Que signifie le portage de l'hépatite virale C?

Share Tweet Pin it

L'hépatite C est un mot terrible et un diagnostic terrible, cependant, chaque personne n'a pas une idée claire de ce qu'est la maladie et plus précisément du type "C". Bien sûr, cette maladie est dangereuse pour l'homme, mais contrairement à d'autres types de la maladie, il est beaucoup plus difficile de s'infecter avec le type en question. L'agent pathogène est transmis strictement par des relations parentérales, instrumentales ou sexuelles.

En ce qui concerne l'idée de savoir qui est le porteur de l'hépatite C, c'est la personne dans le corps de laquelle le virus vit, mais il ne peut pas être ressenti, asymptomatique ou ne pas du tout menacer l'activité de la vie. Cependant, cela ne signifie pas que le porteur est sans danger, car l'hépatite C est dangereuse en raison de son imprévisibilité et il est très difficile de déterminer quand la maladie frappe. Pour cette raison, il est important de savoir qu’un tel porteur du virus de l’hépatite et du virus lui-même est autant que possible.

Présentation du virus

Cette pathologie est une maladie virale de nature anthroponotique, c'est-à-dire que son agent pathogène est libre de parasiter et de vivre dans le corps humain. Il est également important de comprendre que ce type de virus (sept au total: A, B, C, D, E, F, G) est transmis exclusivement par voie instrumentale, parentérale et, plus rarement, sexuellement.

Le virus en question affecte principalement le foie, s’installe dans le corps et est transporté par le sang. Il provoque des processus pathologiques dans cet organe, conduisant à une cirrhose ou même au cancer de la plus grande glande de notre corps.

Avant d'aborder la question de savoir qui est le porteur de l'hépatite virale C et ce que cela signifie, il serait bon de connaître au moins les nuances les plus importantes de la maladie elle-même.

En passant, la période d'incubation pour l'infection par un virus en discussion peut prendre de deux semaines à six mois. Pendant tout ce temps, il ne peut y avoir absolument aucune manifestation clinique de la maladie. Pire encore, il est possible que la maladie ne soit pas ressentie avant la première infection. Pendant ce temps, un porteur infecté d'hépatite peut infecter quelqu'un sans le savoir.

Un fait intéressant! Les agents pathogènes de cette pathologie ont un nom ironique - «tueurs affectueux». La maladie peut durer des années sans laisser de trace ou se masquer très habilement, se manifestant par les symptômes de nombreuses autres maladies. C'est pourquoi le virus de l'hépatite B n'est pas au courant de son état.

Modes de transmission

L’infection par l’hépatite C dans des conditions normales est totalement inoffensive pour la société, car, comme vous auriez dû le comprendre, ce type de maladie infectieuse ne se transmet pas du tout par des gouttelettes en suspension dans l’air. Autrement dit, si dans votre cercle social, une personne est atteinte de cette maladie, il n’est pas nécessaire de l’éviter ou de la protéger.

En ce qui concerne les méthodes de transmission de ce virus, l’infection se produit souvent par le sang, c’est-à-dire en raison de la violation de l’intégrité de la peau ou des muqueuses, mais le contact avec l’agent pathogène est nécessaire. Les modes de transmission les plus probables sont les suivants:

  • Transfusions sanguines et interventions chirurgicales entraînant une violation des normes et conditions sanitaires;
  • En s'injectant des drogues ou tout autre médicament avec une aiguille non désinfectée. Pour cette raison, les toxicomanes qui utilisent collectivement une seule aiguille sont le plus souvent infectés;
  • Application de tatouages, piercings, manucure, pédicure et autres choses. Avec un traitement insuffisant des outils, vous pouvez également «rattraper» une terrible maladie;
  • En raison du contact sexuel, la probabilité de transmission de l'hépatite C est beaucoup plus faible, mais toujours possible;
  • La méthode verticale (comme en médecine s'appelle la transmission du virus pendant la grossesse de la mère à l'enfant), qui se produit souvent lors de l'accouchement, cependant, la probabilité d'une telle infection n'est pas trop élevée.

Porteur d'agents pathogènes

Être porteur d'hépatite C, qu'est-ce que cela signifie? Une telle question inquiète beaucoup et reste d'actualité, car, comme cela a été dit précédemment, le virus peut rester dans le sang humain pendant cinq, dix ans ou plus sans se faire sentir.

Cela soulève une autre question: le transporteur peut-il être considéré comme malade et y at-il une menace pour son corps, car la santé reste normale?

Bien entendu, la présence d’un virus de classe «C» dans l’organisme devrait déjà être considérée comme une maladie, car le virus ne donne aucun signe, car il est maîtrisé par le système immunitaire du patient. Cependant, sa propagation continue tout le temps, la maladie gagne lentement mais sûrement en force et, comme en témoignent les études, des altérations des tissus du foie se produisent encore.

Ici, il est nécessaire de se concentrer sur une dernière chose, car la maladie se présente sous deux formes:

Le problème est que les deux formes de la maladie ont une phase asymptomatique, mais si dans le premier cas une guérison est possible (selon les statistiques, jusqu'à 20% des personnes infectées guérissent avec le temps, ce qui est facilité par leur propre immunité), elle ne peut pas être vaincue lorsque la maladie devient chronique. qui peut ultérieurement causer une cirrhose ou un cancer du foie. Cependant, la transition de l’hépatite C vers les maladies susmentionnées se produit également chez 15 à 20% des patients; le reste vit toute sa vie avec cette maladie, bien qu’elle contribue à la détérioration de l’état général du patient.

Note! Si, par exemple, il est possible de se défendre de l'hépatite A ou B en procédant à des vaccinations spéciales, l'infection par la souche C ne peut être évitée par de telles méthodes, car il n'existe pas de vaccin pour celle-ci.

En aucun cas, il n’est impossible d’ignorer la situation actuelle: lorsqu’une maladie est détectée, il est nécessaire de poursuivre son traitement, cela peut prendre beaucoup de temps et d’efforts. De plus, même en cas de rétablissement complet, il faut bien comprendre que le corps ne produit pas d'anticorps dirigés contre ce type de virus, car il est capable de muter et de changer rapidement, ce qui explique pourquoi le risque de réinfection est toujours présent.

Que faut-il retenir de chaque porteur de virus?

Compte tenu de tout ce qui précède, il convient de noter que même avec un flux lent, l'hépatite C est dangereuse pour le porteur, menaçant de vaincre le système immunitaire et de faire grève à tout moment.

Dans une certaine mesure, le virus du virus de l'hépatite rend le porteur dangereux pour autrui et ses proches. Il doit donc respecter des règles de prudence strictes, parmi lesquelles on distingue principalement les suivantes:

  • Lorsque vous arrivez à un rendez-vous avec un dentiste, un chirurgien, qui donne du sang pour analyse, etc., vous devriez toujours être averti de la présence d'hépatovirus dans votre corps.
  • Outre le premier point, il convient également de mentionner les visites de salons de tatouage. Warn a également besoin d'une manucure, d'un piercing;
  • Les accessoires de rasage et de manucure, les machines à épiler et même une brosse à dents doivent être strictement individuels et, s'il y a des enfants à la maison, ces articles d'hygiène personnelle doivent être cachés.
  • Les porteurs d'hépatite C doivent faire preuve d'une extrême prudence lorsqu'ils reçoivent des blessures ou même des égratignures, et la personne qui fournit les premiers soins doit porter des gants de caoutchouc pour ne pas être infectée par accident.
  • La transmission sexuelle du virus est rare, mais il est toujours préférable d'utiliser une contraception, en particulier des préservatifs, en particulier si vous allez au lit avec un partenaire sexuel non régulier.

Les mêmes règles s’appliquent à ceux qui ne souhaitent pas être infectés ou qui entrent souvent en contact avec son porteur. En les observant, même si vous vivez sous le même toit que le transporteur, vous ne pouvez jamais être infecté. Cela confirme encore une fois le fait que la maladie en discussion n'est pas une phrase, il est possible de vivre avec elle pleinement, avec bonheur pour toujours. L'hépatite virale C et le portage sont des conditions différentes.

Symptômes et diagnostics

Étant donné que l’hépatite C peut très bien se dissimuler sous une multitude de maladies, notamment extrahépatiques, il est souvent extrêmement difficile, voire impossible, de détecter ses symptômes, en particulier au stade aigu, qui passe souvent complètement inaperçu.

De plus, le port du virus de l'hépatite C peut ne rien produire du tout, mais certains signes de sa présence apparaissent de temps en temps, et pour suspecter que quelque chose ne va pas, vous devez faire attention aux symptômes suivants:

  • Fatigue systématique, faiblesse, malaise;
  • Fatigue fréquente et rapide;
  • Diminution des capacités mentales;
  • Manque d'appétit, nausée;
  • Jaunisse - jaunissement du blanc des yeux, de la peau, des muqueuses;
  • Manifestations fréquentes de douleurs articulaires;
  • Dans certains cas, une augmentation du foie est observée.

La détection d'un seul symptôme de la liste ci-dessus peut constituer un signal d'action, après quoi une personne doit être testée. En général, en l'absence d'une détérioration significative du bien-être, la maladie en discussion est rarement retrouvée, car ses symptômes sont souvent attribués à une gêne temporaire.

Méthodes de diagnostic de la maladie

Dans la plupart des cas, même avec des diagnostics dirigés, il est très difficile, voire impossible, de déterminer exactement combien de temps une personne est porteuse. Cependant, il est très important non seulement de connaître la présence de l'hépatite C dans le corps, mais également de s'assurer de ce fait pour commencer le traitement.

Pour identifier le virus dans le sang, il existe un certain nombre de mesures de diagnostic pour obtenir des résultats précis:

  • La réaction en chaîne de la polymérase (PCR) est un test sanguin spécifique grâce auquel, dans des conditions de laboratoire, l’ADN d’un virus peut être détecté en les isolant dans un biomatériau prélevé;
  • Diagnostic sérologique - permet de détecter la présence d’anticorps spécifiques ou spécifiques dans le sang;
  • Test hépatique - un autre test sanguin, qui permet d’identifier divers écarts dans sa composition chimique;
  • La biopsie du foie est une biopsie prélevée directement sur l'organe lui-même pour un examen cytologique et histologique plus approfondi.

Toutes ces manipulations nous permettent d’obtenir des données exhaustives, de déterminer avec précision la souche de l’hépatite et même son génotype. Bien entendu, le médecin ne peut confirmer ou infirmer la nécessité d’un traitement et choisir la méthode la plus efficace pour lutter contre la maladie.

Des événements similaires sont également organisés pour déterminer le succès du traitement.

Complications et conditions de leur développement

Même sous sa forme la plus lente, l’hépatite C affecte négativement l’état du foie humain, l’érode progressivement puis le détruit. En outre, cette maladie endommage le système immunitaire du corps, ce qui menace également diverses maladies de tiers. Si nous parlons des conséquences qu'un virus peut avoir, nous pouvons distinguer un certain nombre de complications graves provoquées par celui-ci:

  • Cancer et cirrhose du foie;
  • La fibrose;
  • Varices dans les organes internes;
  • Encéphalopathie hépatique;
  • Hypertension portale.

En plus de tout ce qui précède, les problèmes les plus graves peuvent survenir si l’hépatite C s’associe aux souches A ou B du virus. Cela menace de développer une hépatite dite sévère, au cours de laquelle la population de micro-organismes pathogènes augmente considérablement, en raison de laquelle une insuffisance hépatique se développe rapidement. Cela conduit à l'encéphalopathie mentionnée précédemment (ce qui signifie des modifications pathologiques graves dans le foie, suivies de troubles neuropsychiatriques). Dans de telles situations, le pourcentage de mortalité chez les patients augmente considérablement, quelle que soit la gravité de l'encéphalopathie.

Afin d'éviter l'addition d'hépatites de types A et B, des vaccins spéciaux sont administrés au porteur de la souche C. En cas d'infection du patient, celui-ci doit faire l'objet d'un traitement ciblé urgent et doit être placé sous surveillance médicale constante à l'hôpital.

Méthodes de traitement

Vous savez déjà ce qu'est l'hépatite C et comment cette maladie menace non seulement le porteur, mais également les personnes qui l'entourent. Pour cette raison, compte tenu de l'évolution défavorable possible de la maladie (évolution de la maladie, évolution vers une forme chronique ou aggravation de l'état du patient), des mesures de traitement appropriées peuvent être nécessaires.

Afin de vaincre la maladie ou de la remettre en rémission, les médecins appliquent une approche intégrée, qui comprend les méthodes suivantes:

  • Thérapie antivirale;
  • L'utilisation de médicaments ayant un effet bénéfique sur le foie et renforçant sa fonction;
  • Immunothérapie;
  • Régime d'épargne spécial;
  • Limitation de l'activité physique et long repos.

En raison du fait que l'hépatite est une maladie d'origine virale, la méthode de traitement vise principalement l'utilisation d'antiviraux (souvent en combinaison). Un traitement avec des médicaments similaires, leur fréquence et la durée de la consommation est prescrit par un médecin, il peut durer jusqu'à 10-12 mois. Pendant tout ce temps, en particulier les 20 à 60 premiers jours, en cas de changement de l'état de santé, vous devez consulter votre médecin, car des médicaments auxquels le corps n'est pas associé peuvent entraîner des effets indésirables.

Faites attention! Si le diagnostic n'a révélé aucune altération pathologique grave du foie et que le porteur de l'hépatite C ne menace pas pour le moment, le traitement n'est pas indiqué.

En tant que médicaments utilisés pour améliorer la fonction hépatique, les hépatoprotecteurs utilisés. Ils augmentent les propriétés protectrices de l'organe et sa résistance aux facteurs pathogènes, et ont également pour fonction de restaurer la structure des tissus et des cellules.

Sous le régime, on entend un rejet complet des mauvaises habitudes, en particulier de l’alcool. En ce qui concerne le régime, il n’existe pas de régime clair, mais il est vivement conseillé au patient de s’abstenir ou de réduire au minimum la consommation d’aliments gras, frits, fumés, épicés ainsi que excessivement salés et acides.

Pour résumer tout ce qui précède, il convient de noter que même s’il est impossible de guérir complètement l’hépatite C, en suivant les instructions du médecin et après avoir suivi un traitement complet, 97% des patients présentent une dynamique positive et la personne retrouve son état de vie normal. En outre, l'hépatite C n'est pas une phrase, de nombreux porteurs du virus vivent avec une vie longue et heureuse, vous ne devez donc pas désespérer.

Le transport de l'hépatite C: une maladie ou un état contagieux?

Le porteur de l'hépatite C est une personne dans le sang de laquelle il y a un virus, mais en même temps le tableau clinique de la maladie est effacé.

Est-il possible d'être infecté par un porteur de virus?

Les gens ont peur de contracter l'hépatite C, alors quand ils découvrent qu'une personne est porteuse de ce terrible virus, beaucoup ne savent pas s'il est transmis et comment se sauver.

  1. Avec contact sexuel.
  2. Pour les transfusions sanguines ou autres interventions médicales, si les outils sont mal traités. Cela se produit surtout chez les toxicomanes, qui ne respectent pas les règles de sécurité et utilisent une seringue sans la désinfecter.
  3. L'infection est possible avec des instruments mal traités lors du tatouage, du perçage, du maquillage en parchemin, de la manucure.
  4. Malheureusement, une mère avec un accouchement naturel peut également transmettre le virus de l'hépatite C à son bébé.
  5. À travers les coupures, les blessures.
  6. Le virus ne peut pas être un donneur.

Comment prévenir l'infection?

Il n'est pas nécessaire d'éviter le porteur du virus, le virus n'est pas transmis au quotidien. Mais vous devez faire attention et respecter les mesures de sécurité:

  1. Ne pas avoir de relations sexuelles avec des partenaires inconnus ou utiliser des préservatifs.
  2. N'utilisez pas de produits d'hygiène d'autres personnes.
  3. Assurez-vous que dans les centres médicaux, dentaires et de cosmétologie, le personnel désinfecte les instruments ou en utilise des à usage unique, et met également des gants de travail.
  4. Évitez tout contact avec les porteurs du virus si vous avez des plaies non cicatrisées, des coupures.

Comment diagnostiquer un porteur de virus?

Dans les six mois qui suivent sa maladie, le médecin peut déterminer quelle est la forme de la maladie, qu’elle soit aiguë ou chronique. Les symptômes de la pathologie progressent et se manifestent sous forme chronique. Un autre groupe de la maladie ne peut être déterminé par le médecin que lors du diagnostic. Cette échographie du foie, diagnostic histologique, sérologique, permettra d'identifier des anticorps spécifiques, un test sanguin. Les analyses peuvent être fausses, il est donc conseillé de les reprendre après un certain temps.

Si le patient présente un résultat positif pour les anticorps, le médecin lui prescrit des tests supplémentaires pour les anticorps anti-VHC et ARN-VHC. Ils peuvent être utilisés pour établir le statut de porteur du virus de l'hépatite C et le degré de progression de la maladie.

Le diagnostic de la PCR (réaction en chaîne de la polymérase) montrera si le virus de l'hépatite B se multiplie dans le corps du patient.

Comment traiter un porteur de l'hépatite?

Si le résultat est positif, mais que l'ADN de l'agent pathogène a été trouvé dans le sang, cela signifie que le virus n'est pas encore actif. Le patient doit mener une vie saine, ne pas boire, ne pas fumer, prendre soin de son foie, suivre un régime, refuser de faire de l'exercice. Le porteur du virus doit être examiné régulièrement. Si la maladie progresse et que le foie est touché, le médecin vous prescrit des médicaments antiviraux spéciaux.

Il est impossible de traiter un porteur de virus s’il souffre de diabète, de maladies pulmonaires, de pathologies cardiovasculaires, de problèmes de glande thyroïde et d’enfants de moins de trois ans. Le traitement de femmes enceintes avec des médicaments spécifiques peut entraîner des anomalies fœtales et même des mutations.

Vous pouvez essayer de protéger le foie avec l’aide de fitosborov, hépatoprotecteurs: ils contribueront à normaliser le foie, à rétablir les violations, à renforcer le système immunitaire et à améliorer l’état général du corps. Ils peuvent également être consommés par les femmes enceintes. Vous ne pouvez pas boire ces médicaments avec cholestase. Le plus souvent, la composition des hépatoprotecteurs comprend l'extrait de chardon-Marie, ainsi que la chélidoine, l'achillée millefeuille, la dymyanka. Les médicaments d'origine animale sont fabriqués à partir du foie de bétail, mais ils doivent être pris avec précaution, car ils sont allergènes. Vous ne pouvez pas vous soigner vous-même.

Le porteur du virus doit faire attention aux autres. Avertir dans les salons, les institutions médicales du transporteur, de ne pas devenir donneur, ne prenez pas les produits d'hygiène d'autres personnes blessures, coupures à désinfecter et couvrir avec du plâtre. Si le sang entre en contact avec les objets, ils doivent également être traités et désinfectés. Les choses qui ont du sang, il est préférable de faire bouillir ou de laver à haute température. Rappelez-vous de la sexualité sans risque: protégez-vous afin de ne pas infecter un être cher.

Même si vous êtes guéri du virus de l'hépatite C, vous devez vous rappeler que vous pouvez être infecté à nouveau. Si le virus de l'hépatite est présent dans l'organisme pendant longtemps, il affecte le foie, le détruit et affaiblit le système immunitaire. Vous devez immédiatement contacter votre médecin si vous pensez que quelque chose ne va pas ou si vous avez eu un contact avec le porteur du virus. Ne pas oublier la prévention de l'hépatite.

Qu'est-ce qui est dangereux pour une personne porteuse de l'hépatite C?

Porteur de l'hépatite C - qu'est-ce que cela signifie pour le patient? Le virus est un agent pathogène commun et dangereux qui peut causer de graves dommages à l'organisme, endommageant les cellules de l'organe et perturbant ses fonctions. Quelle est donc la différence entre un patient atteint d'hépatite C et un porteur de ce virus et que signifie pour un patient le fait de détecter l'agent pathogène dans son sang?

La spécificité de la maladie

L'hépatite C est une maladie infectieuse dont l'agent responsable affecte le foie et les cellules sanguines et se caractérise par une forte variabilité génétique. L'infection nécessite l'entrée de virions dans le sang. Avec le sang, l'agent pathogène pénètre dans les hépatocytes, où il se multiplie. De là, il retourne dans le sang et développe une virémie.

Il existe plus de 40 sous-espèces de ce virus. Cette caractéristique lui permet de "se cacher" du système immunitaire humain - pendant que la reconnaissance et la synthèse des anticorps contre la première génération du virus sont effectuées, la suivante avec des mutations antigéniques apparaît dans le sang. Peut-être une évolution aiguë et chronique de la maladie.

La forme aiguë de la maladie est souvent asymptomatique et se termine par une auto-guérison. Chez la moitié des patients infectés, la maladie devient chronique.

La forme chronique, caractérisée par l'état de porteur, affecte environ 70 millions de personnes dans le monde. Le principal danger du virus de l'hépatite C réside dans le développement éventuel d'une cirrhose ou d'un carcinome hépatocellulaire à la suite de lésions hépatiques, dont environ 300 000 personnes meurent chaque année.

L'hépatite C peut ne pas se manifester avant longtemps. Une condition dans laquelle le virus est déjà présent dans le sang, mais il n'y a toujours pas de symptômes de la maladie, est appelée le vecteur de l'agent pathogène. Le porteur du virus de l'hépatite C est assez long, la maladie est en rémission et est détectée assez tard.

Un patient épidémique est plus dangereux qu'un porteur. Le premier attribue une plus grande quantité de l'agent pathogène, mais le porteur de l'hépatite est une source d'infection. En outre, il existe une perception selon laquelle, chez les porteurs du virus, le parenchyme hépatique n’est pas endommagé. Mais les statistiques de biopsie d'hépatocytes montrent que 3% des patients sans tableau clinique de la maladie présentent de tels changements. Les hépatocytes sont endommagés non seulement à cause du virus, mais aussi à cause de l'activité du système immunitaire. Les propres lymphocytes détruisent les cellules hépatiques touchées.

Si l'immunité est suffisamment forte pour empêcher la multiplication de l'agent pathogène dans les hépatocytes, le patient devient porteur de l'hépatite C. Cette maladie peut durer des années et nécessite une surveillance médicale constante afin de retarder le plus possible l'évolution de la maladie et, si nécessaire, de commencer un traitement antiviral.

Les porteurs ne souffrent pas des symptômes cliniques de la maladie, mais étant une source d'infection, ils doivent veiller en permanence à la sécurité de leurs proches et, s'ils souhaitent devenir parents, aborder soigneusement la question de la planification familiale.

Comment se passe l'infection?

Le sang est la principale voie de transmission du virus de l'hépatite C, et seulement 10% d'entre eux sont infectés sexuellement. Le virus est très résistant dans l'environnement. Dans le matériel biologique séché, l'agent pathogène conserve son activité pendant au moins 15 heures et parfois plusieurs jours. Par conséquent, pour prévenir l’infection du patient environnant, ainsi que du porteur, vous devez suivre quelques règles simples:

  1. En cas de blessure de la peau avec dégagement de sang, toutes les surfaces contaminées possibles doivent être traitées avec un désinfectant et la plaie doit être fermée avec un pansement ou un pansement pour éviter de laisser l'infection à l'avenir.
  2. Les vêtements du transporteur, le linge de lit et les serviettes doivent être lavés à 600 ° C pendant au moins 30 minutes ou bouillis pendant 2 minutes. En outre, les vêtements et les draps doivent être repassés à la température la plus élevée possible.
  3. Il est nécessaire de stocker séparément les articles d’hygiène personnelle du support - brosse à dents, accessoires de rasage et de manucure, seringues, bijoux.
  4. Les porteurs du virus de l'hépatite C sont tenus d'avertir les agents de santé ou autres professionnels avant toute manipulation susceptible de provoquer un contact sanguin.
  5. Dans le cas de rapports sexuels en cas de transport, une méthode de contraception barrière doit être appliquée.
  6. Il est interdit à un patient ou à un porteur de l'infection de donner du sang.
  7. Toute la famille doit adhérer à un mode de vie sain afin de maintenir le système immunitaire en bon état. Car c’est elle qui protège le mieux le porteur de la progression de la maladie et sa famille de l’infection.

Vous pouvez être infecté non seulement à la maison, mais aussi à l'hôpital, dans un salon de tatouage ou un salon de beauté. Par conséquent, vous devez toujours faire attention aux règles d'assepsie et d'antisepsie dans les endroits où une blessure cutanée et le contact avec du sang sont possibles.

Le virus de l'hépatite C n'est pas transmis par voie aérienne ni par contact, c'est-à-dire par:

Pour la transmission, des particules de sang ou du sperme provenant d'une personne infectée sont nécessaires. Par conséquent, les porteurs et les patients atteints d'hépatite C ont le droit de vivre pleinement dans la société.

Transport et grossesse

La possibilité de tomber enceinte avec l'hépatite C dépend du stade et de la forme de la maladie. Dans le cas d'un porteur du virus et en l'absence de signes de lésion du parenchyme hépatique, une grossesse et un accouchement réussis sont tout à fait possibles. Il convient de rappeler que la grossesse entraîne des modifications hormonales et une immunité réduite, pouvant à leur tour exacerber la maladie ou provoquer la transition du stade porteur au stade de reproduction active de l'agent pathogène dans les cellules du parenchyme du foie. Par conséquent, si la porteuse est la future mère de l'enfant, elle a besoin d'un suivi médical constant de son état et d'examens réguliers.

Les complications graves de l'hépatite, telles que la cirrhose ou le cancer du foie, sont incompatibles avec la grossesse.

En ce qui concerne le risque d'infecter un enfant, dans 6% des cas, la grossesse se termine par une infection de l'embryon. En outre, le plus grand risque d'infection dans la phase active de la réplication du virus, contrairement au porteur, qui est presque sans danger pour le fœtus. Il est important de prévenir la primo-infection de la future mère et la transition du stade porteur au stade actif de la reproduction du virion.

Si la mère est porteuse du virus, le lait maternel devient dangereux pour le nouveau-né uniquement à la suite de lésions au mamelon. Les anticorps dirigés contre l’agent d’infection responsable dans le corps de l’enfant persistent pendant un an après la naissance. Par conséquent, les nouveau-nés dont les mères porteuses du virus sont sous le contrôle de maladies infectieuses.

Chez 5% des bébés nés d'une mère infectée, un virus est détecté dans le sang un an après la naissance. L'infection survient généralement lors du passage du canal de naissance. Il est impossible d'éliminer l'infection, bien qu'il y ait des opinions qu'une césarienne réduit le risque d'infection. Cependant, la probabilité d'infection est peu probable et la plupart des enfants naissent complètement exempts du virus.

Diagnostic de l'infection virale

Très souvent, la présence d'un virus dans le sang est diagnostiquée par hasard, par exemple lors d'un dépistage systématique pendant la grossesse ou d'un examen physique régulier. Dans le cas de la détection d’anticorps anti-virus dans le sang, un test répété est nécessaire pour éliminer les résultats faussement positifs. Un faux résultat négatif est également possible. Par conséquent, plusieurs tests de dépistage d'anticorps dirigés contre le virus sont effectués pendant la grossesse.

En cas de confirmation de la présence d'anticorps au moyen d'un dosage immunoenzymatique, effectuez des études supplémentaires pour déterminer le génotype de l'agent pathogène et clarifier le type de maladie. À cette fin, ils utilisent la méthode de détection des immunoglobulines spécifiques des classes IgM et IgG spécifiques des anticorps anti-VHC aux protéines du virus de l'hépatite C. La détection des anticorps totaux indique la présence d'un vecteur ou d'une maladie préalablement transférée.

La principale analyse permettant de confirmer la présence du virus de l'hépatite C est une réaction en chaîne de la polymérase pour la détection de l'ARN du virus et le fait de sa reproduction. Le matériel génétique de l'agent pathogène peut être détecté dans le sang veineux du patient dès 12 jours après l'infection, lorsque les anticorps sont encore absents et que les indicateurs biochimiques de l'activité des hépatocytes se situent dans la plage normale. Cette méthode de recherche vous permet de déterminer non seulement le type d'hépatite dont souffre un patient, mais également la quantité de virus présente dans son sang. Ces informations vous permettent de prédire l'évolution de l'infection, de déterminer si le stade porteur est passé dans la maladie ou d'évaluer l'efficacité du traitement antiviral.

Sur la base des résultats du diagnostic, une décision est prise quant à la nécessité d'un traitement. Si la réplication virale est dans la phase active, un traitement antiviral est prescrit au patient. Si la multiplication du virus ne se produit pas, le statut de porteur est attribué au patient. Dans ce cas, l’état du transporteur doit être surveillé en permanence pour ne pas rater le début de la réplication du virion.

Le début de la reproduction de l'agent pathogène est un signal pour le début du traitement. L'hépatite C est traitable dans 90% des cas signalés.

Transport du virus de l'hépatite C - un état ou une maladie?

L'expression "état de porteur de l'hépatite C" est souvent utilisée dans la littérature scientifique populaire et dans les ressources médicales sur Internet, mais en hépatologie moderne, elle n'a pas été utilisée comme terme scientifique depuis longtemps. Strictement parlant, le terme «état de support» désigne une telle interaction d'un agent pathogène pathogène avec l'organisme dans lequel il vit, dans laquelle le virus ne lui nuit pas, mais peut être transmis à d'autres. Dans ce cas, toutefois, il n’ya qu’une personne atteinte du virus de l’hépatite C (VHC), défini dans le sang, qui n’a pas de maladie du foie, c’est-à-dire de l’hépatite elle-même.

Mais ce n’est pas pour rien que les médecins disent que cette maladie ressemble à un iceberg: les deux tiers de celle-ci sont invisibles et un seul se tient au-dessus de la surface de l’eau. Une autre caractéristique est qu'il est imprévisible. Personne ne sait à quelle heure le virus, longtemps endormi dans le sang d'une personne infectée, va soudainement se réveiller, et comment exactement il va commencer à se manifester. Cela dépend de l’immunité d’une personne et d’autres maladies apparues avec l’âge, qui peuvent réduire ou casser ses défenses immunitaires.

Le transport comme forme de maladie


Mais le VHC «silencieux» n'affecte-t-il pas vraiment la santé de ceux qui l'ont attrapé, mais ne sont pas tombés malades? Des études menées par des médecins russes sur des personnes ayant reçu un diagnostic de «porteur de l'hépatite C» montrent que ce n'est pas le cas.

Près de 90% des 310 patients du groupe examiné ont examiné les modifications anormales du tissu hépatique en effectuant une biopsie du foie. Ils correspondaient au tableau de l'hépatite virale aiguë ou chronique asymptomatique. Des examens répétés tous les 15 à 20 ans ont révélé une hépatite chronique, sans exception.

C’est pourquoi la majorité des hépatologues considèrent l’infection par le virus de l’hépatite B non pas comme une affection particulière, mais comme une manifestation de la forme initiale de la maladie ou de l’hépatite chronique avec une activité minimale. Leur opinion est confirmée par le fait que de nombreux porteurs commencent tôt ou tard à présenter diverses maladies extrahépatiques causées par le virus, bien que tous les indicateurs hépatiques restent normaux pendant longtemps.

Par conséquent, même si la personne infectée ne présente aucun symptôme de dommages au foie, les médecins recommandent de commencer le traitement immédiatement après un test positif pour l'hépatite C. Si une personne soupçonne avoir pu être infectée, mais elle n'est pas sûre de cela, il doit être examiné.

Est-il possible de prévenir une maladie porteuse du virus de l'hépatite?

L'hépatite C diffère des autres espèces en ce sens qu'elle ne produit pas d'immunité: son virus mutant si rapidement que les anticorps produits chez une personne infectée et malade ne peuvent pas la protéger contre la récurrence de la maladie. Le corps ne le «reconnaît» tout simplement pas lorsque le virus pénètre dans le sang la prochaine fois.

Pour la même raison, les médecins n'ont jusqu'à présent pas réussi à fabriquer un vaccin pour cette forme d'hépatite: celle-ci devient trop rapidement impraticable. Il en va de même pour l'hépatite G, parfois appelée «frère cadet» de l'hépatite C.

La médecine moderne ne peut que retarder l'activation possible du virus chez l'hôte et chez un malade, supprimez-le pour qu'il n'affecte pas le foie et les autres organes internes. Pour ce faire, utilisez divers médicaments et actions systémiques (générales), ainsi que des médicaments antiviraux.

Aide à garder le virus sous contrôle et à accorder une attention accrue à l'immunité. Pendant le traitement, le patient reçoit divers immunomodulateurs, immunomodulateurs et autres médicaments pour maintenir les défenses de l'organisme. Après un traitement antiviral, il doit veiller à ne pas surcharger son système immunitaire.

Règles de conduite

Les médecins n'ont aucune expérience du suivi à long terme des personnes traitées pour l'hépatite C. Cela signifie que de bons tests après un traitement pour l'hépatite C ne garantissent pas qu'une personne malade ne puisse jamais infecter autrui. Par conséquent, même si l'ARN du VHC n'est pas détecté dans le sang et qu'il n'y a pas de charge virale, il est tôt pour poser le diagnostic et le patient doit faire preuve de prudence. Par exemple, recommandé

  • signaler la maladie au dentiste et au chirurgien lors de la préparation des opérations;
  • avertir avant de manucure, perçage, tatouage et dans d'autres situations similaires.

Pour les membres de la famille, la maladie de l'un d'entre eux signifie qu'ils doivent constamment se souvenir du risque d'infection et savoir comment prodiguer des soins médicaux appropriés au patient. Le virus est présent dans tous les liquides biologiques du corps - dans le sang, le sperme, la sueur, les larmes, mais le plus souvent, il est transmis par le sang. C’est pourquoi l’hépatite C s’appelait autrefois «post-transfusion», c’est-à-dire après la transfusion de sang infecté. Dans l’environnement domestique, l’infection se produit assez rarement, et seulement lorsqu’il ya contact «sang - sang»:

  • lors de l'utilisation d'outils de manucure courants. S’il ya une petite fille dans la maison et qu’un membre de la famille adulte souffre d’hépatite, elle ne doit pas laisser sa manucure bien en vue, afin que l’enfant, tout en jouant, ne prenne pas les «ciseaux de maman»;
  • lors de l'utilisation d'accessoires de rasage courants. Dans ce cas, il est préférable d’utiliser des machines non jetables, mais jetables;
  • lors du traitement des plaies, des coupures et même des écorchures. Personne ne peut affirmer avec confiance qu’il n’ya pas de microfissures sur sa main (par exemple, des ongles déchirés près du clou). Mais même une telle «ouverture» sera suffisante pour qu'un virus pénètre dans le sang d'une personne qui panse une coupure au porteur du virus de l'hépatite. Par conséquent, il a besoin de porter les premiers soins dans des gants en silicone, et si une tache de sang séchée reste sur le tissu, il est préférable de le congeler, pas avec les mains, mais dans une machine à laver;
  • sexuellement. Dans la famille, il est rare, et en utilisant un préservatif avec des relations sexuelles traditionnelles et surtout avec le sexe anal, vous pouvez absolument vous protéger de l’infection.

Les brosses à dents sont également dangereuses si le patient et la personne en bonne santé ont des gencives qui saignent ou des fissures aux coins de la bouche. Bien sûr, très peu de gens commenceront à utiliser la brosse à dents de quelqu'un d'autre, mais parfois les enfants le font, volontairement ou par erreur. Pour que le bébé ne soit pas dérouté, le porteur de l'hépatite doit tenir son pinceau à l'écart des autres et il est souhaitable que sa couleur soit différente.

Porteur de l'hépatite C

Une maladie aussi grave que l'hépatite est connue de presque toutes les personnes. La pathologie peut avoir une origine différente, mais les formes virales sont considérées comme les plus dangereuses pour les autres. Aujourd'hui, il existe sept types de la maladie, dont B et C sont classés comme hépatite sévère à évolution compliquée.

Dès que l'agent pathogène pénètre dans le sang, la personne devient porteuse de l'infection. Grâce aux diagnostics de laboratoire, l'infection peut être établie au stade préclinique, quand les symptômes de la maladie sont encore absents, et que le VHC circule déjà dans le corps. Depuis lors, le patient devient une menace pour les autres, car il est source de virus. Dans cet article, nous examinerons en détail ce que le porteur d’hépatite est dangereux et ce que tout cela signifie.

Selon l'activité du VHC, une personne peut être plus ou moins infectieuse. Dans la phase aiguë de la maladie, le risque de transmission d'agents pathogènes augmente plusieurs fois, car sa concentration dans le sang augmente considérablement. Lorsqu'un processus infectieux-inflammatoire est chronisé, le niveau de VHC est réduit, ce qui rend le patient moins dangereux pour les personnes en bonne santé.

Hépatite C

Si une personne ne présente aucun symptôme clinique de la maladie mais que le VHC est enregistré dans le sang, il est considéré comme le vecteur du virus. En d'autres termes, les agents pathogènes sont dans un état de "sommeil".

Ceci est observé pendant la période d'incubation, ainsi que pendant la chronisation du processus pathologique. Leur concentration dans le sang ne suffit pas à aggraver la maladie et l'apparition d'un complexe symptomatique, mais en même temps, il suffit d'infecter une personne en bonne santé.

Le porteur du virus de l'hépatite C est considéré comme particulièrement dangereux, car il peut ignorer sa maladie et, en même temps, continuer à infecter d'autres personnes. Souvent, la pathologie est sujette à une chronisation prédisposée par l'absence de signes cliniques, ainsi qu'à un appel tardif à un spécialiste. Ainsi, sans traitement spécifique, une personne reste porteuse du virus jusqu'à la fin de sa vie et constitue une source d'infection.

Comment un porteur de l'hépatite C peut-il infecter?

Une personne infectée par l'hépatite peut vivre longtemps sans connaître la maladie. En transmettant l'agent pathogène à un agent en bonne santé, la période d'incubation de ce dernier commence et les symptômes devraient apparaître dans un proche avenir. Il devient également porteur du virus. Parmi les moyens de transférer un agent pathogène, vous devez mettre en évidence:

  • infection par injection. Ce groupe comprend les toxicomanes par injection, ainsi que les personnes pour qui des séances fréquentes d'hémodialyse et de transfusions sanguines (transfusions sanguines) sont essentielles. Si le porteur infectieux est en contact étroit avec le patient ou le matériel biologique, si les mesures préventives ne sont pas suivies, il peut infecter une personne en bonne santé;
  • salons de beauté. Si les instruments contaminés par le sang du patient ne sont pas correctement nettoyés, les visiteurs ultérieurs courent un risque élevé d’être infectés au cours d’une manucure, d’un tatouage ou d’un perçage corporel;
  • La même chose est observée dans les cabinets dentaires et autres institutions médicales. Une stérilisation inadéquate des instruments chirurgicaux utilisés entraîne l’infection des patients;
  • hémocontact. En cas de combat en cas de lésion de la peau, le sang du porteur de l’infection peut pénétrer dans la surface blessée d’un participant en bonne santé au conflit;
  • traiteur Le risque d'infection chez les serveurs et les vendeurs est minime, ce qui n'est pas le cas des cuisiniers. Lorsque son sang pénètre dans les aliments pendant la cuisson, des agents pathogènes pénètrent chez une personne en bonne santé, ce qui est extrêmement dangereux.
  • dans la vie quotidienne, si les précautions ne sont pas observées. Notez que lorsqu’on se serre la main et partage des aliments du même plat, l’infection ne se produit pas. L'infection peut être transmise par des articles d'hygiène (ciseaux, rasoirs) sur lesquels le sang du patient reste;
  • avec intimité. La concentration maximale d'agents pathogènes se trouve dans le sang, mais les sécrétions de sperme et vaginales ont également suffisamment d'infection pour être infectées. Le risque de transmission du virus augmente pendant les relations sexuelles anales, lorsque la membrane muqueuse est blessée et que le sang entre en contact.

Le virus porteur est-il une maladie?

Selon les résultats de nombreuses études, la présence de l'agent pathogène dans le sang est considérée comme une forme cachée de la maladie. Même en l'absence de symptômes cliniques de l'hépatite en cours de diagnostic, ont révélé des modifications du foie, caractéristiques de la maladie. Les résultats d'études répétées avec une pause de 10 ans ont été décevants, car l'hépatite chronique a été confirmée chez les infectés.

À cet égard, les hépatologues sont convaincus que le portage est une forme particulière de la maladie et nécessite un traitement étiotropique.

Malgré l'activité minimale du virus, le patient est toujours contagieux et doit suivre un traitement antiviral complet.

La pénétration de l'infection dans le corps ne s'accompagne pas seulement de dommages au foie. Il arrive que les indicateurs de son fonctionnement restent dans la plage normale, alors que la personne souffre de manifestations extrahépatiques.

Il est important de se souvenir de la capacité des agents pathogènes de l'hépatite C à subir des mutations. En raison de la variabilité, ils parviennent à s'échapper facilement de la frappe immunitaire. Une fois que l'infection a pénétré dans l'organisme, la production d'anticorps commence et, lors de la transformation du virus, elle ne peut pas l'inactiver.

En raison de la mutation rapide d'agents pathogènes, il n'a pas encore été possible de développer une vaccination spécifique contre "C". Seul un traitement médicamenteux peut arrêter la multiplication des infections et la progression de la maladie. Dans de rares cas, il est possible de guérir complètement l'hépatite. Ainsi, une personne se débarrasse du virus et récupère.

Processus de diagnostic

Il est extrêmement difficile de détecter une infection au stade initial, car une personne ne ressent aucun changement dans son état général et ne se hâte donc pas de consulter un médecin. Ce n'est que par des études de laboratoire régulières que nous pouvons détecter le virus rapidement et prendre des mesures pour prévenir l'infection de notre entourage.

À cette fin, les personnes à risque doivent se soumettre à des examens médicaux annuels, au cours desquels on recherche dans le sang la présence d'anticorps dirigés contre l'agent pathogène. Cela vaut pour les homosexuels, les ambulanciers paramédicaux, les employés d'internats, le personnel militaire, ainsi que pour les personnes qui reçoivent souvent des transfusions sanguines (transfusions sanguines) et une hémodialyse.

Le virus de l'hépatite C peut être détecté par:

  1. méthode immunologique au cours de laquelle des anticorps anti-virus sont détectés;
  2. réaction en chaîne de la polymérase - permet d’identifier le matériel génétique de l’agent pathogène, à savoir l’ARN.

Si des anticorps anti-VHC sont détectés au cours du processus de diagnostic, cela peut indiquer un contact avec une infection détruite par le système immunitaire humain. À cet égard, un examen plus approfondi par PCR est nécessaire.

Après avoir confirmé le fait qu’il est porteur du virus, le médecin détermine les tactiques de traitement ultérieures. Il comprend généralement des médicaments antiviraux agissant directement sur l'agent pathogène.

De plus, un traitement symptomatique est prescrit. Il consiste en:

  1. hépatoprotecteurs - nécessaires pour protéger et restaurer la structure des hépatocytes (cellules du foie);
  2. les médicaments qui affectent le niveau de défense immunitaire du corps;
  3. vitamines (A, C, E, groupe B);
  4. médicaments cholérétiques - prescrits pour prévenir la cholestase (stagnation de la bile);
  5. enzyme signifie - vous permet de normaliser le processus de digestion.

Tout au long du traitement, une surveillance régulière en laboratoire est nécessaire. Cela vous permet d'évaluer la dynamique et d'effectuer une thérapie de correction. À l'aide de méthodes instrumentales, il est possible de surveiller l'état des organes internes, en particulier du foie.

Prévention des infections

Les précautions s’appliquent tant au porteur du virus qu’à son entourage:

  • Dans la vie quotidienne (vivant avec un virus porteur), il est nécessaire de se rappeler le risque d'infection par le biais de produits d'hygiène. Si du sang reste sur eux, un utilisateur en bonne santé de ces accessoires peut être infecté. À cet égard, le patient doit avoir des ciseaux à ongles, un rasoir, une brosse à dents et une serviette séparés. Les objets souillés doivent être bouillis quelques minutes ou lavés une demi-heure à 60 degrés. Les articles contaminés doivent être traités avec un antiseptique.
  • en cas de traumatisme cutané, un traitement soigneux de la surface de la plaie avec un antiseptique et sa fermeture avec un scellement au plâtre ou au doigt sont nécessaires;
  • visiter des salons de beauté réputés, où un strict contrôle de la stérilité des instruments est exercé;
  • l'intimité doit être protégée, c'est-à-dire utiliser un préservatif. En outre, il est recommandé de refuser les relations sexuelles pendant la menstruation, car une infection de la membrane muqueuse endommagée peut survenir au partenaire;
  • le porteur du virus, avant le début de la manipulation, doit avertir les ambulanciers paramédicaux et les employés des salons de cosmétologie de leur maladie (qui est extrêmement rare à notre époque), ainsi que refuser le don.

Les services publics jouent un rôle important, notamment en contrôlant la mise en œuvre des exigences sanitaires et épidémiologiques. Les donneurs doivent procéder à un examen attentif, car le risque d'infection d'un patient nécessitant une transfusion sanguine est, dans ce cas, maximal.

Bien sûr, beaucoup dépend du porteur du virus lui-même. Il peut être malade pendant longtemps et ne pas être au courant de l'hépatite, ignorant même les symptômes évidents de la pathologie. Dans le même temps, le patient lui-même oublie souvent le respect des règles de prévention pour la prévention de l'infection des personnes en bonne santé. Chacun de nous doit être prudent et prendre soin de lui-même, car il n’est pas toujours juste de s’appuyer sur la responsabilité et la décence des porteurs du virus.

Est-il possible de guérir l'hépatite C sans effets secondaires?

Aujourd'hui, les médicaments modernes de nouvelle génération, le sofosbuvir et le daclatasvir, vont probablement guérir l'hépatite C entre 97 et 100% des cas. Vous pouvez obtenir les derniers médicaments en Russie auprès du représentant officiel du géant pharmaceutique indien Zydus Heptiza. Les médicaments commandés seront livrés par courrier dans les 4 jours, le paiement à la réception. Obtenez une consultation gratuite sur l'utilisation de médicaments modernes, ainsi que des informations sur les moyens d'acquérir, vous pouvez sur le site officiel du fournisseur Zydus en Russie.

Le porteur du virus de l'hépatite C, B: ce que cela signifie et quel est le danger.

Le porteur de l'hépatite C est une personne dans le sang de laquelle le virus a été détecté en effectuant une analyse de laboratoire du sang. Ce virus se multiplie, circule dans les tissus et est éliminé dans l'environnement externe. Les patients infectés par l'hépatite C active ainsi que les patients latents (sans signe de manifestation) peuvent être à l'origine de l'infection, ce qui signifie que l'absence de symptômes ne peut garantir l'absence de la maladie. Le porteur du virus de l'hépatite C pendant longtemps ne ressent aucune gêne, mais peut infecter les personnes qui l'entourent.

Selon les statistiques, environ 150 millions de personnes vivant sur la planète sont infectées par le virus de l'hépatite C. Chaque année, environ 350 000 personnes meurent des suites de complications causées par cette maladie et environ 4 millions de personnes sont infectées par le virus de l'hépatite C. les indicateurs sont en croissance.

L'hépatite C est une maladie virale qui affecte le foie et, si elle n'est pas traitée, entraîne des conséquences irréversibles et fatales. L'infection par ce virus est possible par voie sexuelle, mais surtout par le sang du porteur du virus.

Voies d'infection

Aujourd'hui, il existe 6 types d'hépatite virale - A, B, C, D, E, G, qui ont deux mécanismes d'infection. Les mécanismes de l'hépatite A et E se rapportent au mécanisme entéral (par la bouche), qui se transmet par l'eau infectée par le virus, les mains sales et les légumes non lavés.

Les autres virus de l'hépatite, en particulier l'hépatite C, peuvent être infectés des manières suivantes:

  • par transfusion de sang contaminé provenant d'un donneur;
  • lors de l'injection de seringues non stériles ou déjà utilisées;
  • lors de procédures dans des salons de manucure et de tatouage sans respect des règles de traitement des outils de travail;
  • lors de la visite d'un dentiste, chirurgien;
  • avec des relations sexuelles non protégées;
  • de la mère à l'enfant (pendant le travail).

Le caractère insidieux de la maladie réside dans le fait que pendant longtemps le porteur du virus de l’hépatite C n’est même pas au courant de son infection, ce qui entraîne par la suite une évolution chronique de la maladie.

L'évolution de la maladie et ses symptômes

La période d'incubation après une infection par l'hépatite C dure de 2 semaines à six mois. Dans la plupart des cas, la maladie depuis plusieurs années peut ne pas donner de symptômes caractéristiques. En cas d'apparition aiguë de la maladie, la période d'incubation est d'environ 3 semaines avec les symptômes suivants: douleurs musculaires et articulaires, toux, nez qui coule, mal de gorge, faiblesse générale, fatigue accrue, perte d'appétit, nausées, vomissements.

En même temps, la jaunisse, symptôme, n’est pas très caractéristique. Dans la phase suivante, la sclérotique des yeux et de la gorge devient jaune, puis la peau, les maux d'estomac, le noircissement de l'urine, des douleurs dans l'hypochondre droit, une décoloration des matières fécales, preuve de l'obstruction des voies biliaires. Avec le début de la période ictérique, il devient plus facile pour le patient, puisque la plupart des symptômes précédents disparaissent. Le diagnostic de la phase aiguë de l'hépatite C est le plus souvent accidentel. Après la phase aiguë de la maladie, le rétablissement peut survenir, mais dans 80% des cas, la maladie devient chronique. Les signes caractéristiques de l'hépatite chronique sont une fatigue élevée, accompagnée d'une faiblesse et d'une somnolence pendant le jour avec une insomnie naissante la nuit, un manque d'appétit, des ballonnements, des nausées et des vomissements.

L'hépatite C chronique non traitée peut entraîner une cirrhose et un cancer du foie.

Traitement de la maladie

Si les symptômes ci-dessus apparaissent, ainsi que si un virus est suspecté d'infection, vous devez contacter immédiatement un médecin spécialiste des maladies infectieuses, un gastro-entérologue ou un hépatologue pour examiner et prescrire un test sanguin clinique de recherche de la présence du virus.

La méthode de traitement de l'hépatite C dépend de la gravité et de la forme de la maladie et repose sur un traitement antiviral combiné. En cas de complications graves, le patient peut nécessiter une hospitalisation. Le traitement du virus de l'hépatite C avec détection précoce avant l'apparition de modifications pathologiques du foie est difficile, mais réel, alors que la cirrhose n'est plus traitable. La durée du traitement antiviral combiné est généralement comprise entre 16 et 72 semaines et dépend du génotype du virus de l'hépatite C, de la modification des paramètres sanguins au cours d'analyses répétées et des caractéristiques individuelles du patient.

Le traitement est considéré comme efficace en cas de rémission biochimique persistante.

En thérapie, on utilise 2 antiviraux, qui sont le plus souvent associés: l'interféron alpha et la ribavirine. L'interféron alpha est une protéine synthétisée par l'organisme en présence d'une infection virale. Il est important que l'automédication puisse être dangereuse pour la santé, elle devrait donc avoir lieu exclusivement sous contrôle médical.

Comment agir si un virus est trouvé?

La maladie au moment opportun et l'utilisation d'un traitement approprié aideront à guérir avec un degré de probabilité élevé. La première chose à faire est de renoncer à l'alcool et aux médicaments qui ont un effet négatif sur le foie. Le patient doit abandonner l'effort physique accru et se reposer davantage.

N'oubliez pas la sécurité des autres: vous ne pouvez pas permettre à d'autres personnes d'utiliser des articles d'hygiène personnelle, des accessoires de manucure. En cas de coupure, appliquez immédiatement un bandage ou un patch. Si le sang du patient pénètre à la surface, traitez-le immédiatement avec des désinfectants contenant du chlore et lavez les vêtements pendant 30 minutes à 60 ° C.

Différences entre l'hépatite C et l'hépatite B

Bien que les méthodes d’infection par les deux virus de l’hépatite soient similaires, elles restent différentes et se manifestent différemment dans le corps humain.

Le porteur du virus de l'hépatite B ainsi que le porteur du virus de l'hépatite C peuvent infecter d'autres personnes par le biais de procédures de transfusion sanguine, de coupures, de plaies ou de contacts sexuels.

Le virus de l'hépatite B est invulnérable aux effets chimiques et physiques. À basse température, le virus peut rester viable pendant des décennies et à la température ambiante jusqu'à 4 mois. Temps d'ébullition pour la destruction du virus - au moins 30 minutes. Il n'est pas soumis à l'action des désinfectants. Au contraire, le virus de l'hépatite C dans l'environnement est instable.

Le virus de l'hépatite C subit une mutation constante, respectivement, les vaccins ne sont pas efficaces, une fois cette maladie infectée, il peut être réinfecté. La vaccination contre l'hépatite B est une méthode efficace de prévention de la maladie.

Avec des symptômes similaires, les virus ont des effets différents sur le foie. Le virus de l'hépatite B, qui s'infiltre dans le sang, pénètre dans le foie mais ne viole pas les cellules du foie. Avec une bonne immunité, le porteur de l'hépatite B ne souffre pas de la maladie, car après sa guérison, il reçoit une forte immunité contre la maladie. Il convient de noter que dans 5 à 10% des cas, l’état porteur de l’hépatite B se produit. En cas de faible immunité, le virus est présent dans les cellules hépatiques pendant des décennies, devenant chronique et l’état porteur de l’hépatite B dure toute la vie.

Le virus de l'hépatite C, pénétrant dans le foie, l'infecte. Constamment muté, le corps ne peut pas lutter indépendamment. Le virus vit dans le corps depuis longtemps, affaiblissant le système immunitaire et détruisant le foie.

Ainsi, le risque d'infection par l'hépatite est assez élevé et les symptômes de la phase aiguë de la maladie ressemblent beaucoup aux symptômes de l'IVRI. Par conséquent, ne changez pas votre état de santé avec insouciance. Si vous présentez ces symptômes, vous devez immédiatement consulter un médecin. Identifié dans les premiers stades de la maladie est traitable. Il convient de prendre soin de l'immunité, car lorsqu'elle est affaiblie, la maladie attaque. L'exercice modéré, l'observance du sommeil et du repos, le rejet des mauvaises habitudes, le contrôle de la température, une nutrition adéquate accumulent une grande partie du corps.

Ne pas oublier la prévention de l'hépatite: ne pas utiliser d'articles d'hygiène personnelle ni d'autres accessoires de manucure, vérifier auprès des dentistes et des chirurgiens la stérilité des instruments, rendre visite aux manucures travaillant avec des outils et des gants jetables, lors de rapports sexuels avec des partenaires occasionnels.

Sources supplémentaires

Hépatite virale. Épidémiologie de l'hépatite parentérale, risque d'infection professionnelle / bénéfice, Saint-Pétersbourg: TEZA, 1998.

HCV chronique et transplantation hépatique / GI Storozhakov, I.T. Nikitin, I.T. Fedorov // Ros. journaux Gastro-entérologie, hépatologie et coloproctologie. 2003, T. 13, №3


Articles Connexes Hépatite