Foie humain

Share Tweet Pin it

Le foie humain se réfère à des organes internes non appariés, il est situé dans la cavité abdominale, a une structure glandulaire. Le foie est la plus grande glande, a une masse de 1,5 à 2 kg.
Le foie dans la masse se trouve sous le diaphragme à droite. Sa surface, qui fait face au dôme du diaphragme, est convexe, c'est-à-dire qui lui correspond par la forme, d'où son nom de diaphragmatique.
Le dessous de l'orgue est concave. Trois rainures le long de la surface inférieure le divisent en quatre lobes. Dans l'une des rainures se trouve un paquet rond. Partie postérieure diaphragmatique légèrement arquée.

Le foie est attaché au diaphragme au moyen du ligament en croissant avec sa surface convexe, ainsi qu’à l’aide du ligament coronaire. En plus de l'appareil ligamentaire, le petit omentum, la veine cave inférieure et une partie de l'intestin avec l'estomac, situés en dessous, participent au maintien de l'organe.


L'organe est divisé en deux moitiés à l'aide du ligament faucille. La partie droite est située sous le dôme du diaphragme et s'appelle le lobe droit, la partie gauche est la plus petite partie du foie.
Il est caractéristique que sa surface interne soit inégale, il a plusieurs impressions causées par l'ajustement d'autres organes et structures. Une impression rénale se forme à partir du rein droit, le duodénum provoque l’apparition d’une indentation intestinale duodénale, le côté droit de l’indentation est situé et la glande surrénale de droite est la glande surrénale.

La surface inférieure du corps est divisée par trois sillons en plusieurs parties:

  1. Retour On l'appelle aussi la queue.
  2. Devant ou carré.
  3. À gauche.
  4. Droit

La seule rainure transversale sur la surface inférieure du foie est l'emplacement des portes du foie. Ils comprennent le canal biliaire commun, la veine porte, les nerfs et l'artère hépatique. Et la vésicule biliaire est située dans la rainure longitudinale droite.

La structure du foie humain peut être visualisée à partir de différentes positions: anatomique, chirurgicale.
Le foie humain, comme tous les organes glandulaires, a sa propre unité structurelle. Ce sont des lobules. Ils sont formés par l'accumulation d'hépatocytes - cellules hépatiques. Les hépatocytes sont disposés dans un ordre spécifique, autour de la veine centralisée, formant des rangées radiales de faisceaux. Entre les rangées se trouvent les vaisseaux veineux et artériels interlobulaires. En fait, ces vaisseaux sont des capillaires du système de la veine porte et de l'artère hépatique. Ces capillaires recueillent le sang dans les vaisseaux veineux centraux des lobules et, à leur tour, dans les veines collectrices. Les veines collectives acheminent le sang vers les réseaux veineux hépatiques, puis vers le système de la veine cave inférieure.

Entre les hépatocytes des lobules se trouvent non seulement les vaisseaux, mais aussi les sillons hépatiques. Ensuite, ils vont au-delà des limites des lobules, se connectant dans les canaux interlobulaires, à partir desquels sont formés les canaux hépatiques (droit et gauche). Ces derniers collectent et transportent la bile dans le canal hépatique commun.

Le foie a une membrane fibreuse et en dessous une membrane plus fine est séreuse. La membrane séreuse située à l'emplacement de la porte pénètre dans son parenchyme et se poursuit ensuite sous la forme de minces couches de tissu conjonctif. Ces couches sont entourées de lobules hépatiques.
Les capillaires hépatiques des lobules contiennent des cellules étoilées dont les propriétés ressemblent à celles des phagocytes, ainsi que des endothéliocytes.

Appareil à ligament

Sur la surface inférieure du diaphragme, il y a une feuille de péritoine qui passe doucement à la surface diaphragmatique de l'organe. Cette partie du péritoine forme le ligament coronaire dont les bords ressemblent à des plaques triangulaires. Ils sont donc appelés ligaments triangulaires.
Sur la surface viscérale, les ligaments proviennent de la muqueuse jusqu'aux organes adjacents: le ligament hépatique-rénal, les ligaments gastrique et duodénal.

Division segmentaire

L'étude d'une telle structure a acquis une grande importance dans le cadre du développement de la chirurgie et de l'hépatologie. Cela a changé l'idée habituelle de sa structure lobulée.
Le foie humain a cinq systèmes de tubes dans sa structure:

  1. réseaux artériels;
  2. les canaux biliaires;
  3. système de veine de portail, ou portail;
  4. système caval (vaisseaux veineux hépatiques);
  5. réseau de vaisseaux lymphatiques.

Tous les systèmes, à l'exception du portail et de la cavale, coïncident et vont à côté des branches de la veine du portail.
En conséquence, ils donnent naissance à des faisceaux de sécrétions vasculaires, reliés par des branches nerveuses.


Un segment fait partie de son parenchyme, qui ressemble à une pyramide et est adjacent à la triade hépatique. Une triade est la combinaison d’une branche du deuxième ordre de la veine porte, d’une branche de l’artère hépatique, de la branche correspondante du conduit hépatique.

Les segments sont comptés dans le sens anti-horaire à partir du sillon de la veine cave:

  1. Le premier, ou segment caudé, qui correspond au lobe du même nom.
  2. Segment de lobe gauche, postérieur. Situé dans la part du même nom, dans sa partie arrière.
  3. Le troisième segment ou segment avant du lobe gauche.
  4. Segment carré du lobe gauche.
  5. Du lobe droit se trouvent les segments suivants: haut avant, milieu.
  6. La sixième est la partie inférieure antérieure antérieure.
  7. Septième - latéral inférieur arrière.
  8. Huitième - milieu supérieur.

Les segments sont regroupés autour des portes du foie le long du rayon, formant des zones (également appelées secteurs). Ce sont des parties séparées du corps.

  1. Monosegmental - latéral, situé à gauche.
  2. Ambulancier gauche. Formé par 3 et 4 segments.
  3. Ambulancier à droite. Formé 5 et 8 segments.
  4. Le secteur latéral à droite est formé de 6 et 7 segments.
  5. Gauche, formée uniquement par 1 segment, située dorsalement.
  6. Une telle structure segmentaire se forme déjà chez le fœtus et, au moment de la naissance, elle est clairement exprimée.

Fonctions

On peut parler de la signification de ce corps pendant longtemps. Le foie affecte le corps humain est multiple, remplissant de nombreuses fonctions.
Tout d’abord, vous devez en parler comme de la glande participant à la digestion. Son principal secret est la bile, pénétrant dans la cavité du duodénum.
En outre, tout le monde connaît un autre rôle de cette glande: la participation à la neutralisation des toxines et des produits de la digestion provenant de l'extérieur. C'est une fonction barrière. Comme mentionné ci-dessus, les vaisseaux du parenchyme contiennent des cellules étoilées et des cellules endothéliales, qui agissent comme des macrophages, capturant toutes les particules nocives entrées dans le sang.
Au cours de la période de développement de l'embryon, la fonction hématopoïétique est réalisée par les hépatocytes. Par conséquent, il est particulier d’exercer des fonctions digestives, barrières, hématopoïétiques, métaboliques et bien d’autres:

  1. Neutralisation Les hépatocytes, dans leur vie entière, neutralisent un grand nombre de xénobiotiques, c'est-à-dire des substances toxiques provenant de l'environnement extérieur. Ceux-ci peuvent être des poisons, des allergènes, des toxines. Ils se transforment en composés plus inoffensifs et sont facilement excrétés du corps humain sans avoir d'effet toxique.
  2. En cours de vie, le corps produit une quantité énorme de substances et de composés susceptibles d’être éliminés. Ce sont des vitamines, des médiateurs, des hormones en excès et des substances analogues aux hormones, des produits intermédiaires et finaux du métabolisme, qui ont un effet toxique. Ce sont le phénol, l'acétone, l'ammoniac, l'éthanol, les acides cétoniques.
  3. Participe à fournir au corps des produits pour la vie et la production d'énergie. Tout d’abord, c’est le glucose. Les hépatocytes convertissent divers composés de nature organique en glucose (acide lactique, acides aminés, glycérine, acides gras libres).
  4. Régulation du métabolisme des glucides. Dans les hépatocytes, le glycogène s'accumule, ce qui permet une mobilisation rapide, fournissant à la personne l'énergie manquante.
  5. Les hépatocytes sont un dépôt non seulement pour le glycogène et le glucose, mais également pour un grand nombre de vitamines et de minéraux. Les réserves les plus importantes sont en vitamine liposoluble. A et D, et B soluble dans l'eau 12. Les minéraux s'accumulent sous forme de cations (cobalt, fer, cuivre). Le fer est directement impliqué dans le métabolisme des vitamines A, B, C, E, D, acide folique, PP, K.
  6. Dans la période embryonnaire humaine et chez le nouveau-né, les hépatocytes sont impliqués dans le processus de formation du sang. En particulier, ils synthétisent un grand nombre de protéines plasmatiques (protéines de transport, alpha et bêta-globulines, albumine, protéines qui assurent le processus de coagulation et d'anticoagulation du sang). Par conséquent, le foie peut être appelé l'un des organes importants de l'hémopoïèse dans la période prénatale.
  7. Implication et régulation du métabolisme lipidique. Dans les hépatocytes, le glycérol et ses esters, les lipoprotéines, les phospholipides sont synthétisés.
  8. Participation à l'échange de pigment. Ceci s'applique à la production de bilirubine et d'acides biliaires, à la synthèse de la bile.
  9. Lors d’un choc ou après la perte d’une partie importante du sang, le foie d’une personne est approvisionné en sang car il s’agit d’un dépôt d’un volume spécifique. La propre circulation sanguine est réduite, assurant la restauration du BCC.
  10. Un certain nombre d'hormones et d'enzymes synthétisées par les cellules du foie participent activement à la digestion du chyme dans les sections initiales de l'intestin.

Dimensions normales et variées

La taille du foie peut donner beaucoup d'informations et un diagnostic préliminaire pour un spécialiste.
La masse du foie atteint 1,5-2 kg, longueur de 25 à 30 cm.
Le bord inférieur du lobe droit est projeté approximativement le long du bord inférieur de l’arc costal à droite, ne dépasse que de 1,5 cm le long de la ligne médio-claviculaire et de 6 cm le long de la ligne médiane.
L'abaissement du bord inférieur au-dessous de la norme est autorisé dans l'asthme, les maladies pulmonaires obstructives chroniques, la pleurésie avec épanchement massif.

Ses limites sont élevées lorsque la pression intra-abdominale augmente ou lorsque la pression intrathoracique diminue. Cela peut être après la résection d'une partie du poumon ou pendant la flatulence.


Le lobe droit dans sa taille verticale le long de la broche ne dépasse pas 15 cm, la hauteur peut varier de 8,5 à 12,5 cm, le lobe gauche en hauteur ne dépasse pas 10 cm, le lobe droit dans la coupe antéro-postérieure de 11 à 12,5 cm, et à gauche - jusqu'à 8 cm.
On observe une augmentation de la taille d'une personne lorsque la circulation sanguine est insuffisante, lorsque le sang se déplace lentement dans les vaisseaux, stagne dans un grand cercle de circulation sanguine. Par conséquent, l'organe gonfle et grossit.

Une autre raison peut être une inflammation de nature différente: toxique (alcool), viral. L'inflammation est toujours accompagnée d'un œdème, suivi de changements structurels.

L’hépatose graisseuse associée à l’accumulation de graisse en excès dans les hépatocytes se traduit par un changement significatif de la taille normale.

Les déséquilibres peuvent être causés par une accumulation de maladies à caractère héréditaire (hémochromatose et glycogénose).

Des symptômes inverses sont observés dans la cirrhose et la dystrophie toxique du parenchyme. La dystrophie toxique s'accompagne d'une nécrose cellulaire massive et d'une augmentation du nombre de défaillances d'organes. Les raisons en sont diverses: hépatite virale, intoxication à l'alcool éthylique, poisons ayant des effets hépatotropes (par exemple, d'origine végétale: champignons, aflatoxines, héliotrope, crotalaria), ainsi que des composés industriels (nitroso, amino, naphtalène, insecticides); certains médicaments: sympathomimétiques, sulfamides, médicaments contre la tuberculose, halothane, chloroforme.
La taille du foie est réduite et avec la cirrhose, c'est la deuxième cause la plus probable. Ses causes sont également l'hépatite virale et l'alcoolisme. Plus rarement, il est causé par des maladies parasitaires, des toxines industrielles, des médicaments à usage prolongé. C'est aux dernières étapes que l'organe est considérablement réduit et ne remplit presque pas ses fonctions.

Foie humain

STRUCTURE DU FOIE

Le foie humain est situé sous le diaphragme, occupe les régions sous-costale, épigastrique et droite de la partie sous-costale gauche.

Le foie humain a une texture douce, mais une structure dense due à la gaine de tissu conjonctif qui le recouvre, appelée capsule de Glisson, et à une multitude de partitions de tissu conjonctif pénétrant profondément dans l'organe.

À l'extérieur, l'orgue est entouré par le péritoine, à l'exception d'une petite zone distincte à l'arrière, serrée jusqu'au diaphragme. Dans les articulations du péritoine avec les plis du corps se forment, jouant le rôle de ligaments. Les ligaments du foie humain assurent la fixation, principalement au diaphragme, tandis que certains permettent la communication avec les organes adjacents et la paroi abdominale antérieure. Le plus grand d'entre eux est l'organe diviseur en forme de croissant situé dans le plan sagittal et se divise en deux lobes plus grands - le droit et le gauche. La localisation du foie chez l'homme est stable grâce à ces ligaments de soutien.

Dans l’anatomie du foie humain, les surfaces inférieure (viscérale, légèrement concave) et supérieure (diaphragmatique, convexe), on distingue deux bords, trois rainures.

Une mention spéciale mérite la surface inférieure. Les sillons situés à cet endroit divisent le lobe droit en plus du caudé et du carré. Dans les sillons sagittaux se trouvent la vésicule biliaire (à droite) et un ligament rond (partie antérieure de la gauche). Dans la gorge transversale (relie le sagittal) est la structure la plus importante - la porte du foie.

L'anatomie de la structure du foie humain est telle que tous ses éléments (vaisseaux, conduits, segments) sont reliés à des structures similaires voisines et subissent des transformations radiales: les plus petites se fondent, se fondent en de plus grandes, et au contraire, les plus grandes sont divisées en de plus petites.

Ainsi, les plus petits éléments structurels et fonctionnels du foie - les lobules du foie - sont combinés les uns aux autres pour former des segments (8), puis des secteurs (5) et, par conséquent, deux parts principales.

Les lobules hépatiques sont divisés par des septa du tissu conjonctif, des vaisseaux y transitant et le canal biliaire, appelé interlobulaire. Le lobule prismatique contient un groupe de cellules hépatiques (hépatocytes), qui sont simultanément les parois des plus petits canaux biliaires, des capillaires et de la veine centrale. Dans les lobules se produit comme la formation de la bile et l'échange de nutriments.

La formation ultérieure du tractus biliaire se fait selon le même principe ascendant: les rainures passent dans les canaux interlobulaires, desquels sont formés les hépatiques gauche et droit, sont combinées en un hépatique commun. Après être sorti par les portes du foie, celui-ci se connecte au conduit de la vésicule biliaire et le canal biliaire commun ainsi formé entre dans le duodénum.

L'anatomie humaine et l'emplacement du foie interagissent de telle sorte que, normalement, l'organe ne dépasse pas l'arcade costale, adjacents à des organes tels que l'œsophage (section abdominale), l'aorte, 10 à 11 vertèbres thoraciques, le rein droit avec la glande surrénale, l'estomac, le côté droit du côlon, la partie supérieure du duodénum.

L'irrigation sanguine du foie dans l'anatomie humaine présente certaines particularités. La majeure partie du sang pénétrant dans l'organe est la veine de la veine porte (environ les 2/3 de la circulation sanguine), la partie la plus petite étant le sang artériel délivré par l'artère hépatique commune (branche de l'aorte abdominale). Une telle distribution du flux sanguin contribue à la neutralisation rapide des toxines provenant du reste des organes non appariés de la cavité abdominale (la sortie du sang qui en provient s'effectue dans le système de la veine porte).

Les vaisseaux sanguins entrant dans le foie subissent la division traditionnelle par descente. À l'intérieur du lobule hépatique, du sang artériel et veineux est présent en raison d'une combinaison de capillaires artériels et veineux, qui finissent par s'écouler dans la veine centrale. Ces derniers quittent les lobules hépatiques et forment éventuellement 2 à 3 veines hépatiques communes s’écoulant dans la veine cave inférieure.

Une caractéristique distinctive des vaisseaux veineux du foie dans l'anatomie est également la présence de nombreuses anastomoses entre la veine porte et les organes adjacents: œsophage, estomac, paroi antérieure de l'abdomen, veines hémorroïdaires, veine cave inférieure. L'apport sanguin veineux au foie chez l'homme est tel que lors de la congestion veineuse dans le système de la veine porte, la sortie à travers les collatérales est activée, ce qui entraîne un certain nombre de manifestations cliniques.

FONCTIONS DU FOIE

La fonction principale du foie dans le corps humain est la détoxification (neutralisation). Mais les autres fonctions sont importantes car elles affectent le travail de presque tous les organes et de l'organisme dans son ensemble.

Caractéristiques principales:

  • désintoxication: les substances entrant dans le sang de l'intestin (après la digestion des aliments) et d'autres organes de la cavité abdominale, ainsi que de l'environnement extérieur, sont toxiques et les hépatocytes utilisant un certain nombre de réactions biochimiques les transforment en produits finaux de faible toxicité pour le corps (urée, créatinine) ), il se produit également la désactivation d’un certain nombre d’hormones et de substances biologiquement actives;
  • digestif - la dégradation des graisses par la production de bile;
  • métabolique: le foie est impliqué dans tous les types de métabolisme;
  • excréteur (excréteur) - la production de bile et sa sécrétion, en raison desquelles on élimine également un certain nombre de produits métaboliques (la bilirubine et ses dérivés, l'excès de cholestérol);
  • immunisé;
  • hémodynamique: filtration à travers la veine porte du sang provenant des organes abdominaux, jusqu'à 700 ml de sang qui est prélevé dans la circulation sanguine (pour la perte de sang et d'autres situations critiques, il pénètre dans la circulation sanguine).

Caractéristiques de la participation aux processus d'échange:

Métabolisme glucidique: maintien d'un taux de glucose sanguin constant en raison de son accumulation dans le foie sous forme de glycogène. Violation de cette fonction - hypoglycémie, coma hypoglycémique.

Métabolisme des graisses: division des graisses par la bile dans les aliments, formation et métabolisme du cholestérol, acides biliaires.

Métabolisme des protéines: d’une part, dans le foie, on assiste à la dégradation et à la transformation des acides aminés, à la synthèse de nouveaux et de leurs dérivés. Par exemple, les protéines impliquées dans les réactions immunitaires, la formation de caillots sanguins et les processus de coagulation sanguine (héparine, prothrombine, fibrinogène) sont synthétisées. D'autre part, les produits finaux du métabolisme des protéines se forment avec leur détoxification et leur élimination (ammoniac, urée, acide urique). La conséquence de ces troubles est le syndrome hémorragique (saignement), l'œdème (en raison d'une diminution de la concentration de protéines dans le plasma, sa pression oncotique augmente).

Métabolisme pigmentaire: synthèse de la bilirubine à partir d'érythrocytes hémolysés ayant servi leur temps, transformation de cette bilirubine et excrétion de la bile. La bilirubine, formée immédiatement après la destruction des globules rouges, est appelée indirecte ou libre. Il est toxique pour le cerveau et, dans les hépatocytes, après avoir été associé à l'acide glucuronique, il pénètre dans la bile et est appelé direct. Les problèmes de métabolisme des pigments se manifestent par la jaunisse, des modifications de la couleur des matières fécales et une intoxication.

L'échange de vitamines, micro-éléments: le foie accumule de la vitamine B12, des micro-éléments (fer, zinc, cuivre), la formation de formes de vitamines biologiquement actives à partir de leurs prédécesseurs (par exemple, B1), ainsi que la synthèse de certaines protéines à fonction spécifique (transport).

MALADIES DU FOIE

La physiologie du foie est telle que chacune des fonctions énumérées ci-dessus correspond à une multitude de maladies, à la fois congénitales et acquises. Ils surviennent dans les formes aiguës, subaiguës, chroniques, se manifestant par un certain nombre de symptômes communs.

Selon l'étiologie, on distingue ces groupes de maladies:

  • Infectieux-inflammatoires (étiologie virale, bactérienne) - il s’agit d’hépatite, de cholangite, d’abcès.
  • Parasite.
  • Toxique.
  • Les tumeurs.
  • Métabolique: la plupart des maladies de ce groupe sont congénitales et sont causées par une anomalie génétique, par exemple une diminution de l'activité d'une enzyme impliquée dans certaines réactions biochimiques. Ceux-ci incluent la dystrophie adipeuse, la bilirubinémie, la glycogénose, la dystrophie hépatocérébrale et autres;
  • Anomalies du développement (le foie lui-même, le système biliaire, les vaisseaux impliqués dans l'irrigation sanguine).

De nombreuses maladies entraînent l'apparition d'une insuffisance hépatocellulaire, la cirrhose.

Les principaux symptômes de la maladie du foie:

  • jaunisse, c'est-à-dire jaunisse de la peau et des muqueuses visibles. Cela peut être dû à une destruction accrue (hémolyse) des érythrocytes (hémolytique), à ​​des troubles de l'écoulement biliaire (mécaniques ou obstructifs), à une perturbation directe des processus de conversion de la bilirubine dans les hépatocytes eux-mêmes (parenchyme);
  • douleur: localisée dans l'hypochondre droit, généralement une sensation de lourdeur ou une douleur douloureuse non intensive;
  • asthénie (faiblesse générale, fatigue);
  • symptômes dyspeptiques (goût amer dans la bouche, nausées, vomissements, flatulences);
  • décoloration des matières fécales, urine rouge;
  • manifestations cutanées: prurit, peau sèche, varicosités, pigmentation des plis physiologiques, rougeur de la peau des paumes (érythème palmaire ou "paumes du foie"), xanthomes (phoques sous-cutanés recouverts d'une peau jaunâtre);
  • ascite (la présence de liquide libre dans la cavité abdominale);
  • Odeur "hépatique" de la bouche: conséquence de violations du métabolisme des protéines (neutralisation de ses produits finis).

Les maladies et les conditions pathologiques les plus courantes:

  • Hépatites virales A, B, C. L'agent viral affecte directement les hépatocytes. L'hépatite de type A survient le plus facilement, les enfants sont plus souvent malades, ils se transmettent par voie fécale-orale. L'hépatite virale se manifeste par un ictère, symptôme d'intoxication. Les sous-types B et C conduisent souvent à une insuffisance hépatique due à une cirrhose, la méthode d'infection étant parentérale (par le sang et d'autres liquides organiques).
  • Hépatites graisseuses (dégénérescence graisseuse) - Dans les hépatocytes, les graisses (triglycérides) s'accumulent de manière excessive (dépassant souvent la norme), le processus étant focal ou diffus.
  • La cirrhose est un processus chronique de nature inflammatoire ou dégénérative, se traduisant par une fibrose et une restructuration de la structure normale de l'organe.
  • Insuffisance hépatocellulaire. Conséquence de la défaite d’un nombre important d’hépatocytes par divers agents pathogènes (substances toxiques, toxines, alcool, certains médicaments, virus de l’hépatite). Dans le même temps, toutes les fonctions de l'organe souffrent, le syndrome d'insuffisance hépatocérébrale se joint - maux de tête, troubles du sommeil, troubles psycho-émotionnels avec altération de la conscience et développement du coma hépatique.
  • Ascite Accumulation de fluide libre (transsudat) dans la cavité abdominale. La conséquence de l'hypertension portale et d'un certain nombre de maladies non liées au foie. Un compagnon fréquent d'ascite d'origine hépatique saigne des varices de l'œsophage, de l'expansion des veines sous-cutanées de la paroi abdominale ("la tête de la méduse").

Si vous avez des problèmes de foie, vous pouvez être aidé par:

  • gastroentérologue;
  • hépatologue - spécialiste des maladies du foie;
  • un chirurgien;
  • oncologue;
  • transplantologue;
  • maladies infectieuses

Le fonctionnement normal de tout l'organisme dépend du fonctionnement normal du foie et, inversement, des dysfonctionnements d'autres systèmes et organes, l'influence de facteurs exogènes (infections, toxines, nutrition) peuvent entraîner des problèmes hépatiques. Vous devez donc être attentif à votre corps dans son ensemble, rester en bonne santé mode de vie et en temps opportun demander de l'aide médicale.

Vous avez trouvé une erreur? Sélectionnez-le et appuyez sur Ctrl + Entrée

Combien de foie une personne a-t-elle?

Le foie est l'un des principaux organes du corps humain. L'interaction avec l'environnement externe est assurée avec la participation du système nerveux, du système respiratoire, du tractus gastro-intestinal, des systèmes cardiovasculaire, endocrinien et du système des organes en mouvement.

Une variété de processus se produisant dans le corps est due au métabolisme ou au métabolisme. Les systèmes nerveux, endocrinien, vasculaire et digestif sont particulièrement importants pour le bon fonctionnement du corps. Dans le système digestif, le foie occupe l’une des positions dominantes et remplit les fonctions de centre de traitement chimique, de formation (synthèse) de nouvelles substances, de centre de neutralisation de substances toxiques (nocives) et de l’organe endocrinien.

Le foie participe aux processus de synthèse et de décomposition des substances, aux interconversions d'une substance en une autre, à l'échange des composants principaux du corps, à savoir le métabolisme des protéines, des graisses et des glucides (sucres), et est un organe à activité endocrinienne. Nous notons en particulier que le foie se décompose, synthétise et dépose des glucides et des graisses, décompose les protéines en ammoniaque, synthétise des gemmes (base de l'hémoglobine), synthétise de nombreuses protéines sanguines et un métabolisme intensif en acides aminés.

Les composants alimentaires préparés lors des étapes de traitement précédentes sont absorbés dans le sang et distribués principalement au foie. Il convient de noter que si des substances toxiques pénètrent dans les composants alimentaires, elles entrent également dans le foie. Le foie est la plus grande usine de traitement chimique primaire du corps humain, où se déroulent des processus métaboliques qui affectent tout le corps.

Fonction hépatique

1. Les fonctions de barrière (de protection) et de neutralisation consistent en la destruction de produits toxiques du métabolisme des protéines et de substances nocives absorbées dans l'intestin.

2. Le foie est la glande digestive qui produit la bile qui entre dans le duodénum par le canal excréteur.

3. Participation à tous les types de métabolisme dans le corps.

Considérez le rôle du foie dans les processus métaboliques du corps.

1. Métabolisme des acides aminés (protéines). Synthèse d'albumine et de partiellement des globulines (protéines sanguines). Parmi les substances qui passent du foie dans le sang, en premier lieu en raison de leur importance pour le corps, vous pouvez ajouter des protéines. Le foie est le site principal de la formation d'un certain nombre de protéines sanguines, fournissant une réaction complexe de coagulation du sang.

Un certain nombre de protéines synthétisées dans le foie sont impliquées dans les processus d'inflammation et de transport de substances dans le sang. C'est pourquoi l'état du foie affecte de manière significative l'état du système de coagulation du sang, la réponse du corps à tout effet, accompagnée d'une réaction inflammatoire.

Par le biais de la synthèse de protéines, le foie participe activement aux réactions immunologiques du corps, qui sont à la base de la protection du corps humain contre l'action de facteurs infectieux ou d'autres facteurs immunologiquement actifs. De plus, le processus de protection immunologique de la muqueuse gastro-intestinale comprend l’atteinte directe du foie.

Des complexes protéiques se forment dans le foie avec des lipides (lipoprotéines), des glucides (glycoprotéines) et des complexes vecteurs (transporteurs) de certaines substances (par exemple, la transferrine de fer).

Dans le foie, les produits de dégradation des protéines entrant dans l'intestin avec de la nourriture sont utilisés pour synthétiser de nouvelles protéines dont le corps a besoin. Ce processus s'appelle la transamination des acides aminés et les enzymes impliquées dans le métabolisme sont appelées transaminases.

2. Participation à la décomposition des protéines en leurs produits finaux, à savoir l’ammoniac et l’urée. L'ammoniac est un produit permanent de la dégradation des protéines, tout en étant toxique pour le système nerveux. systèmes de substances. Le foie fournit un processus constant de conversion de l'ammoniac en une substance peu toxique, l'urée, cette dernière étant excrétée par les reins.

Lorsque la capacité du foie à neutraliser l'ammoniac diminue, son accumulation dans le sang et le système nerveux se produit. Elle s'accompagne de troubles mentaux et se termine par un arrêt complet du système nerveux - le coma. Ainsi, nous pouvons affirmer sans crainte que l’état du cerveau humain est fortement dépendant du travail correct et complet de son foie;

3. Échange de lipides (graisses). Les plus importants sont les processus de scission des graisses en triglycérides, la formation d’acides gras, le glycérol, le cholestérol, les acides biliaires, etc. Dans ce cas, les acides gras à chaîne courte se forment exclusivement dans le foie. De tels acides gras sont nécessaires au travail complet des muscles squelettiques et du muscle cardiaque en tant que source d'obtention d'une proportion importante d'énergie.

Ces mêmes acides sont utilisés pour générer de la chaleur dans le corps. Le cholestérol est synthétisé dans le foie à 80-90%. D'une part, le cholestérol est une substance nécessaire à l'organisme, d'autre part, le cholestérol en violation de son transport se dépose dans les vaisseaux et provoque le développement de l'athérosclérose. Tout cela permet de tracer le lien entre le foie et le développement de maladies du système vasculaire;

4. Métabolisme des glucides. Synthèse et décomposition du glycogène, conversion du galactose et du fructose en glucose, oxydation du glucose, etc.

5. Participation à l'assimilation, au stockage et à la formation de vitamines, notamment de A, D, E et du groupe B;

6. Participation au métabolisme du fer, du cuivre, du cobalt et d'autres oligo-éléments nécessaires à la formation du sang;

7. Implication du foie dans l'élimination des substances toxiques. Les substances toxiques (en particulier celles de l’extérieur) sont soumises à une distribution inégale dans le corps. Une étape importante de leur neutralisation est l'étape de modification de leurs propriétés (transformation). La transformation conduit à la formation de composés ayant une capacité toxique moindre ou supérieure à celle de la substance toxique ingérée dans le corps.

Élimination

1. Échange de bilirubine. La bilirubine est souvent formée à partir des produits de dégradation de l'hémoglobine libérée par le vieillissement des globules rouges. Chaque jour, 1 à 1,5% des globules rouges sont détruits dans le corps humain, et environ 20% de la bilirubine est produite dans les cellules du foie;

Une perturbation du métabolisme de la bilirubine entraîne une augmentation de son contenu dans le sang - une hyperbilirubinémie, qui se manifeste par un ictère;

2. Participation aux processus de coagulation du sang. Les cellules du foie produisent des substances nécessaires à la coagulation du sang (prothrombine, fibrinogène), ainsi qu'un certain nombre de substances qui ralentissent ce processus (héparine, antiplasmin).

Le foie est situé sous le diaphragme, dans la partie supérieure droite de la cavité abdominale. Normalement, il n'est pas palpable chez l'adulte, car il est recouvert de côtes. Mais chez les petits enfants, il peut dépasser sous les côtes. Le foie a deux lobes: droit (grand) et gauche (plus petit) et recouvert d'une capsule.

La surface supérieure du foie est convexe et la partie inférieure légèrement concave. Sur la face inférieure, au centre, se trouvent des portes particulières du foie à travers lesquelles passent les vaisseaux, les nerfs et les voies biliaires. Dans la cavité sous le lobe droit se trouve la vésicule biliaire, qui stocke la bile, produite par les cellules du foie, appelées hépatocytes. Par jour, le foie produit de 500 à 1200 millilitres de bile. La bile se forme continuellement et son entrée dans l'intestin est associée à la prise de nourriture.

La bile

La bile est un liquide jaune composé d’eau, de pigments et d’acides biliaires, de cholestérol et de sels minéraux. Par le canal biliaire commun, il est sécrété dans le duodénum.

La libération de bilirubine par le foie via la bile assure l'élimination du sang toxique pour le corps, résultant de la dégradation naturelle constante de l'hémoglobine (la protéine des globules rouges). Pour les violations sur. À n'importe quel stade de l'extraction de la bilirubine (dans le foie même ou la sécrétion biliaire le long des canaux hépatiques), la bilirubine s'accumule dans le sang et les tissus, ce qui se manifeste sous la forme d'une peau et d'une sclérotique jaunes, c'est-à-dire du développement d'un ictère.

Acides biliaires (cholates)

Les acides biliaires (cholates), associés à d'autres substances, assurent un métabolisme stationnaire du cholestérol et son excrétion dans la bile, tandis que le cholestérol dans la bile est dissous ou plutôt enfermé dans de minuscules particules assurant l'excrétion du cholestérol. Des perturbations dans le métabolisme des acides biliaires et d'autres composants qui assurent l'élimination du cholestérol s'accompagnent de la précipitation de cristaux de cholestérol dans la bile et de la formation de calculs biliaires.

Le maintien d'un échange stable d'acides biliaires implique non seulement le foie, mais également l'intestin. Dans les parties droites du gros intestin, les cholates sont réabsorbés dans le sang, ce qui assure la circulation des acides biliaires dans le corps humain. Le réservoir principal de la bile est la vésicule biliaire.

La vésicule biliaire

Lorsque les violations de ses fonctions sont également des violations marquées de la sécrétion de la bile et des acides biliaires, ce qui est un autre facteur contribuant à la formation de calculs biliaires. Dans le même temps, les substances de la bile sont nécessaires à la digestion complète des graisses et des vitamines liposolubles.

En cas de manque prolongé d'acides biliaires et de certaines substances biliaires, il se forme un manque de vitamines (hypovitaminose). L'accumulation excessive d'acides biliaires dans le sang en violation de leur excrétion avec la bile est accompagnée de démangeaisons douloureuses de la peau et de modifications du pouls.

Une caractéristique du foie est qu’il reçoit le sang veineux des organes abdominaux (estomac, pancréas, intestins, etc.) qui, agissant par la veine porte, est débarrassé des substances nocives par les cellules du foie et pénètre dans la veine cave inférieure. le coeur Tous les autres organes du corps humain ne reçoivent que du sang artériel et veineux.

L'article utilise des matériaux de sources ouvertes: Auteur: Trofimov S. - Livre: "Maladies du foie"

Enquête:

Si vous trouvez une erreur, sélectionnez le fragment de texte et appuyez sur Ctrl + Entrée.

Partager la publication "Fonctions du foie dans le corps humain"

Il est important de comprendre que le foie n'a pas de terminaison nerveuse et qu'il ne peut donc pas être blessé. Cependant, la douleur dans le foie peut parler de son dysfonctionnement. Après tout, même si le foie lui-même ne fait pas mal, les organes sont autour,

Foie humain. Anatomie, structure et fonction du foie dans le corps

Il est important de comprendre que le foie n'a pas de terminaison nerveuse et qu'il ne peut donc pas être blessé. Cependant, la douleur dans le foie peut parler de son dysfonctionnement. Après tout, même si le foie lui-même ne fait pas mal, les organes autour, par exemple, avec son augmentation ou son dysfonctionnement (accumulation de bile) peuvent faire mal.

En cas de symptômes de douleur dans le foie, de gêne, il est nécessaire de traiter son diagnostic, de consulter un médecin et, sur prescription d'un médecin, d'utiliser des hépatoprotecteurs.

Regardons de plus près la structure du foie.

Hepar (traduit du grec signifie "Foie") est un organe glandulaire volumineux dont la masse atteint environ 1 500 g.

Tout d'abord, le foie est une glande qui produit la bile, qui pénètre ensuite dans le duodénum par le canal excréteur.

Dans notre corps, le foie remplit de nombreuses fonctions. Les principaux sont: métabolique, responsable du métabolisme, barrière, excréteur.

Fonction barrière: responsable de la neutralisation dans le foie des produits toxiques du métabolisme des protéines qui entrent dans le foie par le sang. De plus, l'endothélium des capillaires hépatiques et les réticuloendothéliocytes étoilés possèdent des propriétés phagocytaires, qui aident à neutraliser les substances absorbées dans l'intestin.

Le foie est impliqué dans tous les types de métabolisme; en particulier, les glucides absorbés par la muqueuse intestinale sont convertis dans le foie en glycogène (glycogène «dépôt»).

En plus de tout autre foie, la fonction hormonale est également attribuée.

Chez les petits enfants et pour les embryons, la fonction de formation du sang (production d'érythrocytes) fonctionne.

En termes simples, notre foie a la capacité de circulation sanguine, de digestion et de métabolisme de différentes espèces, y compris hormonale.

Pour maintenir les fonctions du foie, il est nécessaire d’adhérer au bon régime alimentaire (par exemple, tableau numéro 5). En cas de dysfonctionnement d'un organe, il est recommandé d'utiliser des hépatoprotecteurs (sur prescription d'un médecin).

Le foie lui-même est situé juste en dessous du diaphragme, à droite, dans la partie supérieure de la cavité abdominale.

Seule une petite partie du foie vient à gauche chez l'adulte. Chez les nouveau-nés, le foie occupe une grande partie de la cavité abdominale ou 1/20 de la masse de tout le corps (chez un adulte, le rapport est d'environ 1/50).

Considérez l'emplacement du foie par rapport aux autres organes:

Dans le foie, il est habituel de distinguer 2 bords et 2 surfaces.

La surface supérieure du foie est convexe par rapport à la forme concave du diaphragme, à laquelle il est adjacent.

La surface inférieure du foie, tournée vers le bas et le dos, présente des empreintes des viscères abdominaux adjacents.

La surface supérieure est séparée du fond par un bord inférieur net, margo inférieur.

L’autre extrémité du foie, la partie supérieure au contraire, est si émoussée qu’elle est considérée comme la surface du foie.

Dans la structure du foie, il est habituel de distinguer deux lobes: le droit (grand), lobus hepatis dexter, et le plus petit gauche, lobus hepatis sinister.

Sur la surface diaphragmatique, ces deux lobes sont divisés par le croissant-lig. falciforme hepatis.

Dans le bord libre de ce ligament se trouve un cordon fibreux dense - le ligament circulaire du foie, lig. teres hepatis, qui s’étend du nombril, l’ombilic, est une veine ombilicale envahissante, v. ombilicalis.

Le ligament rond se plie sur le bord inférieur du foie, formant un filet, incisura ligamenti teretis, et repose sur la surface viscérale du foie dans le sillon longitudinal gauche qui, à cette surface, constitue la limite entre les lobes droit et gauche du foie.

Le ligament rond est occupé par la partie antérieure de ce sillon - fissiira ligamenti teretis; la partie postérieure du sillon contient un prolongement du ligament circulaire sous la forme d'un mince cordon fibreux - un canal veineux envahi par la végétation, le canal veineux, qui a fonctionné pendant la période embryonnaire de la vie; Cette section du sillon s'appelle fissura ligamenti venosi.

Le lobe droit du foie à la surface viscérale est subdivisé en lobes secondaires par deux sillons ou dépressions. L'un d'entre eux est parallèle au sillon longitudinal gauche et dans la partie antérieure où se trouve la vésicule biliaire, vesica fellea, est appelée fossa vesicae felleae; sillon postérieur, plus profond, contenant la veine cave inférieure, v. le cava inférieur et s'appelle sulcus venae cavae.

Fossa vesicae felleae et sulcus venae cavae sont séparés l'un de l'autre par un isthme relativement étroit du tissu hépatique, appelé processus caudé, processus caudatus.

Le sillon transversal profond reliant les extrémités postérieures du fissurae ligamenti teretis et des fossae vesicae felleae est appelé les portes du foie, porta hepatis. À travers eux, entrez a. hepatica et v. portae avec les nerfs et les vaisseaux lymphatiques et le conduit interne hepaticus communis, transportant la bile hors du foie.

La partie du lobe droit du foie, délimitée par la porte du foie, des côtés - la fosse de la vésicule biliaire à droite et la fente du ligament rond à gauche est appelée lobe carré, lobus quadratus. La région postérieure de la porte du foie entre la fissura ligamenti venosi à gauche et le sulcus venae cavae à droite constitue le lobe caudé, lobus caudatus.

Les organes en contact avec les surfaces du foie forment des dépressions, les empreintes appelées organes de contact.

Le foie est recouvert du péritoine dans la plus grande partie de son étendue, à l'exception d'une partie de sa surface postérieure, où le foie est directement adjacent au diaphragme.

La structure du foie Sous la membrane séreuse du foie se trouve une fine membrane fibreuse, la tunica fibrosa. C'est dans la région de la porte du foie, avec les vaisseaux, qui pénètre dans la substance du foie et continue dans les couches minces de tissu conjonctif entourant les lobules du foie, lobuli hepatis.

Chez l'homme, les lobules sont faiblement séparés les uns des autres et chez certains animaux, par exemple chez le porc, les couches de tissu conjonctif entre les lobules sont plus prononcées. Les cellules hépatiques dans les lobules sont regroupées sous la forme de plaques qui sont situées radialement de la partie axiale des lobules à la périphérie.

À l'intérieur des lobules de la paroi des capillaires hépatiques, outre les endothéliocytes, se trouvent des cellules étoilées dotées de propriétés phagocytaires. Les lobules sont entourés de veines interlobulaires, veines interlobulaires, qui sont des branches de la veine porte, et de branches artérielles interlobulaires, artères interlobulaires (de A. Hepatica propria).

Les voies biliaires, ductuli biliferi, se trouvent entre les cellules du foie, qui forment les lobules du foie, situées entre les surfaces de contact des deux cellules du foie. À la sortie des lobules, ils s’écoulent dans des canaux interlobulaires, ductuli interlobulares. De chaque lobe du canal excréteur du foie.

À partir de la confluence des canaux droit et gauche, un canal hepaticus communis se forme, qui extrait la bile du foie, le bilis et quitte les portes du foie.

Le canal hépatique commun est composé le plus souvent de deux canaux, mais parfois de trois, quatre et même de cinq.

La topographie du foie. Le foie est projeté sur la paroi abdominale antérieure de l'épigastre. Les limites du foie, supérieure et inférieure, projetées sur la surface antérolatérale du corps, convergent l'une vers l'autre en deux points: droit et gauche.

La limite supérieure du foie commence dans le dixième espace intercostal à droite, le long de la ligne médiane axillaire. De là, la projection du diaphragme, auquel le foie est adjacent, monte brusquement vers le haut et médialement et atteint le quatrième espace intercostal le long de la ligne du mamelon droit; de là, le bord du creux tombe à gauche, traverse le sternum légèrement au-dessus de la base du processus xiphoïde et, dans le cinquième espace intercostal, atteint la distance médiane entre les lignes du sternum gauche et du mamelon gauche.

La frontière inférieure, partant du même endroit dans le dixième espace intercostal que la frontière supérieure, part d’ici obliquement et médialement, traverse les cartilages côtiers IX et X à droite, traverse l’épigastre à gauche et monte, traverse l’arc costal au niveau VII du cartilage costal gauche et dans le cinquième espace intercostal se connecte avec la limite supérieure.

Faisceaux du foie. Les ligaments du foie sont formés par le péritoine, qui passe de la surface inférieure du diaphragme au foie, à sa surface diaphragmatique, où il forme le ligament coronaire du foie, lig. coronarium hepatis. Les bords de ce ligament ont la forme de plaques triangulaires, appelées ligaments triangulaires, ligg. triangulare dextrum et sinistrum. De la surface viscérale des ligaments du foie partent vers les organes les plus proches: vers le rein droit - lig. hepatorenale, à la moindre courbure de l'estomac - lig. hepatogastricum et au duodénum - lig. hepatoduodenale.

La nutrition du foie est due à: a. hepatica propria, mais dans un quart des cas de l'artère gastrique gauche. Les caractéristiques des vaisseaux du foie sont que, outre le sang artériel, il reçoit également du sang veineux. Par la porte, la substance du foie entre dans un. hepatica propria et v. portae. Entrer dans les portes du foie, v. portae, qui transporte le sang d'organes abdominaux non appariés, se divise en deux branches minces, situées entre les lobules, vv. interlobulares. Ces derniers sont accompagnés de aa. interlobulares (branches a. hepatica propia) et ductuli interlobulares.

Dans la substance des lobules du foie, des réseaux capillaires sont formés à partir des artères et des veines, à partir desquelles tout le sang est collecté dans les veines centrales - vv. centrales. Vv. Les centrales, sortant des lobules du foie, s’écoulent dans les veines collectives qui, se connectant progressivement les unes aux autres, forment les vv. hépatique. Les veines hépatiques ont des sphincters à la confluence des veines centrales. Vv. 3-4 grandes hépatiques et plusieurs petites hépatiques quittent le foie sur la surface arrière et tombent dans v. cava inférieur.

Ainsi, dans le foie, il existe deux systèmes de veine:

  1. portail formé par les branches v. portae, à travers lequel le sang pénètre dans le foie par sa porte,
  2. caval représentant la totalité vv. hepaticae transportant le sang du foie à v. cava inférieur.

Dans la période utérine, il existe un troisième système ombilical de veines; ces derniers sont des branches de v. ombilicalis qui, après la naissance, est effacé.

En ce qui concerne les vaisseaux lymphatiques, il n’ya pas de véritables capillaires lymphatiques à l’intérieur des lobules hépatiques: ils existent uniquement dans le tissu conjonctif interglobulaire et s’infusent dans les plexus des vaisseaux lymphatiques qui accompagnent la ramification de la veine porte, de l’artère hépatique et des voies biliaires, des racines de l’autre. Les vaisseaux lymphatiques distrayants du foie vont aux nodi hepatici, coeliaci, gastrici dextri, pylorici et aux ganglions quasi aortiques de la cavité abdominale, ainsi qu'aux ganglions médiastinaux postérieur et diaphragmatique (dans la cavité thoracique). Environ la moitié de la lymphe du corps est éliminée du foie.

L'innervation du foie est réalisée à partir du plexus cœliaque par le truncus sympathicus et n. vague

Structure segmentaire du foie. En liaison avec le développement de la chirurgie et le développement de l'hépatologie, un enseignement sur la structure segmentaire du foie a maintenant été créé, ce qui a modifié l'idée antérieure consistant à diviser le foie en lobes et en lobes seulement. Comme indiqué, il existe cinq systèmes tubulaires dans le foie:

  1. voies biliaires
  2. les artères,
  3. branches de la veine portail (système portail),
  4. veines hépatiques (système caval)
  5. vaisseaux lymphatiques.

Les systèmes de veine porte et cavale ne coïncident pas, et les systèmes tubulaires restants accompagnent la ramification de la veine porte, ils sont parallèles et forment des faisceaux de sécrétions vasculaires, reliés par des nerfs. Une partie des vaisseaux lymphatiques va avec les veines hépatiques.

Le segment du foie est une section pyramidale de son parenchyme, adjacent à la triade hépatique: une branche de la veine porte du 2e ordre, une branche de sa propre artère hépatique l'accompagnant et la branche correspondante du conduit hépatique.

Dans le foie, on distingue les segments suivants, allant de sulcus venae cavae à gauche, dans le sens anti-horaire:

  • I - segment caudé du lobe gauche, correspondant au même lobe du foie;
  • II - segment postérieur du lobe gauche, localisé dans la partie postérieure du lobe du même nom;
  • III - le segment avant du lobe gauche, situé dans la même section de celui-ci;
  • IV - un segment carré du lobe gauche, correspond au même lobe du foie;
  • V - segment antérieur moyen supérieur du lobe droit;
  • VI - segment antérieur inférieur latéral du lobe droit;
  • VII - segment postérieur inférieur latéral du lobe droit;
  • VIII - segment moyen supérieur du lobe droit. (Les noms de segment indiquent des parties du lobe droit.)

Regardons de plus près les segments (ou secteurs) du foie:

Au total, il est courant de diviser le foie en 5 secteurs.

  1. Le secteur latéral gauche correspond au segment II (secteur mono-segment).
  2. Le secteur paramédian gauche est formé des segments III et IV.
  3. Le secteur paramédian droit est constitué des segments V et VIII.
  4. Le secteur latéral droit comprend les segments VI et VII.
  5. Le secteur dorsal gauche correspond au segment I (secteur mono-segment).

Au moment de la naissance, les segments du foie sont clairement exprimés, car formés sont formés dans la période utérine.

La doctrine de la structure segmentaire du foie est plus détaillée et plus profonde que l’idée de diviser le foie en lobes et en lobes.

Combien de foie une personne a-t-elle?

Le foie est la plus grande glande du corps et participe aux processus de métabolisme, de digestion, de circulation sanguine et de formation du sang.

Anatomie Le foie est situé dans la cavité abdominale sous le diaphragme dans l'hypochondre droit, la région épigastrique et atteint l'hypochondre gauche. Il est en contact avec l'œsophage, l'estomac, le rein droit et la glande surrénale, avec le côlon transverse et le duodénum (Fig. 1).

Le foie est constitué de deux lobes: droit et gauche (Fig. 2). Sur la face inférieure du foie se trouvent deux sillons longitudinaux et transversaux - la porte du foie. Ces rainures divisent le lobe droit en lobes droit, caudé et carré. Dans le sillon droit se trouvent la vésicule biliaire et la veine cave inférieure. Les portes du foie comprennent la veine porte, l'artère hépatique, les nerfs et le canal biliaire hépatique et les vaisseaux lymphatiques. Le foie, à l'exception de la face postérieure, est recouvert du péritoine et possède une capsule de tissu conjonctif (capsule de glisson).

Le lobule hépatique, constitué de cellules hépatiques, constitue l’unité structurelle de base du foie. Les cellules hépatiques se trouvent sous la forme de cordons, appelés faisceaux du foie. Ce sont les capillaires biliaires, dont les parois sont des cellules du foie, et entre eux, les capillaires sanguins, dont les parois sont formées par des cellules en forme d'étoile (Kupffer). Au centre du lobule passe le centre de Vienne. Les lobules hépatiques constituent le parenchyme hépatique. Entre eux, dans le tissu conjonctif, se trouvent les artères interlobulaires, les veines et les voies biliaires. Le foie reçoit un double apport de sang: de l'artère hépatique et de la veine porte, (voir). Le sang s'écoule du foie par les veines centrales, qui se fondent dans les veines hépatiques qui débouchent dans la veine cave inférieure. À la périphérie des lobules capillaires de la bile, des canaux biliaires interlobulaires se forment, lesquels se confondent pour former dans la porte du foie le canal hépatique, qui élimine la bile du foie. Le canal hépatique se connecte au canal cystique et forme le canal biliaire principal (canal biliaire), qui se jette dans le duodénum par son grand mamelon (mamelon Vater).

Physiologie. Les substances absorbées par l'intestin dans le sang par la veine porte entrent dans le foie où elles subissent des modifications chimiques. L'implication du foie est prouvée dans tous les types de métabolisme (voir. Métabolisme de l'azote, Bilirubine, Métabolisme des graisses, Métabolisme des pigments, Métabolisme des glucides). Le foie est directement impliqué dans le métabolisme des sels d'eau et dans le maintien de l'équilibre acide-base. Les vitamines sont stockées dans le foie (groupes B, C, groupes D, E et K). La vitamine A est produite à partir de carotènes dans le foie.

La fonction barrière du foie est de retarder l’entrée de certaines substances toxiques dans la veine porte et de les transférer sans danger pour le corps. La fonction du foie dans le dépôt de sang est tout aussi importante. Les vaisseaux hépatiques peuvent contenir 20% de tout le sang circulant dans le sang.

Le foie a une fonction biliaire. La bile dans sa composition contient de nombreuses substances circulant dans le sang (bilirubine, hormones, substances médicinales), ainsi que des acides biliaires formés dans le foie lui-même. Les acides biliaires contribuent à la rétention à l'état dissous d'un certain nombre de substances présentes dans la bile (cholestérol, sels de calcium, lécithine). Entrant dans les intestins avec la bile, ils contribuent à l'émulsification et à l'absorption des graisses. Les cellules de Kupffer et hépatiques participent à la formation de la bile. Le processus de formation de la bile est influencé par des facteurs humoraux (peptone, sels d'acide cholique, etc.), hormonaux (adrénaline, thyroxine, ACTH, cortine, hormones sexuelles) et nerveux.

Le foie (héparine) est la plus grande glande du corps humain. Il participe aux processus de digestion, de métabolisme et de circulation sanguine. Il exerce des fonctions enzymatiques et excrétoires spécifiques.

Embryologie
Le foie se développe à partir de la saillie épithéliale de l'intestin moyen. À la fin du premier mois de la vie intra-utérine, le diverticule hépatique commence à se différencier en une partie crânienne à partir de laquelle se forment tout le parenchyme hépatique, les parties centrale et caudale, à l'origine de la vésicule biliaire et des voies biliaires. La ponte initiale du foie due à la reproduction intensive de cellules grandit rapidement et est introduite dans le mésenchyme du mésentère ventral. Les cellules épithéliales sont disposées en rangées, formant des faisceaux de foie. Entre les cellules, les interstices demeurent - les voies biliaires et entre les faisceaux du mésenchyme, des tubes de sang et les premières cellules sanguines sont formés. Le foie de l'embryon de six semaines a déjà une structure glandulaire. De plus en plus volumineux, il occupe toute la région sous-phrénique du fœtus et s’étend caudalement au plancher inférieur de la cavité abdominale.

  • Anatomie
  • Histologie
  • Physiologie
  • Biochimie
  • Anatomie pathologique
  • Diagnostic fonctionnel
  • Radiodiagnostic
  • Diagnostic fonctionnel et examen radiologique du foie
  • Maladies du foie
  • Parasites du foie
  • Tumeurs du foie
  • Dommages au foie

Anatomie du foie [modifier | éditer le code]

Le foie est constitué de deux lobes: droit et gauche. Dans le lobe droit, il y a deux autres lobes secondaires: carré et caudé. Selon le schéma segmentaire moderne proposé par Claude Quino (1957), le foie est divisé en huit segments, formant les lobes droit et gauche. Le segment du foie est un segment pyramidal du parenchyme hépatique, qui possède un apport sanguin, une innervation et une sortie de bile suffisamment isolés. Les lobes à la queue et aux lobes carrés, situés derrière et devant les portes du foie, selon ce schéma correspondent à SJe et sIV lobe gauche. De plus, dans le lobe gauche, allouez SII et sIII le foie, le lobe droit est divisé par SV - SViii, numéroté autour des portes du foie dans le sens des aiguilles d'une montre.

Structure histologique du foie [modifier | éditer le code]

Parenchyme - lobé. Le lobule hépatique est une unité structurelle et fonctionnelle du foie. Les principaux composants structuraux du lobule hépatique sont:

  • plaques hépatiques (rangées radiales d'hépatocytes);
  • hémocapillaires sinusoïdaux intralobulaires (entre les faisceaux hépatiques);
  • capillaires biliaires (lat. ductuli beliferi) à l'intérieur des faisceaux hépatiques, entre deux couches d'hépatocytes;
  • (expansion des capillaires biliaires à la sortie des lobules);
  • L'espace périsinusoïdal de Disse (espace semblable à une fente entre les faisceaux hépatiques et les hémocapillaires sinusoïdaux);
  • veine centrale (formée par fusion d'hémocapillaires sinusoïdaux intralobulaires).

Le stroma comprend la capsule de tissu conjonctif externe, les intercouches interlobulaires RVST (tissu conjonctif fibreux lâche), les vaisseaux sanguins et le système nerveux.

Fonction hépatique [modifier | éditer le code]

  • neutralisation de diverses substances étrangères (xénobiotiques), en particulier d'allergènes, de poisons et de toxines, en les transformant en composés inoffensifs, moins toxiques ou plus faciles à éliminer du corps; la détoxification du foie du fœtus est négligeable, car elle est effectuée par le placenta;
  • neutralisation et élimination de l'excès d'hormones, de médiateurs, de vitamines ainsi que de produits toxiques intermédiaires et finaux du métabolisme, tels que l'ammoniac, le phénol, l'éthanol, l'acétone et les acides cétoniques;
  • fournir du glucose aux besoins énergétiques du corps et convertir différentes sources d'énergie (acides gras libres, acides aminés, glycérine, acide lactique, etc.) en glucose (la gluconéogenèse);
  • reconstitution et stockage des réserves d'énergie rapidement mobilisées sous forme de glycogène et régulation du métabolisme des glucides;
  • reconstitution et stockage d'un dépôt de certaines vitamines (en particulier dans le foie, des réserves de vitamines liposolubles A, D, de vitamines B hydrosolubles12), ainsi que des dépôts de plusieurs oligo-éléments - des métaux, en particulier des cations de fer, de cuivre et de cobalt. En outre, le foie est directement impliqué dans le métabolisme des vitamines A, B, C, D, E, K, PP et de l'acide folique;
  • participation aux processus de formation du sang (seulement chez le fœtus), en particulier synthèse de nombreuses protéines plasmatiques - albumine, alpha et bêta-globulines, protéines de transport de diverses hormones et vitamines, systèmes de coagulation du sang et anticoagulants, etc. le foie est l'un des organes importants de l'hémopoïèse dans le développement prénatal;
  • synthèse du cholestérol et de ses esters, lipides et phospholipides, lipoprotéines et régulation du métabolisme des lipides;
  • synthèse des acides biliaires et de la bilirubine, production et sécrétion de la bile;
  • sert également de dépôt pour une quantité assez importante de sang, qui peut être projetée dans le sang en cas de perte de sang ou de choc dû au rétrécissement des vaisseaux sanguins alimentant le foie;
  • synthèse d'hormones (par exemple, facteurs de croissance analogues à l'insuline).

Caractéristiques de l'apport sanguin au foie [modifier | éditer le code]

Les caractéristiques de l'apport sanguin au foie reflètent son importante fonction de détoxication biologique: le sang des intestins contenant des substances toxiques consommées de l'extérieur, ainsi que les produits métaboliques de micro-organismes (skatole, indole, etc.) sont acheminés par la veine porte (v. Portae) vers le foie pour une détoxification. Ensuite, la veine porte est divisée en veines interlobulaires plus petites. Le sang artériel pénètre dans le foie par l’intermédiaire de sa propre artère hépatique (a. Hepatica propria), se ramifiant jusqu’aux artères interlobulaires. Les artères et les veines interlobulaires émettent du sang dans les sinusoïdes, où se forme un flux sanguin mélangé dont le drainage se produit dans la veine centrale. Les veines centrales sont collectées dans les veines hépatiques et plus loin dans la veine cave inférieure. Dans l'embryogenèse au foie se rapproche du soi-disant. Arancia conduisant le sang vers le foie pour une hématopoïèse prénatale efficace.

Le mécanisme de neutralisation des toxines [modifier | éditer le code]

La neutralisation des substances dans le foie réside dans leur modification chimique, qui comprend généralement deux phases. Dans la première phase, la substance subit une oxydation (détachement d'électrons), une réduction (fixation d'électrons) ou une hydrolyse. Dans la deuxième phase, une substance est ajoutée aux groupes chimiques actifs nouvellement formés. De telles réactions sont appelées réactions de conjugaison et le processus d'addition s'appelle conjugaison. De plus, lorsque des substances toxiques pénètrent dans le foie, la surface des EPS agranulaires dans les cellules de ces dernières augmente, ce qui permet de les neutraliser.

Maladie du foie [modifier | éditer le code]

La cirrhose du foie est une maladie hépatique progressive et chronique caractérisée par une violation de la structure lobulaire due à la prolifération du tissu conjonctif et à la régénération pathologique du parenchyme. se manifestant par une insuffisance hépatique fonctionnelle et une hypertension portale.

L’alcoolisme chronique (la proportion de cirrhose alcoolique du foie dans différents pays varie de 20 à 95%), l’hépatite virale (10 à 40% de toutes les cirrhoses du foie), la présence d’helminthes dans le foie (le plus souvent opistorhis, fasciola, clonorchis) en sont les causes principales., toksokara, notokotilus), ainsi que les plus simples, y compris Trichomonas.

Le cancer du foie est une maladie grave. Parmi les tumeurs qui infectent les humains, cette maladie occupe la septième place. La plupart des chercheurs ont identifié un certain nombre de facteurs associés à un risque accru de cancer du foie. Ceux-ci incluent: la cirrhose du foie, les hépatites virales B et C, les invasions hépatiques parasitaires, l'abus d'alcool, le contact avec certains cancérogènes (mycotoxines) et d'autres.

La survenue d'adénomes bénins, d'angiosarcomes du foie et de carcinomes hépatocellulaires est associée à l'exposition humaine à des contraceptifs androgènes anabolisants stéroïdiens androgènes.

Principaux symptômes du cancer du foie:

  • faiblesse et baisse de performance;
  • perte de poids, perte de poids, puis cachexie grave, anorexie.
  • des nausées, des vomissements, une couleur de peau terreuse et des varicosités;
  • plaintes de sensation de lourdeur et de pression, douleurs sourdes;
  • fièvre et tachycardie;
  • jaunisse, ascite et expansion des veines superficielles de l'abdomen;
  • saignements gastro-oesophagiens de varices;
  • prurit;
  • la gynécomastie;
  • flatulence, dysfonctionnement intestinal.

Aflatoxicose - intoxication aiguë ou chronique par les aflatoxines, les hépatotoxines et les hépatocarcinogènes les plus puissants, survient exclusivement par voie alimentaire, c'est-à-dire par l'alimentation. Les aflatoxines sont des métabolites secondaires qui produisent des moisissures microscopiques du genre Aspergillus, en particulier Aspergillus flavus et Aspergillus parasiticus.

Aspergillus affecte presque tous les produits alimentaires, mais se compose principalement de produits végétaux à base de céréales, de légumineuses et d'oléagineux tels que les arachides, le riz, le maïs, les pois, les graines de tournesol, etc. En cas d'utilisation unique d'aliments contaminés (pollués) contenant de l'aspergilli, une aflatoxose aiguë se produit - l'intoxication la plus forte, accompagnée d'une hépatite toxique aiguë. Avec une utilisation suffisamment longue d'aliments contaminés, se développe une aflatoxose chronique, dans laquelle un carcinome hépatocellulaire se développe dans presque 100% des cas.

Les hémangiomes hépatiques sont des anomalies dans le développement des vaisseaux hépatiques.
Les principaux symptômes de l'hémangiome:

  • lourdeur et sensation de propagation dans l'hypochondre droit;
  • dysfonctionnements gastro-intestinaux (perte d’appétit, nausée, brûlures d’estomac, éructations, flatulences).

Kystes du foie non parasitaires. Les plaintes chez les patients apparaissent lorsque le kyste atteint une grande taille, provoque des modifications atrophiques du tissu hépatique, serre les structures anatomiques, mais elles ne sont pas spécifiques.
Principaux symptômes:

  • douleur constante dans l'hypochondre droit;
  • satiété rapide et inconfort abdominal après avoir mangé;
  • la faiblesse;
  • transpiration excessive;
  • perte d'appétit, nausée parfois;
  • essoufflement, symptômes dyspeptiques;
  • jaunisse.

Kystes parasites du foie. L'échinococcose hépatique du foie est une maladie parasitaire causée par l'introduction et le développement de larves d'Echinococcus granulosus dans le foie. L'apparition de divers symptômes de la maladie peut survenir plusieurs années après l'infection par un parasite.
Principaux symptômes:

  • douleur;
  • sensation de lourdeur, pression dans l'hypochondre droit, parfois dans la poitrine;
  • faiblesse, malaise, essoufflement;
  • urticaire récurrente, diarrhée, nausée, vomissement.

Autres infections du foie: clonorchose, opisthorchiase, fasciolose.

Régénération du foie [modifier | éditer le code]

Le foie est l’un des rares organes à pouvoir retrouver sa taille initiale, même s’il ne reste que 25% du tissu normal. En fait, la régénération se produit, mais très lentement, et le retour rapide du foie à sa taille initiale est plus probablement dû à une augmentation du volume des cellules restantes. [1]

Quatre types de cellules souches / progénitrices du foie - les cellules dites ovales, les petits hépatocytes, les cellules épithéliales du foie et les cellules de type mésenchyme ont été trouvés dans le foie mature de l'homme et d'autres mammifères.

Des cellules ovales dans le foie de rat ont été découvertes au milieu des années 1980. [2] L'origine des cellules ovales n'est pas claire. Ils peuvent provenir de populations de cellules de la moelle osseuse [3], mais ce fait est remis en question. [4] La production en masse de cellules ovales se produit avec diverses lésions du foie. Par exemple, une augmentation significative du nombre de cellules ovales a été observée chez les patients atteints d'hépatite C chronique, d'hémochromatose et d'intoxication alcoolique du foie et elle était directement liée à la gravité des lésions hépatiques. [5] Chez les rongeurs adultes, les cellules ovales sont activées pour la reproduction dans le cas où la réplication des hépatocytes est bloquée. La capacité des cellules ovales à se différencier en hépatocytes et en cholangiocytes (différenciation bipotentielle) a été démontrée dans plusieurs études. [3] Il est également démontré la capacité de maintenir la reproduction de ces cellules in vitro. [3] Récemment, des cellules ovoïdes capables de différenciation bipotentielle et d'expansion clonale in vitro et in vivo ont été isolées du foie de souris adultes. [6] Ces cellules exprimaient la cytokératine 19 et d'autres marqueurs de surface de cellules précurseurs du foie et, une fois transplantées dans une souche immunodéficiente de souris, induisaient la régénération de l'organe.

Les petits hépatocytes ont été décrits et isolés pour la première fois par Mitaka et al. [7] de la fraction non parenchymateuse du foie de rat en 1995. Les petits hépatocytes du foie de rats présentant des lésions hépatiques artificielles (provoquées par des produits chimiques) ou une ablation partielle du foie (hépatotectomie) peuvent être isolés par centrifugation différentielle. [8] Ces cellules sont plus petites que les hépatocytes normaux et peuvent se multiplier et se transformer en hépatocytes matures in vitro. [9] Il a été démontré que les petits hépatocytes expriment les marqueurs typiques des cellules progénitrices hépatiques - alpha-fœtoprotéine et cytokératines (CK7, CK8 et CK18), ce qui indique leur aptitude théorique à la différenciation bipotentielle. [10] Le potentiel régénératif de petits hépatocytes de rat a été testé sur des modèles animaux présentant des lésions hépatiques artificiellement induites: l'introduction de ces cellules dans la veine porte des animaux a provoqué l'induction de la réparation dans diverses parties du foie avec l'apparition d'hépatocytes matures. [11]

Une population de cellules épithéliales du foie a été découverte pour la première fois chez le rat adulte en 1984 [12]. Ces cellules ont un répertoire de marqueurs de surface qui se chevauchent, mais diffèrent encore du phénotype des hépatocytes et des cellules canalaires. [13] La transplantation de cellules épithéliales dans le foie de rat a conduit à la formation d'hépatocytes exprimant les marqueurs hépatocytaires typiques - albumine, alpha-1-antitrypsine, tyrosine transaminase et transferrine. Récemment, cette population de cellules progénitrices a également été trouvée chez un adulte. [14] Les cellules épithéliales sont phénotypiquement différentes des cellules ovales et peuvent se différencier in vitro en cellules ressemblant à des hépatocytes. Des expériences sur la transplantation de cellules épithéliales dans le foie de souris SCID (avec immunodéficience congénitale) ont montré la capacité de ces cellules à se différencier en hépatocytes exprimant l'albumine un mois après la transplantation. [14]

Des cellules mésenchymateuses ont également été obtenues à partir d'un foie humain mature. [15] Comme les cellules souches mésenchymateuses (CSM), ces cellules ont un potentiel de prolifération élevé. Avec les marqueurs mésenchymateux (vimentine, actine alpha du muscle lisse) et les marqueurs de cellules souches (Thy-1, CD34), ces cellules expriment des marqueurs hépatocytes (albumine, CYP3A4, glutathion transférase, CK18) et des marqueurs canalaires (CK19). [16] Une fois transplantées dans le foie de souris immunodéficientes, elles forment des îlots mésenchymateux fonctionnels du tissu hépatique humain, produisant de l'albumine humaine, de la préalbumine et de l'alpha-fœtoprotéine. [17]

Des recherches supplémentaires sont nécessaires sur les propriétés, les conditions de culture et les marqueurs spécifiques des cellules précurseurs du foie mature afin d'évaluer leur potentiel de régénération et leur utilisation clinique.

Stimulants de régénération du foie [modifier | éditer le code]

Récemment, des substances biologiquement actives ont été découvertes qui contribuent à la régénération du foie en cas de blessures et de blessures toxiques. Il existe différentes approches pour stimuler la régénération du foie lors de blessures ou de résections massives. On a tenté de stimuler la régénération en introduisant des acides aminés, des hydrolysats de tissus, des vitamines, des hormones, des facteurs de croissance [18], tels que le facteur de croissance des hépatocytes (HGF), le facteur de croissance épidermique (EGF), le facteur de croissance de l'endothélium vasculaire (VEGF), ainsi que des stimulants substance provenant du foie (substance stimulatrice hépatique, HSS). [19] [20]

Stimulant du foie [modifier | éditer le code]

Une substance stimulant le foie (substance stimulant hépatique, HSS) est un extrait du foie obtenu après 30% de sa résection. La substance, connue sous le nom de substance stimulant hépatique (HSS), a été décrite pour la première fois au milieu des années 1970. ALR (augmenter de la régénération du foie, un produit du gène GFER [en]) découvert en 1980–1990 est considéré comme le principal ingrédient actif du SSS. Outre l'ALR, le facteur de nécrose tumorale, le facteur de croissance analogue à l'insuline 1, le facteur de croissance des hépatocytes, le facteur de croissance épidermique et d'autres facteurs humoraux déjà connus et éventuellement non encore identifiés contenus dans de telles préparations peuvent également affecter la régénération du foie. [21] Il existe différentes manières d’obtenir le HSS [22], en fonction des options de purification des extraits de foie de régénération des animaux.

Transplantation hépatique [modifier | éditer le code]

La première greffe de foie au monde a été réalisée par le transplantologue américain Thomas Starls en 1963 à Dallas. [23] Plus tard, Starls a établi le premier centre de transplantation au monde à Pittsburgh (États-Unis), qui porte désormais son nom. À la fin des années 1980, plus de 500 greffes du foie étaient effectuées chaque année à Pittsburgh sous la direction de T. Starsla. Le premier centre médical de transplantation hépatique en Europe (et le deuxième au monde) a été créé en 1967 à Cambridge (Royaume-Uni). Il était dirigé par Roy Caln. [24]

Avec l'amélioration des méthodes de greffe chirurgicale, l'ouverture de nouveaux centres de greffe et les conditions de stockage et de transport du foie greffé, le nombre de greffes de foie a augmenté régulièrement. Si, en 1997, 8 000 greffes du foie étaient réalisées chaque année dans le monde, ce nombre est maintenant passé à 11 000, les États-Unis comptant plus de 6 000 greffes et jusqu'à 4 000 - pour les pays d'Europe occidentale (voir tableau). Parmi les pays européens, l'Allemagne, la Grande-Bretagne, la France, l'Espagne et l'Italie jouent un rôle de premier plan dans la transplantation du foie. [25]

Actuellement, 106 centres de transplantation hépatique sont implantés aux États-Unis [26]. En Europe, 141 centres ont été organisés, dont 27 en France, 25 en Espagne, 22 en Allemagne et en Italie et 7 au Royaume-Uni [27].

Bien que la première greffe expérimentale de foie au monde ait été réalisée en Union soviétique par V. P. Demikhov, fondateur de la transplantologie mondiale en 1948 [28], cette opération dans le pays n'a été introduite dans la pratique clinique qu'en 1990. En 1990, en URSS, pas plus de 70 greffes de foie ont été réalisées. Actuellement, en Russie, des greffes du foie sont effectuées régulièrement dans quatre centres médicaux, dont trois à Moscou (Centre de greffe du foie de Moscou, Institut de recherche pour les soins d’urgence baptisé N. V. Sklifosovsky, Institut de recherche en transplantologie et organes artificiels portant le nom de l’académicien V. I. Shumakov, Centre scientifique russe pour la chirurgie nommée après Académicien B. V. Petrovsky) et l'Institut central de recherche de Roszdrav à Saint-Pétersbourg. Récemment, une greffe du foie a été lancée à Ekaterinbourg (hôpital clinique régional n ° 1), à Nijni-Novgorod, à Belgorod et à Samara. [29]

Malgré l'augmentation constante du nombre d'opérations de transplantation hépatique, le besoin annuel de transplantation de cet organe vital est satisfait en moyenne de 50% (voir tableau). La fréquence des greffes de foie dans les principaux pays varie de 7,1 à 18,2 opérations par million d'habitants. Le besoin réel de telles opérations est maintenant estimé à 50 pour 1 million d’habitants. [25]

Les premières greffes de foie humain n'ont pas donné beaucoup de succès, car les receveurs sont généralement décédés au cours de la première année suivant l'opération en raison du rejet d'une greffe et du développement de complications graves. L'utilisation de nouvelles techniques chirurgicales (pontage cavalial et autres) et l'émergence d'un nouvel immunosuppresseur, la cyclosporine A, ont favorisé une augmentation exponentielle du nombre de greffes du foie. La cyclosporine A a été utilisée avec succès pour la première fois par T. Starszl dans les greffes de foie en 1980 [30]. Son utilisation clinique généralisée a été autorisée en 1983. Grâce à diverses innovations, la durée de vie postopératoire a été significativement augmentée. Selon le système de transplantation d'organes unifié (UNOS - Réseau unifié pour le partage d'organes), la survie moderne des patients greffés du foie est de 85 à 90% par an après la chirurgie et de 75 à 85% cinq ans plus tard. [31] Selon les prévisions, 58% des bénéficiaires ont une chance de vivre jusqu'à 15 ans. [32]

La transplantation hépatique est le seul traitement radical pour les patients présentant une atteinte hépatique progressive et irréversible en l’absence d’autres traitements alternatifs. Les principales indications de la transplantation hépatique sont la présence d’une hépatopathie diffuse chronique dont l’espérance de vie est inférieure à 12 mois, sous réserve de l’inefficacité du traitement conservateur et des méthodes de traitement chirurgical palliatif. La cirrhose causée par l'alcoolisme chronique, l'hépatite virale C et l'hépatite auto-immune (cirrhose biliaire primitive) est la cause la plus courante de greffe du foie. Les indications moins courantes de transplantation comprennent des lésions hépatiques irréversibles dues aux hépatites virales B et D, des intoxications médicamenteuses et toxiques, une cirrhose biliaire secondaire, une fibrose hépatique congénitale, une fibrose kystique du foie, des maladies métaboliques héréditaires (maladie de Wilson-Konovalov, syndrome de Reye, déficit en alpha-1). - antitrypsine, tyrosinémie, glycogénoses de types 1 et 4, maladie de Neumann-Pick, syndrome de Crigler-Nayar, hypercholestérolémie familiale, etc.). [33]

Une greffe de foie est une procédure médicale très coûteuse. Selon l'UNOS, les coûts nécessaires pour les soins hospitaliers et la préparation du patient à l'opération, le paiement du personnel médical, le retrait et le transport du foie du donneur, la réalisation de l'opération et les procédures postopératoires au cours de la première année s'élèvent à 314 600 dollars, ainsi que pour le suivi et le traitement jusqu'à 21 900 dollars par an.. Aux États-Unis, à titre de comparaison, le coût de coûts similaires pour une greffe cardiaque unique en 2007 s'élevait à 65 800 $, le coût d'un poumon à 399 000 $ et le coût d'un rein à 246 000 $ [35].

Ainsi, la pénurie chronique d'organes de donneurs disponibles pour la transplantation, le délai d'attente de l'opération (aux États-Unis, la période d'attente en 2006 était de 321 jours en moyenne [36]), l'urgence de l'opération (le foie du donneur doit être greffé dans les 12 heures) et un coût exceptionnellement élevé Les transplantations hépatiques traditionnelles fournissent les conditions préalables nécessaires à la recherche de stratégies de transplantation hépatique alternatives, plus économiques et plus efficaces.

Actuellement, la méthode de transplantation hépatique la plus prometteuse est la transplantation hépatique d'un donneur vivant (TPR). Il est plus efficace, plus simple, plus sûr et beaucoup moins cher que la greffe classique du foie d'un cadavre, solide ou divisé. L’essence de la méthode est que le donneur est retiré, de nos jours souvent et par voie endoscopique, c’est-à-dire que le lobe gauche (2, 3, parfois 4 segments) à faible impact du foie. TPRW a offert une possibilité très importante de donation par la parenté - lorsque le donneur est un parent du receveur, ce qui simplifie grandement les problèmes administratifs et le choix de la compatibilité des tissus. Dans le même temps, grâce à un système de régénération puissant, le foie du donneur retrouve complètement sa masse au bout de 4 à 6 mois. Le lobe hépatique du donneur est transplanté chez le receveur, soit orthotopique, avec élimination de son propre foie, soit, plus rarement, par voie hétérotopique, en quittant le foie du receveur. Dans le même temps, naturellement, l'organe du donneur n'est pratiquement pas soumis à une hypoxie, car les opérations du donneur et du receveur se déroulent dans la même salle d'opération et au même moment.

Bioingénierie du foie [modifier | éditer le code]

Un foie bioingénieur, similaire en structure et en propriétés à un organe naturel, n'a pas encore été créé, mais des travaux actifs dans ce sens sont déjà en cours.

Ainsi, en octobre 2010, des chercheurs américains de l'Institut de médecine régénérative du Centre médical de l'Université de Wake Forest (Winston-Salem, Caroline du Nord) ont cultivé un organoïde du foie issu de la bio-ingénierie. cellules humaines [37]. Le cadre biologique du foie avec le système de vaisseaux sanguins préservé après la décellularisation a été peuplé par des populations de cellules précurseurs et de cellules endothéliales dans la veine porte. Après l’incubation du biocarcas pendant une semaine dans un bioréacteur spécial avec circulation continue du milieu nutritif, la formation de tissu hépatique avec le phénotype et les caractéristiques métaboliques du foie humain a été notée. En 2013, le ministère de la Défense de la Russie a élaboré une mission technique pour un prototype de foie issu de la bio-ingénierie. [38]

En mars 2016, des scientifiques de l'Université de Yokohama ont réussi à créer un foie pouvant remplacer un organe humain. Les essais cliniques devraient être menés en 2019. [39]

Culture du foie [modifier | éditer le code]

Dans les idées d'Homère, le foie représentait le centre de la vie dans le corps humain [40]. Dans la mythologie grecque antique, l’immortel Prométhée, accusant le peuple de casser le feu, était enchaîné aux montagnes du Caucase, où le cou (ou l’aigle) s’est introduit et a picoré son foie, qui a été restauré la nuit suivante. De nombreux peuples anciens de la Méditerranée et du Moyen-Orient pratiquaient la divination sur le foie de mouton et d'autres animaux.

Chez Platon, le foie est considéré comme une source d’émotions négatives (tout d’abord la colère, l’envie et la cupidité). Dans le Talmud, le foie est considéré comme une source de colère et la vésicule biliaire est une source de résistance à cette colère.

En farsi, en ourdou et en hindi, le foie (جگر ou जिगर ou jigar) est une image de courage ou de sentiments forts. L'expression jan e jigar (littéralement: le pouvoir de mon foie) en ourdou est l'une des expressions de la tendresse. En jargon persan, un jigar peut désigner une belle personne ou un sujet de désirs. En langue zoulou, les concepts de "foie" et de "courage" sont exprimés en un mot (isibindi).

Dans la langue de Gbaya (langues ubangiennes), le foie (sèè) est la source des sentiments humains. L’expression «bonheur» (dí sèè) se traduit littéralement par «bon foie» et par «mécontentement» (dáng sèè) - par «mauvais foie»; le verbe «envie» (áá sèè) se traduit littéralement par «placé dans le foie». En outre, le foie dans cette langue exprime le concept de centre.

En langue kazakh, le foie est désigné par le mot "bauyr". Le même mot (mots homonymes) est souvent appelé un parent et une personne proche [41]. L'adresse «Bauyrym» (la mienne) est très courante, en règle générale, vis-à-vis d'une personne du plus jeune âge. Et de cette manière, ils peuvent faire appel non seulement à un parent, mais également à un homme étranger. Un tel traitement est souvent utilisé lorsque les Kazakhs communiquent entre eux, ainsi que pour souligner le degré de proximité (vis-à-vis d'un compatriote, d'un représentant de leur espèce, etc.). Les Kazakhs ont un nom masculin «Bauyrzhan» (âme autochtone; dans la version russe, ils écrivent parfois «Baurzhan»). En particulier, c’était le nom du héros de l’Union soviétique, le héros du peuple du Kazakhstan (Khalyk Kakharmany), Bauyrzhan Momyshuly, Panfilov, commandant héroïque du bataillon lors de la Défense de Moscou en 1941.

En russe, il existe une expression «s'asseoir dans le foie [42]», ce qui signifie déranger ou énerver beaucoup.

Dans la langue lezgin, un mot est utilisé pour désigner un aigle et un foie - "lek". Cela est dû à la coutume de longue date des Highlanders d'exposer les corps des morts à être dévorés par des aigles prédateurs, qui essayaient principalement d'atteindre le foie du défunt. Par conséquent, Lezgins a estimé que c'est dans le foie que se trouve l'âme humaine, qui est maintenant passée dans le corps de l'oiseau. Il existe une version que l'ancien mythe grec de Prométhée, que les dieux ont enchaîné au rocher et que l'aigle picorait quotidiennement du foie, est une description allégorique d'un tel rituel de sépulture des montagnards.

Voir aussi [edit | éditer le code]

  • Métabolisme
  • Chirurgie Régénérative
  • Régénération

Foie humain

Le foie est le plus grand organe chez l'homme. Son poids est de 1200-1500 g, soit un cinquantième de son poids corporel. Dans la petite enfance, le poids relatif du foie est encore plus grand et au moment de la naissance, il correspond à un seizième du poids corporel, principalement en raison du grand lobe gauche.

Bâillez-vous? Etat de la langue et du foie

Anatomiquement, dans le foie, il y a deux lobes - droit et gauche. Le lobe droit est presque 6 fois plus grand que le gauche; il comporte deux petits segments: la partie de queue sur la surface arrière et la partie carrée sur la surface inférieure. Les lobes droit et gauche sont séparés à l'avant par un pli du péritoine appelé ligament du croissant, derrière - le sulcus dans lequel passe le ligament veineux, et d'en bas - le sulcus dans lequel se trouve le ligament rond.

Le foie est alimenté en sang par deux sources: la veine porte transporte le sang veineux provenant de l'intestin et de la rate et l'artère hépatique partant du tronc coeliaque assure la circulation du sang artériel. Ces vaisseaux pénètrent dans le foie par une dépression appelée collet du foie, située à la surface inférieure du lobe droit, plus près de son bord postérieur. À la porte du foie, la veine porte et l'artère hépatique donnent des branches aux lobes droit et gauche, et les canaux biliaires droit et gauche se rejoignent pour former le canal biliaire principal. Le plexus hépatique contient les fibres du septième dixième ganglions sympathiques thoraciques, qui sont interrompues dans le plexus des synapses, ainsi que les fibres des nerfs vague droit et gauche et du phrène droit. Il accompagne l'artère hépatique
et les canaux biliaires à leurs plus petites branches, atteignant les voies portales et le parenchyme hépatique.

Ligament veineux, mince résidu du canal veineux du fœtus, s'éloignant de la
la branche gauche de la veine porte et se confond avec la veine cave inférieure au confluent de la veine hépatique gauche. Le ligament rond, un élément de la veine ombilicale du fœtus, passe le long du bord libre du ligament en croissant du nombril au bord inférieur du foie et se connecte à la branche gauche de la veine porte. À côté, de petites veines relient la veine porte avec les veines de la région ombilicale. Ces derniers deviennent visibles lorsqu'une obstruction intrahépatique de la veine porte se développe. Le sang veineux du foie s'écoule dans les veines hépatiques droite et gauche, qui s'étendent de la surface postérieure du foie et tombent dans la veine cave inférieure près de sa confluence avec l'oreillette droite. Les vaisseaux lymphatiques se terminent par de petits groupes de ganglions lymphatiques entourant les portes du foie. Les vaisseaux lymphatiques de dérivation s’écoulent dans les nœuds situés autour du tronc cœliaque. Une partie des vaisseaux lymphatiques superficiels du foie, situés dans le ligament du croissant, perce le diaphragme et se termine dans les ganglions lymphatiques du médiastin. Une autre partie de ces vaisseaux accompagne la veine cave inférieure et se termine en quelques ganglions lymphatiques autour de sa région thoracique.
La veine cave inférieure forme un sulcus profond à droite du lobe caudé, à environ 2 cm à droite de la ligne médiane. La vésicule biliaire est située dans la fosse qui s’étend du bord inférieur du foie à la porte. La majeure partie du foie est recouverte du péritoine, à l'exception de trois zones: la fosse vésicule biliaire, le sillon de la veine cave inférieure et la partie de la surface diaphragmatique située à droite de ce sillon. Le foie est maintenu dans sa position en raison des ligaments du péritoine et de la pression intra-abdominale, qui est créée par la tension des muscles de la paroi abdominale.

Anatomie fonctionnelle: secteurs et segments

D'après l'apparence du foie, on peut supposer que la frontière entre les lobes droit et gauche du foie passe le long du croissant. Cependant, cette division du foie ne correspond pas aux voies d’approvisionnement en sang ou d’écoulement de la bile. Actuellement, en étudiant les moulages obtenus en injectant du vinyle dans les vaisseaux et les voies biliaires, l’anatomie fonctionnelle du foie a été affinée. Il correspond aux données obtenues dans l'étude en utilisant des méthodes de visualisation. La veine porte est divisée en branches droite et gauche, chacune étant divisée en deux autres branches fournissant certaines zones du foie (secteurs désignés différemment). Il existe quatre secteurs au total. À droite sont les antérieurs et postérieurs, à gauche - les médiales et les latérales. Avec cette division, la frontière entre les sections gauche et droite du foie ne s'étend pas le long du ligament de croissant, mais le long d'une ligne oblique à sa droite, dessinée de haut en bas de la veine cave inférieure jusqu'au lit de la vésicule biliaire. Les zones du portail et l'irrigation sanguine artérielle des parties droite et gauche du foie, ainsi que les voies de sortie de la bile des côtés droit et gauche ne se chevauchent pas. Ces quatre secteurs sont séparés par trois plans, qui contiennent les trois branches principales de la veine hépatique.

La figure ci-dessous montre un diagramme reflétant l'anatomie fonctionnelle du foie. Les trois principales veines hépatiques (bleu foncé) divisent le foie en quatre secteurs, chacun ayant une branche de la veine porte; les ramifications des veines hépatique et portale ressemblent à des doigts entrelacés. Un examen plus approfondi des secteurs du foie peut être divisé en segments. Le secteur médial gauche correspond au segment IV, dans le secteur antérieur droit, les segments V et VIII, au segment postérieur droit - VI et VII, au segment latéral gauche - II et III. Il n'y a pas d'anastomose entre les gros vaisseaux de ces segments, mais au niveau des sinusoïdes, ils sont rapportés. Le segment I correspond au lobe caudé et est isolé des autres segments, car il ne reçoit pas de sang directement des branches principales de la veine porte, et le sang ne coule pas dans l'une des trois veines hépatiques.
La classification anatomique fonctionnelle ci-dessus permet d'interpréter correctement les données de l'examen aux rayons X et est importante pour le chirurgien qui envisage une résection du foie. L'anatomie de la circulation sanguine du foie est très variable, ce qui est confirmé par les données de la tomodensitométrie en spirale (CT) et de l'imagerie par résonance magnétique.

Anatomie des voies biliaires, vésicule biliaire

Du foie, allez dans les canaux hépatiques droit et gauche, en se fondant dans le canal hépatique commun. À la suite de sa fusion avec le canal cystique, le canal biliaire commun est formé. Le canal biliaire commun passe entre les feuilles de l'arpentier antérieur à la veine porte et à droite de l'artère hépatique. Situé en arrière de la première section du duodénum dans le sillon de la face postérieure de la tête pancréatique, il pénètre dans la deuxième section du duodénum. Le canal traverse obliquement la paroi mésoméale postérieure de l'intestin et se connecte généralement au canal pancréatique principal, formant une ampoule hépato-pancréatique (ampoule de Vater). L'ampoule forme une saillie de la membrane muqueuse, dirigée dans la lumière de l'intestin - la grande papille du duodénum (vater papilla). Chez environ 12 à 15% des personnes examinées, les voies biliaires principale et pancréatique s’ouvrent séparément dans la lumière duodénale. Les dimensions de la voie biliaire principale, lorsqu'elles sont déterminées par différentes méthodes, sont inégales. Le diamètre du conduit, mesuré au cours des opérations, varie de 0,5 à 1,5 cm. Avec une cholangiographie endoscopique, le diamètre du conduit est généralement inférieur à 11 mm et le diamètre supérieur à 18 mm est considéré comme pathologique. Avec les ultrasons (ultrasons) dans la norme, il est encore plus petit et mesure 2 à 7 mm; avec un diamètre plus grand, la voie biliaire principale est considérée comme élargie. Partie de la voie biliaire commune, passant dans la paroi du duodénum, ​​entourée d'un arbre de fibres musculaires longitudinales et circulaires, appelé sphincter d'Oddi. La vésicule biliaire est un sac en forme de poire de 9 cm de long pouvant contenir environ 50 ml de liquide. La vésicule biliaire est située au-dessus du côlon transversal, adjacente au bulbe duodénal, faisant saillie sur l'ombre du rein droit, mais se trouvant également en face de celui-ci. Toute diminution de la fonction de concentration de la vésicule biliaire est accompagnée d'une diminution de son élasticité. Sa zone la plus large est le fond, situé à l'avant; il peut être palpé lors de l'examen de l'abdomen. Le corps de la vésicule biliaire pénètre dans le cou étroit, qui continue dans le canal cystique. Les plis en spirale de la membrane muqueuse du canal cystique et du cou de la vésicule biliaire sont appelés le lambeau de Heister. La dilatation bagulaire du col de la vésicule biliaire, dans laquelle se forment souvent des calculs biliaires, est appelée la poche de Hartmann. La paroi de la vésicule biliaire est constituée d’un réseau de fibres musculaires et élastiques à couches indistinctes. Les fibres musculaires du cou et du bas de la vésicule biliaire sont particulièrement bien développées. La membrane muqueuse forme de nombreux plis douloureux; les glandes y sont absentes, mais il existe des cavités pénétrant dans la couche musculaire, appelées cryptes de Lyushka. La membrane muqueuse n'a pas de couche sous-muqueuse et ses propres fibres musculaires. Les sinus de Rokitansky-Askhoff sont des invaginations ramifiées de la membrane muqueuse qui pénètrent dans toute l'épaisseur de la couche musculaire de la vésicule biliaire. Ils jouent un rôle important dans le développement de la cholécystite aiguë et de la gangrène de la paroi vésicale. Approvisionnement en sang La vésicule biliaire est alimentée en sang par l'artère kystique. Il s’agit d’une grosse branche sinueuse de l’artère hépatique, qui peut avoir une localisation anatomique différente. De plus petits vaisseaux sanguins envahissent le foie par la fosse vésicale. Le sang de la vésicule biliaire coule à travers la veine vésiculaire dans le système de la veine porte. L'approvisionnement en sang de la partie supraduodénale du canal biliaire est principalement assuré par les deux artères qui l'accompagnent. Le sang qu'ils contiennent provient des artères gastroduodénale (inférieure) et hépatique droite (ci-dessus), bien que leur connexion avec d'autres artères soit possible. Les caractéristiques de l'irrigation sanguine des voies biliaires peuvent expliquer les rétrécissements des voies biliaires après une lésion vasculaire. Système lymphatique. De nombreux vaisseaux lymphatiques se trouvent dans la membrane muqueuse de la vésicule biliaire et sous le péritoine. Ils passent par le noeud situé au niveau du col de la vésicule biliaire jusqu'aux noeuds situés le long du canal biliaire commun, où ils sont reliés aux vaisseaux lymphatiques qui drainent la lymphe de la tête pancréatique. Innervation. La vésicule biliaire et les canaux biliaires sont abondamment innervés par des fibres parasympathiques et sympathiques.

Le développement du foie et des voies biliaires

Le foie est pondu sous la forme d'une saillie creuse de l'endoderme de l'intestin antérieur (duodénal) à la 3e semaine de développement intra-utérin. La saillie est divisée en deux parties - la hépatique et biliary. La partie hépatique est constituée de cellules progénitrices bipotentes, qui sont ensuite différenciées en hépatocytes et cellules canalaires, lesquelles forment des voies biliaires primitives précoces - des plaques canalaires. Lorsque les cellules se différencient en elles, le type de cytokératine change. Lorsque le gène c-jun, qui fait partie du complexe d'activation du gène API, a été retiré de l'expérience, le développement du foie a cessé. Normalement, les cellules à croissance rapide de la partie hépatique de la saillie de l'endoderme perforent le tissu mésodermique adjacent (septum transversal) et rencontrent des enchevêtrements capillaires grandissant dans sa direction à partir des veines jaunes et ombilicales. De ces plexus se forment d'autres sinusoïdes. La partie biliaire de l’endoderme bombée, reliant les cellules proliférantes de la partie hépatique et l’intestin antérieur, forme la vésicule biliaire et les voies biliaires extrahépatiques. La bile commence à se distinguer vers la 12ème semaine. Les cellules hématopoïétiques, les cellules de Kupffer et les cellules du tissu conjonctif sont formées à partir du septum transversal mésodermique. Chez le fœtus, le foie remplit principalement la fonction d'hématopoïèse, qui s'estompe au cours des 2 derniers mois de la vie intra-utérine et, au moment de la naissance, il ne reste qu'un petit nombre de cellules hématopoïétiques dans le foie.

Anomalies anatomiques du foie

Grâce à l'utilisation répandue de la tomodensitométrie et des ultrasons, il existe plus de possibilités d'identifier les anomalies anatomiques du foie.

Actions supplémentaires. Chez les porcs, les chiens et les chameaux, le foie est divisé par des brins de tissu conjonctif en lobes séparés. Parfois, un tel atavisme est observé chez l'homme (la présence de 16 lobes au maximum est décrite). Cette anomalie est rare et n'a aucune signification clinique. Les lobes sont petits et généralement situés sous la surface du foie, de sorte qu'ils ne peuvent pas être identifiés lors d'un examen clinique, mais peuvent être vus en scannant le foie, lors d'une chirurgie ou lors d'une autopsie. Ils se trouvent parfois dans la cavité thoracique. Un lobe supplémentaire peut avoir son propre mésentère contenant l'artère hépatique, la veine porte, le canal biliaire et la veine hépatique. Il peut être tordu, ce qui nécessite une intervention chirurgicale.

La proportion de Riedel, qui survient assez souvent, ressemble à une excroissance du lobe droit du foie, en forme de langue. Ce n'est qu'une variante de la structure anatomique, et non le lobe accessoire véritable. Plus commun chez les femmes. La portion de Riedel est détectée comme une formation mobile dans la moitié droite de l'abdomen, qui se déplace lors de l'inhalation avec le diaphragme. Il peut descendre pour atteindre la région iliaque droite. Il se confond facilement avec les autres formations volumétriques de cette région, notamment avec le rein droit abaissé. La part de Riedel n’est généralement pas manifestée cliniquement et ne nécessite pas de traitement. Share Riedel et d'autres caractéristiques de la structure anatomique peuvent être identifiées en scannant le foie.

Les sillons du foie sont des sillons parallèles situés à la surface convexe du lobe droit. Ils sont généralement âgés de un à six ans et passent d’avant en arrière, s’aventurant quelque peu en arrière. On pense que la formation de ces sillons est associée à une toux chronique.

Le corset du foie - ce qu'on appelle le sillon ou la tige d'un tissu fibreux qui passe le long de la surface frontale des deux lobes du foie immédiatement sous le bord de l'arc costal. Le mécanisme de formation de la tige n'est pas clair, mais il est connu que cela se produit chez les femmes plus âgées qui portent un corset depuis de nombreuses années. Cela ressemble à une éducation dans la cavité abdominale, située devant et sous le foie et de densité différente de celle-ci. Il peut être confondu avec une tumeur du foie.

Atrophie des lobes. L'affaiblissement de l'apport sanguin dans la veine porte ou l'écoulement de la bile par le lobe du foie peut provoquer son atrophie. Il est généralement associé à une hypertrophie des lobes qui ne présentent pas de tels troubles. Une atrophie du lobe gauche est souvent détectée lors de l'autopsie ou du balayage, et est probablement associée à une diminution de l'apport sanguin dans la branche gauche de la veine porte. La taille du lobe diminue, la capsule devient plus épaisse, une fibrose se développe et le schéma des vaisseaux et des voies biliaires augmente. La pathologie vasculaire peut être congénitale. La cause la plus fréquente d’atrophie des lobes est actuellement l’obstruction du conduit hépatique droit ou gauche due à une sténose bénigne ou à un cholangiocarcinome. Cela augmente généralement le niveau de phosphatase alcaline. Le canal biliaire dans le lobe atrophique ne peut pas être dilaté. Si la cirrhose ne se développe pas, l'élimination de l'obstruction entraîne le développement inverse des modifications du parenchyme hépatique. Il est possible de distinguer l’atrophie en pathologie biliaire de l’atrophie due à une altération du débit sanguin porte en utilisant la scintigraphie avec de l’iminodiacétate (IDA) marqué au 99mTe et un colloïde. La petite taille du lobe lors de la saisie normale de l'IDA et du colloïde indique une violation du flux sanguin porte comme cause de l'atrophie. La diminution ou l’absence de capture des deux isotopes est caractéristique de la pathologie des voies biliaires.

Agénésie du lobe droit. Cette lésion rare peut être détectée accidentellement dans une étude portant sur une maladie des voies biliaires et être associée à d'autres anomalies congénitales. Il peut causer une hypertension portale présinusoïdale. Les autres segments du foie subissent une hypertrophie compensatoire. Elle doit être distinguée de l’atrophie commune due à la cirrhose ou au cholangiocarcinome, qui se situe dans la région de la porte du foie.

Les limites du foie

Du foie Le bord supérieur du lobe droit passe au niveau de la côte V jusqu'au point situé 2 cm en dedans de la ligne mi-claviculaire droite (1 cm en dessous du mamelon droit). Le bord supérieur du lobe gauche passe le long du bord supérieur de la côte VI jusqu'au point d'intersection avec la ligne mi-claviculaire gauche (2 cm sous le mamelon gauche). À cet endroit, le foie n'est séparé du sommet du cœur que par le diaphragme. Le bord inférieur du foie passe obliquement, allant de l'extrémité cartilagineuse de la côte IX vers la droite jusqu'au cartilage de la côte VIII vers la gauche. Sur la ligne médio-claviculaire droite, il ne se trouve pas à plus de 2 cm du bord de l'arcade costale, le bord inférieur du foie croise la ligne médiane du corps à peu près à mi-chemin entre la base de l'apophyse xiphoïde et le nombril et le lobe gauche n'entre que 5 cm plus loin que le bord gauche du sternum.

La vésicule biliaire. Habituellement, son fond est situé sur le bord extérieur du muscle droit de l'abdomen droit, à l'endroit de sa connexion avec l'arcade costale droite (côte IX du cartilage). Chez les personnes obèses, il est difficile de trouver le bord droit du muscle grand droit de l'abdomen. La projection de la vésicule biliaire est déterminée par la méthode de Grey Turner. Pour ce faire, tracez une ligne entre l'épine iliaque antérieure supérieure et le nombril. la vésicule biliaire est située au point d'intersection avec le bon arc costal. Lors de la détermination de la projection de la vésicule biliaire par cette méthode, il est nécessaire de prendre en compte le physique du sujet. Le fond de la vésicule biliaire peut parfois être situé sous la crête de l’Ilium

Morphologie du foie

En 1833, Kiernan introduisit le concept des lobules du foie comme base de son architecture. Il a décrit des lobules pyramidaux bien définis, constitués d'une veine hépatique située au centre et de voies portales situées à la périphérie, contenant le canal biliaire, les branches de la veine porte et l'artère hépatique. Entre ces deux systèmes se trouvent des faisceaux d'hépatocytes et de sinusoïdes contenant du sang. En utilisant la reconstruction stéréoscopique et la microscopie électronique à balayage, il a été montré que le foie humain était constitué de colonnes d’hépatocytes s’étendant de la veine centrale, dans le bon ordre, en alternance avec des sinusoïdes.

Le tissu hépatique est traversé par deux systèmes de canaux: les voies portales et les canaux centraux hépatiques, situés de manière à ne pas se toucher. la distance entre eux est de 0,5 mm. Ces systèmes de canaux sont perpendiculaires les uns aux autres. Les ondes sinusoïdales sont inégalement réparties, généralement perpendiculaires à la ligne reliant les veines centrales. Le sang des branches terminales de la veine porte entre dans la sinusoïde; Cependant, la direction du flux sanguin est déterminée par une pression plus élevée dans la veine porte par rapport à la veine centrale.

Les canaux hépatiques centraux contiennent les sources de la veine hépatique. Ils sont entourés d'une plaque de bordure de cellule hépatique. Les triades portales (synonymes: voies portales, capsule de glisson) contiennent des branches terminales de la veine porte, de l'artériole hépatique et des voies biliaires avec un petit nombre de cellules rondes et de tissu conjonctif. Ils sont entourés d'une plaque de bordure de cellule hépatique.

La division anatomique du foie est réalisée selon le principe fonctionnel. Selon les concepts traditionnels, l'unité structurale du foie est constituée de la veine hépatique centrale et des hépatocytes environnants. Cependant, Rappaport propose d’attribuer un certain nombre d’acini fonctionnels, au centre de chacun desquels se trouve une triade porte avec des branches terminales de la veine porte, de l’artère hépatique et du canal biliaire - zone 1. Les acini sont en forme d’éventail, essentiellement perpendiculaires aux veines terminales hépatiques des acini adjacents. Les départements d'approvisionnement en sang périphériques, pires, des acini, adjacents aux veines terminales hépatiques (zone 3), sont les plus touchés par les dommages (viraux, toxiques ou anoxiques). Dans cette zone, la nécrose du pont est localisée. Les zones situées plus près de l'axe formé par les vaisseaux transporteurs et les voies biliaires sont plus viables et la régénération des cellules hépatiques peut commencer plus tard. La contribution de chacune des zones acini à la régénération des hépatocytes dépend de la localisation du dommage.

Les cellules hépatiques (hépatocytes) représentent environ 60% de la masse du foie. Ils ont une forme polygonale et un diamètre d'environ 30 microns. Ce sont des cellules mononucléées, moins souvent multicœurs, qui se divisent par mitose. La durée de vie des hépatocytes chez les animaux de laboratoire est d'environ 150 jours. L'hépatocyte est bordé par un espace sinusoïde et Disse, avec le canal biliaire et les hépatocytes adjacents. Les hépatocytes n'ont pas de membrane basale.

Les sinusoïdes sont tapissés de cellules endothéliales. Les ondes sinusoïdales comprennent les cellules du système réticulo-endothélial (cellules de Kupffer) citant les phages, les cellules étoilées, également appelées cellules de stockage de graisse, cellules Ito ou lipocytes.

Chaque milligramme d'un foie humain normal contient environ 202 * 10 3 cellules, dont 171 * 10 3 sont parenchymateuses et 31 * 10 3 littorales (sinusoïdales, y compris les cellules de Kupffer).

L'espace Disse est l'espace tissulaire situé entre les hépatocytes et les cellules endothéliales sinusoïdales. Dans le tissu conjonctif périsinusoïdal se trouvent des vaisseaux lymphatiques, qui sont entièrement tapissés par l'endothélium. Le liquide tissulaire s'écoule à travers l'endothélium dans les vaisseaux lymphatiques.

Les branches des artérioles hépatiques forment un plexus autour des voies biliaires et se déversent dans le réseau sinusoïdal à ses différents niveaux. Ils fournissent du sang aux structures situées dans les tractus portaux. Il n’ya pas d’anastomose directe entre l’artère hépatique et la veine porte.

Le système excréteur du foie commence par les canaux biliaires. Ils n'ont pas de parois, mais sont simplement des dépressions sur les surfaces en contact des hépatocytes, qui sont recouverts de microvillosités. La membrane plasmique est imprégnée de microfilaments qui forment le cytosquelette de support. La surface des tubules est séparée du reste de la surface extracellulaire par des complexes de liaison constitués de jonctions serrées, de jonctions lacunaires et de desmosomes. Le réseau intralobulaire de tubules est drainé dans des conduits biliaires terminaux à paroi mince (cholangiola, canalicules de Goering), recouverts d'un épithélium cubique. Ils aboutissent aux canaux biliaires plus larges (interlobulaires) situés dans les voies portales. Ces dernières sont divisées en petites (diamètre inférieur à 100 microns), moyennes (± 100 microns) et grandes (plus de 100 microns).

Les cellules sinusoïdales (cellules endothéliales, cellules de Kupffer, cellules étoilées et alvéolaires) ainsi que la région des hépatocytes faisant face à la lumière d'une sinusoïde forment une unité fonctionnelle et histologique.

Les cellules endothéliales tapissent les sinusoïdes et contiennent une fenêtre qui forme une barrière en escalier entre la sinusoïde et l'espace de Disse (Figure 1-16). Les cellules de Kupffer sont attachées à l'endothélium.

Les cellules étoilées du foie sont situées dans l'espace Disse entre les hépatocytes et les cellules endothéliales (Fig. 1-17). L'espace Disse contient du liquide tissulaire s'écoulant plus profondément dans les vaisseaux lymphatiques des zones portales. Avec une augmentation de la pression sinusoïdale, la production de lymphe dans l'espace de Disse augmente, ce qui joue un rôle dans la formation d'ascites en violation du flux veineux du foie.

Cellules de Kupffer. Ce sont des macrophages très mobiles associés à l'endothélium, qui sont colorés à la peroxydase et possèdent une enveloppe nucléaire. Ils phagocytent les grosses particules et contiennent des vacuoles et des lysosomes. Ces cellules sont formées à partir de monocytes sanguins et n’ont qu’une capacité limitée de division. Ils phagocytaires par le mécanisme de l'endocytose (pinocytose ou phagocytose), qui peut être médiée par les récepteurs (absorption) ou se produire sans la participation de récepteurs (phase liquide). Les cellules de Kupffer absorbent les cellules anciennes, les particules étrangères, les cellules tumorales, les bactéries, les levures, les virus et les parasites. Ils capturent et traitent les lipoprotéines oxydées de faible densité (considérées comme athérogènes) et éliminent les protéines dénaturées et la fibrine lors de la coagulation intravasculaire disséminée.

La cellule de Kupffer contient des récepteurs membranaires spécifiques pour les ligands, y compris le fragment Fc d'immunoglobuline et le composant du complément C3b, qui jouent un rôle important dans la présentation de l'antigène.

Les cellules de Kupffer sont activées par des infections ou des blessures généralisées. Ils absorbent spécifiquement les endotoxines et produisent en réponse un certain nombre de facteurs, tels que le facteur de nécrose tumorale, les interleukines, la collagénase et les hydrolases lysosomales. Ces facteurs augmentent le sentiment d'inconfort et de malaise. L'effet toxique de l'endotoxine est donc dû aux produits de la sécrétion de cellules de Kupffer, car il est lui-même non toxique.

La cellule de Kupffer sécrète également des métabolites de l'acide arachidonique, notamment des prostaglandines.

La cellule de Kupffer possède des récepteurs membranaires spécifiques pour l'insuline, le glucagon et les lipoprotéines. Le récepteur glucidique de la N-acétylglycosamine, du mannose et du galactose peut jouer un rôle médiateur dans la pinocytose de certaines glycoprotéines, en particulier les hydrolases lysosomales. En outre, il induit l'absorption de complexes immuns contenant des IgM.

Dans le foie fœtal, les cellules de Kupffer remplissent une fonction érythroblastoïde. La reconnaissance et la rapidité de l'endocytose par les cellules de Kupffer dépendent des opotsonines, de la fibronectine plasmatique, des immunoglobulines et de la tuftsine, un peptide immunomodulateur naturel.

Cellules endothéliales. Ces cellules sédentaires forment un mur de sinusoïdes. Les zones fenêtrées de cellules endothéliales (fenestra) ont un diamètre de 0,1 µm et forment des plaques criblées qui servent de filtre biologique entre le sang sinusoïdal et le plasma qui remplit l’espace de Disse. Les cellules endothéliales ont un cytosquelette mobile qui soutient et régule leur taille. Ces "tamis hépatiques" filtrent des macromolécules de différentes tailles. Les gros chylomicrons riches en triglycérides ne les traversent pas, mais les triglycérides pauvres, plus petits, mais les résidus saturés de cholestérol et de rétinol peuvent pénétrer dans l'espace de Disse. Les cellules endothéliales diffèrent légèrement en fonction de l'emplacement dans le lobule. En microscopie électronique à balayage, on peut voir que le nombre de fenestr peut diminuer de manière significative avec la formation de la membrane basale; Ces modifications sont particulièrement prononcées dans la zone 3 chez les patients alcooliques.

Les cellules endothéliales sinusoïdales éliminent activement les macromolécules et les petites particules de la circulation sanguine en utilisant une endocytose à médiation par un récepteur. Ils portent des récepteurs de surface pour l'acide hyaluronique (le principal composant polysaccharidique du tissu conjonctif), du sulfate de chondroïtine et une glycoprotéine contenant du mannose, ainsi que des récepteurs de type III pour les fragments d'IgG Fc et un récepteur pour une protéine qui se lie aux lipopolysaccharides. Les cellules endothéliales remplissent une fonction de nettoyage en éliminant les enzymes qui endommagent les tissus et les facteurs pathogènes (y compris les micro-organismes). En outre, ils purifient le sang du collagène détruit et lient et absorbent les lipoprotéines.

Cellules étoilées du foie (cellules graisseuses, lipocytes, cellules Ito). Ces cellules sont situées dans l'espace de Disse sous -endothélial. Ils contiennent de longues excroissances du cytoplasme, dont certaines sont en contact étroit avec des cellules parenchymateuses, tandis que d'autres atteignent plusieurs sinusoïdes, où ils peuvent participer à la régulation du flux sanguin et, ainsi, affecter l'hypertension portale. Dans un foie normal, ces cellules constituent le principal lieu de stockage des rétinoïdes. morphologiquement, cela se manifeste par des gouttelettes de graisse dans le cytoplasme. Après avoir isolé ces gouttelettes, les cellules étoilées deviennent similaires aux fibroblastes. Elles contiennent de l'actine et de la myosine et sont réduites lorsqu'elles sont exposées à l'endothéline-1 et à la substance P. Lorsque les hépatocytes sont endommagés, les cellules étoilées perdent des gouttes adipeuses, prolifèrent, migrent vers la zone 3, acquièrent un phénotype ressemblant au phénotype de myofibroblaste et produisent du collagène de type I, III et IV. aussi laminine. De plus, ils sécrètent des protéinases de la matrice cellulaire et leurs inhibiteurs, par exemple un inhibiteur tissulaire des métalloprotéinases. La collagénisation de l'espace Diss entraîne une diminution des substrats associés à la protéine dans l'hépatocyte.

Cellules Pitched. Ce sont des lymphocytes très mobiles - des tueurs naturels attachés à la surface de l'endothélium face à la lumière d'une sinusoïde. Leurs microvillosités ou pseudopodes pénètrent dans la muqueuse endothéliale et se connectent aux microvillosités des cellules parenchymateuses dans l’espace de Diss. Ces cellules ne vivent pas longtemps et sont renouvelées par des lymphocytes en circulation, qui se différencient en sinusoïdes. On y trouve des granules caractéristiques et des bulles avec des bâtons au centre. Les cellules fossiles ont une cytotoxicité spontanée vis-à-vis des hépatocytes infectés par les tumeurs et les virus.

FOIE est la plus grande glande dans le corps des vertébrés. Chez l'homme, il représente environ 2,5% du poids corporel, une moyenne de 1,5 kg chez l'homme adulte et 1,2 kg chez la femme. Le foie est situé dans l'abdomen supérieur droit; il est attaché par des ligaments au diaphragme, à la paroi abdominale, à l'estomac et aux intestins et est recouvert d'une fine membrane fibreuse - une capsule de glisson. Le foie est un organe souple mais dense de couleur brun-rouge et se compose généralement de quatre lobes: un grand lobe droit, une gauche plus petite et une queue beaucoup plus petite et des lobes carrés formant la surface inférieure arrière du foie.

Fonctions Le foie est un organe vital qui remplit de nombreuses fonctions. L'un des principaux est la formation et la sécrétion de bile, un liquide clair orange ou jaune. La bile contient des acides, des sels, des phospholipides (graisses contenant un groupe phosphate), du cholestérol et des pigments. Les sels d'acides biliaires et d'acides biliaires libres émulsionnent les graisses (c'est-à-dire se divisent en petites gouttelettes), facilitant ainsi leur digestion; convertir les acides gras en formes solubles dans l'eau (ce qui est nécessaire pour l'absorption des acides gras eux-mêmes et des vitamines liposolubles A, D, E et K); avoir une action antibactérienne. Tous les nutriments absorbés dans le sang par le tube digestif, les produits de la digestion des glucides, des protéines et des graisses, des minéraux et des vitamines passent par le foie et y sont transformés. En même temps, une partie des acides aminés (fragments de protéines) et une partie des graisses sont converties en hydrates de carbone. Le foie est donc le plus grand «dépôt» de glycogène dans le corps. Il synthétise des protéines plasmatiques - globulines et albumine, ainsi que des réactions de conversion d'acides aminés (désamination et transamination). La désamination - élimination des groupes amino contenant de l'azote des acides aminés - permet l'utilisation de ces derniers, par exemple, pour la synthèse d'hydrates de carbone et de graisses. La transamination est le transfert d'un groupe amino d'un acide aminé à un acide céto pour former un autre acide aminé (voir METABOLISM). Dans le foie, les corps cétoniques (produits métaboliques des acides gras) et le cholestérol sont également synthétisés. Le foie est impliqué dans la régulation du glucose (sucre) dans le sang. Si ce niveau augmente, les cellules hépatiques convertissent le glucose en glycogène (une substance similaire à l'amidon) et le déposent. Si la teneur en glucose dans le sang tombe en dessous de la normale, le glycogène est divisé et le glucose pénètre dans le sang. De plus, le foie est capable de synthétiser le glucose à partir d'autres substances, telles que les acides aminés; Ce processus s'appelle la gluconéogenèse. Une autre fonction du foie est la détoxification. Les médicaments et autres composés potentiellement toxiques peuvent être convertis dans les cellules du foie en une forme soluble dans l’eau, ce qui leur permet d’être éliminés comme faisant partie de la bile; ils peuvent également être détruits ou conjugués (combinés) avec d'autres substances pour former des produits inoffensifs et facilement excrétés. Certaines substances sont temporairement déposées dans les cellules de Kupffer (cellules spéciales absorbant les particules étrangères) ou dans d'autres cellules du foie. Les cellules de Kupffer sont particulièrement efficaces pour éliminer et détruire les bactéries et autres particules étrangères. Grâce à eux, le foie joue un rôle important dans la défense immunitaire de l'organisme. Possédant un réseau dense de vaisseaux sanguins, le foie sert également de réservoir de sang (il contient toujours environ 0,5 litre de sang) et participe à la régulation du volume sanguin et du débit sanguin dans le corps. En général, le foie remplit plus de 500 fonctions différentes et son activité n'a pas encore pu être reproduite artificiellement. Le retrait de cet organe entraîne inévitablement la mort en 1 à 5 jours. Cependant, le foie possède une énorme réserve interne, il a une capacité étonnante à récupérer des dommages, de sorte que les humains et les autres mammifères puissent survivre même après avoir retiré 70% du tissu hépatique.
La structure La structure complexe du foie est parfaitement adaptée pour remplir ses fonctions uniques. Les actions sont constituées de petites unités structurelles - des tranches. Dans le foie humain, il y a environ cent mille personnes, chacune de 1,5 à 2 mm de long et 1 à 1,2 mm de large. Le lobule est constitué de cellules hépatiques - des hépatocytes situés autour de la veine centrale. Les hépatocytes s'unissent en couches d'une cellule épaisse - la soi-disant. plaques hépatiques. Ils divergent radialement de la veine centrale, se ramifient et se connectent les uns aux autres, formant un système complexe de parois; des espaces étroits entre eux, remplis de sang, sont appelés sinusoïdes. Les sinusoïdes sont équivalents aux capillaires; en passant l'un dans l'autre, ils forment un labyrinthe continu. Les lobules hépatiques sont alimentés en sang par les branches de la veine porte et de l'artère hépatique, et la bile formée dans les lobules pénètre dans le système tubulaire, puis dans les canaux biliaires et hors du foie.

La veine porte du foie et l'artère hépatique fournissent au foie un double apport inhabituel de sang. Du sang enrichi en nutriments provenant des capillaires de l'estomac, des intestins et de plusieurs autres organes est recueilli dans la veine porte, qui au lieu de transporter le sang vers le cœur, comme la plupart des autres veines, le transporte vers le foie. Dans les lobules du foie, la veine porte se désintègre en un réseau de capillaires (sinusoïdes). Le terme «veine porte» indique la direction inhabituelle du transport du sang des capillaires d'un organe aux capillaires d'un autre (les reins et l'hypophyse ont un système circulatoire similaire). La deuxième source d'approvisionnement en sang vers le foie, l'artère hépatique, transporte le sang riche en oxygène du cœur aux surfaces extérieures des lobules. La veine porte fournit 75-80%, et l'artère hépatique fournit 20-25% de l'apport sanguin total au foie. En général, environ 1500 ml de sang traversent le foie par minute, c.-à-d. un quart du débit cardiaque. Le sang des deux sources aboutit dans les sinusoïdes, où il se mélange et va dans la veine centrale. À partir de la veine centrale, le sang s'écoule vers le cœur par les veines lobaires du foie (à ne pas confondre avec la veine porte du foie). La bile est sécrétée par les cellules du foie dans les plus petits tubes entre les cellules - les capillaires biliaires. Sur le système interne des tubules et des canaux, il est collecté dans le canal biliaire. Une partie de la bile va directement dans le canal biliaire commun et se déverse dans l'intestin grêle, mais la plus grande partie du canal cystique est ramenée dans la vésicule biliaire, un petit sac dont les parois musculaires sont fixées au foie. Lorsque la nourriture pénètre dans l'intestin, la vésicule biliaire se contracte et libère le contenu dans le canal biliaire commun, qui s'ouvre dans le duodénum. Le foie humain produit environ 600 ml de bile par jour.
Triade de portail et acinus. Les branches de la veine porte, de l'artère hépatique et de la voie biliaire sont situées à proximité, à la limite extérieure des lobules et constituent la triade porte. Sur la périphérie de chaque lobule, il existe plusieurs triades portales. L'unité fonctionnelle du foie est l'acinus. C'est la partie du tissu qui entoure la triade porte et comprend les vaisseaux lymphatiques, les fibres nerveuses et les secteurs adjacents de deux segments ou plus. Un acinus contient environ 20 cellules hépatiques situées entre la triade porte et la veine centrale de chaque lobule. Dans une image en deux dimensions, un simple acini ressemble à un groupe de vaisseaux entourés de parties adjacentes des lobules, et en trois dimensions à une baie (acinus - latin. Berry) suspendue à une tige de sang et de vaisseaux biliaires. L'acinus, dont le réseau microvasculaire comprend les vaisseaux sanguins et lymphatiques, les sinusoïdes et les nerfs énumérés ci-dessus, est une unité microcirculatoire du foie. Les cellules hépatiques (hépatocytes) ont la forme de polyèdres, mais elles ont trois surfaces fonctionnelles principales: sinusoïdale, faisant face au canal sinusoïdal; tubulaire - participant à la formation de la paroi du capillaire biliaire (il n’a pas de paroi propre); et extracellulaire - directement adjacente aux cellules hépatiques adjacentes.
Dysfonctionnement du foie. Le foie ayant de nombreuses fonctions, ses troubles fonctionnels sont extrêmement divers. Dans les maladies du foie augmente la charge sur le corps et sa structure peut être endommagée. Le processus de récupération du tissu hépatique, y compris la régénération des cellules hépatiques (formation de nœuds de régénération), est bien étudié. Il a été découvert en particulier qu'en cas de cirrhose du foie, une régénération perverse du tissu hépatique se produit avec une mauvaise disposition des vaisseaux se formant autour des noeuds cellulaires; en conséquence, le flux sanguin est perturbé dans l'organe, ce qui conduit à la progression de la maladie. La jaunisse, une peau jaune, une sclérotique (protéine oculaire; ici, le changement de couleur est le plus perceptible) et d’autres tissus sont un symptôme courant des maladies du foie, reflétant l’accumulation de bilirubine (pigment biliaire jaune rougeâtre) dans les tissus corporels.
Voir aussi
Hépatite;
JAWN;
La vésicule biliaire;
CIRRHOSE.
Animaux du foie. Si une personne a un foie qui a 2 lobes principaux, alors pour d'autres mammifères, ces lobes peuvent être divisés en plus petits, et il existe des espèces dans lesquelles le foie est constitué de 6 et même 7 lobes. Chez les serpents, le foie est représenté par un lobe allongé. Le foie de poisson est relativement gros; chez les poissons qui utilisent de l'huile de foie pour augmenter leur flottabilité, il présente une grande valeur économique en raison de sa teneur élevée en graisses et en vitamines. De nombreux mammifères, tels que les baleines et les chevaux, et de nombreux oiseaux, tels que les pigeons, sont dépourvus de vésicule biliaire; cependant, on le trouve chez tous les reptiles, les amphibiens et la plupart des poissons, à l'exception de quelques espèces de requins.
Littérature
Green N., Stout U., Taylor D. Biology, V. 2. M., 1996 Human Physiology, ed. R. Schmidt, G. Tevsa, volume 3. M., 1996

Encyclopédie Collier. - Société ouverte. 2000


Articles Connexes Hépatite