Température de l'hépatite

Share Tweet Pin it

Quelle devrait être la température dans l'hépatite, est difficile à dire. Déterminée principalement avec la souche d'infection, puisque le terme lui-même n'est pas informatif. Il existe 5 types de la maladie, qui diffèrent par leurs symptômes et leur évolution: A, E, B, G, C. Les formes intestinales sont sujettes aux manifestations aiguës, à la fièvre et à d'autres "charmes". Les maladies transmises sexuellement et par le sang sont souvent chroniques.

Les raisons de l'augmentation de la performance

Le corps humain est conçu de manière à ce que la température optimale du corps soit constamment maintenue, ce qui fluctue tout au long de la journée. Ce processus s'appelle la thermorégulation. Contrôle le mécanisme complexe d'une petite glande dans le cerveau - l'hypothalamus.

En cas d'hépatite, l'indicateur de thermomètre augmente sous l'influence de facteurs exogènes et endogènes. Dans le premier cas, nous parlons de substances avec lesquelles une personne est en contact (virus, produits chimiques, alcool, etc.), dans le second cas, à propos des réactions du corps aux antigènes.

L'augmentation provoque la réaction de l'hypothalamus à des substances pyrogènes, sécrétées par des irritants.

Il n'y a pas de notion exacte de notes optimales. Auparavant, le thermomètre sous l'aisselle était un indicateur de 36,6 ° C, aujourd'hui 37,0 - la limite ne fait pas référence à une augmentation (en fonction des caractéristiques individuelles).

En fonction de la souche virale, la température est:

  • faible (moins de 35 ° C);
  • normal (35-37 ° C);
  • faible teneur (37-38 ° C);
  • fébrile (38-39 ° C);
  • pyrétique (39-41 ° C);
  • hyperpyrétique (plus de 41 ° C).

L'augmentation des valeurs du thermomètre indique le début du processus de lutte contre les infections et autres processus pathologiques, il ne faut donc pas les abattre avec une légère augmentation. La baisse indique généralement une panne.

Indicateurs de thermomètre et types d'agents pathogènes

Toutes les réactions aux virus peuvent être aiguës.

L'évolution chronique est caractéristique de l'hépatite:

La température dans l'hépatite A peut être maintenue à environ 38 ° C et plus. Le parcours caché avec un léger écart par rapport à la norme est rarement diagnostiqué, mais il ne passe pas au stade chronique.

L'organisme résiste à lui-même à l'infection et produit des anticorps spécifiques qui ne permettent pas une nouvelle infection.

L’agent pathogène de type D ne provoque pas d’infection s’il n’ya pas d’ARN de type B dans le sang. Il est donc impossible de déterminer les marques de thermomètre caractéristiques de cette infection.

Le virus de type B existe indépendamment de D (la présence de ce dernier accentue les symptômes et les effets).

  1. Épicé Cette période est souvent confondue avec une maladie respiratoire aiguë (maladie respiratoire aiguë), la grippe en raison de la similitude des plaintes. Le thermomètre peut être très élevé. Des formes sévères et extrêmement rapides sont rarement observées, entraînant une insuffisance hépatique, un coma et la mort en quelques jours.
  2. Caché Les symptômes sont absents et les marques du thermomètre restent normales. Une infection par le virus VHB peut survenir.

L'augmentation de plus de 38-39 ° C indique le développement de complications du foie:

Ou cela indique-t-il l'apparition de maladies bactériennes ou virales secondaires présentant des symptômes spécifiques:

Les pathologies graves du foie, en plus de la croissance du thermomètre, s'accompagnent d'autres symptômes:

  • une augmentation du volume de l'abdomen;
  • peau jaunâtre et jaunâtre;
  • varices dans la moitié supérieure du corps;
  • perte d'appétit;
  • saignements intestinaux;
  • sensations de douleur;
  • problèmes avec le système nerveux central (système nerveux central).

La température de l'hépatite C aux premiers stades se situe souvent dans les limites de la normale, mais peut augmenter par la suite.

Après l'introduction dans le corps, il faut 3-4 semaines avant que le processus pathologique ne commence. Dans 75% des cas, la période aiguë est cachée.

La raison en est que le virus comprend 7 génotypes, qui sont perçus par le système immunitaire comme des antigènes différents. Au début, il est modifié, ce qui rend impossible de développer des anticorps et de se battre. Tant que le système de défense s’ajuste, la maladie suit un cours chronique et est difficile à traiter.

La plupart des gens ne remarquent pas les changements en cours.

Dans la phase chronique, les chiffres sur le thermomètre peuvent:

  1. Être dans la plage normale.
  2. Périodiquement augmenter.

Si l’hépatite C est accompagnée d’une température de 37 à 37,5 ° C, c’est la raison pour laquelle vous consultez un médecin. Ces actions vous permettent d'identifier la maladie à un stade précoce et de commencer le traitement. Il est impossible de distinguer la phase aiguë des espèces C et B sans faire appel à un laboratoire.

Plaintes supplémentaires, l'évolution de la maladie

Augmenter les degrés Celsius en tant que symptôme n’est pas informatif, il est donc important de connaître les autres signes indiquant la maladie:

  1. Jaune. Lorsque la maladie de Botkin apparaît, lorsque le patient se remet, les indicateurs du thermomètre pendant cette période devraient diminuer. La peau, la sclérotique oculaire et les muqueuses sont peintes dans une teinte caractéristique. Auparavant, tous les types d'infections étaient appelés jaunisse. Plus tard, ils ont été répartis en groupes distincts et ont découvert qu'un tel symptôme n'est pas inhérent à tous les types de maladie. Le plus souvent, il apparaît dans la phase aiguë de la maladie des mains sales (type A).
  2. Assombrissement de l'urine et clarification des matières fécales. Indique un dysfonctionnement du foie. Il est souvent observé dans la période aiguë de l'hépatite ou au stade de développement de la cirrhose, de la nécrose et d'autres.
  3. Nausées et vomissements. Dit de l'empoisonnement des déchets produits par les antigènes ou des dommages au foie.
  4. Amertume dans la bouche. Problèmes d'accompagnement avec le filtre principal du corps, mais indique plus souvent une violation de la fonction de la vésicule biliaire.
  5. Faiblesse, fatigue, faiblesse. L'infection est fortement tolérée par le corps. Lutter contre la forme aiguë nécessite des ressources considérables, qui se traduisent par des signes similaires. Le processus chronique est moins prononcé, mais l'immunité lutte constamment contre la menace, épuisant la force du patient. Le foie remplit plus mal sa fonction, la digestion est perturbée, les toxines s'accumulent.

Il est impossible de distinguer les types chroniques B et C sans enquête, aussi ne tirez-vous pas de conclusions indépendantes.

La maladie de Botkin et l'hépatite E dans la version classique procèdent un peu différemment.

Ils se caractérisent par un net changement de période:

  • incubation;
  • initiale;
  • hauteurs;
  • convalescence.

La gravité varie de légère à sévère avec des signes d'intoxication grave et divers troubles du système métabolique.

Les variétés B et D dans la période aiguë se manifestent par des symptômes similaires. Souvent, il n’ya pas de plaintes visibles et le patient ne sait pas à propos de sa maladie, continuant à infecter les gens.

La jaunisse n'apparaît pas toujours, alors les gens se traitent eux-mêmes. L'infection ne disparaît pas après de telles manipulations et devient chronique. Le niveau du thermomètre revient aux limites normales ou reste légèrement élevé, ce qui est attribué aux effets de la grippe.

Le VHC se manifeste de la même manière, mais la température avant l’apparition des complications est généralement normale.

Diagnostic, traitement et prévention

L'élévation de température n'indique pas toujours un processus pathologique.

Les états inoffensifs incluent les marques qui ont changé sur l’arrière-plan:

  1. Maladie reportée (après récupération, elle dure 1 à 4 semaines).
  2. Coup de soleil, surchauffe (une longue exposition aux rayons directs provoque des défaillances du mécanisme de thermorégulation).
  3. Un effort physique intense (il est prouvé que chez tous les athlètes après un entraînement physique intense, le thermomètre indique des valeurs supérieures à 37 ° C).

Les symptômes de la grippe étant identiques à ceux de la jaunisse, l'auto-traitement est exclu.

En présence de taux élevés et d'ictère suspecté, le médecin de district vous prescrira les tests de laboratoire suivants:

  • analyses générales de sang et d'urine;
  • marqueurs pour l'hépatite virale;
  • biochimie.

Si vous soupçonnez la pathologie d'autres organes, la liste s'allonge.

La montée de la colonne de mercure causée par les complications de l'infection est très dangereuse, car elle parle de dommages aux organes internes.

Pour diagnostiquer l'état du patient:

  1. Appréciez l'apparence visuelle.
  2. Effectuer la palpation et la percussion de la cavité abdominale.
  3. Recueillir une histoire détaillée.
  4. Ecrire la direction pour les types de diagnostics instrumentaux et des analyses supplémentaires.

Identifier la pathologie aidera à:

  • Échographie (échographie) des organes abdominaux;
  • Radiographie
  • IRM (imagerie par résonance magnétique), CT (tomodensitométrie en spirale) du foie;
  • électrocardiogramme;
  • encéphalogramme et autres.

Sur la base de ces données, prescrire un traitement.

Les médecins ne se sont pas encore mis d’accord sur la température à abattre. Cette réaction est nécessaire pour lutter contre les agents pathogènes, cependant, lorsque le cerveau en souffre, puis le reste des organes.

Combien de degrés Celsius sont autorisés pour les patients atteints de pathologies du système cardiovasculaire, d'épilepsie, de maladies du système nerveux central, décide le médecin. Il est recommandé de prendre des antipyrétiques à une concentration de 38,5 à 39,0 ° C ou plus. Les patients sévères sont traités à l'hôpital.

En raison de l'immaturité de la thermorégulation chez les enfants, cette augmentation est dangereuse. Mesures de réduction prises après la marque de 39 ° C, de nombreux pédiatres affirment que la limite supérieure de 38 ° C

Il n'est pas recommandé aux femmes enceintes d'atteindre des niveaux critiques, mais elles ne sont pas pressées de prendre des médicaments antipyrétiques. Le traitement des futures mères est effectué dans un hôpital sous surveillance médicale.

Le type E le plus dangereux, il entraîne des fièvres, des fausses couches, la mort du fœtus dans l’utérus. La santé d'une femme est en danger.

Identifier une maladie contagieuse et déterminer son type en élevant la colonne du thermomètre ne fonctionnera pas. Des plaintes supplémentaires clarifieront la situation, mais il est impossible de les diagnostiquer. En cas de dérogation suspecte à la norme, une consultation médicale est obligatoire. Au besoin, il prescrira des tests qui aideront à diagnostiquer la maladie et la variété.

L'hépatite peut-elle causer de la fièvre?

Laisser un commentaire

L'hépatite B peut-elle donner une température? Cette pathologie est accompagnée de divers symptômes et le symptôme principal de la maladie du foie est presque toujours l'hyperthermie, comme en médecine la fièvre. Le patient doit faire attention à tous les signes apparus récemment et consulter immédiatement un médecin. Le traitement de l’hépatite B sera couronné de succès et n’entraînera pas de complications si nous suivons à temps le cours thérapeutique prescrit par un médecin spécialisé.

Informations générales

Une hépatite commune, l'hépatite, se manifeste par des symptômes tels que:

  • mal de tête;
  • fatigue générale;
  • perte d'appétit;
  • pulsion émétique;
  • des nausées;
  • jaunissement de la peau, protéines oculaires;
  • assombrissant à une teinte brune d'urine;
  • décoloration des matières fécales;
  • douleur dans le foie;
  • fièvre.

En médecine, il existe 3 types principaux d'hépatite virale:

  • Hépatite A - le virus est transmis par les mains sales, la nourriture, les jouets, l'eau non purifiée. Les symptômes apparaissent généralement après 2 à 6 semaines et pendant cette période, le patient peut infecter les personnes qui l'entourent.
  • L'hépatite B est dangereuse en raison de sa dégénérescence en forme chronique et la cirrhose est une maladie hépatique incurable. L'infection par cette maladie du foie est possible par le biais d'aiguilles infectées et lors d'un contact sexuel. Les signes de cette pathologie apparaissent plus tard, durent plus longtemps et sont souvent plus difficiles à tolérer. La durée des symptômes atteint parfois 3 mois.
  • Hépatite C - le virus se transmet par le sang, par contact sexuel et est considéré comme la plus grave de toutes les formes, car il s'agit d'une dangereuse cirrhose du foie. Les symptômes de cette forme de maladie du foie sont observés de la première à la dixième semaine après l'infection.
Retour à la table des matières

La température en tant que symptôme de l'hépatite

La symptomatologie de l'hépatite est similaire aux signes de la grippe et le patient n'est donc pas toujours immédiatement au courant de sa maladie. Avec une perte d'appétit, des vomissements fréquents et des nausées incessantes, la température corporelle est élevée. S'il y a une douleur dans les articulations associée à une éruption cutanée sous la forme d'urticaire, l'évolution de la maladie sera grave et s'accompagnera de fièvre. Au cours de l'hépatite, les symptômes augmentent et indiquent davantage une affection hépatique, par exemple, la peau devient jaune et la température augmente, ce qui constitue une réaction protectrice de l'organisme contre le facteur de la maladie.

A des taux élevés sur une colonne de mercure, les réactions immunitaires ciblant la destruction des micro-organismes infectieux sont meilleures. En cas d'hépatite, la température est normale lorsque l'indicateur ne dépasse pas 38 degrés Celsius, à condition que sa durée ne dépasse pas 5 jours et que le patient la tolère bien. Dans ce cas, la réception d'antipyrétique n'est pas requise.

Caractéristiques de l'élévation de température

Les indicateurs sur la colonne de mercure peuvent varier en fonction du type de maladie:

  • Avec la maladie de Botkin, une très forte augmentation de la température corporelle se produit au tout début de l'infection. Il est difficile de l'abaisser et les degrés atteignent la marque 39, et le patient s'inquiète également des frissons, des articulations douloureuses, ainsi que d'une forte faiblesse et d'une perte d'appétit.
  • Avec l'hépatite B, il y a aussi une augmentation de la température corporelle et le corps se sent faible. Cependant, avec ce type de maladie du foie, les marques sur la colonne de mercure ne montent pas à des niveaux élevés.
  • Avec l'hépatite C, l'élévation de température est douce et à basse altitude. La fièvre associée à cette forme de la maladie est assez rare.
Retour à la table des matières

Que faire

Avec une maladie hépatique légère, le traitement est possible à domicile, mais avec une surveillance régulière par le médecin traitant. Pour se débarrasser de la température, ils traitent tout d'abord le mal qui provoque ce symptôme. Et pour cela, le patient devra boire beaucoup de liquide tout au long de la journée, ce qui favorise l'élimination des substances toxiques de l'organisme et prévient la déshydratation, ce qui est possible à cause de vomissements sévères. Afin de se débarrasser de l'hépatite le plus rapidement possible, le patient doit prendre de manière inconditionnelle tous les médicaments prescrits par le médecin et non l'automédication. Au moment du traitement et par la suite, il est important d'abandonner l'alcool, les aliments gras et lourds. Vous ne pouvez pas abuser et l'activité physique, il convient de rappeler que le sport devrait être dans la modération.

Le traitement médicamenteux implique l'introduction immédiate de solutions qui accélèrent l'élimination des toxines et normalisent l'équilibre eau-sel dans le corps. En outre, des médicaments antiviraux sont prescrits et si la température corporelle dépasse 38 degrés Celsius, un autre antipyrétique est prescrit. Si les marques sur la colonne de mercure sont plus basses, il n'est pas recommandé de réduire cette température.

Température 37 pour l'hépatite C

L'hépatite est un groupe de maladies d'origine virale dont le développement affecte directement ou indirectement le foie. À ce jour, sept types de pathologies ont été étudiés, se différenciant par le type d'agent pathogène, l'évolution de la maladie et son évolution. Il se manifeste par des symptômes cliniques non seulement du tube digestif, mais également d'autres systèmes (nerveux, rénal).

La cause de la maladie est un agent infectieux appartenant aux flavivirus. L'agent causatif de la maladie présente certaines particularités. Ils consistent en la capacité de changer leur structure, et par conséquent, il peut s'agir d'un génotype différent. Cela garantit sa protection contre l'attaque de l'immunité et rend difficile la sélection d'agents antiviraux. Si vous commencez un traitement avec des médicaments n'agissant pas sur ce type d'agent pathogène, le traitement ne sera pas efficace.

Le danger de la maladie réside dans le virus caché. Une personne peut contracter l'hépatite sans le savoir. En conséquence, les personnes qui l'entourent s'exposent à un risque d'infection par le VHC

Formes de la maladie

Le VHC a un effet cytotoxique direct sur le foie, entraînant la mort de ses cellules et son remplacement progressif par des fibres conjonctives. La maladie peut être aiguë, mais dans la plupart des cas, elle est chronique.

Étant donné la longue période d’incubation et de nombreux facteurs prédisposants, il est parfois impossible d’établir sa cause fondamentale. À partir du moment où l'agent pathogène pénètre dans l'organisme jusqu'à l'apparition des symptômes, cela peut prendre jusqu'à six mois.

En raison de l'évolution asymptomatique de la maladie, l'hépatite cirrhotique chronique est souvent diagnostiquée. Le processus infectieux lent se produit dans la plupart des cas sans hyperthermie grave. Les valeurs maximales de température sont comprises entre 36,9 et 37,0 degrés.

L’exacerbation de la maladie peut être due à l’alcool, à des erreurs d’alimentation, à une immunité réduite (sur fond d’infections virales respiratoires aiguës ou à la progression d’une maladie concomitante), à ​​un stress physique ou psycho-émotionnel intense. Avec l'augmentation de la concentration de pathogènes dans le sang, la gravité de l'intoxication augmente, ce qui s'accompagne d'une hyperthermie. Il peut s'agir de fièvre subfébrile ou fébrile (supérieure à 38,0).

La température dépend-elle du stade de l'hépatite C?

Les difficultés du diagnostic précoce résident dans l'évolution asymptomatique de la pathologie. Les premiers signes sont similaires à la clinique des maladies respiratoires, en raison de laquelle une personne n’est pas pressée de consulter un médecin. Il est important de se rappeler que le foie n'a pas de terminaison nerveuse, il ne peut donc pas signaler sa défaite par la douleur. Ils n'apparaissent qu'avec une augmentation du volume de son parenchyme, qui étend la capsule fibreuse et irrite les récepteurs.

Souvent, une personne rend visite à un médecin au stade de la jaunisse, lorsqu’une mort massive d’hépatocytes (cellules du foie) se produit. En fonction de la gravité du processus pathologique, l'insuffisance fonctionnelle de l'organe peut persister longtemps jusqu'à la fin de la vie.

Vous ne devez pas juger de la présence de la maladie, mais uniquement du niveau de température. Le fait est qu’avec ses indicateurs normaux, de graves processus destructeurs peuvent se produire dans le foie, entraînant une progression de son insuffisance fonctionnelle.

L'hépatite C est-elle fébrile?

Dans le cas d'une maladie à développement lent, on observe une affection sous-fébrile. Dans le cas de la forme fulminante de la maladie, la fièvre peut être complètement absente, car les signes d’une insuffisance hépatique grave avec lésions du système nerveux sont évidents. L'hépatite C dépend de la gravité de l'infection. Avec l'implication du cerveau dans le processus pathologique de l'hyperthermie augmente à 39-40 degrés.

La gravité des modifications de l'équilibre thermique dépend également du type de virus et de la réaction de l'organisme à sa pénétration:

  • avec la maladie de Botkin au stade initial de la fièvre fébrile est observée, et la température dépasse 38 degrés. L'hyperthermie persistante est une caractéristique distinctive de la pathologie. Des nombres élevés persistent pendant quatre jours, après quoi il y a une lente diminution jusqu'à subfebrile, qui dure plusieurs semaines;
  • L'hépatite B évolue de la même manière que la maladie de Botkin, mais la fièvre ne dépasse pas 38 degrés;
  • l'hyperthermie élevée dans l'hépatite C est très probablement une exception à la règle. Dans la plupart des cas, le patient note subfébrile, lorsque la température ne dépasse pas 38 degrés. Il varie de 37,1 à 37,6, signes cliniques d'intoxication (faiblesse, courbatures, perte d'appétit et maux de tête).

Avec l'hépatite C, la température varie entre 37 et 38 degrés et dure environ cinq jours, sous réserve d'une progression de la maladie sans complication. Avec le processus infectieux inflammatoire chronique, la fièvre est observée uniquement pendant les périodes d'exacerbation.

Événements médicaux

Si des signes suspects apparaissent, vous devez immédiatement consulter votre médecin. Le diagnostic et le traitement de la pathologie impliquaient un hépatologue ou des maladies infectieuses. Dans un premier temps, le patient se rend à la réception chez le thérapeute, d'où il est envoyé en consultation chez un spécialiste étroit.

Après avoir procédé à un examen physique, à savoir sonder le foie, mesurer la température, examiner la peau et les muqueuses, le médecin vous prescrit des méthodes de diagnostic supplémentaires (de laboratoire, instrumentales). Après avoir établi la cause de la fièvre, le spécialiste détermine la tactique de traitement.

Pour lutter contre l'hyperthermie, les méthodes suivantes sont utilisées:

  1. boire beaucoup d'eau. Le volume quotidien doit être augmenté à 3 litres, ce qui réduira la concentration de toxines dans le sang et réduira la sévérité de la fièvre;
  2. médicaments antipyrétiques (ibuprofène, Nimesil). Ils sont prescrits à des températures supérieures à 38 degrés;
  3. solutions d'infusion. En cas de maladie grave, des médicaments de désintoxication peuvent être prescrits, réduisant ainsi la sévérité de la fièvre.

Pour faire face à l'hyperthermie, il faut en éliminer la cause, à savoir l'infection. À cette fin, le médecin prescrit des médicaments antiviraux. Le schéma standard comprend l'interféron alpha et la ribavirine. La posologie et la durée du traitement sont déterminées exclusivement par le médecin, en tenant compte du génotype de l'agent pathogène, de la gravité de la maladie et de la dynamique des modifications au cours du traitement.

Une partie importante de la thérapie est un changement du mode de vie habituel, à savoir:

  • manque de stress;
  • réduction de l'activité physique;
  • rejet des mauvaises habitudes, en particulier de l'alcool;
  • suivre un régime

Un long cours prescrit des hépatoprotecteurs. Ils protègent les cellules du foie de l’influence négative des facteurs environnants et restaurent les fonctions altérées des organes.

Conseils de prévention

Pour prévenir l’infection, vous devez suivre les recommandations suivantes:

  1. avoir des produits d'hygiène personnelle. Lorsque vous vivez avec le patient, vous êtes constamment en contact avec des objets infectés (rasoir, ciseaux, serviette). Lorsqu'elles sont utilisées par une personne en bonne santé, le risque d'infection est multiplié par dix.
  2. utiliser des aiguilles stériles. Si, après leur utilisation par un malade, une injection saine est pratiquée, ce dernier peut devenir porteur du virus;
  3. abandonner les tatouages ​​et les piercings;
  4. contrôler le respect des règles de stérilisation des instruments dans les hôpitaux, les salons de beauté et les cabinets dentaires;
  5. utiliser des préservatifs pour l'intimité. Un risque accru de transmission d'agents pathogènes est observé lorsque la membrane muqueuse est lésée pendant les rapports sexuels, ainsi qu'en présence d'érosions sur les parties génitales;
  6. renonce à la drogue et à l'alcool;
  7. lors de la planification d'une grossesse devrait être un examen complet des deux partenaires. Dans la période de gestation de l'embryon, le virus ne peut pas traverser le placenta. Un risque élevé d’infection est observé dans le processus de travail lors de traumatismes chez le nourrisson (lors de l’utilisation de forceps). Dans ce cas, le contact avec le sang de la mère infectée se produit.

L'augmentation de la température dans l'hépatite est une réaction protectrice du corps contre l'infection. L'hyperthermie dans ce cas doit être envisagée conjointement avec d'autres symptômes cliniques. Pour vous protéger et protéger vos proches de la maladie, vous devez demander l'aide d'un médecin et mener une vie saine.

Est-il possible de guérir l'hépatite C sans effets secondaires?

Aujourd'hui, les médicaments modernes de nouvelle génération, le sofosbuvir et le daclatasvir, vont probablement guérir l'hépatite C entre 97 et 100% des cas. Vous pouvez obtenir les derniers médicaments en Russie auprès du représentant officiel du géant pharmaceutique indien Zydus Heptiza. Les médicaments commandés seront livrés par courrier dans les 4 jours, le paiement à la réception. Obtenez une consultation gratuite sur l'utilisation de médicaments modernes, ainsi que des informations sur les moyens d'acquérir, vous pouvez sur le site officiel du fournisseur Zydus en Russie.

Comment la température du corps dans l'hépatite

L'hépatite est une maladie grave accompagnée d'une inflammation du foie. Son étiologie est infectieuse (virale) et non infectieuse (dommages causés à l'organisme par l'intoxication, une réaction allergique forte).

En médecine, il existe 6 souches de pathologie: A, B, C, D, E, G, qui diffèrent par leurs caractéristiques, leurs symptômes et leurs conséquences.

Cependant, il existe un trait caractéristique pour de nombreuses espèces: l'hépatite et la température corporelle ont une certaine corrélation.

Caractéristiques de la maladie

L'hépatite est une pathologie hépatique aiguë entraînant un grave danger pour la santé et la vie des personnes.

Intéressant Le terme "hépatite" est apparu en médecine en 1973. Bien que les maladies du foie existent aussi longtemps que l’humanité elle-même. Depuis l'Antiquité, cette maladie s'appelait "jaunisse".

Au fil du temps, la science médicale a connu des étapes d'amélioration et la jaunisse est passée d'un certain nombre de maladies à un groupe de symptômes. Jaune visible de la peau et des muqueuses. Cependant, pas toujours la jaunisse indique des dysfonctionnements du foie (peut être un signe de troubles endocriniens, typhoïde, oncologie, maladies du tractus gastro-intestinal et autres pathologies). L'hépatite, à son tour, survient parfois sans changer la couleur du tégument, ce qui complique le diagnostic.

L'hépatite non infectieuse est un processus hépatique inflammatoire qui se manifeste par l'abus d'alcool, l'intoxication par des médicaments et des poisons hépatotoxiques, une pathologie auto-immune, des troubles métaboliques.

La maladie infectieuse s'accompagne de l'effet pathologique des virus sur les cellules de l'organe, perturbant sa fonctionnalité.

L'hépatite infectieuse se déroule en 4 étapes:

  • incubation (la période allant du moment de l'infection dans le corps jusqu'à l'apparition des symptômes);
  • prodromique (la période de la maladie qui se produit entre la période d'incubation et la maladie elle-même);
  • période ictérique (maladie);
  • période de récupération (extinction progressive des signes, récupération du corps).

La maladie se présente sous plusieurs formes, en fonction du degré de lésion organique: légère, modérée, sévère, fulminante (fulminante).

La dernière étape est généralement accompagnée par le développement d'une nécrose hépatique massive, qui aboutit à la mort du patient.

Principales voies d'infection et symptômes

La pathologie n'est pas strictement limitée par l'âge ou le sexe. Le groupe de risque principal est:

  • enfants âgés de 3 à 10 ans (conséquence du non-respect des règles d'hygiène des mains);
  • toxicomanes et alcooliques;
  • les patients après toute intervention chirurgicale, après des procédures gynécologiques et dentaires;
  • les amateurs de tatouages, perçage corporel, manucure et pédicure dans les salons de beauté;
  • les femmes et les hommes qui ne sont pas difficiles sur les relations intimes;
  • les personnes qui ont un contact étroit avec une personne infectée.

C'est important! Le foie n'a pas de terminaison nerveuse, par conséquent, les processus pathologiques se produisent souvent sous une forme latente. En conséquence, les maladies sont diagnostiquées aux stades avancés, ce qui entraîne un taux de mortalité élevé des patients.

Les premiers signes et symptômes de la maladie

Le deuxième nom d'hépatite "tueur affectueux" se justifie pleinement. Comme, très souvent, la pathologie ne se traduit pas par des manifestations cliniques, une personne peut même ne pas soupçonner longtemps qu’elle est gravement malade. Les types B, C, D, G entrent souvent dans la forme chronique et présentent des symptômes très lents. En conséquence, la maladie n'est pas soumise à un traitement, ce qui augmente le risque de cirrhose du foie.

L'hépatite infectieuse de type A, E se manifeste par un ictère - un signe visible signalant la présence d'une infection. Avec un traitement en temps opportun, un rétablissement complet est possible. Produit une immunité durable.

L'hépatite E n'est pas compatible avec la grossesse. Si un tel diagnostic est posé lors du port du fœtus, alors la mort de l'enfant est inévitable.

L’insiduité de nombreux types d’hépatite réside dans le fait que les symptômes de la phase aiguë ressemblent beaucoup aux symptômes de la grippe, à savoir les infections respiratoires aiguës. Parallèlement à la faiblesse générale, au manque d'appétit, aux nausées, aux vomissements, la température augmente.

Au cours du processus de progression de la maladie, les symptômes cliniques deviennent plus prononcés. Après un certain temps, le jaune de la peau, les protéines oculaires, la région inférieure de la langue, dans laquelle la substance bilirubine s’accumule, peuvent apparaître.

La température corporelle augmente afin d'augmenter la fonction de protection du corps par rapport au facteur de maladie. La température normale pour l'hépatite est fixée à 37-38 degrés Celsius, dans le cas d'un patient calme et toléré, avec une durée ne dépassant pas 5 jours.

Dans la forme chronique de la pathologie, les indicateurs de température se situent dans la plage normale de température d'une personne en bonne santé.

Caractéristiques du déséquilibre de la température corporelle

Les températures varient selon le type d'hépatite virale.

  • Hépatite A (maladie de Botkin ou maladie des "mains non lavées"). Avec l'hépatite A, la température initiale augmente brusquement jusqu'à 38-39 degrés Celsius. Il y a un fort frisson, des douleurs musculaires. Les symptômes ressemblent beaucoup au tableau clinique des infections respiratoires aiguës. Une caractéristique distinctive est la persistance des lectures à haute température. Pendant plusieurs jours, la température ne diminue pas d'elle-même. Au cours du développement de la maladie, elle tombe légèrement au-dessus de 37 degrés Celsius et dure longtemps (dans les 1-2 semaines). En haut, il monte rarement mais s'accompagne d'apathie, de faiblesse générale, de malaise, de perte d'appétit. La jaunisse se produit à ce stade.
  • Hépatite B. L'évolution de la pathologie est similaire à celle de la maladie de Botkin, mais la température n'atteint pas une température trop élevée. Les premiers signes sont une légère augmentation de la température corporelle, une perte d'appétit, une céphalalgie (mal de tête), une toux.
  • Avec l'hépatite C, la température augmente progressivement ou reste complètement dans les limites de la normale. Il peut atteindre des valeurs subfébriles (allant de 37,1 à 38 degrés Celsius). La fièvre est peu probable. Dans de rares cas, des signes atypiques peuvent apparaître - température corporelle élevée accompagnée de frissons, nausée, jaunisse, décoloration de l'urine et des matières fécales. Dans ce cas, un diagnostic précoce, un traitement rapide et, par conséquent, une guérison sont possibles. Malheureusement, il s’agit plutôt d’une exception à la règle. Souvent, la maladie elle-même ne se manifeste pas, peut provoquer une nécrose des tissus du foie, le cancer.
  • Hépatite D. Cette pathologie hépatique ne se développe pas d'elle-même, c'est un satellite de l'hépatite B. Elle se manifeste donc par les mêmes signes cliniques. La température corporelle ne monte pas à des paramètres élevés.
  • Hépatite E. Normalement, la température reste dans la plage normale (36,6 - 36,8 degrés Celsius). Les premiers symptômes sont un trouble du tube digestif, une fatigue et un malaise.
  • Hépatite G. Selon les manifestations cliniques, cette pathologie est semblable à la pathologie de type C. La température corporelle augmente suffisamment dans de rares cas. Cependant, il ne se caractérise pas par la progression d'un processus infectieux avec le développement d'une cirrhose ou d'un cancer du foie.

Juger de la présence de tout type de pathologie dans le corps, basé uniquement sur le changement de température corporelle, n'en vaut pas la peine. Cet indicateur est très variable. Même en l'absence de températures élevées dans le foie, des processus destructeurs peuvent se produire. Au moindre symptôme, il est recommandé de consulter un spécialiste.

L'hépatologue, un spécialiste étroit qui parle couramment le diagnostic et les connaissances thérapeutiques d'un organe vital, traite du traitement des maladies du foie. L'hépatite virale au stade aigu peut être traitée avec succès par un médecin spécialiste des maladies infectieuses. Parce que la thérapie est appliquée, ce qui est commun dans les infections. Le diagnostic est posé par le médecin sur la base des manifestations cliniques, des résultats de laboratoire, de la recherche sur le matériel.

Que faire si la température augmente

Afin de normaliser les indicateurs de la température corporelle, il est nécessaire d'éliminer la cause - de guérir la pathologie. Il est recommandé de maintenir un régime de boire abondant afin d'éliminer les toxines du corps, empêchant ainsi la déshydratation. L'efficacité de la thérapie dépend en grande partie du patient lui-même - il est nécessaire de respecter pleinement toutes les recommandations et prescriptions du médecin traitant.

Une condition préalable est de maintenir un mode de vie actif sain - sans mauvaises habitudes, avec un effort physique modéré. Vous devez suivre un régime qui réduit la charge sur le foie.

La pharmacothérapie consiste à administrer par voie intraveineuse des solutions qui accélèrent le processus d’élimination des toxines et contribuent au rétablissement de l’équilibre eau-sel dans le corps. Des agents antipyrétiques sont prescrits à haute température. La température en dessous de 38 degrés Celsius n'est pas recommandée pour abattre car elle aide le corps à combattre les infections.

Les pathologies aggravées des souches A, B de la forme douce ne sont pas traitées avec des agents antiviraux. Le pronostic pour le patient est très positif, un rétablissement complet est possible.

Les formes chroniques d'hépatite B et C sont traitées au moyen d'un traitement antiviral complexe, qui comprend des analogues de nucléosides et des interférons. La combinaison empêche la propagation des virus, protège le corps contre les dommages. Bien que cette thérapie soit efficace, il ne sera pas possible de se débarrasser complètement des virus.

Le traitement de la maladie du foie se déroule sous surveillance médicale. Dans le cas de l'évolution de la maladie sous une forme bénigne, il est possible d'effectuer un traitement à domicile après consultation préalable d'un médecin. Depuis l'état de sévérité modérée de l'hépatite, il est recommandé de traiter dans un hôpital.

Mesures de diagnostic

Si vous présentez des signes indésirables indiquant un dysfonctionnement du foie, vous devriez consulter un médecin. Le diagnostic commence par un examen visuel du patient, la prise d'antécédents. Premièrement, des tests sanguins et urinaires généraux et biochimiques sont prescrits.

En cas de suspicion d'hépatite, le patient subit un examen complet:

  • échographie (échographie) de la cavité abdominale;
  • résonance magnétique ou tomodensitométrie (si nécessaire).

En outre, on recherche dans le sang les marqueurs de l'hépatite virale (analyse sérologique), de la coagulation, des antigènes et des anticorps, ainsi que du taux d'enzymes hépatiques.

La méthode de diagnostic de haute précision de la PCR (réaction en chaîne de la polymérase) est la méthode la plus efficace, efficace et assez coûteuse. Vous permet de déterminer le matériel génétique du virus avant l'apparition d'anticorps et avant la manifestation de la maladie. Fournit des informations sur la sensibilité du virus à certains médicaments, ce qui vous permet de choisir le traitement le plus approprié. Aide à prévenir les infections massives.

Dans les cas difficiles, une biopsie est pratiquée - une méthode permettant d'obtenir un petit morceau de tissu hépatique en vue d'un examen plus approfondi.

Prévention des maladies

Toute maladie est plus facile à prévenir qu'à soigner. Les mesures préventives visent à empêcher le virus de l'hépatite B de pénétrer dans l'organisme. Pour tous les types de maladies, il existe un certain nombre de règles, dont le respect aidera à éviter l'infection:

  • maintenir l'hygiène des mains;
  • maintenir la propreté du logement;
  • ne buvez pas d'eau d'origine inconnue;
  • utilisez uniquement des appareils d'hygiène personnelle (rasoir, brosse à dents, ciseaux, pincettes);
  • Ne consommez des aliments qu'après un lavage en profondeur et un traitement thermique;
  • éviter tout contact avec les fluides corporels d'un étranger;
  • maintenir la pureté des relations sexuelles, se protéger avec un préservatif;
  • En utilisant les services du salon (manucure, pédicure, tatouage, perçage), vous devez vous assurer que les instruments sont correctement désinfectés;
  • vaccination en temps opportun.

La vaccination est obligatoire pour les nourrissons en plusieurs étapes, pour les adultes à risque.

Ainsi, la température corporelle des hépatites dépasse souvent la normale, ce qui permet au corps de lutter plus efficacement contre le virus. Cependant, cette maladie infectieuse ne s'accompagne pas toujours d'une augmentation de la température corporelle et l'augmentation des taux sur le thermomètre, respectivement, ne parle pas toujours de la pathologie du foie. Par conséquent, lorsqu'un symptôme survient, il est nécessaire de consulter un médecin pour déterminer la cause.

Augmentation de la température avec l'hépatite C

L'hépatite C est considérée comme la forme la plus dangereuse de cette maladie, car dans la plupart des cas, le virus se multiplie sans symptômes visibles. Cependant, en raison de la température élevée, du jaunissement de la peau et de la douleur dans l'hypochondre droit, il est parfois possible de poser un diagnostic correct. Laissez-nous vous dire dans quels cas la température corporelle peut être augmentée et quand l'hépatite est asymptomatique.

Principaux symptômes de l'hépatite C et d'une forte fièvre

Les médecins ne nient pas qu'il existe des cas où la température corporelle dans cette maladie s'élève à 39 degrés. Cela se produit généralement au stade aigu de la maladie, lorsque la faiblesse est ajoutée aux symptômes. Cependant, ce scénario est typique pour seulement 25% de tous les patients.

Le plus souvent, la maladie peut être généralement invisible. Le virus qui pénètre dans le corps commence immédiatement à avoir un effet négatif sur le foie, provoquant la mort des cellules saines et la formation de tissu conjonctif à leur place. Le corps lui-même fonctionne depuis plusieurs mois et, par conséquent, la personne ne remarque aucun problème ni changement dans son état de santé. Cette évolution est typique de la moitié des cas.

Cependant, les symptômes suivants se manifestent souvent chez une personne:

  • une légère augmentation de la température corporelle à 37-37,5 degrés;
  • nausée ou vomissement;
  • maux de tête rares;
  • l'apathie et la dépression;
  • sensibilité de la peau, l'apparition de rougeurs;
  • décoloration des matières fécales et de l'urine au noir;
  • jaunissement progressif de la peau.

Une personne peut avoir de la fièvre, mais associée à des nausées et à une fatigue constante, le patient atténue les symptômes du surmenage.

Les gens ne commencent à sonner l'alerte qu'au moment où leur peau acquiert une teinte jaunâtre, mais ce symptôme indique que la maladie est entrée dans la phase finale de développement.

Les médecins insistent sur le fait que l'accent ne devrait pas être mis sur les symptômes externes de la maladie. Les températures et les vomissements peuvent ne pas être, et la maladie continuera à se développer dans l'intervalle. C’est pourquoi seuls les tests de laboratoire peuvent aider à détecter rapidement les problèmes.

Détermination du type de maladie en fonction de la température corporelle

Si une personne a une augmentation de la température corporelle, elle commence immédiatement à rechercher les causes de la maladie. Dans la plupart des cas, ce symptôme indique le développement d'une maladie infectieuse ou virale. De la manière suivante, vous pouvez déterminer le type d'hépatite à l'aide des indicateurs sur le thermomètre:

1. Si une infection à virus de type A s'est produite, la température d'une personne augmente déjà de 2 à 3 jours. En même temps, il craint les frissons et le thermomètre peut afficher jusqu'à 39 degrés. Une température élevée pouvant supporter jusqu'à deux semaines, il est recommandé de le mélanger avec des médicaments antipyrétiques.

2. En cas d'infection par le virus de l'hépatite B, la température peut également augmenter brusquement, mais elle n'atteint pas de tels niveaux critiques. Le bien-être d’une personne peut se détériorer considérablement ou s’améliorer en fonction de l’évolution de la maladie.

3. Avec l'hépatite C, la température ne saute presque jamais, les frissons ne se produisent pas non plus. Dans le contexte d'une légère augmentation de cet indicateur, une personne peut être perturbée par la fatigue et l'apathie.

4. L'augmentation de la température corporelle est caractéristique d'une hépatite médicamenteuse ou toxique. Dans ce cas, la personne doit empêcher tout contact avec la substance provoquant la destruction du foie.

Cependant, cette option de diagnostic ne peut pas être précise à 100%. Le fait est que le patient doit faire l’objet d’un contrôle anti-hépatite, ainsi que d’un don de sang pour une analyse biochimique et générale. Ce n’est qu’ainsi que le médecin pourra se prononcer sur le virus présent dans le sang et sur le modèle de traitement approprié.

L'hépatite C est également une ruse, car souvent, une personne n'est pas au courant de l'infection. Il est plus facile d’attacher le virus par le sang, mais dans 3 à 5% des cas, l’infection se produit par la salive ou le sperme. C'est pourquoi, si une personne a des doutes sur un contact possible avec du matériel biologique infecté, elle devrait être examinée.

Contrairement à l'hépatite A, la maladie du groupe C se développe lentement et même un symptôme tel qu'une température légèrement élevée ne peut apparaître que 1 à 2 mois après l'infection.

Si une personne présente une hépatite apparue dans le contexte de la prise non autorisée de médicaments en grande quantité ou en raison d'une infection par des poisons, la maladie peut être vaincue, mais uniquement avec l'aide d'un traitement compétent. Dans de tels cas, une température élevée indique la progression du problème et les complications possibles. Une issue fatale en cas d'hépatite toxique est également possible. Il est donc important d'organiser un traitement compétent.

Que faire à des températures élevées sur le fond de l'hépatite C

L'augmentation de la température dans l'hépatite C n'est pas le meilleur signe et indique souvent l'évolution de la maladie. Cependant, les antipyrétiques standards dans ce cas peuvent être inutiles. C’est pourquoi les médecins recommandent vivement l’utilisation de médicaments spéciaux destinés à normaliser le travail du foie. Parmi eux, les outils suivants sont particulièrement populaires:

  • La ribavirine;
  • L'interféron alpha;
  • "Sovaldi" et ses génériques (analogues).

Si le patient a de la fièvre, il doit boire le plus de liquide possible pour prévenir la déshydratation. Au moment du traitement de l'hépatite C, il est recommandé de se référer au repos au lit, éliminant ainsi le stress physique et intellectuel excessif. En outre, les médecins recommandent de suivre un régime alimentaire spécial, en supprimant les aliments gras et tout alcool de votre alimentation, quel que soit son degré.

Parfois, l'hépatite C est transmise de la mère à l'enfant. Si la maladie se développe chez un bébé, les symptômes peuvent être plus prononcés. Chez les enfants, la maladie évolue souvent vers une phase chronique ou aiguë avec une masse d'effets désagréables sur la santé.

Le traitement à l'aide de médicaments spéciaux porte généralement ses fruits et se transforme lorsque les symptômes inquiétants disparaissent. Cependant, la principale caractéristique de l'hépatite C est qu'elle est catastrophiquement difficile à vaincre.

Dans la plupart des cas, une telle maladie devient chronique et se transforme en cirrhose ou cancer du foie.

L'hépatite étant considérée comme une maladie très grave, son traitement doit être effectué sous le contrôle d'un médecin. Souvent, pendant les phases aiguës de la maladie, une personne doit être hospitalisée. Si la maladie est en rémission, le patient n'a besoin que d'un diagnostic tous les deux ou trois mois.

L'hépatite C sous forme aiguë et ses principaux symptômes

Il a été mentionné ci-dessus que cette maladie virale se développe lentement, «dévore» progressivement le foie et tue une personne. Cependant, lorsqu'il s'agit de la forme aiguë de cette hépatite, des symptômes complètement différents apparaissent.

Le plus souvent, une personne est dépassée par une nette détérioration de son état de santé. La peau devient jaunâtre après 3-4 semaines après l'infection, la température corporelle augmente chaque jour, la personne perd son appétit et des vomissements sont observés.

Dans de tels cas, une hospitalisation immédiate et l'utilisation de toute une gamme de médicaments en grande quantité sont nécessaires. Dans ce cas, le pronostic s'avère le moins réconfortant: habituellement, la maladie «brûle» le patient en seulement 3 à 5 ans.

Si le stade aigu de la maladie peut être vaincu, dans la plupart des cas, il se transforme en hépatite chronique avec possibilité de rechute. Dans de tels cas, le patient doit régulièrement subir des analyses biochimiques, effectuer un diagnostic sanguin par PCR.

Si l’analyse biochimique révèle une augmentation du taux de bilirubine et d’enzymes AST et ALT dans le sang, il est clair que l’hépatite C progresse. Si le diagnostic par PCR révèle une concentration élevée de virus dans le sang (plus de 600 UI / ml), la maladie menace la vie du patient.

L'hépatite aiguë peut se développer dans le contexte d'autres groupes de cette maladie virale. Il dépasse souvent les toxicomanes et les personnes dont les défenses immunitaires sont faibles.

Pronostic pour l'hépatite C

Si la température d’une personne augmente avec l’hépatite C et qu’au fond de celle-ci se présente une peau jaune, des vomissements ou des nausées, vous ne devez pas ignorer les problèmes. Nous parlons presque certainement de l'évolution de la maladie.

L'hépatite est considérée non seulement comme insidieuse, mais aussi comme une maladie extrêmement dangereuse. Habituellement, les médecins donnent les prévisions suivantes pour cette maladie:

  • dans 75% des cas, la maladie entre dans la phase chronique;
  • L’hépatite chronique a une espérance de vie de 15 ans;
  • en l'absence d'un modèle de traitement approprié, la maladie peut tuer une personne en 3 à 5 ans;
  • dans la plupart des cas, l'hépatite chronique entraîne une cirrhose du foie ou une tumeur maligne.

C'est pourquoi plus tôt une personne commence à traiter un problème, plus sa vie va finir. La première règle en matière d'organisation d'une telle lutte est le rejet total de l'alcool et des stupéfiants. Le foie d'un malade étant dans un état vulnérable, la consommation d'alcool aura un effet dévastateur sur tout le corps.

Les experts recommandent de s'en tenir à un régime alimentaire spécial, en prenant des médicaments strictement dans les quantités prescrites par le médecin. Dans ce cas, le risque de progression de la maladie sera minime.

L'hépatite C est une maladie si grave que même une greffe du foie ne peut pas toujours garantir un retard dans l'issue triste. C'est pourquoi une personne devrait faire tout son possible pour ne pas être infectée par un tel virus.

La principale méthode de prévention est l’absence de contact avec du matériel biologique contaminé. Lors de la transfusion de sang ou de l'administration de médicaments, vous devez toujours vous assurer que tout le matériel est stérile. Parfois, une seule aiguille infectée suffit à l'infecter.

Les médecins soulignent qu'une augmentation de la température corporelle est un symptôme qui n'est pas caractéristique de l'hépatite C. Toutefois, si la peau jaunit, si des nausées et des vomissements surviennent au fond de cette maladie, il est presque certainement question de l'évolution de la maladie.

Température de l'hépatite C

Quelle est la température dans l'hépatite, les raisons de l'augmentation

L'hépatite C est une maladie virale grave transmise de personne à personne. Il affecte la structure du foie, perturbant sa fonction. La voie d'infection la plus commune est la voie parentérale (par les liquides physiologiques). Parmi les spécialistes des maladies infectieuses et les immunologistes, des débats houleux ont eu lieu récemment sur le mode de transmission du virus, depuis: 20% des personnes infectées ne disposent pas d'un mécanisme de production de virus. Selon des données non officielles fournies par le ministère de la Santé, le nombre de transporteurs en Fédération de Russie atteint 4,7 millions de personnes.

Caractéristiques de l'hépatite C

La spécificité de la maladie réside dans le fait qu’en tant qu’infection classique, elle se présente sous une forme aiguë et chronique. Dans le même temps, il est pratiquement impossible de diagnostiquer la forme aiguë, car elle ne présente aucun symptôme prononcé et est détectée par hasard lors des examens. La seule manifestation clinique qui attire l'attention d'une personne infectée est une augmentation régulière de la température corporelle. C'est ce qui incite le patient à consulter un médecin.

Étant donné que la température corporelle est le principal biomarqueur humain stable, qui se situe normalement entre 36,4 et 36,8 ° C, une augmentation de cet indicateur est souvent perçue comme une raison d'aller chez le médecin ou pour un traitement personnel. La plupart des maladies inflammatoires infectieuses provoquent une réaction de température même localement, que ce soit une mauvaise dent ou une lésion de la peau. Mais des infections complexes telles que l'hépatite C, selon le sous-type du virus, sont exprimées par des graphiques de température relativement stables dans le temps.

L’augmentation de la température de l’hépatite C, bien qu’elle comporte des indicateurs de sous-fibrilles (37,1 à 380 ° C), se produit souvent avec des frissons et de la fièvre. Un certain nombre de cliniciens l’appellent de la même manière: «fièvre permanente dans l’hépatite C». En fonction de l'activité du virus et de son sous-type, l'activité du système immunitaire, le sexe, l'âge, le mode de vie, certains cycles d'élévation de la température sont observés, par exemple jusqu'à 1 semaine par trimestre. Très souvent, le porteur du virus pense qu'il est simplement sujet au rhume saisonnier, trompé par la véritable nature de son état.

Les graphiques de température peuvent être corrélés en relation avec la consommation de nourriture et ses composants gras et partiellement protéiques. La courbe de température dépend directement du mécanisme de la sécrétion biliaire la plus active.

Il est nécessaire de bien distinguer le stade porteur de l'hépatite C et la phase active. Dans le premier cas, la température peut être normale et son augmentation sera causée par toute infection associée ou exacerbation d'autres maladies associées. Dans le second cas, la réaction de température peut acquérir une large gamme d'indicateurs, allant jusqu'à une fièvre «débilitante» jusqu'à 400 ° C et plus. Mais il arrive qu'il soit maintenu dans les limites de 37,2 à 37,50 €.

Le mécanisme d'occurrence de la température dans l'hépatite C

L'augmentation de la température est un complexe de réactions d'adaptation protectrices du corps. Leur objectif principal est de mobiliser le système immunitaire pour activer divers types de globules blancs. La gravité dépendra de l'état du système immunitaire, des réserves cellulaires.

Il convient de noter que l'augmentation de la température, en tant que changement de thermorégulation chez l'adulte, est due à une diminution du transfert de chaleur. Ainsi, les vaisseaux périphériques sont rétrécis. De même, le processus se déroule dans le tissu hépatique, aggravant ses dommages. Une attaque de fièvre standard a un laps de temps en raison des trois principales étapes de la réaction de la température. C'est:

En raison du fait que la rétention est due à un excès de sang dans le foie et que la structure vasculaire de cet organe est endommagée, l'écoulement du sang devient difficile et la deuxième étape peut donc durer beaucoup plus longtemps. Par conséquent, la durée de la période de rétention varie de quelques jours à 2-3 semaines. L'acceptation d'antipyrétiques à action centrale, tels que le paracétamol et l'ibuprofène, a un effet léger ou négatif.

Il existe 6 génotypes principaux du virus de l’hépatite C et chacun d’entre eux comprend 40 sous-espèces connues. Le nombre de sous-espèces infectées est toujours supérieur à dix. Ce sont les conséquences d'un taux de mutation élevé du virus. Le système immunitaire du patient combat activement avec 2 ou 3 sous-types, mais dans le même temps, l’activité virale des autres sous-types augmente. Et avec un impact réussi sur une sous-espèce, au bout d'un moment, l'autre s'allume. Le processus d'un tel commutateur sera toujours accompagné d'une élévation de température.

Au premier stade après la période d'incubation dans l'hépatite aiguë, une réponse immunitaire active adéquate apparaît. Le virus se multiplie rapidement dans les cellules du foie. Le système immunitaire absorbe les hépatocytes infectés et le virus libre dans le sang.

On sait que 20% des personnes ayant eu l'hépatite C ont complètement surmonté son stade aigu. Si la nécrose des hépatocytes et le processus de désintoxication dans le tractus gastro-intestinal donnent de la fièvre, elle n'aura pas de caractère spécifique et sera cachée sous le masque de toute autre maladie. Les épisodes de fièvre dans l'hépatite aiguë ne sont pas rares. Par conséquent, la température n'est pas un indicateur clair.


Article Précédent

Porteur de l'hépatite C

Article Suivant

Fibrose dans le foie

Articles Connexes Hépatite