Comment mourir à cause de l'hépatite C

Share Tweet Pin it

L'hépatite C aiguë est très rarement fatale. Initialement, la maladie est asymptomatique et ne se manifeste que par la faiblesse et la fatigue. Environ 20 patients sur 100 peuvent s'auto-guérir, tandis que les autres deviennent chroniques. A partir de ce moment, il y a danger de mort. Pas tout de suite, bien sûr, mais dans 10-30 ans.

Si le virus n'est pas détruit, il peut détruire lentement mais sûrement les cellules du foie. En conséquence, l'organe perdra complètement sa fonction ou les hépatocytes endommagés dégénéreront en une tumeur maligne. Ils ne meurent pas d'hépatite C, mais de complications - cirrhose et cancer du foie. La mort survient à la suite d'une déficience aiguë, d'une encéphalopathie (dommages aux toxines du cerveau), d'un saignement interne.

Caractéristiques de l'hépatite C

Le virus de l'hépatite C a été découvert relativement récemment, il y a environ un demi-siècle. Sa principale caractéristique est la capacité de s’adapter à l’environnement, de muter. Il existe un total de 11 génotypes (les 6 premiers sont considérés comme les principaux), chaque type étant divisé en sous-types. Mais la variabilité du virus ne s'arrête pas là.

Une fois dans le corps humain, il commence à créer de nombreuses copies - quasi-espèces. Pour cette raison, il est très difficile de détruire le virus. Cela nécessite un traitement antiviral sérieux. L'hépatite C de type 1b est particulièrement difficile à traiter.

L'hépatite C est transmise exclusivement par le sang infecté. Pour l'infection, il est nécessaire qu'il pénètre dans la circulation sanguine (à travers une plaie, une blessure à la membrane muqueuse). Le plus souvent, les toxicomanes sont infectés par l'hépatite à l'aide d'une aiguille commune. En outre, les personnes fréquentant des salons de perçage et de tatouage, des instituts de beauté, des cliniques dentaires sans équipement de stérilisation (les solutions désinfectantes ne tuent pas le virus) sont également exposées.

Après avoir pénétré dans le sang, les particules virales infectent le foie. L'hépatite aiguë se développe en 2 semaines - 6 mois. Le plus souvent asymptomatique.

Après l'infection, il y a 4 développement possible de la maladie:

1. Malade dans les six mois à récupérer. Le virus meurt et le corps produit des anticorps qui protègent contre la réinfection. Malade n'est pas dangereux pour les autres.

2. L'hépatite C devient chronique au bout de 6 mois, sans affecter le foie. Le virus "dort", mais à tout moment peut commencer à se multiplier rapidement. Les anticorps et les particules virales (en petite quantité) circulent dans le sang du patient. Le transporteur peut infecter une autre personne, mais cette probabilité est faible.

3. 6 mois après l'infection, l'hépatite C est chronique. Dans le même temps, la structure du foie change, une diminution de ses fonctions est observée. Sans traitement, la maladie progresse: dans 10 à 30 ans, une personne peut mourir. Avec des facteurs aggravants (alcoolisme, toxicomanie, autres infections), la mort peut survenir dans les 2-7 ans. Transporteurs hautement contagieux.

4. Moins de 1% des infectées développent une hépatite fulminante C. Dans ce cas, le foie est rapidement décomposé et après 2 semaines d'échec aiguë se développe, le patient va dans le coma. La cause la plus grave est l’enfance ou le grand âge, l’infection par plusieurs types d’hépatite (B, D), les maladies chroniques du foie et l’alcoolisme. L'hépatite fulminante C est mortelle dans 60% des cas.

Des complications

Le virus de l'hépatite C «irrite» en permanence le système immunitaire humain, entraînant une inflammation du foie. Les hépatocytes endommagés meurent ou renaissent dans des cellules malignes. Les zones de nécrose sont resserrées par le tissu conjonctif. Avec la défaite de plus du tiers du corps, une insuffisance hépatique aiguë se développe.

Les principales complications de l'hépatite C comprennent:

  • cirrhose du foie - dans 27% des cas;
  • carcinome hépatocellulaire (cancer) - chez 25% des patients.

Il existe également un risque de manifestations extrahépatiques causées par des processus auto-immuns:

  • la cryoglobulinémie;
  • lichen plan;
  • glomérulonéphrite;
  • thrombocytopénie;
  • maladie de porphyrine et autres.

Durée de vie

Combien de personnes vont vivre avec l'hépatite C, ne peut certainement pas répondre. Beaucoup vivent avec le diagnostic de la vieillesse. Tout dépend de l'activité du virus, du degré d'atteinte hépatique, des caractéristiques individuelles du patient. Les facteurs suivants peuvent affecter négativement les perspectives:

  • les enfants, la vieillesse;
  • surpoids;
  • maladies du foie, des reins, de la bile;
  • alcool, toxicomanie;
  • génotype hépatite C 1b;
  • une combinaison de 2 virus ou plus (B, D);
  • mauvais mode de vie;
  • la moitié des malades est un homme.

La mort

Selon l'OMS, 700 000 personnes décèdent chaque année des suites de l'hépatite C. Au cours des derniers mois de la vie, les patients ont une insuffisance hépatique, une défaillance des autres systèmes et organes. Signes de mort imminente de l'hépatite C

  • forte perte de poids;
  • déviations de conscience, changements de personnalité;
  • peau jaune, sclérotique oculaire;
  • abdomen élargi (ascite), veiné;
  • les veines d'araignée;
  • saignement accru;
  • urine foncée;
  • fèces incolores;
  • faibles taux de prothrombine sur le fond de la bilirubine élevée.

De nombreux patients en phase terminale de développement de la maladie tombent dans le coma hépatique. En fait, la mort dans l'hépatite C provient d'une encéphalopathie hépatique (dommages au cerveau avec toxines), d'une insuffisance totale du foie, d'un saignement interne.

Est-il possible de récupérer?

L'hépatite C, tant aiguë que chronique, est traitée avec beaucoup de succès. Chez le premier patient dans 20% des cas, la guérison est indépendante. Les médicaments antiviraux les plus puissants (interférons, ribavirine) sont utilisés pour traiter la forme chronique.

La thérapie dure longtemps - de 24 à 72 semaines. Le succès du résultat dépendra du génotype du virus, de la réponse individuelle au traitement. Selon les statistiques, les patients de génotypes 2 et 3 récupèrent dans 90% des cas. L'hépatite C 1c peut vaincre 50% des patients.

Les conditions les plus importantes pour la récupération sont le rejet de l'alcool, le régime alimentaire et une activité physique modérée.

Pour soutenir le travail du foie, il est recommandé aux patients de prendre des hépatoprotecteurs et des vitamines. Le traitement de la cure thermale influe positivement sur l'évolution de l'hépatite C.

Avec des complications avancées, la vie du patient peut être sauvée en greffant un organe. L'opération est rarement prescrite aux personnes ayant une dépendance à l'alcool, car elles ont souvent affecté non seulement le foie, mais également d'autres organes vitaux.

Malgré l'absence de symptômes clairs et un état de santé relativement bon, il est possible de mourir de l'hépatite C. Pas étonnant que le deuxième nom de la maladie - "tueur affectueux". Chaque année, des milliers de personnes meurent de l'hépatite C. Pour éviter un tel sort, la maladie doit être maîtrisée: une fois tous les six mois pour être testé, pour faire une échographie. Avec la détérioration des échantillons de foie devrait recevoir un traitement antiviral. Ne tombez pas malade!

Combien d'années ont des personnes atteintes d'hépatite C

L'hépatite C est une maladie chronique dangereuse qui nécessite un traitement à long terme. Un virus peut attaquer une personne à tout âge. Personne ne sait avec certitude combien de temps ils vivent avec l'hépatite C, mais il existe des statistiques générales. Cela prouve que chaque cas de maladie est individuel et dépend de divers facteurs externes: le moment de l'infection, le type de maladie, le mode de vie d'une personne, le traitement reçu, les maladies qui l'accompagnent. Par exemple, le pronostic pour un patient souffrant de dommages alcooliques au foie et de la présence d'un virus de génotype 1c est le moins encourageant.

Le soutien psychologique du patient atteint d'hépatite C est également important: après avoir obtenu un résultat positif à l'analyse, la personne devient apathique et tombe dans la mélancolie. Le pronostic d’un traitement efficace dépend du moral du patient.

Quelle est l'hépatite manifeste?

Le virus peut ne pas se manifester avant longtemps, la maladie est asymptomatique. Dans 30% des cas, le système immunitaire lutte seul contre l'infection et, en un an, le virus est éliminé de l'organisme. Dans d'autres situations, il reste toujours dans le sang. L'hépatite C est généralement diagnostiquée plusieurs années après l'infection.

Le nombre de personnes vivant avec l'hépatite C augmente chaque année. Il y a 0,5 milliard de personnes infectées par l'agent pathogène dans le monde. Dans le même temps, le sous-type 1c était plus répandu. Tous ne meurent pas, mais seulement 7% des porteurs de la maladie, et ensuite en présence de causes aggravantes.

Facteurs affectant l'espérance de vie pour l'hépatite C

Combien de temps pouvez-vous vivre avec l'hépatite C et combien d'années pour mourir? Cette question n'a pas de réponse exacte. Chaque cas est individuel. Il existe des déterminants communs dans le développement de la maladie:

  • période de portage - plus une maladie est diagnostiquée tôt, plus le risque d'évolution favorable est élevé;
  • sous-type - il est prouvé que le génotype 1c est plus grave;
  • l'âge du patient - chez les personnes âgées, la maladie est plus grave;
  • l'état du système immunitaire du patient;
  • mode de vie, diététique, médicaments et boissons alcoolisées;
  • poids du patient - l'obésité aggrave la maladie;
  • la présence d'autres maux: diabète, maladies du tractus gastro-intestinal;
  • sexe - les hommes sont plus sensibles à la progression de la maladie (effets du stress, boissons alcoolisées, travail physique pénible), les femmes sont émotionnellement labiles et veillent mieux à leur santé.

Classification des maladies

La classification de l'hépatite C est vaste et comporte 11 types. Les génotypes les plus célèbres: 1a, 1b, 2a, 2b, 2c, 3a, 4a, 4c, 5a. Déterminer le type de maladie est nécessaire pour:

  • pronostic de la maladie et évaluation du risque de complications;
  • surveiller l'efficacité du traitement en fonction du type d'hépatite;
  • prendre des décisions sur la prescription d'un traitement antiviral.

Selon les statistiques, l'agent causal du génotype 1b est plus souvent identifié en Russie, en Ukraine et dans d'autres pays de la CEI. C'est dangereux, rusé, dans 10% des cas, le processus n'est pas chronologique. À titre de comparaison, lorsqu'elle est infectée par un virus de type 1a, 2, 3a, la maladie entre au stade chronique chez moins de la moitié des patients. En raison de l'évolution relativement bénigne de la maladie, ils vivent quelques années de plus et leur qualité de vie est supérieure à celle des patients atteints du virus de génotype 1b.

Le génotype 1b est plus difficilement traitable. On observe une forte réponse immunitaire lors de la prise d'un médicament chez 18% des patients, avec l'utilisation de la thérapie combinée - dans 28% des cas. Chez les patients de type 1b, le développement de complications est beaucoup plus fréquemment noté: carcinome, fibrose, cirrhose du foie en raison d'une plus grande résistance au traitement. Chez une personne infectée par un virus d'autres génotypes que 1b, le traitement a eu l'effet recherché dans 66% des cas.

Hépatite C et facteur alcool

La consommation d'alcool ne fait qu'aggraver le cours de la maladie. En conséquence, une maladie hépatique alcoolique se développe. Il a été prouvé que les personnes infectées par l'hépatite C qui consomment au moins 125 ml d'éthanol par jour sont plus susceptibles de développer une cirrhose.

Il n’existe pas de dose d’alcool sans risque, qui n’aurait pas d’effet négatif sur l’évolution de la maladie.

Des études ont été menées dans le domaine de l'hépatologie, qui ont montré sans équivoque que, lors de la prise systématique de boissons alcoolisées chez des patients atteints d'hépatite C:

  1. la fibrose progresse et entraîne une insuffisance hépatique, une cirrhose, une hypertension portale;
  2. des dommages irréversibles aux hépatocytes se produisent;
  3. diminue l'efficacité du traitement antiviral.

Combien d'années pouvez-vous vivre avec les complications de l'hépatite C?

Les maladies associées chez les personnes infectées par le virus de l'hépatite C (notamment le génotype 1b) réduisent leur espérance de vie de plusieurs années. Quelque temps après l'infection, les patients développent le développement de complications dangereuses telles que la cirrhose et le carcinome du foie.

Une cirrhose du foie représente environ 1/4 des personnes atteintes d'hépatite C (le plus souvent de génotype 1b). Le facteur alcool accélère de moitié le développement de cette complication. Cet indicateur n'est pas absolu, il dépend du cas spécifique de la maladie et de la présence ou de l'absence de traitement. La cirrhose évolue au fil des décennies (de 10 à 50 ans). Il a été observé que lorsqu’elle est infectée entre 50 et 60 ans, en particulier avec le sous-type 1b, la cirrhose affecte le foie plus rapidement. En conséquence, le manque de traitement approprié rapproche beaucoup la mort.

Les personnes atteintes d'une lésion alcoolique d'un organe meurent plusieurs années plus tôt que les patients qui ne boivent pas. Les informations sur l'espérance de vie exacte avec l'hépatite C et les complications (hépatose alcoolique, cirrhose) ne sont même pas dotées d'un médecin expérimenté et qualifié.

Le risque de dégénérescence maligne des cellules hépatiques varie de 1,4 à 6,9%. Les patients atteints de cirrhose infectée par le sous-type 1b doivent recevoir un traitement antiviral, ce qui réduit le risque de carcinome hépatocellulaire à 1,4%. Avec un traitement approprié, la nécessité d'une greffe du foie est également réduite à 70% sur 100%.

Schémas de vaccination et de traitement

Un vaccin contre l'hépatite C est en cours de développement et il est recommandé aux patients de se faire vacciner contre l'hépatite B et l'hépatite A afin d'éliminer toute maladie grave des articulations et toute atteinte hépatique fatale.

Un traitement médicamenteux n'est pas toujours nécessaire. La nécessité de son utilisation est décidée par le médecin. Prescrire une combinaison de ribavirine et d'interféron alpha. Un des inconvénients de la thérapie est son coût élevé. L'efficacité du traitement dépend également du type de maladie.

Si vous ne vous souciez pas de votre santé, ne prenez pas de médicaments, vous vivrez probablement jusqu'à 15-20 ans. On peut supposer qu'un patient ne présentant pas de pathologies associées, menant un mode de vie sain et acceptant une thérapie si nécessaire, vivra jusqu'à un âge avancé.

Après combien de temps l’hépatite C est-elle mortelle?

En général, la maladie n’est pas fatale, il n’ya que des facteurs qui provoquent une issue fatale: le développement rapide de complications, les dommages causés par l’alcool, l’évolution grave de la maladie. En d'autres termes, la question de l'espérance de vie est entre les mains de la personne elle-même.

Selon les statistiques, meurent plus souvent de cirrhose et de cancer du foie. Le développement de la première complication dépend directement de l'âge du patient et de la durée de l'infection:

  • infectés jusqu'à 20 ans - la cirrhose évolue dans 2% des cas;
  • jusqu'à 30 - 6%;
  • jusqu'à 40-10%;
  • jusqu'à 50 - 40%;
  • plus de 50 - 63%.

En moins de dix ans, la moitié des patients atteints de cirrhose grave décèdent.

Selon des prévisions décevantes de scientifiques, dans 7 à 8 ans, le nombre de patients atteints de cirrhose augmentera de 50%. Cela est dû à des facteurs environnementaux, à une qualité de vie réduite, à une mauvaise alimentation, au non-respect du travail et du repos.

À la naissance, il existe un risque de transmission de l'hépatite par voie périnatale de la mère à l'enfant.

Ils diagnostiquent un virus dans les premiers jours après la naissance et détectent plus souvent le type 1b. Les statistiques sur la mortalité néonatale sont plus élevées en raison de la fugacité, de l'évolution sévère, de lésions d'autres organes et du développement de la cirrhose. En outre, les enfants ne sont pas adaptés à un traitement en raison du nombre élevé d’effets secondaires.

Ainsi, la question d'une personne au sujet de l'hépatite C «combien vit avec elle?» Ne peut être répondue avec précision. Il est important de déterminer le type de maladie (1b, 2, 3a), de suivre les instructions du médecin et de mener une vie saine.

Décès d'hépatite C

Cette maladie est une infection virale et certains experts l'assimilent au VIH. L'hépatite C est appelée le «tueur sucré», car ses symptômes peuvent déranger un patient après quelques années et il ne soupçonnera même pas qu'il est malade.

L'hépatite C est une maladie virale causée uniquement par l'entrée d'une souche spécifique du virus dans le sang qui la transporte vers le foie. Un tel virus ne peut commencer son activité vitale que dans les cellules du foie.

Qu'est-ce que l'hépatite C?

Une fois que l'hépatite C entre dans les cellules du foie, elle commence à se multiplier et infecte les cellules de cet organe qui meurent.

Ils sont remplacés par du tissu conjonctif, de sorte que le foie du patient porte des cicatrices. Si les cellules du foie meurent, cet organe commence à mal fonctionner, ce qui entraîne l'apparition de maladies telles que la cirrhose du foie, l'insuffisance hépatique et même le cancer.

Aujourd'hui, les médecins de l'Organisation mondiale de la santé, qui mènent des études statistiques dans le monde entier, diagnostiquent qu'environ un demi-million de personnes dans le monde sont porteuses de ce virus. Mais c'est de lui que meurent, environ 5-10% du nombre total de patients.

Il n'est transmis que par le sang.

Sur cette base, il est possible de distinguer le cercle des personnes les plus susceptibles d’être infectées:

  • les personnes qui consomment des drogues par injection interne (le virus de l'hépatite C pénètre par une aiguille commune);
  • Les personnes qui utilisent les services de salons douteux où elles sont percées ou tatouées, car elles ne respectent pas toujours les règles de désinfection des instruments (le virus de l'hépatite C passe par des aiguilles et d'autres instruments qui percent la peau);
  • le personnel médical qui néglige les exigences de sécurité sanitaire;
  • avec transfusion sanguine d'un malade à un autre en bonne santé;
  • lors de rapports sexuels non protégés (mais le risque de contracter l'hépatite C est minime dans la mesure où, selon les recherches, 5% seulement des patients ont été infectés de cette manière).

Sur cette base, nous pouvons conclure que les personnes qui consomment de la drogue, qui ont des relations sexuelles et qui utilisent les services de salons de tatouage douteux ou de cliniques privées sont les plus exposées.

Il est important de savoir que, dans la plupart des cas, le décès des patients survient à la suite de maladies concomitantes (cirrhose, cancer). Il en résulte que, grâce à cette maladie, vous pouvez vivre une vie bien remplie et ne pas avoir peur que la mort vienne instantanément.

Types d'hépatite C et son diagnostic

Pour tromper un organisme, il commence à muter, et aujourd'hui, ses types ont été identifiés et ont reçu des indices numériques:

  • Les virus de l'hépatite avec les indices 1, 2 et 3 sont répandus dans le monde entier;
  • indice de virus 4, distribué en Afrique, au Moyen-Orient;
  • l'indice de virus 5 n'est distribué qu'en Afrique du Sud;
  • l'indice de virus 6 est courant en Asie du Sud-Est.

Le plus insidieux de ceux-ci est le virus de l'hépatite C, appelé 1b.

Les souches qui ont les indices 2, 3, 4, 5, 6 n’entraînent pas de conséquences graves pour le corps.

Lors du diagnostic de cette maladie chez l'homme, des tests sont effectués.

Il s'agit d'un dosage immunoenzymatique permettant de détecter la présence d'anticorps spéciaux dans le corps (anti-VHC). Mais il existe des situations où de tels anticorps peuvent être présents chez une personne en bonne santé.

L'analyse suivante est ce que l'on appelle l'immunoblot recombinant. Il confirme la présence d'anticorps et est réalisé en conjonction avec un dosage immunoenzymatique.

Le meilleur moyen de donner à 100% la certitude qu'une personne est atteinte d'hépatite est l'analyse - le diagnostic PCR.

Cette étude peut déterminer avec précision la présence du virus, ainsi que la force avec laquelle il s'est établi dans l'organisme.

Comme mentionné ci-dessus, cette maladie est caractérisée par le fait que pendant longtemps elle ne se manifeste pas, c'est pourquoi de nombreux patients ne vont pas immédiatement dans des établissements médicaux.

Les signes qu'une personne a été infectée par cette maladie sont les suivants.

  1. La personne se fatigue rapidement, se sent épuisée.
  2. Il commence à avoir des nausées, puis des vomissements se produisent périodiquement, il peut aussi y avoir des érections biliaires.
  3. Il y a une clarification des selles, causée par le fait que le foie affecté ne traite pas bien la bilirubine, qui ne pénètre pas dans l'intestin et ne sort pas avec les selles.
  4. Les premiers signes de jaunisse surviennent lorsque la peau et la sclérotique des yeux commencent à jaunir.
  5. Élévation périodique de la température, lorsqu'il n'y a aucun signe d'autres maladies et que cela est causé par la lutte de l'organisme contre le virus.
  6. Douleurs abdominales et au bas du dos pouvant être douloureuses ou vives.
  7. Le dernier symptôme est un sommeil faible, une insomnie nocturne et une somnolence sévère pendant la journée.

Cette maladie se déroule en deux phases:

Une exacerbation se produit lorsque les virus commencent à montrer une activité particulière et sont activement implantés dans les cellules du foie. Avec elle, vous pouvez même mourir si vous ne commencez pas le traitement à temps.

L'évolution chronique de la maladie se caractérise par des symptômes bénins qui évoluent parfois vers l'aggravation.

Il est important de savoir que chaque personne doit prendre soin de sa santé et que, lorsque certains symptômes apparaissent, il est préférable de se rendre immédiatement dans un établissement médical et de se faire tester.

Est-il possible de vivre avec l'hépatite C

Les personnes à qui on a posé un tel diagnostic se demandent toujours s'il est possible de vivre avec une telle maladie et de ne pas mourir.

Les médecins donnent une réponse sans équivoque, oui, mais vous devez respecter certaines règles qui vous aideront dans la vie.

  1. La première chose à faire est le traitement rapide d’une institution médicale et ses tests. De cela dépendra de la nomination d'un traitement ultérieur. Il est nécessaire de comprendre que chaque corps humain est un individu et le traitement en découlera. Selon les recherches effectuées, il a été constaté que les hommes qui meurent moins gravement au sujet de leur santé et ne veulent pas aller dans un établissement médical meurent souvent de cette maladie.
  2. La seconde est le rejet des mauvaises habitudes après un tel diagnostic. Ce que vous devez abandonner, ce sont vos mauvaises habitudes (tabagisme, alcool, toxicomanie). L'alcool est le meilleur allié de ce virus. En raison des effets néfastes de l’alcool, les personnes meurent 5 à 6 ans après le dépistage d’une maladie.
  3. Maintenir un mode de vie sain. Tout d’abord, c’est un sport. Les sports et les exercices physiques renforcent le corps et lui permettent de développer un système immunitaire sain. C'est le système immunitaire qui combat les virus et arrête leur reproduction. Pour les exercices physiques, les médecins recommandent d’ajouter des promenades fréquentes à l’air frais et des excursions dans différentes stations.
  4. La dernière chose à laquelle vous devez également faire attention est une bonne nutrition. Étant donné qu'il s'agit d'une maladie du foie et que le foie est entièrement responsable du traitement des aliments, un régime est simplement nécessaire. Pour établir un régime, vous devez contacter votre médecin, qui vous indiquera ce que vous devez manger ou consulter un diététicien expérimenté.
  5. Je tiens également à dire que le meilleur moyen de ne pas mourir de l'hépatite C est bien sûr la prévention. Une personne devrait parfaitement comprendre qu'il est possible de s'infecter uniquement par le sang. Connaissant cette façon de contracter cette maladie, il est préférable de refuser de prendre des médicaments, encore une fois, de ne pas se rendre dans des établissements médicaux douteux ni dans des salons de tatouage, où la désinfection des instruments est faible. La santé de toute personne dépend avant tout de la manière dont elle prendra soin de lui et le traitera.

Ce sont les principaux conseils sur la façon de vivre une vie longue et normale avec l'hépatite.

J'aimerais également ajouter que dans la plupart des cas, les personnes ne meurent pas d'hépatite. En fonction des propriétés du corps atteint d'une telle maladie, vous pouvez vivre 50 ans et mourir d'une mort naturelle.

Ceux qui, après avoir posé un tel diagnostic, ont besoin d'avoir peur de la mort, commencent à boire de l'alcool ou, en général, ne se soucient pas de leur santé, doivent avoir peur d'une mort rapide.

Si vous commencez le traitement à temps, les médecins disent avec confiance que les virus dont les indices 2, 3 et 4 (qui prédominent en Europe et en Asie) sont traitables à 100%. Cela est dû au fait qu'ils ne présentent pas de mutations importantes et sont facilement susceptibles d'être détruits par le système immunitaire humain, qui est stimulé par des médicaments spéciaux.

Les plus dangereux sont les virus d’indice 1 et en particulier la souche 1b. Lorsqu’elles infectent, le pourcentage total de guérison complète ne dépasse pas 50. Cela est dû au fait que ces souches progressent constamment et qu’elles mutent avec l’immunité humaine.

Quoi qu’il en soit, si vous respectez toutes les règles, si vous suivez un traitement périodique, si vous mangez correctement, si vous renoncez à toutes les mauvaises habitudes et si vous pratiquez un sport, vous pouvez prolonger votre vie de nombreuses décennies ou, en général, oublier l’hépatite.

Il est important de savoir que l'hépatite C est la plus dommageable pour le corps des enfants, ainsi que pour les personnes âgées. Pour ces catégories de cette maladie, vous devez avoir très peur, cela peut provoquer une issue fatale dans 5-8 ans à partir du moment où il pénètre dans le corps.

Si les personnes âgées sont obligées de prendre soin de leur propre santé, alors leurs parents devraient s'occuper des enfants. Une attention particulière devrait être accordée aux établissements médicaux où des tests sont effectués pour les enfants, ainsi que diverses injections médicales.

Vous pouvez vivre avec l'hépatite C. Dans la plupart des cas, ce n’est pas la cause de la mort subite d’une personne, mais peut y contribuer en détruisant les cellules du foie. Son principal allié est l’alcool, la drogue et son mépris pour sa santé. Si vous vous en débarrassez, si vous vous en tenez à un mode de vie sain, si vous suivez un régime, vous pourrez vivre heureux pour toujours, tandis que les femmes pourront même donner naissance à des enfants en bonne santé.

Combien de temps une personne peut-elle vivre avec le virus de l'hépatite?

La question «combien de personnes vivent avec l'hépatite C» est posée à tous les patients qui ont reçu un test positif pour la présence du virus de la maladie dans leur sang. Avec la détection précoce de la maladie et la réception en temps voulu d'un traitement adéquat pour atteindre l'objectif souhaité, le rétablissement est bien réel. Au stade aigu de l'hépatite C, le pronostic est généralement favorable. Il est plus difficile de détecter une forme chronique de la maladie.

La possibilité de vieillir est offerte à toute personne infectée par une évolution chronique de la maladie, à condition de suivre scrupuleusement les recommandations du gastro-entérologue et du spécialiste des maladies infectieuses. Mais personne ne peut déterminer l’espérance de vie exacte d’un patient atteint d’hépatite B ou C, car la valeur de cette variable dépend d’une liste impressionnante de facteurs supplémentaires. Parmi eux - l'âge, le sexe, l'immunité et un certain nombre d'autres raisons.

Les points principaux qui affectent le bien-être général d'une personne infectée par le virus de l'hépatite C et son espérance de vie sont discutés en détail dans le document ci-dessous.

Brève description de la maladie

Les agents pathogènes à l'origine de cette maladie infectieuse anthroponotique pénètrent dans le corps humain par des liquides (sang, sperme, sécrétions vaginales). L'agent causal, provoquant le développement de tous les stades de l'hépatite C, est le flavivirus (maladie du type sérum causée par les gépadnavirus).

Les personnes atteintes de la maladie décrite sont à l’origine de l’infection. Le nombre de porteurs chroniques de l'antigène australien HBsAg, responsable de l'hépatite B, atteint 4 à 6% de la population. Les microorganismes pathogènes à l'origine du développement de la maladie de type C, selon les données fournies par les statistiques, sont infectés par plus de 2% de la population mondiale.

Voies d'infection

Selon certains rapports, l'infection par des agents pathogènes peut se produire par l'intermédiaire de gouttelettes en suspension dans l'air. Il n'y a pas d'études spécifiques confirmant cette théorie, mais certains experts estiment que la possibilité de contracter l'hépatite par inhalation du virus est assez probable.

À l'heure actuelle, trois modes de transmission des microorganismes à des personnes en bonne santé par des patients ont été officiellement prouvés:

  • Avec des rapports sexuels non protégés.
  • De souffrir de la maladie d'une femme enceinte à l'enfant (cette méthode s'appelle également verticale).
  • Parentérale

La part du dernier des chemins considérés représente jusqu'à 80% du nombre total de cas détectés. Maladie parentérale peut être obtenue:

  • lors de la conduite de procédures thérapeutiques associées à une transfusion sanguine, non vérifiée (recherche incorrecte) pour la présence d'une infection;
  • au cours du traitement dans la clinique dentaire, si les instruments du médecin contaminés par le liquide du corps du patient n’ont pas subi la procédure de stérilisation;
  • lorsqu’il reçoit des services dans des salons de coiffure, des studios de tatouage, des salons de perçage, dont les employés sont négligents dans le respect des règles d’asepsie;
  • dans le processus d'injection de drogues en utilisant une aiguille qui est partagée avec une personne infectée.

Le passage de la procédure de greffe de tissu (organes). Jusqu'en 1992, c'est également une indication pour le dépistage de l'hépatite C.

Symptômes de la maladie

Les premiers signes de pénétration d'agents pathogènes de l'hépatite dans le sang s'apparentent davantage à une manifestation de la grippe (ARVI). Le syndrome, accompagné de détérioration de l'état général, de douleurs articulaires, d'apparition d'œdème et de fièvre, est appelé catarrhale. Il survient après la période d'incubation, dans la phase précoce de l'hépatite C. Le problème de la détection d'une maladie à un intervalle de temps spécifié est associé précisément à l'absence de symptômes clairement définis de la maladie.

Souvent, les patients ne se rendent pas à la clinique, même en présence de signes de syndromes asthéno-végétatifs et dyspeptiques du développement de la maladie, qui se manifestent par:

  • troubles du sommeil;
  • dysfonctionnements du tube digestif (manque d'appétit, selles molles, vomissements);
  • irritabilité accrue;
  • inconfort dans l'hypochondre droit et l'épigastrie;
  • changer la couleur des matières fécales et de l'urine.

Le résultat de l'introduction d'agents pathogènes dans le tissu hépatique se déroule selon 2 schémas. Une personne peut guérir de l'hépatite C sans identifier la maladie et guérir en l'absence de traitement (selon certaines données, l'auto-guérison survient dans 15% des cas; selon les experts, environ 25%). La présence de la maladie dans le passé ne sera indiquée que par des anticorps présents dans le biomatériau envoyé pour immunodosage.

Dans le second cas, l'hépatite non diagnostiquée à temps est progressivement transformée en stade chronique. Sa formation est notée chez 75% des patients.

Les données disponibles montrent que chez un tiers des personnes infectées, l'hépatite est détectée environ deux décennies après le moment de l'infection. En outre, l'évolution de la maladie chez 30% des patients est notée après 40 à 50 ans.

La lente évolution de l'hépatite C, son asymptomatique et l'absence de douleur dans la région de l'organe touché sont les principales raisons de la détection de la maladie aux stades avancés, lorsque le tissu hépatique a déjà subi une destruction importante (au cours des études, une cirrhose ou une tumeur maligne - carcinome hépatocellulaire).

Les deux variantes de dégénérescence tissulaire peuvent être mortelles (la mortalité due à l'hépatite C dans la forme chronique négligée atteint 7%). De ce nombre, plus de la moitié des tristes résultats sont dus à une maladie au stade de la cirrhose; 43% est un cancer.

Facteurs dont dépend la durée de vie

L'espérance de vie avec l'hépatite, comme mentionné ci-dessus, dépend d'un certain nombre de raisons. La liste des facteurs comprend:

  • L'âge des infectés. Les données médicales disponibles sont inexorables: les patients de plus de 40 ans sont plus susceptibles de mourir des effets de la maladie.
  • Sexe (l'hépatite C se développe plus rapidement chez les hommes et le type de sérum de la maladie chez les femmes).
  • Le génotype de la maladie et sa forme, ainsi que le niveau d'activité de la maladie. En particulier, type périodique fulminant de la phase aiguë de l'hépatite, qui entraîne la mort.
  • Le stade dans lequel la maladie est trouvée.
  • Adéquation du traitement sélectionné.
  • Respect de toutes les recommandations du médecin, mise en œuvre minutieuse des principes énoncés dans les schémas thérapeutiques.
  • Prédisposition génétique.
  • Mode de vie et régime alimentaire (surtout si le patient est dépendant à la dépendance).
  • Une histoire de maladies chroniques infectées, l'état de son système immunitaire.

Les derniers points nécessitent une étude détaillée.

Mode de vie

Le mode de vie habituel d'une personne atteinte d'hépatite augmente ou diminue ses chances d'atteindre l'âge avancé.

Autant que possible pour retarder le résultat possible (mais pas à 100% probable):

  • activité accrue;
  • exercice;
  • régime alimentaire;
  • rejet complet des mauvaises habitudes.

Le maintien de modes de vie sains, ainsi que le respect des recommandations du gastro-entérologue, contribuent à augmenter considérablement l'espérance de vie pour l'hépatite C: l'exercice augmente l'immunité et renforce l'état général du corps. Il faut se rappeler que la maladie est accompagnée de fatigue. Par conséquent, pendant les activités sportives, alternez activité et repos fréquent.

"Un ensemble d'exercices exemplaire pour la forme chronique de la maladie ne peut être recommandé que par un spécialiste; il est interdit de développer une thérapie par l'exercice de manière autonome."

Le but du régime que devraient suivre les personnes atteintes d’hépatite est de réduire la charge sur le tube digestif du patient. La nutrition appropriée hypocalorique, appelée «Tableau numéro cinq», exclut les aliments épicés, frits et salés de l'alimentation. Le menu principal comprend: poisson, volaille (non grasse), entrées végétales.

Certains patients des cliniques médicales demandent aux médecins s’il est possible de boire de l’alcool par intermittence en cas d’hépatite chronique. La réponse est sans équivoque: même les plus petites doses de boissons contenant de l'éthanol sont strictement interdites dans toutes les formes de la maladie. L’abus d’alcool aggrave l’évolution de la maladie: une cirrhose du foie peut survenir dès 5 ans à partir du moment de l’infection et son issue fatale est beaucoup plus rapide.

Avec le virus de l'hépatite C, les femmes vivent plus longtemps, car les représentants du sexe fort sont moins susceptibles de suivre un régime et, en règle générale, ne mènent pas un mode de vie sain.

Présence de maladies chroniques dans l'anamnèse

L'état d'une personne infectée est aggravé par des troubles du fonctionnement des poumons, du cœur et du diabète. Traiter la maladie dans les cas décrits est souvent impossible. Il est difficile de prévoir avec exactitude l'espérance de vie associée à l'hépatite chez cette catégorie de personnes, mais selon les données disponibles, ces patients ont moins de chances d'atteindre le troisième âge que les personnes infectées par le virus et ne souffrant pas de maladies concomitantes.

L’infection simultanée de plusieurs agents pathogènes à l’origine des hépatites B, D, G ainsi que la présence de l’infection à VIH dans le corps entraînent le développement de l’état grave du patient.

La dysfonction hépatique et la cirrhose aggravent également la situation. Comme le diagnostic est souvent posé aux patients qui ont déjà constaté des lésions des tissus de l'organe, l'efficacité du traitement est réduite d'un ordre de grandeur et les patients porteurs du virus ne vivent pas plus de 10 ans.

Il faut se rappeler qu'aucune maladie chronique ne peut être une phrase. Un traitement opportun réduit la charge reçue par le foie et la médecine moderne offre une solution essentielle au problème: la transplantation d'un organe endommagé.

La présence de mauvaises habitudes

La réponse à la question «Combien de temps pouvez-vous vivre avec l'hépatite C?» Est-elle individuelle pour chaque patient? Certains patients mènent un mode de vie à part entière pendant de nombreuses décennies, et un certain nombre de personnes meurent de la maladie en quelques mois.

Affecter positivement la durée de la période de prévision:

  • forte immunité;
  • jeune âge;
  • maintenir des modes de vie sains;
  • pas de mauvaises habitudes;
  • schémas corrects.

Des visites régulières à la clinique médicale, des tests en temps opportun et une surveillance attentive de l’évolution de la santé permettent à une personne infectée, quel que soit son âge, d’augmenter son espérance de vie à des valeurs moyennes.

Les facteurs positifs ci-dessus s'appliquent également aux patients dans le sang desquels un agent pathogène de type sérique a été détecté.

Répondant à la question «Combien de temps les personnes vivent-elles avec l'hépatite B?», Le médecin traitant tiendra compte à la fois de l'âge du patient et de l'état de son système immunitaire. Le terme n'est significativement réduit que lorsque la maladie est transformée en stade chronique et qu'un traitement approprié permet de prolonger la durée de vie de manière illimitée.

A quel stade la maladie est-elle détectée?

Le but de traiter toute forme d'hépatite est de soigner le patient et de restaurer toutes les fonctions de l'organe affecté.

Il y a dix ans, le nombre de guéris ne dépassait pas 40%. Aujourd'hui, avec des schémas thérapeutiques bien choisis, les indicateurs d'un soulagement complet de la maladie atteignent 60% (et selon certaines données 90%) de 90% du nombre total de patients dans les cliniques.

Plus la maladie est identifiée tôt, plus le patient infecté vit longtemps. Malheureusement, la plupart des gens négligent les visites chez le médecin en temps opportun et les examens réguliers. Selon les prévisions de l'OMS, une telle attitude face à la santé peut entraîner une multiplication par 2 de la mortalité par hépatite d'ici 2025.

Caractéristiques de l'évolution de la maladie chez les enfants

Combien d'enfants vivent avec le virus de l'hépatite B? Les nouveau-nés infectés verticalement grandissent et se développent comme leurs pairs en bonne santé. Il est également difficile de prédire le moment d'apparition de la cirrhose ou d'autres complications chez l'enfant, comme chez un patient adulte.

L’immunité des enfants étant en phase de formation, la résistance du corps du bébé est beaucoup plus faible. La maladie qui en résulte se développe à un rythme accéléré. Pour prévenir tout risque de mort, l’état de santé de l’enfant doit être surveillé en permanence.

Si la mère présente une forme sérique de la maladie, il est possible de faire une injection d'urgence à un nouveau-né qui a atteint l'âge de la semaine de la vaccination par le DTC.

Les contre-indications absolues à de telles mesures préventives sont la présence de diathèse chez un petit patient, la détection d'une méningite ou des problèmes avec le système immunitaire.

La fréquence des vaccinations peut varier. Un programme de réinjection est autorisé après 3 semaines et un an plus tard.

L'espérance de vie des patients infectés

La durée du temps alloué dépend de la forme d'hépatite, de la zone du tissu hépatique affecté et de la rapidité du traitement.

Sans thérapie

Un patient peut vivre avec la maladie d’une décennie sans même s’imaginer que des changements pathologiques se produisent dans son corps: l’absence de symptômes est à blâmer.

Une situation typique est celle où la maladie est détectée lors d'examens de routine (examens médicaux, examens médicaux, avant des procédures chirurgicales ou lors d'essais menés pendant la grossesse).

Combien de temps pouvez-vous vivre avec l'hépatite C sans suivre de traitement? Le pronostic est favorable lorsque la personne est porteuse du virus. En maintenant des modes de vie sains et en passant des contrôles systématiques du foie, il n’ya aucun danger de réduire l’espérance de vie.

En cas de détection de formes graves d'hépatite, il est impossible de se passer de traitement.

Sous forme aiguë

Une fois que le virus a pénétré dans le sang, le système immunitaire commence à lutter contre les agents pathogènes. Certains cas d’infection au stade initial se terminent par une guérison sans intervention médicale.

Une grande partie des maladies identifiées nécessitent que le patient soit à l'hôpital et reçoive un traitement approprié pour l'hépatite.

Lors de la convalescence, le patient est enregistré par le médecin. La durée des observations est de:

  • six mois avec une cure pour l'hépatite B;
  • 24 mois - après l'arrêt des manifestations de l'hépatite C.

Sur la suppression complète du développement de la maladie peut indiquer des signes tels que:

  • restauration de la taille des organes internes;
  • l'absence de virus dans le sang;
  • bien-être

Si vous conservez les paramètres pendant plus de 2 ans, vous pouvez parler de la délivrance finale de la maladie.

En cas de maladie

Combien de personnes vivent après le traitement? Les patients qui ont subi une hépatite, qui sont régulièrement examinés et qui ont complètement éliminé la possibilité de réinfection (y compris ceux qui ont refusé des relations sexuelles non protégées avec un partenaire et l'utilisation de drogues au hasard), peuvent vivre aussi longtemps que possible.

La règle principale de la préservation de la santé est la plus grande attention au bien-être. Les hépatologues recommandent à ces patients de subir des examens complémentaires deux fois par an (se faire tester et passer une échographie du foie). Le nombre de tests pour les patients atteints d'hépatite B est toujours le même.

Lorsque toutes les conditions spécifiées sont observées, la question du nombre d'années de vie des personnes qui ont surmonté la maladie devient sans objet. Les patients qui ont contracté une maladie ont la possibilité de vivre longtemps et pleinement.

Dans les formes chroniques

En identifiant les hépatites chroniques C - B, C - B - la question "Dans quelle mesure vivent-ils?" Est également extrêmement importante pour le patient.

Cette forme de la maladie ne peut pas être complètement guérie, mais la maladie peut être transférée au stade de la rémission.

HGH partiellement amarré n'affecte pas l'état général du patient, soumis à un certain nombre de règles, notamment:

  • rejet des charges excessives et des mauvaises habitudes;
  • suivre les conseils d'un nutritionniste;
  • l'alternance correcte de sommeil, travail et repos.

Avec une approche appropriée pour maintenir la santé, il est possible de vivre plus de 30 ans. Cependant, une personne atteinte d'hépatite peut vivre plus longtemps (individuellement)

Précautions de sécurité

Prendre soin de ses proches devient original pour un patient infecté par un virus. Comment vivre avec l'hépatite B, C dans la famille?

Tout d'abord, vous devez avertir vos proches de la présence de la maladie. Beaucoup de gens ont peur de parler du diagnostic à leurs amis, s'attendant à une réaction négative de la part de ces derniers. Ne divulguez pas les informations à vos proches: le récit d'une infection est le meilleur moyen de préserver la santé des membres de votre famille et de vos amis.

De plus, un certain nombre de précautions doivent être observées. Les agents pathogènes sont transmis par le sang, ce qui signifie qu'une personne malade doit disposer de moyens d'hygiène individuels, notamment:

  • appareils de manucure;
  • brosses à dents;
  • accessoires de rasage.

Tous les éléments énumérés doivent être placés dans un casier séparé ou dans un emballage étanche. Le fait qu'ils ne puissent utiliser personne, il vaut mieux prévenir la famille.

Il est également possible de parler avec des collègues au travail (au moins, le superviseur doit être prévenu). Dans l'exercice de leurs fonctions, vous devez:

  • refuser les longs trajets qui ne respectent pas l'horaire de sommeil et de veille;
  • protégez-vous de tout effort physique important.

«Si le travail ne s'accompagne pas de blessures mineures constantes, les experts conseillent de ne pas divulguer d'informations sur la détection du virus dans le sang (cela peut entraîner le retrait des personnes malades ou, dans des cas extrêmes, le renvoi).»

Lors des rapports sexuels, des moyens contraceptifs doivent être utilisés pour protéger le partenaire d’une éventuelle infection. S'il y a une hépatite avec combien de vie dépend directement du respect des règles de comportement.

Les membres de la famille et les amis proches qui entrent dans la maison doivent passer les biomatériaux pour étudier la présence (absence) du virus dans les fluides corporels. Les proches sont également soumis à des inspections régulières et à des vaccinations de routine.

Prévention et traitement

Afin de ne pas poser de question douloureuse lors de la détection de l'hépatite C, B - «Combien de temps les personnes vivent-elles avec la maladie?», Des mesures doivent être prises pour minimiser les risques d'infection.

  • traitement uniquement dans des établissements médicaux agréés;
  • vaccination rapide contre l'hépatite B;
  • exclusion des rapports sexuels présomptueux;
  • en cas de rapports sexuels avec un partenaire occasionnel - utilisation obligatoire de préservatifs;
  • respect du calendrier des examens professionnels;
  • soumission régulière de biomatériau pour la recherche;
  • refus de la drogue.

Afin de ne pas penser «combien de personnes vivent avec l'hépatite C?», Le personnel médical est tenu de manipuler les produits sanguins avec des gants et de faire particulièrement attention lors de l'utilisation d'instruments (en particulier avec des seringues après des injections). Les mêmes recommandations s'appliquent au personnel des salons de tatouage et des centres de beauté.

Il faut se rappeler qu’à l’heure actuelle, le vaccin contre l’hépatite C n’existe pas. Croire aux escrocs et acheter de faux médicaments ne devrait pas l'être.

Prescrit le régime de traitement que des établissements médicaux spécialisés. Dans le traitement de la maladie en utilisant:

  • les interférons;
  • des inhibiteurs;
  • immunostimulants;
  • des vitamines;
  • hépatoprotecteurs.

La durée du traitement est de 72 semaines. Dans certains cas, le médecin recommandera l’utilisation de décoctions de frais médicaux comme agent de soutien. Ne négligez pas les conseils, car les herbes renforcent parfaitement l’état général du corps.

Il y a environ 5 ans, la communauté médicale a reconnu que l'hépatite C était totalement traitable. Une détection précoce de la maladie permettra d'utiliser un traitement adéquat et d'éviter des complications telles que la cirrhose ou le cancer du foie. La nature du traitement affecte le nombre d'années de vie avec un diagnostic similaire.

Les méthodes de traitement modernes développées permettent aux patients de se débarrasser complètement des symptômes de la maladie et de mener une vie longue et heureuse avec leur famille et leurs proches. L'espérance de vie avec l'hépatite se mesure individuellement pour chaque organisme.

Medinfo.club

Portail sur le foie

Est-il possible de mourir du VHC, la cause du décès et comment l'éviter?

La réponse à la question: est-il possible de mourir de l'hépatite C, malheureusement, seulement positive. Oui, bien sûr, vous pouvez. Mais vous ne pouvez pas poser la question comme ça. Dans ce cas, il est prudent de dire qu'il est également possible de mourir d'un simple rhume. Et ce sera la réponse tout à fait correcte. Oui, c'est possible et contre le froid, c'est possible et contre le VHC. La seule question est de savoir quand et à quel point une personne souffrira. Clarifions les causes de décès du type d'hépatite le plus grave et découvrons la gravité de la maladie.

Un peu d'histoire. L'hépatite (inflammation du foie) est connue, pour le dire gentiment, il y a longtemps. Au Ve siècle avant notre ère, Hippocrate a décrit des cas de jaunisse, symptôme d’une insuffisance hépatique. Aujourd'hui, il est absolument certain que l'hépatite est virale. C'est-à-dire que l'agent causatif est un virus spécifique. Mais il y en a beaucoup (ces virus), et on distingue pour cette raison les hépatites A, B, C, D, E, G et F. Mais F est toujours en cause. Il n’existe aucun type de virus définitivement identifié qui cause l’hépatite F. En ce qui concerne spécifiquement l’hépatite C, son agent pathogène est un virus de la famille des Flaviviridae. Il en existe aussi plusieurs types: 1a, b, c; 2a, b, c; 3a, b; 4a, b, c, d, e; 5a; 6a; 7a, b; 8a, b; 9a; 10a; 11a. La plus dangereuse des onze espèces étudiées à ce jour est un virus de type 1b.

La mort par hépatite résulte d'une insuffisance hépatique. Mais cela ne se produit pas à la fois. La période d'incubation de ce type d'hépatite est d'au moins 6 mois. C’est-à-dire qu’une personne ne ressent rien du tout. De plus, certains symptômes commencent à apparaître:

  • affaiblissement, et plus tard et manque complet d'appétit;
  • faiblesse, d'abord des charges, puis plus tard sans elles;
  • somnolence pendant la journée, d'abord après le travail et ensuite constamment;
  • insomnie nocturne avec somnolence diurne;
  • douleurs articulaires en l'absence de maladie articulaire;
  • nausées et vertiges dus à une intoxication progressive avec les déchets du corps;
  • éructations biliaires, parfois vomissements;
  • décoloration des matières fécales;
  • urine foncée;
  • jaunissement de la peau;
  • jaunissement de la sclérotique des "protéines" des yeux;

Comment ne pas mourir d'hépatite C, la question est assez grave. Premièrement, il est nécessaire de le détecter à temps. La détection précoce est la clé du succès du traitement. Deuxièmement, pour se conformer à toutes les recommandations du médecin traitant, prenez toujours les médicaments à temps. Il est souhaitable que les médicaments soient de haute qualité. Troisièmement, ne pas se soigner soi-même. Ne prenez aucun médicament sans autre consultation chez le médecin. Et enfin, suivez les règles ci-dessous:

  • éliminer la consommation d'alcool, ne pas réduire la consommation, à savoir, éliminer
  • réduire la consommation de caféine,
  • limiter la consommation d'œufs
  • les aliments marinés et en conserve excluent
  • éliminer du régime les viandes grasses et fumées, le saindoux, le poisson,
  • les condiments et les épices sont limités au minimum,
  • réduire la consommation de sel, et il vaut mieux y renoncer,
  • arrêter de fumer
  • ne pas trop manger, et la nourriture doit respecter le régime numéro 5A,
  • réduire la masse corporelle, si l'indice de masse est supérieur à 33 (il est souhaitable de le maintenir dans les 18... 25),
  • réduire l'activité physique, mais en aucun cas les exclure complètement, en maintenant le corps en bonne forme,
  • pour stabiliser le sommeil, il doit être complet et, le cas échéant, de nuit,
  • minimiser les charges de stress (le soutien des personnes proches est très important).

Comment le virus détruit le corps

Comme déjà mentionné, l'hépatite C est une maladie du foie. Initialement, le virus détruit les parois des cellules hépatiques, ce qui les rend plus perméables aux fluides. Le foie gonfle et grossit. Dans le même temps, un grand nombre d'enzymes intracellulaires, appelées hépatocytes, sont libérées dans le sang. Il y a une diminution de la coagulation du sang. Juste à ce moment, la jaunisse apparaît.

La destruction ultérieure des parois cellulaires conduit à l'auto-digestion et à la nécrose des structures du foie. La quantité de tissu conjonctif augmente. Il y a une fibrose. Il a 4 étapes: 1,2,3 et 4.

La probabilité de décès par l'hépatite C

Les complications de l'hépatite C sont des affections graves, parfois incompatibles avec la vie. La cause de la mort est la décompensation du foie, des reins, du cœur ainsi que l’enflure des tissus cérébraux. La lutte contre la maladie doit commencer dès le stade initial, ce qui empêche sa progression et l’apparition de conséquences indésirables.

Le problème réside dans la longue évolution asymptomatique de la maladie, raison pour laquelle une personne ne soupçonne même pas l’hépatite et n’est pas pressée de consulter un médecin. À cet égard, la pathologie est souvent diagnostiquée au stade de la cirrhose.

Chaque année, un nombre considérable de porteurs de virus meurent des suites de la maladie. Malgré la forte prévalence de l'hépatite C, la vaccination contre l'agent pathogène n'a pas encore été supprimée. Cela est dû à la grande variabilité de l'infection et aux nombreux sous-types du virus.

Puis-je mourir d'hépatite C?

Le risque est vraiment très élevé, car la maladie entraîne de graves complications. Ils sont présentés:

  1. cirrhose du foie. Des processus irréversibles sont au cœur de son existence. La maladie infectieuse-inflammatoire à progression lente est accompagnée de la mort des hépatocytes (cellules du foie), qui sont progressivement remplacés par du tissu conjonctif. Ils appartiennent à la partie non fonctionnelle de l'organe et exacerbent son dysfonctionnement;
  2. stéatose - une conséquence de troubles métaboliques, à la suite de laquelle les cellules adipeuses sont accumulées dans les cellules;
  3. carcinome hépatocellulaire - se développe à la suite d'une préservation à long terme de l'inflammation et d'une augmentation de la surface du tissu conjonctif. Tout cela prédispose à la malignité cellulaire. Le taux de malignité augmente en raison de l'alcoolisme;
  4. fibrose - l'apparition de tissu cicatriciel. Chez les personnes infectées après 40 ans, on observe beaucoup plus souvent une fibrose du foie que de jeunes porteurs du virus. La vitesse des processus irréversibles dépend du poids, du sexe et des préférences préjudiciables d'une personne. Ainsi, la cicatrisation progresse beaucoup plus lentement chez les femmes sans excès de poids, qui ne consomment pas d'alcool;
  5. L'encéphalopathie est une conséquence de lésions cérébrales toxiques. Cela se manifeste par un changement d'état psycho-émotionnel. Une personne devient irritable, apathique et il y a de fortes sautes d'humeur. Avec l'intensification de l'intoxication, il se produit une dépression de conscience, allant jusqu'au coma avec un gonflement du cerveau;
  6. saignements massifs d'ulcères du tractus gastro-intestinal. Cela prédispose à une carence en facteurs de coagulation et à un faible niveau de protéines;
  7. septicémie - se développe en raison de l’infection d’une infection bactérienne dans le contexte d’une diminution des défenses immunitaires de l’organisme;
  8. œdème prononcé (ascite, pleurésie, péricardite) - accumulation de liquide dans les cavités abdominale, pleurale, péricardique et le tissu cérébral.

Les complications incluent également l'arthrite et la glomérulonéphrite, dont le développement est causé par des lésions vasculaires et l'implication du système immunitaire dans le processus. L'insuffisance rénale se manifeste par une diminution de la diurèse, une altération de la fonction de concentration des reins, une augmentation de l'urée, de l'azote résiduel et de la créatinine dans le sang.

Forme fulminante

L'évolution fulminante de la maladie est assez rare. Il est observé dans les lésions toxiques du foie (alcool, substances chimiques) sur le fond de son infection virale. La mort du patient est due à la destruction massive d'hépatocytes et à la défaillance de plusieurs organes.

La pathologie est également appelée maligne, car l'hépatite C peut entraîner la mort en moins d'une semaine. La forme fulminante est due à un agent pathogène muté ou à une infection mixte. La mort rapide des cellules hépatiques entraîne une augmentation rapide du nombre de défaillances d'organes et le développement du coma.

Les signes cliniques de pathologie apparaissent très rapidement. Chaque nouveau symptôme apparaît toutes les heures, ce qui confirme l'évolution fulminante de la maladie. Le patient a:

  • signes d'intoxication, qui se manifestent par de la fièvre, des maux de tête, des courbatures et une faiblesse grave. Dans le contexte d'une augmentation de la température à 39 degrés, une personne devient lente, apathique et quelque peu inhibée;
  • symptômes dyspeptiques, nausées et diarrhée. Au début, les vomissements sont provoqués en mangeant ou en buvant, mais peu à peu, ils deviennent spontanés. En raison de l'hypocoagulation (mauvaise coagulabilité), des traînées de sang et même des caillots peuvent être présents dans les vomissements.
  • douleur dans le foie, indiquant une augmentation de sa taille et une distension de la capsule fibreuse;
  • l'odeur du foie frais de la bouche;
  • jaunisse.

Au fur et à mesure que l'hépatite progresse, l'étape suivante commence, caractérisée par:

  1. ralentissement de la parole et monotonie de la voix;
  2. mouvement lent;
  3. troubles dysuriques (rétention urinaire).

Le foie diminue progressivement de volume et devient plus souple. Le diagnostic de la maladie doit être effectué dans un mode accéléré, car ils meurent de l'hépatite C de la forme fulminante dans les 5-7 jours.

Le stade précoma est caractérisé par une altération de la conscience dans le contexte d'une intoxication croissante dans le corps. Outre ces symptômes cliniques, il existe des signes de dysfonctionnement cardiaque et rénal.

En raison de la progression de la défaillance de plusieurs organes et des lésions cérébrales, le coma se développe. En même temps, on n'observe pas de récupération de la conscience, un essoufflement apparaît, la pression artérielle diminue et le volume quotidien d'urine diminue.

Comment mourir de l'hépatite C?

Afin d'éviter la mort, il est nécessaire d'établir la cause de la décompensation du foie et l'apparition du complexe symptomatique.

Pour déterminer le pronostic à vie, il est important de prendre en compte le taux de progression de la maladie et la gravité des signes cliniques:

  • détérioration rapide du patient;
  • changement de statut neuropsychique (l'agression est remplacée par l'inhibition);
  • renforcement suivi d'un soulagement de la douleur dans le foie, associé à l'assèchement de l'organe;
  • augmentation de la fièvre jusqu'à 40 degrés;
  • signes d'hypocoagulation (apparition de nouvelles hémorragies sur la peau);
  • odeur de foie de la bouche;
  • diminution de la diurèse.

En cas d'éclairs, l'intensité de la jaunisse n'est pas un indicateur de la gravité de la maladie. Parfois, elle n'a tout simplement pas le temps de se développer pleinement.

Nous allons maintenant décrire plus en détail les signes cliniques d’une insuffisance hépatique croissante et de complications incompatibles avec la vie:

  1. intoxication - se développe dans le contexte d'une augmentation rapide de la bilirubine dans le sang. Un effet irritant sur le système nerveux a sa fraction directe, à la suite de laquelle l'état psycho-émotionnel d'une personne change progressivement. Au début, cela se manifeste par des sautes d'humeur, de l'apathie, des larmoiements et de la dépression. Ensuite, il commence à être confus dans le temps, ne connaît pas de parents et ne parle pas de ce qui ne l’était pas. La dépression de conscience s'observe avec un nombre élevé de bilirubine. Le patient devient inhibé, répond lentement aux questions et bouge moins. L'encéphalopathie croissante est remplacée par le sopor et le coma. Le patient ne répond pas au traitement, il n'y a pas de mouvements, il y a une augmentation de la fréquence des contractions cardiaques dans le contexte d'une diminution de la pression artérielle. En raison de l'œdème cérébral, le système respiratoire est perturbé, ce qui s'accompagne d'hypoxie (manque d'oxygène) et d'une dépression progressive de la conscience.
  2. une protection immunitaire réduite prédispose à l'ajout d'une infection. Cela peut être une exacerbation de foyers bactériens chroniques ou une nouvelle infection du corps. Les symptômes dépendent de l'agent causal et de la gravité de la maladie. Le patient note souvent une hyperthermie, un malaise grave, un manque d'appétit, des douleurs corporelles et des fluctuations de pression. Lorsque la fièvre augmente, un gonflement du cerveau se développe et la conscience est perturbée.
  3. en cas d'hypertension portale (augmentation de la pression dans le système veineux), on observe une ascite, raison pour laquelle le patient s'inquiète de douleurs abdominales dont l'intensité dépend du volume de liquide dans la cavité abdominale. Une personne devient lente, bouge un peu et se plaint d'un manque d'appétit. Si le liquide s’accumule dans la cavité pleurale, les symptômes sont une douleur thoracique et un essoufflement. Les symptômes d'insuffisance respiratoire progressent parallèlement à l'augmentation du volume de liquide. Un gonflement des tissus est observé sur les membres, le dos et la poitrine;
  4. L’hypocoagulation due à l’absence de facteurs de coagulation conduit à des saignements massifs difficiles à arrêter. Ceci est particulièrement dangereux pour les blessures et les dommages aux veines œsophagiennes. Si le patient a des ulcères dans le tractus gastro-intestinal, ils commencent à saigner. Cliniquement, il se manifeste par une douleur dans la région d’un défaut tissulaire, une diminution de la pression artérielle, des vertiges, une augmentation du nombre de contractions cardiaques, du méléna («selles noires») et des vomissements «du café moulu». De plus, le développement de saignements spontanés n'est pas exclu;
  5. Avec le développement du carcinome hépatocellulaire, la qualité de vie du patient ne cesse de se dégrader. Il est préoccupé par une faiblesse grave, des vertiges, un manque d'appétit, une perte de poids rapide et une douleur intense au foie.
  6. insuffisance rénale - se développe avec la progression de la dysfonction hépatique. Il convient de souligner les signes cliniques de douleur dans la région lombaire, une diminution du taux de diurèse (diminution du volume quotidien d'urine) et une augmentation de la toxicité en raison d'une augmentation du niveau d'urée dans le sang.

Conseils de prévention

Pour prévenir le développement de l'hépatite et protéger les autres de l'infection, vous devez suivre les recommandations suivantes pour prévenir l'infection par le VHC:

  1. ne négligez pas la contraception;
  2. avoir un partenaire sexuel;
  3. fréquenter les salons de beauté de bonne réputation;
  4. utilisez uniquement leurs propres produits d’hygiène (rasoir, ciseaux, serviette, brosse à dents);
  5. subir un examen complet des deux partenaires au stade de la planification de la grossesse.

En outre, ne sous-estimez pas le rôle des examens médicaux préventifs. Ils sont les seuls à pouvoir détecter la maladie à un stade précoce. Il est particulièrement important de réaliser régulièrement des diagnostics de laboratoire pour les agents de santé, les patients nécessitant des transfusions sanguines et une hémodialyse fréquentes, ainsi que pour les personnes en contact étroit avec des porteurs de virus.

La cause de la mort dans l'hépatite C n'est pas le virus lui-même, mais les conséquences désastreuses de la maladie. L'espérance de vie dépend de la présence de comorbidités, de l'âge, du sexe du patient, du degré d'atteinte hépatique, du génotype du VHC et du stade auquel le traitement a été commencé.

Pensez-vous toujours que guérir l'hépatite C est difficile?

À en juger par le fait que vous lisez ces lignes à présent, la victoire dans la lutte contre les maladies du foie ne vous appartient pas. Et avez-vous déjà pensé à la thérapie par interféron? C'est compréhensible, car l'hépatite C est une maladie très grave, car le bon fonctionnement du foie est la clé de la santé et du bien-être. Nausées et vomissements, peau jaunâtre ou grisâtre, goût amer dans la bouche, urine foncée et diarrhée. Tous ces symptômes vous sont familiers.

Mais peut-être est-il plus correct de ne pas traiter l’effet, mais la cause? Pour le traitement, nous recommandons l'utilisation de médicaments domestiques modernes - le sofosbuvir et le daclatasvir. Lire plus >>


Articles Connexes Hépatite