non seulement pour le patient, mais également pour les personnes qui l'entourent.

Quel est le virus dangereux

La méthode de transmission du virus de l'hépatite B est parentérale (une libération directe dans le sang est nécessaire au développement de la maladie). La particule virale est tellement microscopique qu'elle pénètre même les lésions cutanées ou muqueuses non visibles à l'œil nu. Le virus de l'hépatite a une taille plus petite que le virus de l'immunodéficience humaine et est très résistant à l'environnement:

  • maintient le gel à une température de -20 degrés, après décongélation conserve la même activité;
  • à une température de 32 degrés, la chaleur est active pendant six mois, ce qui est dangereux pour l'hépatite lorsqu'on utilise des rasoirs ordinaires, des accessoires de manucure;
  • maintient l'ébullition pendant une demi-heure;
  • le porteur humain reste contagieux pendant la période aiguë et même pendant l'évolution chronique de la maladie.

Le principal pic d'infectiosité se produit au cours des 3 dernières semaines de la période d'incubation et dans les 20 premiers jours de la forme aiguë. Les particules virales sont souvent concentrées dans le sang, en plus petites quantités dans le liquide séminal chez l'homme, dans les selles, les larmes, les sécrétions vaginales, l'urine. Pendant l'allaitement, le virus d'une mère infectée passe dans le lait maternel, mais dans ce cas, il ne menace pas le bébé.

Stades de développement de la maladie

La principale raison de développer l'hépatite B est un virus. Après son entrée dans le corps, une dysbactériose se développe dans 100% des cas, l'urine s'assombrit, les fèces prennent une teinte sombre et un tiers de tous les patients se voient diagnostiquer des manifestations extrahépatiques, par exemple des lésions des glandes salivaires selon le syndrome de Sjogren.

C'est avec ce type de virus que se produit instantanément la nécrose des tissus et des cellules du foie, les hépatocytes. La réponse immunitaire est faible, il n'y a pas d'accumulation d'anticorps antiviraux. Il y a une défaite générale de l'organe avec des toxines, des hépatocytes meurent, le système immunitaire est affecté, une réponse auto-immune se produit (attaque de l'immunité de ses propres cellules). En règle générale, la phase aiguë de la maladie se développe immédiatement après l'entrée du virus dans l'organisme et se manifeste par des symptômes vifs. Moins souvent, une forme plus dangereuse pour la vie du patient se présente avec une progression instantanée, appelée en médecine hépatite fulminante.

Dans 5 à 10% des cas, la maladie prend une forme chronique et atteint 90% chez le nouveau-né. L'hépatite chronique devient généralement une conséquence de la période aiguë de la maladie, mais peut également survenir sans la phase aiguë. La symptomatologie est généralement variée - une variante chronique de l'hépatite peut se développer de manière asymptomatique presque toute la vie d'une personne ou, pendant une courte période, entrainer une cirrhose du foie.

Les principaux symptômes

L'hépatite virale aiguë se manifeste par les symptômes suivants:

  1. Les symptômes primaires sont caractéristiques des maladies respiratoires aiguës. Ceux-ci incluent: douleurs, maux de tête, fièvre à indicateurs subfébriles, douleurs articulaires, perte d'appétit et faiblesse générale. A ce stade, un diagnostic adéquat est difficile, ce qui est dangereux pour l'hépatite B, car sans traitement en temps opportun, il se transforme en forme chronique.
  2. Les symptômes secondaires apparaissent plus tard: lourdeur dans l'estomac, dysbiose, foie hypertrophié, douleur, nausée, selles anormales, peau et yeux jaunes (jaunisse), vomissements, prurit.

Le stade chronique de l'hépatite B a plusieurs raisons, selon lesquelles on distingue les types:

  • alcoolique;
  • auto-immune;
  • viral;
  • médicaments.

L'hépatite chronique se développe comme une vague: à la suite d'un début aigu, la phase porteuse commence et, plus tard, la phase de réactivation, c'est-à-dire la rechute de la maladie. Le virus peut rester inactif pendant assez longtemps, voire plusieurs années. Mais sous l'influence de facteurs indésirables (alcoolisme, VIH, infections chroniques, autre dépression du système immunitaire), le processus de multiplication cellulaire peut être activé, ce qui entraîne une exacerbation de l'hépatite B.

Modes de transmission

L'hépatite B est le plus souvent diagnostiquée chez les personnes âgées de 20 à 50 ans. La vaccination systématique des jeunes enfants et des adolescents dans les pays développés a permis de ramener le nombre de maladies dans ce groupe d’âge à presque zéro.

L'infection par le virus ne se produit que par le sang. De plus, le virus est assez résistant à l'environnement extérieur, par exemple, il peut être actif dans l'air pendant 4 jours. À l'état congelé, reste actif jusqu'à 15 ans.

Dans le corps humain, le virus ne vit que dans le sang ou dans d'autres liquides biologiques, par exemple dans la salive ou les sécrétions. En conséquence, vous pouvez être infecté comme suit:

  • lors du partage de dispositifs de manucure, rasoirs, seringues avec l'introduction de drogues ou de drogues;
  • lors d'une séance de tatouage ou de perçage lorsque vous utilisez des outils non traités;
  • de la mère porteuse du virus au bébé pendant l'accouchement;
  • lors de rapports sexuels non protégés (la probabilité d'être infecté par un partenaire est d'environ 30%);
  • au cours de diverses procédures médicales (transfusion de sang ou de ses composants contenant le virus, injections intramusculaires et intraveineuses).

L'entrée indirecte d'un liquide biologique d'une personne infectée à une personne en bonne santé ne présente pratiquement aucun risque d'infection. Ainsi, si le sang, l'urine, la salive du porteur pénètrent sur les pommiers externes endommagés, par exemple sur une plaie ouverte ou une muqueuse buccale endommagée, l'infection ne se produira pas. Par conséquent, pour son entourage, le type d'hépatite B est sans danger, car il ne se transmet pas par contact.

Conséquences dangereuses

Du moment de l’infection à l’apparition des symptômes caractéristiques, la période d’incubation est en moyenne de 2 à 3 mois, de 15 jours à 6 mois. Contrairement à, par exemple, l'hépatite A de type B se présente sous une forme plus aiguë, caractérisée par de fréquentes rechutes, parfois un coma hépatique se développe, souvent accompagné d'une jaunisse et de troubles digestifs.

Les conséquences les plus dangereuses sont la cirrhose et le cancer du foie et l’insuffisance hépatique. Les effets extrahépatiques de l'hépatite B comprennent:

  • arthralgie;
  • gonflement du cerveau;
  • myocardite (inflammation du muscle cardiaque)
  • glomérulonéphrite chronique;
  • maladies vasculaires.

L'infection virale la plus grave se produit chez les nouveau-nés qui contractent l'infection en surmontant le canal de naissance de la mère. Immédiatement après la naissance, ces enfants reçoivent une immunoglobuline spéciale qui assure une protection de 85 à 95% contre le développement de l'hépatite B (la revaccination ultérieure est obligatoire). Une telle immunoglobuline est parfois administrée à des adultes présentant un risque d'infection, par exemple aux agents de santé lors de contacts avec des patients porteurs.

Groupes à risque

À l’heure actuelle, au niveau des États, une liste des personnes à vacciner obligatoirement avec le vaccin anti-hépatite B a été approuvée, notamment:

  • patients sous hémodialyse régulière:
  • les enfants fréquentant les jardins d'enfants, les écoles et les universités;
  • les agents de santé qui peuvent contacter directement le matériel biologique des patients infectés ou les patients eux-mêmes;
  • Personnes nécessitant régulièrement une injection intraveineuse;
  • prisonniers et toxicomanes;
  • les personnes qui entrent régulièrement en contact avec des patients atteints d'une forme chronique de la maladie (par exemple, des membres de leur famille);
  • les touristes qui prévoient se rendre dans des endroits où une épidémie d’hépatite B a été enregistrée.

La plupart des patients sont des personnes en âge de travailler qui ont des rapports sexuels fréquents. Une vie intime sans discernement ou un contact avec une personne ayant plusieurs partenaires sexuels augmente considérablement les risques d'infection. La maladie est également fréquente chez les consommateurs de drogues injectables. Dans de rares cas, l'infection est possible dans les salons de beauté, les tatouages, les établissements médicaux lors de manipulations ou lors d'une transfusion sanguine.

Le virus de l'hépatite B est extrêmement actif. S'il pénètre dans le sang ou d'autres liquides biologiques, la probabilité d'être infecté est de 100%. Seules les personnes qui ont déjà été vaccinées ou qui ont déjà souffert de ce type d'hépatite sont protégées. La personne - transporteur ne court pas le risque pour ses collègues, amis et parents, car le mode de transmission du virus par contact quotidien est exclu. En conséquence, le patient ne doit pas être isolé, mais doit être conscient de la possibilité d’infecter sexuellement une personne ou lorsqu’il partage des objets tranchants, des seringues, etc.

Hépatite B: pourquoi est-ce si dangereux?

L'hépatite B est une maladie virale hautement infectieuse qui affecte le foie. La cirrhose du foie est une conséquence fréquente de l'hépatite B. L'hépatite B peut être asymptomatique. L'hépatite B, qui se présente sous une forme chronique, est un facteur de risque de carcinome hépatocellulaire.

Qu'est-ce qui cause l'hépatite B?

L'hépatite B se développe suite à la pénétration dans le sang du virus de l'hépatite B appartenant à la famille des Hepadnaviridae, qui a une direction (tropisme) vers les cellules du foie - les hépatocytes. Le virus de l'hépatite B a un effet toxique direct sur les cellules du foie. Une fois dans les hépatocytes, le virus de l'hépatite B se multiplie et les endommage. Les tissus hépatiques dus à la reproduction constante du virus et aux dommages causés aux cellules changent la structure - la fibrose se développe - ils ne remplissent pas leur fonction. La cirrhose du foie est une conséquence fréquente de la fibrose du foie. La cirrhose du foie se développe dans certains cas en cas de cancer du foie.

Le système immunitaire est également impliqué dans le processus infectieux, qui commence à attaquer les hépatocytes «natifs» affectés par le virus de l'hépatite B. Le virus de l'hépatite B se multiplie également dans les cellules du système phagocyte mononucléé.

Hépatite B - voies de transmission

Parenteral (par le sang). L'hépatite B est transmise plus souvent par voie parentérale. Pour l'infection, une quantité minimale de sang ou de tout autre liquide biologique isolé par tout moyen de l'organisme hôte du virus de l'hépatite B est suffisante.

Sexe - lors de relations sexuelles vaginales, anales ou orales non protégées. Plus le type de sexe est traumatisant, plus le risque d'infection par l'hépatite B est élevé. Le virus de l'hépatite B pénètre par les microfissures et provoque le moindre dommage aux muqueuses.

Vertical - de la mère atteinte d’hépatite B à l’enfant. Aux premier et deuxième trimestres de la grossesse, le risque d'infection du fœtus est beaucoup plus faible qu'au troisième.

Hépatite B - facteurs de risque:

  • toxicomanie par injection;
  • sexe occasionnel;
  • transfusion sanguine;
  • études invasives associées à des ponctions de la peau et des muqueuses (y compris analyses de sang);
  • violation de l'intégrité de la peau et des muqueuses, entraînant même des microfissures (tatouages, acupuncture, utilisation de brosses à dents étrangères, accessoires de manucure).

Les consommateurs de drogues injectables, les prostituées, les homosexuels, les hémodialysés et les personnes nécessitant une transfusion sanguine (et ses composants), les agents de santé, les membres de la famille du porteur du virus de l'hépatite B, les patients atteints de maladies chroniques de la peau.

Prévention de l'hépatite B ─ vaccination; hygiène personnelle stricte.

Quels sont les types d'hépatite B?

Hépatite B aiguë. La forme aiguë de l'hépatite B se termine souvent par l'élimination (élimination) du virus du corps. La plupart des adultes ne tombent pas malades pendant une longue période, puis se rétablissent. La forme aiguë de l'hépatite B devient chronique dans environ 10% des cas.

Hépatite B chronique Le risque d'hépatite B chronique, c'est-à-dire le passage à la forme chronique, dépend de l'âge. L'hépatite B chronique chez l'adulte n'est presque jamais précédée par une forme aiguë d'hépatite B. Chez les jeunes dont le statut immunitaire est normal, l'hépatite B aiguë devient l'hépatite B chronique dans seulement 1% des cas. Chez les nouveau-nés, l'hépatite B aiguë est le plus souvent asymptomatique, mais dans 90% des cas, elle se transforme en hépatite B chronique.

Comment l'hépatite B survient-elle?

La période d’incubation de l’hépatite B (de l’infection à l’apparition) va de 15 à 180 jours (habituellement de 60 à 90 ans).

L'hépatite B dans la forme aiguë a des symptômes similaires à ceux de l'hépatite A, mais elle est plus prononcée - avec exacerbations, évolution prolongée, parfois, récidives - avec le développement du coma hépatique. L'hépatite B se manifeste plus souvent sous forme ictérique: indigestion, douleurs articulaires et faiblesse générale. Des éruptions cutanées provoquant des démangeaisons apparaissent parfois. Parallèlement à la détérioration de la santé, la jaunisse augmente. La jaunisse dure environ 4 semaines. Après récupération, une immunité durable se développe.

L'hépatite B sous forme chronique présente diverses manifestations: elle peut être asymptomatique ou, au contraire, difficile. Fatigue, manque d'appétit. La jaunisse est observée dans les cas graves. La cirrhose du foie se développe au stade terminal (terminal) de l'hépatite B chronique.

Comment diagnostiquer l'hépatite B?

Tests sérologiques: le principal symptôme est la détection d’anticorps dans l’hépatite B dans le sang.L’immunogramme permet d’étudier la réaction de l’organisme et de prédire l’évolution de la maladie. Une analyse biochimique du sang est réalisée pour déterminer la gravité de la maladie et le choix du traitement. PCR - détermine le matériel génétique du virus de l'hépatite B, la vitesse de sa réplication dans le corps. Parfois, une biopsie du foie est nécessaire.

Comment traiter l'hépatite B?

Les interférons sont utilisés dans le traitement de l'hépatite B. Préparations d'alpha-interféron, y compris: realdiron, intron-A, lipoferon, pegasis. Les interférons alpha pégylés de la dernière génération, plus efficaces en raison de leur capacité à pénétrer «au bon endroit», sont considérés comme les plus efficaces parmi les médicaments, mais ils augmentent le coût du traitement. Toutes les préparations à base d'interféron nécessitent le respect le plus strict des conditions de stockage.

Appliquez des antiviraux (à l'intérieur) à la ribavirine (ribavirine, rebetol, copegus); lamivudine (ziffix); famciclovir (famvir); ganciclovir (cymeven). La thérapie antivirale n'est pas prescrite pour le transport du virus sans manifestations de la maladie et pour l'insuffisance hépatique.

Des immunomodulateurs sont utilisés - interleukine-12, timosintimalfazine (zadaksine).

Le schéma thérapeutique et la dose déterminent le taux de reproduction (réplication) du virus de l'hépatite B, ainsi que la gravité des manifestations cliniques de la maladie.

En cas de complications, incl. dans le coma hépatique, les glucocorticoïdes - triamcinolone (kenacort, kenalog 40) sont prescrits avec prudence lors d’un traitement de courte durée.

Régime strict: alcool éliminé; aliments frits, épicés et fumés; chocolat et autres aliments qui affectent négativement la fonction hépatique.

Le traitement de l'hépatite B est impossible sans la participation d'un hépatologue spécialisé dans les maladies infectieuses. Le traitement de l'hépatite B nécessite une surveillance médicale et diagnostique constante.

Qu'est-ce qui est dangereux pour l'hépatite B?

Cirrhose du foie - un résultat courant de l'hépatite B. La cirrhose du foie peut parfois entraîner un cancer du foie. Le cancer du foie est très meurtrier.

Dans l'hépatite B aiguë, le risque de développer une hépatite en développement rapide est d'environ 1%. L'échec hépatique se développe rapidement; il y a une diminution de la taille du foie. Dans les cas d'ictère grave, la présence simultanée d'agents pathogènes d'autres types d'hépatite (A, C, D), ce risque augmente.

L'hépatite B sous forme chronique peut entraîner la mort par insuffisance hépatique.

Manifestations extrahépatiques de l'hépatite B: douleurs articulaires (arthralgie), inflammation du muscle cardiaque (myocardite), problèmes rénaux (glomérulonéphrite chronique membraneuse), vaisseaux sanguins (artérite nodulaire), etc.

Matériaux préparés avec le support d'information du laboratoire médical "SYNEVO" (Sinevo)


Articles Connexes Hépatite