Que signifie le portage de l'hépatite virale C?

Share Tweet Pin it

L'hépatite C est un mot terrible et un diagnostic terrible, cependant, chaque personne n'a pas une idée claire de ce qu'est la maladie et plus précisément du type "C". Bien sûr, cette maladie est dangereuse pour l'homme, mais contrairement à d'autres types de la maladie, il est beaucoup plus difficile de s'infecter avec le type en question. L'agent pathogène est transmis strictement par des relations parentérales, instrumentales ou sexuelles.

En ce qui concerne l'idée de savoir qui est le porteur de l'hépatite C, c'est la personne dans le corps de laquelle le virus vit, mais il ne peut pas être ressenti, asymptomatique ou ne pas du tout menacer l'activité de la vie. Cependant, cela ne signifie pas que le porteur est sans danger, car l'hépatite C est dangereuse en raison de son imprévisibilité et il est très difficile de déterminer quand la maladie frappe. Pour cette raison, il est important de savoir qu’un tel porteur du virus de l’hépatite et du virus lui-même est autant que possible.

Présentation du virus

Cette pathologie est une maladie virale de nature anthroponotique, c'est-à-dire que son agent pathogène est libre de parasiter et de vivre dans le corps humain. Il est également important de comprendre que ce type de virus (sept au total: A, B, C, D, E, F, G) est transmis exclusivement par voie instrumentale, parentérale et, plus rarement, sexuellement.

Le virus en question affecte principalement le foie, s’installe dans le corps et est transporté par le sang. Il provoque des processus pathologiques dans cet organe, conduisant à une cirrhose ou même au cancer de la plus grande glande de notre corps.

Avant d'aborder la question de savoir qui est le porteur de l'hépatite virale C et ce que cela signifie, il serait bon de connaître au moins les nuances les plus importantes de la maladie elle-même.

En passant, la période d'incubation pour l'infection par un virus en discussion peut prendre de deux semaines à six mois. Pendant tout ce temps, il ne peut y avoir absolument aucune manifestation clinique de la maladie. Pire encore, il est possible que la maladie ne soit pas ressentie avant la première infection. Pendant ce temps, un porteur infecté d'hépatite peut infecter quelqu'un sans le savoir.

Un fait intéressant! Les agents pathogènes de cette pathologie ont un nom ironique - «tueurs affectueux». La maladie peut durer des années sans laisser de trace ou se masquer très habilement, se manifestant par les symptômes de nombreuses autres maladies. C'est pourquoi le virus de l'hépatite B n'est pas au courant de son état.

Modes de transmission

L’infection par l’hépatite C dans des conditions normales est totalement inoffensive pour la société, car, comme vous auriez dû le comprendre, ce type de maladie infectieuse ne se transmet pas du tout par des gouttelettes en suspension dans l’air. Autrement dit, si dans votre cercle social, une personne est atteinte de cette maladie, il n’est pas nécessaire de l’éviter ou de la protéger.

En ce qui concerne les méthodes de transmission de ce virus, l’infection se produit souvent par le sang, c’est-à-dire en raison de la violation de l’intégrité de la peau ou des muqueuses, mais le contact avec l’agent pathogène est nécessaire. Les modes de transmission les plus probables sont les suivants:

  • Transfusions sanguines et interventions chirurgicales entraînant une violation des normes et conditions sanitaires;
  • En s'injectant des drogues ou tout autre médicament avec une aiguille non désinfectée. Pour cette raison, les toxicomanes qui utilisent collectivement une seule aiguille sont le plus souvent infectés;
  • Application de tatouages, piercings, manucure, pédicure et autres choses. Avec un traitement insuffisant des outils, vous pouvez également «rattraper» une terrible maladie;
  • En raison du contact sexuel, la probabilité de transmission de l'hépatite C est beaucoup plus faible, mais toujours possible;
  • La méthode verticale (comme en médecine s'appelle la transmission du virus pendant la grossesse de la mère à l'enfant), qui se produit souvent lors de l'accouchement, cependant, la probabilité d'une telle infection n'est pas trop élevée.

Porteur d'agents pathogènes

Être porteur d'hépatite C, qu'est-ce que cela signifie? Une telle question inquiète beaucoup et reste d'actualité, car, comme cela a été dit précédemment, le virus peut rester dans le sang humain pendant cinq, dix ans ou plus sans se faire sentir.

Cela soulève une autre question: le transporteur peut-il être considéré comme malade et y at-il une menace pour son corps, car la santé reste normale?

Bien entendu, la présence d’un virus de classe «C» dans l’organisme devrait déjà être considérée comme une maladie, car le virus ne donne aucun signe, car il est maîtrisé par le système immunitaire du patient. Cependant, sa propagation continue tout le temps, la maladie gagne lentement mais sûrement en force et, comme en témoignent les études, des altérations des tissus du foie se produisent encore.

Ici, il est nécessaire de se concentrer sur une dernière chose, car la maladie se présente sous deux formes:

Le problème est que les deux formes de la maladie ont une phase asymptomatique, mais si dans le premier cas une guérison est possible (selon les statistiques, jusqu'à 20% des personnes infectées guérissent avec le temps, ce qui est facilité par leur propre immunité), elle ne peut pas être vaincue lorsque la maladie devient chronique. qui peut ultérieurement causer une cirrhose ou un cancer du foie. Cependant, la transition de l’hépatite C vers les maladies susmentionnées se produit également chez 15 à 20% des patients; le reste vit toute sa vie avec cette maladie, bien qu’elle contribue à la détérioration de l’état général du patient.

Note! Si, par exemple, il est possible de se défendre de l'hépatite A ou B en procédant à des vaccinations spéciales, l'infection par la souche C ne peut être évitée par de telles méthodes, car il n'existe pas de vaccin pour celle-ci.

En aucun cas, il n’est impossible d’ignorer la situation actuelle: lorsqu’une maladie est détectée, il est nécessaire de poursuivre son traitement, cela peut prendre beaucoup de temps et d’efforts. De plus, même en cas de rétablissement complet, il faut bien comprendre que le corps ne produit pas d'anticorps dirigés contre ce type de virus, car il est capable de muter et de changer rapidement, ce qui explique pourquoi le risque de réinfection est toujours présent.

Que faut-il retenir de chaque porteur de virus?

Compte tenu de tout ce qui précède, il convient de noter que même avec un flux lent, l'hépatite C est dangereuse pour le porteur, menaçant de vaincre le système immunitaire et de faire grève à tout moment.

Dans une certaine mesure, le virus du virus de l'hépatite rend le porteur dangereux pour autrui et ses proches. Il doit donc respecter des règles de prudence strictes, parmi lesquelles on distingue principalement les suivantes:

  • Lorsque vous arrivez à un rendez-vous avec un dentiste, un chirurgien, qui donne du sang pour analyse, etc., vous devriez toujours être averti de la présence d'hépatovirus dans votre corps.
  • Outre le premier point, il convient également de mentionner les visites de salons de tatouage. Warn a également besoin d'une manucure, d'un piercing;
  • Les accessoires de rasage et de manucure, les machines à épiler et même une brosse à dents doivent être strictement individuels et, s'il y a des enfants à la maison, ces articles d'hygiène personnelle doivent être cachés.
  • Les porteurs d'hépatite C doivent faire preuve d'une extrême prudence lorsqu'ils reçoivent des blessures ou même des égratignures, et la personne qui fournit les premiers soins doit porter des gants de caoutchouc pour ne pas être infectée par accident.
  • La transmission sexuelle du virus est rare, mais il est toujours préférable d'utiliser une contraception, en particulier des préservatifs, en particulier si vous allez au lit avec un partenaire sexuel non régulier.

Les mêmes règles s’appliquent à ceux qui ne souhaitent pas être infectés ou qui entrent souvent en contact avec son porteur. En les observant, même si vous vivez sous le même toit que le transporteur, vous ne pouvez jamais être infecté. Cela confirme encore une fois le fait que la maladie en discussion n'est pas une phrase, il est possible de vivre avec elle pleinement, avec bonheur pour toujours. L'hépatite virale C et le portage sont des conditions différentes.

Symptômes et diagnostics

Étant donné que l’hépatite C peut très bien se dissimuler sous une multitude de maladies, notamment extrahépatiques, il est souvent extrêmement difficile, voire impossible, de détecter ses symptômes, en particulier au stade aigu, qui passe souvent complètement inaperçu.

De plus, le port du virus de l'hépatite C peut ne rien produire du tout, mais certains signes de sa présence apparaissent de temps en temps, et pour suspecter que quelque chose ne va pas, vous devez faire attention aux symptômes suivants:

  • Fatigue systématique, faiblesse, malaise;
  • Fatigue fréquente et rapide;
  • Diminution des capacités mentales;
  • Manque d'appétit, nausée;
  • Jaunisse - jaunissement du blanc des yeux, de la peau, des muqueuses;
  • Manifestations fréquentes de douleurs articulaires;
  • Dans certains cas, une augmentation du foie est observée.

La détection d'un seul symptôme de la liste ci-dessus peut constituer un signal d'action, après quoi une personne doit être testée. En général, en l'absence d'une détérioration significative du bien-être, la maladie en discussion est rarement retrouvée, car ses symptômes sont souvent attribués à une gêne temporaire.

Méthodes de diagnostic de la maladie

Dans la plupart des cas, même avec des diagnostics dirigés, il est très difficile, voire impossible, de déterminer exactement combien de temps une personne est porteuse. Cependant, il est très important non seulement de connaître la présence de l'hépatite C dans le corps, mais également de s'assurer de ce fait pour commencer le traitement.

Pour identifier le virus dans le sang, il existe un certain nombre de mesures de diagnostic pour obtenir des résultats précis:

  • La réaction en chaîne de la polymérase (PCR) est un test sanguin spécifique grâce auquel, dans des conditions de laboratoire, l’ADN d’un virus peut être détecté en les isolant dans un biomatériau prélevé;
  • Diagnostic sérologique - permet de détecter la présence d’anticorps spécifiques ou spécifiques dans le sang;
  • Test hépatique - un autre test sanguin, qui permet d’identifier divers écarts dans sa composition chimique;
  • La biopsie du foie est une biopsie prélevée directement sur l'organe lui-même pour un examen cytologique et histologique plus approfondi.

Toutes ces manipulations nous permettent d’obtenir des données exhaustives, de déterminer avec précision la souche de l’hépatite et même son génotype. Bien entendu, le médecin ne peut confirmer ou infirmer la nécessité d’un traitement et choisir la méthode la plus efficace pour lutter contre la maladie.

Des événements similaires sont également organisés pour déterminer le succès du traitement.

Complications et conditions de leur développement

Même sous sa forme la plus lente, l’hépatite C affecte négativement l’état du foie humain, l’érode progressivement puis le détruit. En outre, cette maladie endommage le système immunitaire du corps, ce qui menace également diverses maladies de tiers. Si nous parlons des conséquences qu'un virus peut avoir, nous pouvons distinguer un certain nombre de complications graves provoquées par celui-ci:

  • Cancer et cirrhose du foie;
  • La fibrose;
  • Varices dans les organes internes;
  • Encéphalopathie hépatique;
  • Hypertension portale.

En plus de tout ce qui précède, les problèmes les plus graves peuvent survenir si l’hépatite C s’associe aux souches A ou B du virus. Cela menace de développer une hépatite dite sévère, au cours de laquelle la population de micro-organismes pathogènes augmente considérablement, en raison de laquelle une insuffisance hépatique se développe rapidement. Cela conduit à l'encéphalopathie mentionnée précédemment (ce qui signifie des modifications pathologiques graves dans le foie, suivies de troubles neuropsychiatriques). Dans de telles situations, le pourcentage de mortalité chez les patients augmente considérablement, quelle que soit la gravité de l'encéphalopathie.

Afin d'éviter l'addition d'hépatites de types A et B, des vaccins spéciaux sont administrés au porteur de la souche C. En cas d'infection du patient, celui-ci doit faire l'objet d'un traitement ciblé urgent et doit être placé sous surveillance médicale constante à l'hôpital.

Méthodes de traitement

Vous savez déjà ce qu'est l'hépatite C et comment cette maladie menace non seulement le porteur, mais également les personnes qui l'entourent. Pour cette raison, compte tenu de l'évolution défavorable possible de la maladie (évolution de la maladie, évolution vers une forme chronique ou aggravation de l'état du patient), des mesures de traitement appropriées peuvent être nécessaires.

Afin de vaincre la maladie ou de la remettre en rémission, les médecins appliquent une approche intégrée, qui comprend les méthodes suivantes:

  • Thérapie antivirale;
  • L'utilisation de médicaments ayant un effet bénéfique sur le foie et renforçant sa fonction;
  • Immunothérapie;
  • Régime d'épargne spécial;
  • Limitation de l'activité physique et long repos.

En raison du fait que l'hépatite est une maladie d'origine virale, la méthode de traitement vise principalement l'utilisation d'antiviraux (souvent en combinaison). Un traitement avec des médicaments similaires, leur fréquence et la durée de la consommation est prescrit par un médecin, il peut durer jusqu'à 10-12 mois. Pendant tout ce temps, en particulier les 20 à 60 premiers jours, en cas de changement de l'état de santé, vous devez consulter votre médecin, car des médicaments auxquels le corps n'est pas associé peuvent entraîner des effets indésirables.

Faites attention! Si le diagnostic n'a révélé aucune altération pathologique grave du foie et que le porteur de l'hépatite C ne menace pas pour le moment, le traitement n'est pas indiqué.

En tant que médicaments utilisés pour améliorer la fonction hépatique, les hépatoprotecteurs utilisés. Ils augmentent les propriétés protectrices de l'organe et sa résistance aux facteurs pathogènes, et ont également pour fonction de restaurer la structure des tissus et des cellules.

Sous le régime, on entend un rejet complet des mauvaises habitudes, en particulier de l’alcool. En ce qui concerne le régime, il n’existe pas de régime clair, mais il est vivement conseillé au patient de s’abstenir ou de réduire au minimum la consommation d’aliments gras, frits, fumés, épicés ainsi que excessivement salés et acides.

Pour résumer tout ce qui précède, il convient de noter que même s’il est impossible de guérir complètement l’hépatite C, en suivant les instructions du médecin et après avoir suivi un traitement complet, 97% des patients présentent une dynamique positive et la personne retrouve son état de vie normal. En outre, l'hépatite C n'est pas une phrase, de nombreux porteurs du virus vivent avec une vie longue et heureuse, vous ne devez donc pas désespérer.

Que signifie porteur de l'hépatite C et quel est le traitement?

Le porteur de l'hépatite C, après avoir été diagnostiqué, est sujet à la panique, convaincu qu'une telle peine est inévitable et que toute vie va maintenant se dégrader. Mais ces personnes peuvent vivre pleinement si elles suivent certaines règles. Beaucoup de gens se demandent si un tel phénomène est vraiment dangereux pour le transporteur lui-même ou pour son entourage. Il est nécessaire de traiter de ce concept, ainsi que de diverses nuances pouvant apparaître dans la vie d’un porteur de l’hépatite C.

La signification de "porteur de l'hépatite C"

En médecine et dans la recherche, il existe deux types de portage du virus de l'hépatovirus du groupe «C»:

  1. Le porteur d'anticorps, résistant de manière stable au virus.
  2. Le porteur des corps du virus lui-même.

Les personnes du premier groupe ont déjà souffert d'une maladie du foie dangereuse, leur corps a été capable de vaincre les cellules du virus avec le système immunitaire. Les anticorps résistants à la maladie ne sont que des composants de l'immunité humaine. Par conséquent, ces personnes ne peuvent pas infecter d'autres personnes avec l'hépatite. Et maintenant, ceux à qui on a diagnostiqué un «porteur du corps du virus» sont dangereux pour la société - ils peuvent transmettre le virus à d'autres. Mais ne croyez pas que leur présence est dangereuse, l'hépatite se transmet dans certaines conditions.

Porteur de l'hépatite C - qu'est-ce que cela signifie? Cela signifie qu'une personne en elle-même a de tels corps de virus qui, chez d'autres personnes, lorsqu'elles sont transférées d'un porteur, provoque l'apparition et le développement d'une maladie aussi dangereuse que - l'hépatite C. Le tableau clinique de la maladie peut être absent. Si c'est le cas, ils parlent déjà d'un patient atteint d'hépatite, et pas seulement d'un porteur. On peut donc affirmer que le portage est une sorte de maladie qui ne se manifeste peut-être pas à l'extérieur, mais il existe un danger de transmission de l'agent pathogène à d'autres personnes.

État de porteur asymptomatique ou symptomatique

Le transport de l'hépatite C est un processus chez une personne qui se déroule le plus souvent de manière cachée. Les symptômes ne sont pas visibles, la personne se sent bien (si rien d’autre n’est pas malade). Par conséquent, la définition du pathogène pose problème. Ensuite, les médecins désignent leurs soupçons, ou les déclarations du prétendu transporteur, prescrivent des tests spéciaux.

Durée de vie du transporteur

Il faut comprendre que le virus de la maladie hépatique est assez dynamique - il change constamment, y compris dans le temps:

  • 20-150 jours - la fluctuation de la période d'incubation de la maladie constatée par les médecins;
  • 40-50 jours - une telle période d'incubation est notée le plus souvent;
  • 14 ans après la découverte d'un virus endormi, ses cellules peuvent être activées;
  • après 18 ans, si vous ne traitez pas le foie, une cirrhose survient;
  • après 23-38, un carcinome se forme et le foie peut refuser, ce qui entraîne la mort du patient.

Si une personne est infectée par l'hépatite C, cela n'affectera pas son espérance de vie jusqu'à l'activation du virus. Et pour éviter que cela ne se produise, une personne doit suivre un traitement antiviral, même si elle n’est pas encore considérée comme un patient. Le transport devrait également être traité!

Est porteur de l'hépatite C pathologie, maladie

Les corps viraux se trouvent dans le sang d'un porteur humain dans les cas suivants:

  • lors de l'examen médical;
  • lors de prises de sang
  • avant la chirurgie, lors de la prise de sang;
  • pendant la grossesse - lors de leur inscription à une maternité, les femmes enceintes subissent une étude «IFA»;
  • ainsi que lors d'inspections de routine de personnes malades ou en bonne santé.

Après la présence de cellules virales dans le sang, les spécialistes vérifient leur viabilité - le soi-disant état du virus. Le test permet aux médecins de comprendre comment le virus est en rechute, en progression ou en rémission, en état dormant, inhibé. Ensuite, la présence d'anticorps dirigés contre un tel virus est déterminée - capacité du corps à résister et à chasser progressivement le virus. Et ce n’est qu’alors qu’il sera possible de déterminer si la personne porteuse du virus de l’hépatite C est déjà atteinte d’une telle maladie.

Un examen complet d'un patient ou d'un suspect pour le transport comprend les procédures de diagnostic suivantes:

  • dosage de la réaction en chaîne de la polymérase (PCR);
  • livraison de l'analyse de boikhimichesky;
  • réalisation d'une procédure de biopsie - analyse au niveau cellulaire avec la collecte de matériel biologique pour la recherche;
  • le passage de l'échographie - examen, visualisation du foie;
  • fibroscan.

La collection d'un biomatériau pour examiner l'état du foie s'appelle une sonde à usage unique. La plus importante analyse permettant de détecter directement la présence de corps viraux est la PCR. Plus le nombre de particules détectées est élevé, plus le risque de contagion d'une personne est grand.

Est-ce que cette voiture est traitée

Afin d'éliminer la présence d'un agent pathogène microbiologique dangereux, il convient de suivre toute une série de traitements antiviraux. Si quelqu'un dit: «Je suis porteur de l'hépatite C et mes chances de m'en débarrasser sont nuls!». Il se trompera alors profondément. Avoir des prédictions positives. Tout d’abord, vous devez déterminer le type de virus - car, en fait, il existe différents génotypes de l’hépatite C:

  1. Intractable Les chances d'éliminer l'agent pathogène - 50%.
  2. Modérément traitable. La capacité d'éliminer le virus du corps augmente de 60 à 70%.
  3. Facilement traitable. Vous pouvez vous débarrasser du terrible fléau dans 90% des cas de thérapie qualifiée.

Pour un traitement réussi de l'hépatite C, le patient a exactement 6 mois. Cette fois, les médecins définissent comme la période où le corps d'une personne infectée a plus de chances de combattre le virus. Au bout d'un an et demi, le corps s'affaiblit face aux attaques virologiques. La maladie risque donc de devenir une phase chronique. Si la question se pose de savoir si le porteur du virus de l'hépatite C peut infecter une autre personne après le traitement, tout dépend de la question de savoir si le corps a développé des anticorps capables de combattre l'agent pathogène.

Dans le traitement des médecins prescrivent divers médicaments antiviraux appartenant au groupe du foie. Par exemple, les médicaments - la ribavirine ou - les interférons. Le traitement par catégorie antivirale dure 24 à 72 semaines. Le médecin prescrit un ensemble de médicaments et l'intensité de la consommation est strictement conforme au génotype trouvé dans le virus.

Règles de prudence pour les porteurs de l'hépatite C

Chaque porteur doit garder à l’esprit qu’il existe certaines voies d’infection, l’infection par le virus d’autres personnes. Si vous avez déjà posé un tel diagnostic de portage, la personne devient responsable vis-à-vis des autres lorsqu'elle interagit avec des membres de la société. Les précautions doivent être observées par le porteur du virus comme suit:

  1. Les autres ne doivent pas entrer en contact avec son sang. En particulier, il s'agit du transfert de sang infecté du porteur de la plaie à la plaie d'une personne non infectée.
  2. Les rapports sexuels avec un porteur de l'hépatite C sont également dangereux.Vous devez utiliser des méthodes de contraception de type fermé - les préservatifs.
  3. Les objets personnels infectés ne peuvent pas être portés. Les particules de peau morte ou de sueur peuvent contenir des cellules d'un agent pathogène dangereux.
  4. Vous ne pouvez pas utiliser d'objets personnels - une brosse à dents, un rasoir, des ciseaux, un peigne, des couteaux, etc.
  5. Les câlins, les bisous et autres contacts intimes provoquent une infection. Il y a aussi des bactéries pathogènes dans la substance muqueuse.
  6. Si vous devez subir un traitement en dentisterie, vous devez avertir le médecin chaque fois qu’une personne est porteuse du virus. De même, avec manucure, pédicure et ainsi de suite.
  7. Utilisez uniquement des instruments à usage unique pour les examens médicaux.
Si le transporteur est une femme enceinte

Lorsqu'un porteur est une femme enceinte, elle doit également veiller à protéger son enfant autant que possible de l'infection. Le danger est évident: le virus de l'hépatite C est tout à fait capable de pénétrer dans le placenta, puis de le transmettre au bébé. Si une femme est uniquement porteuse du virus, les cellules pathogènes peuvent également être transmises au fœtus par le placenta. Il est alors établi que l'enfant est porteur de l'hépatite C. En cas de portage après la naissance du bébé, la femme qui allaite doit s'assurer qu'il n'y a pas de mamelons. des fissures.

Dans environ 80% des patients, l'hépatite peut se transformer en une forme chronique avec un traitement inapproprié, inopportun, ou son absence. Le danger d'une personne pour autrui se pose lorsque, dans le sang, la présence de particules virologiques est révélée, car elles circulent activement dans le sang et ne dorment pas. Si des anticorps sont trouvés avec la présence d'un virus, cela ne signifie pas que le danger est passé. Il est nécessaire de ne se calmer que lorsqu'il y a plus d'anticorps que la présence ou l'absence de corps du virus «endormis».

L'hépatite C

Ma femme a l'hépatite C et nous suivons un traitement avec Amixin et Heptral. Récemment, on nous a proposé d'utiliser le Bionormalizer pour le traitement, arguant qu'il s'agissait d'un excellent médicament mis au point au Japon et possédant d'excellentes propriétés. Mais nous avons été empêchés d'acheter par le fait (à l'exception du prix) qu'au lieu d'instructions, il était accompagné d'une copie d'une copie promotionnelle de ses qualités et d'extraits de lettres de patients reconnaissants qui guérissaient miraculeusement à l'aide de ce médicament. Cela était motivé par le fait que ce médicament n’est pas certifié par nous (en Ukraine), mais qu’il est certifié en Russie et qu’il y est utilisé avec succès. La recherche dans les archives du forum n'a fourni que des informations indiquant qu'il s'agit d'un additif alimentaire et non d'un médicament et qu'il n'existe aucune information sérieuse à ce sujet. En réalité, la question qui se pose est la suivante: le normalisateur biologique est-il certifié en Russie et existe-t-il des données sur le succès de son application?

À notre connaissance, le Bionormalizer n'est pas enregistré en tant que médicament, mais est certifié en tant qu'additif alimentaire. La littérature médicale mondiale reste muette sur l'expérience de son utilisation. La possibilité d'utiliser l'interféron, la ribavirine et Heptral dans le traitement de l'hépatite C est bien connue.

Quels médicaments sont les plus efficaces dans le traitement de l'hépatite C et où puis-je trouver des informations sur leur utilisation?

Dans le traitement de l'hépatite virale C, des préparations d'interféron (intron A, reaféron), des nucléosides anormaux (ribavirine), de l'acide ursodésoxycholique (ursofalk), des corticostéroïdes (prednisolone), des hépatoprotecteurs (legalon) et leurs combinaisons peuvent être utilisés Le traitement est prescrit par un médecin en fonction de l'activité de la maladie, de la présence de manifestations systémiques et de maladies associées.

Il y a deux ans, j'ai eu l'hépatite C. J'ai subi plusieurs tests après la détection de ce virus dans le sang, et ce pendant toute l'analyse qui a été négative. Est-ce que cela signifie que j'ai récupéré, et si non, quels tests dois-je passer pour m'en assurer?

Étant donné la fréquence élevée de chronicité de l'hépatite virale C, il est nécessaire de déterminer les anticorps dirigés contre celle-ci et l'ARN du virus de l'hépatite C par PCR. Un résultat positif dans la détermination des anticorps et un négatif dans la détermination de l'ARN n'indique pas une récupération, même si les "tests de la fonction hépatique" se situent dans la plage normale. Une biopsie du foie par ponction doit être effectuée.

Quel est le pourcentage de mortalité par hépatite C? L'hépatite C est-elle curable? Quelle hépatite pouvez-vous attraper des gouttelettes aéroportées?

Dans le cas de l'hépatite virale aiguë C, la mortalité est très faible et se caractérise généralement par une légère évolution anictrique. Le danger de cette infection est en chronicité (selon différents auteurs, de 60 à 80%), fréquente transition à la cirrhose du foie, au fond de laquelle se développe parfois un carcinome hépatocellulaire. L'hépatite C est rarement guérie, mais avec un traitement persistant, c'est tout à fait possible. Et surtout, aucune des hépatites virales n'est transmise par des gouttelettes en suspension dans l'air.

Mon jeune homme a l'hépatite C. Je l'ai appris 2 mois après avoir eu des rapports sexuels avec lui régulièrement. Le préservatif n'a pas été utilisé parce que J'accepte Marvelon. La question est de savoir si l'hépatite C est transmise sexuellement et est-il possible, si ce n'est trop tard, de prendre certaines mesures (examen, vaccination, à qui s'adresser)? Quelles conséquences puis-je avoir?

Malheureusement, le vaccin contre l'hépatite C n'est pas développé - nulle part dans le monde. L'hépatite C peut être infectée par contact sexuel, mais sa probabilité est faible (de 2 à 14% selon les sources). La probabilité d'infection augmente pendant le contact anal, pendant les rapports sexuels pendant les menstruations, etc. Nous recommandons l'utilisation d'un préservatif. Contactez le centre d'hépatologie à Moscou (sur la base d'un hôpital pour maladies infectieuses à Volokolamsk sh.).

J'ai l'hépatite C chronique et le stade initial de la cirrhose du foie. Le 30 décembre, j'ai commencé à faire l'intron A et après une semaine, la ribavirine était connectée (4 gélules par jour). Après 2 jours de prise de ribavirine, j'avais reçu un empoisonnement et un fond allergique, une irritation grave de la vésicule biliaire et avait cessé de prendre de la ribavirine, puis l'intron A était poursuivi. Que recommandez-vous de faire ensuite?

Vous avez besoin d'une observation dynamique, de préférence dans l'institution médicale où le diagnostic a été établi et le traitement commencé. L'utilisation de l'intron A au stade de développement de la cirrhose peut ralentir la progression de la maladie.

Intéressé par le traitement de l'hépatite C et où aller avec ce problème à Moscou.

L'hépatoprotecteur est utilisé dans le traitement de l'hépatite C, de l'interféron alpha, des analogues de nucléotides synthétiques, des cystostatiques et des hormones glucorticoïdes. Pour un examen et un traitement, vous devez contacter le centre de gastroentérologie ou la CLINIQUE DE THÉRAPIE ET ​​DE PROFBLESIS DE L’ACADÉMIE MÉDICALE DE MOSCOW.

Dites-nous si le virus de l'hépatite C est dangereux et est-il transmis par les ménages?

Le virus de l'hépatite C provoque des lésions hépatiques chroniques pouvant parfois mener à la cirrhose et au cancer. Les infections dues à l'hépatite C peuvent être provoquées par des mesures d'hygiène personnelle (rasoir, brosse, gant de toilette, brosse à dents, ciseaux à ongles, etc., pouvant provoquer des lésions de la peau et des muqueuses) courantes chez le porteur de l'infection.

J'ai l'hépatite C. Puis-je fumer du chanvre? Je sais - vous allez répondre que fumer est généralement nocif, c'est impossible et tout ça, mais je m'intéresse plus particulièrement - cela affecte-t-il le foie et à quel point? Je pense que c'est toujours beaucoup plus inoffensif que l'alcool, à moins bien sûr de ne pas fumer tous les jours, mais au moins une fois par semaine.

La littérature médicale dont je dispose ne fait aucune mention du fait que le chanvre peut avoir un effet toxique sur le foie. La foie peut être gravement endommagée par la cocaïne. Je n'ose pas dire qu'il est moins dangereux de boire de l'alcool ou une drogue.

L'hépatite C peut-elle guérir? Combien de temps dure le traitement et à quel point ce virus est-il dangereux pour les autres?

Une chronisation est notée dans 60 à 70% des cas d’hépatite virale aiguë C.
Pour déterminer la tactique du traitement, un examen minutieux en laboratoire et au moyen d'instruments est nécessaire, notamment la détermination de l'ARN viral dans le sang (un résultat positif indique la reproduction de l'agent pathogène), ainsi que la biopsie du foie (sous anesthésie locale, l'aiguille recueille un fragment du tissu hépatique à des fins de recherche). Après cela, prescrire un traitement. L'interféron, la ribavirine, l'acide ursodésoxycholique et d'autres médicaments sont utilisés. Le but de la thérapie est de supprimer la reproduction du virus (il est parfois possible d'éliminer le virus du corps), de réduire la gravité du processus inflammatoire dans le foie et de prévenir la progression de la maladie. Le pronostic dépend des comorbidités (par exemple, infection par les virus de l'hépatite B et du delta, VIH; alcoolisme et toxicomanie, etc.), du traitement suivi et du stade du processus initial (début du traitement précoce, en règle générale, avec plus de succès).
Le virus de l'hépatite C est transmis par la voie dite parentérale (le sang et ses préparations; l'utilisation d'instruments médicaux, d'aiguilles et de seringues mal traités, d'instruments de manucure, etc.). Il y a une soi-disant transmission verticale de l'infection - de la mère au fœtus pendant la grossesse et l'accouchement, ainsi que de l'infection par contact sexuel. Le risque d'infection lors d'un contact domestique étroit avec une personne infectée survient lorsque les règles d'hygiène personnelle sont violées (utilisation de son rasoir, de sa brosse à cheveux, de ses ciseaux à ongles, de ses rasoirs par d'autres membres de la famille). Par conséquent, des mesures devraient être prises pour prévenir l’infection des membres de la famille et des partenaires sexuels. En outre, vous devez avertir le dentiste, le cosmétologue, le manucure, etc. de votre maladie.

J'ai 28 ans, pas d'enfants. Il y a 4 ans, on m'a soigné pour une anémie, où on m'a donné du sang. Le virus de l'hépatite C se trouve maintenant dans le sang. L'hépatite n'a jamais été malade. Et n'a pas ressenti. Le virus est transmis sexuellement. Est-ce que cela signifie que je ne peux pas vivre une vie sexuelle normale et avoir des enfants? Et pourriez-vous me donner une estimation approximative du coût du traitement à Moscou? Selon mes calculs, il ne faut que 6 000 $ pour traiter un intron, ce qui signifie qu'il n'est pas disponible pour moi. Quelle est l'efficacité du traitement au cycloferon? Peut-il remplacer l'interféron? Merci

Le virus de l'hépatite C peut en effet être transmis sexuellement, ainsi que de mère en enfant pendant la grossesse et l'accouchement. Le risque de transmission est plus élevé lorsque le virus se multiplie (résultat positif pour la détermination de l'ARN dans le sang).
Calculer le coût du traitement est problématique, car ce montant inclut non seulement les médicaments (et différents médicaments sont utilisés, leurs combinaisons et leurs dosages), mais également les procédures de diagnostic, et parfois les séjours à l'hôpital. Il vaut mieux clarifier cela dans l’institution où vous envisagez de postuler.
Je n'ai pas de données convaincantes sur l'efficacité du cycloferon dans le traitement de l'hépatite chronique C.

J'ai une forme chronique d'hépatite C. Les médecins ont refusé le traitement à l'interféron en raison d'une pancréatite chronique. Ils m'ont conseillé de contacter un spécialiste local des maladies infectieuses. La réponse est courte - cette maladie n'est pas traitée. Que faire, où se tourner. Existe-t-il un traitement curatif contre cette maladie grâce à l'utilisation d'autres médicaments (sauf l'interféron), éventuellement à l'étranger?

A Moscou, vous pouvez vous adresser au Centre d'hépatologie du 1 hôpital pour maladies infectieuses (Volokolamskoe shosse, 3, bdg. 4, tél. 193-82-17, 196-05-63). En plus de l'interféron, d'autres médicaments sont utilisés, par exemple la ribavirine.

J'ai l'hépatite C. Mon état se détériore constamment. Existe-t-il un remède capable de détruire le virus? Si oui, veuillez donner un lien où vous pourrez obtenir des informations détaillées ou des conseils.

Le traitement antiviral (interféron, ribavirine) dans le traitement de l'hépatite virale chronique C vise à supprimer la multiplication du virus, à réduire la gravité du processus inflammatoire dans le foie, à prévenir la progression de la maladie, à développer une cirrhose et un cancer. A Moscou, par exemple, on peut s'adresser au centre d'hépatologie du 1er hôpital pour maladies infectieuses (Volokolamskoye sh., D. 63, bld. 4. tel. 193-82-17, 196-05-63).

Depuis le début du mois de septembre 2000, je suis atteint d'hépatite C. Devrais-je recevoir un groupe de personnes handicapées? Après tout, je ne peux pas soulever de poids, surmener, surchauffer, surchauffer, etc. Si je reste debout longtemps ou si je reste assis devant un ordinateur, mon foie commence à me faire mal. Oui, et vous devez manger toutes sortes de céréales. Et une autre question. L'hépatite C est-elle transmise sexuellement? Et si oui, quoi, je ne peux plus avoir d'enfants?

1. la nécessité de suivre un régime; éviter l'hypothermie, la surchauffe, la surtension mentale et physique existent dans la plupart des maladies du tractus gastro-intestinal (par exemple, la gastroduodénite chronique, l'ulcère peptique, la cholécystite chronique, la pancréatite chronique - vous pouvez énumérer pendant une longue période). Bien sûr, on ne peut pas reconnaître l’apriori de tous ces patients comme étant invalide. La certification prend en compte le degré de limitation des opportunités professionnelles et sociales (capacité à remplir des obligations professionnelles; possibilité de libre-service). En ce qui concerne l'hépatite chronique, la durée et la gravité de la maladie, le degré d'activité du processus, la présence de signes de cirrhose, etc. sont pris en compte.
2. La transmission sexuelle du virus de l'hépatite C est possible. Le risque de transmission est déterminé par le taux de reproduction du virus (la présence et le titre de l'ARN du virus de l'hépatite C dans le sang, ainsi que par les données d'une biopsie du foie).

J'ai l'hépatite C. Puis-je manger des cornflakes? Sinon, je les mange déjà depuis un an et demi, à quel point je suis malade. Mais maintenant je suis devenu pensif - et si on ne pouvait pas les manger? Peut-être que c'est pourquoi le foie fait si souvent mal?

Les cornflakes pour l'hépatite C chronique ne sont pas contre-indiqués. Il est possible que la douleur dans l'hypochondre droit soit causée par une violation de la motilité (dyskinésie) des voies biliaires. Nous pouvons recommander des repas fractionnés fréquents (4 à 5 fois par jour) en petites portions, éliminer l'alcool de l'alimentation, ainsi que les aliments épicés, gras, frits, fumés, marinés; éviter les efforts physiques intenses. Il est conseillé d'effectuer une échographie des organes abdominaux; le médecin peut recommander cholagogue

J'ai trouvé des anticorps de l'hépatite C, analyses ultérieures à l'Institut. Botkin a été confirmé pour avoir l'hépatite C chronique avec des tests de la fonction hépatique dans les limites de la normale, je les donne tous les mois en raison de la grossesse (déjà 30 semaines). Nous avons consulté plusieurs médecins spécialistes des maladies infectieuses et leurs opinions sur l'alimentation du bébé varient énormément. Pourriez-vous donner une réponse détaillée à ce sujet. à quel point le risque d'infection du nouveau-né lors de l'alimentation, s'il existe des virus dans le lait, etc. Peut-être que si vous vous conformez à toutes les procédures d'hygiène, alors vous pouvez?

La transmission du virus de l'hépatite C de la mère à l'enfant est possible pendant la grossesse, l'accouchement et l'allaitement. En outre, évaluer de manière fiable l'importance de chacune de ces opportunités est problématique. Néanmoins, on pense que le plus dangereux en termes d’infection est précisément l’accouchement; par conséquent, dans de nombreux pays, l’accouchement est effectué par césarienne. Deuxièmement, le risque de transmission de l'infection (et pas seulement du fœtus) dépend de la présence et de l'intensité de la reproduction du virus (selon les résultats de la détection de l'ARN du virus dans le sang par la méthode PCR; dans certains centres, avec un résultat positif, le contenu en ARN dans le sang est quantifié - la soi-disant charge virale "). Le virus de l'hépatite C se trouve effectivement chez les patients atteints d'hépatite C chronique non seulement dans le sang, mais également dans la salive, l'urine, le lait et même les larmes, mais à de très faibles concentrations. Par conséquent, il est probable que la menace de transmission pendant l'allaitement ne concerne pas seulement le lait, mais aussi les fissures du mamelon (même microscopiques), dont l'apparition est presque impossible à éviter.

Hépatite C - médicaments pour le traitement, méthodes, régime alimentaire.

Le virus de l'hépatite C est transmis par la voie dite parentérale (le sang et ses préparations; l'utilisation d'instruments médicaux, d'aiguilles et de seringues mal traités, d'instruments de manucure, etc.). Il y a une soi-disant transmission verticale de l'infection - de la mère au fœtus pendant la grossesse et l'accouchement, ainsi que de l'infection par contact sexuel. Le risque d'infection lors d'un contact domestique étroit avec une personne infectée survient lorsque les règles d'hygiène personnelle sont violées (utilisation de son rasoir, de sa brosse à cheveux, de ses ciseaux à ongles, de ses rasoirs par d'autres membres de la famille). Certains patients atteints d'hépatite C chronique présentent un risque de progression de la maladie, de transition vers la cirrhose et parfois de développement d'un carcinome hépatocellulaire.
Pour déterminer la tactique du traitement, un examen minutieux en laboratoire et au moyen d'instruments est nécessaire, notamment la détermination de l'ARN viral dans le sang (un résultat positif indique la reproduction de l'agent pathogène) et la biopsie du foie (sous anesthésie locale, une aiguille est utilisée pour collecter un fragment de tissu hépatique aux fins de l'étude). Après cela, prescrire un traitement. L'interféron, la ribavirine, l'acide ursodésoxycholique et d'autres médicaments sont utilisés. Le but de la thérapie est de supprimer la reproduction du virus (il est parfois possible d’éliminer le virus du corps), en empêchant la progression du processus.
Un régime strict n'est généralement pas nécessaire. N'abusez pas de l'alcool et prévenez les médecins de votre maladie, afin d'éviter si possible de prescrire des médicaments qui affectent négativement le foie.
Le pronostic dépend des comorbidités (par exemple, infection par les virus de l'hépatite B et du delta, VIH; alcoolisme et toxicomanie, etc.), du traitement suivi et du stade du processus initial (début du traitement précoce, en règle générale, avec plus de succès).

Est-il possible de récupérer complètement du virus de l'hépatite C et quel traitement est le plus efficace?

Pour déterminer la tactique du traitement, un examen minutieux en laboratoire et au moyen d'instruments est nécessaire, notamment la détermination de l'ARN viral dans le sang (un résultat positif indique la reproduction de l'agent pathogène) et la biopsie du foie (sous anesthésie locale, une aiguille est utilisée pour collecter un fragment de tissu hépatique aux fins de l'étude). Après cela, prescrire un traitement. L'interféron, la ribavirine, l'acide ursodésoxycholique et d'autres médicaments sont utilisés. Le but de la thérapie est de supprimer la reproduction du virus (il est parfois possible d’éliminer le virus du corps), en empêchant la progression du processus. Le pronostic dépend des comorbidités (par exemple, infection par les virus de l'hépatite B et du delta, VIH; alcoolisme et toxicomanie, etc.), du traitement suivi et du stade du processus initial (début du traitement précoce, en règle générale, avec plus de succès).

Un test sanguin dans une veine a montré que je suis porteur du virus de l'hépatite C. Est-il possible d'infecter mes proches avec ce virus? Dois-je suivre un régime alimentaire et savoir ce qui peut être fait pour empêcher le développement de ce virus?

Réponse: Le virus de l'hépatite C est transmis par la voie dite parentérale (sang et ses préparations; utilisation d'instruments médicaux mal traités, aiguilles et seringues, instruments de manucure, etc.). Il y a une soi-disant transmission verticale de l'infection - de la mère au fœtus pendant la grossesse et l'accouchement, ainsi que de l'infection par contact sexuel. Le risque d'infection lors d'un contact domestique étroit avec une personne infectée survient lorsque les règles d'hygiène personnelle sont violées (utilisation de son rasoir, de sa brosse à cheveux, de ses ciseaux à ongles, de ses rasoirs par d'autres membres de la famille).
Certains patients atteints d'hépatite C chronique présentent un risque de progression de la maladie, de transition vers la cirrhose et parfois de développement d'un carcinome hépatocellulaire.
Pour déterminer la tactique du traitement, un examen minutieux en laboratoire et au moyen d'instruments est nécessaire, notamment la détermination de l'ARN viral dans le sang (un résultat positif indique la reproduction de l'agent pathogène) et la biopsie du foie (sous anesthésie locale, une aiguille est utilisée pour collecter un fragment de tissu hépatique aux fins de l'étude). Après cela, prescrire un traitement. L'interféron, la ribavirine, l'acide ursodésoxycholique et d'autres médicaments sont utilisés. Le but de la thérapie est de supprimer la reproduction du virus (il est parfois possible d’éliminer le virus du corps), en empêchant la progression du processus.
Un régime strict n'est généralement pas nécessaire. N'abusez pas de l'alcool et prévenez les médecins de votre maladie, afin d'éviter si possible de prescrire des médicaments qui affectent négativement le foie.
Le pronostic dépend des comorbidités (par exemple, infection par les virus de l'hépatite B et du delta, VIH; alcoolisme et toxicomanie, etc.), du traitement suivi et du stade du processus initial (début du traitement précoce, en règle générale, avec plus de succès).

Que faire Si on sait que vous avez l'hépatite (C). Et existe-t-il un remède et une méthode de traitement?

RÉPONSE: Pour déterminer la tactique du traitement, un examen minutieux en laboratoire et au moyen d'instruments est nécessaire, notamment la détermination de l'ARN viral dans le sang (un résultat positif indique la reproduction de l'agent pathogène), ainsi qu'une biopsie du foie par ponction (un fragment de tissu local du foie est prélevé sous anesthésie locale pour l'étude). Après cela, prescrire un traitement. L'interféron, la ribavirine, l'acide ursodésoxycholique et d'autres médicaments sont utilisés. Le but de la thérapie est de supprimer la reproduction du virus (il est parfois possible d'éliminer le virus du corps), de réduire la gravité du processus inflammatoire dans le foie et de prévenir la progression de la maladie. Le pronostic dépend des comorbidités (par exemple, infection par les virus de l'hépatite B et du delta, VIH; alcoolisme et toxicomanie, etc.), du traitement suivi et du stade du processus initial (début du traitement précoce, en règle générale, avec plus de succès).
Le virus de l'hépatite C est transmis par la voie dite parentérale (le sang et ses préparations; l'utilisation d'instruments médicaux, d'aiguilles et de seringues mal traités, d'instruments de manucure, etc.). Il y a une soi-disant transmission verticale de l'infection - de la mère au fœtus pendant la grossesse et l'accouchement, ainsi que de l'infection par contact sexuel. Le risque d'infection lors d'un contact domestique étroit avec une personne infectée survient lorsque les règles d'hygiène personnelle sont violées (utilisation de son rasoir, de sa brosse à cheveux, de ses ciseaux à ongles, de ses rasoirs par d'autres membres de la famille). Par conséquent, des mesures devraient être prises pour prévenir l’infection des membres de la famille et des partenaires sexuels. En outre, vous devez avertir le dentiste, le cosmétologue, le manucure, etc. de votre maladie.

Est-il possible de donner naissance à un enfant à part entière lorsque la mère est infectée par le virus de l'hépatite C?

Vous pouvez. À ce jour, on suppose que le fœtus est susceptible d’être infecté pendant la grossesse et l’accouchement, mais cela n’a pas été prouvé avec exactitude. Les mères doivent être examinées une fois par mois pour le traitement opportun d’une exacerbation, l’enfant après la naissance est examiné pour déterminer l’état porteur du virus, puis l’immunoglobuline est injectée.

Dites-moi s'il est possible de récupérer complètement de l'hépatite C. J'ai entendu dire que les formes D et C ne sont pratiquement pas guéries. Vraiment?

La guérison complète de l'hépatite virale C est malheureusement rarement observée. La thérapie antivirale vise à supprimer la réplication virale (reproduction), à renforcer les défenses immunitaires, à réduire l'inflammation du foie et, surtout, à prévenir la transformation de l'hépatite en cirrhose. Malheureusement, ce traitement est long, coûteux et associé au risque d'effets secondaires. Après le traitement, le risque de récidive est élevé, puis des traitements répétés sont effectués.

S'il vous plaît nous parler de l'hépatite virale C

L'hépatite virale C est presque toujours une maladie chronique. Souvent asymptomatique. Caractérisé par le risque de transition vers la cirrhose et le carcinome hépatocellulaire. Infection - parentérale (par le sang). Les infections sexuellement transmissibles et la transmission de la mère à l'enfant sont possibles pendant la grossesse et l'accouchement. Dans le traitement des médicaments utilisés interféron, ribavirine et d'autres moyens. Il n'y a pas de méthodes de prophylaxie spécifique (vaccin).

Si l'hépatite C est transmise par la salive.

Théoriquement, le virus de l'hépatite C peut être détecté dans la salive en très petites quantités. On pense que cela n'a pas de signification épidémique significative. Mais pour exclure la possibilité de transfert, par exemple, lors d'un baiser, le sexe oral est bien sûr impossible.

Qu'est-ce qui est dangereux pour une personne porteuse de l'hépatite C?

Porteur de l'hépatite C - qu'est-ce que cela signifie pour le patient? Le virus est un agent pathogène commun et dangereux qui peut causer de graves dommages à l'organisme, endommageant les cellules de l'organe et perturbant ses fonctions. Quelle est donc la différence entre un patient atteint d'hépatite C et un porteur de ce virus et que signifie pour un patient le fait de détecter l'agent pathogène dans son sang?

La spécificité de la maladie

L'hépatite C est une maladie infectieuse dont l'agent responsable affecte le foie et les cellules sanguines et se caractérise par une forte variabilité génétique. L'infection nécessite l'entrée de virions dans le sang. Avec le sang, l'agent pathogène pénètre dans les hépatocytes, où il se multiplie. De là, il retourne dans le sang et développe une virémie.

Il existe plus de 40 sous-espèces de ce virus. Cette caractéristique lui permet de "se cacher" du système immunitaire humain - pendant que la reconnaissance et la synthèse des anticorps contre la première génération du virus sont effectuées, la suivante avec des mutations antigéniques apparaît dans le sang. Peut-être une évolution aiguë et chronique de la maladie.

La forme aiguë de la maladie est souvent asymptomatique et se termine par une auto-guérison. Chez la moitié des patients infectés, la maladie devient chronique.

La forme chronique, caractérisée par l'état de porteur, affecte environ 70 millions de personnes dans le monde. Le principal danger du virus de l'hépatite C réside dans le développement éventuel d'une cirrhose ou d'un carcinome hépatocellulaire à la suite de lésions hépatiques, dont environ 300 000 personnes meurent chaque année.

L'hépatite C peut ne pas se manifester avant longtemps. Une condition dans laquelle le virus est déjà présent dans le sang, mais il n'y a toujours pas de symptômes de la maladie, est appelée le vecteur de l'agent pathogène. Le porteur du virus de l'hépatite C est assez long, la maladie est en rémission et est détectée assez tard.

Un patient épidémique est plus dangereux qu'un porteur. Le premier attribue une plus grande quantité de l'agent pathogène, mais le porteur de l'hépatite est une source d'infection. En outre, il existe une perception selon laquelle, chez les porteurs du virus, le parenchyme hépatique n’est pas endommagé. Mais les statistiques de biopsie d'hépatocytes montrent que 3% des patients sans tableau clinique de la maladie présentent de tels changements. Les hépatocytes sont endommagés non seulement à cause du virus, mais aussi à cause de l'activité du système immunitaire. Les propres lymphocytes détruisent les cellules hépatiques touchées.

Si l'immunité est suffisamment forte pour empêcher la multiplication de l'agent pathogène dans les hépatocytes, le patient devient porteur de l'hépatite C. Cette maladie peut durer des années et nécessite une surveillance médicale constante afin de retarder le plus possible l'évolution de la maladie et, si nécessaire, de commencer un traitement antiviral.

Les porteurs ne souffrent pas des symptômes cliniques de la maladie, mais étant une source d'infection, ils doivent veiller en permanence à la sécurité de leurs proches et, s'ils souhaitent devenir parents, aborder soigneusement la question de la planification familiale.

Comment se passe l'infection?

Le sang est la principale voie de transmission du virus de l'hépatite C, et seulement 10% d'entre eux sont infectés sexuellement. Le virus est très résistant dans l'environnement. Dans le matériel biologique séché, l'agent pathogène conserve son activité pendant au moins 15 heures et parfois plusieurs jours. Par conséquent, pour prévenir l’infection du patient environnant, ainsi que du porteur, vous devez suivre quelques règles simples:

  1. En cas de blessure de la peau avec dégagement de sang, toutes les surfaces contaminées possibles doivent être traitées avec un désinfectant et la plaie doit être fermée avec un pansement ou un pansement pour éviter de laisser l'infection à l'avenir.
  2. Les vêtements du transporteur, le linge de lit et les serviettes doivent être lavés à 600 ° C pendant au moins 30 minutes ou bouillis pendant 2 minutes. En outre, les vêtements et les draps doivent être repassés à la température la plus élevée possible.
  3. Il est nécessaire de stocker séparément les articles d’hygiène personnelle du support - brosse à dents, accessoires de rasage et de manucure, seringues, bijoux.
  4. Les porteurs du virus de l'hépatite C sont tenus d'avertir les agents de santé ou autres professionnels avant toute manipulation susceptible de provoquer un contact sanguin.
  5. Dans le cas de rapports sexuels en cas de transport, une méthode de contraception barrière doit être appliquée.
  6. Il est interdit à un patient ou à un porteur de l'infection de donner du sang.
  7. Toute la famille doit adhérer à un mode de vie sain afin de maintenir le système immunitaire en bon état. Car c’est elle qui protège le mieux le porteur de la progression de la maladie et sa famille de l’infection.

Vous pouvez être infecté non seulement à la maison, mais aussi à l'hôpital, dans un salon de tatouage ou un salon de beauté. Par conséquent, vous devez toujours faire attention aux règles d'assepsie et d'antisepsie dans les endroits où une blessure cutanée et le contact avec du sang sont possibles.

Le virus de l'hépatite C n'est pas transmis par voie aérienne ni par contact, c'est-à-dire par:

Pour la transmission, des particules de sang ou du sperme provenant d'une personne infectée sont nécessaires. Par conséquent, les porteurs et les patients atteints d'hépatite C ont le droit de vivre pleinement dans la société.

Transport et grossesse

La possibilité de tomber enceinte avec l'hépatite C dépend du stade et de la forme de la maladie. Dans le cas d'un porteur du virus et en l'absence de signes de lésion du parenchyme hépatique, une grossesse et un accouchement réussis sont tout à fait possibles. Il convient de rappeler que la grossesse entraîne des modifications hormonales et une immunité réduite, pouvant à leur tour exacerber la maladie ou provoquer la transition du stade porteur au stade de reproduction active de l'agent pathogène dans les cellules du parenchyme du foie. Par conséquent, si la porteuse est la future mère de l'enfant, elle a besoin d'un suivi médical constant de son état et d'examens réguliers.

Les complications graves de l'hépatite, telles que la cirrhose ou le cancer du foie, sont incompatibles avec la grossesse.

En ce qui concerne le risque d'infecter un enfant, dans 6% des cas, la grossesse se termine par une infection de l'embryon. En outre, le plus grand risque d'infection dans la phase active de la réplication du virus, contrairement au porteur, qui est presque sans danger pour le fœtus. Il est important de prévenir la primo-infection de la future mère et la transition du stade porteur au stade actif de la reproduction du virion.

Si la mère est porteuse du virus, le lait maternel devient dangereux pour le nouveau-né uniquement à la suite de lésions au mamelon. Les anticorps dirigés contre l’agent d’infection responsable dans le corps de l’enfant persistent pendant un an après la naissance. Par conséquent, les nouveau-nés dont les mères porteuses du virus sont sous le contrôle de maladies infectieuses.

Chez 5% des bébés nés d'une mère infectée, un virus est détecté dans le sang un an après la naissance. L'infection survient généralement lors du passage du canal de naissance. Il est impossible d'éliminer l'infection, bien qu'il y ait des opinions qu'une césarienne réduit le risque d'infection. Cependant, la probabilité d'infection est peu probable et la plupart des enfants naissent complètement exempts du virus.

Diagnostic de l'infection virale

Très souvent, la présence d'un virus dans le sang est diagnostiquée par hasard, par exemple lors d'un dépistage systématique pendant la grossesse ou d'un examen physique régulier. Dans le cas de la détection d’anticorps anti-virus dans le sang, un test répété est nécessaire pour éliminer les résultats faussement positifs. Un faux résultat négatif est également possible. Par conséquent, plusieurs tests de dépistage d'anticorps dirigés contre le virus sont effectués pendant la grossesse.

En cas de confirmation de la présence d'anticorps au moyen d'un dosage immunoenzymatique, effectuez des études supplémentaires pour déterminer le génotype de l'agent pathogène et clarifier le type de maladie. À cette fin, ils utilisent la méthode de détection des immunoglobulines spécifiques des classes IgM et IgG spécifiques des anticorps anti-VHC aux protéines du virus de l'hépatite C. La détection des anticorps totaux indique la présence d'un vecteur ou d'une maladie préalablement transférée.

La principale analyse permettant de confirmer la présence du virus de l'hépatite C est une réaction en chaîne de la polymérase pour la détection de l'ARN du virus et le fait de sa reproduction. Le matériel génétique de l'agent pathogène peut être détecté dans le sang veineux du patient dès 12 jours après l'infection, lorsque les anticorps sont encore absents et que les indicateurs biochimiques de l'activité des hépatocytes se situent dans la plage normale. Cette méthode de recherche vous permet de déterminer non seulement le type d'hépatite dont souffre un patient, mais également la quantité de virus présente dans son sang. Ces informations vous permettent de prédire l'évolution de l'infection, de déterminer si le stade porteur est passé dans la maladie ou d'évaluer l'efficacité du traitement antiviral.

Sur la base des résultats du diagnostic, une décision est prise quant à la nécessité d'un traitement. Si la réplication virale est dans la phase active, un traitement antiviral est prescrit au patient. Si la multiplication du virus ne se produit pas, le statut de porteur est attribué au patient. Dans ce cas, l’état du transporteur doit être surveillé en permanence pour ne pas rater le début de la réplication du virion.

Le début de la reproduction de l'agent pathogène est un signal pour le début du traitement. L'hépatite C est traitable dans 90% des cas signalés.


Articles Connexes Hépatite