Cirrhose et forte fièvre

Share Tweet Pin it

Laisser un commentaire

Un symptôme courant de l'apparition de lésions du tissu hépatique est une augmentation des indicateurs de température au niveau des aisselles. L'augmentation de la température dans la cirrhose du foie apparaît pour plusieurs raisons. Le plus souvent, il est déclenché par les processus se produisant dans les tissus du foie, ainsi que par le développement de complications. Dans les deux cas, la température est accompagnée de plusieurs autres signes permettant de déterminer le problème.

Les fluctuations de température et ses indicateurs sont caractéristiques de la cirrhose et peuvent parler du processus évolutif de la maladie et de ses formes.

La température en tant que symptôme de la cirrhose

La température corporelle sous-fébrile (37–37,5 ° C) ou fébrile est caractéristique des lésions du foie liées à l'hépatite C. Les fluctuations des indicateurs dépendent du degré d'activité de décompensation de la cirrhose développée sur le fond de l'hépatite. L'élévation de la température est courte, mais critique, et peut être subfébrile et longue, généralement de 2-3 jours à 1-2 mois. Le plus caractéristique est la fréquence de cet état avec une augmentation à 38 ° C et une chute des indicateurs au niveau de la norme.

Le symptôme accompagne souvent tous les types de cirrhose, mais dans certains cas il est plus prononcé et dans d'autres moins, par exemple:

  • En cas de cirrhose de type viral, on observe une augmentation brusque de la température corporelle, à des niveaux maximaux. La maladie est souvent accompagnée de fièvre et de frissons. À la réception des résultats des tests sanguins, on a constaté une concentration extrêmement élevée de bilirubine.
  • Dans la lésion biliaire secondaire des cellules du foie, une forte augmentation des indices de température et des frissons sont également observés. De plus, il y a des sensations douloureuses dans l'hypochondre droit, une jaunisse grave de la peau et de la sclérotique des yeux et un prurit. Lors de la palpation de l'abdomen, une hypertrophie de la rate et du foie est ressentie. Dans l'analyse du sang, un excès de la norme dans les leucocytes, la bilirubine, les acides biliaires est détecté. Les maladies qui sont à l'origine de cette forme de cirrhose, telles que la cholangite, la maladie de calculs biliaires, le développement de tumeurs, sont accompagnées d'un tableau clinique similaire.
  • Avec la cirrhose compensée, il existe généralement un minimum de symptômes que l'on confond souvent avec un léger malaise et un surmenage. Pendant cette période, le foie est toujours capable de remplir ses fonctions principales et aucune complication n'est observée. Par conséquent, le fonctionnement normal d'une personne n'est pas altéré. Cette forme de la maladie est détectée par hasard au cours d'un examen approfondi, d'une intervention chirurgicale ou de la progression de la maladie. La transition vers la forme active de cirrhose compensée s'accompagne de:
Une hémorragie au nez, des rougeurs ou un jaunissement des mains et d’autres parties du corps peuvent entraîner des fluctuations de la température corporelle lors de maladies du foie.
  1. augmentation de la température jusqu'à des indicateurs sous-fébriles ou fébriles;
  2. rougeur des paumes;
  3. saignement nasal accru;
  4. jaunissement de la peau, ce qui est rare.

Le stade compensé inactif permet à une personne de vivre en paix avec un diagnostic de plus de 10 ans.

  • Dans la cirrhose postnécrotique, la pathologie se développe instantanément avec la manifestation du tableau clinique complet du jour au lendemain. Chez l'homme, il y a:
  1. fièvre
  2. ascite progressive (accumulation de liquide dans les tissus et les organes);
  3. douleur abdominale atroce;
  4. ictère grave.

Cette forme de la maladie est une conséquence de l'hépatite B compliquée, moins souvent appelée cirrhose biliaire primitive ou alcoolique du foie. Avec des soins médicaux retardés, le risque d'insuffisance hépatique ou de coma augmente.

Le changement des indicateurs de température au-dessus de la norme peut donner un signe du début du processus pathologique dans le corps. Par conséquent, un diagnostic approfondi des causes d'un tel symptôme est requis. En plus de la cirrhose, il est possible d'identifier de telles comorbidités telles que:

  • tumeurs malignes dans le foie;
  • infection bactérienne des tissus du foie;
  • pathologie du sang;
  • thrombose de la veine porte.

Raisons

Les provocateurs les plus courants augmentent la température dans la cirrhose du foie:

  • Nécrose des cellules du foie - hépatocytes. Le signe principal - fait mal au côté droit de l'hypochondre. Les symptômes auxiliaires pour diagnostiquer le problème sont les suivants:
  1. jaunissement prononcé de la peau et de la sclérotique oculaire;
  2. concentration élevée de leucocytes, ALT, AST dans le sérum;
  3. augmentation de l'activité de la phosphatase alcaline.
  • Reproduction de pyrogènes bactériens. Un organe affaibli avec une cirrhose devient susceptible à diverses bactéries intestinales qui «le traversent». En cas de cirrhose, le foie n'est pas en mesure de les neutraliser en raison d'un dysfonctionnement. Par conséquent, le système immunitaire du corps prend des mesures indépendantes pour détruire les agents pathogènes en augmentant la température corporelle. Pendant le fonctionnement normal du foie, cette réaction ne se produit pas. La particularité de l'état réside dans le fait que la température ne s'égare pas avec des antipyrétiques ou des antibiotiques. Stabiliser ses performances n’est possible qu’avec un fonctionnement amélioré des cellules du foie. Dans le même temps, le foie endommagé lui-même fait mal.
  • Transition de la cirrhose en phase active. Le processus s'accompagne toujours d'une augmentation des indicateurs de température dans le contexte de la propagation rapide de l'inflammation avec la mort de la plupart des cellules du foie. En conséquence, le corps perd ses fonctions, qui menacent d'insuffisance hépatique et de coma.
Retour à la table des matières

Complications et température

En l'absence de traitement des lésions hépatiques cirrhotiques, des complications graves se développent, qui s'accompagnent toujours d'un saut brutal de la température corporelle et d'autres symptômes spécifiques. Plus souvent, des changements de température sont observés avec des complications infectieuses.

Les principales complications qui entraînent une aggravation de la chaleur du patient sont les suivantes:

  • Infection secondaire. En raison de la progression de la cirrhose du foie, le système immunitaire est considérablement affaibli. En conséquence, le corps devient plus susceptible aux attaques de bactéries et de virus pathogènes. L'accès des infections se produit très rapidement et facilement en raison de la résistance réduite du corps. Par conséquent, une personne souffre plus souvent de formes graves d'infections respiratoires aiguës, d'infections virales respiratoires aiguës, de grippe, accompagnées de fièvre, de fièvre et de frissons.
Un foie malade aggrave l’état de l’immunité générale et la maladie peut également être causée par d’autres infections.
  • Péritonite bactérienne. La pathologie se manifeste toujours par une forte augmentation de la température jusqu'à des valeurs critiques (40–42 ° C). L'État est dangereux et menace la vie humaine en l'absence de mesures d'urgence. La principale cause d'infection est l'infection à E. coli, qui pénètre dans le liquide d'ascite accumulé dans les tissus du péritoine.

Le diagnostic de péritonite est possible pour les motifs suivants:

  1. douleur aiguë et forte, et l'estomac fait mal à l'extérieur et à l'intérieur;
  2. chaleur (jusqu'à 42 ° C);
  3. des frissons;
  4. activité péristaltique intestinale réduite;
  5. faible pression artérielle;
  6. des niveaux extrêmement élevés de globules blancs, évoquant une inflammation à grande échelle;
  7. fonction hépatique diminuée (jusqu’au coma).

80% des cas sont mortels. Par conséquent, en cas de forte augmentation de la température chez un patient atteint de cirrhose du foie, il est nécessaire de consulter un médecin de toute urgence pour exclure la péritonite bactérienne.

  • Ascite La complication est caractérisée par une accumulation de liquide et de sels en excès dans la cavité pleurale. Le processus d'accumulation s'appelle hydrothorax. En raison de l'immunité réduite et de la fonction de nettoyage du foie, le risque d'infection du substrat liquide dans la plèvre augmente avec le développement de l'empyème, c'est-à-dire la suppuration des feuilles péritonéales.

Le tableau clinique de l'état est similaire à celui de la péritonite bactérienne et se manifeste:

  1. un saut brutal de température;
  2. douleurs de couture dans la poitrine;
  3. détérioration rapide;
  4. insuffisance hépatique aiguë;
  5. le développement de la leucocytose.

L'empyème peut être causé par E. coli, Enterococcus, Klebsiella, Pseudomonas. Des complications peuvent apparaître indépendamment ou en association avec une péritonite bactérienne. Le pronostic étant défavorable, un appel urgent à un médecin s'impose dès les premiers signes d'inflammation.

Symptômes du foie et des voies biliaires

Faiblesse, fatigue

De nombreuses maladies humaines ont leurs manifestations - symptômes. Plusieurs symptômes combinés s'appellent un syndrome. Les symptômes peuvent être les mêmes pour différents organes et spécifiques - caractéristiques uniquement de la pathologie d'un organe ou d'une maladie spécifique.

Les symptômes permettent de reconnaître la maladie dans son diagnostic. Ils peuvent être brillants, permanents. Ceci est caractéristique d'une maladie aiguë. Des symptômes plus lissés sont le signe d'une maladie chronique. La capacité de distinguer et d’observer les manifestations de la maladie est très importante pour le médecin et le patient. Une personne peut ne pas prêter attention aux symptômes et ne pas soupçonner qu’elle contracte une maladie jusqu’à ce qu’elle s’adresse à un médecin, peut-être pour une raison complètement différente. Par conséquent, la connaissance des manifestations de base de la maladie - les éléments de base nécessaires pour les personnes soucieuses de leur santé. Cependant, ayant découvert un symptôme de l'une ou l'autre maladie en soi, il ne faut pas immédiatement diagnostiquer, décourager, et plus encore, procéder à un auto-traitement. Il est nécessaire de bien comprendre que, soupçonnant une violation du fonctionnement d'un organe, vous devez immédiatement consulter un médecin. Lui seul peut isoler objectivement les symptômes, les analyser et procéder à un traitement adéquat ou prescrire des recherches supplémentaires.

En effet, il y a pas mal de vérité dans tout cela. Les gens ne font souvent pas attention aux autres symptômes de maladies graves. La négligence de la maladie est non seulement une souffrance grave pour le patient, mais également un chemin difficile vers le rétablissement. Parfois, cela entraîne inévitablement une invalidité ou même la mort.

Les symptômes sont divisés en objectifs et subjectifs. Les sujets sont associés aux sensations humaines et n’ont aucune manifestation que les autres puissent voir. Par exemple, des plaintes de douleur. Les symptômes objectifs ont de véritables manifestations pouvant être vues par une autre personne. Par exemple, jaunissement de la peau ou élargissement du foie, ressenti à la palpation. Signes objectifs de la maladie plus vrai, et donc informatif.

Naturellement, les maladies du foie, ainsi que les maladies de nombreux autres organes, ont leurs propres manifestations spécifiques et non spécifiques, objectives et non objectives.

Dans les maladies du foie se produisent souvent une faiblesse, une fatigue. Ceci est un symptôme assez commun pour la pathologie de nombreux organes et maladies, et il est subjectif. Parfois, il peut ne pas être lié à une maladie du foie ou à tout autre organe. L'homme est un être vivant caractérisé par des fluctuations de l'état physique et spirituel. Par conséquent, si vous ressentez de la faiblesse ou de la fatigue, ne blâmez pas immédiatement le foie pour cela. Cela est peut-être dû à un stress physique ou émotionnel anormalement élevé. Dans de tels cas, la récupération se produit avec un repos adéquat, en prenant des vitamines. Si vous vous sentez fatigué sans raison ou s'il est exceptionnellement fort, vous pouvez être suspicieux.

Avec une maladie du foie, la faiblesse et la fatigue sont associées à une intoxication. Cependant, si l'intoxication dans les maladies infectieuses est causée par l'agent pathogène lui-même ou par ses toxines, alors en pathologie hépatique, cela est dû à une violation de sa fonction de détoxification. Dans le corps, les toxines s'accumulent du fait de son activité vitale, car elles ne sont pas détruites dans le foie. En cas de violation de la perméabilité des voies biliaires, ses composants sont résorbés à partir de la bile, ce qui entraîne également une intoxication. La faiblesse et la fatigue dans les maladies du foie sont causées par des violations des échanges de protéines, de glucides et de vitamines.

Troubles digestifs

Le foie joue un rôle important dans la digestion, par conséquent, dans ses maladies, la fonction digestive en souffrira certainement. Dans l'hépatite chronique, la cirrhose, la cholécystite chronique, il sera moins visible que dans les maladies aiguës du foie et des voies biliaires. Dans les maladies hépatiques chroniques, les manifestations du système digestif ne sont pas spécifiques. Elles sont caractéristiques de la pancréatite chronique, de l'entérocolite chronique, etc. L'une des manifestations est les symptômes dyspeptiques, qui peuvent se manifester par des selles non formées et la constipation, la flatulence (distension abdominale), des éructations, une lourdeur de l'épigase (partie supérieure de l'abdomen entre les coins costaux). La qualité de la chaise évolue. Cela devient une consistance huileuse - la stéatorrhée, qui est associée à une mauvaise absorption et à la division des graisses. La bile remplit une fonction régulatrice des intestins, améliore l'absorption des graisses et des protéines par les cellules des parois intestinales. Par conséquent, dans les maladies du foie et des voies biliaires, le péristaltisme et la fonction de sécrétion intestinale sont perturbés, l'absorption des nutriments se détériore - tout cela conduit à une perte de poids. Simultanément, l'effet bactériostatique de la bile est minimisé, ce qui contribue à la colonisation de l'intestin grêle par un excès de flore. Cela conduit à l'apparition d'une entérocolite avec ses symptômes caractéristiques. Un long processus pathologique dans la vésicule biliaire conduit régulièrement à une défaillance de la fonction pancréatique. En conséquence, une image de la pancréatite chronique est ajoutée. Sur la base de ce qui précède, il apparaît clairement que, dans les maladies hépatiques chroniques, les symptômes sont divers, que d’autres organes sont impliqués dans le processus pathologique et qu’il est donc difficile de reconnaître les manifestations exclusivement hépatiques.

Les maladies aiguës telles que l'hépatite aiguë, la cholécystite aiguë, la cholédocholithiase (blocage du canal biliaire commun avec une pierre) ont des manifestations plus lumineuses de la part du tube digestif. Des nausées sévères, des vomissements, notamment de la bile peuvent être notés. Une décoloration totale ou partielle des selles est une caractéristique particulière de l'hépatite et du blocage des voies biliaires. Dans l'hépatite, le flux biliaire est perturbé par les cellules mortes qui bloquent les canaux biliaires à l'intérieur du foie. Cette condition est temporaire et caractérise un certain stade de l'hépatite. Dans la cholélithiose, un bloc provient d'une pierre qui s'est infiltrée dans le canal biliaire. Dans ce cas, la décoloration des matières fécales peut survenir brusquement ou augmenter. Il y a des pierres de valve qui, en rotation, bloquent complètement le conduit puis le libèrent. Ensuite, la décoloration peut changer périodiquement à la couleur normale des matières fécales. Violation de l'écoulement de la bile - un satellite fréquent des tumeurs des voies biliaires; la décoloration des selles se produit alors progressivement et de manière irréversible.

La plupart des maladies du foie et des voies biliaires sont accompagnées de douleur. La douleur dans ce cas se fait sentir dans l'hypochondre droit. Il n’ya pas de récepteurs de la douleur dans le tissu hépatique, de sorte que la douleur dans les maladies du foie est provoquée par l’étirement de la capsule fibreuse qui recouvre le foie. Avec le processus inflammatoire, stase du sang, croissance de la tumeur, le volume du foie augmente en conséquence. Cela conduit à un lent étirement de la capsule.

La douleur est une réaction particulière du corps à un stimulus menaçant le fonctionnement normal de celui-ci. La sensation de douleur est le signal pour l'élimination de l'irritant qui le provoque. La douleur est un élément nécessaire qui permet à un organisme vivant de s’adapter à la nature. Elle, ou plutôt, son caractère et sa localisation aident le médecin à poser le bon diagnostic.

La capsule fibreuse du foie est dense et réagit donc lentement à l'étirement. Ceci explique la nature de la douleur. Lorsque vous localisez un foyer pathologique directement dans le foie, il est terne, terne, c’est-à-dire qu’il n’est pas intense, il persiste longtemps; peut-être une sensation de lourdeur. Ce type de douleur accompagne l'hépatite, les premiers stades de la cirrhose et la maladie tumorale du foie. Si le processus pathologique se produit dans les voies biliaires, la douleur est intense, aiguë et cramponneuse. Cela est dû à l'apparition de spasmes dus aux muscles lisses ou, à l'inverse, à l'étirement des voies biliaires et de la vessie. Une douleur aiguë très intense survient dans les maladies inflammatoires des voies biliaires, telles que la cholécystite aiguë suppurée ou la cholangite. En tapotant le long de l'arc costal, la douleur augmente considérablement. Ce type de douleur est un signe certain d'aller chez le médecin ou de demander des soins médicaux d'urgence.

Doit se rappeler! L'utilisation d'analgésiques en cas de douleurs abdominales intenses avant l'examen par un médecin est strictement interdite! Cela est particulièrement vrai pour les médicaments puissants ou narcotiques. Les analgésiques éliminent la douleur et atténuent le tableau clinique, possiblement une maladie très grave, dans laquelle le seul moyen de salut est la chirurgie immédiate. L’acceptation des antispasmodiques est autorisée, mais si vous n’êtes pas très bon en pharmacologie, quittez cette entreprise et appelez le «03».

Augmentation de la température

Souvent, une maladie du foie est accompagnée d'une élévation de la température corporelle - fièvre. C’est la réaction de défense de l’organisme vis-à-vis de l’agent pathogène. À des températures élevées, les réactions immunitaires détruisent mieux l'agent infectieux. La fièvre pouvant atteindre 38 ° C est normale pour le corps, à condition qu'elle soit bien tolérée et qu'elle dure jusqu'à cinq jours. Dans ce cas, la réception d'antipyrétique n'est pas justifiée.

Dans les cas d'hépatite et de cirrhose, la température corporelle ne dépasse généralement pas 38 ° C, elle reste en chiffres entre 37 et 37,5 ° C. Il peut atteindre 36,6 ° C pendant la journée et ne monter que le soir. Pour les maladies aiguës, en particulier les maladies purulentes - cholécystite et cholangite, la température atteint 39 ° C et plus. De tels états peuvent être accompagnés de contractions musculaires squelettiques, y compris les muscles faciaux. Le nom populaire pour cet état est "trembler". Ceci est une autre raison importante de consulter immédiatement un médecin.

Changements dans la peau, les épidermes

Les maladies du foie, en particulier la cirrhose et l'hépatite chroniques et persistantes, sont accompagnées d'une peau pâle, qui fait partie des «espèces malsaines». Les raisons en sont des troubles des processus métaboliques (métaboliques) dans le corps, une altération de l'hématopoïèse et des conditions après saignement.

Il existe des troubles de la pigmentation dans les maladies du foie. De nouvelles taches pigmentaires apparaissent ou la peau prend une teinte bronze ou gris fumé au niveau des aisselles et des paumes.

Les varicosités - de petites plaques de peau aux capillaires dilatés - sont également caractéristiques des maladies chroniques du foie. Ils se produisent en raison de l'épuisement de la paroi capillaire dans le contexte de troubles métaboliques. Plus souvent localisé sur le dos et les joues.

La cirrhose chronique s'accompagne d'une insuffisance de la coagulation sanguine, d'une fragilité capillaire, de l'apparition d'une diathèse hémorragique. Si vous n'avez pas un contact fort, vous pouvez toujours avoir des ecchymoses.

Les «paumes du foie» sont des rougeurs symétriques tachetées des paumes et des plantes, particulièrement prononcées dans la région des bords des paumes sur les élévations, parfois - de la surface palmaire des doigts. Les taches deviennent plus pâles lorsqu'elles sont pressées et virent rapidement au rouge lorsque la pression cesse. Le mécanisme de leur apparition n'a pas été suffisamment étudié. Caractérisé par la cirrhose et l'hépatite chronique.

Les xanthomes sont des plaques jaunes situées sur les paupières (xanthélasma), les coudes, les mains, les pieds, les fesses, les genoux et les aisselles.

Se produisent lorsque les violations de la sortie de la bile, haute teneur en graisses dans le sang.

Parfois, le seul symptôme d'une violation de l'écoulement de bile par le foie est une démangeaison persistante de la peau. Peut persister pendant des années, accompagné d'abrasions et de rayures. Il a été supposé que la cause de son apparition est la réaction de la peau à une augmentation du taux d'acides biliaires dans le sang, mais cette hypothèse est réfutée.

Jaunisse

La jaunisse (ictère) est l'un des signes spécifiques de la souffrance hépatique. Jaunisse - jaunissement de la peau, sclérotique, muqueuses en raison de l'accumulation dans le sang de quantités excessives de bilirubine. Il existe trois types de jaunisse, en fonction de l'origine: suprahépatique, hépatique et subhépatique. Les effets sus-hépatiques sont associés à une augmentation de la dégradation des globules rouges et, par conséquent, à une augmentation du taux de bilirubine dans le sang. Survient en cas d'empoisonnement par des poisons hémolytiques, des conflits rhésus, etc. La jaunisse hépatique est provoquée par une altération de la fonction hépatique en liaison avec la bilirubine et par sa libération dans la bile. Spécifique à l'hépatite, la cirrhose. La jaunisse sous-hépatique survient lorsque les voies biliaires sont bloquées et que la bilirubine de la bile pénètre dans la circulation sanguine. On le trouve dans la cholélithiose, les tumeurs des canaux biliaires et la tête pancréatique. Selon le type de jaunisse dans le corps, la fraction correspondante de la bilirubine, qui détermine l’ombre de la jaunisse, prédomine. Jaune citron, suprahépatique, jaune hépatique, safran, olive subhépatique, verte ou foncée. La jaunisse s'accompagne souvent d'un changement de couleur des matières fécales et de l'urine.

Perte de cheveux

En raison du déséquilibre hormonal qui accompagne une maladie hépatique chronique, la perte de cheveux dans les aisselles et le pubis est possible. Les hommes sur ce fond peuvent apparaître une augmentation des glandes mammaires - gynécomastie.

Varices dans l'abdomen

Un symptôme pronostique défavorable de l'hépatite chronique et, par conséquent, de la cirrhose ou d'une cirrhose auto-induite est une augmentation des veines de la peau dans l'abdomen. Elle est associée à un écoulement veineux altéré à travers la veine porte à travers le foie. Par conséquent, le sang des organes abdominaux circule dans les veines de la paroi abdominale antérieure, ce qui augmente. Cela s'accompagne souvent d'une expansion des veines de l'œsophage, qui entraîne un saignement fatal. Le réseau veineux, qui se manifeste dans l'abdomen, a été appelé "la tête de la méduse", car il ressemble à l'original. On observe rarement une expansion des veines de l'abdomen sans augmentation de son volume - ascite - en raison de l'accumulation de liquide libre dans la cavité abdominale.

Souffle hépatique

Parfois, vous pouvez entendre l'expression "odeur hépatique". Il a un arôme sucré, semblable à l'odeur de foie frais ou de fruits trop mûrs. Se sent quand respire patient de son vomi et transpiration. Cette odeur est causée par une violation de l'échange d'acides aminés et de composés aromatiques.

En résumant ce qui précède, on peut noter que les symptômes donnent une image claire mais incomplète de la maladie. Nous ne devons pas oublier que nous vivons à une époque de progrès technique. Cela vous permet d’utiliser le diagnostic d’une vaste gamme d’examens de laboratoire et d’instruments. L'échographie est l'une des méthodes informatives modernes d'examen du foie et des voies biliaires. D'après les méthodes de laboratoire, un test sanguin biochimique est indicatif. Si vous soupçonnez une maladie du foie, consultez votre médecin. Il vous prescrira les recherches nécessaires, indiquera le traitement nécessaire et vous indiquera quelles recettes populaires peuvent être utilisées pour cette pathologie.

Pourquoi la température augmente avec une maladie du foie

La température peut-elle augmenter avec une maladie du foie? Cette question peut se poser dans deux cas - soit vous savez que vous avez une certaine maladie du foie et vous remarquez une augmentation de la température corporelle, soit vous avez soudainement découvert des symptômes de dysfonctionnement du foie dus à une température élevée. Dans tous les cas, cette combinaison de symptômes devrait attirer l’attention sur elle-même - la fièvre ne se développe qu’avec certaines maladies du foie assez graves.

Nous vous dirons dans quels cas de maladie du foie provoquent de la fièvre et comment faire pour la réduire.

Causes de l'hyperthermie

Afin de comprendre pourquoi la température du corps peut être élevée avec une maladie du foie, vous devez comprendre pourquoi la température du corps augmente en principe. Une augmentation de la température corporelle chez l'homme est une réponse non spécifique de l'organisme à la pénétration de substances pyrogènes dans le sang. Les pyrogènes peuvent être exogènes ou endogènes, selon leur source. Par exemple, pyrogène leucocytaire endogène; il est excrété dans le sang par les leucocytes lors d'infections bactériennes et virales. Des fragments de cellules détruites, des cellules cancéreuses, etc. peuvent également agir en tant que pyrogènes, de sorte qu'une augmentation de la température corporelle fait partie de la réponse du système immunitaire à divers stimuli potentiellement dangereux.

Lorsque la température augmente, des conditions défavorables sont créées pour la reproduction des agents pathogènes et la production d'anticorps augmente.

Les pyrogènes agissent sur le centre thermorégulateur du cerveau. Premièrement, le transfert de chaleur du corps diminue en raison du rétrécissement des vaisseaux sanguins périphériques. En outre, la production de chaleur augmente, des tremblements musculaires se produisent et l'oxydation des molécules à forte intensité énergétique est accélérée. Tout cela conduit à une augmentation assez rapide de la température corporelle.

Maladie du foie possible

La température corporelle dans les maladies du foie peut augmenter en raison de:

  • pyrogènes bactériens entrant dans le sang (avec abcès du foie, suppuration du kyste, etc.);
  • frappé dans le sang des virus (dans la phase aiguë de l'hépatite virale);
  • inflammation étendue du tissu hépatique (avec cirrhose);
  • pyrogènes entrant dans le sang lors de complications de maladies du foie (avec péritonite, ascite, etc.);
  • thrombose de la veine porte;
  • onkopirogènes (dans le cancer du foie).

Examinons plus en détail les plus courantes de ces conditions, leurs causes et leurs symptômes.

Cirrhose du foie

En cas de cirrhose, les cellules du parenchyme hépatique sont détruites, ce qui entraîne une insuffisance hépatique. Une augmentation de la température corporelle se produit lors de la destruction active d'hépatocytes, c'est-à-dire dans la phase aiguë de la cirrhose. Une légère augmentation de la thermométrie se produit aux premiers stades de la maladie. Au cours de cette période, la température du corps est basse, varie de 37 à 37,5 ° C. Souvent, cette température dure longtemps. En parallèle, le patient peut remarquer les symptômes suivants:

  • jaunissement de la peau et des muqueuses (yeux, bouche, organes génitaux);
  • fatigue
  • sommeil agité;
  • maux de tête.
  • Dans l'analyse clinique du sang, il y a une augmentation du nombre de leucocytes, ainsi que du niveau d'AST, d'ALAT et de bilirubine.

Un signe caractéristique de la cirrhose est une condition sous-fébrile stable: la température n'est confondue ni par l'antipyrétique ni par les antibiotiques.

La normalisation des indicateurs de thermométrie ne se produit qu'après le traitement de la cirrhose et la restauration de la fonction hépatique.

Il convient de noter que dans la cirrhose virale, la température corporelle est souvent élevée et dépasse les valeurs subfébriles. Dans ce cas, le patient souffre de frissons; Une jaunisse légère peut survenir.

Avec la cirrhose biliaire secondaire, la température peut également atteindre des valeurs élevées. La jaunisse, les démangeaisons de la peau, une douleur sourde dans l'hypochondre droit sont d'autres symptômes de cette maladie.

Complications de la cirrhose

La cirrhose du foie progresse avec le temps et peut entraîner des complications, surtout si vous le laissez au hasard. De nombreuses complications de la cirrhose sont accompagnées de fièvre, en particulier de complications bactériennes associées à une infection secondaire des tissus affectés.

L'accès d'infections secondaires contribue à une diminution de l'activité du système immunitaire dans la cirrhose.

En effet, les personnes souffrant de cirrhose sont plus susceptibles à diverses maladies infectieuses, tant virales que bactériennes.

Une des complications fréquentes de la cirrhose est la péritonite, une inflammation du péritoine. Les causes de péritonite sont variées; dans le cas de la cirrhose, il est possible qu’elle pénètre dans la cavité abdominale de la bile, du sang ou du pus. En outre, la péritonite résulte souvent de la suppuration d'un excès de liquide dans la cavité abdominale, résultant d'une ascite.

La péritonite est une affection dangereuse qui peut être fatale si le patient ne reçoit pas de soins médicaux en temps voulu. Les symptômes de la péritonite sont assez vifs:

  • douleur abdominale sévère, qui augmente constamment;
  • en appuyant sur l'estomac, la douleur augmente considérablement;
  • fièvre (les indicateurs de thermométrie ne dépassent pas rarement 39 ° C);
  • des frissons;
  • hypotension (pression artérielle basse);
  • tension des muscles abdominaux;
  • nausée, vomissements répétés.

Quelques heures après le développement d'une péritonite aiguë, la douleur abdominale s'atténue à mesure que les récepteurs du péritoine s'adaptent. Cela ne signifie pas que l'état du patient a normalisé l'inflammation dans la cavité abdominale continue à se développer. Après quelques heures, la douleur revient avec une nouvelle force.

Maladies parasitaires

Les organismes parasites peuvent habiter non seulement les intestins, mais également d’autres organes internes, en particulier le foie. En même temps, les micro-organismes monocellulaires (par exemple, Giardia, Amoeba) ainsi que les vers plats et les organismes multicellulaires à échinocoques parasitent le foie.

Lorsque l'échinococcose dans le foie kystes sont déposés formes sphériques au repos d'un organisme parasitaire. De tels kystes peuvent atteindre plusieurs centimètres de diamètre. À l'extérieur, le kyste est recouvert d'une coquille épaisse qui protège le parasite des influences négatives (y compris les médicaments antihelminthiques).

Pendant longtemps, les parasites du foie ne se sont pas manifestés. Les premiers symptômes n'apparaissent que lorsque le kyste atteint une taille importante et commence à étirer la capsule du foie.

Étirer la capsule du foie provoque une douleur. En conséquence, le patient a périodiquement mal au foie et la température corporelle peut augmenter en raison d'une augmentation de l'activité des parasites, ce qui se traduit par une intoxication générale du corps. En outre, la présence d'un organisme étranger provoque une série de réactions du système immunitaire se produit périodiquement l'urticaire, la diarrhée, des démangeaisons déraisonnables.

Si le kyste est situé à côté des voies biliaires, il peut s'infecter. Ceci est accompagné de fièvre et de douleur dans le côté droit. Dans de rares cas, les kystes se rompent avec la libération de son contenu dans la cavité abdominale, ce qui entraîne une forte augmentation de la température corporelle et l'apparition de symptômes d'intoxication grave.

Abcès

Un abcès est une cavité dans un certain tissu, rempli de pus. Les abcès du foie sont généralement secondaires, c.-à-d. se développe comme une complication de maladies infectieuses ou parasitaires. L'échinococcose, la cholangite, la cholécystite aiguë, l'appendicite peuvent entraîner un abcès du foie.

Signes d'un abcès:

  • douleur sourde et douloureuse dans l'hypochondre droit, s'étendant dans l'épaule droite et l'omoplate;
  • lourdeur dans l'estomac;
  • manque d'appétit;
  • des frissons;
  • augmentation de la température corporelle (supérieure à 38 ° C).

Un abcès percé dans la cavité abdominale conduit à une péritonite, de l'intestin à un empoisonnement grave, à la cavité pleurale et à un abcès de la plèvre ou du diaphragme. Il est important de commencer le traitement le plus tôt possible pour prévenir ces complications.

Hépatite aiguë

L'hépatite est une inflammation du foie causée par une infection virale. Il existe aujourd'hui 6 types connus d'hépatites virales A, E, B, C, D et G. Ces maladies diffèrent par certains aspects du tableau clinique ainsi que par le danger qu'elles présentent pour le patient. Cependant, ils ont beaucoup en commun. Ainsi, la phase aiguë de l'hépatite virale, quel que soit son type, présente les symptômes suivants:

  1. Une augmentation à court terme de la température corporelle jusqu'à 38-39 ° C. La fièvre dure un à deux jours, puis disparaît, mais le reste des symptômes continue d'augmenter.
  2. Grande faiblesse, somnolence.
  3. Nausée, manque d'appétit. Parfois, il y a un seul vomissement. Il n'y a pas de diarrhée.
  4. Douleur abdominale sévère dans le foie.
  5. Le deuxième ou le quatrième jour de la maladie, la couleur de l'urine change (elle s'assombrit).
  6. La jaunisse peut se développer (pas toujours).

Il est à noter que les hépatites B et C peuvent se développer sans phase aiguë.

Reconnaître la maladie dans un tel cas n’est pas facile, les symptômes sont flous, le seul reproche est la fatigue constante. Dans tous les cas, le diagnostic est confirmé en laboratoire par PCR ou ELISA.

Traitement

Lors du démarrage d'un traitement, il est nécessaire de comprendre que le problème principal n'est pas la température corporelle élevée, mais la maladie qui a provoqué son augmentation.

Il faut garder à l'esprit que la plupart des médicaments antipyrétiques ont une hépatotoxicité. Ceux-ci incluent l'aspirine, l'analgine et les médicaments à base d'ibuprofène.

C'est pourquoi l'auto-traitement pour les maladies du foie est inacceptable. Si vous pensez que la fièvre est causée par un trouble du foie, consultez votre médecin. En cas d'urgence, on recourt à des méthodes physiques pour réduire la température (essuyage à l'eau à température ambiante, aération, etc.). Si la température est très élevée et peut mettre la vie en danger, le médecin peut vous administrer une injection d'antipyrétique puissant, mais vous ne devez souvent pas l'utiliser.

Pour obtenir une amélioration à long terme, il est nécessaire de déterminer la cause de la chaleur et d’agir en conséquence. Après les procédures de diagnostic, on vous prescrira un traitement qui non seulement abaissera la température à des valeurs normales, mais normalisera également le fonctionnement du foie. Par exemple, un traitement antiviral est nécessaire pour l’hépatite. À ce jour, le traitement le plus efficace et le plus sûr est le traitement sans interféron avec des antiviraux à action directe. Ce groupe comprend les médicaments sofosbuvir, daclatasvir, velpatasvir.

En cas d'échinococcose, l'ablation chirurgicale d'un kyste suivie d'un traitement antihelminthique est indiquée.

Avec les maladies purulentes telles que les abcès, la péritonite, la suppuration du kyste, etc., la chirurgie joue un rôle important. Après le retrait du pus et le traitement antiseptique du tissu affecté, un traitement antibiotique est nécessaire, ainsi qu'un traitement de désintoxication (administration intraveineuse de solution saline, administration d'entérosorbant, etc.).

Il est très important de ne pas perdre de temps, car les retards peuvent être irréversibles.

Est-ce que la température en cas de cirrhose du foie?

Une fièvre accompagnée d'une cirrhose est un symptôme assez commun. Il peut augmenter à la fois en relation avec le processus lui-même dans le foie et en relation avec la survenue de diverses complications.

La hausse de la température dans la cirrhose du foie se produit généralement dans les premiers stades du processus. Il augmente légèrement entre 37 et 37,5 ° C. Cette température corporelle s'appelle subfebrile.

La cirrhose du foie, ainsi que de nombreuses autres maladies (y compris le cancer), sont caractérisées par de longues affections subfébriles.

Dans une telle situation, la température augmente périodiquement, puis revient à des valeurs normales. Cette élévation de température est associée à la nécrose (destruction) des cellules du foie - les hépatocytes.

Le plus souvent, la période d'élévation de la température corporelle en cas de cirrhose du foie s'accompagne des symptômes suivants:

  • Jaunisse de haute intensité
  • Élévation des leucocytes dans la numération globulaire totale
  • AST augmenté, AlT
  • Augmentation de l'activité de la phosphatase alcaline

Ainsi, une condition sous-fébrile dans la cirrhose du foie indique que le processus est passé à la phase active. Cela signifie que les hépatocytes sont détruits en grande quantité et que le foie cesse progressivement de remplir ses fonctions.

En cela, ils voient une autre raison de la température élevée en cas de cirrhose du foie: le foie cesse de neutraliser les bactéries intestinales, ce qui provoque une réaction de température.

Les médicaments antibactériens prescrits pour d'autres maladies ou pour la cirrhose n'affectent pas les valeurs de température corporelle. Il ne diminue que lorsque l'état du foie est normalisé.

Types étiologiques de cirrhose apparaissant avec une température croissante

En général, une température élevée est observée dans tous les types de cirrhose. Cependant, certains facteurs étiologiques peuvent entraîner une augmentation de la température.

De plus, pour certains types de cirrhose, une température élevée est plus caractéristique que pour d'autres.

Ainsi, la cirrhose virale est caractérisée par une élévation de la température à des valeurs élevées, des frissons. Dans ce cas, la température élevée est associée à une jaunisse, augmentation persistante et terne mais plutôt persistante de la bilirubine dans le sang, qui n'est pas affectée par le traitement en cours.

Pour la cirrhose biliaire secondaire est caractérisée par une température corporelle élevée. Les maladies menant à ce type de cirrhose peuvent également être accompagnées de fièvre.

Ces processus pathologiques comprennent la cholélithiase, la cholangite (processus inflammatoires dans les voies biliaires), les tumeurs cancéreuses (bien qu’ils soient une cause rare de ce type de cirrhose).

La température dans la cirrhose biliaire secondaire est accompagnée de frissons.

En outre, il existe d'autres signes: douleur dans l'hypochondre droit, ictère intense, prurit, hypertrophie du foie et de la rate, modifications du test sanguin biochimique et général (leucocytose, bilirubine élevée, acides biliaires).

Haute température avec cirrhose du foie compliquée

Certaines complications développées à la suite d'une cirrhose sont accompagnées de fièvre. Ce sont des complications de nature infectieuse.

La cirrhose en elle-même facilite la fixation de diverses infections. Cela est dû au fait que dans les stades ultérieurs, le système immunitaire d'un malade est affaibli.

Par conséquent, diverses infections virales et bactériennes sont fréquentes et sont généralement caractérisées par de la fièvre.

De plus, des complications, dont le développement est associé au processus dans le foie, peuvent devenir la cause de la température élevée dans la cirrhose du foie. Tout d'abord, il s'agit d'une péritonite bactérienne.

Cette maladie grave se développe suite à une infection du liquide d'ascite dans la cavité abdominale. La péritonite est un processus urgent qui nécessite des soins médicaux immédiats.

Le plus souvent, il est causé par E. coli. Ainsi, les signes de péritonite bactérienne dans l'ascite sont:

  • Une forte augmentation de la température à des nombres élevés (39 C ou plus), des frissons
  • L'apparition de douleurs vives et aiguës dans l'abdomen
  • Pression artérielle basse
  • Diminution de la motilité intestinale, absence de bruit intestinal
  • Fatigue musculaire abdominale
  • Détérioration de l'encéphalopathie hépatique jusqu'au coma dans certains cas
  • Leucocytose élevée

La mort dans cette situation survient très souvent, plus de 80% des cas. C'est pourquoi, en cas de cirrhose du foie, en cas de forte augmentation de la température corporelle, il est nécessaire de consulter un spécialiste.

Il existe une autre complication, qui s'accompagne également de fièvre et est également associée à la présence d'ascites.

Si une cirrhose du foie développe un hydrothorax (c’est-à-dire une infiltration de liquide dans la cavité pleurale), ce liquide peut également être infecté et entraîner le développement d’un empyème pleural (suppuration entre les feuilles de la plèvre).

Les signes de cette maladie ressemblent aux signes de péritonite bactérienne:

  • Forte hausse de la température
  • Douleur à la poitrine
  • Détérioration de l'encéphalopathie et de l'état général
  • Leucocytose

Le plus souvent, l'empyème est causé par Escherichia coli, entérocoque, pseudomonades, Klebsiella. L'empyème est souvent associé à une péritonite, mais il peut se développer isolément.

En cas de pronostic négatif, on soupçonne une augmentation de la température corporelle des complications infectieuses de l'hydrothorax hépatique.

Que signifie fièvre pour les maladies du foie?

La plupart des maladies du foie se font sentir progressivement et apparaissent à la hausse. Il est extrêmement important de noter les violations à temps, afin de faire attention aux symptômes alarmants. Chaque personne doit savoir quels sont les premiers signes d’une violation de la fonctionnalité du corps.

Que rechercher en premier lieu?

Aucun médecin ne vous dira quel symptôme sera le premier à «donner le signal». Chez certains patients, tout commence par une sensation de picotement dans le côté droit, ce peut être une fatigue accrue ou un manque d'appétit. Mais parfois, une température corporelle élevée suggère une maladie grave qui se prépare.

Qu'est-ce qu'une fièvre?

La température d'une personne en bonne santé varie de 36,5 à 37,2 ° C. Lorsque ces chiffres augmentent considérablement, nous avons affaire à de la fièvre, qui est un symptôme, mais pas une maladie. L'augmentation de la chaleur indique que le corps subit le processus de la soi-disant lutte contre une maladie particulière. Les médecins disent que la fièvre est une réaction protectrice du système immunitaire. C'est-à-dire que le corps lui-même élève la température, éliminant ainsi le foyer de l'inflammation. Par conséquent, il est fortement recommandé de ne pas "abattre" le niveau de 38, car avec de tels indicateurs, la plupart des virus meurent.

La chaleur elle-même ne peut pas se produire, il est donc nécessaire de trouver et d’éliminer la cause à temps.

Considérez les types de température augmente.

  • Faible teneur de 37 ° C à 38 ° C
  • Fébrile de 38 ° C à 39 ° C
  • Pyrétique de 39 ° C à 41 ° C
  • Hyperpyrétique (le plus grave) à plus de 41 degrés.

Quelles maladies du foie peuvent indiquer une température corporelle élevée:

  • Tumeur maligne
  • Infections bactériennes
  • Diverses pathologies du sang
  • Thrombose veineuse hépatique (syndrome de Budd-Chiari)

Considérez les signes de quelles maladies du corps sont la fièvre.

L'hépatite

Sous le nom se réfère à des lésions infectieuses communes du foie. Différents types de maladies se caractérisent par leurs séries symptomatiques:

  • Hépatite virale aiguë A:
  • les symptômes externes de la maladie ressemblent à un rhume
  • augmentation de la température
  • la faiblesse peut apparaître
  • la jaunisse apparaît après quelques jours
  • Hépatite B aiguë:
  • Douleur périodique dans le côté droit
  • Fatigue constante
  • Augmentation de la température
  • Il y a une augmentation significative du foie

La cirrhose

C'est au cours de cette maladie que la température peut augmenter assez souvent, à la fois en relation avec le processus inflammatoire du foie et en relation avec la survenue de diverses complications. À un stade précoce de la maladie, l’augmentation ne dépasse pas 37-37,5 ° C. Dans ce cas, la température fluctue: elle monte puis revient à la normale. De telles élévations de température peuvent parler de nécrose des hépatocytes, à savoir la destruction du foie. Une température prolongée de 37,5 degrés indique que la maladie progresse.

Cancer du foie

Les tumeurs malignes du foie sont accompagnées de douleurs aiguës. Et le syndrome douloureux est de nature douloureuse et inquiète constamment une personne. Signes indiquant un diagnostic grave:

  • Hausse de température d'au moins 38 degrés
  • Léthargie et fatigue
  • Manque d'appétit
  • Des ballonnements
  • Augmentation de la taille du corps

Le cancer du foie peut être confirmé par un diagnostic par ultrasons, une tomodensitométrie, un test des marqueurs tumoraux ou une analyse biochimique détaillée du sang du patient.

Quels médicaments modernes pour le traitement des pharmacies du foie offrent au pays:

  • Phosphogliv - a un double effet hépatoprotecteur et antiviral. Il agit également comme un immunomodulateur. Les composants de base sont des phospholipides. Très efficace dans le traitement de l'hépatite d'étymologies diverses.
  • Kars - un médicament visant à restaurer les fonctions du foie. À base d'extrait de chardon-Marie. Montre une efficacité dans la lutte contre l'hépatite, la cirrhose. Restaure également le métabolisme perturbé.
  • Essentiale forte est une préparation à base d'ingrédients naturels. Il est prescrit pour le traitement de l'hépatite auto-immune, des dommages toxiques au foie. Il est toléré sans effets secondaires chez l'adulte et l'adolescent.
  • Hafitol protège efficacement le foie et excrète la bile. Réduit l'azotémie sanguine. Médicaments prescrits pour la cholécystite chronique, l'hépatite, la cirrhose. En tant qu'excipient utilisé dans le traitement de l'athérosclérose et de l'obésité.
  • Hepabene est une préparation à base de plantes combinée, comprenant un extrait de fruit de chardon-Marie. Il a un effet régénérant sur les hépatocytes endommagés.
  • Farkovit - un médicament qui combine 13 ingrédients naturels. Il contient tout le groupe de la vitamine B. L'administration du médicament a un effet hépatoprotecteur et réduit également le taux de cholestérol. Cela a un effet positif sur l'immunité.

N'oubliez pas que la température en cas de maladie du foie est un signe de la maladie et que vous ne devez pas vous laisser emporter par des médicaments antipyrétiques. Consultation avec un médecin expérimenté et tests - la voie vers la guérison.

Température dans les maladies du foie

Les symptômes d'une maladie hépatique chronique peuvent ne pas apparaître avant longtemps. Certaines d'entre elles ne sont pas associées à une violation des fonctions du foie (par exemple, une perte de poids brutale ou des troubles mentaux).

En tout état de cause, il est nécessaire de surveiller l’état de santé et de se soumettre régulièrement à un examen médical.

Ascite

Cette maladie s'appelle également un œdème de l'abdomen et indique la difficulté d'écoulement du sang par la veine porte. Cette complication survient dans le contexte de la cirrhose atrophique du foie, moins souvent avec la thrombose de la veine porte et la circulation générale altérée dans l'insuffisance cardiaque.

La maladie peut être accompagnée de douleur, bien que ce symptôme soit individuel. Avec un foie «stagnant» à la suite d'une insuffisance cardiaque aiguë, une douleur sourde dans l'hypochondre droit peut survenir. Lorsque périhépatite observé douleur, aggravée lors d'une respiration profonde. Le cours aigu de la maladie est caractérisé par une douleur aiguë et intense, chronique - sourde et douloureuse. Le blocage des canaux de la vésicule biliaire avec des calculs provoque la douleur la plus intense, appelée colique biliaire (foie). Cette douleur commence soudainement et atteint rapidement une grande force. Après quelques heures, elle disparaît et prend fin. Parfois, le début d'une attaque est caractérisé par des nausées et une gêne dans la région épigastrique. Le site de localisation de la douleur - le quadrant supérieur droit avec un recul dans la zone de l’épaule droite et de l’espace interscapulaire. L'attaque est souvent accompagnée de vomissements et de fièvre allant jusqu'à 39–40 ° C. Des symptômes similaires peuvent survenir avec des spasmes des voies biliaires.

Jaunisse

Il s'agit d'une maladie du foie et des voies biliaires dans laquelle la peau et les muqueuses visibles sont colorées en jaune. En cas de jaunisse obstructive, le conduit biliaire ou le conduit hépatique est obstrué par des calculs ou des ascaris du duodénum. En outre, la jaunisse mécanique peut être déclenchée en comprimant le tractus biliaire par une tumeur ou un spasme du tractus biliaire.

Dans ce cas, la couleur de la peau est la plus intense, la jaunisse est accompagnée de selles blanchies à l’argile. Un ictère parenchymateux (dynamique) est observé dans les cas d'hépatite aiguë, de cirrhose hypertrophique du foie et parfois d'hyperémie congestive du foie.

La maladie peut être d'intensité variable, accompagnée de modifications externes: depuis un ictère faible de la sclérotique (avec hépatite en phase de rétablissement) à une forte coloration de la peau et des muqueuses (au plus fort de l'hépatite ou sous sa forme sévère, ou en cas de cirrhose hypertrophique du foie).

Dans les maladies non directement liées aux dommages au foie, on observe une jaunisse hémolytique. Habituellement, il se produit sans symptômes prononcés, la couleur de la peau est pâle. Le traitement de la jaunisse n’est pratiqué que sous surveillance médicale.

L'expansion des veines sur la paroi abdominale

Se produit à la suite de violations de la circulation du sang portail pendant la stagnation du sang dans la veine porte. Un réseau de veines saphènes dilatées et tortueuses se forme autour du nombril.

Sanglante vomissements et selles avec du sang

Ces phénomènes sont dus à la stagnation du sang dans la veine porte, lorsque le sang des veines de l'estomac et du segment inférieur de l'œsophage passe dans les veines de l'œsophage, appartenant au système de la veine cave supérieure. En conséquence, les veines de l'œsophage débordent de sang, se rompent et entraînent des saignements abondants. Le sang pénètre dans l’estomac, la partie qui n’est pas retirée et qui vomit, passe dans l’intestin puis se tache de noir dans les selles.

Foie redimensionnable

Un foie élargi ou un changement dans sa structure indique toujours la présence d'une maladie de cet organe. Ces symptômes surviennent avec toutes les fonctions hépatiques anormales et sont généralement détectés à l'aide d'un examen spécial.

Rate élargie

Souvent, une maladie du foie est accompagnée d'une hypertrophie de la rate. Cela peut être dû à la stagnation du sang dans la veine porte ou au syndrome hépatolien, car la rate est impliquée dans le processus pathologique en même temps que le foie.

Troubles du système nerveux central

Lorsque l'insuffisance hépatique fonctionnelle est toujours observée, les symptômes de dommages au système nerveux central. Cela se caractérise par une diminution du taux de glycogène dans le foie, ce qui entraîne une forte diminution de la glycémie. La formation d'urée à partir des produits de dégradation de la protéine est également perturbée, ce qui entraîne la pénétration de toxines dans le sang. Dans le futur, il y a un empoisonnement général du corps avec des dommages au système nerveux central.

Pour un léger degré d'insuffisance fonctionnelle, la léthargie et la dépression sont caractéristiques, le patient a des maux de tête et un trouble du sommeil. Une forme grave d'insuffisance hépatique est accompagnée d'hallucinations et de convulsions, puis une somnolence et une apathie accrues apparaissent, pouvant mener au coma fatal. Des symptômes similaires surviennent dans les cas d'hépatite aiguë sévère.

Diathèse hémorragique

Ce phénomène se produit dans le contexte d’une insuffisance hépatique fonctionnelle due à une diminution de la production de fibrinogène et de prothrombine dans le foie, entraînant une détérioration de la coagulation du sang. En cas de jaunisse obstructive prolongée, une diathèse hémorragique résulte d'une carence aiguë en vitamine K.

Prurit

Ce symptôme survient parfois avec un ictère parenchymal ou mécanique. Sa cause est une irritation des terminaisons nerveuses avec les acides biliaires présents dans le sang. Seulement avec jaunisse hémolytique, les démangeaisons ne sont pas observées.

Bradycardie

Ce symptôme est causé par une irritation du centre du nerf vague par les acides biliaires présents dans le sang ainsi que par des démangeaisons cutanées. Observé avec jaunisse obstructive.

Habituellement, toutes les maladies du foie sont accompagnées de symptômes dyspeptiques. Par exemple, dans les formes graves d'hépatite, il y a un manque d'appétit complet, dans certains cas, la personne n'a qu'une aversion pour les aliments gras. Parfois, le patient a une sensation d'amertume dans la bouche, des éructations, des nausées à vomir.

Augmentation de la température

Ce symptôme est observé le plus souvent dans les abcès du foie, ainsi que dans les cholangites et cholécystites aiguës purulentes. La température augmente également pendant les coliques biliaires et dure plusieurs heures. Dans les cas d'hépatite aiguë et de cholécystite catarrhale, on note une température sous-fébrile et dans les maladies hépatiques chroniques, la température corporelle reste généralement normale.

Perte de poids et fatigue

On pense que l'épuisement général, la perte de poids et la fatigue sont les principaux symptômes du cancer du foie, de la cirrhose et de la syphilis. Dans d'autres cas, insuffisance hépatique, ce symptôme est absent.

Autres symptômes d'insuffisance hépatique

De nombreuses maladies du foie ne présentent aucun symptôme, mais certaines anomalies affectant le bien-être général du corps doivent être prises en compte. Les phénomènes suivants peuvent indiquer une maladie du foie:

- faiblesse générale;
- épaississement ou assombrissement des ongles;
- fatigue non motivée;
- douleur dans les articulations et les muscles;
- éruption cutanée;
- vole dans l'oeil droit;
- douleur au gros orteil de la jambe droite;
- maux de dos;
- apparition soudaine et disparition de la douleur au genou lors de la marche;
- un changement brusque d'humeur, lorsqu'une agression prononcée cède immédiatement le pas à l'apathie et vice versa.


Article Précédent

Dmitry Shamenkov critique

Article Suivant

Neutrophiles

Articles Connexes Hépatite