Symptômes et effets de l'hépatite chronique

Share Tweet Pin it

L’inflammation du foie, qui dure plus de six mois, est une hépatite chronique. Il peut couler doucement et causer des dommages mineurs. La forme grave est associée à la mort des cellules hépatiques, au développement de la cirrhose et à l'insuffisance hépatique.

Les virus B et C sont la cause de l’hépatite chronique dans 60% des cas. Ils peuvent être présents dans le corps et rester silencieux pendant des décennies. Sur fond de symptômes bénins, il se produit une destruction des cellules et la formation de tissu cicatriciel, qui provoque une cirrhose et un risque de cancer. L'ajout du virus D au cours de l'hépatite B provoque une flambée de symptômes et une transition vers la forme chronique.

L'hépatite chronique non infectieuse apparaît sur fond de dépendance à l'alcool, d'accumulation de graisse dans le foie, d'altération de l'immunité. Sous l’influence de l’alcool, l’hépatite chronique de toute origine devient plus agressive et conduit à la cirrhose. Cependant, le plus souvent, les patients découvrent la maladie par hasard, en effectuant un test sanguin et en détectant des taux élevés d'enzymes hépatiques.

L'utilisation à long terme de certains médicaments provoque également une hépatite chronique: isoniazide (contre la tuberculose), méthyldopa (avec hypertension), phénytoïne (contre l'épilepsie), macrodantine (avec cystite). Les caractéristiques métaboliques transmises par les parents peuvent causer des dommages au foie - par exemple, l'hémochromatose et la maladie de Wilson.

Manifestations d'hépatite chronique

Au début, l'hépatite chronique ne montre aucun symptôme. Le plus souvent, les patients se plaignent de fatigue. La sensation de malaise physique augmente tout au long de la journée, pouvant provoquer une panne et l'épuisement, à savoir:

  • Faiblesse spontanée du matin.
  • Fatigue rapide après l'exercice.
  • Somnolence et réticence à faire quoi que ce soit.

Un inconfort dans la partie supérieure de l'abdomen est associé à des modifications du foie. Dans ce contexte, perte d'appétit, nausée, en particulier après avoir consommé des aliments gras. Le poids dans l'hypochondre devient une sensation familière et, chez 40% des patients, une douleur d'intensité variable apparaît.

La période latente d'hépatite chronique dépend de l'évolution de la maladie. Les symptômes peuvent être effacés, une faiblesse périodique manifeste et ne pas entraîner de douleur dans l'hypochondre droit. La transpiration et l'insomnie sont souvent confondues avec d'autres signes non liés aux pathologies des organes internes. Cependant, sans traitement, la maladie devient plus active, ce qui affecte l'état général de la personne:

  • Une faiblesse constante rend le travail difficile.
  • L'irritabilité augmente.
  • Il y a une douleur paroxystique sous le bord droit.
  • Sans raison, la température monte à 37,5-38 degrés.
  • Dérangeant amertume dans la bouche.

Les périodes d'exacerbation sont remplacées par une évolution asymptomatique, ce qui montre à nouveau le caractère changeant de l'hépatite chronique.

Les symptômes dangereux du développement ultérieur de l'hépatite chronique sont le jaunissement du blanc des yeux et de la peau. Le patient peut remarquer un assombrissement de l'urine et une décoloration des selles. De plus en plus, des ballonnements apparaissent et la fatigue est aggravée par une faiblesse musculaire.

Les signes menaçants de la cirrhose et de la fonction hépatique anormale sont les suivants:

  • Jaunisse persistante et sévère.
  • Gonflement des jambes et de l'abdomen (ascite).
  • Perte de masse musculaire
  • Vomissements et selles de sang.
  • Insomnie nocturne et somnolence diurne.
  • Confusion de conscience (encéphalopathie).

Caractéristiques de l'hépatite B chronique

L'hépatite B chronique se développe après une forme aiguë de la maladie, dont l'évolution est généralement lente. Parce que les patients ne peuvent pas nommer avec précision le moment de l’apparition de la maladie, bien qu’elle puisse être accompagnée d’une légère jaunisse et d’une fièvre, qui sont souvent confondues avec un rhume ou une grippe.

Alors que la personne à l'extérieur a l'air en bonne condition, les processus actifs se déroulent à l'intérieur et ne sont détectés que par l'analyse biochimique du sang. Extérieurement, cela se manifeste par un ictère incomplet, une faiblesse, un léger malaise auquel les gens ne font souvent pas attention aux symptômes, considérant qu’ils font partie du mode de vie.

Sous les symptômes bénins de l'hépatite sont graves dommages au foie. De nombreux patients consultent un médecin souffrant d’ascite (accumulation de liquide dans la cavité abdominale) et d’hypertension portale - ces signes indiquent que l’hépatite chronique a évolué depuis longtemps et qu’une cirrhose ou un cancer est apparu à l’horizon.

Caractéristiques de l'hépatite C chronique

De nombreuses personnes atteintes d'hépatite C chronique signalent une variété de symptômes qui ressemblent à d'autres maladies. Cela peut être des yeux secs, une inflammation des intestins, des problèmes de miction. La plupart des symptômes sont courants et s'expliquent pleinement par le stress, les carences nutritionnelles et le manque de sommeil. Cependant, l’intoxication associée à l’infection a tendance à augmenter.

La forme chronique de l'hépatite perturbe avec le temps le travail d'autres organes:

  • Les maladies de la glande thyroïde, qui provoquent la fatigue, sont souvent observées dans le contexte de lésions hépatiques.
  • Violation de la sensibilité des membres, paralysie caractéristique de la polyneuropathie sur le fond de l'hépatite virale chronique.
  • L'inflammation des articulations se produit avec l'arthrite causée par une inflammation.
  • L'atteinte rénale est caractérisée par la douleur, l'apparition de sang dans les urines.
  • Les symptômes cutanés se manifestent par des vésicules, des points rouges en pointillés, des vésicules contenant du sang.
  • L’étendue des symptômes de l’hépatite C chronique est due à une déficience de l’immunité et des cellules sanguines.

Hépatite cachée qu'est-ce que c'est

L'hépatite virale C est la forme la plus grave de toutes les hépatites virales. Les plus grands experts du monde la considèrent comme l’une des maladies les plus insidieuses et les plus dangereuses de notre époque. Il est très facile pour eux de contracter l'infection et cela ne peut être reconnu qu'à l'aide de tests sanguins spéciaux. Cette hépatite est dangereuse principalement en raison de ses conséquences parfois fatales - la cirrhose et le cancer du foie, qui ne surviennent pas toujours.

Hépatite virale c

L'hépatite C est une maladie dangereuse et si vous ne prenez pas de mesures actives pour sauver votre santé, la probabilité de quitter cette lumière augmente plus tôt.

Jusqu'en 1989, année de la découverte du virus de l'hépatite C, cette infection était appelée hépatite «ni A ni B». Contrairement à l'agent causal de l'hépatite B, le virus de l'hépatite C est un virus contenant de l'ARN de la famille des flavivirus de 50 à 70 nm. Pour ce virus, les scientifiques n'ont pas encore trouvé de culture de cellules sensibles susceptible de s'accumuler en dehors du corps humain. Par conséquent, il n'est pas encore possible d'étudier ses propriétés en laboratoire et de développer un vaccin efficace, comme c'est le cas pour le virus de l'hépatite B.

Cependant, les scientifiques ont déjà réussi à accomplir beaucoup. Il a été constaté que ce virus, comme le virus de l'hépatite B, possède une enveloppe. Une caractéristique importante de l’agent pathogène de l’hépatite C, qui détermine sa ruse, est un large éventail de variantes de la structure de l’acide nucléique. Il existe actuellement 6 types (génotypes) de virus de l'hépatite C connus: 1, 2, 3, 4, 5, b et plus d'une centaine de sous-types, désignés par des lettres latines (1a, 1b, 2c, 2b, 2c, Za, etc.). Chacune d'entre elles a son propre caractère, de sorte que les mesures pour les combattre diffèrent considérablement.

Établi des différences géographiques significatives dans la distribution des différents génotypes. Ainsi, au Japon et en Chine, les génotypes 1b, 2a et 2b sont principalement enregistrés. Le type 1b est même appelé "japonais". Aux États-Unis, le type 1a prévaut. Il a été surnommé "américain". Dans la partie européenne de la Russie, les génotypes 1b et plus prévalent. Le génotype 4 circule en Afrique du Nord et en Afrique centrale, tandis que dans le sud du continent, le génotype 5 en est le principal. Le génotype B est répandu en Asie du Sud-Est et est le type principal au Vietnam, l'un des principaux types en Thaïlande et en Indonésie.

La détermination du génotype est d'une grande importance pour prévoir l'efficacité du traitement antiviral, ainsi que pour prévoir la gravité et l'évolution de la maladie. Les médecins savent que l'hépatite causée par le génotype lb est relativement résistante à l'interféron et conduit le plus souvent à la cirrhose et au cancer du foie - carcinome hépatocellulaire.

En plus des objectifs pronostiques, le décodage du génotype vous permet d’établir l’origine de l’infection. Par exemple, les sous-types 1a et 3b sont plus souvent transmis par la méthode de la «seringue» et sont détectés chez les personnes qui utilisent des drogues par voie intraveineuse, tandis que le sous-type 1b est associé principalement aux transfusions sanguines.

Une caractéristique du virus de l'hépatite C est également sa variabilité génétique au cours de l'évolution de la maladie, même chez le même patient. Cela garantit que le virus échappe aux facteurs de protection de l'immunité et augmente la résistance à l'action des médicaments.

Voies d'infection

Les patients infectés par des formes aiguës et chroniques sont à l’origine de l’infection. Les personnes atteintes d'une maladie asymptomatique sont d'une importance primordiale. Le virus de l'hépatite C se transmet par contact avec du sang infecté et ses produits. Le principal groupe à risque est constitué de personnes qui utilisent des drogues à usage de seringue (injection). L’hépatite C est également appelée «hépatite du toxicomane».

Le principal facteur de risque d'infection par injection de drogues est la contamination d'une aiguille ou d'une seringue avec du sang infecté, ce qui se produit lors de l'utilisation d'un groupe d'outils. Dans le même temps, les toxicomanes débutants, qui s’injectent la drogue en dernier, courent le plus grand risque d’infection. Une infection se produit souvent lors de l’utilisation d’une seringue stérile ou jetable, lorsqu’une solution du médicament est prélevée dans le réservoir commun ou lorsqu’elle est faite maison.

À l'heure actuelle, l'une des caractéristiques de l'hépatite C est un changement important dans la structure par âge de la maladie. Ces dernières années, dans la plupart des régions de la Russie, les patients atteints d'hépatite C aiguë sont principalement des personnes âgées de 15 à 29 ans (70 à 80%), tandis que les enfants représentent 3,3 à 3,6%. Cela s'explique par le fait que les principales voies de transmission du virus touchent principalement la catégorie des jeunes, puisqu'elles représentent la majorité des consommateurs de drogues.

La transmission du virus par le biais de rapports sexuels a récemment été l’un des mécanismes de transmission du virus de l’hépatite C qui a fait l’objet de discussions approfondies.Certains experts estiment que les travailleurs du sexe sont des sources d’infection.

Selon certains, cette voie d'infection existe, mais elle est peu probable, car il n'y a pas encore de preuve convaincante de la présence du virus de l'hépatite C dans les sécrétions du liquide séminal et du vagin. Selon la seconde, une telle infection ne peut se produire que par microtraumatisme des muqueuses lors des rapports sexuels.

La transmission de l'hépatite C de la mère à l'enfant est également rare: la probabilité d'infection du fœtus et du nouveau-né par une femme infectée est de 1 à 5%. Si l’infection s’est produite pendant la période périnatale (elle couvre le développement intra-utérin du fœtus à partir de 28 semaines de gestation, la naissance et les 7 premiers jours de la vie de l’enfant), le virus passe inaperçu pendant longtemps et ne se manifeste que vers l’âge adulte.

Il est possible de détecter le virus de l’hépatite C dans la salive, mais jusqu’à présent, on ne sait pas si l’infection peut se produire avec des baisers, mais la transmission du virus de personne à personne après avoir été piqué est décrite dans la littérature spécialisée.

Un pourcentage élevé de la probabilité d'infection concerne les patients en hémodialyse constante (sous traitement à l'aide de l'appareil à «rein artificiel»).

Les professionnels de la santé susceptibles d'être contaminés par un contact accidentel avec le sang ou la salive d'un patient constituent également un groupe à risque. On estime que la probabilité de contracter l'hépatite C lorsqu'une aiguille est percée à travers la peau avec une aiguille infectée par du sang infecté est de 10%. Le contact avec des échantillons de contrôle contaminés est considéré comme un facteur de risque d'infection possible dans les laboratoires cliniques.

Le contact avec les sérums du patient lors de l'ouverture de flacons munis de bouchons métalliques, lors de la manipulation d'échantillons, de seringues et d'aiguilles congelés pour la préparation de solutions, peut également entraîner une infection. La transmission d'un patient à l'autre peut également se produire par l'intermédiaire de tubes d'anesthésie contaminés.

Dans 20 à 40% des cas, les causes d'infection par le virus de l'hépatite C restent non résolues. Du moins, elles ne peuvent pas être associées à des facteurs de risque connus. Ceci suggère la possibilité de la propagation du virus d'une autre manière.

Le virus de l'hépatite C, contrairement aux autres virus de ce groupe, est mis à jour en permanence. Il change constamment la structure de la coque extérieure. Grâce à cette propriété inhabituelle, le virus parvient à "s'échapper" de la surveillance immunitaire de l'organisme. Le système immunitaire n'a pas le temps de se reconstruire aussi rapidement et les anticorps protecteurs développés contre le variant déjà connu cessent d'agir sur le virus mis à jour.

Dès que des anticorps contre une nouvelle variante apparaissent, le virus change à nouveau d'enveloppe. Par conséquent, il existe une "compétition pour la vitesse" constante entre la formation de nouvelles particules virales et la production d'anticorps les neutralisant. Malheureusement, dans cette bataille, le virus gagne souvent. Cette variabilité du virus de l'hépatite C est un moyen de son existence dans le corps humain, détermine en grande partie la nature de la maladie et complique la recherche de moyens pour lutter contre cette infection insidieuse.

Symptômes de la maladie.

La période d'incubation dure de 20 à 150 jours, en moyenne de 40 à 50 jours.

Le cours de l'hépatite C peut être divisé en trois étapes: aiguë, latente (chronique) ou chronique, et la phase de réactivation, ou un nouveau foyer de la maladie.

La raison de l'évolution en trois étapes de la maladie réside dans la capacité du virus de l'hépatite C à "s'échapper" de la surveillance immunitaire. Cette propriété du virus détermine sa capacité à rester dans le corps pendant une longue période, presque toute la vie. » En général, l'hépatite C peut être décrite comme une infection virale lente, qui s'est étendue pendant de nombreuses années avec une longue période asymptomatique, une fin rapide et une menace de mort.

Il y a les stades suivants de la maladie:

Phase aiguë.

Cette période est traditionnellement limitée à une période de 6 mois. Cela peut passer aussi inaperçu chez l'homme. Les médecins appellent cette étape infraclinique ou inapparente, et sous la forme de manifestations extérieures évidentes (dans le langage des médecins, l'étape manifeste).

Les variantes invisibles de l'hépatite C aiguë sont courantes, mais leur masse reste non reconnue. Par conséquent, la majorité des patients atteints d'hépatite C chronique souffrent de la forme latente de la phase aiguë. Établir un diagnostic dans ce cas est un problème très difficile, et cela n'est possible qu'avec un examen en masse des personnes appartenant à des groupes à risque élevé.

Les patients présentant une variante manifeste de la phase aiguë de l'hépatite C sont une minorité, leur proportion ne dépassant généralement pas 20%. Dans cette variante de l'hépatite C aiguë, les patients se plaignent de détérioration de l'état de santé, de léthargie, de faiblesse, d'une diminution de l'activité physique, de fatigue et d'une détérioration de l'appétit.

Lorsqu’il est examiné par un médecin, dans certains cas, une augmentation légèrement marquée du foie est établie. Le diagnostic est grandement facilité par l'apparition d'un ictère de la sclérotique, une légère coloration de la peau. Cependant, les signes de jaunisse sont rarement détectés - dans 8% des cas. Habituellement, lorsque les plus petits signes de jaunisse apparaissent, les patients sont hospitalisés.

La phase aiguë de l'hépatite C peut aboutir à une guérison. Un tel résultat est plus souvent enregistré avec la variante ictérique, mais avec l'hépatite C, il est beaucoup moins courant qu'avec l'hépatite B. La réponse immunitaire dans l'hépatite C virale se développe très lentement. Les premiers anticorps antiviraux neutralisant le virus peuvent être détectés au plus tôt 5 semaines après l'infection (transfusion de sang infecté), mais leur apparition peut être beaucoup plus longue (30 à 50 semaines).

Phase cachée (latente).

Chez la majorité des patients, la phase aiguë de l'hépatite C est remplacée par une phase latente, caractérisée par de nombreuses années de «colonisation» du virus dans le corps. Il est classiquement décrit comme "porteur chronique du virus". Les experts estiment que les porteurs chroniques du virus de l'hépatite C sont au moins deux fois plus gros que ceux de l'hépatite B.

La phase latente peut durer de nombreuses années, allant de 10 à 20 ans. Pendant cette période, la majorité des individus infectés (infectés) se considèrent en bonne santé et constituent des sources potentielles d’infection. Le seul problème est peut-être une légère lourdeur dans l'hypochondre droit, qui survient généralement en violation du régime alimentaire et de l'exercice.

Lorsqu’il est examiné par un médecin, on peut détecter une augmentation insignifiante du foie et des cérébilles et un épaississement de celui-ci. Les analyses de sang montrent seulement un faible niveau d'ALY dans l'Iomyshepio et on détecte périodiquement 1 * 11K.

Il est important de noter que la durée de la phase latente est sensiblement réduite en présence, comme le disent les médecins, de circonstances aggravantes dans les antécédents (information reçue par le médecin après avoir interrogé le patient) - lésions alcooliques, toxiques, médicinales du foie ou maladies associées;

Phase de réactivation (réapparition de la maladie).

Les statistiques montrent qu'un nouveau foyer de la maladie survient en moyenne après 14 ans, une cirrhose du foie - 18 ans, un carcinome hépatocellulaire - 23-28 ans. Ces faibles taux de développement de l'hépatite C ont été à la base de l'opinion selon laquelle l'infection par le virus de la vieillesse n'avait pratiquement aucun effet sur l'espérance de vie des patients, car ils n'avaient pas le temps de vivre dans une tempête finale. Cependant, il convient de garder à l’esprit que chez les toxicomanes et les alcooliques, le taux de progression de l’évolution de l’hépatite C augmente considérablement.

Les symptômes typiques de cette période sont:

- réduction progressive de la capacité de travail,

- insomnie associée à une somnolence diurne;

- une sensation de lourdeur dans l'hypochondre droit,

Il y a une tendance à perdre du poids, une légère augmentation de la température sans signes de jaunisse. Au cours de l'examen, les médecins ont noté une augmentation et un durcissement du foie, à une date ultérieure, une augmentation de la rate. Les médecins évaluent de telles manifestations cliniques en tant que "complexe symptomatique de l'hépatite chronique". Cette étape se présente sous la forme d'un changement périodique d'étapes d'exacerbation et de rémission (disparition des symptômes).

Chez 20 à 40% des patients atteints d'hépatite C chronique, des modifications irréversibles se produisent dans le foie pendant la phase de réactivation, son épaississement étant dû à la formation d'un nouveau tissu conjonctif - une transition vers une cirrhose du foie est observée. Comme le disent les médecins, la cirrhose reste "muette" ou méconnue et ne commence à se manifester qu'au fil des années. Même avec une observation de 15 ans, ses signes ne sont pas établis chez plus de 10% des patients. La fin de la phase de réactivation de l'hépatite C chronique, en particulier lors d'une cirrhose du foie, peut être l'apparition d'un cancer du foie - carcinome hépatocellulaire.

Dans la forme d'infection chronique, en plus de l'hépatite, des complications d'autres organes sont possibles. Ils sont souvent associés à une autoallergie, une réaction du système immunitaire de l’organisme contre ses propres tissus détruits par le virus.

En même temps, les parois des petits vaisseaux sanguins de divers organes sont touchées. Sur la peau et les muqueuses apparaît une éruption cutanée sous forme d'hémorragies ponctuelles multiples, de douleurs aux articulations. Les cas les plus graves se produisent avec des dommages aux reins et au tissu nerveux. Par conséquent, les médecins considèrent la forme chronique de l'hépatite C non seulement comme une maladie du foie, mais également comme un processus affectant d'autres organes et systèmes du corps.

L'article utilise des matériaux de sources ouvertes: Auteur: Trofimov S. - Livre: "Maladies du foie"

Hépatite cachée qu'est-ce que c'est

Symptômes et effets de l'hépatite chronique

L’inflammation du foie, qui dure plus de six mois, est une hépatite chronique. Il peut couler doucement et causer des dommages mineurs. La forme grave est associée à la mort des cellules hépatiques, au développement de la cirrhose et à l'insuffisance hépatique.

Les virus B et C sont la cause de l’hépatite chronique dans 60% des cas. Ils peuvent être présents dans le corps et rester silencieux pendant des décennies. Sur fond de symptômes bénins, il se produit une destruction des cellules et la formation de tissu cicatriciel, qui provoque une cirrhose et un risque de cancer. L'ajout du virus D au cours de l'hépatite B provoque une flambée de symptômes et une transition vers la forme chronique.

L'hépatite chronique non infectieuse apparaît sur fond de dépendance à l'alcool, d'accumulation de graisse dans le foie, d'altération de l'immunité. Sous l’influence de l’alcool, l’hépatite chronique de toute origine devient plus agressive et conduit à la cirrhose. Cependant, le plus souvent, les patients découvrent la maladie par hasard, en effectuant un test sanguin et en détectant des taux élevés d'enzymes hépatiques.

L'utilisation à long terme de certains médicaments provoque également une hépatite chronique: isoniazide (contre la tuberculose), méthyldopa (avec hypertension), phénytoïne (contre l'épilepsie), macrodantine (avec cystite). Les caractéristiques métaboliques transmises par les parents peuvent causer des dommages au foie - par exemple, l'hémochromatose et la maladie de Wilson.

Manifestations d'hépatite chronique

Au début, l'hépatite chronique ne montre aucun symptôme. Le plus souvent, les patients se plaignent de fatigue. La sensation de malaise physique augmente tout au long de la journée, pouvant provoquer une panne et l'épuisement, à savoir:

  • Faiblesse spontanée du matin.
  • Fatigue rapide après l'exercice.
  • Somnolence et réticence à faire quoi que ce soit.

Un inconfort dans la partie supérieure de l'abdomen est associé à des modifications du foie. Dans ce contexte, perte d'appétit, nausée, en particulier après avoir consommé des aliments gras. Le poids dans l'hypochondre devient une sensation familière et, chez 40% des patients, une douleur d'intensité variable apparaît.

La période latente d'hépatite chronique dépend de l'évolution de la maladie. Les symptômes peuvent être effacés, une faiblesse périodique manifeste et ne pas entraîner de douleur dans l'hypochondre droit. La transpiration et l'insomnie sont souvent confondues avec d'autres signes non liés aux pathologies des organes internes. Cependant, sans traitement, la maladie devient plus active, ce qui affecte l'état général de la personne:

  • Une faiblesse constante rend le travail difficile.
  • L'irritabilité augmente.
  • Il y a une douleur paroxystique sous le bord droit.
  • Sans raison, la température monte à 37,5-38 degrés.
  • Dérangeant amertume dans la bouche.

Les périodes d'exacerbation sont remplacées par une évolution asymptomatique, ce qui montre à nouveau le caractère changeant de l'hépatite chronique.

Les symptômes dangereux du développement ultérieur de l'hépatite chronique sont le jaunissement du blanc des yeux et de la peau. Le patient peut remarquer un assombrissement de l'urine et une décoloration des selles. De plus en plus, des ballonnements apparaissent et la fatigue est aggravée par une faiblesse musculaire.

Les signes menaçants de la cirrhose et de la fonction hépatique anormale sont les suivants:

  • Jaunisse persistante et sévère.
  • Gonflement des jambes et de l'abdomen (ascite).
  • Perte de masse musculaire
  • Vomissements et selles de sang.
  • Insomnie nocturne et somnolence diurne.
  • Confusion de conscience (encéphalopathie).

Caractéristiques de l'hépatite B chronique

L'hépatite B chronique se développe après une forme aiguë de la maladie, dont l'évolution est généralement lente. Parce que les patients ne peuvent pas nommer avec précision le moment de l’apparition de la maladie, bien qu’elle puisse être accompagnée d’une légère jaunisse et d’une fièvre, qui sont souvent confondues avec un rhume ou une grippe.

Alors que la personne à l'extérieur a l'air en bonne condition, les processus actifs se déroulent à l'intérieur et ne sont détectés que par l'analyse biochimique du sang. Extérieurement, cela se manifeste par un ictère incomplet, une faiblesse, un léger malaise auquel les gens ne font souvent pas attention aux symptômes, considérant qu’ils font partie du mode de vie.

Sous les symptômes bénins de l'hépatite sont graves dommages au foie. De nombreux patients consultent un médecin souffrant d’ascite (accumulation de liquide dans la cavité abdominale) et d’hypertension portale - ces signes indiquent que l’hépatite chronique a évolué depuis longtemps et qu’une cirrhose ou un cancer est apparu à l’horizon.

Caractéristiques de l'hépatite C chronique

De nombreuses personnes atteintes d'hépatite C chronique signalent une variété de symptômes qui ressemblent à d'autres maladies. Cela peut être des yeux secs, une inflammation des intestins, des problèmes de miction. La plupart des symptômes sont courants et s'expliquent pleinement par le stress, les carences nutritionnelles et le manque de sommeil. Cependant, l’intoxication associée à l’infection a tendance à augmenter.

La forme chronique de l'hépatite perturbe avec le temps le travail d'autres organes:

  • Les maladies de la glande thyroïde, qui provoquent la fatigue, sont souvent observées dans le contexte de lésions hépatiques.
  • Violation de la sensibilité des membres, paralysie caractéristique de la polyneuropathie sur le fond de l'hépatite virale chronique.
  • L'inflammation des articulations se produit avec l'arthrite causée par une inflammation.
  • L'atteinte rénale est caractérisée par la douleur, l'apparition de sang dans les urines.
  • Les symptômes cutanés se manifestent par des vésicules, des points rouges en pointillés, des vésicules contenant du sang.
  • L’étendue des symptômes de l’hépatite C chronique est due à une déficience de l’immunité et des cellules sanguines.

Hépatite C - l'ennemi caché du corps

Chaque année, le Congrès mondial des hépatologues et des infectiologues donne des chiffres décevants sur l'incidence de l'hépatite C. De plus, les informations sont présentées non seulement en Europe, mais également dans les régions de la Russie, du Moyen-Orient, de l'Inde, des Amériques, de l'Australie, du Japon, de la Chine et de nombreux autres pays. Selon les statistiques, l'incidence de l'hépatite C augmente régulièrement. L'OMS est profondément préoccupée par la croissance dynamique de l'hépatite C dans le monde.

En ce qui concerne l’Ukraine, comme indiqué par les organismes nationaux de statistique, la situation en ce qui concerne l’hépatite C est extrêmement catastrophique. Le taux d'incidence est plusieurs fois supérieur à celui d'autres pays européens. Dans notre pays, l'hépatite C est malade toutes les 50 personnes. En outre, il y a eu plusieurs cas de cette maladie chez des enfants de différents groupes d'âge, chez des personnes âgées, parmi des agents de santé et chez des femmes enceintes.

Comment arrêter l'hépatite C est une question d'actualité pour les médecins du monde entier. Conversations préventives en groupe, conférences à l’école, bulletins sanitaires dans les établissements médicaux, médecins annonçant dans les médias la manière dont l’hépatite C est transmise - et ce n’est pas toute la liste des activités entreprises pour prévenir la propagation de ce grave problème. Il est extrêmement important de comprendre que l'hépatite C peut être infectée à la fois lors de manipulations de transfusion sanguine et lors de rapports sexuels.

Pourquoi le nombre de personnes infectées augmente-t-il? Le problème, c’est que ce type d’infection est le plus insidieux. Une personne découvre souvent l’hépatite C lors d’un contrôle de routine ou lorsque l’infection provoque de graves problèmes organiques de la part du corps. Hélas, la mortalité due à l'hépatite C en Ukraine représente 50% du nombre total de patients.

Une déclaration choquante récemment faite par les agences de statistiques américaines. En Amérique, l'hépatite C est l'une des principales maladies mortelles. Le VIH, le sida, les maladies sexuellement transmissibles, la tuberculose - toutes ces maladies occupent le deuxième rang après l’hépatite C.

Les médecins distinguent plusieurs stades de l'évolution de l'hépatite C:

- primaire ou aigu

- la dernière étape est la plus agressive, entraînant une issue fatale.

Selon les médecins, les symptômes de l'hépatite C sont parfois difficiles à reconnaître car une personne ne ressent pas de troubles importants. Au cours de l'étude des antécédents médicaux de patients atteints d'hépatite C, les spécialistes des maladies infectieuses ont noté que dans près de 90% des cas, aucun symptôme tel que la jaunisse n'était apparu. Cliniquement, cette phase est l’une des plus bénignes et, avec un traitement opportun, il est possible d’obtenir une rémission clinique et une récupération stables. Malheureusement, cette phase de la maladie reste dans l'ombre. Souvent, presque tous les patients atteints d'une maladie hépatique virale au cours des années ne sont pas au courant de la menace.

Les médecins persistent dans leur travail de prévention de l'hépatite C. Le premier et principal postulat des mesures préventives est le diagnostic précoce de la maladie. L’examen obligatoire et systémique ainsi que le contrôle diagnostique de l’hépatite C sont importants pour le personnel médical, et en particulier pour le personnel des services de médecine dentaire, de chirurgie, de gynécologie et de manipulation. Il convient également de rappeler que les personnes à risque de prendre des drogues injectables systémiques sont à risque.

Lors de la prévention de l’hépatite C, il est primordial de surveiller régulièrement en laboratoire la présence d’une infection virale. Les médecins américains, qui appliquent activement un programme de dépistage gratuit en masse des citoyens pour ce type d’infection, constituent l’un des excellents exemples des normes de soins préventifs contre l’épidémie.

Les médecins en Ukraine demandent instamment de prêter attention à leur santé et de se soumettre régulièrement à des tests de diagnostic de l'hépatite C.

Hépatites virales et non infectieuses: de quoi s'agit-il?

L'hépatite est une maladie dangereuse et courante, il est donc important d'avoir une idée de ce qu'est l'hépatite. La maladie se caractérise par des lésions et une inflammation du tissu hépatique. La maladie peut avoir des formes à la fois virales et non virales. Le type de maladie détermine son évolution et les méthodes de traitement utilisées pour la combattre.

Les causes et les formes de la maladie

L'inflammation du foie peut être causée par des virus, une consommation excessive d'alcool ou de drogues, une altération du métabolisme du fer ou du cuivre, des maladies auto-immunes, une maladie des radiations dans le corps. Selon le degré d'endommagement des cellules du foie (hépatocytes), on distingue les formes bénignes, modérées et graves de la maladie. La forme virale de la maladie est causée par des infections virales qui réorganisent le travail des cellules pour produire de nouveaux virus. Certains types d'hépatite sous forme chronique et pendant la période d'incubation sont cachés, ce qui augmente le risque de dommages importants aux hépatocytes. Après la période d'incubation, les virus hépatotropes commencent à se multiplier à l'intérieur des cellules du foie.

Il existe plusieurs types de maladies virales:

  1. Les symptômes de l'hépatite A (maladie de Botkin) apparaissent 7 à 50 jours après l'infection. Le virus de ce type se transmet par la consommation de liquides, d'aliments, par le contact quotidien avec le patient.
  2. Le transfert de type B est possible avec des injections, de la mère au fœtus, pendant les rapports sexuels. La période d'incubation peut durer plusieurs mois.
  3. L'hépatite C est très dangereuse, les symptômes ne commencent à apparaître qu'après 2 mois. L'infection se produit par transfusion de sang infecté, d'instruments et de seringues non stériles, de rapports sexuels et de la mère à l'enfant à naître.
  4. L'hépatite D est généralement un satellite, ce qui complique le cours de l'espèce B.
  5. L'hépatite E présente des symptômes similaires à ceux du type A, mais l'apparition de la maladie est moins prononcée et ce virus est dangereux pour les femmes enceintes.
  6. L'hépatite G présente des similitudes avec le C, bien que ce ne soit pas si dangereux.

Symptômes de la maladie et ses méthodes de traitement

L'inflammation du foie est une manifestation du processus aigu non infectieux, caractérisée par des symptômes tels que nausée, douleur, jaunisse, faiblesse, assombrissement de l'urine. La maladie virale peut commencer par la toux et l'écoulement nasal, des douleurs articulaires et musculaires, des maux de tête et de la fièvre. Ensuite, l'urine s'assombrit, les selles deviennent claires. Si la jaunisse se développe, la peau et le blanc des yeux deviennent jaunes. Avec les hépatites B et C, l’apparition de la maladie est plus douce, avec une légère augmentation de la température, une faiblesse, un manque d’appétit. Puis, au cours de plusieurs jours, les symptômes s’aggravent, ainsi que des douleurs dans l’hypochondre, des nausées et des vomissements.

Les symptômes de l'hépatite peuvent être similaires aux signes du SRAS et des infections intestinales. Le médecin ne peut donc poser un diagnostic précis qu'après avoir effectué des études spéciales.

  • tests sanguins pour les anticorps et les antigènes, niveaux d'enzymes, analyses générales et biochimiques;
  • méthodes de PCR et ELISA, échographie;
  • biopsie du foie.

Pendant le traitement, afin de réduire la charge sur le foie affecté, il est nécessaire de renoncer à l'alcool, de suivre un régime, de prévenir le stress et la surcharge physique. Pour lutter contre les espèces virales, l’interféron est un traitement efficace.

Pour les hépatites A et E (contrairement à B, C, D et G), aucun agent antiviral n'est utilisé. Si le niveau d'immunité est suffisant, le corps peut alors se débarrasser du virus de façon indépendante. Avec les hépatites A, E et, dans de nombreux cas, avec la forme B, le virus est éliminé du corps et le malade se rétablit. À la vue de C (parfois en B), le virus peut rester dans le foie, provoquant le passage de l'hépatite à la forme chronique.

La maladie peut être prévenue, il est donc important de savoir ce qu'est l'hépatite. Pour prévenir les maladies, il faut maintenir un mode de vie sain, observer les règles d'hygiène personnelle et alimentaire. Les vaccins prophylactiques sont un moyen efficace de prévention (en particulier les types B et A).

Si une maladie est suspectée, il est nécessaire de consulter immédiatement un médecin et de procéder à un examen diagnostique, car avec une détection rapide de l'hépatite, le pronostic du traitement est favorable.

12 semaines avant votre cure pour l'hépatite C

Symptômes d'hépatite latente

Symptômes de l'hépatite C

L'hépatite C est l'un des types d'hépatite les plus courants, qui affecte le plus le foie et perturbe son fonctionnement. Et pendant longtemps, la maladie peut même être asymptomatique, raison pour laquelle la maladie est détectée trop tard. En conséquence, une personne infectée peut devenir un porteur et un distributeur cachés du virus.

Symptômes d'hépatite latente

L'hépatite virale C (VHC) se présente sous deux formes: aiguë et chronique. Immédiatement après l’infection, la période d’incubation commence et s’étend parfois de 6 à 7 semaines à six mois. Forme aiguë Les symptômes de la maladie se manifestent après la fin de la période d'incubation et se manifestent par de la fièvre, des maux de tête, des douleurs musculaires et articulaires, un malaise général et une faiblesse. Cette période est aussi appelée anicterique, elle dure 2 4 semaines. Vient ensuite la phase ictérique, au cours de laquelle le malade peut développer une couleur de peau jaunâtre, accompagnée de douleurs dans l'hypochondre droit, de vomissements, de diarrhée et d'un manque d'appétit. Mais la première chose qui est alarmante est la couleur de l’urine, qui devient brune. Parfois, il est possible d'observer une forme anicterique de la maladie. Au cours de la phase aiguë, la teneur en bilirubine dans le sang augmente. Cela dure environ un mois, après quoi une période de récupération dure plusieurs mois. Après cela, dans 15 à 25% des cas, une auto-guérison peut survenir ou la maladie devient chronique.

Symptômes de l'hépatite C chronique

La transition du VHC de la phase aiguë à la phase chronique se produit dans environ 80% des cas. Et chez les femmes, la forme chronique est moins fréquente que chez les hommes et les symptômes de la maladie sont moins prononcés. Bien que parfois les hommes soient des signes invisibles de la maladie, ils n'interfèrent pas avec le processus inflammatoire actif dans le foie. En conséquence, la maladie prend d’abord une forme chronique, puis une cirrhose ou un cancer du foie.

Au cours de l'évolution asymptomatique de l'hépatite C chronique (CHC), la maladie peut s'exprimer par les symptômes suivants:

  • la faiblesse;
  • diminution de la capacité de travail;
  • perte d'appétit.

Périodiquement, au cours de l'évolution de la maladie, des aggravations onduleuses se produisent, alternant avec des rémissions. Mais ces exacerbations prennent rarement une forme grave. Les symptômes du VHC chez les patients adultes sont le plus souvent bénins, alors que les enfants souffrent davantage. En eux, la maladie prend une forme plus agressive, accompagnée d'une exacerbation et de la survenue de complications sous forme de cirrhose. Les symptômes de l'hépatite virale chronique C (CVHC) sont exacerbés par des facteurs indésirables, notamment:

  • stress physique ou neuropsychique sévère;
  • régime alimentaire malsain;
  • abus d'alcool.

En outre, le dernier des facteurs les plus importants a un effet négatif sur le foie des HVGS malades. Cela est dû au fait que les patients peuvent développer une hépatite alcoolique toxique, qui intensifie les manifestations de la CVHC et contribue à la survenue de complications telles que la cirrhose. Les changements de type vague sont caractéristiques non seulement de l'évolution de la maladie, mais se reflètent également directement dans les indicateurs de laboratoire. Pour cette raison, les patients dans le sang remarquent périodiquement une augmentation du taux de bilirubine et d'enzymes hépatiques.

En outre, une longue période a enregistré des valeurs normales de paramètres de laboratoire même en présence de modifications du foie. Cela oblige à effectuer des contrôles de laboratoire plus fréquents, au moins une ou deux fois par an. Étant donné que les symptômes du VHC n'apparaissent pas toujours de manière très prononcée, il convient de porter une attention particulière aux cas de faiblesse et de perte de performance. Après avoir remarqué de tels signes derrière soi, il est logique de rechercher la présence d’une infection par le VHC.

L'hépatite C

Les maladies inflammatoires du foie peuvent avoir une origine différente - virale, parasitaire, toxique, bactérienne. L'hépatite est l'une des maladies les plus dangereuses. La forme de son évolution et l'état du patient dépendent en grande partie du génotype du virus qui est devenu l'agent causal. Le porteur de la maladie, souvent appelé «tueur en douceur», peut ne pas être au courant de l'infection. Les symptômes de l'hépatite dans la phase latente ressemblent souvent aux signes de maladies moins dangereuses ou ne sont pas du tout reconnus. L'impossibilité d'un diagnostic rapide complique le processus de traitement et conduit au développement de pathologies.

Forme latente de la maladie

L'hépatite virale peut survenir sous une forme latente et ne pas causer de gêne au porteur pendant une longue période (dans certains cas, la période d'incubation est de 20 à 40 ans). La phase inactive de la maladie est asymptomatique - si des signes cliniques sont présents, ils sont exprimés de manière minimale. Parmi les rares plaintes de patients - une légère gravité dans l'hypochondre inférieur. Cependant, un tel inconfort peut être causé par un effort physique intense ou par une violation du régime alimentaire.

Le diagnostic du VHC, qui se présente sous une forme inactive, facilite les ultrasons - il peut être scellé et agrandi pour indiquer d'éventuels problèmes du foie. Ayant trouvé des changements dans la structure du corps, il vaut la peine de faire appel à un hépatologue. Sur la base des résultats du test sanguin, le médecin déterminera le génotype du virus, vous prescrira un traitement, vous expliquera l’effet des médicaments originaux et les avantages des médicaments génériques.

Hépatite aiguë

Certains génotypes du VHC entraînent une détérioration nette et perceptible de l’état général du patient. La forme aiguë est caractéristique des hépatites à caractère viral. Une intoxication du corps causée par une perturbation du foie peut indiquer une infection. Ce type de maladie se termine généralement par le rétablissement complet du patient, ce qui est facilité par la présence de symptômes prononcés et un diagnostic rapide. L'hépatite aiguë peut également se transformer en une forme chronique et devenir une menace de pathologie - cirrhose du foie et carcinome.

La période d'incubation de la maladie peut durer de 2 à 26 semaines, période au cours de laquelle les signes d'infection sont presque imperceptibles. Les symptômes de l'hépatite sous forme progressive sont:

  • des nausées et une perte d'appétit;
  • faiblesse et malaise général (non motivé);
  • coloration ictérique de la peau;
  • douleur dans le foie

Après avoir trouvé les symptômes énumérés, il vaut la peine de prendre rendez-vous avec un hépatologue - le spécialiste élaborera un schéma thérapeutique prenant en compte le génotype du VHC et formulera des recommandations sur la nutrition diététique. Pour vaincre l'hépatite C dangereuse, vous devez suivre les conseils d'un médecin et prendre des médicaments de haute qualité. L'acceptation des médicaments génériques indiens, dont la composition et les propriétés ne diffèrent pas de celles des médicaments d'origine, contribue à un rétablissement rapide.

Hépatite chronique

L'inflammation du foie sous forme chronique est en règle générale une conséquence du développement d'une hépatite virale aiguë. La maladie est souvent masquée par d'autres affections ou ne présente aucun symptôme pendant longtemps. Le porteur du virus peut apparaître une douleur sourde dans l'hypochondre droit et une intolérance aux aliments gras. Dans le VHC chronique, qui peut survenir sous une forme sévère et maligne, des pathologies apparaissent souvent et une cirrhose se développe. Néanmoins, la maladie cède parfois à la thérapie antivirale et est finalement guérie sous la surveillance d'un infectiologue-hépatologue qualifié.

Les techniques de réaction en chaîne de la polymérase sont couramment utilisées pour diagnostiquer une maladie et les informations biochimiques, épidémiologiques et cliniques doivent également être prises en compte. Un traitement antiviral est prescrit aux patients pour lesquels le VHC a été diagnostiqué. Le déroulement du traitement est déterminé par le médecin en fonction des résultats du diagnostic et dépend du degré d'atteinte hépatique. Lors de la prescription de médicaments à un patient atteint d'hépatite chronique, le spécialiste doit prendre en compte le risque d'effets secondaires. Les génériques indiens - Sofosbuviry, Daclatasvira, Harvoni - fournissent un effet positif et l’absence d’effet indésirable sur le corps.

Ces médicaments arrêtent la propagation du virus, prévenant ainsi l’infection des cellules saines.

Pour éviter l'infection par l'hépatite, n'oubliez pas sa prévention - pour éliminer la consommation d'eau bouillie, lavez les légumes et les fruits avant de manger, évitez le contact avec les fluides biologiques d'autres personnes (tout d'abord - avec du sang). Si l'infection s'est produite et que les premiers symptômes de la maladie sont apparus (jaunissement de la peau, nausées, manque d'appétit, perte de poids nette, cernes sous les yeux), vous devez immédiatement consulter un médecin et passer en revue toutes les procédures de diagnostic.

Symptômes, signes, traitement de l'hépatite

Parfois, l'hépatite peut se produire sans jaunissement de la peau, mais il y a une fièvre, une douleur dans tout le corps qui ressemble aux symptômes de la grippe. L’homme se sent mal. Ce sont ces signes qui devraient conduire à l’idée d’une maladie hépatique latente.

L'hépatite: c'est quoi

L'hépatite est une maladie du foie. Les médecins isolent la maladie sous une forme aiguë, mais il existe souvent un stade chronique, qui peut ne pas se manifester avant longtemps. La forme aiguë est caractérisée par un début brutal. Cette maladie est caractéristique de l'hépatite B, qui est de nature virale. Dans certains cas, une personne intoxiquée par des poisons puissants présente une forme aiguë d'hépatite. L'état du patient se détériore en raison de la maladie. Il peut y avoir des signes d'intoxication générale. Chez l'homme:

  • la température corporelle augmente
  • la jaunisse se développe
  • perturbation de la fonction hépatique.

L'analyse permet de déterminer que la bilirubine totale dans le sang ainsi que la transaminase sont fortement augmentées. La jaunisse aiguë est caractérisée par le fait que la maladie peut être traitée et passe presque sans laisser de trace. La forme chronique, qui se développe, par exemple, en cas d’empoisonnement avec un alcool de qualité médiocre, un fluide technique - est une maladie indépendante. En outre, la forme aiguë peut être une continuation de la jaunisse virale aiguë telle que: B et D.

Symptômes de l'hépatite

L'hépatite est une maladie terrible qui n'épargne personne, enfants, adultes ou hommes. Mais j'aimerais parler des signes d'hépatite, que l'on retrouve le plus souvent chez les femmes. Nous devons commencer par le fait que la forme virale de la maladie se caractérise par le fait qu'elle commence rarement de manière abrupte. Il faut plusieurs semaines avant que la maladie se manifeste. Ainsi, les symptômes courants de la maladie du foie, sécrétés par les hépatologues sont les suivants:

  • jaunisse
  • augmentation de la température corporelle
  • douleurs articulaires et malaise général,
  • sensation de douleur dans l'hypochondre droit.

Je voudrais attirer l'attention sur le jaunissement de la peau. Si le virus infecte le foie, une pénétration excessive de la bile dans le sang provoque le jaunissement de l'épithélium. Mais avec l'hépatite C, la jaunisse se développe très rarement, de sorte que la peau peut ne pas avoir de couverture ictérique. La température corporelle élevée est maintenue entre 37,5 et 38 degrés environ. Une femme se sent mal, son corps est douloureux, il y a un état de malaise général qui nous rappelle une infection respiratoire aiguë, ARVI ou grippe.

Les femmes souffrant d'hépatite chronique se plaignent de fatigue sans cause, de faiblesse générale du corps. Au cours de l'effort physique et mental, la fatigue apparaît, il est difficile de supporter des charges intenses, une faiblesse constante se fait sentir. La femme a des déviations du rythme biologique. Une insomnie peut survenir. Une douleur constante dans les articulations est un symptôme qui caractérise un degré chronique d'hépatite.

Les hommes, comme les femmes, souffrent de différents types d'hépatite. En règle générale, la maladie peut être:

La jaunisse infectieuse commence habituellement de manière assez brutale, provoquée par la maladie en prenant de l'alcool et des drogues puissantes. Une autre maladie peut survenir en raison d'une intoxication par les champignons, de produits chimiques toxiques. substances. Sous l’effet de l’irradiation, une hépatite dite de radiation se développe.

Une maladie auto-immune associée à la production par le corps d'anticorps qui endommagent les tissus sains du corps. Chez les hommes, la jaunisse manifeste des douleurs dans le foie et au-dessous des côtes inférieures à droite. Les sensations désagréables sont déplacées sous l'omoplate.

Une autre caractéristique est la turbidité de l'urine, la couleur de la bière brune ou du thé fort. Les matières fécales deviennent incolores et ressemble à de l'argile blanche. Chez le médecin, on peut détecter un homme: le foie et la rate sont hypertrophiés. Ceci est un signe direct que le patient souffre d'hépatite chronique.

Un homme qui souffre de cette maladie se sent faible, a des frissons, il a une somnolence constante, des articulations douloureuses, de la fièvre. Avec un effort physique intense, le monsieur souffre et ne le tolère pas pleinement, se plaignant d'une faiblesse constante et d'un état brisé.

Une personne qui souffre d'une telle maladie ressent une amertume constante dans la bouche, des nausées, pas d'appétit, la température monte à 37,5 degrés, l'hypochondre droit dans la région du foie est constamment douloureux. Chez l'homme, il y a un trouble dans les selles, des ballonnements. Le patient se plaint également d'une faiblesse croissante dans tout le corps, des troubles mentaux peuvent survenir et une accumulation excessive de liquide dans l'estomac va apparaître. De manière à peu près identique, l'hépatite toxique se manifeste également, ce qui peut être dû à une intoxication par les champignons. Par conséquent, ces deux maladies sont similaires, mais l'hépatite toxique se développe généralement de manière dramatique.

En ce qui concerne l’hépatite de type A, il convient de noter qu’ici la période d’incubation n’est que de deux semaines. Il atteint un maximum de deux mois. Ce type de jaunisse est transmis par les mains sales, parce que l'hygiène est la meilleure prévention des maladies, l'hépatite B a une longue période d'incubation de 6 mois. L'hépatite C peut être détectée deux semaines après l'infection et peut-être six mois plus tard. Le plus souvent, cela se passe sous une forme cachée. Aujourd'hui, il existe d'autres types d'hépatites moins connus, par exemple D, E et G. Ils sont fondamentalement similaires aux hépatites A, B et C.

Signes d'hépatite

En tant que telles, les différences frappantes entre la maladie chez les femmes et les hommes ne le sont pas. Il est caractéristique que la jaunisse (type A) disparaisse d'elle-même et que les symptômes ressemblent approximativement aux formes d'hépatite C et B. Ici et faiblesse, décoloration fécale, assombrissement de l'urine, douleurs dans tout le corps, comme lors d'un rhume, ce qui passe avec la température.

Les médecins ont décidé que la maladie (groupe C) ne pouvait finalement se manifester qu'après 13 ans d'incubation. Etrange, mais vrai! Il est très difficile, et parfois impossible, de diagnostiquer une jaunisse obstructive. Dans le même temps, une personne présente un mauvais état de santé, une fièvre légère, une fatigue difficile à expliquer.

Les médecins effectuant de nombreux tests et études ne peuvent que supposer que le patient est atteint d'hépatite, mais ne peuvent pas le documenter. C'est une grande difficulté. Parfois, l'hépatite A, qui progresse sans difficulté, se poursuit d'elle-même et la personne, même en cas de malaise, ne consulte pas de médecin. C'est faux.

Néanmoins, il est nécessaire de procéder à des tests et d’isoler le patient afin qu’il n’infecte pas le reste de la famille ni les autres. Sinon, il y aura une épidémie de jaunisse et elle ne passera pas nécessairement sans complications. À n'importe quel stade, le patient présente des signes d'insuffisance hépatique.

Habituellement, le patient souffre de fièvre périodique, de perte d’appétit, de douleurs dans le péritoine.

Détails sur les signes de l'hépatite:

Traitement de l'hépatite

L'hépatite est une maladie qui nécessite un traitement, mais de nombreuses personnes peuvent être surprises d'apprendre qu'elles peuvent être traitées avec les remèdes traditionnels. Mais maintenant, nous allons parler de l'hépatite C, qui peut être guérie avec des herbes. Ce schéma suit la méthode du Dr Zalmanov, l'un des scientifiques les plus célèbres dans le domaine de la médecine. L’expert était d’avis qu’une telle maladie est traitée avec des méthodes naturelles et que vous pouvez utiliser un coussin chauffant, des feuilles de chou, vous devez boire de la teinture de raifort et du lait, boire de la teinture de menthe feuilles quotidiennement ou du jus de pamplemousse le soir. Tous ces outils agissent comme un agent anti-inflammatoire, affectant de manière bénéfique le foie malade.

Sur le marché pharmacologique moderne, il existe de nombreux nouveaux médicaments qui aident à faire face aux différents types d’hépatite. On pense que le traitement médicamenteux de l'hépatite A n'est pas nécessaire. C'est-à-dire qu'une personne ne devrait prendre aucune drogue. Ici, seul le repos au lit est nécessaire, conditions idéales pour une hospitalisation. Aussi prescrit le jeûne thérapeutique. Les hormones et les produits chimiques ne sont pas utilisés ici.

En règle générale, les médicaments immunomodulateurs sont utilisés pour traiter l'hépatite C. Ici, dans le cours est une combinaison d'interféron et de ribavirine. Mais il existe également des catégories de patients pour lesquels le traitement combiné de l'hépatite C est contre-indiqué. Il s’agit de femmes enceintes, d’enfants de moins de 3 ans, de greffés d’organes, de patients souffrant d’insuffisance cardiaque, de maladie coronarienne, de diabète, etc. L'anémie, la perte de cheveux, des symptômes pseudo-grippaux et l'insomnie sont les effets secondaires d'un tel traitement.

Beaucoup de gens qui souffrent de cette maladie, la question se pose, est-il possible de guérir l'hépatite pour toujours? Ensuite, nous devons immédiatement émettre une réserve sur le fait que l’hépatite A se transmet d'elle-même, soumise au repos au lit et à une alimentation adéquate. Des médicaments supplémentaires, en règle générale, ne sont pas nécessaires. Il existe un vaccin contre l'hépatite B, qui doit être administré à l'enfance plutôt qu'à l'adulte. L'hépatite C est une maladie redoutable qui est une infection courante de nos jours. Il existe plusieurs génotypes de cette maladie, mais il n’existe toujours pas de vaccin pouvant tuer l’hépatite C une fois pour toutes. Par conséquent, la plupart des schémas thérapeutiques sont des antiviraux pris à vie par les patients. D'où la conclusion que l'hépatite C ne peut être guérie pour toujours.

Je voudrais également noter que les personnes souffrant d'hépatite C ont des cicatrices au foie. Selon les statistiques officielles, la cirrhose du foie sans traitement pour l'hépatite C survient dans 25 à 30 ans. Selon les statistiques, avec un traitement adéquat, les personnes qui utilisent des régimes spéciaux et des médicaments pour maintenir la santé du foie peuvent vivre plusieurs décennies, car la cirrhose ne survient pas, parallèlement au cancer.

Causes de l'hépatite

C’est-à-dire qu’il s’agit d’une infection transmise par des légumes et des fruits sales, des mains non lavées. L'hépatite est aussi appelée maladie de Botkin. L'hépatite B est transmise d'une personne infectée à une personne en bonne santé. Autrement dit, vous pouvez être infecté par des transfusions sanguines, lors de rapports sexuels non protégés et même par un baiser. L'hépatite C est également transmise par perçage ou tatouage, par transfusion sanguine, par rapport sexuel non protégé, de la mère au fœtus.

Il existe un risque énorme de transmission de l'hépatite C lors de procédures médicales. C’est ce type qui n’est en aucun cas transmis par les gouttelettes en suspension dans l’air, ni par les poignées de main, les caresses, les assiettes ordinaires. Si le patient soupçonne qu’il a infecté ce type d’hépatite chez lui, le sang du malade tombe dans la plaie d’une personne en bonne santé. Il n'y a pas d'autre moyen.


Articles Connexes Hépatite